Navigation – Plan du site

AccueilVolumes32Mouton (sur le nom du — en berbère)

Μ136

Mouton (sur le nom du — en berbère)

S. Chaker
p. 5096-5099

Texte intégral

1[Sur le « Mouton », on se reportera à la notice « Bélier à sphéroïde », EB IX, 1991, p. 1417-1433 de G. Camps, et à la notice « Pastoralisme ».] En berbère, le champ lexico-sémantique du mouton, qui est un peu moins stable que celui de la chèvre (cf. Chaker 1995), s’organise autour de trois termes fondamentaux :

2– Un terme générique, pan-berbère, qui est aussi celui du mâle : akrar < KR(R) = « bélier, mouton » (plur. akraren). Les variations dialectales de cette forme (kabyle, Ouargla... ikerri ; touareg Iwellemmeden : ăkăr(r) ; Prasse et al. 2003, p. 393) et l’existence de formes apparentées ne comportant qu’un seul /r/ (touareg ébeker, « jeune mouton » ; Foucauld I, p. 53) indiquent qu’il s’agit d’une formation expressive à redoublement de la consonne finale ; la racine primitive est donc KR, base lexicale bien connue en berbère (et en chamito-sémitique) avec les valeurs de : « enroulé, entortillé, arrondi... » (Chaker 1980, 1981 et 1983, p. 482), sans doute en référence à la forme des cornes du bélier. Ce qui confirme la signification de base « ovin mâle, bélier » de akrar/akar, signification que l’on retrouve d’ailleurs dans le syntagme lexicalisé touareg (Iwellemmeden) : ăkărr n adɣaɣ, bélier de montagne = « mouflon (mâle) » (Prasse et al. 2003, p. 393).

3– Une base également pan-berbère, WL(L) > HL > L, dont la forme de féminin téhélé (touareg) / tili (chleuh) désigne la brebis et celle de masculin (ulli/welli) fonctionne, soit comme pluriel pour la femelle, soit comme collectif pour désigner les troupeaux d’ovins, essentiellement composés de brebis.

4Le touareg ulli/welli = « chèvres » (Foucauld IV ; 1781 ; Prasse et al. 2003, p. 820) procède très probablement d’un glissement sémantique chez des populations sahariennes dont les troupeaux de petit bétail sont surtout composés de chèvres ; il en va d’ailleurs certainement de même pour tiɣsé (cf. infra) qui s’applique souvent en touareg à la chèvre plutôt qu’à la brebis. L’ensemble des données actuelles convergent pour attribuer à la racine WL/HL/L le signifié « brebis/ovin ».

5– Une autre forme largement répandue, tiɣsi (> tixsi/tiɣsé), racine ƔS(Y), s’applique presque partout à la femelle du mouton, sauf en touareg où elle désigne généralement la chèvre (Foucauld IV, p. 1781), ou, de façon indifférenciée, « la tête de petit bétail » (Prasse et al. 2003, p. 305). Comme le terme taɣaṭ existe aussi en touareg avec le sens de « chèvre », on peut considérer que cette signification « chèvre » de tiɣsi est une innovation sémantique touarègue liée à la prédominance locale des caprins ; tiɣsi serait bien un des noms anciens de la brebis. Il faut alors essayer d’expliquer l’existence du couple WL(L)/ƔS(Y) comme désignation de la même réalité zoologique.

6On peut, comme pour d’autres couples lexicaux dans le champ des animaux domestiques (cf. (Chaker 1995), formuler l’hypothèse d’une sédimentation chronologique et de races : WL(L)/L plus pan-berbère et de forme plus archaïque, est certainement la désignation primitive de l’ovin et a dû s’appliquer au type le plus ancien (à pattes longues et poils ras), qui n’a subsisté qu’au Sahara : Ovis longipes (cf. Camps 1991) ; ƔS (Y) se serait imposé surtout dans le nord, à date plus récente, comme désignation de la nouvelle variété de moutons à pattes courtes et à toison laineuse. Le renouvellement des races pourraient ainsi être la clef de l’évolution lexicale : pour dénommer la nouvelle variété, les Berbères auraient recyclé un terme qui avait une autre signification. On peut même penser que ƔS(Y désignait à l’origine un animal sauvage (= le mouflon ?), dans la mesure où une racine ƔS/WƔS est largement attestée par ailleurs avec le sens de « bête sauvage, gibier »... Or, on sait que le mouflon a fait l’objet d’une pré-domestication (cf. notice M130a « Mouflon ») et est resté jusqu’à date récente un gibier de choix, dont la chasse était très valorisée (cf. notice M130b « Mouflon : Chasse »). Le syntagme lexicalisé du touareg Iwellemmeden, mentionné précédemment, ăkărr n adɣaɣ, bélier de montagne = « mouflon (mâle) » (Prasse et al. 2003, p. 393), est peut-être à la fois l’indice de la lointaine origine (réelle ou supposée par les populations locales) du mouton domestique et de son statut d’animal chassé.

7Dans ce champ sémantique, deux autres formes de large diffusion doivent ‘être considérées :

  • izimmer (plur. izammaren), répandu dans l’ensemble des dialectes (du chleuh à Ghadames, du kabyle au touareg méridional), hésite entre « agneau » (kabyle) et « bélier » (chleuh, Ghadames). La forme primitive est également incertaine, tant au niveau de la tension de la nasale /m/ qui n’est pas toujours attestée (chleuh, Maroc central izimer ; touareg : ažemăr) que du vocalisme (Ghadames a aẓumer, avec pharyngalisation de la sifflante). Ces fluctuations formelles et sémantiques indiquent qu’il s’agit vraisemblablement d’un terme secondaire, fortement expressif.

