Navigation – Plan du site

AccueilVolumes39Proverbe berbère

Entrées d’index

Mots clés :

littérature
Haut de page

Texte intégral

1Dans cette notice, on essaiera de répondre à deux questions principales :

  • Quel est l’état des lieux de la recherche berbérisante dans le domaine parémiologique ? On s’intéressera aux recueils publiés et à leurs caractéristiques ainsi qu’aux études, aux apports de celles-ci et à leurs méthodes.

  • Peut-on caractériser le proverbe berbère comme genre littéraire, c’est-à-dire comme un usage esthétique du langage ? On s’intéressera à trois aspects négligés : la rhétorique, la structure rythmique et la relation de la forme de l’expression avec celle de la sémantique.

Les etudes parémiologiques berbères

2Quand on considère la bibliographie berbérisante sur le proverbe, on est frappé par sa pauvreté et ce quel que soit le point de vue adopté. Elle l’est quantitativement et qualitativement.

Les recueils de proverbes

Préliminaires

3Quantitativement la situation concerne à la fois les recueils et les études. Comparés au conte et à la poésie, par exemple, ces derniers se taillent la part du lion. Deux chiffres suffiront : 25 recueils publiés dont la plupart contiennent moins de 30 proverbes en moyenne et dont deux seulement méritent le titre de recueils : Nacib (s. d. : 1300 proverbes) et Bentolila (1993 : 814 proverbes). Quant aux études conséquentes, on en dénombre quatre à notre connaissance : deux articles : Aït Ferroukh (1995) et Bounfour (1979) ; et deux thèses non publiées : Hamdaoui (1997) et Oumeriem (1986).

4Qualitativement la situation n’est pas plus brillante. En effet, tous les recueils adoptent un classement thématique, souvent contestable, ou tout simplement la forme d’une liste. On trouve d’ailleurs les deux qui cohabitent dans Bentolila (1993) et l’un des corpus les plus importants non encore publiés (Hamdaoui 1997) est une simple liste classée par ordre alphabétique à partir du premier mot du proverbe. Quant aux études, elles sont de deux sortes : les deux articles cités s’intéressent aux relations entre le proverbe et la poésie alors que les deux thèses utilisent le proverbe comme support de l’analyse linguistique, particulièrement l’analyse sémantique. De ce point de vue, ces dernières relèvent plus de la linguistique que de l’analyse littéraire.

Repères historiques

5La première étude conséquente de littérature berbère publiée date de 1920. C’est la thèse de Henri Basset (Essai sur la littérature des Berbères, Alger, Jules Carbonel, 1920). Elle est consacrée en fait uniquement au genre narratif (conte, hagiographie) et à la poésie. Rien sur les formes brèves, excepté les formules introductives et conclusives du conte, et, par conséquent, rien sur le proverbe.

6Plus d’un demi-siècle plus tard, le second ouvrage consacré à la littérature berbère est celui de Paulette Galand-Pernet (Littératures berbères. Des voix, des lettres, Paris, PUF, 1999). La lecture du paragraphe consacré à l’histoire des publications des textes littéraires berbères (p. 11-27) confirme nos remarques sur le contenu de l’ouvrage de R. Basset. Assurément le conte et le poème berbères ont seuls bénéficié de l’intérêt des amateurs et des chercheurs pour des raisons que P. Galand-Pernet explicite pour le conte :

« [...] ce qui intéressera, et souvent fascinera, c’est l’archaïsme des productions berbères. L’accent sera mis très longtemps sur cet aspect, pas seulement dans la littérature française exotique à la poursuite des Atlantides berbères mais aussi dans la recherche.
Durant des décennies c’est le conte berbère qui fera l’objet de la comparaison. Une bonne partie des matériaux déjà recueillis ou qui sont recueillis consiste en contes. » (p. 16)

7Dans la littérature berbère (dialecte tachelhit du sud du Maroc) écrite en caractères arabes depuis le Moyen Age, la poésie domine et, à notre connaissance, pas un seul recueil de proverbes, de quelque taille que ce soit, n’est signalé. Ceci est d’autant plus étonnant que les auteurs de ces anciens ouvrages sont des Berbères lettrés en arabe ; ils savent, par leur formation même, l’importance du genre proverbial dans la culture savante arabe y compris dans la fonction de prédicateurs qui est souvent la leur. Mais peut-être que la documentation est encore lacunaire et que l’avenir nous réservera des surprises.

Quelques sources à exploiter

8Ceci n’est pas un souhait gratuit car on trouve, malgré tout, des indices de l’existence du proverbe dans les écrits en arabe. Un sondage dans deux types de documents de provenance marocaine suffit :

9– On peut citer les écrits en arabe des lettrés berbérophones, particulièrement ceux où ils parlent de leur terroir. On peut évoquer deux exemples qui ont plus de trois siècles d’intervalle : Yûsi (XVIe-XVIIe siècle) dans son autobiographie (Muḥâḍarât (al-)), Beyrouth, Dâr al-Gharb alIslâmî, 2 vol., 1992). En effet, cette autobiographie est truffée de citations de vers arabes orientaux ou marocains. Mais de temps en temps on y trouve quelques vers en arabe dialectal marocain transcrits et, rarement, en berbère (vol. 1, p. 134-135, 137, 142). Quand cela arrive, ces vers, essentiellement des proverbes, sont directement traduits.

10On observe la même attitude chez Sûsî dans l’ensemble de son oeuvre monumentale consacrée à sa région, le Sous (sud du Maroc), particulièrement al-Ma’sûl (20 volumes). Les dits en berbère sont presque toujours traduits directement en arabe et plus rarement transcrits en berbère.

