Navigation – Plan du site

AccueilVolumes39Ptolémée de Maurétanie

P77

Ptolémée de Maurétanie

Michèle Coltelloni-Trannoy
p. 6606-6609

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Ptolémée est le dernier souverain de la Maurétanie*, dernier royaume de l’Afrique préromaine. En 25 ou 24 av. J.-C., Auguste avait placé à la tête de ce vaste territoire le père de Ptolémée, Juba (II)*, fils du roi numide Juba (I)*, descendant de Massinissa* et allié des pompéiens. La mère de Ptolémée était elle aussi une princesse de haut rang, Cléopâtre Séléné*, fille du triumvir Marc Antoine et de la reine d’Égypte Cléopâtre (VII) ; elle fut élevée, comme son futur époux, à Rome, au palais impérial. Le nom que le couple royal donna à son unique enfant, Ptolémée, indique bien le projet politique qui était le sien. Pour partie, il correspondait à l’idéologie augustéenne : unir les traditions africaines (lagide et numide), l’Orient et l’Occident, enfin les descendants des ennemis d’hier, sous l’égide du nouveau maître de Rome. Il visait aussi à exalter une lignée numide ternie par l’échec de Juba (I) en l’associant à la prestigieuse dynastie lagide. Sur ce jeune prince, les sources littéraires sont avares : il faut se reporter essentiellement à son monnayage et à celui de son père pour restituer la chronologie du règne et les choix politiques du roi, en y associant les données de l’épigraphie et celles de la statuaire qui permettent de réunir quelques informations supplémentaires. Le prince était citoyen romain comme son père et sans doute sa mère et portait donc le nom de Caius Iulius Ptolemaeus : ce nom est indirectement connu à partir de celui que portaient ses affranchis dont plusieurs urnes ou stèles ont été découvertes dans les nécropoles de Caesarea*. Son éducation fut celle des jeunes garçons de l’élite romaine, jusqu’au voyage de jeunesse qu’il effectua dans le monde grec : des statues honorifiques commémorent son passage à Athènes, à Xanthos et à Soura (IG, II/III2, 3445 ; IGR, III, 612 ; B. Ep., 1963, 253). Les portraits du souverain, monétaires ou lapidaires (au nombre de 13) suggèrent que sa naissance eut lieu vers 15/14 d’après l’analyse de C. Landwehr ; lorsqu’il est associé à son père en 19/20 ap. J.-C., c’est déjà un homme d’environ 35 ans, appelé à compléter son éducation politique avant d’assurer la plénitude du pouvoir en 24 (an V de son règne : MMA, p. 430, n° 257-262). C’est également cette année là qu’il reçut les ornements triomphaux et le titre de rex amicus et socius pour avoir engagé son armée dans les derniers combats qui depuis 17 opposaient les Romains et les unités maurétaniennes à la révolte de Tacfarinas* (17/24) : ces honneurs sont connus à la fois par Tacite (Annales, IV, 26, 4) et par le monnayage royal (CNNM, no 440-450 = MAA, p. 427 Revers C, ornements triomphaux). Les allusions désobligeantes de Tacite à l’encontre du roi, lui reprochant de laisser le royaume aux mains de ses affranchis et de ses esclaves, ce qui aurait incité une fraction des Maures à rejoindre Tacfarinas (Annales, IV, 23, 2), recouvrent une certaine réalité. Elles suggèrent en effet une forme d’administration inspirée de l’administration impériale, telle qu’elle se met en place au Palatin à partir d’Auguste. Or le roi avait effectivement accordé à un affranchi, Aedemon*, la direction de l’armée royale, une charge qui couronnait certainement ses compétences et sa loyauté : à juste titre, puisque Aedemon entra en rébellion à l’annonce de l’exécution du roi par Caligula au cours de l’hiver 39 et perdit la vie quelques mois plus tard dans un combat décisif non loin de Volubilis en Maurétanie occidentale (Pline, HN, V, 11, 1 ; IAM, lat., 448). Les raisons et les conditions exactes de l’arrestation du roi et de son exécution sont obscures, d’autant plus que les relations entre Caligula et son royal cousin semblent avoir été longtemps excellentes : Suétone rapporte une anecdote témoignant de leur bonne entente (Caligula, LV, 3) ; et lorsque en 39 Ptolémée se rendit en Gaule où séjournait alors l’empereur, ce fut à l’invitation de ce dernier et en même temps que deux autres rois très bien en cour, Agrippa de Judée et Antiochos de Commagène (Suétone, Caligula, XXXV, 2 ; Dion Cassius, LIX, 24, 1 et 25, 1). Son arrestation et son exécution furent donc soudaines et inattendues : son manteau de pourpre aurait excité la jalousie de Caligula (selon Suétone), plus sûrement sa méfiance à l’égard d’un cousin qui osait faire état de manière ostentatoire de son rang et de sa puissance en public. Plusieurs hypothèses ont été avancées à ce sujet, mais aucune n’est certaine : la moins fantaisiste fait de lui un comparse des conjurés ligués en 39 autour du légat de Germanie, Cn. Cornelius Lentulus Gaetulicus (CIL, VI, 32346, f, l. 1-8 = J. Scheid, Romulus et ses frères, 1990, p. 400-402), dont le père avait été peut-être un proche de Juba (II) ; d’autres personnages de haut rang furent accusés de complicité, en particulier les deux soeurs de Caligula et son beau-frère, M. Aemilius Lepidus (Suétone, Caligula, XXIV, 5 ; Dion Cassius, LIX, 22, 5-7). Il n’est pas exclu que Ptolémée, cousin de l’empereur, ait été contacté et ait accepté de se joindre au complot, ou du moins que Caligula ait nourri des soupçons à son endroit. Sa mort dut intervenir fin 39 : aucune monnaie royale ne fut émise à Caesarea pour l’année 40 et l’ère provinciale prend son origine au 1er janvier 40 (Di Vita-Evrard, 1992). Le roi ne laissait pas d’héritier et on ne lui connaît pas d’épouse. L’épitaphe d’une affranchie royale, Iulia Bodine, mentionne la maîtresse de celle-ci, Regina Urania (AE, 1946, 102), dont les noms suggèrent à la fois une origine servile et un statut privilégié à la cour, peut-être celui d’une concubine influente ; encore ignore-t-on si son maître était Juba ou Ptolémée. La fin dramatique du roi et le jugement dépréciatif de Tacite ont amené la tradition moderne à dresser de lui un portrait sans indulgence (Gsell, HAAN, VIII, p. 277 sq.) : celui d’un roi falot et incompétent, dépourvu de la dimension intellectuelle de son père. Les quelques informations dont nous disposons sur son règne montrent cependant qu’il a maintenu les mesures innovantes prises par son père, inspirées du modèle impérial et de nature à conforter le pouvoir de la dynastie maurétanienne. En témoignent les formes nouvelles du culte royal ainsi que la continuation des chantiers engagés à Caesarea, le renforcement de cette administration d’affranchis dont il a été question plus haut et les relations étroites avec la Bétique : Ptolémée est duumvir de Carthago Noua (CNNM, no 512-314), à la suite de son père, un hommage qui reconnaissait en lui un patron précieux, apparenté à la famille impériale. Le monnayage de Ptolémée s’inscrit également dans la continuité des réformes monétaires de son père, mais en infléchissant de manière originale l’héritage paternel. L’impression générale est celle d’un numéraire qui du point de vue métrologique et iconographique n’offre aucune rupture avec le modèle dominant romain. Ainsi les bronzes se rapprochent-ils de leurs homologues romains, et les deniers des quinaires tandis que les aurei restent des émissions de prestige. Toutefois, l’iconographie abandonne les motifs directement augustéens (autel d’Auguste) et ne fait pas la moindre allusion à un culte adressé à Tibère ; les thématiques héracléenne et africaine (si riches dans le monnayage de Juba II), qui étaient chargées de revendiquer la légitimité du roi, se limitent chacune à un type (la massue, le palmier) ; l’autorité royale se manifeste par des effigies plus réalistes et par l’affirmation de la généalogie, en n’hésitant pas à mentionner l’aïeul ennemi de César (rex Iuba regis Iubae f. : MAA, p. 427, Avers G et n° 360-362). Quant aux six portraits en marbre de Ptolémée le représentant à l’âge adulte, ils sont eux aussi en rupture par rapport aux spécimens antérieurs et aux conventions que son père avait choisies pour diffuser son image et celle de son héritier. Ces caractéristiques dressent du roi le portrait d’un souverain allié de Rome et plus sûr que son père de la légitimité et de la longévité de son pouvoir.