  • Le touareg et le chleuh connaissent d’autres formes issues d’une racine HR(Y) : chleuh ahruy/tahruyt « mouton »/« brebis » (Destaing, p. 193, 45) ; touareg éhéré/éheré, « petit bétail, biens » (Foucauld II, p. 639 ; Prasse et al. 2003, p. 343). Le sens touareg et l’existence dans ce même dialecte du lexème manifestement apparenté éheri « jeune boeuf » (Prasse et al. 2003, p. 340) incitent à y voir plutôt une référence économique (= « biens/bétail/richesse ») qu’une valeur de base zoologique.

8Comme tous les autres sous-systèmes lexicaux des animaux d’élevage, celui du mouton est marqué par une très forte hétéroclisie : le mâle, la femelle et le petit ne sont pas désignés à partir de la même base lexicale (KR(R)/WLL/ƔS(Y)/ZMR). Ce trait est évidemment le signe d’une tradition d’élevage ancienne, attentive aux différenciations sexuelles, physiques et fonctionnelles du bétail.

9De plus, il est possible de faire l’hypothèse que cette diversité des racines est en partie due à un renouvellement des espèces, établi par les pré/protohistoriens : la paire WL, HL/ƔS(Y) pourrait ainsi refléter le remplacement de la race la plus ancienne de mouton (Ovis longipes) par le type actuel à pattes courtes.

10Les appellations du mouton sont donc globalement stables à travers l’ensemble du monde berbère, malgré son extension géographique et sa fragmentation, et peuvent être attribuée au stade « berbère commun » ; les fluctuations sémantiques que l’on décèle (hésitations entre « mouton » et « chèvre » pour ulli/tiɣsé en touareg) sont certainement secondaires, induites par des contextes écologiques et économiques fortement différenciés. On peut en conclure que la formation de ce champ lexical est nécessairement très ancienne ; et la « pan-berbérité » de la terminologie implique une domestication non seulement ancienne mais sans doute aussi locale (pour une thèse contraire, voir G. Camps 1978, 1986-89) et/ou le recyclage de termes préexistants qui devaient antérieurement désigner des animaux sauvages (akrar, tiɣsi).

Haut de page

Bibliographie

Beguinot F., Il Berbero nefgûsi di Fassâto, Rome, Istituto per l’Oriente, 1942.

Biarnay S., Etude sur les dialectes berbères du Rif, Paris, E. Leroux, 1917.

Camps G., « Origine de la domestication en Afrique du Nord et au Sahara », Revue d’Histoire d’Outre-mer, LXV/240, 1978, p. 363-376.

Camps G., « Elevage du mouton et premières navigations en Méditerranée occidentale, Empúries (Barcelone], 48-50, 1986-89, p. 164-175.

Camps G., « Bélier à sphéroïde », Encyclopédie berbère IX, 1991.

Chaker S., « Dérivés de manière en berbère (kabyle) », GLECS, XVII (1972-1973), 1980.

Chaker S., « Les racines berbères trilitères à 3ème radicale alternante », GLECS, XVIII-XXIII (1973-1979), 1981.

Chaker S., « Linguistique et préhistoire : autour de quelques noms d’animaux domestiques en berbère », L’homme méditerranéen. Mélanges offerts à Gabriel Camps, Publications de l'Université de Provence, Aix, 1995, p. 259-264.

Chaker S., Linguistique berbère. Etudes de syntaxe et de diachronie, Paris/Louvain, Peeters, 1995, 275 p. Edition algérienne augmentée sous le titre : Manuel de linguistique berbère II, Alger, ENAG, 1996 [Chap. 18].

Dallet J.-M., Dictionnaire kabyle-français, Paris, SELAF/Peeters, 1982.

Delheure J., Dictionnaire mozabite-français, Paris, SELAF/Peeters, 1984.

Delheure J., Dictionnaire ouargli-français, Paris, SELAF/Peeters, 1987.

Destaing E., Vocabulaire français-berbère (Etude sur la tachelhit du Soûs), Paris, Leroux, 1938.

Foucauld Ch. de, Dictionnaire touareg-français, 1952..

Huyghe G., Dictiomiaire français-chaouia, Alger, A. Jourdan, 1906.

Lanfry J., Ghadamès II. Glossaire, Alger, FDB/Le Fichier Périodique, 1973.

Laoust E., Etude sur le dialecte berbère du Chenoua..., Paris, E. Leroux, 1912.

Laoust E., Mots et choses berbères, Paris, 1920 [chap. I, « L’habitation »].

Prasse K.-G., Manuel de grammaire touarègue (tahaggart), Copenhague, Akademisk Forlag, 1974 : IV-V, Nom.

Prasse K.-G. et alii, Dictionnaire français-touareg, Museum Tuscululanum Press/University of Copenhague, 2003.

Taïfi M., Dictionnaire tamazight-français (parlers du Maroc central), Paris, L’Harmattan, 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

S. Chaker, « Mouton (sur le nom du — en berbère) »Encyclopédie berbère, 32 | 2010, 5096-5099.

Référence électronique

S. Chaker, « Mouton (sur le nom du — en berbère) »Encyclopédie berbère [En ligne], 32 | 2010, document Μ136, mis en ligne le 11 novembre 2020, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/641 ; DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.641

Haut de page

Auteur

S. Chaker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IREMAM
  • Logo INALCO
  • Logo AIBL
  • Logo Peeters
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search