Navigation – Plan du site

AccueilVolumes39Qualité (Linguistique)

Q06

Qualité (Linguistique)

Salem Chaker, Amina Mettouchi et Salem Djemaï
p. 6671-6678

Entrées d’index

Mots clés :

linguistique
Haut de page

Texte intégral

1La qualité (et l’état) est une catégorie sémantique et syntaxique centrale en berbère.

21. Il existe une sous-classe nominale des adjectifs* ; s’agissant d’une classe lexicale, il est évidemment difficile d’en établir une liste fermée : dans les dialectes pour lesquels des décomptes précis ont été réalisés (kabyle, tamazight), on relève au moins 200 à 250 unités de ce type.

3L’adjectif partage tous les traits combinatoires et définitoires du Nom* (genre, nombre et état) :

a-səmmaḍ (M.S. + EL) « froid » / u-səmmaḍ (M.S. + EA))
ta-səmmaḍ-t (F.S. + EL) « froide » / t-səmmaḍ-t (F.S. + EA)
i-səmmaḍ-n (M.P. + EL/EA) « froids »
ti-səmmaḍ-in (F.P. + EL) « froides » / t-səmmaḍ-in (F.P. + EA).
[Μ. = masculin, F. = féminin, S. = singulier, EL = état libre, EA = état d’annexion]

4Cette sous-classe est relativement bien caractérisée au plan morphologique (existence de schèmes spécifiques d’adjectifs) :

asəmmaḍ = racine SMḌ + schèmea-C1C2C2aC3
abərkan = racine BRK + schèmea-C1C2C3an

5Elle est identifiée au plan syntaxique par la capacité de déterminer un autre Nom :

séquence Nom Adjectif (+ État libre + accord de genre et nombre avec le Nom).
abərkan = noir/ akal abərkan = « terre noire » (NPL)

6On notera qu’il existe, notamment en kabyle, un type de constructions, peu abondant mais bien vivant, où l’adjectif est la tête d’un syntagme nominal déterminatif :

7Adj. ← (n) Nom+EA) :

abərkan uqərru(y) : noir de tête = « malchanceux, qui attire le mauvais sort... »
aməllal ujəḥniḍ : blanc de queue = « blanc de la queue » (qualifie un coq ou une poule dans une comptine enfantine)
aɣ°əzzfan ufus : long de main = « voleur »

8Au plan sémantique et syntaxique, il y a avec cette construction substantivisation du syntagme qui devient une qualification globale. On peut se demander si ce type d’usage ne permet pas de comprendre les fameux « substantifs qualifiants » (cf. § 4) du touareg qui pourraient provenir de la suppression du complément nominal :

  • 1 Considérés par les Touaregs nomades comme ni Blancs ni Noirs ; leur condition sociale ancienne, ni (...)

aməllal = « antilope addax » (i.e. « animal à robe blanche ») < атəllаl (n eləm), « blanc (de peau) »
azəggaɣ = « hartani » (s’applique aux cultivateurs oasiens = « cuivrés, basanés »1) <azəggaɣ (n eləm), « rouge (de peau) ».

9La majorité des berbérisants s’accordent sur le fait que l’état d’annexion marque la dépendance syntaxique par opposition à l’état libre, indice d’autonomie syntaxique. On peut alors se demander pourquoi l’adjectif épithète, qui entretient un rapport de dépendance fort avec son nom de rattachement, n’est pas marqué par l’état d’annexion ? En se basant sur l’hypothèse diachronique de Mettouchi (2006), on peut émettre l’hypothèse que le rôle sémantique de l’adjectif épithète, n’appartenant pas au champ de la relation possessive ou partitive du génitif et n’étant en aucun cas en relation de repérage avec le nom qu’il détermine, la marque de l’état d’annexion ne s’est pas étendue à la fonction épithète. Autrement dit, en termes plus classiques de syntaxe structurale, dans sa fonction épithète, l’adjectif n’est qu’une détermination lexico-sémantique du nom et non un niveau supplémentaire de la structure syntaxique.