11– Il y a aussi les ouvrages consacrés aux proverbes dans la tradition maghrébine. Yûsi a écrit un recueil de proverbes publié en trois volumes (Zahr al-Akamm fî al-Amthâl wa l-ëikam, Casablanca, Dâr al-Thaqâfa, 3 vol., 1981). On y détecte 35 proverbes catalogués dans un index par les éditeurs de l’ouvrage comme étant des « proverbes populaires », c’est-à-dire qu’ils ne sont pas en arabe classique. Ils sont locaux et, par conséquent, en berbère ou en arabe dialectal marocain. Cela représente 4,45 % de l’ensemble du corpus de Yusi (862 entrées). Leur indexation comme populaire au sens de non classiques est justifiée par l’auteur lui-même. En effet, il introduit toujours ces proverbes par l’une des formules suivantes : « la populace dit » (wa taqûlu l’âmma), « les gens disent » (wa ‘alâ alsinati n-nâs), « parmi les proverbes qu’on dit dans différents idiomes » (wa min al-amthâli l-jâriyati ‘alâ l-alsun) et, pour un seul proverbe, « les femmes disent » (wa taqûlu n-nisâ’). Voici un exemple :

« La populace dispose de plusieurs proverbes dans ce sens, par exemple : [...] goutte après goutte et la rivière coule [...] » (trad. A. B.)

12On notera que le proverbe de référence est toujours en arabe classique et constitue l’entrée à commenter, que le proverbe en berbère ou en arabe dialectal est cité dans le commentaire comme son équivalent ; il est traduit en arabe classique mais jamais transcrit et il est reconnaissable par son identification comme parole populaire selon l’expression « la populace dispose de.. ».

13Sur les 35 proverbes « populaires » cités par notre auteur, on a identifié par un rapide sondage 27 équivalents berbères dans les trois grands dialectes du Maroc. Ces proverbes ont des équivalents dans les trois grands dialectes du Maroc. Ainsi, par exemple, « si Dieu veut la mort de la fourmi, qu’il lui donne des ailes » (p. 143, vol. 1) a un équivalent chleuh (Roux 1942 et 1995, p. 190 et 192 de l’édition de 1995 ; Bentolila 1993, p. 95) ; tous les autres ont des équivalents en chleuh, en rifain (21/22 d’après notre sondage par rapport au corpus de Hamdaoui 1997), en tamazight au regard des collectes présentées par Bentolila (1993). La littérature parémiologique arabe maghrébine est assurément une source qui peut s’avérer de plus en plus exploitable pour les berbérisants. Bien évidemment la collecte sur le terrain doit continuer mais cette enquête dans la documentation écrite a son importance.

14En conclusion on retiendra deux faits :

  • La collecte récente de proverbes se fait toujours par dialecte pour ne pas dire par parler. C’est ainsi que l’on peut dire, aujourd’hui, que nous disposons de corpus plus importants en kabyle et en rifain qu’en tamazight et en chleuh. Il serait donc bienvenu que l’ensemble des aires de chaque dialecte soit couvert, particulièrement pour les dialectes encore peu documentés.

  • Ces recueils, avons-nous dit, se présentent soit sous forme de liste alphabétique ou avec un classement thématique. Le premier type est conforme en cela à la méthode de la tradition arabe comme celle de Yûsi cité plus haut. La seconde se conforme à la thématique ethnographique des études berbères de la période coloniale qui rencontre la tradition des scribes arabes orientaux comme Ibn ‘abd Rabbiḥ (1983) et Qalqashandî (1987).

15Il n’est pas dans notre intention de minimiser l’importance de ces travaux mais de cerner les domaines de recherche qui appellent des efforts. Deux remarques vont le montrer :

  1. L’absence de mise en perspective historique des recueils les uns par rapport aux autres est flagrante. Ainsi, si l’on compare, à titre d’exemple, la collecte de Roux publiée il y a plus de 50 ans à celle d’El Mountassir dans Bentolila (1993, p. 93-104), cette dernière reprend près de 18 % de la première sans que cela soit signalé. Certes, Roux s’est intéressé aux parlers des Igedmiwn, des Ayt Brayyim et des Laxṣaṣ alors que El Mountassir s’est intéressé au parler des Achtoukn. Pourtant, excepté la variation du phonème /ɣ/ (corpus de Roux) en/ḥ/ (corpus de El Mountassir), aucune différence n’est perceptible dans la forme des énoncés proverbiaux communs.

  2. La remarque précédente a une conséquence sur la recherche. En effet, on regrette que, à l’instar du comparatisme inter-dialectal en linguistique et dans le domaine des contes, on n’ait pas des comparaisons entre les proverbes des différentes aires dialectales d’autant plus que de nombreux énoncés parémiologiques sont identiques. Cette identité atteint le plan du pur signifiant. Bien évidemment, il faut excepter les variations linguistiques, surtout phonétiques et lexicales éventuellement. On sait que cette variation linguistique est bien documentée aujourd’hui.

Les études

16Les recueils présentent les proverbes dans leur forme linguistique originale, puis la traduction et, parfois, une situation typique pour leur emploi. Quant aux études de ces corpus, elles sont d’orientations multiples, mais l’analyse linguistique domine dans les études parémiologiques berbères. En quoi consiste-t-elle ? Qu’apporte-t-elle à l’analyse littéraire proprement dite ?

17Prenons celle de Hamdaoui car elle est d’une ampleur quantitative comparable à celle de Nacib. L’auteur définit ainsi son étude :

« L’objectif que nous nous sommes assigné dans ce travail est la description des emplois et des valeurs des noms et des verbes en usage dans 1216 proverbes d’expression berbère. Il s’agissait de dégager les traits susceptibles de caractériser ce genre de production linguistique à partir des comportements de ces deux catégories grammaticales : les noms et les verbes. » (p. 738 ; c’est moi qui souligne)

18On notera donc que l’hypothèse sous-jacente de départ est celle-ci : les catégories grammaticales comme le verbe et le nom ont un comportement linguistique dans le proverbe différent de celui qu’ils ont dans l’usage normal de la langue. Ce comportement caractériserait le genre proverbial. Quel est-il alors ? Pour ce faire, il faut deux gestes :

  • Un geste descriptif empirique dont le plus simple est la statistique. En effet, le proverbe rifain privilégie les noms d’animaux sur les autres, le masculin sur le féminin, le singulier sur le pluriel. Il faut ajouter que les noms sont plus fournis que les verbes, les verbes de mouvement plus que les autres, la forme simple de ces verbes plus que les formes dérivées, l’aoriste intensif plus que les autres thèmes verbaux et, dans les structures binaires proverbiales, l’opposition aoriste/prétérit sur toute autre.

