Navigation – Plan du site

AccueilVolumes39Quietus (Lusius Quietus)

Q07

Quietus (Lusius Quietus)

Christine Hamdoune
p. 6679-6685

Entrées d’index

Mots clés :

antiquité, personnages, Rome
Haut de page

Texte intégral

1La vie de Lusius Quietus qui, à la tête de contingents de cavaliers maures (numeri), mit au service de Trajan des qualités militaires si remarquables qu’il est mentionné par Ammien Marcellin, à l’égal de Corbulon et Théodose (XXIX, 5, 4), est essentiellement connue par un court paragraphe de Dion Cassius (LXVIII, 32, 4) :

« Lusius Quietus était Maure et tout en faisant partie des principes maures [autos tôn archôn Maurôn], il fut aussi désigné pour le commandement d’une aile [en hippeusin ilègos exètasto] ; mais condamné pour mauvaise conduite, il fut démis de ses fonctions et disgrâcié. Plus tard, comme la guerre allait être déclarée contre les Daces et que Trajan avait besoin de l’alliance [summachia] des Maures, Lusius lui proposa de lui-même ses services et s’illustra par de hauts faits d’armes. Ayant reçu les honneurs pour sa conduite, il accomplit des exploits beaucoup plus nombreux et plus grands pendant la deuxième guerre ; enfin, il atteignit un tel degré de bravoure et de fortune dans cette guerre, qu’il fut élevé au rang de [sénateur] prétorien, exerça le consulat puis le gouvernement de la Palestine. Ces dignités provoquèrent l’envie et la haine et causèrent sa perte. »

2Malgré quelques problèmes d’interprétation, ce texte, complété par diverses allusions d’autres auteurs, permet de suivre l’ascension exceptionnelle d’un Romano-Africain au début du IIe siècle p.C.. Cependant, il est beaucoup plus difficile de cerner son origine géographique, comme le montre la diversité des hypothèses avancées.

Une carrière exceptionnelle

3Le début du texte de Dion Cassius indique clairement que Lusius Quietus est à la fois citoyen romain et maure ; mais l’analyse précise du vocabulaire qu’il emploie permet aussi de préciser qu’il était à la fois chef tribal et chevalier romain, comme le Germain Arminius (Velleius Paterculus, II, 118). Il doit être placé dans la catégorie des principes*, les chefs coutumiers des gentes barbares, reconnus par Rome (qui n’intervient pas directement dans leur nomination au nom de l’autonomie accordée aux communautés), distincts donc des praefecti gentis* dont les premiers exemples sont apparus en Proconsulaire pour encadrer certaines tribus. L’octroi de la citoyenneté romaine à un princeps par l’empereur pour des raisons politiques n’a rien d’exceptionnel (voir Aelius Tuccuda, princeps gentis Baquatium, IAM2, 376 à Volubilis par exemple), mais ce qui distingue le cas de Lusius Quietus, c’est d’abord son gentilice d’origine italienne assez peu répandu dans les élites romaines et ensuite l’exercice d’une des milices équestres, la préfecture d’aile, lors des guerres daciques de Domitien (85-89 p.C.). Certains historiens (voir dans Hamdoune 1999, n. 29, p. 144 ; Bussi 2006, p. 723), préfèrent considérer qu’il s’agit plutôt du commandement d’un contingent ethnique, mais Dion Cassius emploie, pour définir son grade, une expression proche du formulaire que l’on trouve dans les inscriptions grecques de cursus équestres ; de même, la façon dont est évoqué le renvoi de l’armée pour faute grave n’est pas sans rappeler le vocabulaire des textes juridiques (Dig., XLIX, 16-3, poena militum... gradus deiecto, ignominiosa missio ; III, 2, 2, ignominiae causa missum) ; le cas d’un préfet d’aile démis de sa fonction par Auguste est également mentionné par Macrobe (Saturnales, II, IV, 5) : alium praefectura equitum submotum.