10La limite entre la sous-classe de l’adjectif et celle du substantif n’est pas étanche : les lexèmes appartenant à ces deux ensembles forment un continuum qui va des substantifs les plus typiques aux adjectifs les plus caractérisés, en passant par ceux qui sont indifféremment substantifs ou adjectifs, ou essentiellement substantifs et accessoirement adjectifs ou, inversement, essentiellement adjectifs et accessoirement substantifs. Le sens à valeur processive des substantifs susceptibles de fonctionner comme adjectifs est relégué au second plan lors de leur adjectivation et est détrôné par un autre sens à valeur stative qui définit son sujet par rapport à sa capacité à accomplir un certain type d’activité :

amakwar, « voleur » → aqšiš amakwar, « un garçon voleur » (kabyle).

11Cette nouvelle interprétation des faits entraîne une lecture stative de cette classe sémantique des substantifs lorsqu’ils sont employés comme adjectifs.

12Le domaine de dérivation des adjectifs ne se limite pas à la zone sémantique des états et des qualités : il touche toutes les zones sémantiques allant du domaine dynamique au domaine statif. Au domaine statif, appartiennent les racines lexicales de la catégorie sémantico-formelle des verbes de qualité (Cf. § 2 infra) dont sont issus les adjectifs les plus typiques. A ces adjectifs s’ajoutent ceux issus de certaines bases verbales qui ont le sémantisme des verbes de qualité, mais pas (en réalité, plus) leur morphologie : par ex. aquran, « dur, sec », issu de ɣar/qqur « e. sec, dur », qui n’appartient plus à la classe morphologique des verbes de qualité. Dans le domaine dynamique, certains verbes d’action, « déponents » ou mixtes, peuvent également produire des adjectifs : ufrin, « élu, choisi », de frən « ê. choisi/choisir, ê. trié/trier » ; en règle générale, l’état dénoté par les adjectifs provenant de ces bases lexicales qualifie les sujets, qui par habitude ou par propension, reproduisent l’acte manifesté par les verbes de la même base lexicale. Cet état peut également être le résultat de l’achèvement de l’action évoquée par le verbe et porte, dans ce cas là, sur les modifications opérées dans les caractéristiques jugées saillantes de objet concerné par l’action verbale. Ces modifications peuvent relever de la structure physique ou de l’état psychique.

13Fréquemment, les formes adjectivales sont partagées entre celles qui impliquent un antécédent nominal agent et celles qui impliquent un antécédent nominal patient. Dans la plupart des cas, ce sont les voyelles /a/ et /u/ qui font la différence sémantique au niveau du schème nominal : les schèmes à voyelle /a/ sont agentifs (impliquent un agent) et ceux à voyelle/u/sont non-agentifs (impliquent un patient) :

  • amC1vC2 : amẓad « qui porte le grain à moudre » ~ amsuḍ « enragé ») ;

  • amvC1C1vC2 : amaddaz « maillet » (qui pile) », amattar « mendiant (qui demande...) » ~ amuddur (ou amuddir) « vivant », amudduz (ou amuddiz) « castré » ;

  • amC1C2vC3 : amərwal « fuyard (et sens divers » ~ taməzgult « qui a raté sa fécondation », aməngur « sans postérité ou sans famille », amenɣud « écrasé » ;

  • anC1C2vC3 : anəgmar « cueilleur/chasseur » ~ tanərzuft « qui est en visite parentale »).

14Cet aspect statif du schème /u/ est également présent dans les langues chamito-sémitiques où il correspond à ce que l’on appelle traditionnellement un participe passif (maqbūl). Selon David Cohen (1984, p. 141-142), dans les langues sémitiques ce schème est archaïque et vestigiel : en arabe, les verbes de ce schème sont liés, dans la proportion de plus de quatre-vingt pour cent, à des adjectifs de même sens.

