Navigation – Plan du site

AccueilNumérosX-1DossierArts ménagers culinaires, culture...

Dossier

Arts ménagers culinaires, culture et technique

Introduction
Culinary and Domestic Arts, Culture and Technology. Introduction
Aurélie Brayet

Texte intégral

1L’expression « Arts Ménagers » apparaît dans les années 1920 dans des documents édités par le Salon des Arts Ménagers. Elle intègre le vocabulaire usuel en 1950, lorsqu’elle entre dans le Nouveau Larousse Universel, définie comme « ensemble des connaissances qui permettent de tenir convenablement le ménage ». Le Salon des Arts Ménagers, initié par Jules-Louis Breton en 1923 - sous le nom de Salon des Appareils Ménagers -, englobe les objets, les habitations et l’environnement dans une logique humaniste de bien-être pour favoriser un mode de vie nouveau et résolument moderne. Dès 1926, le Salon des Arts ménagers s’expose au Grand Palais, preuve d’un succès qui ne fera que croître jusqu’en 1983 (Rouaud 1989, 1993). Ce concept d’« Art ménager » interroge tant il traduit une vision profondément française du monde des objets domestiques (Brayet 2019). Véritable manifeste pour le progrès, le mouvement des Arts ménagers impose en France une perception scientifique et technique du quotidien, tout en s’inscrivant dans un profond respect des traditions. Le domaine culinaire est par excellence marqué de son empreinte. Les Arts ménagers culinaires, du simple ustensile au gros électroménager, relèvent à la fois de l’intime et du sociétal. Étudier l’histoire technique des cocotte-minute, réfrigérateurs, lave-vaisselle, couscoussiers, cuiseurs à riz ou des divers appareils ménagers de cuisson, c’est comprendre et appréhender la culture technique d’une société.

2Proposer un dossier spécial sur l’histoire technique et culturelle des Arts ménagers peut sembler incongru tant on peut constater un intérêt scientifique marginal porté à l’étude des transformations de la vie quotidienne induites par l’entrée des objets industriels dans les foyers domestiques. Comme si de tels objets de consommation n’étaient pas de véritables objets d’étude pour comprendre en profondeur la société industrielle. C’est ainsi qu’en sociologie, les objets de consommation ont surtout été vus comme éléments des stratégies de socialisation, distinction ou encore différenciation (Bourdieu 1979). Ils ont été étudiés comme des symboles de la société de consommation (Baudrillard 1978, Barthes 1970), des représentants du pouvoir technocratique de l’État (Dreyfus 1990), des choses matérielles que l’on impose aux citoyens devenus consommateurs (de Certeau 1999). Pour d’autres, ces objets rendent les hommes techniquement dépendants, notamment sur les questions de l’énergie (Gras 1992). D’autres encore ont étudié les bouleversements, changements et transformations imposés par l’usage de certains de ces objets de la vie quotidienne (Gras, Joerges, Scardigli 1992). Notons enfin et surtout, la monographie de Quynh Delaunay sur la machine à laver puis son étude globale du secteur de l’électroménager (Delaunay 1994, 2003) qui sont les deux premières véritables études scientifiques en langue française dans ce champ disciplinaire.

3Les historiens ne se sont pas davantage intéressés à ces objets domestiques ménagers. Dans un premier temps, il s’agit surtout d’études sur la vie quotidienne comme la collection l’histoire de la vie quotidienne, qui propose essentiellement des descriptions de faits et d’évènements. Les Annales vont lancer des historiens à la recherche du sous-sol de la civilisation, espace temporel marqué par l’inertie, la longue durée et la routine. Ils vont alors tenter d’interpréter le quotidien en essayant de porter un regard historique nouveau sur les histoires de l’alimentation, des maladies, des vêtements par exemple. Ces études ont permis la réalisation de statistiques et la compréhension globale de la consommation, mais elles n’ont jamais évoqué les changements et mutations, figeant la perception des objets domestiques dans un glacis utilitaire du quotidien.

