Navigation – Plan du site

AccueilNumérosX-1Entretiens et leçonsLes Sociétés royales d’agricultur...

Entretiens et leçons

Les Sociétés royales d’agriculture (1757-1793)

Histoire et contributions de leurs membres et correspondants au Journal de l’agriculture (1765-1783)
The Sociétés royales d’agriculture (1757-1793):History and contributions of their members and correspondents to the Journal de l'Agriculture (1765-1783)
Bernard Herencia

Résumés

Cet article propose de revisiter et de réinterroger les liens entre les Sociétés royales d’agriculture et une publication – le Journal de l’agriculture – emblématique de l’intérêt de ce temps pour l’agronomie et l’agriculture en général. Le développement des Sociétés est soutenu voire initié par le pouvoir royal dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Le Journal, dont l’existence couvre essentiellement les années de plus forte activité des Sociétés, paraît en connaissant de multiples remaniements éditoriaux. L’étude met au jour les principaux contributeurs et correspondants, membres des Sociétés, participant au corpus constituant ce périodique d’Ancien Régime.

Haut de page

Texte intégral

1Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, en France, les choses agricoles suscitent de plus en plus d’intérêt de la part du public cultivé et des grands propriétaires. Les expérimentations individuelles, les sociétés savantes, les publications dédiées à ces questions se multiplient. Ce mouvement est le fruit de la prise de conscience de la nécessité d’augmenter les productions dans un climat populationniste et avec le constat de la précarité et des insuffisances des procédés culturaux et d’élevages traditionnels. Il faut aussi compter avec l’influence des agronomes anglo-saxons (Jethro Tull ou Henry Pattullo par exemple) et d’expériences similaires à l’étranger (notamment la Society for improving husbandry, manufactures and other useful arts and sciences, fondée à Dublin en 1731). Simultanément, le pouvoir politique considère qu’il a un rôle à jouer pour encourager les progrès, faire émerger et diffuser les bonnes pratiques. C’est dans ce contexte que sont fondées des Sociétés royales d’agriculture en France.

  • 1 Pour la table complète et l’histoire éditoriale des Éphémérides du citoyen, voir Herencia 2014.

2Les économistes, et tout particulièrement les physiocrates, sont parties prenantes de ce climat et de ce mouvement général en faveur de l’agriculture mais il semble excessif d’affirmer, comme a pu le faire Émile Justin, que les Sociétés royales d’agriculture aient été une « application directe » des théories des physiocrates (Justin 1935) ; sans nier bien sûr l’existence de réelles convergences et coïncidences entre la période d’activité la plus marquée des Sociétés d’agriculture et celle de la presse portant les idées des physiocrates : la Gazette du commerce, de l'agriculture et des finances (juin 1765) puis Gazette d'agriculture, commerce, arts et finances (juillet 1765 - décembre 1766), le Journal de l’agriculture, du commerce et des finances (juillet 1765- novembre 1766) puis Journal de l’agriculture, du commerce, des arts et des finances (juin 1770 - décembre 1774) et les Éphémérides du citoyens1 à partir de 1765. Les recherches agronomiques et réflexions en matière agricole ne sont pas du seul fait des physiocrates. Elles émanent d’agronomes et de publicistes d’horizons variés. Nous proposons ici de nous attacher au seul Journal de l’agriculture qui - avec des variantes de titre - entre 1765 et 1783 (avec une interruption en 1775-1777), diffuse nombre d’articles de membres ou correspondants des Sociétés d’agriculture, ou en recensent les publications. Nous reviendrons préalablement sur les conditions d’émergence et de fonctionnement de ces Sociétés.

3Deux institutions de ces temps résultent alors des volontés du pouvoir politique de s’emparer du vecteur de croissance que constitue la recherche agronomique : les Sociétés royales d’agriculture et le Journal de l’agriculture, du commerce et des finances. La littérature d’ensemble sur les Sociétés reste rare et ancienne : les travaux d’Émile Labiche et d’Émile Justin du début du XXe siècle dominent et restent les principales références. Plus significativement, les études approfondies sur le Journal n’existent tout simplement pas. Le présent article propose d’explorer les liens entre les Sociétés et le Journal afin d’établir l’inventaire des apparitions des Sociétés et de leurs plumes dans le Journal. L’histoire de la création et du développement des Sociétés permet de prendre la mesure de leur empreinte dans le mouvement agronomique français (sections 1 à 3), tandis que leurs membres et correspondants vont diffuser leurs recherches et expérimentations via le Journal (sections 4 et 5).

Création des Sociétés d’agriculture

4Jean Gabriel Montaudouin est issu d’une famille d’armateur nantais ; il dirige l’armement Montaudouin Frères. Il s’intéresse tout particulièrement aux thématiques commerciales, économiques, politiques. En 1756, il présente aux États de Bretagne assemblés à Saint-Brieuc un mémoire appelant à la création d’une société dédiée à l’agriculture, les arts et le commerce en Bretagne (Pontual de la Haie et Gellée de Prémion 1760). L’intendant du commerce Vincent de Gournay appuie le projet. Le médecin et botaniste nantais François Bonamy contribue également à la mise en place de la société. L’inspecteur général du commerce Louis Paul Abeille en sera le premier secrétaire (jusqu'en 1762). Avec Montaudoin, il dirigera les premières publications (Abeille et alii 1760 et 1762).

5Bertin, contrôleur général des finances de Louis XV (1759-1763), puis ministre-secrétaire d’État notamment en charge de l’agriculture et du commerce (1763-1780), œuvre à l’institution des Sociétés d’agriculture à compter de 1760 et aux écoles vétérinaires (à Lyon en 1761 puis Alfort en 1765) (Pédro 2012). Avec les Sociétés royales d’agriculture, qu’il conçoit spécialisées et indépendantes des académies existantes, Bertin souhaite généraliser l’expérience bretonne et doter les intendances d’outils pour améliorer l’agriculture. Il désire réunir en région les principaux agronomes pour encourager une agriculture plus productive. Le contrôleur général promeut notamment les défrichements, la suppression de la jachère, de la vaine pâture et des communaux.

6Bertin procède par circulaires et lettres aux intendants à partir de 1760 (Justin 1935 : 25-34). Il insiste tout particulièrement sur la portée pratique que les travaux des sociétés doivent privilégier. Il invite, au nom du roi, les intendants à s’entourer de personnes éclairées en matière agricole qui, réunies en assemblée à dates fixées, œuvreraient à l’amélioration de l’agriculture. Des intendants s’exécutent rapidement et l’essentiel des Sociétés est créé entre 1761 et 1762. D’autres vont être fondées au cours des années suivantes : à Tours, à Clermont-Ferrand, Orléans, Rouen, Soissons ou encore Paris. En 1762, 14 Sociétés sont déjà créées dans les généralités (voir l’annexe 1).

7À défaut de se doter d’une Société d’agriculture, certaines provinces s’occupent de questions agricoles via d’autres institutions : Bordeaux (association agricole à Lesparre), Champagne (académie), Flandre et Artois (académie), Lorraine (académie de Nancy), Picardie (Académie des belles-lettres, sciences et arts) (Sée 1923 : 1-16). Ici ou là, des résistances se font sentir de la part des académies des arts et belles-lettres en place. Mais la volonté du roi, relayée par Bertin ou son ami de Turbilly, s’impose. En effet, l’agronome Turbilly qui, dans ses terres du Baugeois, défriche, draine et obtient une propriété modèle, fait la promotion du défrichement (Turbilly 1760) et inspire l'arrêt du Conseil du 16 avril 1761, en faveur des défrichements, mais surtout celui du 22 août 1760, invitant les intendants à créer des Sociétés d'agriculture.