152. Il existe une sous-classe lexico-sémantique et morphologique des verbes de qualités (et états stables),

16Bien vivante en kabyle, il en existe des traces dans tous les dialectes berbères (cf. Kossmann 2009) : il s’agit donc d’un fait pan-berbère, ancien. Les témoignages anciens (médiévaux) sur la langue indiquent d’ailleurs qu’elle était bien présente, il y a un millénaire, dans des régions berbères où elle a actuellement totalement disparu comme le Maroc : ainsi, selon El-Bekrî (1068), dans la langue des Barghawata* (plaine atlantique du Maroc) « Dieu est grand » se disait : muqqər Yakuš, forme qui serait aujourd’hui exclue dans toutes la variétés de berbère marocain et renvoie directement à la forme kabyle actuelle (Chaker 1995, chap. 11).

17Elle est caractérisée par une morphologie aspectuelle spécifique, notamment par un thème de Prétérit (accompli) souvent identique au thème d’adjectif correspondant :

Verbe de qualité

Adjectif

zšggaɣ-Ø

a-zəggaɣ

être.rouge-PRET-3MS

rouge (MS + EL)

« Il est rouge. »

« rouge »

18Elle est aussi caractérisée, dans les dialectes où elle s’est bien maintenue, par une flexion personnelle défective, à suffixes, au thème de Prétérit (accompli) ; par ex. kabyle : zəggaɣ-Ø « il est rouge. » ; zəggaɣ-ət « elle est rouge. » zəggaɣ-it, « nous, vous, ils/elles sommes, êtes, sont rouges ».

19On notera qu’au pluriel (thème d’accompli) les oppositions de personne sont neutralisées (Indice de personne unique –it ; Cf. une situation similaire en akkadien).

20Cette neutralisation de la personne au pluriel tendrait à positionner la prédication de la qualité comme nettement non-quantitative ; on retrouverait là l’opposition entre quantitatif et qualitatif conçus (notamment par A. Culioli) comme deux pôles cognitifs/linguistiques fondamentaux du langage humain.

21Elle pourrait aussi être mise en relation avec le fait que dans les prédications de type nominal en d + SN (Cf. § 3), le SN ne peut pas être un numéral ou un quantifieur. On voit donc se dessiner nettement une ligne de partage entre ce qui est de l’ordre du qualitatif et ce qui ne l’est pas.

223. Le berbère dispose donc pour la prédication de la qualité de deux types de structures syntaxiques concurrentes, nominale et verbale :

Phrase nominale :

Morphème de prédication + Adjectif

d azəggaɣ « c’est/il est rouge » (kabyle)

Phrase verbale :

Forme verbale

zəggaɣ-Ø « il est rouge » (kabyle)

iga azəggaɣ « il est rouge » (chleuh et tamazight sud/sud-est)

23Les deux noyaux prédicatifs étant en l’occurrence manifestement construits sur le même thème (zəggaɣ).

24Au niveau structural, la prédication s’opère :

  • par la combinaison avec la personne pour la forme verbale ;

  • par la combinaison avec un auxiliaire de prédication spécifique, probablement d’origine déictique, pour la forme nominale ;

  • par le recours à un verbe « être » (g), copule issue de la grammaticalisation d’un lexème verbal de sens plein (« faire/ê. fait... »).

25Par ailleurs, l’attribution de la qualité connaît quant à elle deux stratégies concurrentes :

  • la modification adjectivale : argaz атəšṭиḥ, « homme de petite taille » (kabyle)

  • la modification participiale : argaz тəšṭиḥ-п, « homme (qui est) de petite taille » (kabyle). (cf les notices * Adjectif et *Relatives)

264. Au plan des dynamiques globales de langue, les évolutions constatées vont toutes dans le sens de la réduction des spécificités de la prédication de la qualité (avec cependant des situations très contrastées selon les régions), notamment à travers :

  • La disparition fréquente (ou la forte limitation) de la phrase nominale du type d + Nominal : touareg, chleuh (mais des traces importantes y subsistent, en particulier en contexte négatif)... ;

  • La disparition fréquente de la spécificité morphologique des verbes de qualités (disparition de la conjugaison à suffixes par régularisation analogique) : touareg méridional, chleuh et autres dialectes marocains... ;

  • La préférence tendancielle pour la qualification de type verbal (chleuh), aboutissant parfois à la disparition complète de la sous-classe de l’adjectif (seule subsiste la possibilité verbale, régularisée) comme en touareg.

