Navigation – Plan du site

AccueilVolumes39Quinquegentanei (ou quinquegentia...

Q08

Quinquegentanei (ou quinquegentiani) : Une confédération du Mons Ferratus (Djurdjura) au cours des révoltes berbères du IIIe siècle

Jean-Pierre Laporte
p. 6686-6703

Entrées d’index

Mots clés :

antiquité, Kabylie, Rome, tribu
Haut de page

Texte intégral

1Une entité ethnique nommée Quinquegentanei est attestée en Kabylie au IIIe siècle après J.-C. Elle a fait l’objet d’une bibliographie relativement abondante qui n’épuise pas le sujet. Avec le temps et les découvertes plus récentes, les notes de Cagnat (1912), pourtant fort pertinentes pour l’époque, sont désormais périmées. En 1946, Seston publiait une synthèse nerveuse sur les guerres tétrarchiques en Afrique. Dès l’année suivante, Carcopino en donnait un compte rendu critique un peu trop oublié. Depuis un article paru en 1957 sur le trésor de Rusguniae, Salama a précisé peu à peu (notamment en 1988) la chronologie sous l’angle numismatique. En 1959, Romanelli posait les problèmes d’une manière nouvelle. En 1962, Desanges recensait l’essentiel des documents. En 1979, Pasqualini a mis à mal un certain nombre d’idées de Seston, à juste titre sur le fond, mais en oubliant un peu, sur la forme, que plus de trente années s’étaient écoulées, avec leur lot de documents inédits et d’idées nouvelles. En 1970, L. Galand rapprochait le nom de la confédération de la structure sociale quinaire bien attestée en milieu berbère (Hart 1967 ; voir notices « Cinq » EB XIII, 1994 et « Main », EB XXX, 2010). Di Vita (1992), Rebuffat (1988 et 1992), Zuckerman (1994) et Drew-Bear (1979) notamment, ont fait progresser de manière décisive la chronologie et produit des documents nouveaux. Un récit de la campagne de Maximien en 297 a été donné par Maymo (2000), et Hamdoune (2012). Comme il est toujours difficile de faire de l’Histoire sans tenir compte de la Géographie, on peut y ajouter des données mises à notre disposition par des géographes comme Bernard (1937) et Despois (1949). Nous proposerons ici quelques aperçus tirés d’un réexamen en cours de l’ensemble des sources et des circonstances géographiques et historiques.

Le nom des Quinquegentanei (ou Quinquegentiani)

2Les Quinquegentanei sont explicitement nommés par une quinzaine de documents (Desanges 1962 ; Rebuffat 1992 ; Hamdoune 2012), ce qui est assez exceptionnel pour une population autochtone antique. Leur nom est formé de trois parties, le préfixe quinque (cinq) le radical gens (tribu), et un suffixe qui adopte d’ailleurs deux formes : -iani (tous les textes, sauf Aurelius Victor) ou -anei (toutes les inscriptions plus Aurelius Victor). Cet ethnique n’est pas le seul à hésiter entre les deux suffixes. Dans ce qui suit, nous préférerons la forme en -anei, attestée par l’épigraphie, à la fois locale et contemporaine.

3Compte tenu de son préfixe, le nom des Quinquegentanei se prête bien aux abréviations, source de confusions ultérieures : ainsi V (peut-être) en 328 dans une inscription de Bou Atelli (CIL, VIII, 9010) qui serait alors la plus récente connue, Gensani dans la Liste de Vérone. On peut s’interroger sur le curieux Qtas du Géographe de Ravenne (Mauretania Caesariensis). On a pensé à une abréviation de civitas, qui aurait été répété le civitas qui définit la ville précédente, Saldae. On peut faire l’économie de cette répétition supposée dans la mesure où Iulius Honorius (Cosmographie, 44), recopié par Aethicus (Cosmographie, 44) cite au même endroit un Quinquegentiani oppidum. Dans ce cadre, Qtas (Quetas dans plusieurs manuscrits) a toutes les chances d’être une simple abréviation de Quiquegentanei (le V initial représentant Quinque). Pour J. Desanges, le mot oppidum ajouté par Iulius Honorius pourrait même signaler que la civitas des Quinquegentanei était en voie d’urbanisation (cf. civitas Nattabutum).

4Il reste à comprendre ce que recouvrait le nom de ce groupe berbère important. En général, Rome se fiait aux désignations des intéressés par eux-mêmes, et ici la forme latine étonne quelque peu. Il ne s’agit certainement pas d’un nom donné au hasard. Au début du IIIe siècle, l’emprise romaine sur la région atteignait son apogée. Bien que la notion de gentes soit un peu floue (Desanges 1987-1989), si les Quinquegentanei étaient appelés « les cinq peuples », ce n’est pas parce que l’on ignorait quelles gentes les composaient, mais bien parce qu’ils formaient réellement une entité redoutable. Compte tenu du nombre de gentes et de leur importance militaire, on peut admettre qu’il s’agissait d’une confédération.