  • Le second geste est d’expliquer le pourquoi de ces préférences. L’explication de toutes ces préférences linguistiques se limite au caractère générique du proverbe. Ainsi le recours au masculin s’explique-t-il par la généricité inclusive. On dira donc que la neutralisation de la catégorie du genre est un trait caractéristique du proverbe.

19Quant au nombre, le singulier, lui aussi, a plus une valeur générique que quantitative ; ce qui entraîne la neutralisation de la catégorie du nombre.

20Sur le plan de l’aspect, le trait fondamental est la confusion entre l’aoriste et l’accompli car le premier perd son préverbe ad ou da, l’aspect inaccompli l’emporte dans sa fonction générique.

21En d’autres termes, l’analyse linguistique et la statistique confortent l’intuition de l’amateur de proverbes qui soupçonne leur caractère générique ou, en termes simples, le fait qu’ils expriment une vérité générale. L’analyse linguistique du proverbe rifain montre comment s’exprime la généricité du proverbe laquelle ne constitue pas sa spécificité. Que le proverbe soit un énoncé générique est, certes, important à réaffirmer mais il n’est pas le seul. D’autres énoncés partagent ce trait (voir ci-dessous). On le rencontre dans la langue naturelle et dans la poésie orale. Ce seul critère ne suffit donc pas à définir un genre.

22Quoiqu’il en soit l’analyse linguistique continue d’isoler le proverbe comme le dictionnaire isole le mot, le constitue comme unité autonome analysable pour lui-même et en lui-même dans ses constituants linguistiques. L’analyse immanente met de côté l’énonciation et, par conséquent, l’esthétique du proverbe qui participe à sa puissance argumentative. Le proverbe est un argument puissant parce qu’il est bien construit, bien dit dans la situation et au moment adéquat.

Pour une esthétique du proverbe dans son système littéraire

Les noms autochtones du genre

23Partons de la documentation publiée. Voici les termes désignant le proverbe selon quelques dialectes :

24Les termes rifains les plus répandus sont, en tout cas, pour les Ayt Ouryaghel, Ayt Sider et Ayt Touzine (Bentolila 1993, p. 17) : awal n zzman ou mtr. Le dernier est un emprunt à l’arabe marocain où il est équivalent à « proverbe » et, comme « semi-préposition » d’après Colin (1993), signifie « tout ce qui, sous un certain rapport, est semblable, pareil, identique à... ». Il s’agit donc de ressemblance et de comparaison. Il en résulte que le proverbe est une comparaison fondée sur une analogie à déterminer selon le cas.

25La première dénomination est composée d’un mot berbère awal, qui signifie « parole, langue, énoncé », de la préposition n (de) et d’un nom, zzman, emprunté à l’arabe marocain et qui signifie « jadis, autrefois ». Il en résulte que le proverbe est une parole de jadis, une parole de la nuit des temps. Cette dénomination souligne le caractère transhistorique du proverbe, l’oubli du nom de son auteur, c’est-à-dire le caractère anonyme du proverbe.

26Dans l’aire chleuh quatre termes émergent (Roux 1995, p. 188) pour les Guedmioua, les Akhsas et les Ayt Briim : Lamtal ou Lemtel, awal ismεεnan et lmεna.

27Le premier terme, lemtel, est identique au terme rifain mtr et, par conséquent, a la même origine et la même signification. Cette dénomination évoque donc la structure rhétorique du proverbe (analogie).

28Le second est composé du mot berbère (awal) et d’un emprunt berbérisé de l’arabe ; l’ensemble signifie « parole sensée ». Cette dénomination souligne le contenu du proverbe, la sagesse qu’il véhicule.

29Le troisième, lmeεna, est un emprunt à l’arabe et il a une double signification : (i) propos allusif, phrase à double sens ou allusion maligne et (ii) sens allégorique ou moral d’une fable ou d’un apologue. Cette dénomination souligne deux aspects du proverbe. Le premier concerne son expression verbale, sa rhétorique allusive ; le second sa relation avec les genres narratifs comme le conte, la fable et l’hagiographie.

30Le quatrième, awal (n) imzwura, est une dénomination strictement berbère et signifie « parole(s) des anciens » Cela souligne le caractère antique de l’énoncé et, par conséquent, sa transhistoricité et le caractère collectif de sa production-réception.

31Dans l’aire tamazight on trouve deux termes : (i) lanḍum qui est un nom pluriel emprunté à l’arabe où il signifie « action de composer des vers » ; cette dénomination souligne deux aspects du proverbe : sa relation avec la poésie et son aspect verbal comme produit d’un art de la composition ; (ii) lemεani ; le pluriel de lmeεna est déjà présenté plus haut en chleuh. C’est donc la structure rhétorique du proverbe qui est visée par ce terme.

32Dans Peyron (1992 : 73), on note le terme awal imzwura (parole des ancêtres) que l’auteur semble déduire d’une citation de Roux qui l’a relevée chez les Chleuhs (voir ci-dessus).

33En Kabylie : d’après Dallet : (i) mtl, déjà rencontré dans les trois dialectes du Maroc ; il est aussi signalé par Aït Ferroukh (1995) et Ould Braham (1989) (ii) tamεayt / timεayin qui signifie anecdote à sens moral, proverbe, parabole ; c’est d’ailleurs le seul mot sous la racine MεY dans le dictionnaire de Dallet. Signalons que ce terme est utilisé pour désigner en kabyle un autre genre littéraire, la devinette ; (iii) inzan est utilisé comme sous-titre dans Aït Ahmed-Slimani (1995) dans le sens de proverbe que ne retient pas le dictionnaire de Dallet, mais il propose le mot anza pour l’équivalent du mot français « ressemblance » ; on dira alors que le terme inzan souligne la dimension rhétorique du proverbe comme le fait mtl ; (iv) Ould Braham (1989) note que le terme awal, dont la signification générique est « langue, parole », est utilisé comme équivalent de proverbe et le relève dans la formule introductive de ce dernier. On y reviendra plus loin.