4Lucien Febvre se livrait en 1955, quant à lui, à un véritable plaidoyer pour la reconnaissance de la valeur heuristique des Arts ménagers dans l’avant-propos de La civilisation quotidienne, tome XIV de l’Encyclopédie Française, pour « ce Salon des Arts ménagers, miroir fidèle de notre civilisation ». En visionnaire, il écrivait :

« Une visite au Salon des Arts Ménagers : une fois filtrées tant d’impressions presque hallucinantes de vie tumultueuse et d’efforts bouillants, quelle perspective tracée jusqu’à l’infini, à travers les tendances et les conflits profonds de notre temps ? et comme ils manqueraient d’imagination et d’esprit ceux qui ricanaient : “des fourneaux et des aspirateurs, des appareils frigorifiques et des baignoires (…) – les beaux motifs de méditation ”… Eh oui, les beaux motifs. Ce besoin d’arriver, par des instruments de plus en plus ingénieux, par des véritables machines parfois et qui supposent un mode de vie à normes collectives puissamment développées – ce besoin d’obtenir une diminution sensible des heures de travail que la “femme au foyer”, comme nous disons, consacrait naguère sans compter à des besognes ingrates qui l’usaient moralement et physiquement – qu’est-ce donc sinon l’application d’une nouvelle éthique de la femme ; la volonté de continuer son émancipation, de lui offrir toutes les possibilités de carrière que l’homme jusqu’à présent se réservait justement ? […] Mais j’ai l’air de plaider. À quoi bon ? Il y a de petits esprits. Beaucoup. Il n’y a pas de petits soucis. Toutes les pièces d’une même civilisation sont solidaires parce qu’elles reflètent les mêmes tendances profondes. » (Fèbvre 1955 : 14.02.4).

5De rares historiens se sont néanmoins attaqués à l’étude des objets et de leur portée sur les comportements de la société préindustrielle. Mentionnons les noms et les ouvrages d’Alain Beltran et de Patrice A. Carré en 1991, Michelle Perrot en 1998, Daniel Roche en 1997, et surtout l’ouvrage de Siegfried Giedion sur la mécanisation du foyer traduit en français en 1980 (Beltran et Carré 1991, Perrot 1998, Roche 1997, Giedion 1948/1980/2004). Ces auteurs ont montré à quel point les objets techniques autres que les biens d’équipement et d’infrastructure faisaient partie de notre environnement, influençant le comportement des individus et les conditionnant.

6Un rapide regard du côté de l’histoire des techniques (analyse de 289 ouvrages traitant de l’histoire des techniques dont 82 en langue étrangère) appelle le même constat : certes il y a quelques avant-gardistes qui s’intéressent à ce sujet des Arts ménagers et des petits objets du quotidien en général, mais très peu d’historiens des techniques en font un réel sujet d’étude. Nous ne trouvons que très peu de choses chez François Caron dans La dynamique de l’innovation, changement technique et changement social, XVIe-XXe siècle ou encore dans son Histoire économique de la France XVIe-XXe siècle (Caron 1999, 2010). Il n’y a pas un mot sur les Arts ménagers dans les 384 pages de Jean Baudet, Histoire des techniques : De l’outil au système (Baudet 2016), ou encore chez François Jarrige, Technocritiques. Du refus des machines à la contestation des technosciences (2016).

7Nous pouvons chercher en vain une page dédiée à ces objets partout présents dans nos foyers, porteurs de progrès techniques, composants essentiels d'un secteur industriel qui a marqué le XXe siècle dans les ouvrages suivants : La République des inventeurs. Propriété et organisation de l’innovation en France (1791-1922) de Gabriel Galvez-Behar, L'imaginaire et la pensée technique d’Anne-Françoise Garçon, Les grandes étapes du progrès technique et Histoire générale des techniques de Maurice Daumas, La modernité désenchantée. Relire l’histoire du XIXe siècle français de François Jarrige et Emmanuel Fureix, Technique et Civilisation de Lewis Mumford, La Révolution industrielle et Entreprise et entrepreneurs de Patrick Verley, Philosophie des milieux techniques de Jean-Claude Beaune, Innovations et renouveaux techniques, de l’Antiquité à nos jours de Marie-Noëlle Denis et Jean-Pierre Kintz (Galvez-Behar 2008, Garçon 2012, Daumas 1981, Jarrige et Fureix 2015, Mumford 1950, Verley 1983 et 1997, Beaune 1998, Denis et Kintz 1987).