5On a été tenté de nommer les cinq gentes (tribus). Cagnat (1913, p. 55 et n. 6 et p. 56, n. 1) a énuméré les Massinisenses, les Tyndenses, les Isaflenses, les Iubaleni et les Iesalenses ou Iesaleni. Courtois (1955, p. 120, et n. 1-2, p. 119 et n. 3), « d’après leur situation géographique probable », a estimé qu’on ne pouvait actuellement y rattacher que trois tribus, celle des Massinissenses, des Tyndenses et des Nababes, les noms des deux autres restant problématiques. Desanges (1967, p. 67, 90-91) y aurait englobé volontiers Toulensii, Baniouri, Massinissenses, Tyndenses, et Nababes. On est là dans un domaine tout à fait hypothétique. Connaissant en gros la zone géographique, on choisit cinq noms de groupes humains attestés dans la région. Ce choix est en fait arbitraire, dans la mesure où il se limite par définition aux noms des unités ethniques qui nous sont parvenus. L’examen de la carte des tribus de Grande Kabylie vers 1860 donnée par De Vigneral (1868, pl.) montre un nombre de tribus et de « fractions » beaucoup plus important que celles que l’on cite de nos jours. Nous ne connaissons en fait qu’un très petit nombre des tribus de l’Antiquité, très peu de chose sur leur importance relative et rien sur leurs imbrications politiques. Il paraît dans ce sens illusoire de vouloir désigner les parties d’un ensemble dont nous avons déjà du mal à discerner la nature, les contours, et surtout le (ou les) mode(s) de fonctionnement.

6Ce nom de Quinquegentanei, bien connu et redouté des autorités romaines de la région, a pu être conservé par commodité quelle que fût l'évolution de la composition de ce groupe, dont rien ne permet de penser qu’il soit resté identique sur la durée, plus d’un demi-siècle, puisqu’il est attesté depuis le milieu du IIIe siècle (voire dès la fin du second), certainement jusqu’en 297 et peut-être encore en 328. La datation tardive de certains textes géographiques ou historiques n’entraîne nullement que cette confédération subsistait à leur époque, leur documentation pouvant refléter des réalités bien antérieures.

Position géographique et mode de vie

7Dans de nombreuses études historiques sur la période romaine, à l’exception de celles de C. Courtois et de G. Camps, les populations libyques sont considérées plus ou moins explicitement comme des populations nomades assoiffées de pillage, vivant dans des déserts plats et sableux, de type saharien, libyen, voire arabique. Au sein même d’un travail de fort bon aloi, tel historien peut laisser échapper le mot de « féroces bédouins » à propos des Quinquegentanei (Pasqualini 1979, p. 60) ! Le malentendu issu de la méconnaissance du terrain et de ses habitants a été tel que l’analyse du (ou plutôt des) conflit(s) avec l’autorité romaine n’a pu qu’en être fortement biaisée.

8Deux inscriptions de Bougie (CIL, VIII, 8924, ici fig. 5) et de Tiklat (CIL, VIII, 8836, ici fig. 6) montrent que les Quinquegentanei étaient proches de ces deux villes. Iulius Honorius (Cosmographie, 44), recopié par Aethicus (Cosmographie, 44), permet de les situer à l’ouest de la Soummam, dans la Kabylie du Djurdjura, à l’est de Rusuccuru (Dellys). Il s’agit pour l’essentiel d’une région montagneuse, dont l’altitude dépasse souvent 1000 m pour atteindre 2308 m au Lalla Khedidja.

Fig. 1. Le relief de la Kabylie du Djurdjura. Plan A. Bernard, 1937, p. 207.

Légende

2

de 200 à 500 m

4

de 1000 à 1500 m

6

Forêts et broussailles

1

de 0 à 200m

3

de 500 à 1000 m

5

Au-dessus de 1500 m

7

Oliviers

9À l’intérieur du territoire désigné (entre Rusuccuru et Saldae), il existe deux zones d’accès particulièrement difficile correspondant bien aux montagnes inexpugnables évoquées par le Panégyrique de Maximien et de Constantin à Trêves en 307 : inaccessis montium iugis et naturali munitione (« leurs chaînes de montagnes inaccessibles et leurs remparts naturels »).

10La première (A de la figure 2) est le massif de Larba-n’ath-Iraten (ex Fort-National), série de crêtes nord-sud séparées par des thalwegs étroits, profonds souvent de plus de 700 m. L’ensemble a été décrit comme suit par le Maréchal Randon (1857, t. I, p. 290), qui le conquit en 1857 :

« Les versants du Djurdjura, bien plus abrupts au nord qu’au sud, ont, au midi, des contreforts d’une pente presque uniforme et d’un accès facile, séparés par des vallées peu profondes. Au nord, au contraire, on rencontre des murailles de rochers à pic sur quantité de points, et partout un terrain très tourmenté. Cependant, plusieurs contreforts, séparés par de profonds ravins, se détachent de la chaîne du Djurdjura en se dirigeant vers le nord. L’un deux, le plus considérable, s’affaisse brusquement sur le Sebaou en pentes abruptes et difficiles à gravir. Ces rameaux montagneux forment le pays où vivent des confédérations puissantes, presque sauvages, fanatiques d’indépendance, qu’on désigne généralement sous le nom de Zouaoua. C’est le cœur de la Grande Kabylie, la forteresse naturelle que ces tribus ont su vaillamment défendre et contre laquelle s’étaient brisés les efforts de tous les conquérants qui, tour à tour, ont établi leur domination dans l’Afrique septentrionale ».

Fig. 2. Evocation des principales zones « tribales » pendant la période romaine. Schéma J.-P. Laporte.
Ce schéma ne rend compte que des zones et non du relief très accusé (voir fig. 1)

11Dans ce secteur, les vestiges antiques signalés ont été peu nombreux, et c’étaient pour la plupart des mausolées de notables autochtones.

12La seconde (B de la figure 2) est un quadrilatère Rusazus / Bida / Tubusuctu / Saldae dont, même aujourd’hui, l’intérieur reste difficile d’accès compte tenu de l’âpreté du relief. Cette zone est en apparence vide de vestiges d’époque romaine (mais la prospection archéologique y a été si légère que l’argument est faible). Sur le terrain, une route antique fortifiée la borde au sud, entre Bida et Tubusuctu (fig. 4). L’analogie est frappante avec des territoires également tribaux de la région d'Igilgili (Morizot 1985, p. 332) occupés par les Bavares “orientaux”.

