Skip to navigation – Site map

HomeVolumes32Micocoulier

Full text

1Cet arbre méso-xérophile (Celtis cf. australis et Celtis integrifolia) fait partie de l’étage méditerranéen semi-aride actuel, il entre dans le cortège d’essences comprenant entre autres le pin d’Alep (Pinus halepensis) et le chêne vert (Quercus ilex). Au Sahara, des conditions climatiques stables, compatibles à son développement, se sont trouvées réalisées à plusieurs époques préhistoriques du Pleistocène final (paléoflores de l’Atérien) et de l’Holocène, en particulier dans l’Ahaggar (et même dans le Ténéré). Au Soudan A.-J. Arkell avait signalé parmi les macro-restes végétaux, la présence d’endocarpes de graines fossiles de Celtis integrifolia, dans le Néolithique de Khartoum (1947, 1949). On doit à H.-J. Hugot (1963) d’en avoir mis au jour d’autres, à Méniet*, dans le site sous abri de Baguéna V, non loin des berges d’un lac. Une documentation botanique de qualité (données palynologiques et carpologiques), issue des horizons stratigraphiques moyen (entre 40 et 75cm) et inférieur (entre75 à 100 cm) en a livré plusieurs spécimens dans un contexte de Néolithique* saharo-soudanais.

2Les déterminations du micocoulier faites par A. Pons et P. Quezel (1956, 1957), associées à celles établies pour Amkeni (Camps 1968) par M. Couvert (p. 181 et pl. XXIX no 1, (Celtis sp.), P. Guinet et D. Planque, montrent l’étendue de ce peuplement végétal et son étroit rapport aux pasteurs (?) Négroïdes, installés en montagne et sur les piémonts. Cet arbre fit intimement partie de leur environnement quotidien. Il dut leur procurer diverses ressources qui contribuèrent à pérenniser leurs occupations, entre le VIIIè et le IVè millénaire cal BC.

3Les fruits du micocoulier que l’endocarpe résistant protège (conservé dans les sites algériens sahariens) sont très abondants et assez sucrés à maturité. Ils se conservent assez bien en jarres. Gourmandises très appréciées, ils furent récoltés en abondance et consommés à Baguéna V, comme le jujube* également présent (Ziziphus lotus) (EB, XXVI, p. 3979-3982), qui ne colonise aujourd’hui que des terres méditerranéennes sub-humides (pluviométrie supérieure à 300 mm).

Top of page

Bibliography

Arkell A.-J., 1947 – “Early Khartoum”. Antiquity, t. XXI, p. 172-181.

Arkell A.-J., 1949 – Early Khartoum. Oxford University Press.

Camps G., 1968 – Amekni, Néolithique ancien du Hoggar. Paris, AMG, Mémoire X du CRAPE.

Camps G., 1974 – Les civilisations préhistoriques de l’Afrique du Nord et du Sahara. Paris, Doin.

Couvert M., 1968 – « Etudes des restes végétaux d’Amekni ». in G. Camps, Amekni, op.cit., p. 179-185.

Guinet P. et Planque D., 1968 – « Résultats de l’analyse pollinique ». in G. Camps, Amekni, op.cit., p. 186-188.

Hugot H.-J., 1963 – Recherches préhistoriques dans l’Ahaggar nord-occidental·. 1950-1957. Paris, AMG, Mémoire I du CRAPE.

Hugot H.-J. et Quezel P., 1957 – « A propos de quelques graines fossiles du gisement préhistorique de Méniet ». Bull. Soc. Hist. Nat. Afr. du Nord, t. XLVIII, p. 370-373.

Pons A. Quezel P., 1956 – « Premiers résultats de l’analyse palynologique de quelques paléosols sahariens ». C. R. Acad. Sc., Paris, t. 243, p. 1656-1658.

Pons A. et Quezel P., 1957 – « Première étude palynologique de quelques paléosols sahariens ». Trav. de L’I.S, t. XVI, p. 34-35 (15-40).

Top of page

References

Bibliographical reference

C. Roubet, “Micocoulier”Encyclopédie berbère, 32 | 2010, 4990-4992.

Electronic reference

C. Roubet, “Micocoulier”Encyclopédie berbère [Online], 32 | 2010, document M108, Online since 06 November 2020, connection on 24 June 2021. URL: http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/594; DOI: https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.594

Top of page

About the author

C. Roubet

By this author

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo IREMAM
  • Logo INALCO
  • Logo AIBL
  • Logo Peeters
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search