34On pourra donc conclure cette rapide enquête par quelques remarques vérifiables sur le tableau ci-dessous : (i) le caractère pan-dialectal de lemtel qui est, sous ses diverses variantes phonétiques, le terme désignant ce genre en arabe. On le trouve aussi en chaouia ; (ii) le nombre très faible des termes à consonance strictement berbère ; seul le kabyle présente les deux termes berbères dont un, inzan, est l’équivalent parfait de mtel emprunté à l’arabe ; (iii) ces dénominations soulignent presque tous les aspects du proverbe qu’on retrouve dans les définitions les plus larges du genre : son aspect strictement verbal (composition rythmée, rhétorique), son caractère transhistorique et anonyme, son aspect sémantique (sagesse, morale) et ses relations avec certains genres (poésie, conte et devinette).

35Le tableau suivant visualise l’ensemble des termes et l’aspect du proverbe qu’ils désignent :

Dialectes
Aspect visé du proverbe

Chleuh

Kabyle

Rifain

Tamazight

Rhétorique :

lemtel, lamtal

1. Analogie

mtel, inzan

mter

mtel

lmeεna

2. Sens codé

Forme rythmique

lanḍum

Contenu :

1. Sagesse

awal ismeεnan

tamεayt

2. Morale

Historicité

awal n imezwura

awar imezwura

36On notera que tous les dialectes, dans leurs dénominations du proverbe, privilégient l’aspect rhétorique (comparaison) comme trait distinctif du genre alors que le contenu (sagesse, morale) n’est pas souligné par tous les dialectes si l’on s’en remet à l’état actuel de la documentation.

Les formules introductives

37Voici un relevé de ces formules dans la littérature récente :

38Pour l’aire chleuh on note dans Bentolila (1993, p. 94), deux formules : ar ttinin iqdimn (« Les Anciens disent ») et ar ttinin middn (« Les gens disent » ou « on dit »). La première formule insiste sur l’antiquité de l’énoncé et donc sa trans-historicité alors que la seconde insiste sur son caractère anonyme.

39Dans l’aire tamazight, on note : talliɣ / tadaɣ inna bu wawal (« Comme disait le maître de la parole »), ou inna bu wawal (« Le maître de la parole a dit ») ; ur jin mezwura ma ɣa inin ineggura (« Les premiers n’ont rien laissé à dire aux derniers ») ou ur ax-d-ujjin imezgura ma ara ynin ineggura (variante de la précédente, ibid., p. 149) ; ad irḥem rebbi wenn as-innan (« Que Dieu accorde sa miséricorde à celui qui a dit ») et pour un proverbe tiré d’un conte d’animal inna-as + le nom d’animal (« Tel animal a dit »).

40Quatre aspects du proverbe sont soulignés : (i) sa transhistoricité, (ii) son autorité puisque tout a été dit autrefois et (iii) la reconnaissance d’un spécialiste de ce genre de dire (bu wawal, le maître de la parole, comme on dit d’ailleurs en chleuh et en tamazight bu wumarg, le maître de la poésie, le poète donc) et (iv) son rapport avec un type de conte (la morale).

41Dans l’aire kabyle, on relève : yella degg wawal (il est dans la parole = « On dit (traditionnellement) ») et yella di lemtel (« Comme dit le proverbe ») ; awal ǧǧan-t-id imezwura (« Paroles d’Anciens »), akken s yenna winna n zzman (« Il a été dit autrefois ») ou la formule signalée en tamazight : ur d-ǧǧin imezwura ara inin ineggura : yenna-yas (« On dit ») et pour un conte tiré d’un conte animalier yenna (« Il a dit) + le nom de l’animal.

42On souligne, ici aussi, la transhistoricité du proverbe, son aspect rhétorique puisque son nom est repris dans la formule, son caractère anonyme et son rapport avec un type de conte (la morale)

43La documentation montre donc que les formules introductives du proverbe sont aussi variées que ses noms et en soulignent les aspects fondamentaux. On ajoutera que toutes ces formules sont utilisées dans faire berbère considérée ici, de la Kabylie à l’Atlantique.

Le proverbe et son voisinage

44On note dans certains corpus qu’il n’y a pas que la catégorie « proverbe » qui est rassemblée mais souvent ce qu’on appelle « mots » ou « expression » : par exemple, Bernus (1989) et Peyron (1993).

45Si le proverbe peut être défini comme un type de dénomination spéciale (Kleiber 1999), alors il y a lieu de s’interroger sur des énoncés comme ceux qui suivent :

1.

(a) Illa rbbi lla-ixelqen kul !

Il est Dieu qui a tout créé !

(b) Yut lmut ay-d illan

Il n’existe qu’une seule mort.

2.

(a) εas a(t)-tinniyt sen iyiḍan/tturaren tternunnusan x ucal

Lorsque tu vois deux chiens jouer et se rouler dans la poussière !

(b) εas a(t)-tarjit ixf-enc tggurt x ulum !

Lorsque tu rêves que tu marches sur de la paille !

3.

(a) Ar ttinin Ayt Warayn : ixs uwenẓar ad-ifeɣ/ɣas ittwekksen zi lkanun !

Les Beni Ouraïne disent : La pluie s’arrête de tomber/lorsque s’écroule le tas de cendres/retirées du foyer !

(b) εas ad-illin ijḍaḍ tserraḥan rric-ensen !

Lorsque les oiseaux lissent leurs plumes !

46Les exemples en (1) ne peuvent pas être reçus comme des proverbes. Ce sont des énoncés rituels liés à la foi du musulman : Dieu créateur des mondes et la mort comme ouverture vers l’autre monde. En tout cas ils ne sont pas des dénominations.

47Les exemples (2) ne sont pas des proverbes parce qu’ils ne satisfont pas à une exigence formelle fondamentale, l’autonomie grammaticale, plus précisément l’autonomie syntaxique.

48Les exemples (3) sont du même ordre que ceux en (2), mais (3a) montre un autre aspect de ce type d’énoncés. En effet, cet exemple illustre ce qu’on appelle dans la littérature anthropologique les proverbes météorologiques que certains chercheurs refusent de considérer comme proverbes en les catégorisant comme « superstitions » (Dundes 1984) ou « croyances » (Bernus), c’est-à-dire des croyances « magiques » comparables aux exemples en (1). Voici l’argumentation de Bernus :

  1. Le proverbe est précédé d’une phrase liminaire (« Les gens de la parole disent :..., « les Kel Tamasheq disent :... ») alors que les croyances ne le sont pas. Or, on voit que (3a) est précédé d’une formule comparable à celle des Touaregs.