8Quand l’objet technique ménager est abordé, sa présentation ne court en moyenne que sur une à trois pages dans un opus de plus de 200 pages. Ainsi, sur les 1642 pages de l’Histoire des techniques, Paris : Gallimard, publiée en 1978 par Bertrand Gille, une page (entre la page 950 et 951) est consacrée aux Arts ménagers (Gille 1978). Denis Woronoff, dans son Histoire de l’industrie en France, évoque entre les pages 547 et 551 « le règne de la marchandise » et les Arts ménagers dans la société de consommation (Woronoff 1998). David Edgerton, dans Quoi de neuf ? Du rôle des techniques dans l'histoire globale, consacre trois pages (p. 90 à 93) à la production domestique et propose une page d'exemple sur la machine à coudre (Edgerton 2013). François Caron, dans Les deux révolutions industrielles du 20e siècle, accorde quatre pages (p. 271-275) à l'émergence de l'électroménager (Caron 1997).

9Bruno Jacomy, dans Une histoire des techniques, offre deux pages aux objets du quotidien (p. 322-324) et quatre pages (p. 134-137) aux machines à café, douze ans plus tard, dans L'âge du plip (Jacomy 1990, 2002). Florence Hachez-Leroy, dans L’Aluminium français : l’invention d’un marché 1911-1983, accorde deux pages (p. 152-154) à l'étude des brasseries et des articles ménagers (Hachez-Leroy 1999). Quand l’objet ménager est analysé, il est bien souvent une illustration, bien moins sérieuse que l’automobile qui, elle, est acceptée comme objet technique fréquentable. Alain Beltran, dans Un siècle d’histoire industrielle en France, 1880-1970, convoquera « la voiture » à plusieurs reprises dans de nombreux chapitres pour illustrer l’industrie des objets au cours du XXe siècle (Beltran 1998). Mais dans la section intitulée « Le confort des Trente Glorieuses », de la page 148 à 151, il ne consacre qu’une page à l’électroménager.

10Bien souvent, quand le secteur industriel des Arts ménagers est évoqué, c'est davantage pour proposer une vision de l'histoire de l'énergie et notamment de l'électricité. Ainsi, Alain Beltran et Patrice-Alexandre Carré, dans La fée et la servante, La société française face à l’électricité, consacrent dans le chapitre 12 nommé « le marché de l’électrodomestique » douze pages à notre domaine, mais celles-ci sont orientées davantage sur l’énergie et l’éclairage que sur les objets électriques domestiques (Beltran et Carré 2000). De même, Maurice Daumas, dans son Histoire générale des techniques, Paris : PUF, Collection Quadrige, aborde dans le tome 3 « L’expansion du machinisme 1725-1860 » (884 p.) dans la partie 5, chapitre 2, p. 503-526 : « Le confort et l’hygiène domestique », mais il s'agit là encore d'une analyse du point de vue des énergies (eaux, éclairage et chauffage) et pas de la cuisson ou du froid par exemple (Daumas 1968). Alain Beltran et Pascal Griset, dans Histoire des techniques aux XIXe et XXe siècles, annoncent un chapitre consacré aux « Techniques, vie quotidienne et confort » (chapitre 7, p. 83-99) mais finalement seules trois pages dans « Techniques et espace privé » (p. 95 à 97) donneront une place aux Arts ménagers (Beltran et Griset 1990). Les auteurs insistent ici sur une approche à travers la diffusion des énergies et essentiellement l'électricité. David S. Landes, dans L’Europe technicienne ou Le Prométhée libéré : révolution technique et libre essor industriel en Europe occidentale de 1750 à nos jours, consacre enfin trois pages sur l’équipement des ménages (p. 599-601), mais insiste surtout sur les problèmes de diffusion des énergies (Landes 1975).

11Notons le travail précurseur de la revue « Culture technique », qui consacrera les 286 pages de son numéro spécial (n° 3) aux « Machines au foyer » (CRCT) en septembre 1980. Vingt ans plus tard, en 2000, un article entier de l'ouvrage dirigé par Robert Belot, Michel Cotte et Pierre Lamard, La technologie au risque de l’histoire, proposera une étude sur la machine à laver le linge (Belot, Cotte et Lamard 2000 : 337-342).

12L’historiographie en langue étrangère est aussi riche d’enseignement pour comprendre les points de vue posés sur les objets ménagers. Une étude non exhaustive, portant sur 82 titres en langue anglaise, allemande, espagnole et italienne proposant une approche thématisée des Arts ménagers, met en évidence plusieurs axes. La majeure partie des ouvrages sont des études de genre ou choisissent de développer une approche sur le monde ménager à travers le prisme des genres, en portant surtout attention aux femmes et plus particulièrement aux femmes au foyer et ménagères. Cela concerne 52 % de ce corpus en langue étrangère. Citons notamment : Ruth Cowan Schwartz, Laura Shapiro, Judy Wacjam, Hessler Martina (Cowan Schwartz 1983, Shapiro 1986, Wacjam 1991, Hessler 2001).