8La France est alors organisée en provinces, i. e. circonscriptions militaires, dirigées par des gouverneurs. Le partage civil du territoire est celui des généralités (elles-mêmes divisées en élections) et dirigées par des intendants chargés des questions de police, de commerce, d’industrie et d’agriculture (sur cette institution, voir : Émmanuelli 1981). L’intendant détient également des attributions fiscales. Il est assisté de subdélégués (en charge des élections) et dépend directement du contrôle général et des secrétaires d’État. Les relais pour la création des Sociétés d’agriculture vont assez bien fonctionner dans ce cadre. Par contre, les créations des Sociétés furent bien moins aisées dans les pays d’État dont les intendants avaient pourtant été sollicités au même titre que leurs confrères des pays d’Élection (tableau 1). En effet, dans les pays d’État, l’autorité de l’intendant est partagée avec l’Assemblée et, le plus souvent, les intendants s’en remettent à ces instances pour mettre en place la Société d’agriculture. Ces assemblées se sont parfois contentées de constituer un Bureau d’agriculture en leur sein : en Languedoc et en Bourgogne par exemple.

Tableau 1. La création des sociétés d’agriculture

Arrêt de création

Généralités / Provinces

Sièges des bureaux

Pays d’Élections ou Pays d’États

Avril 1757

Bretagne

Rennes, Vannes, Quimper, Saint-Malo, Dol, Saint-Brieuc, Tréguier, Léon

États

24 février 1761

Touraine

Tours, Angers, Le Mans

Élections

1er mars 1761

Paris

Paris, Meaux, Beauvais, Sens

Élections

12 mai 1761

Limoges

Limoges, Angoulême, Brive

Élections

12 mai 1761

Lyon

Lyon, Montbrison, Saint-Étienne, Roanne, Villefranche

Élections

18 juin 1761

Orléans

Orléans, Blois, Chartres, Montargis

Élections

18 juin 1761

Auvergne

Clermont-Ferrand

Élections

27 juillet 1761

Rouen

Rouen, Évreux

Élections

7 septembre 1761

Soissons

Soissons, Laon

Élections

31 janvier 1762

Alençon

Alençon, Falaise

Élections

31 janvier 1762

Bourges

Bourges

Élections

15 février 1762

Auch

Auch, Saint-Gaudens, Dax

Élections

15 février 1762

La Rochelle

La Rochelle

Élections

21 mars 1762

Montauban

Montauban, Villefranche, Rodez

Élections

25 juillet 1762

Caen

Caen

Élections

4 septembre 1763

Hainaut

Valenciennes, Cambrai

États

20 janvier 1765

Provence

Aix

États

19 mai 1779

Roussillon

Perpignan

États

31 août 1786

Moulins

Moulins

Élections

11 mars 1789

Poitou

Poitiers

Élections

9Simultanément, le pouvoir central se dote d’un Comité des Sociétés d’agriculture pour fédérer les travaux. Ce Comité est composé de huit membres (le contrôleur général Bertin, le ministre Trudaine, l’intendant des finances Barberie de Courteilles, le directeur des Ponts et Chaussées Trudaine de Montigny, Chaudin, l’intendant de Paris Bertier de Sauvigny, Turbilly et le premier commis des finances Parent qui assure le secrétariat). Le Comité est chargé de surveiller les Sociétés et de les conseiller. Ainsi le pouvoir politique stimule et crée l’impulsion initiale.

Fonctionnement des Sociétés d’agriculture

10Les Sociétés vont se multiplier et se constituer avec des statuts généralement calqués sur ceux des deux premières créées : Rennes et Tours. Les sociétés suscitent, encouragent et diffusent les réflexions et les expérimentations techniques, agronomiques pour favoriser le développement agricole. La visée pratique - recommandée par le pouvoir central - dénote une défiance à l’égard des spéculations purement théoriques qui pourraient être l’occasion d’introduire le scepticisme et la critique des philosophes dans les travaux des sociétés. Toutefois, les recherches et les expérimentations ne sont évidemment pas nouvelles. La volonté d’encourager, de partager, de diffuser l’est davantage. Ces Sociétés accueillent essentiellement un public cultivé : des nobles et des ecclésiastiques bien sûr, mais aussi et surtout des administrateurs, des ingénieurs, des agronomes, des techniciens, des avocats, des conseillers, parfois des négociants voire des laboureurs. De grandes figures emblématiques s’en emparent : le botaniste et physicien Duhamel de Monceau, l’agronome Tessier, l’économiste Du Pont ou encore le botaniste et agronome Rozier, tous publicistes.

11Trois niveaux de membres sont perceptibles : les membres du bureau, les associés résidents (qui résident dans la ville du bureau) et les associés correspondants (résidents distants). Les membres du bureau sont généralement cooptés, à l’exemption notable de l’intendant imposé par le roi. Les associés sont imposés par le roi ou élus par le bureau. Ils sont souvent choisis pour leur notoriété, leur influence, leur fortune. Le bureau est dirigé par un directeur élu. Nommé à titre définitif par le bureau, le secrétaire perpétuel est en charge de l’organisation des séances et de la gestion de la correspondance. L’intendant préside les séances en propre ou par l’intermédiaire d’un subdélégué. Celles-ci sont normalement périodiques pour les séances ordinaires. Il existe également des séances extraordinaires publiques pour lesquelles une publicité préalable est faite par voie d’affiches. Elles visent à diffuser les résultats des travaux de la société. Elles sont aussi l’occasion de distribuer des prix et des récompenses. Financièrement, les Sociétés sont souvent assumées par l’intendant, éventuellement sur ses ressources propres. Les villes sièges des bureaux alimentent parfois le budget des Sociétés. Ponctuellement, des secrétaires perpétuels ont dû faire des avances de trésoreries, mais ils étaient ensuite remboursés.

12Les travaux et réflexions des membres et correspondants des Sociétés sont diffusés, échangés, discutés. Ils sont autant de contributions à une science agronomique qui se constitue et recommande la fertilisation des sols à l’aide des labours et du recours au fumier, l’introduction de légumineuses fourragères (luzerne, sainfoin, trèfle) et le développement des prairies artificielles pour l’alimentation animale et, en définitive, celle des hommes. Par ailleurs, la surexploitation du bois (pour le chauffage, la métallurgie, la marine et bien d’autres activités manufacturières ou artisanales) amène des agronomes et des spécialistes (Duhamel du Monceau ou Varenne de Fenille) à rechercher des solutions, à introduire de nouvelles essences, à concevoir des pratiques sylvicoles rationalisées, etc.

13En fait, les principales questions (Labiche 1908) qui préoccupent les Sociétés appartiennent à quatre domaines principaux : les améliorations agricoles (défrichements, assèchements, fertilisation des sols, perfectionnement de l’outillage, protection des bois, lutte contre les fléaux agricoles), les nouvelles cultures et élevage (pomme de terre, rave, betterave, garance, mûrier, chanvre, riz, fruits, miel, prairies artificielles, plantes américaines - tomate, haricot, maïs - ), l’enseignement et l’hygiène (vulgarisation des études, enseignement agricole, diffusion de principes d’hygiène) et les questions fiscales et administratives (fiscalité, administration, voies de communication).

  • 2 Sur ces écoles et les premières cohortes d’étudiants à Alfort, voir Gaitan 2016, et pour l’école de (...)
  • 3 Pour une bibliographie classique : Musset-Pathay 1991. Voir aussi la bibliographie critique établie (...)

