Navigation – Plan du site

AccueilVolumes39Punique et berbère

Entrées d’index

Mots clés :

antiquité, punique
Haut de page

Texte intégral

1L’influence du phénicien, pour les contacts initiaux, et surtout du punique, pour la période « carthaginoise », en Afrique du Nord en général et sur le berbère en particulier est certainement considérable, bien qu’elle ne soit pas toujours aisée à mettre en évidence. La présence phénicienne et punique est ancienne : à partir de XIIe siècle avant J.-C. et Carthage est fondée en-814 ; durable ; elle s’étend sur plus d’un millénaire et perdure bien au-delà de la destruction de Carthage en-146 ; elle est portée non seulement par Carthage, grande métropole politique, économique, culturelle, mais également par un chapelet de cités côtières, de la Tripolitaine à la côte atlantique du Maroc, avec même quelques « poussées » à l’intérieur des terres où certaines villes importantes paraissent nettement plus « puniques » que « libyques », à commencer par Cirta/Constantine, la capitale numide.

2Influence d’autant plus forte que Carthage et ses satellites exerçaient, si ce n’est une domination politique directe, du moins une indiscutable hégémonie économique, technologique et culturelle sur le monde libyco-berbère, dont le niveau de développement général, en-dehors de quelques cités anciennes, était nettement moins avancé.

3L’influence linguistique phénico-punique peut être décelée à de nombreux niveaux.

4Un influence sur les usages linguistiques : le bilinguisme des élites politiques libyques est bien documenté, à la fois par les sources littéraires classiques et par les pratiques institutionnelles : monnaies à légendes puniques, inscriptions et épitaphes puniques ou bilingues punique/libyque. Il est établi qu’au moment de la destruction de Carthage, le punique était de fait la langue officielle de tous les royaumes indigènes, du moins de leurs expressions écrites.

5Les échanges commerciaux et culturels, l’action des rois et chefs indigènes utilisant le punique comme vecteur écrit, mais aussi la participation massive des Libyens aux aventures militaires de Carthage ont constitué les voies de diffusion du punique en Afrique du Nord. Les soldats de Carthage, en majorité d’origine locale, étaient nécessairement le lieu de contact entre les deux langues et les deux cultures ; l’auteur grec Polybe écrit à propos de la langue punique : « Presque tous ceux qui avaient combattu en Sicile la comprenaient » (Gsell, HAAN, II, p. 493/Polybe, livre I, 80, 6).

6Une influence sur l’onomastique : en premier lieu sur la toponymie puisque de nombreuses cités, côtières notamment, de l’Afrique du Nord portaient ou portent encore des noms d’origine phénico-punique (Skikda, Rachgoun...) ; mais aussi sur l’anthroponymie : les matériaux épigraphiques libyques, puniques et latins montrent une nette pénétration des noms puniques chez les Libyens ; parfois même, dans des cas de filiation sur trois générations, le fils peut porter un nom latin, le père un nom punique et le grand-père un nom libyque : Celer est fils d’Imilchon, lui-même fils de Gulalsan ! (CIL, V, 4922).

7Une influence certaine sur l’écriture libyque. Indépendamment de l’origine même de l’écriture, pour laquelle l’hypothèse d’un emprunt direct et total ne peut guère être envisagée (cf. Chaker & Hachi 2001), l’impact de l’écriture phénicienne/punique et de ses usages est bien établi à différents niveaux :

  • Par l’emprunt hautement probable de plusieurs caractères de l’alphabet phénicien (entre 5 et 7 caractères libyques présentent des ressemblances parfois nettes avec ceux de l’alphabet phénicien).