13Les autres approches concernent essentiellement la cuisine et abordent son histoire, ses techniques et pratiques et pour 9 % des ouvrages, l’étude de la consommation (sans comptabiliser l’approche genrée) ; pour 8 %, l’étude de la littérature culinaire (livres de recettes), pour 14 %, la dimension identitaire de la cuisine (pratiques et objets) ; d’autres approches culturelles concernent 10 % de la sélection et enfin divers ouvrages sur le rapport aux objets domestiques (6 %).

14Si, comme en France, les objets techniques ménagers sont le plus souvent absents ou convoqués au titre d’illustration, on remarquera néanmoins que le thème intéresse les historiens/historiennes du genre. En effet, ceux-ci accordent une grande place aux ménagères et à leur vie matérielle (là où en France les études de genres se concentrent davantage sur les femmes engagées politiquement). Un deuxième constat s’impose : au Royaume-Uni, aux États-Unis et en Allemagne, la recherche porte davantage sur la consommation de ces biens que sur les modes de production. Enfin, de nombreux travaux proposent une vision idéologiquement partisane et fortement inspirée par un féminisme que nous qualifierons ici de « combat », comme, par exemple : Susan Strasser, Never Done : A History of American Housework (Strasser 1982) ; Kristin Ross, Fast cars, clean bodies : decolonization and reordering of French culture (Ross 1996) ; Nancy Ruth Reagin, Sweeping the German nation : domesticity and national identity in Germany, 1870-1944 (Reagin 2007). Si certaines conclusions soulèvent parfois des débats, ces historiennes ont replacé le monde ménager au cœur de problématiques et enjeux sociétaux, culturels et politiques voire géopolitiques totalement absents de la recherche française (Oldenziel et Zachmann 2009). Néanmoins, l’omniprésence des études autour des rapports de domination (à quelques échelles que ce soit) a semble-t-il empêché la prise en compte de l’affectivité, de la mémoire des utilisateurs/utilisatrices et de la dimension patrimoniale inhérente à chacun de ces objets.

15Ces objets sont complexes car ils synthétisent en eux des années de recherche, des espoirs, une soif de nouveauté, une quête du progrès également. Aussi, aucune science ne peut s’arroger la primauté de l’analyse de ces objets techniques, car ils interpénètrent aussi bien la technique, l’histoire, la sociologie, l’anthropologie, l’ethnologie… Par nature, « indisciplinaires » (Fischler 1993 : 13), ces objets, et plus particulièrement les objets techniques culinaires, imbriquent des contextes, des disciplines et des temporalités nous imposant une lecture multiple.

16Il s’agit donc ici d’ouvrir des pistes de réflexion sur les objets techniques culinaires des Arts ménagers. Ce dossier propose une analyse des cristallisations culturelles, politiques, sociales, techniques et géopolitiques inscrites dans ces objets familiers dans une approche comparative d’objets culinaires issus de trois civilisations culturelles différentes comme celle du réfrigérateur, du cuiseur à riz ou encore du couscoussier. Il propose aussi des immersions dans les systèmes au cœur desquels gravitent ces objets techniques, comme l’énergie électrique, l’esthétique, la communication, la culture littéraire, muséale et cinématographique. Il tisse enfin des ponts (entre bricolage et ménage par exemple) et émet des hypothèses méthodologiques (notamment pour la captation du geste).

17L’étude des modes d’appropriation se veut être le fil rouge de l’ensemble des articles. Évoquer « les modes d’appropriation » renvoie spontanément au titre de l’ouvrage de Gilbert Simondon, Du mode d’existence des objets techniques (Simondon 1958 : 10). En 1958, le philosophe a entre autres réintroduit l’objet technique au cœur de la culture et rendu acceptables les interrelations avec l’humain, rompant ainsi avec la suspicion ambiante à l’égard des techniques forcément manipulées par les idéologies aliénantes. En analysant la genèse de l’objet technique, il libère en quelque sorte sa valeur heuristique des déterminismes tout en l’inscrivant dans un système culturel permettant une co-présence, une co-évolution, voire une co-construction (Schwartz Cowan 1987 : 261-280 ; Akrich 1994 : 205-244), sans relation de domination (de l’homme et de la machine) et en évolution conjointe. Aussi l’objet technique n’est pas extérieur à l’homme et il peut sous des formes diverses et familières, faire partie de notre quotidien.

