Navigation – Plan du site

Texte intégral

Paysage des morts

1Le paysage familier, domestiqué, est fragile : il suffit d’une explosion, d’une bactérie, d’un barrage ou de l’envol d’un papillon pour qu’en un instant tout bascule. Ainsi, de l’inquiétante étrangeté aux lieux désaffectés, le paysage se transforme.

2Si le cinéma post-apocalyptique fait depuis longtemps de la relation aux espaces un enjeu primordial, le genre sériel reprend cette trajectoire. Une espèce en péril lutte jour après jour pour sa survie. Cette humanité résiduelle parcourt un monde dérangé, où les codes spatio-temporels sont bouleversés.

  • 1 The World, The Flesh and the Devil (1959) Le réalisateur substitute au carton “The End” celui de “(...)

3Les paysages de l’apocalypse proposent un univers fracturé où toutes nos références sont malmenées. La mort elle-même ne constitue plus une frontière. Du désert américain aux montagnes savoyardes, Zombies et Revenants occupent le territoire. La mort, le cataclysme ou l’apocalypse ne sont que le prélude à l’avènement d’une post-humanité en confrontation permanente à son nouvel environnement. L’apocalypse, comme dans Le monde, la chair et le diable de Ranald MacDougall1, est un recommencement. La nouvelle figure anthropomorphe qui se dresse dans les paysages de l’apocalypse est en quête d’un refuge, d’une nouvelle terre promise.

4Les univers dérangés et sans frontières de certaines séries déconstruisent nos espaces familiers. La « mise en paysage », ce regard qui embrasse, traduit alors un nouveau rapport aux espaces. Fascination, angoisse, monstruosité : paysages et personnages portent les marques de la fracture.

Haut de page

Notes

1 The World, The Flesh and the Devil (1959) Le réalisateur substitute au carton “The End” celui de “The Beginning”.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« PAYSAGE DES MORTS », Entrelacs [En ligne], Hors-série n° 4 | 2016, mis en ligne le 06 février 2018, consulté le 21 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/entrelacs/2155

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page