  • Par le développement de l’usage épigraphique, notamment funéraire, qui s’enracine dans la périphérie des cités puniques, comme cela apparaît clairement à travers la répartition géographique des inscriptions libyques ; un bel exemple en est celui de Hippo Regius/Annaba (Camps 1994). Le lien entre pratique scripturaire libyque et proximité punique a été souligné depuis fort longtemps par plusieurs auteurs (notamment Chabot 1940, Galand 1966, Benabou 1976...) ; mais cette donnée cartographique a souvent a été interprétées de manière erronée : la densité élevée des inscriptions libyques autour des cités puniques ou de fondation punique n’implique aucunement une « origine phénico/punique » de l’écriture libyque.

  • Les pratiques scripturaires autochtones, qui à l’origine semblaient limitées à de très brèves inscriptions ayant fonction de marquage emblématique, laissent place à des usages plus amples, plus systématiques et plus « textuels », comme les dédicaces monumentales de Dougga/Thugga. L’usage du libyque dans l’épigraphie funéraire – qui fournit l’essentiel des inscriptions antiques – est sans aucun doute à mettre au compte de l’influence des pratiques puniques car ce type d’utilisation paraît totalement absent dans les zones plus reculées et sahariennes.

  • Les caractéristiques formelles de l’écriture libyque subissent elles-aussi un impact sensible des usages puniques : dans les inscriptions les plus élaborées, l’orientation de l’écriture s’aligne sur celle du punique (de droite à gauche), alors que l’orientation traditionnelle du libyque est clairement de bas en haut ; le soin apportés à l’écriture est aussi maximal dans les inscriptions bilingues punique/libyque (qualité de la gravure, régularité des caractères, séparateurs de mots...).

8Une influence sur la langue elle-même, notamment son lexique, dont le berbère actuel porte encore les traces. De nombreux emprunts ont été identifiées depuis longtemps (Schuchardt 1912, Stumme 1912, Vycichl 1952, 1981, 2005) ; parmi les exemples les plus sûrs :

aẓalim, « oignon » (< bəṣāl-īm),

agadir, « rampart, citadelle » (< gādēr)

aɣanim, « roseau » (< qān-īm)

aɣrum, « croûte/pain » (< qərūm)

agusim, « écorce de noyer » (<; ӗgoz-īm)

amadir, « houe/hache » (< ma’dēr)

ahātim/azātim, « olivier » (touareg) (< zēt-im)

aẓrəf, « argent » et aẓarif, « alun » (<ṢRF / ṣārif)

9[conformément à la tradition des punicisants, l’original punique supposé est donné avec la vocalisation de l’hébreu.]

10L’influence lexicale s’est exercée notamment dans le champ des techniques et de l’agriculture, mais peut-être aussi dans des domaines plus sophistiqués : activités intellectuelles ou sociales : lməd « apprendre », ɣər « appeler/crier », gdəl « protéger/interdire » (cf. infra ; autres exemples probables chez Vycichl 1952).

11Mais bien d’autres termes pourraient avoir une origine phénico-punique, sans qu’il soit cependant possible d’en avoir la certitude absolue, pour deux raisons fondamentales :

  • Les deux langues appartenant à la grande famille linguistiques chamito-sémitique (ou afro-asiatique ; cf. A247 « Apparentement », EB VI, 1989), il existe nécessairement un stock de lexèmes communs, en particulier dans le fonds lexical de base ; il est donc souvent difficile de décider si une unité lexicale est empruntée ou si elle fait partir de l’héritage commun. Ainsi des noms berbères comme isəm, « nom », iləs, « langue »..., plusieurs noms de nombres (de 5 à 9 ; cf. N67 « Nombres/Numération », EB XXXIV, 2012), des verbes comme ɣər/qqar, « appeler, crier », lməd, « apprendre », gdəl, « protéger, interdire »... peuvent aussi bien ressortir du stock primitif chamito-sémitique – et donc faire partie de l’héritage commun – ou avoir été empruntés par le berbère au punique. Seule une analyse phonétique, morphologique et sémantique précise des formes attestées dans les deux langues peut, dans les cas favorables, permettre de trancher entre les deux hypothèses.