18C’est dans la perspective d’ouvrir une réflexion pluridisciplinaire sur les modes d’appropriation des objets techniques issus des Arts ménagers culinaires, que l’œuvre de Gilbert Simondon est stimulante. Cette philosophie nous invite à reconsidérer les objets techniques culinaires et à toujours les situer dans leur genèse. Elle ne nous oblige pas seulement à repenser la réalité de l’invention, des processus de conception, les images et usages mais nous conduit aussi à réinterroger leur rôle dans la construction de la relation de l’individu avec son milieu (famille, couple, société…). Cela impose également une prise en compte de l’apport des sens (odeur, goût, regard, gestes…) et affects autant dans la construction de cette relation que dans la méthodologie d’analyse de ces mêmes rapports… Proposant ainsi peut-être un moyen pour nous permettre de passer de la désormais acquise existence de ces objets techniques aux problématiques des modes d’appropriation de / par / dans la société du XXe siècle.

19Réalisé en temps de Covid-19, ce travail de recherche, d’écriture et d’échange entre chercheurs issus de mondes très différents (tant d’un point de vue géographique que des disciplines et approches) a permis de croiser les regards et décroiser les visions sur des objets devenus bien davantage que du quotidien. Le confinement a rimé pour beaucoup avec un nouveau rapport aux choses conscient ou à penser dans l’avenir. Ce dossier offre des études partant des objets et respectant les contextes pour ne pas parler « à propos de » sans pour autant composer une collection de monographies d’objets techniques culinaires. Nous tentons ici d’appréhender la polysémie des objets : l’objet est témoin, mais au-delà de cela, acteur de nos sociétés contemporaines. Il s’agit d’ouvrir des pistes de réflexion sur ce que Claire Leymonerie appelle « le temps des objets » et qualifie à juste titre d’« histoire entre ruptures et contretemps » (Leymonerie 2016). Les modes d’appropriation sont posés ici comme autant de questionnements permettant de saisir l’importance de ces objets pour comprendre les relations hommes-objets à différentes échelles, les objets techniques culinaires étant des marqueurs d’interculturalité.

Haut de page

Bibliographie

AKRICH Madeleine, « The description of technical objects », dans BIJKER W. E., LAW J. (eds), Shaping Technology/Building Society: Studies in Sociotechnical Change, Cambridge, MIT Press, 1994, p. 205-244

BARTHES Roland, Mythologies, Paris, Point Seuil, 1re édition, 1957, 1970

BAUDET Jean, Histoire des techniques : De l’outil au système, Paris, Vuibert, 2016

BAUDRILLARD Jean, Le système des objets, Paris, Gallimard, 1978

BEAUNE Jean-Claude, Philosophie des milieux techniques, Paris, Champ Vallon, 1998

BELOT Robert, COTTE Michel et LAMARD Pierre, La technologie au risque de l’histoire, Paris, Éditeurs Berg International, 2000

BELTRAN Alain, Un siècle d’histoire industrielle en France, 1880-1970, Paris, SEDES, 1998

BELTRAN Alain, CARRÉ Patrice-Alexandre, La fée et la servante, La société française face à l’électricité, Paris, Belin, 2000

BELTRAN Alain, CARRÉ Patrice-Alexandre, La fée et la servante, La société française face à l'électricité, Paris, Belin, 1991

BELTRAN Alain, GRISET Pascal, Histoire des techniques aux XIXe et XXe siècles, Paris, Armand Colin, 1990

BOURDIEU Pierre, La distinction, critique sociale du jugement, Paris, Édition de Minuit, 1979

BRAYET Aurélie, Un Frigidaire et nous serons heureux. Histoire culturelle et technique du réfrigérateur, Belfort, Pôle éditorial de l’université de technologie de Belfort-Montbéliard, 2019

CARON François, La dynamique de l’innovation, changement technique et changement social, XVIe- XXe siècle, Paris, Gallimard, 2010

CARON François, Histoire économique de la France XIXe - XXe siècle, Paris, Armand Colin, 1999

CARON François, Les deux révolutions industrielles du 20e siècle, Paris, Albin Michel, 1997