13Cette localisation suffit à faire des Quinquegentanei, non pas des nomades ou semi-nomades, mais bien des montagnards sédentaires vivant de l’agriculture et de l’arboriculture (même s’ils devaient posséder des terres dans les rares plaines environnantes). Ce mode de vie avait des conséquences bien connues :

  • Sur le plan agricole, la nécessité de posséder en plaine des terres de culture du blé (alors que la montagne produisait surtout des olives et un peu d’orge) ;

  • Sur le plan militaire, l’abandon parfois très rapide du terrain des combats menés au loin lorsque la saison des récoltes, puis des labours, arrivait.

14Sur le nombre non négligeable de documents qui concernent les Quinquegentanei, aucun ne nomme un chef ou un roi, contrairement au cas des Baquates* du Maroc à la même époque. Le contraste est particulièrement fort avec les Bavares* de la Kabylie des Babors pour lesquels on connaît plusieurs reguli. Jusqu’à preuve du contraire, on se trouve apparemment devant un mode de fonctionnement qui différait fortement entre deux régions pourtant voisines.

Fig. 3. L’armement libyque sur les stèles de Kabylie. 1. Abizar, 2. Toudja, 3. Castellum Tulei, apud Laporte, 1991, p. 394, 415, 416.

15L’iconographie antique de la région donne des indications précises sur l’armement des Quinquegentanei. Les stèles libyques figurées de type Abizar*, datables des IIIe-IIe siècles avant J.-C. (Laporte 1991, p. 417), montrent des cavaliers armés d’un petit bouclier rond à umbo central et de trois à quatre courtes sagaies, commun à l’ensemble des peuples libyques (Camps, s.v. « Armes », EB, VI, 1989, p. 898). Cet armement semble avoir traversé les siècles avec peu de changements. Au premier siècle après J.-C., c’était encore celui du princeps de Toudja*. Il était parfois encore utilisé à la chasse par les notables libyco-romains des IIe, IIIe et IVe siècles après J.-C., et continua à l’être plus tard.

L’administration romaine des tribus

16La région se trouvait à l’intérieur du territoire romain, et il s’agissait ici de rapports de force, au sein de l’Empire, entre des territoires urbains romanisés et des territoires tribaux, qui l’étaient moins. Le souci de tout colonisateur est de s’assurer une possession tranquille de son nouveau sol. Suivant les périodes, ses intérêts le portent soit à l’extension, soit à la stabilisation, soit au retrait de territoires habités par des populations autochtones, et donc, dans tous les cas, à les « encadrer », ou les « contenir » d’une manière ou d’une autre. À l’époque romaine, la méthode générale était la conclusion de traités de paix*, qui comportaient l’agrément de chefs reconnus par Rome. Le mode d’administration des tribus n’est pas resté toujours identique dans le temps et dans l’espace. En Kabylie, le plus ancien responsable local est désigné au Ier siècle après J.-C. comme princeps à Toudja. Plus tard, aux IIIe et IVe siècles, on note des principes ex castello (par exemple ceux du castellum Tulei, dans la région de Bordj Menaïel), et ailleurs, notamment chez les Bavares, des reges ou des reguli. Ils pouvaient être remplacés et/ou flanqués chacun par un praefectus gentis* nommé par Rome.

Quinquegentanei et voies de communication

17Les Quinquegentanei occupaient un territoire d’une particulière importance stratégique pour l’autorité romaine, en ce qu’il commandait les communications tant terrestres que maritimes entre l’est et l’ouest de la Maurétanie césarienne. L’autorité centrale ne pouvait se contenter de les cantonner sur leur territoire et de les entourer d’un « cordon sanitaire » ; elle devait nécessairement assurer l’ouverture et la sécurité des communications qui traversaient leur région, vitales entre les parties césarienne et sitifienne de la province. Or le nombre de routes reliant ces deux zones provinciales était très limité (sauf à descendre loin vers le Sud, aux portes du Sahara) et toutes présentaient des difficultés. Outre d’innombrables pistes anciennes, le système romain s’articula pour l’essentiel autour de quatre routes est-ouest :

  • Route maritime ;

  • Route terrestre longeant la côte, dont la section Vabar-Saldae était d’ailleurs difficile, la montagne plongeant directement dans la mer,

  • Route Bida –Tubusuptu, avec une partie clairement fortifiée entre Ksar Chebel* et Ksar Kebbouch* ;

  • Route de Saldae vers l’intérieur par Tubusuptu et la vallée de la Soummam, en direction d’Auzia (Sour el-Ghozlane, ex-Aumale).

18Avant même de parler d’embuscades ou de combats, la simple menace d’interception des communications au sein de la province était insupportable pour l’autorité romaine. Ceci la conduisit à aménager, au plus tard dans la seconde moitié du IIe siècle, une route fortifiée pour relier les deux villes extrêmes de la « partie césarienne » de la province, Bida et Rusazus, aux deux premières de la « partie sitifienne », Saldae et Tubusuptu. Deux puissants forts, Ksar Chebel* et Ksar Kebbouch*, furent installés aux deux extrémités de la partie la plus escarpée et dangereuse de ce passage à la fois obligé et indispensable. L’intervalle qu’ils laissaient entre eux fut jalonné de postes de garde et de tours régulièrement espacés (Laporte 2008 et 2011).

19En cas de révolte, et du point de vue des montagnards, toutes les villes qui jouxtaient leur territoire étaient sans doute une proie tentante, comme on le voit par une attaque (non datée) sur Saldae (Leschi 1927) et par la destruction d'Iomnium sous Aurélien ou Probus (Laporte 1980 et 1989, p. 23 et 32-36). A l’inverse, Tubusuptu et Auzia jouèrent un rôle particulier, manifestement voulu du côté romain.