14Les enseignements agronomiques se multiplient, notamment avec la création des écoles vétérinaires2. Surtout, la littérature agronomique connaît un véritable élan éditorial (les bibliographies agronomiques dressées par Musset-Pathay et celle établie par Bourde3 en donnent une éloquente idée). Des titres de référence sont publiés, comme le Cours complet d’agriculture de l’abbé Rozier (Rozier 1781-1789), ainsi que des périodiques comme le Journal de l’agriculture.

  • 4 « September 1st. [1788] To Combourg, the country has a savage aspect; husbandry not much further ad (...)

15Cependant, à l’époque de l’avènement de Louis XVI, l’agriculture française, même si elle est globalement prospère, reste sous-équipée, mal-adaptée : c’est une culture de subsistance bien souvent archaïque. Les progrès peinent à se diffuser, les résistances et les incompréhensions sont puissantes. Les expérimentations d’agronomes avertis restent difficiles à diffuser, à faire accepter et à généraliser. Arthur Young note d’ailleurs : « 1er septembre [1788] Jusqu'à Combourg, le pays a un aspect sauvage ; la culture n'est pas plus avancée, au moins pour le savoir-faire, que chez les Hurons, ce qui paraît incroyable au milieu des enclos4 » (Young 1792 : 83).

Évolution des Sociétés d’agriculture

16Malgré les efforts déployés par les Sociétés avec le recueil d’observations des praticiens, les enquêtes conduites, les réflexions, les propositions, l’émulation provoquée par les prix et concours, etc., leurs impacts sur les pratiques courantes et les niveaux de productions sont extrêmement modestes. Les membres sont de moins en moins actifs, de même que les sociétés. Sans doute les préoccupations du public cultivé se portent-elles vers d’autres thématiques au cours des années 1780…

  • 5 Pour une étude d’ensemble de cette société : Laurencin 2010.

17Quelques Sociétés connaissent plus d’activités et de visibilités par les travaux ou le soutien de quelques figures d’envergure : Abeille en Bretagne, Turgot dans le Limousin, Mégret d’Etigny à Auch. Mais la majeure partie d’entre-elles tombent rapidement en sommeil ou se consacrent à des sujets assez éloignés des questions agricoles. D’autres n’existent plus que par l’activité de leur secrétaire. Le ministère mène une enquête d’ensemble sur les Sociétés d’agriculture en 1788 : il apparaît alors que des bureaux ne se sont jamais réunis ou bien très épisodiquement. Les rares Sociétés à être véritablement restées actives sont celles de Lyon, de Tours5, d’Alençon et de Limoges. À la veille de la Révolution, le pouvoir tente d’en ranimer quelques-unes (par exemple celle de Paris), notamment pour servir d’auxiliaires aux nouvelles assemblées provinciales.

18Dans les années 1780, le pouvoir royal, pour stimuler l’ensemble des Sociétés, souhaite transformer la Société de Paris, qui n’était qu’une Société parmi d’autres, en un organe centralisateur capable d’orienter, de suivre et de diffuser les travaux des Sociétés provinciales. Il est envisagé de la doter d’un budget suffisamment élevé pour financer des expérimentations concrètes. Cet organe aurait aussi comme prérogative de donner son approbation et sa sanction aux mémoires des sociétés provinciales. En effet, il est difficile de susciter des progrès exclusivement agricoles ; les réflexions publiées mettent bien en évidence que les dépendances à l’égard de l’économique et du politique appellent des évolutions plus larges. Si le pouvoir politique, avec Bertin et Trudaine, a initié le mouvement de création des Sociétés d’agriculture, leurs successeurs vont s’en méfier et rester prudents à l’égard de ces foyers d’appel à la réforme et rechercher leur contrôle. Le roi donne des lettres patentes en ce sens le 3 septembre 1784. Cependant, le 5 décembre 1784, le Parlement refuse leur enregistrement.

19Le principal argument est que les académies existantes (même actives et utiles) n’ont jamais été validées par le Parlement. L’institution refuse donc de donner sa caution à une institution qui est loin d’avoir démontré son utilité. Le roi entend l’argument et retire ses lettres patentes (Passy 1912 : 155-189). Cependant, le rigoureux hiver 1784-1785 et la terrible disette de 1785 appellent des mesures. Un Comité d’agriculture est créé auprès du ministre des Finances avec des personnalités éclairées recrutées dans la Société d’agriculture de Paris. Ce comité est chargé d’orienter la décision publique en matière d’économie rurale. En 1787-1788, le projet de réorganisation de la Société de Paris est réactivé et mené à son terme. L’entité est établie par un règlement en date du 30 mai 1788 comme centre de correspondance de toutes les Sociétés d’agriculture. Le comité consultatif créé en 1785 devient une simple sous-section de la nouvelle Société royale centrale. Le comité comprend huit membres : le botaniste, agronome et métallurgiste Tillet, le chimiste et philosophe Lavoisier, les administrateurs Jean Laurent Lefebvre et Michel François Dailly, Du Pont, le physicien, géologue et géographe Desmarest, le naturaliste Broussonet et l’horticulteur-paysagiste André Thouin.

  • 6 Par un décret du 8 août 1793, la Convention supprime toutes les académies, parmi lesquelles il faut (...)

20Les études de la Société royale sont interrompues au début de la Révolution mais elles reprennent par la suite. Toutefois, en 1793, la Convention ordonne la suppression de toutes les Sociétés d’agriculture encore existantes6. À cette date, la plupart sont inactives depuis de nombreuses années.

21Globalement, les progrès agricoles et l’augmentation des productions ou même des rendements sont l’objet de nombreux débats depuis plusieurs décennies. Un taux de croissance annuel moyen de 0,4 % de la production agricole peut être retenu pour la période 1750-1780 (pour une croissance démographique annuelle de 0,35 %). Il convient donc d’atténuer l’idée longtemps admise d’une révolution agricole en France à cette époque (pour une introduction à ces débats : Daudin 2011 : 24-26) et privilégier une approche en termes de progrès parfois lents, mais souvent éloignés de toutes notions de rupture.

Le Journal de l’agriculture

22Les journaux d’agriculture sont peu nombreux à l’époque des Sociétés royales d’agriculture :

  • le Journal économique (1751-1772) qui ne couvre que les premières années d’existence des Sociétés d’agriculture ;

  • les Éphémérides économiques (1765-1772), puis Nouvelles Éphémérides économiques (1774-1776 et 1788) qui en couvrent une partie plus importante et deviennent très rapidement l’organe de presse des physiocrates ;

  • la Bibliothèque physico-économique (1782-1826) qui, à l’inverse, ne couvre que les dernières années des Sociétés d’agriculture ;

  • la Feuille d'agriculture et d'économie rurale à l'usage des proprietaires, fermiers, cultivateurs et habitans des campagnes puis Feuille des cultivateurs (1790-1795) couvrant les ultimes années d’existence des Sociétés d’agriculture encore actives ;

  • la Gazette du commerce et surtout son supplément : Journal de l’agriculture (1765-1783) qui couvrent la période de plus forte activité des Sociétés d’agriculture.

  • 7 Journal de l’agriculture, du commerce et des finances (de juillet 1765 à décembre 1768), Journal de (...)

23C’est ce dernier périodique que nous retenons pour cette étude, du fait de la relative adéquation des dates et surtout de l’importance en volume de ce titre de presse. Le Journal de l’agriculture avec ses évolutions de titres paraît entre juillet 1765 et décembre 1774, puis entre janvier 1778 et décembre 17837 : cela représente 187 volumes en tout (la livraison de septembre 1765 comprend deux volumes) auxquels s’ajoutent deux suppléments en novembre 1765 et août 1768. L’ensemble constitue un corpus de près de 33 000 pages. Le Journal est défini comme supplément mensuel à la Gazette du commerce (dont le titre évoluera également à plusieurs reprises), bi-hebdomadaire publié entre 1763 et 1783. Les deux titres sont complémentaires : l’exposition des faits aux 8 pages bi-hebdomadaire de la Gazette et les vues générales et l’étude des principes aux volumes du Journal (Prospectus 1765 : 7). Le contrôleur général des finances L'Averdy soutient et encourage cette nouvelle publication (Prospectus 1765 : 4). Les Sociétés d’agriculture sont appelées à collaborer avec elle.

