Navigation – Plan du site

AccueilVolumes32Moha-ou-Saïd el-Wirrawi / Muḥa u ...

M125

Moha-ou-Saïd el-Wirrawi / Muḥa u Sεid u-Wirraw

M. Peyron
p. 5053-5056

Texte intégral

1Personnage clef de la région Moyen Atlas/Tadla, nommé caïd makhzen par Moulay Hassan I pendant les années 1880, puis devenu l’un des principaux leaders de la résistance marocaine du début du XXe siècle, à l’instar de son contemporain et rival Moha ou Hammou Zaïani*, Moha ou Saïd (1853-1924) fut l’artisan du revers cinglant infligé à l’armée française à Ksiba en 1913. Résistant inconditionnel, il mourut dans ses montagnes sans s’être rendu aux autorités du Protectorat.

L’action militaire

2Tôt dans sa carrière, Moha ou Saïd fait parler de lui. D’abord, dès 1888 en tant que caïd fraîchement promu, il se lance vers l’est en pleine montagne pour razzier Aghbala (Célérier, p. 139), suite à l’embuscade meurtrière tendue à une colonne makhzénienne au Tizi-n-Tighanimin ; ceci afin de châtier le marabout Sidi ‘Ali Amhaouch, qui en était le supposé instigateur. En définitive, les véritables coupables resteront impunis (Guennoun 1922, p. 256). Moha ou Saïd appuiera par la suite plusieurs expéditions punitives en pays Ayt Sokhmane, afin de ramener ceux-ci, qui persistaient dans une dissidence obstinée, vers le bercail du makhzen (Ithier, p. 107-108).

3Il s’oppose à l’avancée française en 1912 depuis Ghorm el-Alem à la lisière du Tadla, où il dispose d’un détachement de soldats du makhzen. Cependant, en avril 1913, il est contraint d’abandonner la place, ce qui permet aux troupes françaises de mettre la main sur l’étendard makhzénien de satin blanc que lui avait remis, en son temps, Moulay Hassan I (Saulay, p. 58).

4Du 8-10 juin, 1913, Moha ou Saïd et ses combattants infligent une correction exemplaire à l’envahisseur lors de bataille de Ksiba. Même si la kasbah familiale de Moha ou Said (celle de Saarif) est brûlée, la colonne Mangin, imprudemment engagée dans les ravins qui montent vers Ksiba, est sérieusement mise à mal par les imžuhad. Mangin, furieusement rabroué par Lyautey, sera forcé peu après de quitter le Maroc en disgrâce. Échec cuisant, qui coûtera à l’armée française « 100 tués ou disparus et 140 blessés. » (Saulay, p. 67). À mettre au compte des succès marquants enregistrés par les résistants montagnards, cet affrontement est devenu ti n merraman, ballade de facture épique chantée par les bardes (Hamri, p. 131-134).

5Cet échec amènera l’état-major français une première fois à se remettre en question : à pratiquer « la pénétration pacifique », à « apprivoiser » les populations, à éviter les coups de force mal préparés face à un adversaire décidé et sachant utiliser le terrain à merveille. Ainsi naîtra le « prestige de la montagne », sorte d’aura de quasi-invincibilité qui entourera le combattant berbère marocain. Moyennant quoi la pacification de l’Atlas durera beaucoup plus longtemps que prévu.

6Moha ou Saïd a alors 60 ans et est au faîte de sa gloire. L’année suivante (1914), cependant, les Ayt Ouirra resteront l’arme au pied lors d’El Herri, le Zaïani ne les ayant pas secourus lors de la bataille de Ksiba..

7Cherchant à reprendre son ancien quartier général de piémont, Moha ou Saïd parvient à lancer 8.000 hommes contre Ghorm el-Alem les 13 et 15 octobre 1917. Il échoue tout près du but, alors que les pertes de part et d’autre sont sérieuses (Saulay, p. 87).

8Les 8-9 avril 1922, enfin, au terme de rudes combats, Moha ou-Saïd doit lâcher pied devant Ksiba et se retirer vers le Tizi n Ayt Ouirra. Après quelques vaines tentatives en direction de la kasbah de Saarif, il se retire en montagne chez les Ayt Sokhmane (Saulay, p. 117).

Un fédérateur en puissance

9Du fait de son rang de caïd makhzen, Moha ou Saïd avait de la résistance marocaine une vision qui dépassait largement le territoire de ses seuls Ayt Ouirra. Depuis Ghorm el-Alem, déjà en 1912 il prêche l’action jihadienne dans l’ensemble du Tadla et, selon l’expression de l’époque, y « entretient l’agitation » (Saulay, p. 58).