27Mais la grande diffusion de la forme adjectivale, avec les mêmes schèmes de formation, à travers presque tout le territoire de la langue berbère et le recul de l’usage de la forme adjectivale face à la généralisation de la forme verbale participe* qualifiante dans plusieurs parlers berbères poussent à considérer l’adjectif comme une donnée ancienne et primitive en berbère et non comme une innovation de certains parlers. De ce fait, le touareg serait dans une phase linguistique plus avancée encore que d’autres parlers berbères (chleuh notamment) qui ont entamé le processus de substitution du participe qualifiant à l’adjectif qualificatif. On doit alors considérer les « substantifs qualifiants » touaregs (azəggaɣ, « hartani » ; aməllal, « antilope addax »... qui désignent des êtres ou des animaux de la couleur correspondante), similaires morphologiquement aux adjectifs du berbère Nord, comme des résidus d’anciens adjectifs qui ont évolué en substantifs à part entière (cf. § 1 et S. Chaker, « Adjectif », EB II).

28Mais dans les variétés où la spécificité de la prédication de la qualité demeure vivante (kabyle notamment), elle entre en écho avec d’autres particularités linguistiques (notamment au niveau de la négation, Cf. infra), ce qui pose le problème du rôle systémique de cette prédication de la qualité.

295. Prédication de la qualité et statitivité verbale

30En berbère, la prédication de la qualité ne saurait être isolée du fonctionnement du système des oppositions aspectuelles centrales du verbe et de la syntaxe de celui-ci. Il a été montré depuis longtemps (Chaker 1973 ; 1983, 1984, 1995) une relation forte entre thème de Prétérit (accompli), stativité et construction intransitive. Bien au-delà de la classe sémantico-formelle des verbes de qualité (Cf. § 2), un grand nombre de verbes berbères, potentiellement agentifs et transitifs, peuvent, au thème de prétérit (accompli), se construire avec un seul actant (le « patient »), sans aucune modification formelle sur le verbe lui-même, et donner à l’énoncé global une valeur d’état constaté ou résultant :

y-gzəm abrid = il a coupé la route (+ trans)
y-gzəm wəbrid = la route est coupée (- trans.)

31En réservant la question de l’ergativité ancienne généralisée probable du verbe berbère (Chaker 1995 ; 1996), on émettra l’hypothèse que ces données synchroniques sont le reflet d’une organisation générale opposant dans le verbe un aspect statif-qualitatif (à marques personnelles suffixées) à un aspect dynamique-processif (à marques personnelles préfixées). Les verbes de qualité actuels auraient, en raison du fait qu’ils réfèrent à une qualité potentiellement stable, conservé la conjugaison par suffixes à l’accompli (où ils réfèrent généralement à un état stable), alors que les verbes au signifié plus intrinsèquement dynamique auraient eu tendance à abandonner cette particularité morphologique ; il est d’ailleurs à noter que certains verbes, dans l’usage contemporain, « hésitent » entre conjugaison à suffixes et conjugaison régulière, et que l’on décèle très clairement une tendance régressive de la conjugaison à suffixes, même dans les cas où elle s’est bien maintenue (kabyle).

32La coexistence de la sous-classe nominale des adjectifs et des verbes véhiculant un aspect statif-qualitatif a permis la diversité des moyens de l’expression de la qualité en berbère. D’ailleurs, on peut souvent faire commuter un participe avec un adjectif épithète et un verbe avec un adjectif prédicatif. Cette concurrence est si importante que plusieurs formes verbales, dérivées de bases lexicales qui ne présentent pas de formes adjectivales, suppléent l’adjectif et valent pour lui :

ulawən уəwwan (cœurs étant cuits) = « des personnes excédées, à bout » (kabyle)

33Mais les conditionnements synchroniques, contextuels et/ou sémantico-pragmatiques, qui déterminent l’emploi de l’une ou l’autre forme restent à étudier.

