Navigation – Plan du site

AccueilVolumes32Mimakes

Entrées d’index

Mots clés :

Antiquité, Ethnonymie, Tribu
Haut de page

Texte intégral

1Mentionnés par Ptolémée (G. IV, 3, 6bis, Müller p. 641), les Mimakes semblent habiter très à l’intérieur des terres par rapport aux Makhuni* établis sur la côte, un peu au nord de la Petite Syrte (ibid., p. 638), et aux Makhrues* et Gēpheis*. Par ailleurs, ils ne semblent pas éloignés du mont Ousalaiton dont le nom semble s’être perpétué dans celui du Djebel Ousselat, à l’est de Chusira (La Kessra) et en bordure de la steppe (cf. J. Despois, « Le Djebel Ousselat, les Ousseltya et les Kooub », Les Cahiers de Tunisie, VII, no 28, 1959/4, p. 407-427), non plus que des Ouzalae*. Les Mimakes ont été connus tôt du monde gréco-romain, car Philistos le Syracusain (mort en 357 avant notre ère), en faisait état, à en croire Stéphane de Byzance (s. u., Meineke p. 453). À noter que Philistos et Ptolémée se retrouvent aussi seuls à mentionner les Erebidae*, une tribu de Lotophages, probablement proche de Djerba. Compte tenu de ce que nous savons du contenu de ses Sikelika, Philistos devait évoquer, en tout cas, des tribus en rapport avec Carthage.

2Ptolémée (G. IV, 6, 5, Müller p. 744) cite à nouveau les Mimakes parmi les peuples majeurs de Libye intérieure, ce qui semble contredire notre assertion. Ils sont placés immédiatement au sud du mont Thala, alors que les Manrali* sont à l’ouest de celui-ci. Le mont Thala est difficilement identifiable ; en tout cas, c’est un mont saharien. Doit-on supposer que les Mimakes étaient de grands nomades ? Il est plus probable que Ptolémée ait déporté abusivement vers le Sud les Mimakes, tout comme les Dolopes* et les Astakouri*, placés à la fois en Africa (IV, 3, 6bis, p. 641) et en Libye intérieure (IV, 6, 6, p. 748) entre les Thalae* (du même mont Thala) et les Noubae, déportés, eux, de Nubie ! La rareté des renseignements sur la Libye intérieure encourageait les géographes et cartographes à ces pratiques qui meublaient les espaces vides, surtout si l’on refusait comme Ptolémée (G. VIII, 1, 2, Nobbe, II, p. 192-193) la solution de facilité consistant à « réduire la Libye en largeur ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

J. Desanges, « Mimakes »Encyclopédie berbère, 32 | 2010, 5029-5030.

Référence électronique

J. Desanges, « Mimakes »Encyclopédie berbère [En ligne], 32 | 2010, document M118, mis en ligne le 11 novembre 2020, consulté le 21 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/608 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.608

Haut de page

Auteur

J. Desanges

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IREMAM
  • Logo INALCO
  • Logo AIBL
  • Logo Peeters
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search