Navigation – Plan du site

AccueilVolumes30Maison : note linguistique complé...

M17c

Maison : note linguistique complémentaire

S. Chaker
p. 4528-4530

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Au plan linguistique, la « maison » pose problème car il est difficile d’identifier un terme « berbère commun » correspondant à cette notion :

  • Le terme chleuh tigemmi est manifestement secondaire (voir supra notice M17b et Laoust 1920, p. 1).

  • Le terme taddart, sans doute celui qui a la distribution géographique la plus large (chaoui, tamazight, rifain, mozabite, Ouargla, Ghadames...) est très certainement un terme générique, au signifié de base non spécialisé (= « abri, habitation »), comme tendent à l’indiquer le fait qu’en kabyle il désigne « le village », en chenoui (Laoust 1912, p. 130) la « cour intérieure d’une habitation », et qu’il doit être rattaché à une racine DR(Y), actualisée par le verbe kabyle ddari, « s’abriter, abriter » (Dallet, p. 158-159). Notons qu’il n’a certainement aucun rapport ni avec l’arabe dâṛ car dans le berbère taddart/ddari, le [r] n’est jamais emphatisé, ni avec le verbe idir/dder, « vivre », comme cela a parfois été écrit (notamment Laoust 1920, p. 2), parce qu’en berbère dder signifie exclusivement « être en vie », jamais « être dans/séjourner en un lieu » ; une expression comme « il vit sous la tente » ou « il vit à Paris » est impossible en berbère avec le verbe idir/dder. Le rapprochement taddart, « maison/village » / idir/dder, « vivre » est une erreur manifeste induite par une extrapolation de la sémantique du verbe français à celle du berbère.

  • Le terme axxam, qui désigne en kabyle (Dallet 1982, p. 900-901) mais aussi en Algérie du Nord (Laoust 1912, p. 129) et dans le Rif (Biarnay 1917, p. 10), la « maison », malgré les hésitations de René Basset (1885) et ce qu’en a dit Laoust (1920, p. 21), est hautement suspect d’être emprunté à l’arabe xîma/xayma, « tente des nomades », pour toute une série de raisons convergentes :

  1. D’une part, la forme axyam/taxyamt est connue dans de nombreux parlers pré-sahariens et sahariens et en chleuh (Basset 1940 ; Laoust, p. 3) pour désigner la tente des nomades ;

  2. D’autre part, axxam/axam signifie « tente » en chaoui (Huyghe 1906, p. 690) et désigne, dans tout le tamazight du Maroc central, la tente traditionnelles des semi-nomades Imazighen (Laoust, p. 20 et suiv. ; Taïfi 1991) ; en mozabite, il a le sens de : « habitation légère, tente, hutte » (Delheure 1984, p. 235) ;

  3. Mais aussi parce que la forme avec /xx/ tendu s’interprète aisément au plan phonétique comme un phénomène de tension compensatoire à la disparition de la semi-consonne /y/ (* axyam > axxam) ; comme l’a très bien montré A. Basset (1940), l’identité axxam = axyam peut être considérée comme assurée.

2Par ailleurs, pour des raisons phonologiques, une racine X(Y)M est exclue au niveau « berbère commun » ; il faudrait donc, comme le fait implicitement Laoust (1920, p. 21), postuler que l’actuel /x/ est une réalisation sourde d’un ancien /ɣ/, pour rapprocher le terme axxam de la racine berbère Ɣ(Y)M (qqim), « rester, demeurer, s’assoir » ; mais, dans une telle séquence phonique, on ne voit pas quel pourrait être le conditionnement qui expliquerait une évolution généralisée [ɣ] > [x]. Le rapprochement de axxam/axyam avec ɣym/qqim est donc à rejeter.

3René Basset (1885), suivis par des auteurs plus récents (Delheure 1984), ont été tentés de rapprocher axxam, « maison, tente », du touareg (t)aɣăzam(t) (et diverses variantes locales : taɣăhamt, taɣăžamt, taɣašamt...) : « maison ; se dit de toute habitation à murs maçonnés. » (de Foucauld IV, p. 1707 ; Prasse et al., p. 319). Cette forme touarègue repose sur une racine ƔZM, dont on ne voit pas de trace en berbère Nord ; d’autre part, il faudrait, là encore, postuler une évolution phonétique importante et mystérieuse : assimilation [ɣz] > [ɣɣ], puis assourdissement > [xx], sans que l’on puisse identifier un conditionnement contextuel explicatif.

4De toutes ces considérations, il ressort que le berbère (t)axxam(t)/(t) axam(t), « maison/tente » repose une forme première axyam/taxyamt, à l’évidence issue de l’arabe xayma/xîma, « tente des nomades ». La prudence d’André Basset (1940) sur ce point paraît excessive puisqu’il y a identité de signifiant et de signifié et présence dans la forme berbère d’un phonème (/x/) qui n’appartient pas au système phonologique du berbère commun, alors qu’il est parfaitement attesté en arabe.

