Navigation – Plan du site

AccueilVolumes31Meules et moulins (Noms berbères)

M101c

Meules et moulins (Noms berbères)

K. Naït-Zerrad et S. Chaker
p. 4959-4962

Texte intégral

Moulin

1Deux termes principaux se partagent le monde berbère pour le moulin domestique à deux meules superposées : Tasirt (et var.) est le plus répandu. Dans certains parlers, il désigne spécialement le moulin à eau.

2Azerg (et var. azareg) semble limité au Sud du Maroc et en partie au Maroc central (qui connaît surtout tasirt). Signalons cependant qu’il est attesté à Augila (Libye) avec le sens de « pierre ».

3Ces deux mots ont par ailleurs également le sens de « molaire » dans la plupart des parlers. Ils semblent isolés dans la langue, le seul dérivé connu de azerg étant amzargwu « fabricant de meule » (Maroc central) ; néanmoins azerg repose sur une racine tri-consonantique tout à fait « normale », ZRG, connue par ailleurs, avec le sens de « ligne, trait... ». Tasirt fait sans doute partie d’un ensemble de formes proches, notamment tisira (plur.), bien représentées dans la toponymie, kabyle notamment, qui ont fait l’objet d’une approche ethnologique (Lacoste-Dujardin 1973) et linguistique (Redjala 1981) ; les analyses étymologiques proposées par ce dernier auteur ne sont pas pleinement convaincantes, mais on peut retenir que : a) le toponyme tisira est bien une forme de pluriel de tasirt ; b) il est souvent lié à la présence de « pierres ou rochers plats, dalles... ».

4Les autres termes pour désigner le moulin sont édarar à Ghadamès et andur (moulin à huile) dans le Djebel Nefousa.

  • Augila : Paradisi 1960, p. 168 : tazârt (moulin) ; p. 172 : azerg (pierre)

  • Maroc central : Taïfi 1991, p. 814 : azerg / azery (moulin à grain / dent molaire) ; p. 653 : tisirt (moulin à eau)

  • Chleuh : Destaing, 1938, p. 193 : azerg (moulin à main)

  • Kabyle : Dallet, p. 790 tissirt / tassirt / tasirt / tisirt (moulin à grain / dent molaire)

  • Aurès : Basset 1961, p. 3, tasirt (moulin)

  • Touareg : Foucauld, IV p. 1851 tăsirt (moulin) ; Prasse et al., p. 732 ăsar (sorte de moulin (antique ?))

  • Rif : Renisio 1932, p. 314 : tasirt (moulin à bras / meule de moulin / dent molaire)

  • Siwa : Laoust 1932, p. 263 : tasert (moulin à bras)

  • Mzab : Delheure 1984, p. 193 : tasirt (moulin / dent molaire)

  • Ouargla : Delheure 1987, p. 303 : tasirt (meule / moulin)

  • Ghadamès : Lanfry 1973, p. 304 : édarar (moulin domestique)

  • Nefousa : Beguinot 1942, p. 272 : andur (moulin à huile) ; p. 313 : tasîrt (moulin à grains)

  • Figuig : Kossmann p. 497 : tasirt (moulin, molaire)

5Le kabyle tawent désigne une « grosse pierre qui servait à écraser les olives » (Dallet : 867), il correspond à touareg təhunt, təwint (Prasse : 336) et təhunt (Foucauld : 612) « roche / pierre ; meule dormante », chleuh taggunt « grosse pierre », Ghadamès oḅənt « boulet de pierre à piler les noyaux » (Lanfry no 082), Maroc central : taggwunt / tagunt / tawunt « maillet en bois ; grosse pierre » (Taïfi : 159, 763). Il a en général également le sens d’enclume comme en zénaga : tuη?nt (Taine-Cheikh : 40). On citera également Ouargla : amegganu « bloc de pierre dure » (Delheure 1987 : 186), probablement un dénominatif.

Meule

6Le moulin domestique traditionnel se compose de deux meules superposées dont le nom le plus répandu est basé sur la racine ƔRF :

  • Kabyle : Dallet 1982, p. 626 : aɣaref

  • Ghadamès : Lanfry no1246 : aɣerruf

  • Chleuh : Destaing 1938, p.186 : aɣerf

  • Maroc central : Taifi p. 203 : iɣiref (et aɣaref)

  • Mzab : Delheure 1984, p. 154 : ɣaref

  • Pour Siwa, Laoust : 259 donne afriq.

7On distingue souvent entre aɣaref (n) ufella, « meule d’en-haut = meule tournante » et aɣaref (n) wadda(y), « meule d’en bas = meule dormante ».

8Il n’est pas exclu, en considération de sa structure phonologique et son isolement lexicologique, que ce terme soit un emprunt, un « mot voyageur », peut-être à relier au « pré-roman » *karapp- qui a donné l’espagnol carapacho, devenu « carapace » en français. Il est à noter que la carapace de la tortue est habituellement désignée par le terme aɣaref et que les récits étiologiques berbères considèrent la tortue comme un être humain condamné par Dieu à porter sur son dos une meule pour l’avoir volée. En tout état de cause, le couple -ɣaref / karap- répond à une correspondance phonétique tout à fait normale entre le berbère et le latin / roman.

