Navigation – Plan du site

AccueilVolumes32Modeler / Modelage (Préhistoire)

M122

Modeler / Modelage (Préhistoire)

C. Roubet et S. Hachi
p. 5043-5045

Texte intégral

1Avec l’arrivée d’Homo sapiens sapiens en Afrique du Nord, modeler participe à l’acte de créer. Les nombreux témoins archéologiques de l’activité de modelage révèlent des nuances d’un comportement symbolique complexe, remontant à plus de 20.000ans. L’Homme de Cro-Magnon et ses cousins méditerranéens africains que l’on désigne comme Hommes de Mechta-Afalou* n’ignorant pas la plasticité de l’argile, ont modelé pour la première fois des objets non utilitaires, que la cuisson a conservé. Modelage de l’argile et cuisson sont des actes majeurs et maîtrisés d’une longue chaîne opératoire, contrôlée bien avant l’usage des récipients apparus durant l’Holocène, au Maghreb aussi.

2En Algérie et dans les Babors*, c’est en contexte culturel ibéromaurusien* qu’apparaissent les premières figurines en argile modelée et cuite.

3Au bord de la Méditerranée, l’abri de Tamar Hat (Saxon 1974) conservait le premier document modelé mis au jour. Il s’agit d’un seul fragment de forme semi-circulaire, évoquant un élément du cornage d’un mouflon* (Ammotragus lervia) attribut caractéristique d’une figurine zoomorphe. Ce fragment porte des traits incisés d’une sorte de « décor » soigneusement agencé ; ces traits sont plutôt suggestifs des stries d’accroissement de la cheville osseuse. Il a été découvert à 2m de profondeur, dans le niveau archéologique 60, sa datation calibrée à 2 sigmas (1), sur charbons, se situerait entre celles des niveaux 50 et 84/85.

  • niveau 50 Mc 820, 19 800 ± 500 BP, soit entre 23314-20372 cal BC

  • niveau 84-85, Mc 822, 20 600 ± 500 BP, soit entre 24051-21645 cal BC.

4Dans l’abri voisin d’Afalou* Bou Rhummel, on a recueilli 55 objets modelés et cuits, au cours d’une dizaine de campagnes de fouille (Hachi 1987, 1995) ; il s’agit de figurines anthropomorphes, zoomorphes, associées à des créations non figuratives et d’un ensemble d’autres témoins peu élaborés, émiettés parfois, d’étapes préparatoires à la fabrication. Ces documents constituent un corpus. On pourrait à travers certains d’entre eux, issus des couches profondes, pressentir des étapes du tâtonnement empirique qui précéda l’acquisition de la technique du modelage.

5Leur étude approfondie (minéralogique, technique, morphologique ; Hachi 2003a, 2003b, 2006) au sein d’un contexte stratigraphique et culturel daté, fournit aussi les repères essentiels (température de cuisson, préparation de la pate, dégraissants etc.) d’une fabrication en évolution (Hachi et al. 2002).

6Dix couches archéologiques ont été fouillées sans atteindre la base d’une longue série d’occupations. Toutes contenaient des éléments modelés, élaborés et cuits. Certaines ont été datées (sur charbons) et calibrées (1) ; au-delà de 4m de profondeur la couche XI, non datée, a livré une boulette.

7– couche 7 :

8Gif 9637, 14 910 ± 180 BP ; soit entre 16 748-15 560 cal BC.

9– couche 4 :

10Gif 6532, 12 020 ± 170 BP ; soit entre 12 452-11 483 cal BC.

11Ly 3228, 12 400 ± 230 BP ; soit entre 13 186-11 877 cal BC.

12Alg 0008, 13120 ± 370BP ; soit entre 14 593-12 314 cal BC.

13– couche 3 :

14Ly 3227, 11 450 ± 230 BP ; soit entre 11 804-10 976 cal BC.