Fig. 4. Le système routier romain de la Kabylie du Djurdjura à l’époque romaine. Dessin S. Sanz, apud Laporte, 2011.

20La géométrie du territoire des Quinquegentanei explique pourquoi, parmi les villes antiques de la périphérie, Tubusuptu joua un rôle important dans la répression. La ville était proche du cœur du territoire à soumettre ; elle contrôlait la voie de la Soummam vers Auzia ; elle séparait Bavares et Quinquegentanei. Elle devait d’ailleurs retrouver la même fonction sept décennies plus tard, lors de la guerre contre Firmus ; Ammien Marcellin (XXXIX, V, 11) la désigne alors comme Tubusuptum oppidum Ferrato contiguum monti, le mons Ferratus étant le Djurdjura.

21Du point de vue romain, Auzia devait tenir un rôle particulier, en raison également de la configuration du terrain. Cette constante stratégique, qui a traversé les siècles, a été clairement formulée en 1848, un an après la fondation de la ville française sur le site antique (Bequet 1848, p. 356-357) :

« Aumale n’est encore qu’un camp formé, il y a un peu plus d’une année, pour observer et contenir les populations du Jurjura. Cet établissement était la conséquence, ou plutôt la base nécessaire, des projets si sagement conçus et préparés par M. le Maréchal Bugeaud, à l’égard de la Grande Kabylie. Déjà le camp commence à devenir une ville qui se développera avec les progrès de notre domination en Algérie [...]. Aumale, qui doit être un de nos principaux points d’appui, où passe la route d’Alger à Constantine par le Sétif [sic] ».

22La situation stratégique de la ville a été également soulignée en 1867 par Victor Bérard (1848, p. 356-357) :

« La route d’Aumale à Bougie [...] longe sur les versants méridionaux du Djurdjura, toute la vallée de l’oued Sahel, et assure notre domination de ce côté comme Fort Napoléon [Larba nath Iraten] sur les versants septentrionaux ».

23La même logique avait conduit dès l’époque d’Hadrien à installer à Auzia la Cohors I Aelia Singularium, qui devait y résider jusqu’à une date avancée du IIIe siècle, secondée par des unités de cavalerie maure. Sur le plan militaire, la ville se présentait un peu comme le pendant, contre les Quinquegentanei, de Sitifis contre les Bavares. Sur le plan économique, Auzia était une ville opulente, contrôlant une riche plaine parsemée d’importantes exploitations agricoles et d’agglomérations secondaires comme Aïn Bessem (Gsell, Atlas, XIV, 28-29), cibles tentantes en cas d’insurrection.

Quinquegentanei et Bavares

24Les Quinquegentanei étaient certainement en liaison avec les Bavares*, leurs voisins immédiats, qui occupaient les actuels Babors. La vallée de la Soummam, relativement étroite, n’est pas une séparation infranchissable pour les montagnards qui vivent sur ses deux flancs. Etudiés naguère en détail par G. Camps (1955 et 1991), les Bavares présentent des caractéristiques très semblables : un peuple libyque, établi à l’intérieur du territoire romain, dans un massif montagneux qui longe la mer, et qui (vu du côté romain, c’est-à-dire sans trop se demander pourquoi) descendait parfois piller la plaine romanisée (où pouvaient se trouver des terres qui leur avaient été autrefois confisquées). Une dédicace de C. Macrinius Decianus à Lambèse, entre 253 et 256, montre qu’ils montèrent avec les Quinquegentanei des opérations parallèles et simultanées, sinon combinées, vers l’est et le sud-est, au point d’atteindre la Numidie (CIL, VIII, 2615).

Rapprochements avec les Isauriens d’Asie Mineure

25Les bribes qui nous sont parvenues de l’histoire des Quinquegentanei ne permettent pas de répondre à toutes les interrogations. Le déterminisme géographique lié au relief et à la position de leur territoire dans la province permet de trouver un parallèle étonnant avec les Isauriens, peuple de montagnards d’Asie mineure, habitant lui aussi une zone montagneuse longeant la mer. Leur situation géographique, leurs révoltes et leurs luttes contre les occupants romains au IVe siècle, que font revivre des pages très précises d’Ammien Marcellin (XIV, II, 1 et XIX, XIII), montrent un grand nombre de similitudes avec celles des Quinquegentanei un siècle plus tôt. Les Isauriens connaissaient une alternance de périodes de paix et d’attaques brusquées, parfois en réaction contre la réduction en esclavage de certains d’entre eux. Leurs révoltes se développaient, presque mathématiquement, en plusieurs phases. Tout d’abord, ils attaquaient la nuit les navires au mouillage le long de la côte. Ceci amenait rapidement les marins à éviter de s’arrêter dans les parages. Les proies maritimes se dérobant, les Isauriens attaquaient les voyageurs sur les routes de l’intérieur. L’autorité romaine installait ou réoccupait alors des postes de garde le long des voies de communication. De leur côté, les Isauriens se renforçaient, effectuaient des razzias au loin. Ils se risquaient parfois à attaquer des villes, mais faute de techniques de siège, étaient facilement repoussés. Lorsqu’ils étaient surpris en rase campagne, ils étaient aisément écrasés. Tout concorde avec les Quinquegentanei, jusqu’aux réductions en esclavage, puisque nous savons que les esclaves étaient une « production » importante de la Césarienne (Expositio, LX). Une part au moins de ces malheureux devait être capturée à l’occasion de conflits. Il y avait certainement là un puissant motif supplémentaire de révolte.

