Navigation – Plan du site

AccueilVolumes30Maison : note linguistique complé...

M17c

Maison : note linguistique complémentaire

S. Chaker
p. 4528-4530

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Au plan linguistique, la « maison » pose problème car il est difficile d’identifier un terme « berbère commun » correspondant à cette notion :

  • Le terme chleuh tigemmi est manifestement secondaire (voir supra notice M17b et Laoust 1920, p. 1).

  • Le terme taddart, sans doute celui qui a la distribution géographique la plus large (chaoui, tamazight, rifain, mozabite, Ouargla, Ghadames...) est très certainement un terme générique, au signifié de base non spécialisé (= « abri, habitation »), comme tendent à l’indiquer le fait qu’en kabyle il désigne « le village », en chenoui (Laoust 1912, p. 130) la « cour intérieure d’une habitation », et qu’il doit être rattaché à une racine DR(Y), actualisée par le verbe kabyle ddari, « s’abriter, abriter » (Dallet, p. 158-159). Notons qu’il n’a certainement aucun rapport ni avec l’arabe dâṛ car dans le berbère taddart/ddari, le [r] n’est jamais emphatisé, ni avec le verbe idir/dder, « vivre », comme cela a parfois été écrit (notamment Laoust 1920, p. 2), parce qu’en berbère dder signifie exclusivement « être en vie », jamais « être dans/séjourner en un lieu » ; une expression comme « il vit sous la tente » ou « il vit à Paris » est impossible en berbère avec le verbe idir/dder. Le rapprochement taddart, « maison/village » / idir/dder, « vivre » est une erreur manifeste induite par une extrapolation de la sémantique du verbe français à celle du berbère.

  • Le terme axxam, qui désigne en kabyle (Dallet 1982, p. 900-901) mais aussi en Algérie du Nord (Laoust 1912, p. 129) et dans le Rif (Biarnay 1917, p. 10), la « maison », malgré les hésitations de René Basset (1885) et ce qu’en a dit Laoust (1920, p. 21), est hautement suspect d’être emprunté à l’arabe xîma/xayma, « tente des nomades », pour toute une série de raisons convergentes :

  1. D’une part, la forme axyam/taxyamt est connue dans de nombreux parlers pré-sahariens et sahariens et en chleuh (Basset 1940 ; Laoust, p. 3) pour désigner la tente des nomades ;

  2. D’autre part, axxam/axam signifie « tente » en chaoui (Huyghe 1906, p. 690) et désigne, dans tout le tamazight du Maroc central, la tente traditionnelles des semi-nomades Imazighen (Laoust, p. 20 et suiv. ; Taïfi 1991) ; en mozabite, il a le sens de : « habitation légère, tente, hutte » (Delheure 1984, p. 235) ;

  3. Mais aussi parce que la forme avec /xx/ tendu s’interprète aisément au plan phonétique comme un phénomène de tension compensatoire à la disparition de la semi-consonne /y/ (* axyam > axxam) ; comme l’a très bien montré A. Basset (1940), l’identité axxam = axyam peut être considérée comme assurée.

2Par ailleurs, pour des raisons phonologiques, une racine X(Y)M est exclue au niveau « berbère commun » ; il faudrait donc, comme le fait implicitement Laoust (1920, p. 21), postuler que l’actuel /x/ est une réalisation sourde d’un ancien /ɣ/, pour rapprocher le terme axxam de la racine berbère Ɣ(Y)M (qqim), « rester, demeurer, s’assoir » ; mais, dans une telle séquence phonique, on ne voit pas quel pourrait être le conditionnement qui expliquerait une évolution généralisée [ɣ] > [x]. Le rapprochement de axxam/axyam avec ɣym/qqim est donc à rejeter.

3René Basset (1885), suivis par des auteurs plus récents (Delheure 1984), ont été tentés de rapprocher axxam, « maison, tente », du touareg (t)aɣăzam(t) (et diverses variantes locales : taɣăhamt, taɣăžamt, taɣašamt...) : « maison ; se dit de toute habitation à murs maçonnés. » (de Foucauld IV, p. 1707 ; Prasse et al., p. 319). Cette forme touarègue repose sur une racine ƔZM, dont on ne voit pas de trace en berbère Nord ; d’autre part, il faudrait, là encore, postuler une évolution phonétique importante et mystérieuse : assimilation [ɣz] > [ɣɣ], puis assourdissement > [xx], sans que l’on puisse identifier un conditionnement contextuel explicatif.

4De toutes ces considérations, il ressort que le berbère (t)axxam(t)/(t) axam(t), « maison/tente » repose une forme première axyam/taxyamt, à l’évidence issue de l’arabe xayma/xîma, « tente des nomades ». La prudence d’André Basset (1940) sur ce point paraît excessive puisqu’il y a identité de signifiant et de signifié et présence dans la forme berbère d’un phonème (/x/) qui n’appartient pas au système phonologique du berbère commun, alors qu’il est parfaitement attesté en arabe.

5Le seul lexème qui semble pouvoir être affecté au « berbère commun » parce qu’il est attesté dans des régions très éloignées les unes des autres est tazeqqa, tazăqqa, « maison en dur, construction maçonnées, en pierres... » :

  • Kabyle : tazeqqa, tizɣwin, « maison en maçonnerie, maison en pierpierres» (Dallet 1982, p. 952).

  • Touareg : tăhăqqa/tiheɣwin (< tăzăqqa) « petite maison servant de magasin pour conserver les provisions » (de Foucaud, II, p. 671).

  • Ghadames : tazeqqa « mur de maçonnerie » (Lanfry, p. 66 & no 1821).

  • Ouargla : tazeqqa/tizeqwin, « pièce d’un appartement, chambre, surtout, chambre à provisions, cellier » (Delheure 1987, p. 395).

  • Mzab : tazeqqa/tizeqwin, « pièce d’un appartement, chambre » (Delheure 1984, p. 253).

6En définitive, on constate :

  • Une forte instabilité sémantique des formes les plus répandues : taddart = « maison » ou « village » ; axxam = « maison » ou « tente » ;

  • Une très forte suspicion d’emprunt à l’arabe pour l’un des termes les plus largement attestés en berbère Nord : axxam < ar. xîma/xayma ;

  • L’existence d’une forme commune désignant précisément une « construction en maçonnerie à usage d’habitation ou de grenier » (tazeqqa).

7Tous ces indices semblent confirmer l’absence d’un terme berbère commun pour désigner la « maison », et donc le caractère relativement récent de l’habitat en dur chez les Berbères chez qui les diverses formes d’habitat précaire et mobile (tente, huttes, gourbis ; cf. mappalia*) ont dû être généralisées jusqu’à une époque tardive, même en zone tellienne ; certainement jusqu’à l’arrivée des bédouins arabes (XIe/XIIe) puisque le terme arabe xayma/xîma, « tente des nomades » est probablement à l’origine du berbère Nord axxam, « tente/maison ». Les constructions en dur ont sans doute d’abord été des greniers-réserves familiaux (tazeqqa) ou collectifs (agadir*) ou des monuments funéraires (aẓekka, édebni*).

Haut de page

Bibliographie

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

S. Chaker, « Maison : note linguistique complémentaire »Encyclopédie berbère, 30 | 2010, 4528-4530.

Référence électronique

S. Chaker, « Maison : note linguistique complémentaire »Encyclopédie berbère [En ligne], 30 | 2010, document M17c, mis en ligne le 22 septembre 2020, consulté le 20 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/421 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.421

Haut de page

Auteur

S. Chaker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IREMAM
  • Logo INALCO
  • Logo AIBL
  • Logo Peeters
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search