4Dégradé et disgracié, Lusius Quietus n’en reste pas moins princeps et, quelques années plus tard, propose ses services à Trajan pour sa première guerre contre les Daces en 102 p.C. Il s’offre à prendre la tête (et c’est en cela que consiste son initiative et non dans la levée même) de contingents de cavaliers armés à la légère, recrutés parmi les peuples des Maurétanies, dans le cadre d’une levée de troupes exceptionnelle prévue dans les obligations des tribus vivant dans l’empire ; ces cavaliers vont s’illustrer dans des opérations de reconnaissance et de harcèlement, évoquées par Dion Cassius (LXVIII, 8, 3) mais surtout illustrées par la scène 64 de la Colonne trajane montrant la cavalerie maure en action (voir Hamdoune 1999, p. 188-192). Les exploits de Lusius Quietus qui lui valurent les honneurs triomphaux à la fin de la première guerre (102 p.C.) se poursuivirent pendant la deuxième guerre (105-106 p.C.). On le retrouve au début des guerres parthiques en 114 p.C, toujours à la tête de cavaliers maures lors des opérations contre les Mardes en Arménie près du lac de Van (Themistius, Orationes, 16, et Arrien fragmenta II, Parthica, 86-87, éd. Roos-Wirth, p. 249). Pendant l’hiver 114-115, il participe activement à la campagne de Mésopotamie en s’emparant par surprise de la place forte de Singara puis de plusieurs autres villes fortifiées (Dion Cassius, LXVIII, 23, 2) qui ne pouvaient être emportées, malgré l’effet de surprise, par les seules forces de la cavalerie légère. Lusius Quietus disposait alors de troupes d’infanterie (Arrien) et était de ce fait investi d’un commandement de légat, grade réservé aux sénateurs prétoriens. C’est donc sans doute à ce moment-là qu’il faut placer son adlection dans le sénat parmi les prétoriens. En 116, il s’illustre lors de la répression de la révolte qui avait éclaté en Mésopotamie, notamment devant Nisibe et Édesse qu’il met en sac (Dion Cassius, LXVIII, 30, 2) et c’est lui qui met fin à l’avancée des Arsacides dans le nord du pays. Il est désigné pour le consulat suffect en 1 17 et la même année devient légat propréteur de rang consulaire de Palestine ; il réprime alors férocement la révolte des Juifs (Dion Cassius, LXVIII, 32, 3 ; Eusèbe de Césarée, Histoire Ecclésiastique, IV, 2, 6). Ses victoires lui valent d’être représenté sur le premier panneau de l’attique de la façade (tournée vers la campagne) de l’arc de Bénévent, célébrant la soumission de la Mésopotamie : la personnification de la région est agenouillée en suppliante aux pieds de Trajan penché vers Lusius Quietus, alors qu’Hadrien est au second plan (voir P. Veyne, « Une hypothèse sur l’arc de Bénévent », MEFR, 72, 1960, p. 191-214). Très populaire dans l’armée de Syrie, Lusius Quietus pouvait apparaître, à la mort de Trajan, comme un rival potentiel d’Hadrien, selon l’auteur de la Vie d’Hadrien (V, 8) dans l’Histoire Auguste [quia suspectus imperio fuerat] et Themistius qui écrit que Trajan le désigna comme son successeur. Ces remarques sur les ambitions de Lusius Quietus (dont on ne peut vérifier la réalité) se comprennent cependant si on les replace dans le contexte des conditions douteuses de l’adoption d’Hadrien et ne sont pas sans rappeler les évènements de 97 p.C., lorsque se posa la question de l’adoption de Trajan par Nerva et que fut mis en avant le nom de Cornelius Nigrinus Curatius Maternus, un officier brillant, adlecté au sénat, gouverneur de Syrie, que l’on reconnaît derrière les allusions de Pline le Jeune « à des bruits équivoques » courant sur le commandant d’une grande armée en Orient (Let., IX, 13, 11) ; cet officier disparut de toute vie publique après l’adoption de Trajan. L’His toire Auguste (u. Hadr., V, 8) précise que Lusius Quietus se vit d’abord privé de son commandement des tribus maures par Hadrien (sublatis gentibus Mauris quos regebat) à la fin de 117, avant d’être dégradé (exarmauit) : comme lors de la première disgrâce sous le règne de Domitien, la double dimension de l’homme, chef tribal puissant (plutôt que chef de contingents ethniques, interprétation parfois adoptée par certains traducteurs) et dignitaire de l’empire déchu apparaît bien ; mais la décision d’Hadrien est ambiguë car en agissant ainsi, Hadrien considère Lusius Quietus comme un praefectus gentis et non un princeps ; cependant il n’est pas rare de voir l’empereur s’immiscer dans les affaires des communautés tribales autonomes, comme le montre l’exemple de Canartha, princeps constitutus genti Baquatium dans une inscription de Volubilis de 180 p.C. (IAM2, 349). Toujours d’après l’Histoire Auguste, il semble que cette décision ait entraîné une révolte dans les Maurétanies rapidement maîtrisée par Q. Marcius Turbo, un des meilleurs officiers d’Hadrien, avant même la mort de Lusius Quietus à la fin mai 118, exécuté sur ordre du sénat (peut-être sur une suggestion d’Hadrien) avec trois autres consulaires (Cornélius Palma, Avidius Nigrinus, Publilius Celso) accusés eux aussi de conspiration contre l’empereur (u. Hadr., 7, 1-3).