  • 8 Pour en savoir plus sur « l’affaire de Bretagne » : Daireaux et alii 2009.

24Dirigé par Du Pont, sans doute soutenu par Trudaine, le Journal devient rapidement, à partir de septembre 1765, l’organe des physiocrates avec de nombreuses publications de leur chef de file, François Quesnay, mais également d’autres plumes représentatives de cette école de pensée : Abeille, Le Trosne, Lemercier de la Rivière, le marquis de Mirabeau ou encore Saint-Péravy. La ligne éditoriale physiocrate conduite par Du Pont est vivement attaquée par les partisans de la réglementation, Forbonnais en tête. Dans la tourmente de l’affaire autour du procureur général du Parlement de Bretagne La Chalotais qui prend la tête d’une résistance fiscale8, Du Pont, qui se range du côté de La Chalotais, est congédié (après le volume de novembre 1766) par les propriétaires du Journal. Le titre passe alors aux mains des anti-physiocrates avec de nombreuses insertions des écrits de Forbonnais. La ligne éditoriale s’inverse à nouveau entre juin 1770 et décembre 1774, avec la direction de l’abbé Roubaud, favorable aux physiocrates. Après une interruption de trois années, la publication reprend de janvier 1778 à décembre 1781 avec l’historien Ameilhon puis, jusqu’à la fin du Journal (décembre 1783), avec l’abbé de Fontenai : le Journal est alors moins partisan et le lectorat semble s’affaisser.

25Au-delà de ces évolutions dans les débats théoriques et politiques, le Journal accueille abondamment les sujets agricoles, agronomiques. En voici quelques témoignages avec des suites d’articles significatives de la variété des sujets traités :

« De la grande et de la petite culture » : 7 articles entre septembre 1765 et août 1767 ;

« Des bois » : 3 articles (avril 1773 / juin 1773) ;

« Essai sur les plaies des animaux » : 6 articles (avril-1780 / novembre 1780) ;

« Expériences et observations sur l’éducation économique des abeilles » : 21 articles (mars 1768 / août 1774) ;

« L’art de faire le vin » : 4 articles (septembre 1769 / avril 1772) ;

« Mémoire sur la culture du chou-rave et sur la manière d’en tirer de bonne huile » : 2 articles (avril-mai 1772) ;

« Mémoire sur la qualité et sur l’emploi des engrais » : 2 articles (juillet-août 1767) ;

« Principes de la fécondité des terres » : 4 articles (octobre 1765 / octobre 1767) ;

« Observations météorologiques » : 17 articles (mai 1771 / décembre 1783) ;

« Vers à soie » : 8 articles (février 1767 / octobre 1768).

26Les auteurs publiés ne sont pas que des théoriciens (Quesnay par exemple) et des prosélytes (Du Pont), des débatteurs économiques (Mirabeau) et/ou politiques (Trudaine). Les plumes sont souvent celles de purs techniciens (Gabriel Jars), d’expérimentateurs (Maupin), c’est-à-dire de passionnés des choses agricoles au sens le plus général : des agronomes (Malo), des apothicaires (Parmentier), des botanistes (Rozier), des chirurgiens (Hecquet), des ingénieurs (Pingeron), des juristes (François Prévost), des médecins (Buc’hoz), des naturalistes (Boissier de Sauvages), des négociants (Briansiaux de Milleville), des physiciens (Rigaud), etc.

27La publication constitue ainsi une vitrine des études et réflexions du temps, notamment en matière agronomique ; c’est ainsi qu’on y rencontre les travaux (et leurs auteurs) des Sociétés d’agriculture.

Le Journal de l’agriculture et les Sociétés d’agriculture

  • 9 Auxquelles il faut retrancher 5 références à une « Société d'agriculture de Valence » (1772-VIII-53 (...)

28L’ensemble de la publication, pendant 15 ans et demi, comporte plus de 1 600 articles et suites d’articles, mais on ne recense que 205 références aux Sociétés d’agriculture9 avec 52 noms identifiés de membres, correspondants ou contributeurs de ces Sociétés (voir l’annexe 1). Le tableau 2 récapitule les affiliations de ces auteurs aux diverses Sociétés d’agriculture et permet d’isoler les Sociétés restées sans activités éditoriales pour le Journal de l’agriculture, qui pour l’essentiel sont également celles restées inactives par ailleurs (Labiche 1908 : 65-84) : près du tiers d’entre-elles (6 sur 20 : Auvergne, Montauban, Moulins, Poitou, Provence et Roussillon). À l’inverse, les plus invoquées (par les auteurs concernés ou pour les travaux exposés) sont les Sociétés de la Touraine (avec 47 mentions), Limoges (29), Paris (21), Soissons (17) et Lyon (12) (tableau 2).

Tableau 2. Les sociétés identifiées dans le Journal d’agriculture

Sociétés

Mentions dans le JDA

Membres, correspondants, contributeurs identifiés

Touraine

47

Berthelot du Paty, Bertrand de la Chesnay, Cabanis de Salagnac, Cotelle, Faribault Desforges, Gros, Livré, Paligny de la Soviniere, Pelée de Saint-Maurice, Prévost, Rivault, Rogue, Rolland, Vétillart du Ribert

Limoges

29

Aubusson de La Feuillade, Cabanis de Salagnac, Munier, Treilhard,

Paris

21

Brisson, Butré, Duhamel du Monceau, Du Pont, Nolin, Pelée de Saint-Maurice, Saint-Péravy, Sarcey de Sutières, Vilin,

Soissons

17

Augier du Fot, Du Pont, Gouge, Pelée de Saint-Maurice, Piolenc, Poiret, Rigaud de l’Isle, Robin de Scévole, Thierriat

Lyon

12

Brisson, Poivre, Thomé

Orléans

9

Bigot de la Touanne, Du Pont, La Taille des Essarts, Le Trosne

Rouen

8

Dambourney, Godefroy de Boisjugan, Jore, Meslé de la Bretêche, Mustel

Bretagne

7

Georgelin de Cosquer, Faiguet de Villeneuve

Caen

6

Godefroy de Boisjugan, Meslé de la Bretêche

Alençon

5

Colombet, Guerrier

Bourges

5

Marcandier, Palerne de Savy

Auch

3

Candeloup, Le Gentil

La Rochelle

3

Fontanes

Provence

2

Hainaut

1

Le Tombe

Auvergne

0

Montauban

0

Roussillon

0

Moulins

0

Poitou

0

29Les principaux sujets explicitement en relation avec les Sociétés d’agriculture portent sur les aménagements et la préparation des sols (assèchements, défrichements, brûlis, terres végétatives, marnes, labours, engrais, ensemencements, fertilisation, etc.), les animaux (chevaux, bœufs, bêtes à laine, abeilles, chiens, taupes, charançons, vers, élevage, épizooties, etc.), les végétaux (arbres, grains, safran, mûrier blanc, vigne, pomme de terre, lin, garance, riz, melon, coton, ortie, ergot, etc.), l’agriculture (cultivateurs, cultures, outils, greniers, sociétés économiques, publications, prix, etc.), la fiscalité et les finances (impôts, droits, rentes, cessions, faillites, banqueroutes, financements, prix), les poids et les mesures (poids, mesures, arpentages) ou encore, la population, la mendicité, les chemins, la navigation, les minéraux, etc. En marge, le lecteur peut remarquer quelques rares contributions plus théoriques et plus porteuses de controverses consacrées à la cherté, la concurrence, la physiocratie ou encore l’utilité des discussions économiques.

