Navigation – Plan du site

AccueilVolumes31Mesures (sud du Maroc)

M96a

Mesures (sud du Maroc)

A. El Mountassir
p. 4903-4905

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Chez les Ichelhiyn (sud du Maroc), le système ancien des mesures traditionnelles recourt à certaines parties du corps comme l’avant-bras, le doigt, le pied, etc. L’idée même de « mesurer, mesure » est dérivée du nom de l’avant-bras : sɣel « mesurer » < iɣil « avant-bras ». A partir du verbe sɣel, on a le nom asqqul [*asɣɣul] « mesure, mesurage ». On se servait autrefois de l’avant-bras iɣil pour mesurer les longueurs et les surfaces. Cette unité de mesure, qui correspond environ à 50 cm, iɣil, pl. iɣallen, « coudée », c’est-à-dire la longueur de l’avant-bras : du coude à l’extrémité du médius. Dans certaines régions du Souss, la longueur de l’avant-bras correspond à la distance qu’il y a entre le coude et le poing de la main fermée. On parle dans ce cas d’iɣil ukmis (« coudée resserrée »).

  • 1 On retrouve le même concept dans le terme français journal et le terme allemand Morgen qui désignai (...)

2Un autre terme appartient à la même famille de mots issus de iɣil : taɣultt, pl. tiɣula, qui désigne selon les régions une « parcelle de terrain, bande de terrain cultivé ». Taɣultt, terme fréquent en toponymie, désigne la taille d’un terrain labourable en une journée et qui correspond à un nombre précis de coudées iɣallen. Ce terme taɣultt est donc conçu ici comme une unité de mesures qui permet aux gens d’évaluer la superficie des terrains1.

3Dans ce système de mesures traditionnelles, on relève d’autres unités : tardast « empan », imi n uššen « petit empan », aḍad « doigt ». On remarquera que toutes ces unités sont empruntées au corps humain ou animal. Imi n uššen (litt. bouche du chacal) correspond à la distance qu’il y a entre le pouce et l’index. On a donc dans cette série de mesures quatre unités dont iɣil « coudée » constitue la plus grande et aḍaḍ « doigt » la plus petite. On peut avoir par exemple une mesure de sin iɣallen d tardazt d kraḍ iḍudan : « 2 coudées, 1 empan et 3 doigts ».

4Par ailleurs, on trouve encore dans certaines régions du sud-ouest du Maroc l’usage des cordes appelées izakarn, sing. izikr, pour mesurer la longueur des terrains. La longueur de ces cordes varie, selon les régions, entre 20 à 40 coudées iɣallen. Dans ce cas, la mesure des longueurs des terrains est évaluée en cordes ; c’est ce qui apparaît dans la question : mnnaw izakarn ad illan ɣ iger-ad ? « Quelle est la longueur de ce champ ? » (litt. combien y a-t-il de cordes dans ce champ ?). Les cordes permettent aussi de mesurer les profondeurs (puits, citernes, etc.) et les hauteurs. Pour avoir la profondeur d’un puits par exemple, on y plonge une corde jusqu’au fond et on le mesure ensuite en coudées. Il importe de signaler ici qu’au niveau linguistique, la profondeur est dénotée par l’idée de « descente ». Pour dire par exemple qu’un puits mesure 40 coudées, on dira : igg°z wanu s 40 iɣallen = litt. le puits descend à 40 coudées. Par contre, la taille de quelqu’un ou la hauteur tiddi d’un objet est perçu comme quelqu’un/quelque chose de « debout, dressé, érigé » : tiddi étant le nom verbal de bidd « être debout, se mettre debout ».