Haut de page

Bibliographie

Il convient de se reporter aux notices de l’EB rédigées sur Juba (I) et (II) et sur la Maurétanie (royaume), ainsi qu’aux notices indiquées dans le texte par un astérisque.

Alexandropoulos J., Les monnaies de l’Afrique antique (400 av. J.-C.-40 ap. J.-C.), Toulouse, 2000 [= MAA].

Coltelloni-Trannoy M., Le royaume de Maurétanie sous Juba II et Ptolémée (25 av. J.-C.-40 ap. J.C.), Paris, 1997.

Coltelloni-Trannoy M., « Les liens de clientèle en Afrique du Nord, du IIe siècle av. J.-C. jusqu’au début du principat », BCTHS, n.s., 24, 1997, p. 59-82.

Di Vita-Evrard G., « La dédicace des horrea de Tubusuctu et l’ère de la province dans les Maurétanies », dans L’Africa romana, IX (1991), Sassari, 1992, p. 843-861.

Gsell St., Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, Paris, 1913-1928, t. VIII, p. 277-287 [= HAAN].

Landwehr Chr., « Les portraits de Juba II, roi de Maurétanie, et de Ptolémée, son fils et successeur », Revue archéologique, 2007, 1, p. 65-110.

Mazard J., Corpus Nummorum Numidiae Mauretaniaeque, Paris, 1955 [= CNNM].

Roller D.W., The World of Juba II and Kleopatra Selene. Royal Scholarship on Rome’s African Frontier, New York, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Coltelloni-Trannoy, « Ptolémée de Maurétanie »Encyclopédie berbère, 39 | 2015, 6606-6609.

Référence électronique

Michèle Coltelloni-Trannoy, « Ptolémée de Maurétanie »Encyclopédie berbère [En ligne], 39 | 2015, document P77, mis en ligne le 20 février 2024, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/3964 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.3964

Haut de page

Auteur

Michèle Coltelloni-Trannoy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search