COWAN SCHWARTZ Ruth, More work for mother: the ironies of household technology from the open hearth to the microwave, New York, Basic Books, 1983

DAUMAS Maurice, Les grandes étapes du progrès technique, Paris, PUF, QSJ, 1981

DAUMAS Maurice, Histoire générale des techniques, Paris, PUF, Collection Quadrige (Tome 3 : L’expansion du machinisme, 1725-1860, 1968 ; Tome 4 : Les techniques de la civilisation industrielle : énergie et matériaux, 1979 et Tome 5 : Les techniques de la civilisation industrielles : transformation, communication. Facteur humain, 1979)

DE CERTEAU Michel (dir.), L’invention du quotidien, tome 2 : Habiter, cuisiner, Paris, Folio essais, 1999

DEFORGE Yves, Technologie et génétique de l’objet industriel, Paris, Maloine, 1985

DELAUNAY Quynh, Société industrielle et travail domestique, l’électroménager en France (XIXe - XXe siècles), Paris, L’Harmattan Logique sociale, 2003

DELAUNAY Quynh, Histoire de la machine à laver, un objet technique dans la société française, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1994

DENIS Marie-Noëlle, KINTZ Jean-Pierre, Innovations et renouveaux techniques, de l’Antiquité à nos jours, Mulhouse, Actes du colloque international de Mulhouse, 1987

DREYFUS Jacques, La société du confort, quels enjeux, quelles illusions, Paris, L’Harmattan, 1990

EDGERTON David, Quoi de neuf ? Du rôle des techniques dans l'histoire globale, Paris, Le Seuil, 2013

FEBVRE Lucien, « Avant-propos », in BRETON André Jules-Louis, La civilisation quotidienne. Encyclopédie Française, t. XIV, Paris, Larousse, 1955, p. 14-16

FISCHLER Claude, L’homnivore, le goût, la cuisine et le corps, Paris, Éditions Odile Jacob, (1990) 1993

FROST Robert L., « Machine Liberation: Inventing Housewives and Home Appliances in Interwar France », French Historical Studies, t.18, n°1, 1993, p. 109-130

GALVEZ-BEHAR Gabriel, La République des inventeurs. Propriété et organisation de l’innovation en France (1791-1922), Rennes, PUR, 2008

GARÇON Anne-Françoise, L'imaginaire et la pensée technique, Paris, Classiques Garnier, 2012

GIEDION Siegfried, La Mécanisation au pouvoir [« Mechanization takes command »] (trad. Paule Guivarch), Paris, Denoël, coll. » Médiations », (1948, 1980) 2004

GILLE Bertrand, Histoire des techniques, Paris, Gallimard, 1978

GRAS Alain (dir.), Technologies du quotidien, la complainte du progrès, Paris, Éditions Autrement, 1992

GRAS Alain, JOERGES Bernward, SCARDIGLI Victor, Sociologie des techniques de la vie quotidienne, Paris, L’Harmattan, 1992

HACHEZ-LEROY Florence, L’Aluminium français : l’invention d’un marché 1911-1983, Paris, CNRS, 1999

JACOMY Bruno, L'âge du plip, Paris, Le Seuil, 2002

JACOMY Bruno, Une histoire des techniques, Paris, Le Seuil, 1990

JARRIGE François, Technocritiques. Une histoire des résistances au progrès technique, Paris, La Découverte, 2014

JARRIGE François, FUREIX Emmanuel, La modernité désenchantée. Relire l’histoire du XIXe siècle français, Paris, La Découverte, 2015

LANDES David S., L’Europe technicienne ou Le Prométhée libéré : révolution technique et libre essor industriel en Europe occidentale de 1750 à nos jours, (1975), Paris, Gallimard, 2000

LEYMONERIE Claire, Le temps des objets. Une histoire du design industriel en France (années 1950-1970), Saint-Étienne, Éditions de la Cité du design, 2016

MARTINA Hessler, Mrs Modern Woman. Zur Sozial- und Kulturgeschichte der Haushaltstechnisierung, Francfort, Campus Verlag, 2001

MOISSINAC Christine, ROUSSEL Yves, Jules-Louis Breton (1878-1940). Un savant parlementaire, Rennes, PUR, coll. « Carnot », 2010

MUMFORD Lewis, Technique et Civilisation, (trad. Denise Mounnier) Paris, Éd. du Seuil, 1950