15L’ancienneté des créations modelées figuratives (anthropomorphes et zoomorphes) est reconnue en Europe en contexte du Paléolithique supérieur (ours en ronde-bosse du Magdalénien, à Montespan, ou bison en bas-relief, au Tuc d’Audoubert, et petites figurines animales et humaines du Gravettien pour Dolni Vestonice, Pavlov, Moravie). En Algérie, elles seraient associées, semble-t-il, au monde funéraire Ibéromaurusien de l’Homme de Mechta-Afalou qu’elles côtoient. Les préoccupations culturelles qui les ont suscitées et pleinement inscrites dans un rôle symbolique jusque là insoupçonné, ne relevaient sans doute pas du quotidien, ni d’actes accidentels, mais répondaient à des évènements et les accompagnaient avec sobriété et discrétion. Ces évènements, assortis d’un rituel lui aussi inconnu, se sont répétés puisque plusieurs documents furent retrouvés dans les dix couches fouillées. « Nous lions cette production au statut particulier attribué par les groupes humains, à ce lieu » (Hachi 2006, p. 436). Sanctuaire, nécropole régionale, entretenue, occupée et fréquentée par plusieurs générations d’individus de Mechta-Afalou, cette grotte conservait l’intime secret de situations perdues qu’évoquent ces figurines modelées.

16Modeler fut dés l’origine un acte créateur sacralisé, réservé, rare. L’objet modelé s’imprégnant d’une considération aussi privilégiée de la pensée symbolique, eut à accomplir un rôle social particulièrement à part. Appréhender à travers de si petits objets des bribes d’un imaginaire subtil et inaccessible, qu’une communauté d’Etres humains aurait implicitement transmise et nous ferait aujourd’hui partager comme tels, conduit à souligner l’universalité des comportements d’Homo sapiens sapiens.

Haut de page

Bibliographie

Les datations ont été calibrées grâce au programme CALIB 5.0.1 (Stuiver, Reimer 1993), avec le module IntCal04, pour les échantillons terrestres.

Hachi S., 1987 – Les industries d’Afalou Bou Rhummel dans leurs relations avec l’Ibéromaurusien, Thèse de doctorat de IIIè Cycle, Université Aix-Marseille.

Hachi S., 1995 – « Résultats des fouilles récentes d’Afalou Bou Rhummel (Béjaia, Algérie) », In J.-M. Fullola, N. Soler (Eds.), El Mon Mediterrani després del Pleniglacial (18 000-12 000 BP.), Girona, Espagne, p. 77-92.

Hachi S., 1999 – L’homme de Mechta-Afalou, Cro-Magnon de l’Afrique de l’Afrique du Nord, durant les 20 derniers millénaires : évolution culturelle et devenir, Thèse d’Habilitation à Diriger des Recherches, Université Paul Valéry III, Montpellier, 4 volumes.

Hachi S., 2003a – Les cultures de l’Homme de Mechta-Afalou, Alger. CNRPAH (Mémoire CNRPAH, nouvelle série, no 2).

Hachi S., 2003b – Aux origines des Arts Premiers en Afrique du Nord. Les figurines et les objets modelés en terre cuite de l’Abri sous-roche préhistorique d’Afalou, Babors, Algérie. (18 000-11 000 BP), Alger, Cnrpah, Mémoire CNRPAH, nouvelle série no 6.

Hachi S., 2006 – « Du comportement symbolique des derniers chasseurs Mechta-Afalou d’Afrique du Nord ». C.R. Palevol, t. 5, fasc. 1-2, p. 429-440.

Hachi S., Frohlich F., Gendron-Badou A., de Lumley H., Roubet C., Abdessadok S., 2002 – « Figurines du Paléolithique supérieur en matière minérale plastique cuite d’Afalou Bou Rhummel (Babors, Algérie). Premières analyses par spectroscopie d’absorption infrarouge », L’Anthropologie, t. 196, p. 57-97.

Stuiver M., Reimer P. J., 1993 – “Extended 14C data base and revised Calib 3.0 14C Age calibration program”, Radiocarbon, 35, 1, p. 215-230.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

C. Roubet et S. Hachi, « Modeler / Modelage (Préhistoire) »Encyclopédie berbère, 32 | 2010, 5043-5045.

Référence électronique

C. Roubet et S. Hachi, « Modeler / Modelage (Préhistoire) »Encyclopédie berbère [En ligne], 32 | 2010, document M122, mis en ligne le 11 novembre 2020, consulté le 09 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/616 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.616

Haut de page

Auteurs

C. Roubet

Articles du même auteur

S. Hachi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IREMAM
  • Logo INALCO
  • Logo AIBL
  • Logo Peeters
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search