5La carrière de Lusius Quietus présente certes des analogies avec celles d’homines noui d’époque impériale qui s’élèvent rapidement dans les cercles du pouvoir, mais elle reste un cas exceptionnel par la double dimension du personnage ; les sources, si elles reconnaissent ses grandes capacités militaires, insistent aussi sur sa brutalité et sa cruauté, deux traits liés, selon elles, à ses origines barbares. Si Lusius Quietus est bien originaire des Maurétanies, ce qui est l’opinion couramment admise, il en serait le premier sénateur, atypique par son milieu puisqu’il n’est pas issu des élites municipales. Cependant du fait de sources imprécises et parfois fautives, plusieurs hypothèses ont été avancées pour déterminer l’origine géographique de Lusius Quietus.

Les origines géographiques de Lusius Quietus : état de la question

6Il a été parfois avancé que Lusius Quietus était originaire d’Afrique proconsulaire. Certes, c’est dans cette province que le gentilice Lusius, rare en Afrique (7 mentions dans le CIL) est le mieux attesté. On relève en particulier une inscription de la fin du IIe ou du IIIe siècle de Chisiduo (CIL, VIII, 1270), pour un notable municipal et surtout une inscription d’Abbir maius (ILAf, 298) où apparaissent deux membres de la famille sénatoriale des Lusii Laberii dont l’un fut proconsul de Sicile (PIR2 L. 436 et 437). Il existe aussi parmi les sculptures romaines de Sousse, un portrait masculin que N. de Chaisemartin (Les sculptures romaines de Sousse et de ses environs, Rome, EFR, 102, 1987, p. 34-35, no 26 = Foucher, Hadrumetum, pl. XXX) a présenté, dans une communication inédite, comme un portrait possible de Lusius Quietus du fait des ressemblances avec les représentations de Lusius Quietus sur la Colonne trajane et sur l’arc de Bénévent, ce qui, à ses yeux, accréditerait la thèse d’une origine locale. Tout aussi fragile est la proposition de A. von Premerstein qui, le premier s’était penché sur un fragment du texte des Physiognomina de Polemon, un sophiste contemporain d’Hadrien. Ce document, connu uniquement par le biais d’une traduction arabe, traite de l’influence de la forme des yeux qui, petits et enfoncés, révèlent la méchanceté du caractère, à l’aide d’un exemple, celui d’un personnage, désigné par le terme « d’homme de QWRNYN », qui aurait tenté d’assassiner Hadrien lors de la brève tournée d’inspection que l’empereur effectua en Asie au printemps de 118. A. von Premerstein a identifié ce personnage à Lusius Quietus grâce à la description physique qui en est faite et le contexte ; il a proposé de corriger QWRNYN en Furni (Furnos maius, Aïn Fourna) qui serait la patrie du général de Trajan. Il est difficile d’accepter qu’un citoyen originaire d’une cité d’Afrique proconsulaire, municipe peut-être depuis Trajan, ait été qualifié de Maure* (et non de Numide*) par Dion Cassius, à une époque où le terme n’a pas encore pris le sens d’Africain non romanisé mais désigne les habitants des Maurétanies qui vivent en dehors du contexte municipal (voir AE, 1904, 150, dédicace au procurateur de Césarienne par les Mauri Maccues, en 107).

