Navigation – Plan du site

AccueilVolumes31Merghad, Ayt (Ayt Merγad)

M93

Merghad, Ayt (Ayt Merγad)

M. Peyron
p. 4883-4888

Texte intégral

1Les Ayt Merghad constituent une tribu de ksouriens transhumants ou « anciens nomades » (Skounti, p. 1), de langue amazighe, dont les parcours chevauchent les massifs orientaux de l’Atlas marocain, depuis les environs de l’Agelmam Sidi ‘Ali et les piémonts nord du Jbel ‘Ayyachi, jusqu’aux oasis présahariens entre Tinejdad et Rachidia, alors que le cœur de leur pays se situe dans les hautes vallées du Haut-Atlas oriental au nord de Tineghir. À l’origine, les Ayt Merghad faisaient partie des Ayt ‘Atta*, entité dominante du Sud-Est marocain. Ils se seraient brouillés avec eux aux alentours de 1645, peu « après le combat de Tazrout » (Henry 1937-1, p. 19). Puis, ils auraient adhérés du XVIIe au XXe siècle à la puissante confédération Ayt Yafelman, aux côtés de leurs frères Ayt Izdeg, Ayt Hadiddou, Ayt Yahya, et (plus tard) Ayt ‘Ayyach et arabes Sebbah. De tous les groupements du Sud-Est marocain, ils ont été les derniers à abandonner la lutte contre le colonialisme français ; ce sont sans doute ceux, aussi, qui sont restés les plus attachés à leurs traditions, les plus sensibles à leur amazighité/berbérité (timuzγa).

Historique

2On signale en premier les Ayt Merghad, groupement de pasteurs nomades, comptant 500 a 600 familles vivant dans l’Imedghas au XVe siècle (Henry 1937-2, p. 2). On leur reconnaissait alors trois segments majeurs : les Ayt Mesri, les Ayt Youb, les Irbiben. Par la suite un segment nomade, les Ayt Ayssa Izem, comptant 300 familles environ, prendra chez eux une grand importance.

3Les versions diffèrent quant à l’émergence de l’alliance Ayt Yafelman, dont les Ayt Merghad constituaient une des principales composantes. Pour les uns (De la Chapelle, p. 42 ; Peyron 1984, p. 121), bien que l’évènement soit difficile à dater avec précision, elle aurait résulté d’une lettre de Moulay Ismaïl aux šurfa des Ayt Sidi Bou Yaâqoub, enjoignant ces derniers à inciter les tribus locales à se regrouper face à la poussée des Ayt Atta ; évènement se situant à la fin du XVIIe siècle. Pour d’autres (Henry 1937-1, p. 19), la confédération Ayt Yafelman existait déjà en 1645. Mieux encore, cela ne fait aucun doute, (Henry 1937-2, p. 7 ; Mezzine, p. 52), l’alliance aurait été ourdie par la zaouïa de Dila’ afin de faire face aux Filala.

4En 1822, le sultan Moulay Sliman construisit un refuge (nzala) à Agouddim n Ikhf Aman et en confia la garde à un certain notable ou-Merghad, Ou-Ben Yahya qu’il nomma caïd makhzen (Henry 1937-2, p. 10). Celui-ci s’était distingué en emportant la victoire sur les Ayt ‘Atta, que de périodiques conflits opposaient aux Ayt Merghad (Mouhib, p. 43). Foucauld, lors de sa reconnaissance furtive des oasis du piémont Sud-Est de l’Atlas, signale une grande victoire des Ayt Merghad sur les Ayt ‘Atta aux alentours de 1882.

5Les Ayt Merghad se distinguaient également par un scénario berbère plutôt classique, de conflits intra-tribaux et inter-tribaux, permettant à leurs combattants de se maintenir à un niveau assez élevé d’entraînement guerrier. Ainsi que le constate Henry : « Dans une telle sorte de société, la guerre était un mal endémique. Les hostilités éclataient à la moindre occasion » (1937-2, p. 5). C’est en tout cas la situation qui prévalait, par exemple, entre les Irbiben de Tana et leurs proches voisins du nord, les igurramn Ayt Taddart des Ayt Hadiddou (Peyron 1990, p. 95). Ce genre d’hostilités sévissait encore jusqu’à l’apparition des Français dans le secteur.