5Dans toutes les zones rurales du sud et du sud-ouest du Maroc, on recourrait autrefois à la mesure par pieds lqdem pour déterminer les différents moments de la journée et les heures des prières taẓallit quotidiennes. Il y a une trentaine d’années, cette technique était encore attestée dans certaines régions montagneuses du sud-ouest marocain. De nos jours, avec l’introduction des montres dans l’ensemble du territoire du Souss, le mesurage par pieds a complètement disparu. On en retrouve les traces dans le vocabulaire tachelhit. La question usuelle pour demander aujourd’hui l’heure est révélatrice : mneškk ad ilkemn ? (litt. combien étant arrivé ?). Cette phrase est issue de son origine : mneškk ad ilkemn ɣ usklu ? (litt. combien étant arrivé à l’ombre ?) Généralement, quand on pose la question avec mneškk « combien » on répond par un chiffre. En effet, avant l’usage des montres, l’heure était indiquée par le nombre de pieds lqdem en mesurant la longueur de l’ombre asklu d’un homme. Ainsi, les différents moments de la journée correspondaient à un nombre précis de pieds. Et pour demander le nombre de pieds ou la langueur de l’ombre, on utilisait la phrase mneškk ad ilkemn ɣ usklu ?

6Le recours à la mesure par pieds permettait aussi de déterminer les heures des prières de la journée. A chaque fois que le soleil le permet, on mesure par pieds la longueur de l’ombre asklu d’un homme adulte. La prière de tizwarn, prière du début de l’après-midi, par exemple, a un nombre de pieds précis qui varie selon les mois. Pour la région du Souss, voici le calendrier des prières de tizwarn :

7Janvier = 9 pieds

8Février = 7 pieds

9Mars = 5 pieds

10Avril = 3 pieds

11Mai = 2 pieds

12Juin = 1 pied

13Juillet = 1 pied

14Août = 2 pieds

15Septembre = 4 pieds

16Octobre = 5 pieds

17Novembre = 8 pieds

18Décembre =10 pieds

19Dans d’autres contextes, c’est l’espace parcouru par le soleil tafukt, sans l’intervention du corps humain, qui détermine quelques moments de la journée. Ainsi, certains de ces moments sont désignés par des expressions mettant en jeu la position du soleil : ibidd usklu (litt. l’ombre s’est arrêté) = midi = le moment où le soleil est au zénith = le moment de la journée où il n’y a pas assez d’ombre ; yurri-d usklu (litt. l’ombre est revenu) = après-midi = le moment où le soleil commence son mouvement vers l’ouest.

Haut de page

Bibliographie

El Mountassir A. : 2001, Espace, langue et société chez les Ichelhiyn. Sud-ouest du Maroc, Thèse de doctorat d’Etat, Université Ibnou Zohr, Agadir. (Chap. I, p. 121-141)

El Mountassir A. : 2005, « Lexique et perception de la réalité en berbère. L’exemple du terme azaɣar », A. Mettouchi & A. Lonnet (eds), Faits de langues. Les langues chamito-sémitiques, Paris & Gap, Ophrys, p. 259-269.

Sadki Azaykou A. : [Edition annotée par] 1992, Abdallah Ibn Ibrahim at-Tasafti, Rihlat al-Wâfid, (L’exil du marabout de Tasaft), Université Ibn Tofail, Kénitra, Publication de la Faculté des Lettres.

Sources manuscrites

Al-Buchwari, Muḥmmad Ben εbdríman, Charḥ Al-axdari, (poèmes religieux en tachelhit), sans date [Archives privées A. El Mountassir]

Auteur anonyme, Document à propos de la vie de Brahim U-Muḥmmad Akunku (extrême ouest de l’Anti-Atlas, XIXe siècle), [Archives privées A. El Mountassir]

Haut de page

Notes

1 On retrouve le même concept dans le terme français journal et le terme allemand Morgen qui désignaient la surface d’un terrain labourable en un jour.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

A. El Mountassir, « Mesures (sud du Maroc) »Encyclopédie berbère, 31 | 2010, 4903-4905.

Référence électronique

A. El Mountassir, « Mesures (sud du Maroc) »Encyclopédie berbère [En ligne], 31 | 2010, document M96a, mis en ligne le 08 octobre 2020, consulté le 07 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/572 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.572

Haut de page

Auteur

A. El Mountassir

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IREMAM
  • Logo INALCO
  • Logo AIBL
  • Logo Peeters
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search