  • L’arabe, autre langue sémitique, donc directement apparentée au phénico-punique et plus lointainement au berbère, a apporté un nouveau sédiment lexical sémitique en Afrique du Nord. Il est parfois difficile de décider si une forme lexicale « sémitoïde » attestée en berbère a été empruntée au phénico-punique ou, plus tardivement, à l’arabe. Bien sûr, dans la plupart des cas, des indices phonologiques, morphologiques, sémantiques ou culturels permettent de trancher entre les deux hypothèses. Mais parfois, le doute subsiste : ainsi, le nom berbère du « cuivre », anas (cf. M97b, « Métaux », EB XXXI, 2010) présente une forme bien plus proche de celle de l’arabe (nuḥās> nḥas) que de celle du sémitique nord-occidental auquel appartient le phénicien (nӗḥošəṯ / nḥšt) ; pourtant, la majorité des auteurs qui admettent qu’il s’agit d’un emprunt considèrent pour des raison historiques fortes – les Phéniciens ont été de grands utilisateurs-diffuseurs du cuivre – que le mot berbère a dû être emprunté au phénico-punique et non à l’arabe.

12L’influence lexicale du phénico-punique est de ce fait probablement quelque peu masquée par la parenté linguistique, même lointaine, berbère/punique et par la strate d’emprunts à l’arabe. Pour ces deux raisons cumulées, assez souvent l’emprunt au punique ne peut être identifié avec certitude que si un trait morphologique spécifiquement « cananéen », comme le suffixe de pluriel nominal –im, peut être détecté.

L’implantation et la survie du punique : remarques du linguiste

13La question du degré d’implantation et de la survie du punique après la chute de Carthage est précisément abordée dans la notice précédente par J.-P. Laporte & M. Ghaki (P78 « Punicisadon »). Elle a été également traitée de manière fine et approfondie par Camps (1994) à propos du cas de Hippone, et nous l’avons-nous-même évoquée, pour la mettre en doute, sous la notice « Arabisation » (A252, EB VI, 1989).

14Parmi les historiens de l’Antiquité africaine, le sujet a fait l’objet de vifs débats après la parution en 1950 de l’article de Courtois qui a contesté une thèse déjà ancienne et précisément développée par Gsell : celle d’une implantation significative du punique dans les régions de vieille présence punique, notamment en Tunisie, dans le nord constantinois, en Tripolitaine... Thèse qui a aussi été défendue avec conviction par Gautier (1927). Des arguments sérieux ont été avancés en faveur de cette idée : les sources classiques, notamment le témoignage de saint Augustin, sont souvent nettes et permettent d’affirmer que le punique était encore connu sinon parlé au Ve siècle dans la région d’Hippone (Bône/Annaba). Même s’il existe de très sensibles nuances entre les spécialistes – l’approche de Camps 1994 est sans doute l’une des plus équilibrée et des plus prudentes-, la thèse semble actuellement faire globalement consensus chez les historiens de l’Antiquité.

15On ne reviendra pas ici sur les données techniques du dossier – qui ne sont du reste pas de notre compétence. On voudrait seulement formuler quelques observations de linguiste qui nous conduisent, non pas à rejeter la thèse d’une implantation territoriale significative du punique, mais du moins à la relativiser très sérieusement.

16En premier lieu, on doit fortement souligner que les témoignages antiques relatifs à l’implantation et à la survie du punique en Afrique du Nord sont d’une nature qui incite à la plus grande prudence : ils proviennent tous des sources littéraires savantes et/ou écrites de l’époque ; témoignages et témoins qui appartiennent donc à une culture profondément scripturaire, pour laquelle les usages du quotidien et oraux étaient sans aucun doute négligeables et indignes d’être signalés. Le cas de saint Augustin sur ce plan est emblématique : dans son œuvre considérable, les traces de la langue libyco-berbère sont plus que ténues – des traces au sens chimique du terme... Toute théorie fondée uniquement sur ces sources risque donc de donner une image très orientée et partielle des usages linguistiques réels.