346. En dehors de son emploi en tant qu’énoncé complet, la phrase nominale à auxiliaire de prédication se rencontre dans diverses constructions, notamment des structures clivées (d Ṭahar i уиyəп xəmsa = c’est X qui en a épousé cinq) ou pseudo-clivées (i iwəεrən d bəddu = ce qui est difficile, c’est de commencer), dans des formulations idiomatiques comme d agərrəz ara igərrəz = lit. c’est du bon/bien qui sera bien fait = que ce soit du bien qui nous advienne !), ainsi qu’au sein des constructions verbales dans lesquelles la prédication verbale est incomplète. La prédication nominale a alors pour rôle l’aboutissement de transitivité verbale (iɣil d netta i d Rebbi = « Il se prend pour Dieu »). Lorsque cette transitivité est déjà saturée, la prédication nominale peut être une expansion pour la structure valencielle simple du verbe (iččuṛ d tifidiwin = « Il est couvert de plaies »).

35On peut alors se demander quel est le lien entre l’attribution de qualité effectuée à travers la phrase nominale et la focalisation. Cette question se pose dans beaucoup d’autres langues que le berbère, puisque les outils de la focalisation contrastive sont souvent des clivées à opérateur déictique et/ou de type copule (français : c’est X qui l’a dit, italien : è la mia macchina che si è rotta). La comparaison entre langues et à l’intérieur du berbère pourra sans doute éclairer bien des dimensions de cette opération complexe.

Sigles :

Μ. = masculin

EL = État libre

F. = féminin

EA = État d’annexion

S. = singulier

NPL = Nom propre de lieu

P. = pluriel

N.B. Sauf indication contraire explicite, tous les exemples cités dans le texte sont kabyles.

36→ Voir aussi notice A56 « Adjectif » (S. Chaker), EB II, 1985.

Haut de page

Bibliographie

Akouaou A., 1976 – L'expression de la qualité en berbère, le verbe (parler de base, la tašelhit de Tiznit), Thèse de Doctorat de 3e cycle, Paris.

Allaoua A., 1993 – « Les verbes de qualité et quelques remarques sur les pronoms personnels en berbère », Acta Orientalia, 54, p. 31-45.

Basset A., 1952 – La langue berbère, Londres.

Chaker S., 1973 – Le système dérivationnel verbal berbère (dialecte kabyle), Doctorat de 3e cycle en Linguistique Générale, Université René Descartes (Paris-V), 321 p., 2 vol.

Chaker S., 1983 – Un parler berbère d’Algérie (Kabylie), Syntaxe, Université de Provence (Aix), 549 p. + 111 p.

Chaker S., 1984 – Textes en linguistique berbère (introduction au domaine berbère), Paris, CNRS ; Cf. notamment chap. 7.

Chaker S., 1995 – Linguistique berbère. Etudes de syntaxe et de diachronie, Paris/Louvain, Peeters, notamment chap. 6. « Orientation du prédicat verbal ».

Chaker S., 1996 – « Ergatif (ergativité, non-orientation) », Encyclopédie berbère, fascicule XVII, 1996 p. 2677-2682

Chaker S., 2001 – « Indices de personne », Encyclopédie berbère, XXIV, Aix-en-Provence, Edisud, p. 3725-3729.

Chaker S. & Caubet. (dir.), 1996 – La négation en berbère et en arabe maghrébin, Paris, L’Harmattan.

Cohen D., 1984 - La phrase nominale et l’évolution du système verbal en sémitique, études de syntaxe historique, Peeters, Leuven-Paris.

Djemaï S., 2013, L’expression de la qualité en berbère, étude morphosémantique et syntaxique de l’adjectif en kabyle, Thèse de Doctorat (dir., K. Naït-Zerrad), Paris, INALCO.

Galand L., 1955 – « Etat et procès », Hespéris, 42.

Galand L., 2010 – Regards sur le berbère, Studi Camito-Semitici n° 8, Milano.

Hebaz B., 1979 – L’aspect en berbère Tachelhiyt (Maroc)..., Thèse de doctorat, Université de Paris V.