Les raisons des affrontements

26En l’absence de tout témoignage provenant des Quinquegentanei eux-mêmes, nous n’avons pas d’indications précises sur les motifs qui leur faisaient prendre soudain les armes après parfois de longues années de paix. On peut toutefois en relever ou en imaginer plusieurs.

27Du côté autochtone, la présence romaine était étrangère et oppressive, mais aussi attirante par divers aspects, ce qui créait des interactions complexes. Il serait abusif et anachronique de présenter l’indéniable « résistance africaine à la romanisation », comme l’expression d’un véritable nationalisme préfigurant ceux de l’époque moderne. Les réductions en esclavage, la lourdeur des tributs, la levée de troupes, le cantonnement des tribus, la confiscation de terres, la privation de droits d’usage ou de parcours à l’occasion de recensements périodiques, la nomination plus ou moins imposée de praefecti gentis* (préfets de tribus), pouvaient être des facteurs suffisants pour déclencher des insurrections.

28Du côté romain, les principaux motifs de guerre étaient de lever les tributs dus en raison des traités de paix. Présenter les Quinquegentanei comme des pillards invétérés permettait de tout justifier dans les opérations menées contre eux. Les provocations pouvaient être intéressantes, les combats recherchés étant l’occasion de butin, de gratifications, de décorations, ou tout simplement de capture de prisonniers aussitôt réduits en esclavage.

Quinquegentanei et révoltes maures du IIIe siècle

29Le dispositif militaire protégeant la route qui traversait la partie la plus difficile du territoire des Quinquegentanei était en place au moins dès la fin du IIe siècle (datation de la route fortifiée entre Bida et Saldae, par Ksar Chebel* et Ksar Kebbouch*, cf. Laporte, 2008), longtemps avant l’apparition de ce peuple dans les documents. Il y avait donc déjà des tensions, bien que nous n’en ayons pas de mention dans les textes.

30Au IIIe siècle, des révoltes d’envergure se succédèrent en Maurétanie césarienne. Des combats eurent lieu entre Auzia et le Djurdjura vers 226-227 (Christol, 1994). La situation s’aggrava à partir de la période d’instabilité impériale du second quart du IIIe siècle, qui se traduisit notamment en Afrique par la dissolution de la legio III Augusta en 238 jusqu’à sa reconstitution en 253.

31Les Quinquegentanei participèrent sans aucun doute à la grande révolte dite « de 253 » qui dura en fait une bonne décennie (250-260 pour Salama 1988). Des dépôts monétaires découverts dans la région, à Tigzirt (Iomnium) et à Cap Djinet (Cissi), semblent en témoigner. Les Quinquegentanei s’associèrent probablement à une autre insurrection qui embrasa la Maurétanie césarienne sous Aurélien ou plutôt Probus, révolte qui vit notamment la destruction d’Iomnium et de Rapidum vers 280 (Laporte 1980). Ils furent certainement les auteurs d’une attaque sur Saldae à une date inconnue de la seconde moitié du IIIe siècle (Leschi 1927).

Campagnes et reconstructions sous Aurelius Litua (290 - 293)

32Les années 284-288 constituèrent une période de crise globale dans tout l’Empire. En Maurétanie Césarienne, les troubles de 290 furent suffisamment importants pour être signalés par Eusèbe/saint Jérôme après l’avènement de Dioclétien. La période 289-293 correspondit à une action de pacification de grande ampleur dans tout l’Empire. En Afrique, la remise en ordre se traduisit par la nomination quasi simultanée de quatre responsables pour les quatre provinces, dont Aurelius Litua, comme praeses (gouverneur) pour la Césarienne. La plus ancienne de ses dédicaces (CIL, VIII, 9041= ILS 627) commémore la restauration d’un pont à Auzia en 290, nunc reddita pace, « la paix maintenant revenue ». Elle semble correspondre à une campagne de reprise en main de la province qu’il aurait trouvée troublée à son arrivée. Une inscription de Saldae (CIL, VIII, 8924, relecture Laporte 1996) commémore une victoire de ce praeses sur les Quinquegentanei (fig. 5), tout en montrant clairement les limites de son action. Aurelius Litua se glorifiait d’avoir fait une incursion sur leur territoire et de les avoir vaincus ; mais il se flattait aussi d’en être revenu avec ses soldats, ce qui montre qu’il n’y avait fait qu’un court passage et que le contrôle militaire permanent du terrain n’était pas assuré. Ses soi-disants hauts faits sont d’ailleurs restés inconnus des historiens antiques comme Eutrope, saint Jérôme et Aurelius Victor qui évoquent pourtant des troubles en Maurétanie césarienne à cette époque. Les montagnards des Kabylies restaient un souci permanent, puisqu’en 293, vers la fin de son mandat, le même Aurelius Litua faisait reconstruire un fort entre Sétif et Saldae, sur le territoire des Bavares (CIL, VIII, 20215 = ILS 6886. Laporte 2011, p. 71).

Fig. 5a & 5b. Dédicace commémorant une expédition menée par Aurelius Litua, contre les Quinquegentanei, à Saldae (Bgayet, Bejaia, Bougie). Cliché et dessin Laporte, 1996.

La campagne de Maximien contre les Quinquegentanei (297)

33Quelques années seulement après les opérations d’Aurelius Litua, la situation en Césarienne s’était à ce point dégradée que l’empereur Maximien dut venir en personne réduire les Quinquegentanei. Accompagné de troupes nombreuses composées de détachements de plusieurs légions, l’empereur quitta les bords du Rhin, traversa toute l’Espagne, passa le détroit de Gibraltar, et débarqua en Tingitane. L’armée impériale passa ensuite en Césarienne.

