Navigation – Plan du site

AccueilVolumes32Mouflon (la chasse au mouflon che...

M130b

Mouflon (la chasse au mouflon chez les Touaregs)

H. Lhote
p. 5082-5085

Texte intégral

1Le mouflon est un gibier de premier choix, le plus apprécié des Touaregs pour les émotions fortes que sa chasse procure. D’après eux, la chasse à la gazelle, à l’antilope, ne peut se comparer à celle du mouflon qui demande de plus grandes qualités sportives et surtout de très bons chiens, car dans cette chasse, c’est le chien qui joue le plus grand rôle. Il arrive bien que l’on prenne le mouflon au piège à pointes radiaires mais quel mérite y a-t-il dans ce cas ? Relever les traces de l’udad, le pister, découvrir sa retraite, le débusquer avec les chiens, le poursuivre, l’acculer et finalement le servir à la lance, voilà la chasse traditionnelle qui fit la renommée de nombreux Touaregs. C’est en Ahaggar qu’on peut le mieux l’étudier, là où elle est le plus en faveur.

2La plus vieille légende de l’Ahaggar, la légende d’Akkar raconte que ce roi de la période préislamique était un grand chasseur de mouflons. Il était tellement passionné de cette chasse qu’il ordonna une fois de grandes battues pour rassembler tous les mouflons de la montagne dans la vallée d’Abalessa où il proposait de les tuer. Ses gens, les Isabaten, épouvantés par la décision de leur roi et les conséquences désastreuses qu’elle pouvait entraîner, c’est-à-dire l’extinction de leur gibier préféré, décidèrent de le tuer. Il fut lapidé dans la Koudia de l’Ahaggar près des sources de l’О. Taroumout et pour être bien sûrs qu’il ne reviendrait pas dans le monde des vivants, ils recouvrirent son corps d’un amoncellement considérable de pierres, que les gens vous montrent encore et désignent sous le nom d’Aẓekka n Akkar, c’est-à-dire la Tombe d’Akkar.

3La chasse au mouflon est réglementée au Ahaggar, à tel point que tous les endroits « mouflonneux » sont domaines privés. Foureau avait déjà noté le fait : « Tout près de nous, écrit-il (1902, p. 76) dans l’est, et faisant partie de la falaise, la Gara Youfassaka, sur laquelle on raconte l’histoire suivante : un targui soucieux de chasser le mouflon à son aise, aurait acheté cette gara pour un jeune chameau de deux ans ; or cette colline, de forme tronconique, n’a pas, à son sommet, une surface supérieure à un ou deux hectares ». En fait presque toutes les grandes montagnes étaient affermées à la chasse au mouflon, et ceux qui en étaient les bénéficiaires devaient tous les ans à l’aménokal* une redevance qui se montait à trois mouflons séchés.

4Toutefois la coutume d’affermer les montagnes n’existerait que chez les Dag Râli. Dans les autres tribus, chacun serait libre de chasser à sa guise. Dans ces montagnes affermées, en dehors du bénéficiaire, la chasse par des tiers est interdite. Si un chasseur tue un mouflon dans un des lieux à privilège et qu’il soit connu (il l’est toujours), il n’a droit qu’à la tête et aux abats, les autres parties du corps et de la peau devant être remis au propriétaire. Par exception, si la chasse a lieu à la demande du propriétaire, il y a partage en parties égales.

5Le chasseur de mouflon part avec ses chiens. Quelquefois, il s’entend avec un ou plusieurs de ses camarades qui possèdent également des chiens bien dressés, car tout le succès de la chasse dépend du grand nombre de chiens qui y participent.

6Partir avec un ou deux chiens seulement, c’est revenir d’avance bredouille. Le mouflon ne se soucie même pas de la présence d’un seul chien, il ne se sauve que s’il en voit deux, mais ce n’est pas la peine de chasser, car il aura vivement fait de les dépister et de les semer. Il faut au moins trois chiens, encore ne font-ils que harceler le mouflon, le cerner en attendant leur maître, car ils sont incapables de le réduire à merci.

