Navigation – Plan du site

AccueilVolumes31Mellala, Mellalien

Entrées d’index

Mots clés :

Néolithique, Préhistoire
Haut de page

Texte intégral

1Dans le Bas Sahara oriental, vers Ouargla et l’Oued Mya, autour de la Sebkha Mellala des témoins de campements holocènes ont été identifiés en 1965 par G. Trécolle et F. Marmier (1966). Le site le plus représentatif se nomme Hassi Mouilah.

2Hassi Mouilah a livré en stratigraphie deux niveaux épipaléolithiques sous-jacents à un niveau néolithique. Cette caractéristique assez rarement signalée en région saharienne algérienne signale une superposition d’occupations également découverte en Libye* tassilienne et en Egypte saharienne, mais c’est surtout le signe d’une attractivité certaine pour un espace aquatique, temporairement fréquenté par des faunes et des hommes, privés d’abri rocheux alentour, en période semi-aride, devenu aride, durant l’Holocène comme l’atteste ici l’épisode dunaire intercalé entre les deux séries d’occupations.

3Le niveau Epipaléolithique profond contenait divers documents non capsiens, d’une industrie désignée comme « Ouarglien »* par l’inventeur. Mais, en 1967, G. Camps renomma « Mellalien », cet ensemble, anticipant l’hypothèse d’une extension géographique d’un faciès qui, après étude et diagnose précises, serait établi.

4Le Mellalien du niveau profond est donc épipaléolithique, il comprend un matériel lithique peu capsien d’aspect, fait sur lamelles (nombreuses lamelles à bord abattu), et éclats, ayant fourni d’abondantes pièces à coches, des pièces denticulées, des microlithes* géométriques, de rares microburins* à partir de nucléus non cannelés, portant souvent deux plans de frappe opposés. La coquille d’œuf d’autruche abondante, a été souvent incisée et décorée. Les résidus culturels de ce niveau ne permettent pas d’évoquer ce que fut le quotidien, ni ce que furent les ressources disponibles en milieu semi-aride ; rien de la subsistance de ces populations nomades ne nous est archéologiquement suggéré. Aucun signe d’une néolithisation naissante n’est observé. Au contraire, on pressent plutôt la survie d’activités adaptées à un comportement nomade. Quant aux épisodes postérieurs, le plus ancien sans céramique, a été pourtant désigné comme un « Néolithique sans céramique ».

5Le niveau supérieur dit Néolithique est séparé par plus de 1,50m de sables stériles ; l’aridité n’ayant pas permis une continuité de l’habitat. C’est donc sur une dune que des nomades s’installèrent apportant la céramique à fond conique avec eux. Mais une grande partie de l’équipement matériel conserve des traits archaïques, géométriques et lamellaires. La parure composée de rondelles d’enfilage en test d’œuf d’autruche, conserve une perle en amazonite, obtenue peut-être par échange. Les bouteilles entières en coquille d’œuf d’autruche constituent une réserve de récipients naturels appréciable (11 bouteilles furent mises au jour). Pas trace de faune consommée, ni de présence de macro-restes végétaux.

6Deux datations calibrées (avec deux sigmas) sur test d’œuf d’autruche concernent l’Epipaléolithique Mellalien (note 1) :

7Mc 150, 8600 ± 150 BP, soit : 8205-7346 cal BC

8Gif 1195, 7650 ± 150 BP, soit : 7027-6217 cal BC pour le niveau E.

9Une datation sur charbon, concerne le niveau Néolithique, elle est de :

10Gif 438, 5280 ± 150 BP, soit : 4445-3720 cal BC.

11Outre le site principal de la Sebkha Mellala, d’autres gisements comparables sont connus, ce sont : Les perles, El-Hadjar, El-Hamraï, Les Deux Œufs (Aumassip, Marmier et Trécolle, 1974). D’autres recherches sont à conduire sur des sites bien conservés pour définir complètement le Mellalien et le faciès terminal.

12Note : Les datations ont été calibrées grâce au programme CALIB 5.0.1 (Stuiver, Reimer 1993), avec le module IntCal04, pour les échantillons terrestres.

Haut de page

Bibliographie

Aumassip G., Marmier F. et Trecolle G., 1974. « Le gisement « Les Perles » aux environs de Bordj Mellala (Ouargla) ». Libyca, t. XXII, p. 145-156.

Camps G., 1967. « Extension territoriale des civilisations épipaléolithiques et néolithiques dans le nord de l’Afrique ». VIe Congrès Panafricain de Préhistoire de Dakar, p. 284-287.

Camps G., 1974. Les civilisations préhistoriques du Maghreb et du Sahara. Paris, Doin.

Camps G., et Camps-Fabrer H., 1972. « L’Epipaléolithique récent et le passage au Néolithique dans le Nord de l’Afrique ». Cologne. Fundamenta, 8 p.

Marmier F., Trecolle G., 1966. « Découverte d’un dépôt de onze « bouteilles » en coquille d’œufs d’autruche à Hassi Mouillah, Région de Ouargla (Algérie) ». B.S.P.F., t. 65, p.121-127.

Stuiver M., Reimer P.J., 1993. “Extended 14C data base and revised Calib 3.0 14C Age calibration program”. Radiocarbon, 35, 1, p. 215-230.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

I. Amara, « Mellala, Mellalien »Encyclopédie berbère, 31 | 2010, 4857-4858.

Référence électronique

I. Amara, « Mellala, Mellalien »Encyclopédie berbère [En ligne], 31 | 2010, document M87, mis en ligne le 08 octobre 2020, consulté le 10 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/557 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.557

Haut de page

Auteur

I. Amara

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IREMAM
  • Logo INALCO
  • Logo AIBL
  • Logo Peeters
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search