5Le seul lexème qui semble pouvoir être affecté au « berbère commun » parce qu’il est attesté dans des régions très éloignées les unes des autres est tazeqqa, tazăqqa, « maison en dur, construction maçonnées, en pierres... » :

  • Kabyle : tazeqqa, tizɣwin, « maison en maçonnerie, maison en pierpierres» (Dallet 1982, p. 952).

  • Touareg : tăhăqqa/tiheɣwin (< tăzăqqa) « petite maison servant de magasin pour conserver les provisions » (de Foucaud, II, p. 671).

  • Ghadames : tazeqqa « mur de maçonnerie » (Lanfry, p. 66 & no 1821).

  • Ouargla : tazeqqa/tizeqwin, « pièce d’un appartement, chambre, surtout, chambre à provisions, cellier » (Delheure 1987, p. 395).

  • Mzab : tazeqqa/tizeqwin, « pièce d’un appartement, chambre » (Delheure 1984, p. 253).

6En définitive, on constate :

  • Une forte instabilité sémantique des formes les plus répandues : taddart = « maison » ou « village » ; axxam = « maison » ou « tente » ;

  • Une très forte suspicion d’emprunt à l’arabe pour l’un des termes les plus largement attestés en berbère Nord : axxam < ar. xîma/xayma ;

  • L’existence d’une forme commune désignant précisément une « construction en maçonnerie à usage d’habitation ou de grenier » (tazeqqa).

7Tous ces indices semblent confirmer l’absence d’un terme berbère commun pour désigner la « maison », et donc le caractère relativement récent de l’habitat en dur chez les Berbères chez qui les diverses formes d’habitat précaire et mobile (tente, huttes, gourbis ; cf. mappalia*) ont dû être généralisées jusqu’à une époque tardive, même en zone tellienne ; certainement jusqu’à l’arrivée des bédouins arabes (XIe/XIIe) puisque le terme arabe xayma/xîma, « tente des nomades » est probablement à l’origine du berbère Nord axxam, « tente/maison ». Les constructions en dur ont sans doute d’abord été des greniers-réserves familiaux (tazeqqa) ou collectifs (agadir*) ou des monuments funéraires (aẓekka, édebni*).

Haut de page

Bibliographie

Basset A., « Au sujet de berbère (t)axyam(t)/(t)axxam(t), « tente, maison », GLECS, III, 1940, p. 91-92.

Basset R., Notes de lexicographie berbère, Paris, Leroux, 1883-1888 (Extrait du Journal Asiatique, 1885).

Beguinot F., Il Berbero nefgûsi di Fassâto, Rome, Istituto per l’Oriente, 1942.

Biarnay S., Etude sur les dialectes berbères du Rif, Paris, E. Leroux, 1917.

Dallet J.-M., Dictionnaire kabyle-français, Paris, SELAF/Peeters, 1982.

Delheure J., Dictionnaire mozabite-français, Paris, SELAF/Peeters, 1984.

Delheure J., Dictionnaire ouargli-français, Paris, SELAF/Peeters, 1987.

Destaing E., Vocabulaire français-berbère (Etude sur la tachelhit du Soûs), Paris, Leroux, 1938.

Foucauld Ch. de, Dictionnaire touareg-français, 1952..

Huyghe G., Dictionnaire français-chaouia, Alger, A. Jourdan, 1906.

Lanfry J., Ghadames II. Glossaire, Alger, FDB/Le Fichier Périodique, 1973.

Laoust E., Etude sur le dialecte berbère du Chenoua..., Paris, E. Leroux, 1912.

Laoust E., Mots et choses berbères, Paris, 1920 [chap. I, « L’habitation »].

Prasse K.-G., Manuel de grammaire touarègue (tahaggart), Copenhague, Akademisk Forlag, 1974 : IV-V, Nom.

Prasse K.-G. et alii, Dictionnaire français-touareg, Museum Tuscululanum Press/University of Copenhague, 2003.

Taïfi M., Dictionnaire tamazight-français (parlers du Maroc central), Paris, L’Harmattan, 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

S. Chaker, « Maison : note linguistique complémentaire »Encyclopédie berbère, 30 | 2010, 4528-4530.

Référence électronique

S. Chaker, « Maison : note linguistique complémentaire »Encyclopédie berbère [En ligne], 30 | 2010, document M17c, mis en ligne le 22 septembre 2020, consulté le 27 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/421 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.421

Haut de page

Auteur

S. Chaker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IREMAM
  • Logo INALCO
  • Logo AIBL
  • Logo Peeters
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search