  2. Le proverbe relève de l’expérience alors que les croyances relèvent d’idées reçues, de préjugés. Les proverbes météorologiques refusés par Dundes relèvent de l’expérience des Berbères. En revanche, on peut se demander si certains proverbes ne relèvent pas de préjugés. Il suffit de penser à ceux relatifs à la stigmatisation des femmes, des Noirs, par exemple.

  3. Les proverbes ont une forme courte à valeur universelle alors que les croyances ont une forme trop longue ou trop précise. Le corpus présenté par Bernus contient un grand nombre de croyances dont le texte est court et à portée « universelle » (p. 61 et p. 82) alors que certains proverbes peuvent être plus longs que ces énoncés.

  4. Pour le proverbe, on donne une explication qui permet de comprendre sa portée générale alors que la croyance est un énoncé qui permet d’ouvrir de longs développements sur les traditions. Certes, mais les croyances citées en (iii) peuvent recevoir des commentaires qui peuvent transcender le contexte touareg.

49L’argument essentiel de Dundes pour distinguer un proverbe d’une superstition est formel : tout proverbe est métaphorique et ceux qui ne le sont pas sont ou bien des maximes ou bien des aphorismes ou des superstitions. Ces dernières sont littérales et anonymes alors que les maximes et les aphorismes ne sont pas anonymes. Il en déduit que l’analyse structurale est insuffisante pour établir la distinction ; il faut introduire le contexte. Les proverbes météorologiques ne sont pas des proverbes en raison de leur réception littérale dans leur contexte mais comme ils sont anonymes ils relèvent des superstitions. Sans lui répondre directement, Kleiber maintient ces énoncés dans le genre proverbial en raison de leur généricité identique à celle des autres.

50Quoiqu’il en soit il ressort de ce commentaire qu’il est, parfois, difficile de faire une distinction nette entre le proverbe et la croyance sauf si celle-ci est dogmatique, c’est-à-dire inscrite dans un dogme bien constitué comme tel comme en témoignent les exemples en (1). Une enquête sur la perception autochtone de la « proverbialité » d’un énoncé reste à faire (cf. Aorora 1984).

Le proverbe, la poésie et le conte

51Dans Bounfour (1979) il a été montré que le proverbe est intégré au poème. Mieux, les vers d’un poème peuvent être tous des proverbes.

52On a aussi noté que des proverbes constituent la morale qui clôt un conte. On peut donc supposer que le proverbe sera rythmé pour s’intégrer dans un poème et aura un contenu moral pour synthétiser la leçon du récit qu’il conclut. Ceci a été entrevu dans l’enquête sur le nom du proverbe. En effet, le terme lanḍum renvoie à une forme rythmée de l’énoncé proverbial et awal ismeεnan évoque son contenu sage et moral. Voici un exemple de proverbes intégrés au poème :

εafa-k d ula ḍḍerb-ann ula awal-nnun
Yan inḍun ur uggin tasa a fdnn-iṭṭar
Taẓult a nn-igan afus i yan i ṭiṭṭ
Yak °i aman nɣ ibbukḍ ar ur sul allan
Allah iṣlaḥ bnadem ɣ wammas n wiyyaḍ

J’applaudis ce thème et tes dires.
Celui qui s’avance sans précaution, son cœur se brise.
C’est l’antimoine qui fait toucher l’œil à la main :
Des larmes tombent sinon on est aveuglé : plus de larmes.
Mon Dieu ! que l’on est bien au milieu des siens. (Corpus personnel)

53On reconnaît là deux proverbes : l’un au vers 2 et l’autre au vers 3 et 4. En plus de la mesure métrique (11 syllabes avec 6 mesures rythmiques), on notera la structure binaire des deux proverbes relevée par tous les chercheurs (voir la synthèse récente de Charlotte Schapira, Les stéréotypes en français : proverbes et autres formules, Paris, Ophrys, 1999, particulièrement : p. 95-99) :

Yan inḍun ur uggin

Sauter sans prendre de précaution

Tasa a f a nn-iṭṭar

Le foie en sera blessé

Taẓult a nn-igan afus n yan i ṭiṭṭ

L’antimoine est la cause du doigt qui touche l’œil

Yak°i aman nɣ ibbukḍ a ur sul allan.

Son acuité grandit ou il devient aveugle, plus jamais de larmes.

54Cette structure peut être étendue aux vers qui ne sont pas des proverbes. Toutefois, il faut bien noter que cet aspect « formulaire » de cette poésie est si fort qu’on le retrouve dans la poésie écrite d’aujourd’hui qui, théoriquement, prétend rompre avec le vers mesuré. En voici un exemple :

Ini kra ad aremx awal

Chante pour que je chante

Ak°tay ka sul iddern

Seul le souvenir est encore vivant

F iggi n isemḍal

Au-dessus des tombes

Nettyagal ser-s nekki d-im

Nous y sommes suspendus toi et moi

Ar ax-iserwat

Et il nous piétine

Iɣ iḍer kra s tguḍi

Si le regret est écrasant

Yarem tallasin

Qu’on goûte aux légendes

55Les deux derniers vers forment un énoncé dont l’aspect proverbial est marqué par sa forme générique mais aussi par sa structure binaire dont chacun des éléments constitue un vers. Cette structure est généralisée dans ce fragment de poème qui se veut hors de la métrique et de la rythmique traditionnelles. Pourtant il échappe difficilement au binarisme de type proverbial qui l’inscrit dans la tradition esthétique dont il veut se libérer.

56Qu’en est-il du rapport du proverbe et du conte ? On sait que le proverbe est utilisé comme conclusion morale dans les contes que les folkloristes appellent contes d’animaux. Mais il n’y a pas qu’eux. On le trouve aussi dans les autres, particulièrement dans les contes moraux comme ceux publiés par Leguil. En effet, le conte no 10 (p. 145-151) en contient un comme morale. L’époux surprend sa femme voler la moitié du lait de leur vache et lui dit : Iɣ imun yan, imun nit i uɣɣu ula tamudit [...], « Si l’on est ensemble, on l’est pour le lait et pour le beurre = on est uni pour le bien et pour le pire », avant de la répudier. Comme dans les contes d’animaux, le proverbe dénomme la situation mise en scène par le récit. Certes, il y a un sens littéral mais l’on sait que le récit est une motivation du proverbe comme l’étymologie cratyliste l’est pour le mot.