6Un de leurs segments, les Ayt Ayssa Izem, qui nomadisaient autrefois entre le Haut-Atlas oriental et le Tafilalt (Couvreur, p. 38), étaient de célèbres iqettaεn (‘coupeurs de route’, Peyron 1990, p. 96). L’adresse avec laquelle ils perpétraient embuscades et razzias était devenue légendaire. L’avance française du début du XXe siècle y mit un terme, les obligeant à effectuer des mouvements pastoraux plus circonscrits.

7Peu étonnant, dès lors, que ce soit parmi les Ayt Ayssa Izem que se recrutèrent les plus farouches résistants, dont un certain Zayd ou-Skounti qui devint leur chef. Un rapport émanant du bureau des AI de Rich en 1927, n’accorde que peu de crédit à ces hommes, ainsi qu’à leur chef, et les dépeint comme de piètres combattants (Parlange, p. 11). Les évènements n’allaient pas tarder à apporter aux Français un démenti cinglant ! En effet, les Ayt Ayssa Izem et Zayd ou-Skounti se distinguèrent en particulier lors des très durs combats des Ayt Yaâqoub (1929), et près de Tounfit (1931) ; enfin, dans l’Imedghas et le Baddou (1932-1933). Par la suite, un autre ou-Merghad, Zayd ou-Hmad, est devenu célèbre par sa geste solitaire, ayant poursuivi la lutte avec deux ou trois compagnons jusqu’au printemps de 1936.

Organisation socio-économique

8Ayant été les derniers à avoir résisté dans le Sud-Est marocain, les Ayt Merghad furent les derniers à bénéficier des améliorations (pistes, marchés régulièrement approvisionnés, aménagement de sources, soins médicaux, éducation, etc.) qu’apporta chez eux la Pax gallica. Situation qui a, du reste, perduré sans changement notoire jusqu’à la fin du XXe siècle.

9Afin d’asseoir leur autorité sur la tribu, les autorités coloniales installèrent plusieurs postes des AI, dont Asoul et Amellago, qui dépendaient de Tineghir. Tribu observant le droit coutumier berbère, ou izerf, les Ayt Merghad disposaient d’une sorte de cour d’appel située au village de Tana, dont les habitants, les Ayt Lhaqq, passaient pour d’éminents et sages juristes. Henry qualifie les Ayt Merghad de « société agnatique démocratique, où les rapports entre les membres sont régis par un ensemble de règles portant sur le devoir d’assistance et la responsabilité solidaire de ceux qu’unissent un lien de consanguinité ou un lien de parenté artificielle » (1937-2, p. 3).

10La femme, en cas de divorce ou de veuvage, est liée par un statut dit anhad, qui accorde la priorité aux vingt plus proches agnats de son défunt mari, au cas où elle souhaiterait à nouveau convoler. Le cheikh a surtout le droit de veiller sur les pâturages, vitaux pour la survie du groupement, ce qui en fait un amγar n igudlan (« responsable des pâturages en défens »), avec possibilité de percevoir des amendes à l’encontre des contrevenants. Dans le cas où un accusé chercherait à se dérober au paiement d’une amende, un droit de représailles (kefaft) pouvait être appliqué contre lui par les plaignants adverses.

11Leurs principales zones de peuplement s’échelonnaient en un chapelet de ksour le long du Haut Dadès (district de l’Imedghas), du Todgha (district de Tamtettoucht), du Ferkla, du Ghriss (districts de Taghia, de Semgat, de l’Amsed, et de Tadighoust) ainsi que de leurs affluents.