Kossmann M., 2009 – « La flexion du prétérit d’état en berbère, Etudes de phonétique et linguistique berbères, Hommage à Naïma Louali (1961-2005), (S. Chaker, A. Mettouchi, G. Philippson, éds.), Louvain/Paris, Peeters, p. 155-176.

Lafkioui M., 1999 – Syntaxe intégrée de l’énoncé non-verbal berbère (Parler rifain d’Ayt Wayagher, Maroc du Nord), (dir., S. Chaker), Thèse de Doctorat, Paris, INALCO.

Leguil A., 1992 – Structures prédicatives en berbère. Bilan et perspectives, Paris, L’Harmattan.

Louali N. et A. Mettouchi, 2002 – Structures intonatives en berbère, l’énoncé prédicatif à particule d », in Proceedings of SP International Symposium on Speech Prosody. Aix-en-Provence, 11-13 April 2002.

Mettouchi, A., 2003 – Négations non-verbales et asymétrie aspectuelle au regard de la négation, unité d’un système ?, in Comptes-Rendus du GLECS, XXXIV (2000-2002), Publications des Langues’o, Paris.

Mettouchi, A., N. Smaïl, N. Louali, 2004 – Intonational Structures in Berber : The non-verbal predicate d+XP in Tarifit and Taqbaylit, in Actes du 2. BayreuthFrankfurter Kolloquium zur Berberologie, Frankfurt-am-Main, 11-13 July 2002. Editors, Dymitr Ibriszimow & Rainer Vossen.

Mettouchi A., 2006 – « « Sujet » postverbal et état d’annexion en kabyle (berbère) », Faits de Langues 27, « Les Langues chamito-sémitiques (afro-asiatiques) », vol 2, Presses universitaire de France, France, p. 113-129.

Mettouchi A., 2009 – « The System of Négation in Berber », Negation Patterns in West African Languages and beyond, Norbert Cyffer, Erwin Ebermann & Georg Ziegelmeyer (eds), John Benjamins : Amsterdam-Philadelphia, 287-306.

Oussikoum N., 2004 – Syntaxe du groupe adjectival en tamazight, le parler des Aït Wirra (Moyen Atlas, Maroc), Thèse de Doctorat, Université Mohmed V, Rabat, Maroc.

Prasse K-G., 1972/1973/1974 – Manuel de grammaire touarègue, 1972, I-III, Phonétique-Ecriture-Pronoms ; 1973, VI-VIII, Verbe ; 1974, IV-V, Nom, Copenhague.

Ταïfi M., 2002 – « De la construction adjectivale en tamazight, syntaxe et sémantique de la particule d », Mémorial à Werner Vycichl, réunis et édités pas K. Naït-Zerrad, Paris, L’Harmattan, p. 403-426.

Taine-Cheikh C., 2003 – « L’adjectif et la conjugaison suffixale en berbère zénaga », Mélanges David Cohen, (J. Lentin et A. Lonnet, éds), Paris, Maisonneuve & Larose, p. 661-674.

Haut de page

Notes

1 Considérés par les Touaregs nomades comme ni Blancs ni Noirs ; leur condition sociale ancienne, ni libre ni esclave, peut être assimilée à celle des serfs de l’Europe médiévale. Sur ces populations et leur origine, cf. M. Gast, notice H34, EB XXII, 2000 et G. Camps, « Recherches sur l’origine des cultivateurs noirs du Sahara », Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, 7, 1970, p. 35-45.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Salem Chaker, Amina Mettouchi et Salem Djemaï, « Qualité (Linguistique) »Encyclopédie berbère, 39 | 2015, 6671-6678.

Référence électronique

Salem Chaker, Amina Mettouchi et Salem Djemaï, « Qualité (Linguistique) »Encyclopédie berbère [En ligne], 39 | 2015, document Q06, mis en ligne le 20 février 2024, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/4032 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.4032

Haut de page

Auteurs

Salem Chaker

Articles du même auteur

Amina Mettouchi

Articles du même auteur

Salem Djemaï

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search