57Dans le même conte, on trouve un proverbe au milieu du récit : Maxx tella tmugayt ɣ ilia leḥlib bla udi ?, « Une vache qui donne du lait sans beurre existe-t-elle ? ». Il exprime l’étonnement (un paradoxe) du mari. Cet emploi du proverbe est comparable à celui du poème ou à celui de la conversation naturelle. La seule différence réside, comme pour le précédent, dans le fait qu’il a un sens littéral ; ce qui n’est pas toujours le cas en poésie ou dans la conversation. En d’autres termes, le proverbe fonctionne ici comme les proverbes météorologiques. La situation mise en scène par le récit est semblable à la situation de la météorologie. Elle se présente comme un « réel » alors qu’elle est fictionnelle.

Aspects poétiques du proverbe : logique, rhétorique et rythme

58Un grand nombre de proverbes adoptent la logique déductive bien connue du syllogisme. Sur le plan strictement formel, la mineure et la conséquence du syllogisme doivent avoir un sujet singulier, bien individualisé par opposition au caractère générique de la majeure comme dans l’exemple canonique grec :

Tous les hommes sont mortels
Socrate est un homme
donc Socrate est mortel

59On voit bien que « tous les hommes », formule générique, s’oppose à Socrate, dénomination singulière. Voyons comment la logique syllogistique fonctionne dans le proverbe berbère. Voici un exemple :

Iga lɣ°ecc ttaɣ-kra, yan ɣ illa da t-ineqqa

60La malhonnêteté est une maladie. Quiconque est malhonnête en mourra.

61Traduisons-le en syllogisme :

Iga lɣ°ecc ttaɣ-kra

La malhonnêteté est une maladie

Yan ɣ illa lɣ°ecc

Celui qui est malhonnête

Yan-ann ra t-yaɣ kra

Celui-là en sera malade.

62Or, notre proverbe ne fonctionne pas de la même manière que le syllogisme. Il singularise tout en restant dans le général. En effet, l’indéfini yan joue ce rôle-là et signifie bien « celui qui » ou « quiconque ». et permet, en tant que pronom indéfini, de maintenir le caractère général du proverbe là où il est nécessaire d’avoir de la singularité dans le syllogisme. En effet, le rapport entre la majeur et les deux autres composantes ne répond pas à la loi du syllogisme : la majeure est, certes, une affirmation universelle, du moins générale, mais la mineure est aussi une affirmation générale alors qu’elle doit être singulière. Il y a donc une entorse à la loi du syllogisme. Une grande partie du corpus berbère consulté imite cette forme du syllogisme. C’est pourquoi l’on peut considérer qu’il s’agit d’une forme rhétorique syllogistique du proverbe.

63Il faut préciser toutefois que tous les proverbes n’exhibent pas les trois propositions constitutives du syllogisme comme on vient de le voir. C’est, là encore, une preuve de l’aspect rhétorique de la forme syllogistique. Certains en élident une ou deux. Ainsi les exemples suivants :

(i) Nniyt a yesserbaḥn

C’est la bonne foi qui rend prospère

(ii) Iɣ teffeɣ lεemmart ur ad sul tturray

Lorsque le coup de feu est parti, il ne revient plus.

64Voici la reconstruction de la forme syllogistique de ces deux proverbes :

1. Nniyt a isserbaḥn

C’est la bonne foi qui rend prospère

2. Kra n yan dar-s nniyt

Quelqu’un est de bonne foi

3. Kra n yan-ann irbeḥ

Ce quelqu’un est prospère.

1. Lεemmart iffuɣn ur a tturray

Le coup de feu tiré ne revient pas

2. Kra n yan issufɣ lεemmart

Quelqu’un a tiré un coup de feu,

3. Kra n yan-ann ira ad turri

Ce quelqu’un veut que le coup revienne.

65On notera que le proverbe occupe la place de la majeure. C’est le cas de ce type de proverbes. Rien d’étonnant à cela : la majeure est la proposition générique par excellence, elle énonce une attribution universelle.

66Mais si le premier proverbe ne pose pas de problème, le second en pose dans sa conclusion. En effet, cette dernière contredit la majeure. En d’autres termes on attribue au sujet singulier le fait de désirer l’impossible exclu par la majeure. C’est le fonctionnement de beaucoup de proverbes utilisant la forme négative.

67On en conclura que la forme syllogistique du proverbe, qu’elle soit explicite ou implicite, constitue une de ses caractéristiques rhétoriques fondamentales. Elle participe à coup sûr à son esthétique puisqu’elle permet de tester la bonne formation du proverbe.

68Un autre aspect de cette esthétique est le rythme de l’énoncé proverbial. En effet, sa structure binaire entrevue plus haut est souvent soulignée par des procédés sonores utilisés en poésie. Les plus importants d’entre eux sont le parallélisme et le chiasme. Voici des exemples de parallélismes multiples :

(a) Gar ag°lla, gar aɣu

69Mauvaise bouillie, mauvais petit lait = qui se ressemble s’assemble.

(b) Ẓer udm-ns, tsut aɣu-ns Vois son visage et bois son petit lait

70Les deux proverbes ont une structure binaire bien évidente d’autant plus que les deux éléments constitutifs de cette structure sont marqués : dans (a) la répétition de la particule gar marque le début de chaque élément et dans (b) la répétition du pronom possessif ns marque la fin et fonctionne comme une rime. De plus, les deux segments constitutifs de chaque proverbe ont le même nombre de syllabes (3 + 3 chaque fois).

71On terminera ces remarques par une note grammaticale. En effet, dans (a) le mot aglla n’est pas en usage dans le langage courant mais il n’est pas aberrant puisqu’il est construit sur le schème de l’augmentatif (masculin). C’est le féminin, taglla, qui est requis. Pourquoi donc cette entorse à l’usage dans un genre réputé populaire ? On ne voit qu’une explication esthétique : c’est le goût du parallélisme encouragé par la structure binaire, notamment parallélisme syntaxique, métrique, morphologique et phonémique. Telle est la tendance de l’esthétique du proverbe à structure binaire. Cette esthétique l’apparente fortement à la poésie.