34L’expédition en Afrique avait commencé en début 297 : on en attendait des nouvelles à Trèves le 1er mars (Panégyrique de Constance en 297). Compte tenu du manque de précision du panégyriste, nous ne savons pas si à cette date l’empereur venait de débarquer en Tingitane, était encore en route, ou se trouvait déjà à pied d’œuvre au pied du Djurdjura. La campagne de Kabylie se déroula sans doute au cours du printemps et de la belle saison de 297. Les combats se terminèrent probablement avant les fortes chaleurs de l’été. La « pacification » dura probablement quelques mois de plus.

35Dès lors que Maximien allait combattre les Quinquegentanei sur leur propre territoire, pentes très raides, crêtes étroites et escarpées, séparées par des gorges profondes, il s’agissait d’une véritable guerre de montagne dans laquelle les habitants, même inférieurs en nombre, disposaient de l’avantage tactique très important que constituait la hauteur en elle-même. Si le terrain et l’organisation de l’adversaire ne permettaient pas à l’armée romaine de livrer des « batailles » au sens de l’affrontement de deux armées manœuvrant comme à l’École de Guerre, il y eut certainement des combats acharnés.

36Les opérations de 297-298 sont décrites par le Panégyrique de Maximien et de Constance en 307. S’adressant à Maximien, l’auteur inconnu a employé trois verbes précis, qui renvoient chacun à une action déterminée.

37Expugnasti : « Tu as pris d’assaut et vaincu » les Quinquegentanei « jusque dans les forteresses naturelles dans lesquelles ils avaient confiance » (inaccessis montium iugis et naturali munitione fidentes,

38Recepisti : « Tu as reçu leur soumission ».

39Transtulisti : « Tu les a déportés ». Il s’agit ici d’une mesure assez inhabituelle, même si l’on en connaît des exemples. Elle ne toucha peut-être que les chefs des révoltés, mais elle montre à la fois que le problème posé par les Quinquegentanei était grave, beaucoup plus qu’une révolte tribale habituelle, et que Maximien tenta de le régler définitivement.

40Avant de quitter la région, Maximien décida la construction à Tubusuctu d’entrepôts (horrea) que le texte hélas incomplet met en rapport explicite avec les Quinquegentanei, leur répression passée ou leur contrôle futur (CIL, VIII, 8836=ILS 643, ici fig. 6).

41Puis il partit ensuite vers l’est en empruntant la voie de terre. Il passa certainement par Sétif, où il reçut les honneurs d’un accueil triomphal, un adventus, et où il décida de la construction ou d’une restauration de la cavea (les gradins) de l’amphithéâtre (A.E., 1928, 39), inauguré seulement vers 304. À la fin de 297, ou en tout début 298, Maximien était accueilli à Carthage par un adventus solennel, célébré inlassablement pendant plusieurs années sur les monnaies frappées dans la ville. Le 1“mars 298, il s’y occupait de droit civil (et non de triompher comme on l’a écrit abusivement). On ne croit plus à une expédition qu’il aurait menée contre les Laguatan* dans la grande Syrte selon Corippe (Ioh., IV. 822-4 et VII, 530-533), simple réminiscence littéraire dénuée de support géographique et historique précis. Quelque temps plus tard, toujours en 298, Maximien fit un court séjour à Rome, où il fut accueilli en triomphateur (Panégyrique de 307 ; Chastagnol 1980-1981) et où, rediens ex Africa (« revenant d’Afrique »), il décida de la construction des Thermes dits de Dioclétien (CIL, VI, 1130=31242 ; ILS 646). Il quitta très vite la ville pour Milan, Trêves ou Aquilée.

Fig. 6. Fragment de la dédicace en 306 des horrea de Tubusuctu mentionnant les Quinquegentanei (CIL, VIII, 8836 = ILS 645, cliché J.-P. Laporte).

42Un certain nombre de commentateurs modernes minimisent l’importance et l’intensité de cette campagne. Maximien serait venu du nord de la Gaule pour cueillir des lauriers faciles. Certains arguments sont surprenants. Ainsi, le fait que la campagne de l’Empereur soit mentionnée dans des Panégyriques, il est vrai souvent sujets à caution, n’est nullement indice de triomphe sans risque (ou alors il faudrait réécrire la quasi-totalité de l’histoire militaire de la Tétrarchie, pour laquelle les Panégyriques sont une source essentielle). Il suffit de noter qu’en 297 l’Empire était attaqué sur tous les fronts (le répit ne vint qu’en 298, comme en témoigne le Discours d’Eumène pour la restauration des écoles d’Autun) pour s’interroger sur la pertinence de cette analyse. En 297, Maximien avait sans doute mieux à faire que du tourisme pour renforcer son prestige.

43Un examen précis des différents témoignages, en remettant chacun dans son contexte et son époque, amène à prendre une position différente. Après notamment Pasqualini (1979, p. 60-61), on peut penser que la campagne de 297-298 en Kabylie fut fort dure, compte tenu :

  • du caractère très escarpé du théâtre des opérations ;

  • de la mention de cette guerre par plusieurs historiens antiques (Aurelius Victor, Eutrope, Jérôme, Orose, etc.), et pas seulement par des panégyristes toujours suspects de flagornerie ;

  • d’une réorganisation résolue de la région avec le rétablissement des routes (milliaires immédiatement postérieurs portant le nom de l’Empereur au nominatif) après la fin des opérations.

44Par ailleurs, en 303, lors de la séparation de la Césarienne en deux provinces, Césarienne et Sitifienne, la nouvelle frontière fut tracée précisément sur le territoire des Quinquegentanei (Laporte, 1996).