30Il est nécessaire d’isoler les principaux cas de mentions d’une ou de plusieurs Sociétés d’agriculture dans le Journal :

  • Un auteur se réclame d’une ou de plusieurs Sociétés mais il s’agit généralement d’exprimer sa légitimité à intervenir dans le débat public sur des sujets pouvant être très spécialisés. Cette légitimité peut être d’autant plus soutenue que les affiliations sont multiples. Ainsi, Du Pont s’affiche membre de la Société d’agriculture de Soissons, de la Société d’agriculture d’Orléans et de la Société d'agriculture de Limoges. Ce contributeur intervient bien plus comme membre du cercle des Économistes (les physiocrates) que comme porteur et diffuseur des travaux particuliers des Sociétés dont il se réclame ;

  • Un auteur se réclame d’une Société particulière pour légitimer sa capacité à restituer des observations et réflexions sur des sujets liés au territoire invoqué ; ainsi Candeloup – membre de la Société d’agriculture d’Auch au bureau de Dax – écrit sur les moutons notamment en Basse-Navarre et en Béarn dans le Journal de mars 1767 ;

  • Un auteur peut aussi choisir de rester anonyme mais de légitimer sa capacité à traiter d’un sujet en invoquant son appartenance à une Société royale d’Agriculture : en janvier 1768 sont publiées les « Observations de M.*** Membre de la Société Royale d’Agriculture de *** ». Dans ce cas, l’auteur multiplie les efforts avec cette mention imprécise, mais également dans le corps de son article, pour éliminer toute indication de lieu qui pourrait permettre de le démasquer ;

  • Une Société est explicitement indiquée car elle est directement concernée par l’article ; c’est ainsi le cas lorsqu’il s’agit de traiter des prix proposés / décernés par ladite Société ; ainsi en mars 1780 a-t-on un « Extrait du Mémoire qui a remporté le prix proposé par la Société Royale d'Agriculture de Limoges » ;

  • Les Sociétés peuvent encore être citées en général dans un article particulier ainsi dans l’« Avis » publié en juin 1770 ; etc.

31L’invocation des Sociétés royales d’agriculture permet ainsi, dans de nombreux cas, de légitimer la capacité d’intervention d’un auteur ou d’un correspondant, mais également de rendre simplement compte de travaux ancrés dans le local et dans le champ d’intervention de ces Sociétés. À l’inverse, ces citations offrent aux sociétés une visibilité d’ampleur au plan national et européen en fonction de la diffusion et du lectorat du Journal. Cette dernière dimension doit cependant être minorée car, nous l’avons indiqué, il s’agit de 205 mentions des Sociétés dans un corpus de 1 600 articles et suites d’articles. Il faut ajouter avec Labiche (Labiche 1908 : chapitre IV) et Justin (Justin 1935 : 131-134 et 253-261) que l’activité des Sociétés s’est concentrée sur un petit nombre d’entre-elles et sur des périodes d’activité relativement brèves (de quelques mois à quelques années seulement) et souvent portées par un petit nombre de membres actifs. Sans doute les Sociétés auraient-elles dû mobiliser leurs plumes et les réseaux pour diffuser plus intensivement leurs travaux au-delà de leurs séances publiques en sollicitant plus les périodiques – essentiellement le Journal pour les motifs invoqués en amont – publiant en matière agricole et agronomique. En retour, les Sociétés auraient sans doute suscité plus de travaux et de réflexions.

32Ainsi, les apparitions des membres, correspondants ou contributeurs des Sociétés d’agriculture dans les pages du Journal de l’agriculture confirment globalement le respect de la demande de Bertin de privilégier la portée pratique des travaux des Sociétés et les méfiances ultérieures à l’égard des spéculations théoriques susceptibles d’inviter les contenus politiques dans les débats agricoles. Ces deux institutions témoignent pour cette époque de la densité des observations, études, théorisations et parfois spéculations à portée agronomique. Nous avons dressé un double panorama des Sociétés et du Journal pour dégager les points de contacts entre eux, mais ces points manquent de surface. En effet, les évocations des Sociétés dans le Journal restent souvent formelles tandis que la capacité de diffusion via le Journal reste largement sous-utilisée. Terminons en appelant de nos vœux une nouvelle étude d’ensemble des activités des Sociétés royales d’agriculture pour compléter et relire les apports anciens des monographies du début du XXe siècle, seules disponibles à ce jour.

Haut de page

Bibliographie

ABEILLE Louis Paul, MONTAUDOUIN DE LA TOUCHE Jean-Gabriel et alii, Corps d'observations de la société d'agriculture, de Commerce et des Arts, établie par les états de Bretagne. Années 1757 et 1758, Rennes, Vatar, 1760

ABEILLE Louis Paul, MONTAUDOUIN DE LA TOUCHE Jean-Gabriel et alii, Corps d'observations de la société d'agriculture, de Commerce et des Arts, établie par les états de Bretagne. Années 1759 et 1760, Paris, Brunet, 1762

BOST Jack, Lyon, berceau des sciences vétérinaires, Lyon, Éditions lyonnaises d'art et d'histoire, (1992) 2002

BOURDE André Jean, Agronomie et agronomes en France au XVIIIe siècle, 3 vol., Paris, SEVPEN, 1967

DAIREAUX Luc, BOURQUIN Laurent, HAMON Philippe et AUBERT Gauthier, L'Affaire de Bretagne vue à travers les publications imprimées (1764-1769), Rennes, CERHIO-UMR CNRS 6258, 2009 ; https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00391106/

DAUDIN Guillaume, Commerce et prospérité : La France au XVIIIe siècle, 2e édition, 2011 ; http://g.d.daudin.free.fr/Page_Web_de_Guillaume_Daudin/Publications_files/Daudin%20-%20Commerce%20et%20Prospe%CC%81rite%CC%81%202e%20e%CC%81dition%20-%202011.pdf

ÉMMANUELLI François-Xavier, Un mythe de l’absolutisme bourbonien : l’intendance, du milieu du XVIIe siècle à la fin du XVIIIe siècle, Paris, Champion, 1981

GAITAN Laura Caroline, Les premiers élèves de l’école vétérinaire d’Alfort (1766-1796), thèse pour le doctorat vétérinaire, Faculté de médecine de Créteil, 2016 ; http://theses.vet-alfort.fr/telecharger.php?id=2020

GAUTIER Pierre, « L’École d’artillerie et la société académique et patriotique de Valence », Les papiers d’ACA-RES, Brefs historiques, mis en ligne en septembre 2018 ; https://acares.hypotheses.org/les-papiers-daca-res/bref-historique

HERENCIA Bernard, Les Éphémérides du citoyen et les Nouvelles Éphémérides économiques (1765-1788). Documents et table complète, Ferney-Voltaire, Centre international d’étude du XVIIIe siècle, 2014

Journal d’agriculture, commerce, finances et arts (1782-1783), Bibliothèque nationale de France, MFICHE S-19560-19583

Journal de l’agriculture, du commerce et des finances (1765-1768), Bibliothèque nationale de France, MFICHE S-19421-19463

Journal de l’agriculture, du commerce, des arts et des finances (1769-1774 et 1780-1781), Bibliothèque nationale de France, MFICHE S-19464-19535 et S-19536-19559

Journal de l’agriculture, du commerce, des arts et des finances (1778-1779), Bibliothèque d'histoire des sciences - Cité des sciences et de l'industrie, cote : 8° M 1025 C