10Ses efforts seront moins fructueux que ceux de Moha ou Hammou. Malgré maintes tractations avec les Ayt Sokhmane, il ne réussira jamais à convaincre ceux-ci de descendre de leurs repaires montagneux afin de s’impliquer davantage dans la campagne du Tadla (Théveney, p. 331). De même, resteront lettres mortes les rapports épistolaires qu’il entretient avec d’autres chefs du moment : le rifain ‘Abdelmalek ; l’emblématique marabout du Moyen Atlas Sidi Raho ; le faux chérif Moha n Ifrouten du Tafilalt (Guennoun, p. 174 ; Saualy, p. 81). À signaler aussi que, marque makhzénienne de l’idée qu’il se faisait de son mandat, et allant dans le sens d’une centralisation du pouvoir caïdal, Moha aura réussi à diminuer chez les Ayt Ouïra l’importance des assemblées tribales (Bidwell, p. 283).

La fin

11Sachant la partie perdue pour les résistants de haut mont - momentanément tout au moins — Moha ou Saïd refusa de se soumettre, bien que tiraillé par le doute (Guennoun, p. 174). Question d’honneur, d’abord : du sens du ridicule, ensuite. Déjà taquiné par certains imdyazn en raison de son inaction relative face aux Francçais (Roux & Peyron, p. 91), l’idée de pouvoir être en butte à la satire des femmes dans leurs izlan lui était insoutenable (Bidwell, p. 34). Nombreux seront les émissaires, dont un très influent marabout de Bouja’d, qui essaieront en vain d’obtenir sa soumission (Bidwell, p. 133). Finalement, retiré à Naour, à 15 km à l’est de Ksiba, il y décéda le 3 mars, 1924, à l’âge de 71 ans. Son fils Bassou, personnage honnête et intelligent, lui succèdera comme caïd des Ayt Ouirra pendant les années 1950 (Bidwell, p. 40-41).

12Ne s’étant jamais rendu, la mémoire de Moha ou Saïd, à l’image de celle du Zaïani, n’a pas tardé à être honorée par les historiographes marocains (Peyron, p. 36). De nos jours, sa petite capitale cernée de collines boisées, perchée au-dessus du Tadla, honore officiellement son nom : Ksiba n Moha ou Saïd.

Haut de page

Bibliographie

Bidwell R., Morocco under colonial rule, Londres, F. Cass, 1973.

Celerier J., « La croisée des routes marocaines en Haute Moulouya », in Mélanges Gautier, Paris, 1937.

Guennoun S., La montagne berbère : les Zaïans et le pays Aït Oumalou, Rabat, Omnia,

Hamri B., La poésie amazigh de l’Atlas central marocain : approche culturelle et analytique, thèse de doctorat, Faculté des Lettres, Dhar el Mahraz, Fès, 2005.

Ithier J.-A., Lieut., « Étude sur un petit groupement berbère du Cercle d’Azilal ; les Ayt Wanergui (Ayt Daoud ou ‘Ali des Ayt Sokhman », poste des AI, Za. Ahansal, 1947. Cf. Catalogue des archives berbères du « Fonds Arsène Roux », (H. Stroomer & M. Peyron, éds.), Cologne, Rüdiger Köppe Verlag, 2003, p. 109-110.

Le Glay M., Récits marocains de la plaine et des monts, Paris, Berger-Levrault, 1922.

Peyron M., « Combattants du Maroc central, une résistance morcelée (1912-1933) », AWAL, Cahiers d’études berbères, no 16, 1997, p. 25-42.

Roux A. & Peyron M., Poésies berbères de l’époque héroïque Maroc central (1908-1932), Aix-en-P., Édisud, 2002.

Saulay J., Histoire des Goums marocains, Paris, La Koumia, 1985.

Theveney Gal., « Devant le bloc zaïan irréductible (1914-1917) », B.S.G.A., no 124-129, 1930-1932.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

M. Peyron, « Moha-ou-Saïd el-Wirrawi / Muḥa u Sεid u-Wirraw »Encyclopédie berbère, 32 | 2010, 5053-5056.

Référence électronique

M. Peyron, « Moha-ou-Saïd el-Wirrawi / Muḥa u Sεid u-Wirraw »Encyclopédie berbère [En ligne], 32 | 2010, document M125, mis en ligne le 11 novembre 2020, consulté le 12 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/622 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.622

Haut de page

Auteur

M. Peyron

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IREMAM
  • Logo INALCO
  • Logo AIBL
  • Logo Peeters
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search