45Enfin, il faut rappeler le prestige que Maximien garda par la suite en Afrique. Peu après 306, Maximien, senior augustus, était encore qualifié de conservator Africae suae sur des monnaies de Carthage. En 308 encore, les Africains lui gardaient une grande reconnaissance et refusèrent de reconnaître Maxence (Zosime, Histoire, II, 12). Malgré la condamnation officielle de sa mémoire (damnatio memoriae) après sa mort en 310, le nom de Maximien n’a pas été martelé sur plusieurs inscriptions dans la région même des combats, notamment celle de Tubusuptu déjà citée (fig. 6). Cette reconnaissance générale montre par antithèse l’importance qu’avait revêtue l’aventure des Quinquegentanei.

46Le traitement violent infligé par Maximien aux Quinquegentanei pourrait avoir entraîné la disparition de cette confédération, type de structure qui n’est pas très solide en milieu berbère sédentaire, où c’est plutôt le village, taddart, qui forme le noyau principal de la société. Certes, sur une dédicace datée de 328 (CIL, VIII, 9010), un certain M. Aurelius Masaisilen qui portait un beau cognomen berbère, est qualifié d'ex praefectus V, mais développer l’abréviation V en Quinque(gentaneorum) est peut-être un peu aventureux.

Haut de page

Bibliographie

Principales sources antiques

Aethicus, Cosmographie, éd. Riese, Geographi Latini Minores, 1878, p. 71-103.

Expositio totius mundi et gentium, éd. J. Rougé, Sources chrétiennes, no 124, 1966.

Géographe de Ravenne, Cosmographia, éd. Pinder et Parthey, Berlin, 1860.

Iulius Honorius, Cosmographia, éd. Riese, Geographi Latini Minores, 1878.

Liste des Provinces, dite de Vérone, éd. Riese, Geographi Latini Minores, 1878.

Orose, Adversus Paganos, Histoires, livre VII, éd. M.-P. Arnaud-Lindet, Belles Lettres, 1991.

Panégyrique de Constance en 297, IV, V, 2, éd. E. Galletier, Panégyriques latins, t. I, 1949, p. 97.

Panégyrique de Maximien et de Constantin en 307, éd. E. Galletier, Panégyriques latins, VI (VIII), 6, 7, t. II, p. 22-23.

Travaux modernes

Bequet M., 1848 – L’Algérie en 1848. Tableau géographique et statistique, p. 356-357.

Bernard A., 1937 – Afrique septentrionale et occidentale - 1ère Partie : Généralités, Afrique du Nord, t. XI, 1 de la Géographie Universelle, éd. Vidal de La Blache et I. Gallois.

Cagnat R., 1913 - Armée romaine d’Afrique (2e éd.).

Camps G., 1955 – « Les Bavares, peuple de Maurétanie césarienne », Revue africaine, t. 99, p. 241-288.

Camps G., 1989 – s.v. « Armes », EB, VI, p. 898.

Camps G., 1991 – s.v. « Bavares », EB, IX, p. 1394-1399.

Carcopino J., 1947 – « Dioclétien et la Tétrarchie, à propos d’un livre récent », R.E.A., 49, p. 291-320.

Chastagnol A., 1980-81 – « Maximien Hercule à Rome », BSNAF, p. 187-191 = Id., Aspects de l’Antiquité tardive, 1994, p. 303-304.

Christol M., 1994 – « Les troubles en Maurétanie césarienne sous le gouvernement de T. Licinius Hièroclès », Mélanges Le Glay = Latomus, 226, p. 254-266.

Courtois Chr., 1955 – Les Vandales et l’Afrique (Édition du Gouvernement Général de l'Algérie. Direction de l’Intérieur et des Beaux-Arts. Service des Antiquités), Paris, Arts et Métiers Graphiques, 455 p.

Delahaye H., 1923 – « La Vita Typasii », Analecta Bollandiana, XLI, p. 268-271.

Desanges J., 1962 – Catalogue des tribus africaines de l’Antiquité classique à l’ouest du Nil, Publications de la section d’Histoire de l’Université de Dakar, no 4, Dakar, 296 p., 10 cartes.

Desanges J., 1992 – « Une notion ambiguë : la gens africaine. Réflexions et doutes », BCTH, n.s., B. Afrique du Nord, t. 22, 1987-1989 [1992], p. 169-175.

Despois J., 1949 – L’Afrique blanche française, t. I, PUF ; cf. notamment carte après la page 224 : « Genre de vie des indigènes », à comparer et croiser avec la carte B. « Structures et relief » (après la p. 48), la carte A. « Répartition annuelle des précipitations » (après la page 116), la carte des « grandes zones naturelles » (p. 100) et celle des limites de culture (p. 102).

Di Vita-Evrard G. 1992 – « La dédicace des horrea de Tubusuctu et l’ère de la Province dans les Maurétanies », Africa romana, 9, p. 843-861.

Drew-Bear Th., 1979 – « Les voyages d’Aurelius Gaius, soldat de Dioclétien », La géographie administrative et politique d’Alexandre à Mahomet, Leyde, Brill, 1979, p. 93-141.

Galand L, « Les Quinquegentiani », BAA, IV, 1970, p. 297-299.

Hamdoune C., 2012 – « L’expédition de Maximien en Afrique », Antiquités africaines, 46-48, 2010-2012, p. 185-197.

Hart D. M., 1967 – « Segmentary systems and the role of Five Fifths in tribal Morocco », Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, 3, p. 65-95.

Laporte J.-P., 1980 – « Trésors de Maurétanie Césarienne enfouis sous Aurélien », Bulletin de la Société française de Numismatique, mai, p. 695-697.

Laporte J.-P., 1989 – Rapidum, le camp de la Cohors II Sardorum sur le limes de Maurétanie Césarienne, Publications de l’Université de Sassari (Sardaigne), 305 p.

Laporte J.-P, 1991 – « Datation des stèles libyques figurées de Grande Kabylie », Africa romana, IX, (1992), p. 389-423.