JUSTIN Émile, Les sociétés royales d’agriculture au XVIIIe siècle (1757-1793), Saint-Lô, s. n., 1935

LABICHE Émile, Les sociétés d’agriculture au XVIIIe siècle, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence, 1908

LAURENCIN Michel, « La société d’agriculture, sciences, art et belles-lettres du département d’Indre-et-Loire : du siècle des Lumières à l’époque contemporaine », Mémoires de l’Académie des sciences, Arts et Belles-lettres de Touraine, t. 23, 2010, pp. 91-123

MUSSET-PATHAY Victor Donatien de, Bibliographie agronomique ou dictionnaire raisonné des ouvrages sur l'économie rurale et domestique et sur l'art vétérinaire (1810), Paris, Institut national agronomique Paris-Grignon, 1991

PASSY Louis, Histoire de la Société nationale d'agriculture de France, t. 1, Paris, Renouard, 1912

PÉDRO Georges, « Henri-Léonard Bertin et le développement de l’agriculture au siècle des Lumières », Comptes Rendus de l’Académie des sciences. Biologies, vol. 335, n° 5, mai 2012, p. 325-333

PONTUAL DE LA HAIE Armand François de, GELLÉE DE PRÉMION Jean-Baptiste, « Du Vendredi 28 Janvier 1757 », in ABEILLE Louis Paul, MONTTAUDOUIN DE LA TOUCHE Jean Gabriel et alii, Corps d'observations de la société d'agriculture, de Commerce et des Arts, établie par les états de Bretagne. Années 1757 et 1758, Rennes, Vatar, 1760, xxxviii-38-384-[8] p., p. 2-7

Prospectus. Gazette d'agriculture, du commerce et de finance, Paris, Knapen, 24 avril 1765

ROZIER François, Cours complet d'agriculture Théorique, Pratique, Économique, et de Médecine Rurale et Vétérinaire, suivi d’une Méthode pour étudier l’Agriculture par Principes ; ou Dictionnaire universel d’agriculture, 8 t., Paris, rue et hôtel Serpente, 1781-1789

SÉE Henri, « Les sociétés d’agriculture, leur rôle à la fin de l’Ancien-Régime », Annales révolutionnaires, t. 15, n° 1, 1923, p. 1-16

TURBILLY Louis François, MENON Henri de, Mémoire sur les défrichements, Paris, D'Houry, 1760

YOUNG Arthur, Travels, during The Years 1787, 1788, and 1789. Undertaken more particularly with a View of ascertaining the cultivation, wealth, resources, and national prosperity of the kingdom of France, Bury Saint Edmunds, Rackham and Richardson, 1792

Haut de page

Annexe

Annexe 1. Les Sociétés d’agriculture dans le Journal d’agriculture

Les renvois sont ainsi formés : ANNEE-VOLUME-PAGE

(le numéro de page est celui de la première de l’article ou de la suite d’articles concernés)

Les noms entre parenthèses sont ceux des membres, correspondants ou contributeurs des Sociétés d’agriculture mentionnés

Bureaux d’agriculture (Les) : 1768-II-145, 1768-IV-61, 1768-VI-81, 1768-I-53, 1768-IV-61, 1771-II-79

Société d’… : 1778-III-99

Société d’agriculture10 (La) : 1768-VI-107

Sociétés d’agriculture (Les) : 1765-VII-45, 1765-IX-II-101, 1765-IX-II-138, 1765-X-130, 1766-IX-3, 1766-IX-45, 1767-III-68, 1767-V-51, 1765-IX/II-138, 1767-V-64, 1767-VII-33, 1767-IX-41, 1767-VI-116, 1769-I-114, 1769-VII-53, 1769-X-17, 1770-VI-3, 1770-X-59, 1771-I-104, 1771-VII-3, 1771-XI-3, 1771-XII-125, 1772-II-150, 1772-XI-163, 1780-VIII-121, 1781-XII-3, 1783-III-3

Société d'agriculture d’Aix : 1774-IX-102, 1782-XII-115

Société d'agriculture d’Alençon : 1766-VII-136, 1767-I-3 (Guerrier l’aîné), 1769-X-17 (Colombet), 1781-V-172, 1782-VI-97

Société d’agriculture d’Auch : 1781-XI-133 (Le Gentil), 1783-VIII-36

Société d’agriculture d’Auch, Bureau de Dax : 1767-III-41 (Candeloup)

Société d’agriculture de Bretagne : 1767-III-68 (Faiguet), 1770-VII-21, 1772-I-177 (Georgelin de Cosquer), 1772-I-190 (Georgelin de Cosquer), 1782-X-82, 1783-XI-3

Société d’agriculture de Bretagne, Bureau de Rennes : 1783-XI-3

Société d'agriculture de Bourges : 1766-V-147 (Lettre adressée par Palerne), 1766-V-178 (Marcandier), 1767-X-162 (Marcandier), 1767-VII-33 (Marcandier), 1773-VIII-3

Société d’agriculture de Caen : 1766-XII-20 (Meslé), 1767-I-65(Meslé), 1768-V-111 (M. L…), 1771-VIII-146 (Godefroy de Boisjugan), 1781-V-172, 1782-VI-97

Société d’agriculture de La Rochelle : 1765-VII-1 (Fontanes), 1767-XII-111 (Fontanes), 1778-II-119

Société d'agriculture de Limoges, Bureau d’Angoulême : 1768-IX-93 (Munier), 1769-II-43 (Munier), 1774-III-155 (Munier)

Société d'agriculture de Limoges, Bureau de Brive : 1767-VII-33, 1767-VII-88, 1767-VII-67, 1767-IX-62 (M. Ca. [Cabanis de Salagnac]), 1767-X-37 (M. Cab. [Cabanis de Salagnac]), 1768-XII-140, 1769-I-114 (M.****), 1769-VIII-41 (Treilhard), 1769-IX-176, 1771-IV-141 (…), 1772-III-73 (M***), 1773-VIII-142 (p. A. Vicomte D***)

Société d'agriculture de *** [Limoges, Bureau de Brive11] : 1768-I-53

Société d'agriculture de Limoges : 1768-IX-114 (St Péravy), 1770-IX-187 (Du Pont), 1771-VII-164, 1771-XI-3, 1772-IV-112, 1772-VII-130, 1774-III-155, 1779-X-116 (Munier), 1779-XI-73 (Munier), 1780-III-104, 1781-XI-173 (Munier), 1783-I-142 (Cabanis de Salagnac), 1783-XI-13

Société d'agriculture de Lyon : 1766-VII-3 (Poivre), 1767-IV-64 (M. TH. [Thomé]12), 1767-V-92 (M. TH. [Thomé]13), 1770-XII-151 (Brisson), 1771-IV-3, 1773-II-122, 1774-XII-20 (Thomé), 1781-V-172, 1782-III-56, 1782-VI-97, 1783-X-135

Société d'agriculture de Lyon, Bureau de Montbrison : 1771-III-139

Société d’agriculture de Metz (projet) : 1770-I-49

Société d’agriculture d’Orléans : 1765-VII-45 (Le Trosne), 1765-IX/II-101(Le Trosne), 1766-VII-3(Le Trosne), 1766-XI-107 (BDLT [Bigot de la Touanne]), 1766-XI-194 (Du Pont), 1766-XII-78 (De la Taille des Essarts), 1767-X-180 (Du Pont), 1768-I-180 (Du Pont), 1770-IX-187 (Du Pont)