7La plupart des gravures ou des peintures rupestres font voir trois chiens en action, ce qui est le chiffre normal d’une meute.

8Les Touaregs de l’Ahaggar utilisaient pour la chasse au mouflon un lourd javelot à hampe de bois et à pointe métallique en feuille de laurier, qui porte le nom de agdel et dont ils se servaient avec maestria.

9La chasse s’organise comme suit : aussitôt qu’un ou plusieurs mouflons ont été repérés par la présence de traces sur le sol, le ou les chasseurs partent avec leurs chiens tenus en laisse. La laisse est une longue corde en poil de mouflon munie d’un nœud coulant à chacune de ses extrémités. Ils se dirigent vers le lieu où semble être son repaire, et on lance alors la meute à la découverte.

10Les chiens prennent le vent, recoupent la piste, la suivent au flair, et le premier qui découvre le mouflon reste en arrêt devant lui et aboie. A sa voix les autres accourent et entourent le mouflon. Le ou les chasseurs règlent alors les détails de la chasse en fonction de la nature du terrain et des issues dont le mouflon dispose pour s’échapper. Ils placent les chiens aux bons endroits, et eux-mêmes vont se placer en conséquence. Ils lancent un ou deux chiens pour le débusquer. Les chiens bien dressés écoutent parfaitement leur maître, maîtrisent leurs élans à sa voix et savent repartir lorsqu’on le leur demande.

11Alors commence l’attaque. Les chiens s’approchent et le mouflon voyant le danger, s’efforce de fuir.

12Si les chasseurs disposent d’une meute complète, il est certain que le mouflon n’est pas long à être acculé. Son jeu est de se réfugier dans les endroits inaccessibles où lui-même, grâce à ses qualités de grimpeur, arrive à se hisser. La lutte est souvent dure, le mouflon se défend terriblement. Si les chiens l’approchent, il fait face de ses cornes, et malheur à l’imprudent qui vient à sa portée.

13Un chien qui saisit le mouflon à la patte avant ou à l’épaule est un chien mort, car la bête s’en débarrasse rapidement d’un coup de corne. Si le chien le saisit à la cuisse ou à la patte arrière, il ne risque pas grand chose. Ceux qui sont bien habitués à chasser le prennent au museau ou aux testicules. Quatre chiens n’arrivent pas à maîtriser un mouflon, mais dans une chasse les hommes ne restent pas inactifs. Si le plus gros du travail revient aux chiens, les chasseurs arrivent prestement, courent et sautent au milieu des rochers avec une agilité remarquable, et le maîtrisent en les saisissant par les cornes. Si au contraire il s’est réfugié sur un rocher inaccessible aux chiens, les chasseurs s’arrangent alors pour parvenir à proximité, c’est-à-dire à bonne portée de javelot, et le servir avec cette arme redoutable. La bête abattue, on lui coupe la queue avant qu’elle ne soit morte, et on la lui place dans la bouche. On l’égorge ensuite. Puis on dépouille le mouflon, on le vide, on place les intestins dans la peau et on le ramène au campement soit sur un chameau, soit à dos d’homme.

14L’intérêt que porte les Touaregs de l’Ahaggar à la chasse au mouflon a suscité une quantité de rites.

15Tout d’abord, un chasseur qui s’en va à la chasse quitte le campement le soir, ne dit rien de ses intensions et s’efforce de ne rencontrer personne. La rencontre de quelqu’un serait un mauvais présage. On a vu, lorsque le mouflon était abattu, que le premier geste était de couper la queue et de la mettre dans la bouche du mouflon. C’est la un geste propitiatoire, comme pour demander pardon à la victime, et si ce geste n’était pas accompli il pourrait en découler certains malheurs pour le chasseur, et en tous cas, il risquerait, ultérieurement de toujours revenir bredouille. De retour, l’homme procède de la même manière et rentre à son campement sans que personne ne le voie, cachant son gibier sous une couverture. Il se lave les mains si elles sont encore tachées de sang, et efface toutes traces visibles. Si les gens viennent et lui demandent s’il a tué un mouflon, il répond négativement. La nuit, pendant que tout le monde dort, il découpe la bête, et le lendemain il distribue des morceaux à toutes les personnes du campement. Si, sur ces entrefaites, les enfants l’aperçoivent avant qu’il ait fait sa distribution, le chasseur n’attrapera plus rien ensuite. Il est d’usage d’offrir les côtelettes à la joueuse de violon qui tient une place particulière dans votre cœur.

