Navigation – Plan du site

AccueilVolumes39Psylles

Entrées d’index

Mots clés :

antiquité, tribu
Haut de page

Texte intégral

1Les Psylles sont liés à l’origine, surtout en son milieu, au rivage de la Grande Syrte, que, vers 500 avant notre ère, Hécatée (in St. de Byz., Ethn., Meineke, p. 703) appelait Golfe psyllique. Après qu’ils eurent été, selon Hérodote (IV, 173), ensevelis par le vent du Sud contre lequel ils étaient partis en guerre, leur territoire fut occupé par les Nasamons*. Le fait est que le Périple de Scylax, au IVe siècle avant notre ère, ne les mentionne pas. Pline l’Ancien (VII, 14) estime, avec quelque vraisemblance, que ce sont les Nasamons qui les exterminèrent presque entièrement. Ceux qui survécurent, développèrent pour guérir les morsures de serpents et les piqûres de scorpions une expertise que célèbrent des auteurs du IIe siècle avant notre ère comme Agatharchide, Callias ou Nicandre (cf. Élien, N. A. XVI, 27-28). Strabon (II, 5, 33 et XVII, 3, 23), d’après Posidonius (début du Ier s. avant notre ère), mentionne les Psylles en arrière de la Grande Syrte, avec les Nasamons et des Gétules* (les Maces* ?). En 47 avant notre ère, cette tribu rendit de grands services à l’armée de Caton en butte aux serpents et aux scorpions dans la traversée de la Syrte (Lucain, IX, 891 sq. ; Plutarque, Cato mi. LVI, 3). Pline (V, 27) fait état du passé des Psylles et les situe de façon erronée « au-dessus », c’est-à-dire pour lui au sud, des Garamantes (peut-être ici pour Gamphasantes*). C’était devenu une population errante, spécialiste des venins, et on en rencontrait même en Sicile où, selon Pline (XI, 89), ils auraient essayé à mainte reprise d’introduire des scorpions pour s’assurer des moyens d’existence en guérissant les victimes de ceux-ci. Le même Pline (XXV, 123) dit avoir vu des Psylles, mais on ne sait si ce fut en Afrique ou en Italie. Quelques décennies plus tard, Ptolémée (G. IV, 4, 6, Müller p. 670) les localise à l’intérieur des terres et à l’est des grottes des Lasanikes*, qui, selon A. Laronde (p. 272-274), seraient à identifier avec celles de Slonta, à 38 km au S. S.-O. de Cyrène et non loin de la zone du silphium. Signalons enfin que le nom des Psylles est mentionné comme anthroponyme en Égypte à partir de l’époque ptolémaïque sous la forme démotique P3-sllws. Dans plusieurs occurrences, le déterminatif employé signifie que cet anthroponyme est considéré par le scribe comme un nom étranger ; quant au P3 initial, il a pu être réinterprété parfois comme un article masculin singulier, cf. Demotisches Namenbuch, p. 217, no 3 et 4 (observations que je dois à l’aimable compétence de M. Frédéric Colin).

2Il est tentant, à la suite d’O. Bates (p. 66), de retrouver les Psylli dans les Seli* de l’époque romaine, auxquels ont appartenu les localités de Digdida Selorum (Wadi el-Harriga, cf. T. de Peut., segm. VIII, 1-2) et de Macomades Selorum (Sirte, cf. T. de Peut., segm. VIII, 1), d’autant plus que, comme l’a observé Bates, aucun phonème ne semble correspondre en libyque au *ψ du grec. Il se pourrait bien que Psyllos soit une interprétation grecque peu flatteuse d’un ethnonyme libyque, le nom commun psyllos ou psylla (avec hésitation sur le genre) signifiant en grec « puce » ou désignant une sorte d’araignée venimeuse (F. Colin, p. 165-166). Peut-être ces Libyens de la Grande Syrte étaient-ils implicitement comparés à des talitres (« puces de mer » vivant dans le sable, cf Aristote, H. A. IV, 10).

3Les textes célébrant les talents des Psylles comme charmeurs de serpents et comme guérisseurs ont été étudiés récemment par F. Colin (p. 161-215) en un savant excursus. Sur les Psylles indiens mentionnés par Élien (N. A. XVI, 37), distingués par lui de ceux de Libye et probablement contaminés par les Pygmées, cf. P. Schneider (p. 73, n. 57).

Haut de page

Bibliographie

Bates O., The Eastern Libyans. An Essay, Londres, 1914.

Colin F., Les peuples libyens de la Cyrénaïque à l’Égypte d’après les sources de l’Antiquité classique, Bruxelles, 2000.

Laronde A., Cyrène et la Libye hellénistique, Paris, 1987.

Lüddeckens E. et coll., Demotisches Namenbuch, I, 1, Wiesbaden, 2000.

Schneider P., L’Éthiopie et l’Inde. Interférences et confusions aux extrémités du monde antique, Rome, 2004.

Winnicki J. K., « Der libysche Stamm der Bakaler in Ägypten », Ancient Society, 36, 2006, p. 140.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jehan Desanges, « Psylles »Encyclopédie berbère, 39 | 2015, 6605-6606.

Référence électronique

Jehan Desanges, « Psylles »Encyclopédie berbère [En ligne], 39 | 2015, document P76, mis en ligne le 20 février 2024, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/3962 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.3962

Haut de page

Auteur

Jehan Desanges

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search