Société d'agriculture de Paris : 1766-V-147, 1766-VIII-43, 1766-IX-3 (Butré), 1767-III-52 (Pelée St Maurice), 1767-V-51 (Nolin), 1767-VII-33, 1767-VIII-3, 1768-X-3, 1768-XI-55, 1768-XI-79 (M. ***), 1769-X-17, 1771-I-104 (Sarcey de Sutières), 1772-II-139, 1780-III-84 (Duhamel), 1781-V-172, 1782-VI-97

Société d'agriculture de Paris, Bureau de Beauvais : 1770-XII-151 (Brisson), 1774-X-175 (Vilin), 1774-XII-132 (Vilin), 1783-III-23

Société d'agriculture de Paris, Bureau de Sens : 1767-III-52 (Pelée de St Maurice)

Société d'agriculture de Rouen : 1767-VII-103 (Mustel), 1768-V-111 (M. B. R. [Meslé de la Bretêche]), 1769-IV-63 (Jore), 1771-VI-59 (Dambourney), 1771-VIII-146 (Godefroy de Boisjugan), 1781-V-172, 1781-XII-3 (Mustel), 1782-VI-97

Société d’agriculture de Soissons : 1765-X-130 (Thierriat), 1766-XI-194 (Du Pont), 1767-III-52 (Pellé St Maurice), 1767-X-180 (Du Pont), 1768-I-180 (Du Pont), 1770-IX-187 (Du Pont), 1771-VI-21, 1781-V-172, 1782-VI-97

Société d’agriculture de Soissons, Bureau de Laon : 1765-X-130 (Thierriat), 1770-XI-25 (Gouge), 1771-IV-74 (M. D…), 1771-VI-21 (Gouge), 1771-VI-21 (Poiret), 1772-I-70 (Gouge), 1772-III-39 (Rigaud de l’Isle), 1773-I-79 (M. le prieur de Saint Gille [Piolenc] et Robin de Scévole), 1773-III-57 (Augier du Fot)

Société d’agriculture de Tours : 1767-III-52 (Pellé St Maurice), 1767-XII-121, 1781-V-172, 1782-VI-97

Société d’agriculture de Tours, Bureau d’Angers : 1766-V-163, 1766-VI-129, 1767-II-37 (Berthelot du Paty), 1767-VI-45 (Rolland), 1767-VII-33, 1767-IX-62 (M. Cab. [Cabanis de Salagnac]), 1769-V-96 (Cotelle), 1769-VII-53 (Prévost), 1769-IX-73, 1769-X-3 (Cotelle), 1770-III-69 (Rogue), 1770-IV-58 (Rogue), 1770-V-88 (Rogue), 1770-VI-60 (Rogue), 1770-IX-96 (Rogue), 1770-X-117 (Rogue), 1771-II-61 (Rogue), 1771-II-80 (Rogue), 1771-IV-61 (Paligny de la Soviniere), 1771-IV-87 (Rogue), 1771-IV-108 (Rogue), 1771-V-42 (Rogue), 1771-VI-177 (M. B.D.L.C. [Bertrand de la Chesnay] ), 1778-II-176 (Rogue)

Société d’agriculture de Tours, Bureau du Mans : 1767-XII-121, 1768-VI-34, 1768-VI-107, 1768-VII-68 (Gros), 1769-II-3, 1769-VII-3, 1769-XI-3 (Rivault), 1770-VIII-53, 1770-X-68 (Vétillart), 1770-XI-41, 1770-XII-51 (Vétillart), 1770-XII-64, 1771-I-134, 1771-II-79, 1771-VI-84, 1772-VII-77 (Livré), 1773-II-78, 1773-XII-71 (Faribault Desforges), 1774-I-84

Société royale d'agriculture de Valenciennes : 1765-XII-123 (Le Tombe a transmis un mémoire)

Annexe 2. Les auteurs des Sociétés d’agriculture dans le Journal d’agriculture (membres, correspondants ou contributeurs)

Aubusson de La Feuillade, Pierre Arnaud d’(1717-1797 ; publiciste français) : membre de la Société royale d'agriculture de la Généralité de Limoges

Augier du Fot, Anne Amable (1733-1775 ; médecin français)

BDLT : voir Bigot de la Touanne

Berthelot du Paty, Pierre (17..-1773 ; botaniste et médecin français) : membre de la Société d’agriculture de Tours, Bureau d’Angers

Bertrand de la Chesnay, ? (XVIIIe siècle ; receveur de grenier à sel français) : membre associé de la Société d’agriculture de Touraine, Bureau d’Angers

Bigot de la Touanne, Claude Pierre (1729-1771 ; publiciste français) : membre de la Société d’agriculture d’Orléans

Brisson, Mathurin Jacques (1723-1806 ; naturaliste et physicien français) : membre de la Société d'agriculture de Paris, Bureau de Beauvais et de la Société d'agriculture de Lyon, Bureau de Lyon

Butré, Charles Richard de (1725-1805 ; agronome et économiste français) : Société d'agriculture de Paris, Bureau de Paris

Cabanis de Salagnac, Jean-Baptiste (1725-1786 ; avocat et agronome français) : membre de la Société d'agriculture de Limoges, Bureau de Brive

Candeloup, Jacques Clément de (1715-1782 ; militaire et publiciste français) : membre de la Société d’agriculture d’Auch, Bureau de Dax

Colombet, Louis Jean (XVIIIe siècle ; ecclésiastique et agronome français) : membre de la Société d'agriculture d’Alençon, Bureau d’Alençon

Cotelle, François (1721-1777 ; ecclésiastique et homme de lettres français) : secrétaire perpétuel de la Société d’agriculture de Tours, Bureau d’Angers

Dambourney, Louis Alexandre (1722-1795 ; botaniste français) : membre de la Société d'agriculture de Rouen, Bureau de Rouen

Du Pont, Pierre Samuel (1763-1817 ; économiste et journaliste français) : membre de la Société d’agriculture de Soissons, de la Société d’agriculture d’Orléans et de la Société d'agriculture de Limoges

Duhamel du Monceau, Henri Louis (1700-1782 ; physicien et botaniste français) : membre de la Société d'agriculture de Paris, Bureau de Paris et de la Société d'agriculture d’Alençon 

Faiguet de Villeneuve, Joachim (1703-1781 ; trésorier de France, encyclopédiste français) : membre de la Société d’agriculture de Bretagne 

Faribault Desforges, ? (XVIIIe siècle ; notaire français) : membre de la Société d’agriculture de Tours, Bureau du Mans

Fontanes, Pierre Marcellin (1719-1774 ; inspecteur des manufactures français) : membre de la Société d’agriculture de La Rochelle 

Georgelin de Cosquer, Barthélémy (1740-1797 ; sénéchal et publiciste français) : membre de la Société d’agriculture de Bretagne 

Godefroy de Boisjugan, Louis Hervé de (1718-1788 ; naturaliste français) : membre de la Société d’agriculture de Caen et de la Société d'agriculture de Rouen

Gouge de Cessières, François Étienne (1724-1782 ; juriste et homme de lettres français) : secrétaire perpétuel de la Société d’agriculture de Soissons, Bureau de Laon 

Gros, ? (XVIIIe siècle ; chirurgien français) : membre Société d’agriculture de Tours, Bureau du Mans 

Guerrier de Lormoy dit Guerrier l’Aîné, Marie-Félix (17..-18.. ; agronome et inspecteur des haras français) : membre de la Société d'agriculture d’Alençon

Jore, Claude Louis (1668-1736 ; imprimeur-libraire français) : Secrétaire perpétuel de la Société d'agriculture de Rouen

La Taille des Essarts, Jacques Hector de (1729-1802 ; botaniste français) : membre de la Société d’agriculture d’Orléans, Bureau d’Orléans

Le Gentil, André Antoine Pierre (v. 1725 – 1800 ; ecclésiastique et agronome français) : membre de la Société d’agriculture d’Auch 