Laporte J.-R, 1996 – « Une inscription de Saldae (CIL, VIII, 8924) et la date de séparation des Maurétanies césarienne et sitifienne », Africa romana, 12, (1998), p. 1111-1121.

Laporte J.-P., 1996 – « Notes sur Auzia (moderne Sour el Ghozlane, ex-Aumale), en Maurétanie césarienne », BSNAF, (1998), p. 300-317.

Laporte J.-P., 2008 – « Ksar Chebel, Ksar Kebbouch », EB, XXVII, 2008, p. 4298-4300.

Laporte J.-P., 2011 – « Routes antiques de la Kabylie du Djurdjura », Dossiers d’Archéologie, no 343, janvier-février ; « Les voies romaines », p. 68-71.

Leschi L., 1927 – « Les juvenes de Saldae d’après une inscription métrique », Revue Africaine, 68, p. 393-419 = Études d’épigraphie, d’archéologie et d’Histoire africaines, 1957, 443 p.

Leveau Ph., 1975 – « L’Aile II des Thraces, la tribu des Mazices et les praefecti gentis en Afrique du Nord », Antiquités africaines, 7, p. 175-186.

Leveau Ph., 2014 – « Praefectus gentis (en Afrique) », EB, XXVIII, 2015.

Marmol, L’Afrique de Marmol, de la traduction de Nicolas Perrot, sieur d’Ablancourt..., 1667.

Masqueray E., 1983 (1886) – Formation des cités chez les populations sédentaires de l'Algérie. Kabyles du Djurdjura, Chaouïa de l’Aourâs, Beni Mezab, 1ère édition 1886 ; cité ici d’après la réédition de 1983 : Aix-en-Provence, Edisud.

Maymo P., 2000 – “Maximiano en campaña : matizaciones cronológicas a las expediciones hispanas y africanas del Augusto Hercúleo”, Polis, 12, p. 229-257.

Morizot P., 1985 – « Une étape sur les voies romaines de la wilaya de Jijel, la Respublica Vahartanensium », 110e Congrès national des sociétés savantes, Montpellier, IIIe Colloque sur l’histoire de l’archéologie de l’Afrique du Nord, p. 317-336.

Pasqualini A, 1979 – Massimiano Herculius. Per un’interpretazione della figura et dell’opera, Roma, p. 58-69 : « Istituzione della Tetrarchia e operazione in Africa ».

Randon J.-L., 1875-1877 – Mémoires du maréchal Randon, 2 tomes, Paris.

Rebuffat R., 1988 – « Comme les moissons à la chaleur du soleil », L’Africa Romana, 6 (1), p. 113-133 (p. 121).

Rebuffat R., 1992 – « Maximien en Afrique », Klio, 74, p. 371-379.

Romanelli P., 1959 – Storia delle-province romane dell’Africa, Rome, 720 p.

Salama P., 1957 – « La trouvaille de sesterces de Rusguniae », Revue africaine, 101, p. 215-245.

Salama P., 1991 – « Vues nouvelles sur l’insurrection maurétanienne dite de 253. Le dossier numismatique », L’Armée et les affaires militaires, Colloque international d’histoire et d’archéologie de l’Afrique du Nord, Strasbourg, 1988, Paris, (1991), p. 457-470.

Seston W., 1946 – Dioclétien et la Tétrarchie, Paris, Bibl. des Ecoles françaises d’Athènes et de Rome, fasc. 162, 398 p. ; notamment p. 115-128 : « Les troubles maurétaniens ».

Vigneral Chr. (de), 1868 – Ruines romaines de l’Algérie, Kabylie du Djurdjura, 91 p., 17 pl., carte h.t. dépliante.

Zuckermann C., 1994 – « Les campagnes des Tétrarques (296-298) », Antiquité tardive, 2, La Tétrarchie (293-312), histoire et archéologie, p. 65-70 : II. Le début de la campagne de Maximien en Afrique.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Le relief de la Kabylie du Djurdjura. Plan A. Bernard, 1937, p. 207.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/4047/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Légende Fig. 2. Evocation des principales zones « tribales » pendant la période romaine. Schéma J.-P. Laporte.Ce schéma ne rend compte que des zones et non du relief très accusé (voir fig. 1)
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/4047/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 3. L’armement libyque sur les stèles de Kabylie. 1. Abizar, 2. Toudja, 3. Castellum Tulei, apud Laporte, 1991, p. 394, 415, 416.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/4047/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende Fig. 4. Le système routier romain de la Kabylie du Djurdjura à l’époque romaine. Dessin S. Sanz, apud Laporte, 2011.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/4047/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 5a & 5b. Dédicace commémorant une expédition menée par Aurelius Litua, contre les Quinquegentanei, à Saldae (Bgayet, Bejaia, Bougie). Cliché et dessin Laporte, 1996.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/4047/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Légende Fig. 6. Fragment de la dédicace en 306 des horrea de Tubusuctu mentionnant les Quinquegentanei (CIL, VIII, 8836 = ILS 645, cliché J.-P. Laporte).
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/4047/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Laporte, « Quinquegentanei (ou quinquegentiani) : Une confédération du Mons Ferratus (Djurdjura) au cours des révoltes berbères du IIIe siècle »Encyclopédie berbère, 39 | 2015, 6686-6703.

Référence électronique

Jean-Pierre Laporte, « Quinquegentanei (ou quinquegentiani) : Une confédération du Mons Ferratus (Djurdjura) au cours des révoltes berbères du IIIe siècle »Encyclopédie berbère [En ligne], 39 | 2015, document Q08, mis en ligne le 20 février 2024, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/4047 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.4047

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Laporte

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search