12Un rameau détaché au nord, les Ayt Merghad de Midelt, nomade pour la plupart, s’est fixé dans les piémonts du Jbel Ayyachi. On y distingue trois fractions : les Adrawin, Ayt Moulay et Idiyane (Peyron 1976) qui y nomadisent, avec tentes et dromadaires, entre la steppe alfatière de la haute Moulouya et les piémonts nord de l’’Аууасhi En été, on trouve leurs tentes à proximité de ligne de crête, notamment à Aïn Taghighat.

13D’après Skounti (p. 5), qui s’est livré à une étude approfondie de la sédentarisation forcée des Ayt Merghad, notamment la fraction nomade Ayt Ayssa Izem, le processus se manifeste d’abord par le biais d’une « semi-fixation familiale », mais ne saurait à long terme représenter autre chose qu’un échec.

La lutte identitaire

14Fiers d’avoir été les derniers à déposer les armes, les Ayt Merghad n’ont pas été en reste lorsque s’est amorcée la lutte identitaire amazighe dans les années 1980. Déjà, en mars 1973, la région d’Amellago avait durement souffert d’une tentative de soulèvement révolutionnaire par des éléments armés infiltrés, en cheville avec le fqih Basri, situation aggravée par l’inévitable répression, qui avait renforcé leur sentiment de frustration et de marginalisation (Bennouna, p. 262-272).

15En 1992, à Goulmima (Igwelmimn) lors de la célébration du 1er mai, un groupuscule d’intellectuels locaux avait manifesté en faveur de la langue amazighe et de l’alphabet tifinagh. Arrêtés, puis mis en jugement, les prévenus s’étaient attirés la sympathie de tout ce que le Maroc comptait d’activistes amazighes, dont une pléiade d’avocats, qui avaient convergé sur Goulmima afin de prendre leur défense. Graciés, puis relâchés sur ordre du roi Hassan II, leur prise de position avait été le catalyseur ayant poussé la monarchie à annoncer le démarrage prochain de bulletins d’informations en langue amazighe (promesse aussitôt tenue), ainsi qu’un début d’enseignement de la langue berbère (promesse différée jusqu’en 2003).

16Peu étonnant que, pendant cette période, de nombreux Ayt Merghad éduqués cherchèrent à sensibiliser l’opinion quant au bien-fondé de leur revendication culturelle amazighe, à démontrer que, plus qu’un dialecte, c’est à une véritable langue, riche et diversifiée, que l’on a affaire. On assista alors à l’éclosion d’un véritable courant littéraire, que l’on pourrait qualifier d’« école d’Igwelmimn ». Un jeune poète d’Igwelmimn, Aomar Taws, est devenu célèbre en publiant un très beau recueil de poésies amazighes, Iledjigen n yigenna (‘Fleurs du ciel’) en 1996. En 2000 un professeur de l’enseignement d’une certaine notoritété, Ahmed Haddachi, rédige un dictionnaire du Tamazight tel qu’il est parlé chez les Ayt Merghad. Peu de temps après, il récidive avec un recueil de poésies, Tislitt kw yass (‘la fiancée de tous les jours’, 2001), avant de persister et signer avec un ensemble de textes, Memmi-s ifesti d awal (‘la parole est enfant du silence’, 2002). Histoire de ne pas négliger la prose, un des premiers romans en Tamazight, Asekkif n inẓuden (‘la soupe de cheveux’) voit le jour sous la plume d’Ali Iken (2004). En tant que fidèle défenseur de l’authenticité, Zayd Ouchna, enfin, va publier deux excellents ouvrages, récemment édités grâce au concours de l’IRCAM : Uddur n umur (‘l’honneur du pays’), entièrement consacrée à la geste de Zayd ou-Hmad (2006), et Asfafa n twengimt (‘l’éveil de la conscience’) comprenant les plus beaux fleurons du répertoire de Moha ou ‘Addi, dit Sakkou, barde célèbre du Sud-Est marocain (2007).