16La viande de mouflon est souvent séchée. Pour la faire boucaner, on fend simplement le corps en deux dans le sens de la longueur et on le place sur un arbre. Cette viande constitue une réserve ou, bien souvent, elle sera vendue sur le marché d’In Salah, où elle est très recherchée.

17Certains chasseurs, tels que les Kel Inghar, de la Téfedest, organisent sur les hauts sommets de leurs montagnes des chasses qui les tiennent éloignés de leurs campements pendant plus de quinze jours.

18La chasse au fusil en se développant a provoqué une diminution très sensible de nombre des mouflons. Aussi bien au Tassili qu’en Ahaggar, les chasseurs dressent des murettes-abris d’où ils guettent les bêtes qui se rendent dans les vallées pour manger. Dans certaines tribus, comme celle des Dag Rali, en Ahaggar, cette chasse s’est substituée à celle du chien courant.

19Le mouflon était pour les Touaregs une ressource appréciable. Sa viande, fraîche ou séchée, était un appoint important dans leur alimentation et dans les années où le gibier était abondant, ils en exportaient des quantités non négligeables vers le Tidikelt. Sa peau était recherchée. Très résistante, elle était appréciée pour la confection de velum de tente et des sacs de selle spéciaux pour le transport de la farine. Les poils qui garnissent son cou et ses pattes étaient utilisés par les femmes pour faire de très bonnes cordes, employées surtout dans les harnachements. Ses cornes même trouvaient leur utilisation comme récipients à beurre ou étuis dans lesquels on enfermait les outils, poinçon, couteau, destinés au travail des peaux.

Haut de page

Bibliographie

Camps G. et Morel J., 1987 – « Alimentation (Epipaléolithique) », Encyclopédie berbère, IV, Aix-en-Provence.

Camps G. et Morel J., 1982 – « Recherche sur l’alimentation en Afrique du Nord durant les temps épipaléolithiques », Société d’Etudes et de Recherches Préhistoriques, Les Eyzies, Bull. n° 32, p. 37-49.

Dekeyser P.L., 1955 – Les mammifères de l’Afrique noire française. Initiatives africaines, IFAN, Dakar, p. 391-394.

Frechkop S. et Lavocat R., « Sous-ordre des Sélénodontes ou Ruminants », in Traité de Zoologie, Anatomie, Systématique, Biologie, p. 629-634.

Lavaudan L., 1926 – Les vertébrés du Sahara, Guenard, Tunisie.

Lhote H., 1951 – La chasse chez les Touaregs, Amiot-Dumont, Paris, p. 102-109.

Monteil V., 1951 – « Contribution à l’étude de la faune du Sahara occidental », Notes et documents, Institut des Hautes Etudes Marocaines, p. 34-35.

Saxon E. C., 1974 – “Results of recent investigations at Tamar Hat”. Lybica, t. XXII, 1, p. 49-91.

Saxon E. C., 1976 – “The evolution of domestication, a reappraisal of the Near Eastern and North african evidence”. UISPP, Colloque XX, Origine de l’élevage et de la domestication, Nice, p. 180-226.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

H. Lhote, « Mouflon (la chasse au mouflon chez les Touaregs) »Encyclopédie berbère, 32 | 2010, 5082-5085.

Référence électronique

H. Lhote, « Mouflon (la chasse au mouflon chez les Touaregs) »Encyclopédie berbère [En ligne], 32 | 2010, document M130b, mis en ligne le 11 novembre 2020, consulté le 17 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/631 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.631

Haut de page

Auteur

H. Lhote

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IREMAM
  • Logo INALCO
  • Logo AIBL
  • Logo Peeters
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search