9D’autres termes sont formés sur la base de verbes ayant le sens de « broyer, écraser, moudre... » comme par exemple :

10Touareg edəgye (Foucauld : 612) ; tədăgăyt (Prasse et al. : 89) du pan-berbère degdeg « broyer, écraser » ( ?) ; azəẓəḍ, tazəẓəṭ « meule volante » (Prasse et al. : 911) du pan-berbère əzḍ « moudre » ;

11Kabyle : Dallet 51 : aberray, taberrayt (meule, grosse pierre qui sert à écraser) de bri « écraser, concasser » ;

12Maroc central : Taïfi 63 : imdel de del « couvrir, recouvrir ».

13Le nom du moulin (azerg / tasirt) désigne cependant la meule dans beaucoup de parlers. Dans d’autres, elle est simplement une « pierre » : adɣaɣ.

14La meule du moulin à huile peut avoir un nom spécifique : Nefousa (Beguinot : 296) : tagergabt « meule (pour olives) » du verbe gergeb « moudre, presser (olives) », à rapprocher de Aurès (Basset : 36) : agerbab, tagergabt « bloc rond, rouleau ; meule du moulin à huile » de gergeb « rouler (objet) » (Basset : 275).

15Le berbère manifeste donc une grande homogénéité et stabilité dans les dénominations de la meule et du moulin (et aussi dans la notion de « moudre »), indice de l’ancienneté et de la communauté de ces techniques dans l’espace berbère. L’un des termes les plus largement répandus pour désigner la meule, tawent / təhunt / taggunt, « pierre à broyer » < « (grosse) pierre », garde encore un lien sémantique immédiat avec un objet naturel non manufacturé. Et il est fort possible qu’il en aille de même pour tasirt, la dénomination la plus largement distribuée du moulin.

Haut de page

Bibliographie

Basset A., Textes berbères de l’Aurès..., Paris, Adrien-Maisonneuve, 1961

Beguinot F., Il Berbero Nefûsi di Fassâṭo, Rome, 1942.

Dallet J.-M., Dictionnaire kabyle-français, Paris, SELAF / Peeters, 1982.

Delheure J., Dictionnaire mozabite-français, Paris, SELAF / Peeters, 1984.

Delheure J., Dictionnaire ouargli-français, Paris, SELAF / Peeters, 1987.

Destaing E., Vocabulaire français-berbère (Etude sur la tachelhit du Sous), Paris, Leroux, 1938.

Foucauld Ch. de, Dictionnaire touareg-français, 1952.

Kossmann M., Grammaire du parler de Figuig (Maroc oriental), Paris/Louvain, Peeters, 1997 (Annexe II. Vocabulaire berbère-français).

Lacoste-Dujardin C., « Tisira·. un toponyme significatif », Maghreb et Sahara, Etudes géographiques offertes à J. Despois, Paris, Société de Géographie, 1973.

Lanfry J., Ghadames II. Glossaire, Alger, FDB/Le Fichier Périodique, 1973.

Laoust E., Étude sur le dialecte berbère du Chenoua.Paris, E. Leroux, 1912.

Laoust E., Mots et Choses berbères..., Paris, A. Challamel, 1920 (spécialement les pages 40 - 50 dans lesquelles sont étudiés les différents types de moulin).

Laoust E., Siwa, I son parler, Paris, E. Leroux, 1932.

Mercier G., Vocabulaire et textes berbères dans le dialecte des Aït Izdeg, Rabat, René Céré, 1937.

Naît-Zerrad K. : Dictionnaire des racines berbères (formes attestées), I, II, III, Paris/Louvain Peeters, 1998, 1999, 2002 + base lexicographique.

Paradisi U., « Il berbero di Augila (materiale lessicale) », Rivista degli Studi Orientali 35, 1960, p. 157-177.

Prasse K.-G. et alii, Dictionnaire français-touareg, Museum Tuscululanum Press/University of Copenhague, 2003.

Redjala M., « Un toponyme berbère », Comptes rendus du GLECS, XVIII-XXIII / 1, 1973-1979 [1981], p. 1-22 (+ discussion).

Renisio A., Étude sur les dialectes berbères des Beni Iznassen..., Paris, E. Leroux, 1932.

Taïfi M., Dictionnaire tamazight-français (parlers du Maroc central), Paris, L’Harmattan, 1991.

Taine-Cheikh C., Dictionnaire zénaga-français, Rüdiger Köppe Verlag (Berber Sudies, 20), Köln, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

K. Naït-Zerrad et S. Chaker, « Meules et moulins (Noms berbères) »Encyclopédie berbère, 31 | 2010, 4959-4962.

Référence électronique

K. Naït-Zerrad et S. Chaker, « Meules et moulins (Noms berbères) »Encyclopédie berbère [En ligne], 31 | 2010, document M101c, mis en ligne le 08 octobre 2020, consulté le 24 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/587 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.587

Haut de page

Auteurs

K. Naït-Zerrad

Articles du même auteur

S. Chaker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IREMAM
  • Logo INALCO
  • Logo AIBL
  • Logo Peeters
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search