Conclusion

17La tribu des Ayt Merghad représente depuis près de quatre siècles le véritable porte-drapeau de l’amazighité dans le Sud-Est marocain. Tant par son rôle historique au sein des Ayt Yafelman, que par l’exemple impérissable de ses membres pendant la lutte de résistance, ou plus tard en faveur de la revendication berbère, jamais les siens n’ont ménagé leur peine et leur engagement. Plus que de simples éleveurs de moutons, ce sont des gens capables d’une réflexion responsable sur le devenir de leur pays et de sa culture ; ils l’ont démontré maintes fois dans le passé ; ils en sont les gardiens vigilants dans le présent.

Femme Oult-Merghad de l’Imedghas

Photo : J. Robichez

Haut de page

Bibliographie

Bennouna M., Héros sans gloire : échec d’une révolution 1963-1973, Casablanca, Tarik éditions, 2002.

Chapelle de la, Lieut. F., « Le sultan Moulay Ismaïl et les Berbères Sanhaja du Maroc Central », Archives Marocaines, vol. XXVIII, Paris, 1931.

Couvreur G., « La vie pastorale dans le Haut Atlas central », Revue de Géographie du Maroc, Faculté des lettres, Rabat, 1968, no 13, p. 3-54.

Henry Cne. R., Notes sur les Ait Sidi Bou Yacoub, CHEAM, Paris, 1937-1.

Henry Cne. R., Une tribu de transhumants du Grand Atlas : les Aït Morrhad, CHEAM, Paris, 1937-2.

Haddachi A., Dictionnaire de tamazight : parler des Ayt Merghad (Ayt Yafelman), Imprim. Beni Snassen, Salé, 2000.

Haddachi A., Tislitt n kw yass : recueil de poèmes en Tamazight, Marrakech, Imprim. Walili, 2001.

Haddachi A., Memmi-s ifesti d awal, 2002.

Iken A., Asekkif n inẓaden, Rabat, IRCAM, 2004.

μεζζινε L., Le Tafilalt : contribution à l’histoire du Maroc aux XVIIe et XVIIIe siècles, Fac. des Lettres, Rabat, 1987.

Mouhib M., Midelt, esquisses historiques, Midelt, Imprim. Dar Al Hafaf, 1999.

Ouchna, Z., Asfafa n twengimt, Rabat, IRCAM, 2007.

Ouchna, Z., Uddur n umur, Rabat, IRCAM, 2008.

Parlange Lieut., Résumé succinct des renseignements intéressant l’avant-pays de Rich, Poste des AI, Rich, 1927.

Peyron M., « Habitat rural et vie montagnarde dans le Haut Atlas de Midelt », Revue de Géographie Alpine, Grenoble, 2, 1976, p. 327-363.

Peyron M., « Contribution à l’histoire du haut Atlas oriental : les Ayt Yafelman », Aix-en-Provence, ROMM, no 38, 1984-2, p. 117-135.

Peyron M., « Chronique orale sur la vie des Ayt Merghad (1920-1940) », LOAB, UPR414/CNRS, 1990/21, p. 93-102.

Robichez J., Maroc central, Paris & Grenoble, Arthaud, 1946.

Skounti A. « Le sang et le sol. Les implications socioculturelles de la sédentarisation. cas des nomades Ayt Merghad (Maroc) », Institut de Recherche sur le Maroc Contemporain (IRMC), 1995, disponible sur http://www.irmcmagmed.org/corres/textes/skounti.htm

Taws A., Iledjigen n yigenna, Rabat, Imprial, 1996.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Femme Oult-Merghad de l’Imedghas
Crédits Photo : J. Robichez
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/565/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 330k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

M. Peyron, « Merghad, Ayt (Ayt Merγad) »Encyclopédie berbère, 31 | 2010, 4883-4888.

Référence électronique

M. Peyron, « Merghad, Ayt (Ayt Merγad) »Encyclopédie berbère [En ligne], 31 | 2010, document M93, mis en ligne le 08 octobre 2020, consulté le 13 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/565 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.565

Haut de page

Auteur

M. Peyron

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IREMAM
  • Logo INALCO
  • Logo AIBL
  • Logo Peeters
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search