17Par ailleurs, chez les historiens, la question a trop souvent fait l’objet d’une approche binaire : punique ou berbère. Or les réalités sociolinguistiques sont souvent, sinon toujours, beaucoup plus complexes et enchevêtrées. Deux ou plusieurs langues peuvent parfaitement coexister dans l’usage sur un territoire donné, avec des répartitions fonctionnelles et/ou sociales nettement différenciées : langue des couches populaires ~ langue des élites sociales, langue des villes ~ langue des ruraux, langue de l’oralité - langue de l’écrit, langue du quotidien ~ langue du religieux... Les situations de ce type ont été et sont quasiment la règle des configurations linguistiques ; l’idée de territoires, de populations et d’usages parfaitement homogènes et monolingues est une fiction sociolinguistique. Le cas de l’Afrique du Nord contemporaine est là pour le rappeler : le français et l’arabe classique, langues quasi exclusives des usages élaborés et des élites, coexistent avec le berbère et l’arabe dialectal, qui sont tout à fait prédominants dans les usages quotidiens ; ce qui n’empêche d’ailleurs pas certains milieux urbains socialement et culturellement favorisés d’avoir le français comme langue du quotidien... Il est donc impératif d’aborder cette question de l’ancrage du punique en Afrique du Nord à la lumière de la sociolinguistique contemporaine et non uniquement à l’aune des conceptions de l’historiographie de l’Antiquité, trop dépendante des sources écrites classiques.

18Enfin, il est probable que l’on ne tient pas assez compte du témoignage des sources arabes. Or, les auteurs arabes les plus anciens (Ibn ‘Abd al-Ḥakam, Al-Ya’qūbī...) ayant traité de la conquête arabe, et Ibn Khaldoun dans sa monumentale synthèse sur l’Histoire des Berbères, sont tous très clairs et explicites sur le sujet : point de trace de punique chez eux. Pour eux, le fond de la population de l’Afrique du Nord, le monde rural et tribal est berbère et rien d’autre. Il serait assez improbable que les Arabes aient trouvé à leur arrivée un usage important du punique – langue tout à fait différente du berbère, étroitement apparentée à la leur et dont ils connaissaient parfaitement des formes très proches : hébreu, araméen – sans qu’ils l’aient mentionné dans leurs nombreuses descriptions précises et fouillées. Rien ne permet à travers les sources arabes de percevoir en Afrique du Nord une autre réalité linguistique que le berbère et le latin dans le monde urbain romanisé et christianisé, précisément identifié comme tel sous les catégories de Rūm et Afāriqa. (cf. notice A75 « Afāriq », EB, II, 1985).

19Au regard de ces rappels et réflexions, la thèse d’une implantation du punique en milieu rural en tant que langue d’usage quotidien paraît très improbable. C’est du reste ce que laisse entrevoir l’étude particulièrement fouillée de G. Camps sur Hippone (1994), même si, très prudemment ou par modestie, le fondateur de l’Encyclopédie berbère ne tranche pas la contradiction à laquelle il aboutit : les alentours de la ville de saint Augustin, dont les habitants, au témoignage du saint évêque, parlaient « punique », livre un stock considérable d’inscriptions libyques, sur une grande profondeur de temps !

20Cela n’interdit pas bien sûr d’admettre une survie très longue du punique, y compris jusqu’à la conquête arabe, pour des usages particuliers et/ou des milieux restreints, nécessairement plurilingues. Le latin, langue du christianisme, a bien survécu en plusieurs points d’Afrique du Nord comme langue liturgique et dans l’épigraphie funéraire au moins jusqu’au XIIe siècle !

21En définitive, pour la langue comme pour la culture en général, il est raisonnable d’admettre des situations de mixité et d’interpénétration, dans lesquelles le berbère est nécessairement présent, voire prédominant à l’oral, mais occulté dans/par les sources savantes/écrites parce que déjà dans une position de dévalorisation.