OLDENZIEL Ruth, ZACHMANN Karin, Cold War Kitchen. Americanization, Technology and European Users, Cambridge, The MIT Press, 2009

PERROT Michelle, Les Femmes ou les silences de l'Histoire, Paris, Flammarion, 1998

REAGIN Nancy Ruth, Sweeping the German nation: domesticity and national identity in Germany, 1870-1945, New York, Cambridge University Press, 2007

ROCHE Daniel, Histoire des choses banales : naissance de la consommation dans les sociétés traditionnelles (XVIIe - XIXe siècle), Paris, Fayard, 1997

ROSS Kristin, Fast cars, clean bodies: decolonization and reordering of French culture, Cambridge, The MIT Press, 1996

ROUAUD Jacques, 60 ans d’Arts ménagers, tome 1 : 1923-1939, le confort, Paris, Syros Alternatives, 1989

ROUAUD Jacques, 60 ans d’Arts ménagers, tome 2 : 1948-1983, la consommation, Paris, Syros Alternatives, 1993

SCHWARTZ COWAN Ruth, « Consumption junction » dans « The Consumption Junction: A Proposal for Research Strategies in the Sociology of Technology », in BIJKER Wiebe E., HUGUES Thomas et PINCH Trevo J., The Social Construction of Technological Systems: New Directions in the Sociology and History of Technology, Cambridge, MIT Press, 1987, p. 261-280

SEGALEN Martine, « The Salon des Arts Ménagers, 1923-1983: A French Effort to Instil the Virtues of Home and the Norms of Good Taste », Journal of Design History, vol. 7, n° 4, 1994, p. 267-275

SHAPIRO Laura, Perfection Salad: Women and Cooking at the Turn of the Century, New York, Farrar, Straus, and Giroux, 1986

SIMONDON Gilbert, Du Mode d’existence des objets techniques, Paris, Aubier-Montaigne (1958) 2012

STRASSER Susan, Never Done: A History of American Housework, New York, Pantheon Books, 1982

VERLEY Patrick, La Révolution industrielle, Paris, Gallimard, 1997

VERLEY Patrick, Entreprise et entrepreneurs, Paris, Presses universitaires de la Sorbonne, 1983

WACJAM Judy, Feminism confronts technology, Cambridge, Polity Press, 1991

WERNER Françoise, « Du ménage à l'Art ménager : l'évolution du travail ménager et son écho dans la presse féminine française de 1919 à 1939 », Le Mouvement social, n° 129, 1984, p. 61-89

WORONOFF Denis, Histoire de l’industrie en France, Paris, Point Seuil, 1998

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélie Brayet, « Arts ménagers culinaires, culture et technique  »e-Phaïstos [En ligne], X-1 | 2022, mis en ligne le 05 avril 2022, consulté le 17 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/ephaistos/10184 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ephaistos.10184

Haut de page

Auteur

Aurélie Brayet

Aurélie Brayet est chercheure associée au laboratoire RÉCITS Femto-St (UMR 6174) de l’UTBM. Docteure en histoire des techniques, elle s’intéresse à l’histoire des Arts ménagers et aux patrimoines culinaires et alimentaires. Membre du comité scientifique sur l’histoire du Casino (étude de cas sur le café et le chocolat), elle est l’auteure d’articles et d’ouvrages sur le patrimoine de la cuisine dont Un Frigidaire et nous serons heureux ! (Presses de UTBM, 2019) et La cuisine, de la marmite au patrimoine (PUSE, 2021.

Articles du même auteur

  • Replacer le corps au centre de l’histoire technique de la cuisine
    Essay of a Culinary Technical Gesture Historical Cartography. Repositioning the Body at the Heart of History of Cooking Technology
    Paru dans e-Phaïstos, X-1 | 2022
  • Entretien avec Imke Plinta, urbano-graphiste allemande, consultante en design, commissaire de l’exposition « Déjà vu. Le design dans notre quotidien »
    Eight questions to Imke Plinta. Interview with Imke Plinta, German urban designer, design consultant and curator of the exhibition "Déjà vu. Design in our daily lives"
    Paru dans e-Phaïstos, X-1 | 2022
  • Retour sur un pan de l’histoire technique et culturelle du réfrigérateur
    The War of Cold has Indeed Taken Place... A Part of the Technical and Cultural History of the Refrigerator
    Paru dans e-Phaïstos, IX-2 | 2021
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search