72Venons-en maintenant au mimétisme du proverbe. Voici un exemple :

Tezwar tamegra tameɣra

La moisson précède le mariage

73On peut y voir un proverbe « météorologique » marquant les périodes dans une saison comme ici : en été, la période de la moisson, précède celle des fêtes. Il peut être reçu comme conseil pour un noceur. Quoiqu’il en soit, on notera le parallélisme phonique entre les deux derniers termes. En effet, tamegra et tameɣra ont la même structure morphologique, le même genre (féminin), le même nombre (singulier) et surtout, ce qui retient l’attention de l’auditeur, les mêmes phonèmes sauf un. En d’autres termes, ils constituent ce que les phonologues appellent une paire minimale, c’est-à-dire que les deux phonèmes qui les distinguent ne diffèrent que par un seul trait, le minimum de différenciation possible. Tout ceci concourt à affirmer que le proverbe tend à réaliser le principe de la poéticité chez Jakobson : projeter l’axe paradigmatique sur l’axe syntagmatique.

74Si donc ces deux objets (moisson et fête) sont presque identiques, il y a un élément à la limite de la perception (g/ɣ) qui les distingue radicalement sur le plan du signifiant. L’un précède l’autre et l’une vient après l’autre, l’imperceptible phonético-phonologique est une figuration du caractère imperceptible du temps, de la succession des périodes. L’énoncé imite le temps, plus précisément la succession temporelle, voire éthique (faire les choses selon leur ordre naturel). Cette imitation est mise en scène sur deux plans : la mise en équivalence linguistique des deux termes concernés (parallélismes), leur distinction par la place qu’occupe chacun sur le plan syntagmatique codé, sur le plan sémantique, par un verbe qui dit qui est le premier des deux événements. Ce mimétisme ou, pour reprendre Genette, ce cratylisme est un autre aspect de l’esthétique du proverbe berbère. Notons aussi que ce proverbe fait ce qu’il dit en même temps qu’il le dit et se comporte, ainsi, comme un énoncé illocutoire d’une grande puissance argumentative et cela fait partie de son esthétique.

Conclusion

75Nous avons mis en lumière, dans la première partie de cette notice, le peu d’intérêt des chercheurs pour les études parémiologiques berbères et, par conséquent, la rareté des études et le caractère quelque peu répétitif des collectes. C’est ainsi que nous ne disposons d’aucun corpus de proverbes dans leur usage naturel, excepté dans la poésie et dans les contes.

76Dans la seconde partie nous avons tenté de montrer certains traits esthétiques de cette forme brève de la littérature berbère traditionnelle. C’est ainsi que nous avons insisté sur sa logique imitative du syllogisme, sa structure binaire impliquant des marquages et des parallélismes sur tous les plans de l’expression verbale et sa mise en scène de ce qu’il dit au plan de l’expression de ce dit (cratylisme).

Haut de page

Bibliographie

Recueils bilingues berbère/français

Aït Ahmed-Slimani S., 1996 – Proverbes berbères de Kabylie, Paris, L’Harmattan, 160 p. (240 proverbes transcrits en caractères latins, traduits et commentés en français, avec un index des mots clefs.)

Ag Solimane A. et Walentowitz S., 1994 – Ennan kel awal Les gens de la parole disent. Proverbes touareg de l’Azawagh, Saint-Jean-du-Bruel, Atelier du Tayrac, 93 p. (notation tifinagh et latine, traduction française et commentaire).

Ag Solimane A., 1999 – Bons et mauvais présages. Croyances, coutumes et superstitions dans la société touarègue, L’Harmattan, Paris, 160 p.

Amahan A., 1983 – Abadou de Ghoujdama (Haut-Atlas marocain). Etude sociolinguistique, Paris, Geuthner, 248 p. (13 proverbes et locutions)

Azougarh M., 1989 – « Proverbes berbères (Maroc central) », EDB 5, p. 49-57 (60 proverbes provenant du Fonds Roux).

Bentolila F. (éd.), 1993 – Proverbes berbères, Paris, L’Harmattan/wal, 178 p. (Bilingue français-berbère : 814 dont 502 en dialecte rifain, 312 en tamazight et 50 en chleuh).

Berkani Abdelhnin, « Du dialecte rifain vers une koiné berbère », Majallat Târîkh al-Maghrib 6, 1995, p. 97-116 (article sans intérêt mais 84 proverbes rifains avec leur traduction en arabe).

Bernus E., 1989 « Paroles convenues. Mots et jeux de mots Touaregs », dans Graines de parole. Puissance du verbe et traditions orales. Textes offerts à Geneviève Calame-Griaule, Paris, Editions CNRS, p. 79-89.

Delheure J., 1990 « Proverbes et dictons de Ouargla », EDB 7, p. 111-135. (218 proverbes et dictons).

Ag Erless M., 1999 – « Il n’y a qu’un soleil sur terre ». Contes, proverbes et devinettes des Touaregs Kel-Adagh », Aix-en-Provence, Cnrs (Travaux et documents de l’Iremam : 20),, p. 63-74 (118 proverbes).

Foucauld Ch. de et Calassanti-Motylinski A. de, 1984 – Textes touaregs en prose, Aix-en-Provence, Edisud, 360 p. (6 « sentences », p. 276).

Genevois H., 1996 – Monographies villageoises. 2. Ljemεa n Ssarij – Tawrirt n At-Mangellat, Aix-en-Provence, Edisud, 318 p. (6 dictons, p. 70-79).

Giacobetti A., 1994 – « Proverbes et dictons kabyles (enquête inédite, 1905-1943), EDB 10, p. 171-232. (511 proverbes transcrits en caractères latins avec traduction et évocation de la situation d’emploi ; ils sont classés selon le modèle du dictionnaire d’Elie Blanc, c’est-à-dire selon les champs sémantiques suivants : Dieu et ses attributs (78), les vertus cardinales (94), la justice (39), la force de caractère (22), l’avarice (40), La vérité et l’âme humaine (52), l’homme individuel (30), l’homme en société (30), la société (22), le bonheur et le malheur (62), les classes sociales (5), les animaux, les végétaux, divers (22), l’islam (9)).

Grim M., 1996 – Proverbes et dictons kabyles : l’expression d’un peuople, Troyes, Librairie bleue, 116 p.