Haut de page

Bibliographie

Alexandropolos J., 2000 – Les monnaies de l’Afrique antique (400 avant J.-C. 40 après J.-C.), Toulouse.

Benabou M., 1976 – La résistance africaine à Rome, Paris, Maspéro.

Benz F., 1972 – Personal Names in the Phoenician and Punic Inscriptions, Rome, Biblical Institute Press.

Camps G., 1961 – Massinissa ou les début de l’Histoire, Alger, Imprimerie officielle.

Camps G., 1979 – « La Numidie et la civilisation punique », Antiquités Africaines, 14, p. 43-53.

Camps G., 1994 – « Punica lingua et épigraphie libyque dans la Numidie d’Hippone », BCTH, 23, p. 33-49.

Camps G., 2003 – « Liste onomastique libyque, nouvelle édition », Antiquités Africaines, 38-39, 2002-2003, p. 211-258

Chabot J.-B., 1940 – Recueil des inscriptions libyques, Paris.

Chaker S., 1981 – « La situation linguistique dans le Maghreb Antique », Libyca [Alger], XXVIII-XXIX, 1980-1981, [1984], p. 131-152.

Chaker S., 1983 – « Le berbère au Maghreb : une marginalisation deux fois millénaire », Journées d’études 9 Sociolinguistique du Maghreb, Paris, Université René Descartes, 1983, p. 73-83 [repris dans 1984, chap. 2].

Chaker, S., 1984 – Textes en linguistique berbère, Paris, CNRS [notamment chap. 2 & 13].

Chaker S. 1988 – « À propos de la terminologie libyque des titres et des fonctions », Annali dell’Istituto Universitario Orientale di Napoli, 46/4, p. 541-562.

Chaker., 2008 – « Libyque – écriture et langue », EB, XXVIII-XXIX, p. 4395-4409.

Chaker, S., 1995 – Linguistique berbère. Études de syntaxe et de diachronie, Paris, Peeters.

Chaker, S. & Hachi, S., 2000 – « A propos de l’origine et de l’âge de l’écriture libyco-berbère », Etudes berbères et chamito-sémitiques, Mélanges offerts à Karl-G. Prasse, Paris/Louvain, Editions Peeters, 2000, p. 95-111.

Courtois Ch., « Saint Augustin et le problème de la survie du punique », Revue Africaine, t. XCIV, 1950, pp. 259-398.

Fevrier J.-G., 1951 – « L’inscription funéraire de Micipsa », Revue d’Assyriologie et d’archéologie orientale, XLV/3, p. 139-150.

Février, J.-G., 1964-65 – « La constitution municipale de Dougga à l’époque numide », Mélanges de Carthage, p. 85-91.

Galand L., 1966 – Inscriptions antiques du Maroc. Inscriptions libyques, Paris, CNRS.

Caland L., 1972-73 – « L’alphabet de Dougga », Revue de l’Occident Musulman et de la Méditerranée, 12-13, p. 361-398.

Caland, L., 1989 – « Les alphabets libyques », Antiquités africaines, 25, p. 69-81.

Gautier E.-F., 1952 (1927) – Le passé de l’Afrique du Nord. Les siècles obscurs, Paris, Payot.

Ghaki, M, 1981 – « La répartition des inscriptions libyques et les cités antiques », BCTH, 17, p. 183-187.

Ghaki M., 1993 – « L’organisation politique et administrative chez les Numides », À la croisée des études libyco-berbères, Mélanges offerts à P. Galand-Pernet et L. Galand, Paris, p. 89-101.

Ghaki M., 1997 – « Épigraphie libyque et punique à Dougga (TBG’G) », in M. Khanoussi-L. Maurin : Dougga (Thugga) Études épigraphiques, Paris, p. 27-45.

Ghaki M., 2002 – « Textes libyques et néopuniques de Tunisie », L’Africa romana, 14, (décembre 2000), p. 1661-1678.