Le Tombe, ? (XVIIIe siècle ; avocat français)

Le Trosne, Guillaume François (1728-1780 ; juriste et économiste français) : membre de la Société d'agriculture d'Orléans

Livré, Eustache Noël (1728-1804, apothicaire français) : membre de la Société d’agriculture de Tours, Bureau du Mans 

M***

M. B. R. : voir Meslé de la Bretêche

M. B.D.L.C. : voir Bertrand de la Chesnay

M. Ca. : voir Cabanis

M. Cab. : voir Cabanis

M. D….

M. L…

M. le prieur de Saint Gille : voir Piolenc

M. TH.: voit Thomé

M.****

Marcandier, Philippe (v. 1714 - ? ; négociant français) 

Meslé de la Bretêche, Claude Joseph (1713-1787 ; subdélégué d’intendance français) : membre de la Société d’agriculture de Caen 

Munier, Étienne (1732-1820 ; ingénieur des ponts et chaussées et géographe français) : Associé libre de la Société Royale d'Agriculture de Limoges

Mustel, François Georges (1719-1803 ; militaire et agronome français) : membre de plusieurs sociétés d'agriculture

Nolin, Pierre Charles (XVIIIe siècle ; ecclésiastique et botaniste français) : membre de la Société d'agriculture de Paris

P. A. Vicomte D*** : voir Aubusson de La Feuillade

Palerne de Savy, Fleuri Zacharie Simon de (1733-1835 ; avocat et homme politique français) : secrétaire perpétuel de la Société d’agriculture de Paris, Bureau de Paris

Paligny de la Soviniere, ? (XVIIIe siècle ; agronome français) : membre associé de la Société d’agriculture de Tours, Bureau d’Angers 

Pelée de Saint-Maurice, ? (XVIIIe siècle ; agronome français) : membre de la Société d'agriculture de Paris, Bureau de Sens et membre associé de Société d’agriculture de Soissons et de la Société d’agriculture de Tours

Piolenc, Henri Augustin de (v. 1680 – 1773 ; ecclésiastique français)

Poiret, ? (XVIIIe siècle ; ecclésiastique et agronome français) : membre associé de la Société d’agriculture de Soissons, Bureau de Laon

Poivre, Pierre (1719-1786 ; agronome et administrateur colonial français) : membre de la Société d'agriculture de Lyon, Bureau de Lyon

Prévost, François (1712-1785 ; avocat et professeur en droit français) : membre de la Société d’agriculture de Tours, Bureau d’Angers

Rigaud de l’Isle, Michel ( ? -1782 ; agronome français) : membre de la Société d’agriculture de Soissons, Bureau de Laon

Rivault, Jean Étienne (XVIIIe siècle ; conseiller au présidial du Mans) : membre de la Société d’agriculture de Tours, Bureau du Mans

Robin de Scévole, Denis Louis Joseph (1722-1809 ; juriste et agronome français)

Rogue, Jean François ( ? -1787 ; jurisconsulte français) : membre associé de la Société d’agriculture de Tours, Bureau d’Angers 

Rolland, ? (XVIIIe siècle ; magistrat français) : membre associé de la Société d’agriculture de Tours, Bureau d’Angers 

Saint-Péravy, Jean Nicolas Marcellin Guérineau de (1735-1789 ; homme de lettres et économiste français)

Sarcey de Sutières, André (1720-1789 ; militaire et agronome français) : membre de la Société d'agriculture de Paris

Thierriat, ? (XVIIIe siècle ; agronome français) : membre associé de la Société d’agriculture de Soissons, Bureau de Laon

Thomé, Mathieu (1710-1780 ; avocat et agronome français) : membre de la société d'agriculture de Lyon, Bureau de Lyon

Treilhard, Jean François (1709-1775 ; juriste français) : membre de la Société d'agriculture de Limoges, Bureau de Brive 

Vétillart du Ribert, Michel Noël Patrice (1729-1782 ; médecin français) : membre associé de la Société d’agriculture de Tours, Bureau du Mans

Vilin, Pierre Jean Barthélémy (1723 - ? ; ecclésiastique et agronome français) : membre de la Société d'agriculture de Paris, Bureau de Beauvais 

Haut de page

Notes

1 Pour la table complète et l’histoire éditoriale des Éphémérides du citoyen, voir Herencia 2014.

2 Sur ces écoles et les premières cohortes d’étudiants à Alfort, voir Gaitan 2016, et pour l’école de Lyon : Bost 2002.

3 Pour une bibliographie classique : Musset-Pathay 1991. Voir aussi la bibliographie critique établie par Bourde 1967.

4 « September 1st. [1788] To Combourg, the country has a savage aspect; husbandry not much further advanced, at least in skill, than among the Hurons, which appears incredible amidst inclosures (Young 1792 : 83). » Labiche conclut avec excès à un échec global des Sociétés d’agriculture : peu d’entre-elles ont véritablement fonctionné et encore moins réussi à généraliser des nouvelles pratiques culturales et d’élevage. « L’agriculture en 1788 est encore dans un lamentable état » écrit-il (Labiche 1908 : 185).

5 Pour une étude d’ensemble de cette société : Laurencin 2010.

6 Par un décret du 8 août 1793, la Convention supprime toutes les académies, parmi lesquelles il faut comprendre les Sociétés d’agriculture.

7 Journal de l’agriculture, du commerce et des finances (de juillet 1765 à décembre 1768), Journal de l’agriculture, du commerce, des arts et des finances (de janvier 1769- décembre 1782), Journal d’agriculture, commerce, finances et arts (janvier 1782 à décembre 1783). Une étude d’ensemble ainsi que la table complète détaillée du Journal sera prochainement publiée par Gérard Klotz, Bernard Herencia et Pierre-Henri Goute. 

8 Pour en savoir plus sur « l’affaire de Bretagne » : Daireaux et alii 2009.

9 Auxquelles il faut retrancher 5 références à une « Société d'agriculture de Valence » (1772-VIII-53, 1772-IX-52, 1772-IX-130, 1772-X-62, 1774-VIII-133) qui n’a jamais existé à l’époque étudiée. Il s’agit d’un article d’un auteur anonyme, sans doute un érudit valentinois, qui aurait adressé un mémoire à la rédaction du Journal, et inventant une appartenance à une Société qui n'existe pas pour se donner plus d'importance. Il existe, plus tardivement, une Société patriotique et académique de Valence (1784-1792) ou encore une Société d’agriculture de la Drôme (1798-1812 pour sa première période d’existence). Je remercie chaleureusement le professeur René Favier ainsi que l’académicien drômois Philippe Bouchardeau pour leur précieuse aide. Le lecteur peut utilement consulter : Gautier 2018.

10 Bureau du Mans.

11 Brive est évoquée dans l’article.

12 Thomé : voir 1774-XII-23.

13 Ibidem.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Herencia, « Les Sociétés royales d’agriculture (1757-1793) »e-Phaïstos [En ligne], X-1 | 2022, mis en ligne le 05 avril 2022, consulté le 27 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/ephaistos/10103 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ephaistos.10103

Haut de page

Auteur

Bernard Herencia

Bernard Herencia est maître de conférences, habilité à diriger des recherches, membre du laboratoire interdisciplinaire d’étude du politique Hannah Arendt –Paris Est de l’Université Gustave Eiffel. Ses recherches sont essentiellement consacrées à l’histoire de la pensée économique au XVIIIe siècle. Directeur de la collection « Naissance de l’économie politique » pour les éditions Slatkine à Genève, il édite depuis 2011 les œuvres complètes du physiocrate Paul Pierre Lemercier de la Rivière (5 volumes parus à ce jour).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search