7Cependant, le sens ethnique du terme Maure a été mis en doute par W. den Boer (1948) qui a voulu faire de Lusius Quietus un Éthiopien. Pour cet auteur en effet, le passage de Dion Cassius sur la vie de Lusius Quietus est connu par des copies byzantines, époque à laquelle l’adjectif mauros pouvait signifier « noir », et donc renvoyer à la carnation foncée de la peau. Il a corrigé lui aussi le manuscrit arabe de Polemon pour transformer QWRNYN en QWVNYN, Kuèneion en grec, soit une petite cité d’Abyssinie près d’Axum. Cette hypothèse expliquerait l’allusion que le rhéteur grec du IVe siècle, Themistius (Orationes, 16, p. 294) fait dans un discours en l’honneur de Théodose à propos de l’estime que Trajan portait à Lusius Quietus : « et bien qu’il fut originaire ni de Rome ni de la partie de l’Afrique soumise à Rome, mais de ses confins les plus obscurs et les plus reculés, Trajan le proclama consul après la défaite des Mardes et le désigna ensuite comme son successeur ». Cette interprétation de Boer, vivement critiquée sur le plan philologique par Roos, est aussi contestable sur le plan de la géographie, car ni l’Égypte ni l’Abyssinie n’appartiennent à l’Afrique, citée par Themistius, mais relèvent de la zone hellénophone de l’empire : on voit assez mal comment cet Abyssinien aurait pu commander des contingents ethniques maures.

  • 1 Igeznayen en berbère (pluriel). Noter que le/g/du berbère est régulièrement rendu par « q/k » ou «  (...)

8Il est donc plus logique d’en venir à l’hypothèse la plus vraisemblable qui en fait un Maurétanien. Récemment, par A. M’Charek qui se fonde lui aussi sur une relecture du manuscrit arabe par lequel nous est parvenu la page de Polemon, a suggéré toujours, à propos du mot QWRNYN, une erreur possible du copiste, déjà envisagée d’ailleurs, mais sans s’y attarder, par A. von Premerstein, une confusion entre les lettres R et Z, différenciées uniquement par la présence d’un point sur le Z. Si l’on doit lire effectivement « qznyn », il s’avère que ce terme apparaît chez les géographes arabes El-Bekri et Al-Idrissi pour désigner une région habitée par la tribu berbère des Gaznaya1 située dans le Rif oriental, dans l’arrière-pays de Hoceima et de la médiévale Nakkour. A. M’Charek propose donc de faire de Lusius Quietus le chef de la tribu des Maurensioi que Ptolémée localise dans cette région du Rif. Cependant, une telle reconstruction me paraît fragile car d’où Polemon aurait-il tiré une indication aussi précise sur le nom de la région d’origine de Lusius Quietus ? D’autre part, quand on lit El-Bekri, on constate que les Gaznaya/Kasnaya se retrouvent en diverses régions de l’Afrique, depuis le Constantinois jusqu’à la région de Fès et qu’ils ne sont pas cantonnés à la région du Rif oriental. Enfin cette localisation contredit l’affirmation de Themistius sur le lien entre Lusius Quietus et les confins de l’Afrique.