Gsell S., 1913-1928 – Histoire ancienne de l’Afrique du nord, 8 volumes, Paris [notamment : 1918, t. IV, p. 179, 496-498 ; 1928, t. VI, p. 108-113 ; 1928, t. VII, p. 107-108],

Gsell St. – La survivance du punique sous l’empire romaine, notes recueillies à la Bibliothèque nationale d’Alger.

Horn R. & Rüger C., 1979 – Die Numider, Reiter und Könige nördlich der Sahara, Bonn.

Jaïdi H., 2004 – « Appartenance sociale et usage de la langue néo-punique au Maghreb à l’époque romaine », Trames de langues : usages et métissage linguistiques dans l’histoire du Maghreb, (J. Dakhlia, dir.) Paris, Maisonneuve & Larose, p. 21-40.

Jongeling K., 1984 – Names in Neopunic Inscriptions, Université de Groningue, 1984.

Jongeling K., 2008 - Handbook of Neo-Punic Inscriptions, Tübingen.

Julien Ch.-A., 1951/1978. – Histoire de l’Afrique du Nord, Paris/Alger, Payot/SNED

Lancel S., 2003 – L’Algérie antique de Massinissa à. saint Augustin, Paris.

Laporte J.-P., 2003 – « Langue et écritures libyques », L’Algérie au temps des royaumes numides, catalogue de l’exposition de Rouen, p. 26-29.

Lepelley CL., 2005 – « Témoignages de saint Augustin sur l’ampleur et les limites de l’usage de la langue punique dans l’Afrique de son temps », Identités et culture dans l’Algérie antique, Rouen, C. Briand-Ponsart/PUR, p. 127-153.

Marçais W., 1961 – Articles et conférences, Paris, A. Maisonneuve, 1961 [notamment : 1929, Compte rendu de E.F. Gautier, L’islamisation de l’Afrique du Nord. Les siècles obscurs du Maghreb : p. 69-82].

Mazard J., 1955 – Corpus nummorum numidiae mauretaniaeque, Paris, A.M.G., 264 p.

Peyras J., 1995 – « Les Libyens et les autres, réflexions sur la notion d’influence », L’homme méditerranéen, Mélanges G. Camps, Aix-en-Provence, PUP.

Saumagne Ch., 1953 – « La survivance du punique en Afrique au Ve et VIe siècles ap. J.-C. », Karthago, IV, 1953, p. 171-178.

Simon M., 1953 – « Punique ou berbère ? », Annuaire de l’Institut de philologie et d’histoire orientales et slaves (Bruxelles), t. XIII.

Stumme H., 1912 – “Gedanken über libysch-phönizisch Ankläge, Zeitschrift fur Assyriologie, XXVII, p. 121-128.

Schuchardt H., 1912 – “Zu den berberischen Substantiven auf –im”, Wiener Zeitschrift fur die Kunde des Morgenlandes, 26, p. 163-170.

Vycichl W., 1952 – “Punischer Spracheinfluss im Berberischen”, Journal of Near Eastern Studies, X1/3, p. 198-204.

Vycichl W., 1972 – « Vier hebräische Lehnwörter im Berberischen », Annali dell’Istituto Orientale di Napoli, 32 (n.s. XXII), p. 242-244.

Vycichl W., 1981 – « Etudes étymologiques : l’apport du punique », La langue berbère [conférence du 24 avril 1981, Paris], Genève, chez l’auteur (document multigraphié), p. 15-17.

Vycichl W., 2005 – Berberstudien & A Sketch of Siwi Berber (Egypt), Köln, Rüdiger Köppe Verlag (Berber Studies : 10), [notamment : 2. “Punischer Spracheinfluss”, p. 2-15].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Salem Chaker, « Punique et berbère »Encyclopédie berbère, 39 | 2015, 6624-6631.

Référence électronique

Salem Chaker, « Punique et berbère »Encyclopédie berbère [En ligne], 39 | 2015, document P79, mis en ligne le 20 février 2024, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/3979 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.3979

Haut de page

Auteur

Salem Chaker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search