Hamdaoui M., 1997 – Parémiologie berbère (dialecte tarifit) : Analyse sémantique et linguistique, Oujda, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Thèse de Doctorat d’Etat, 3 vol., 778 p. + 192 p. (Corpus de 1234 proverbes)

Hemling W., 1980 – Sprichwörter der Tuareg, Frankfurt, Qumran Verlag (Cassette et 14 feuillets, non consulté).

Mosdok-Touiti K., 1986 – La stratégie du mariage chez les Chorfas de Tazerwalt, Rabat, Centre National de Coordination et de Planification de la Recherche Scientifique, 346 p. (Des proverbes chleuhs sont cités et commentés).

Nacib Y., s.d., – Proverbes et dictons kabyles, Alger, Maison des livres, 327 p. (1300 proverbes et dictons : texte berbère noté en latin et en arabe, traduction et commentaire).

N’Aït Attik M., 1986 – Les chants de la Tassaout, Casablanca, Editions Belvisi, 187 p.

Louali-Raynal N., Decourt N., Elghamis R., 199 – Littérature orale touarègue. Contes et proverbes, Paris, L’Harmattan, 246 p.

Louis de Vincennes (Sr.) et Dallet J.-M., 1960 – Initiation à la langue berbère (Kabylie), Fort-National, Fichier de Documentation Berbère, 2 vol. (15 proverbes transcrits en caractères latins avec traduction françaises, vol. 2, p. 43-44 en fin de volume).

Ould Braham O., 1989a – « Locutions et proverbes kabyles d’après un recueil manuscrit de 1928-1932 », EDB 5, p. 58-84. (183 locutions et proverbes, Archives d’Outre-mer à Aix, recueil de Martial Rémond en Grande Kabylie).

Ould Braham O., 1989b – « Proverbes et dictons kabyles d’après une collecte personnelle », EDB 6, 1989, p. 94-119. (203 proverbes et dictons).

Oumériem Y., 1986 – Essai d’analyse sémiotique d’un corpus de proverbes berbères, Thèse de 3e cycle, Université de Paris X (dir. M. Arrivé).

Peyron M., 1993 – « Proverbes de l’Atlas marocain de Taza à Azilal », EDB 9, p. 73-93. (171 bons mots, dictons et proverbes d’une collecte personnelle chez les Ayt Waraïn).

Podeur J., 1995 – Textes berbères des Aït Souab. Anti-Atlas, Maroc, Aix-enProvence, Edisud, 159 p. (p. 48-55). (Collecte de 28 proverbes chleuhs en 1940). Roux A., 1995 – « Enigmes et proverbes en berbère tachelhit, EDB 12, p. 183-197. (Corpus inédit de 73 proverbes chleuhs suivis de 11 vers proverbiaux de Sidi Hemmu)

Recueils bilingues berbère/arabe

Moustaoui M., Nnan willi zrinin, Casablanca, Imprimerie al-Andalous, 1980, 94 p. (80 proverbes chleuhs transcrits en notation arabe, traduits et commentés en arabe).

Moustaoui M., Tifawin, Casablanca, Imprimerie Taysir, Fascicule 1, 1985, 62 p., fascicuele 2, 1986, 62 p., fascicule 3, 1989, 74 p., fascicule 4, 1990, p., fascicule 5, 1991, p., fascicule 6, 1993, 32 p., fascicule 7, 1995, 59 p. (Recueil de proverbes en transcription arabe et commentaires, généralement des récits ou des situations d’emploi.)

Tirchine S., Ul inu (Mon cœur), Ghardaïa, Dâr al-Kutub, 1994, 325 p. (Recueil en mozabite, arabe et français. Poèmes mozabites et 22 proverbes)

Recueils de proverbes en traduction uniquement

Achour Chr. et Ali-Benali Z., 1989 – Contes algériens, Paris, L’Harmattan, 154 p.

Etudes

Aït Ferroukh F., 1995 – « Proverbialisation du vers. Un fait d’intertextualité berbère (Kabylie) », LOAB, 22-23, p. 29-51.

Bernus E., 1989 – « Paroles convenues. Mots et jeux de mots Touaregs », Paris, Editions du Cnrs, p. 79-89.

Bounfour A., 1979 – « Poésie et proverbe », Traces [Rabat], p. 15-27. Repris dans Le noeud de la langue. Langue, littérature et société au Maghreb, Edisud, 1994, p. 105-112.

El Mountassir A., 1992 « La littérature proverbiale chez les Achtoukn (Souss, Sud du Maroc) », Dirâsât (Agadir), 6, p. 105-131.

Oumeriem Y., 1986 – Essai d’analyse sémiotique d’un corpus de proverbes berbères, Paris, Université de Paris X, Doctorat de 3e cycle.

Westermarck E. A., 1930 – Wit and Wisdom in Morocco : a Study of Native Proverbs, London, Routlege.

Domaines voisins

Chetrit J., 1998 – « Dire proverbial et dire méta-textuel. Analyse socio-pragmatique de proverbes judéo-marocains », Cahiers de Littérature Orale, 44, p. 143-171.

Nnaji M., 1986 – Recueil de proverbes en usage à Oujda. Contribution à l’élaboration d’un corpus général des proverbes marocains, Thèse de 3e cycle (J. Molino, Dir Nnaji M., 1990 – « La parémiologie : Quelques tendances des études récentes », Revue de la Faculté des Lettres d’Oujda, 1, p. 57-65.

Nnaji M., 1991 – « Les proverbes marocains édités : bibliographie critique », Revue de la Faculté des Lettres d’Oujda, 2, p. 23-30. (Bibliographie du proverbe en arabe)

Nnaji M., 1992 – « Les proverbes en usage à Oujda », Revue de la Faculté des Lettres d’Oujda, 3, p. 63-86. (Méthode de collecte, exemples de proverbes).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abdellah Bounfour, « Proverbe berbère »Encyclopédie berbère, 39 | 2015, 6573-6590.

Référence électronique

Abdellah Bounfour, « Proverbe berbère »Encyclopédie berbère [En ligne], 39 | 2015, document P74, mis en ligne le 20 février 2024, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/3937 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.3937

Haut de page

Auteur

Abdellah Bounfour

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search