9J. Carcopino (1934) acceptait la lecture QWRNYN comme une déformation de Cernè* et y plaçait la patrie de Lusius Quietus, mais il localisait cette île, mentionnée dans les périples du pseudo-Scylax et d’Hannon, dans la baie du Rio de Oro (Dakhla) au sud du Sahara. Des études récentes ont montré que Cernè correspondait en réalité à l’îlot le plus important au large d’Essaouira (ex Mogador). Selon Jean-Marie Lassère, dans QWRNYN, il faut reconnaître la racine sémitique du terme qui signifie « les deux cornes », que l’on retrouve dans le nom du Djebel Bou Kournein au sud de Carthage ou dans celui du lieudit Bou Gornina (Aboul’Qournin), situé sur le rivage de la Bahiret el-Biban en Tunisie, enserré entre deux presqu’îles. Or la minuscule rade de l’ilôt d’Essaouira, abritée par deux petits bras de terre, est semblable à des cornes. Sans aller jusqu’à une localisation aussi précise, on peut toutefois se référer aux études de J. Desanges (notamment « Le sens du mot ‘corne’ dans le vocabulaire géographique des Grecs et des Romains : à propos du périple d’Hannon », Scripta varia, p. 33-38) sur la signification du mot grec keras (cornu en latin) employé pour désigner les extrémités d’une île ou d’une péninsule et plus souvent encore pour désigner des promontoires situés dans des directions cardinales ; les « cornes » de l’Afrique qui correspondent à une vieille notion de géographie des Égyptiens, réactivée et introduite dans la géographie grecque vers 200 a.C., caractérisent ainsi les extrémités méridionale (notou keras) et occidentale (hesperou keras) d’un continent africain réduit en latitude (sur l’hesperu keras voir Diodore de Sicile, III, 68, 2 ; Ptolémée, IV, 6, 2). Il me semble donc qu’il est possible de traduire « l’homme de QWRNYN » par « l’homme des confins », une allusion à la situation générale des Maurétanies aux confins méridionaux et occidentaux de l’empire, ce que Dion Cassius a conceptualisé en utilisant l’ethnique consacré. Cette traduction expliquerait l’insistance de Themistius sur l’isolement des confins d’où vient Lusius Quietus, en des termes qui ne sont pas sans rappeler une évocation similaire chez Pline l’Ancien (V, 5) qui qualifie de solitudines (déserts humains) le territoire au sud de Sala « au voisinage d’espaces désolés. Des troupeaux d’éléphants l’infestent, mais bien plus encore la tribu des Autololes placée sur le chemin qui mène [...] à l’Atlas ». Plus loin Pline (V, 17) rapproche un groupe dissident des Autololes des Éthiopiens. Lusius Quietus serait bien alors un homme venu des confins de l’Empire et peut-être un Autolole*.

10Si effectivement, son origine géographique est si excentrée, comment est-il devenu citoyen romain ? Le gentilice est peu répandu, mais c’est celui du préfet du prétoire de Claude de 48 à 51 p.C., L. Lusius Geta, qui fut ensuite préfet d’Égypte en 54. Il est donc fort probable que le père de Lusius Quietus ait obtenu la citoyenneté romaine par l’entremise de ce proche de l’empereur. Pour obtenir une telle faveur, ce princeps maure a dû donner des gages de son ralliement. Or Dion Cassius (LX, 9) rapporte que, lors de l’expédition du légat Hosidius Geta en 43 dans les confins désertiques du royaume maurétanien qui venait d’être annexé, les Romains, menacés par la soif, reçurent l’aide d’un indigène allié qui leur indiqua les pratiques magiques à faire pour obtenir de l’eau. Certes, l’aventure est très romancée et miraculeuse, mais il pourrait y avoir un fonds de vérité dans l’aide apportée par certains Maures aux Romains dans ces régions inhospitalières, notamment en tant qu’éclaireurs ; en récompense, leur chef aurait reçu la citoyenneté romaine, dans le cadre d’une promotion exceptionnelle mais attestée en milieu militaire et ce très tôt comme l’illustre le cas du libyphénicien* Muttines pendant la seconde guerre punique. Cette hypothèse qui s’appuie sur les sources antiques paraît la plus probante pour cerner les origines de Lusius Quietus.

Scène 64 de la Colonne trajane : à gauche Trajan et Lusius Quietus ; devant eux la cavalerie légère maure.

Photo (Musée Saint GermaiSn)

11Premier maurétanien devenu sénateur romain tout en restant prince tribal, et ce bien avant Firmus* et Gildon*, il est resté sans postérité directe et pourtant a marqué les mentalités romaines. Il est cependant possible que certains de ses cavaliers maures aient reçu la citoyenneté romaine, aient pris le gentilice de leur général et aient été installés dans la région d’El Kessour, près de l’oued Damous où deux nouvelles attestations du gentilice ont été trouvées (AE, 1976, 775 = AE, 1977, 865, Q. Lusius Nivalis et Lus(ius Saturninus).

Haut de page

Bibliographie

Sources

Dion Cassius, Livres LX et LXVIII.

Themistius, Orationes, 16, ed. G. Downey, Teubner, 1974, p. 294 (= Dindorf, 1832, p. 250).

Cichorius C., Die reliefs der Traiansaüle, Berlin, 1890-1900.

Études

Den Boer W., « The native country of Lusius Quietus », Mnemosyne, 2, 1948, p. 327-337 dont la thèse a été critiquée par Roos (infra) les deux auteurs restant sur leurs positions respectives.

Den Boer W., « Lusius Quietus, an Ethiopian », Mnemosyne, 3, 1950, p. 263-270 ; « Lusius Quietus III », ibid., p. 339-343.

Bussi S., « Lusio Quieto : un ‘maghrebino’ ai vertici dell’Impero », L’Africa Romana, 2006, p. 721-728.

Carcopino J., « L’homme de Qwrnyn », Arctos, 1, 1934, p. 5-9.

Hamdoune Chr., Les auxilia externa africains des armées romaines, Montpellier, 1999.

Peterson L., « Lusius Quietus, ein Reitergeneral Trajans aus Mauretanien », Altertum, 14, 1968, p. 211-217.

Premerstein A. (von), « Das Attentat der vier Konsuläre auf Hadrian im Jahre 118 n. chr. », Beiheft de Klio, VIII, 1908

Roos A.G., « Lusius Quietus again », Mnemosyne, 3, 1950, p. 158-165 ; « Lusius Quietus, a reply », ibid., p. 336-338.

Haut de page

Notes

1 Igeznayen en berbère (pluriel). Noter que le/g/du berbère est régulièrement rendu par « q/k » ou « ğ/ž » dans les notations arabes. En revanche, les ethniques berbères pluriels de forme i–(e)n sont généralement arabisés en –a(t) (marque finale à valeur de pluriel/collectif) (cf. Iẓnagen > Ṣanhaǧa, Igerwan> Ǧarawa...). Ce retraitement est quasi généralisé en arabe, à toutes époques, y compris contemporaine (Aštuken,> Štuka, Igeštulen> Geštula...). En conséquence, la restitution QZNYN, bien qu’elle ne soit pas exclue, serait quelque peu « hors norme » et n’apparaît pas comme l’hypothèse la plus probable. [S.C.].

Haut de page

Table des illustrations

Légende Scène 64 de la Colonne trajane : à gauche Trajan et Lusius Quietus ; devant eux la cavalerie légère maure.
Crédits Photo (Musée Saint GermaiSn)
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/4042/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Hamdoune, « Quietus (Lusius Quietus) »Encyclopédie berbère, 39 | 2015, 6679-6685.

Référence électronique

Christine Hamdoune, « Quietus (Lusius Quietus) »Encyclopédie berbère [En ligne], 39 | 2015, document Q07, mis en ligne le 20 février 2024, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/4042 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.4042

Haut de page

Auteur

Christine Hamdoune

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search