Navigation – Plan du site

AccueilNumérosX-2Entretiens et LeçonsL’œil sur la trace. Une méthode d...

Entretiens et Leçons

L’œil sur la trace. Une méthode d’archéologie industrielle

Looking at the traces. A method of industrial archaeology
Luc Rojas

Résumés

Initiée en France à la fin des années 1970 par les travaux de Maurice Daumas, l’archéologie industrielle a suscité depuis de nombreuses recherches. Des sites multiples ont été étudiés par le biais de cette pratique qui demeure finalement propre à chaque chercheur. Cependant l’expérience accumulée depuis une quarantaine d’années démontre qu’il existe des pratiques communes au sein des différentes méthodologies de recherche. L’article suivant propose une méthode pour aborder les sites et notamment les friches présentes dans les anciens bassins industriels français. Le lecteur y retrouvera mis en pratique les grands principes de l’archéologie industrielle.

Haut de page

Texte intégral

« L’archéologie industrielle est l’instrument de la connaissance scientifique de ce grand compartiment de la culture matérielle, instrument grâce aux résultats duquel peut s’engager d’une façon sûre la construction du patrimoine. Ce dernier, en fait, n’existe pas en soi - il est une construction culturelle aux fondements politiques et sociaux, presque psychologiques. L’archéologie industrielle est donc première et fondamentale ; c’est à partir d’elle que peut se définir la dignité d’appartenir au patrimoine. » (Bergeron 2006).

1L’archéologie industrielle constitue, selon Louis Bergeron, une étape incontournable pour mettre à jour le patrimoine industriel. Si ce constat est partagé par d’autres, le statut de l’archéologie industrielle ne fait cependant pas consensus. En effet, Denis Woronoff considère qu’il ne s’agit pas d’une nouvelle discipline dans le champ historique, mais d’une nouvelle approche historique de l’industrie (Woronoff 1989) alors que Pierre Fluck définit l’archéologie industrielle comme une science avec ses méthodes (Fluck 2017). Malgré ce différend, tous assignent à l’archéologie industrielle la même fonction : l’étude des traces de l’industrie à partir d’un site, afin d’acquérir et d’augmenter les savoirs sur un site, une industrie, une période… (Daumas 1980, Woronoff 1989, Fluck 2017). Si le statut de patrimoine est un devenir possible pour les sites étudiés, l’archéologie industrielle ne se soucie pas de la reconnaissance par la société. Elle étudie avant tout les traces, c’est-à-dire des éléments parfois insignifiants et incompréhensibles pour le profane (tuyau, poteau, déchets…). Celles-ci ne peuvent donc pas être patrimonialisées car elles ne sont pas reconnaissables et interprétables par le grand public (Fluck 2017).

Fig.1. Roulage interne des anciennes usines métallurgiques Holtzer (Unieux, Loire)

Fig.1. Roulage interne des anciennes usines métallurgiques Holtzer (Unieux, Loire)

Au sein de la friche des anciens établissements Holtzer subsistent les traces d’un chemin de fer interne qui permettait de relier les différents ateliers les uns aux autres. Ces artefacts sont probablement appelés à disparaître avec le temps et la réhabilitation que devrait subir le site dans les années à venir. Si cette trace est insignifiante aux yeux du profane, elle permet à l’expert de décrypter en partie l’organisation interne de ce lieu de production.

Photo Luc Rojas

2Science ou nouvelle approche historique de l’industrie, le vocable « archéologie » est, depuis son emploi en France à la fin des années 1970, cause de bien des tourments pour les promoteurs de l’archéologie industrielle, à l’image de Maurice Daumas qui justifie le choix de ce terme dans la Revue d’archéologie moderne et d’archéologie générale en 1984 (Daumas 1984). S’il s’agit finalement de la transposition du terme utilisé par les Anglais, les chercheurs français entérinent dès les premières heures ce choix par l’étude des témoignages matériels (Daumas 1980). Ainsi, l’approche régressive (Woronoff 1989) ou déductive (Gasnier 2020) est privilégiée afin de reconstituer une histoire à partir des vestiges et des artefacts. Malgré de nombreux points communs avec le mouvement né en Grande-Bretagne quelques décennies plus tôt, l’archéologie industrielle française marque sa différence en allant à la rencontre des sciences sociales. Au-delà des traces matérielles, elle étudie les attitudes du corps au travail, les odeurs imprégnant les anciens ateliers, les langages propres aux métiers, les savoir-faire, les sociabilités… Bref, le choix français consiste à enrichir les traces matérielles de la dimension humaine et sociale que recouvre l’objet d’étude (Bergeron 2006, Gasnier 2020).

« (…) l’archéologie industrielle conduit irrésistiblement à de substantiels emprunts à des disciplines de recherches les plus variées dans leur méthode et leurs objets, sans être pour autant indépendantes les unes des autres. » (Daumas 1977).

  • 1 Voir à ce propos la journée d’études « Les penseurs de la technique », CICCIONE Laure et PASSAQUI J (...)

3En 1977, dès ses premiers écrits sur l’archéologie industrielle, Maurice Daumas met en lumière le caractère pluridisciplinaire de cette pratique. En 1980, il va plus loin et avance l’idée d’emprunt en mentionnant les compétences de l’archéologue, du géomètre, de l’archiviste, de l’historien, de l’historien des techniques et du géographe (Daumas 1980)1. Ainsi, il met au cœur de cette pratique les échanges entre les disciplines et les chercheurs. Depuis, nombre d’auteurs sont allés dans son sens et ont étayé ce caractère pluridisciplinaire. En 1992, Jean-Yves Andrieux fait référence au regard essentiel des architectes, des anthropologues et des ethnologues pour un travail d’archéologie industrielle (Andrieux 1992). Quelques années plus tard, Louis Bergeron met en lumière l’utilité de l’histoire locale (Bergeron 2006) et Pierre Fluck conclut, en 2017, que l’approche pluridisciplinaire est la règle (Fluck 2017).

4L’archéologie industrielle apparaît donc au sein des écrits se succédant depuis la fin des années 1970 comme une recherche dans laquelle travail de terrain et pluridisciplinarité jouent un rôle central (Gasnier 2020). Néanmoins, certaines caractéristiques qui pouvaient apparaître comme des évidences au début de ce mouvement ont été remises en cause par la pratique. Ainsi, le rôle des fouilles est rapidement minoré. Dès 1980, Maurice Daumas note que l’archéologie industrielle n’a recours que très exceptionnellement à la fouille et n’utilise que dans une faible mesure les techniques de l’archéologie classique (Daumas 1980). Alors qu’ils mènent les fouilles au sein des forges de Buffon au début des années 1980, Serge Benoit et Philippe Peyre relativisent l’importance de celles-ci :

« L’archéologie de l’industrie doit prendre en compte chacun des aspects constituant la réalité matérielle d’un site, mais elle n’a à privilégier ni la seule dimension architecturale du cadre bâti ni le rôle de la fouille. » (Benoît, Peyre 1984)

5Finalement, la fouille constitue un protocole rare, réservé aux sites enfouis ou détruits et peu ou mal documentés par les archives. Il n’est donc pas nécessaire de recourir à cette pratique pour mener une étude d’archéologie industrielle. De plus, la fouille nécessite de nombreux bénévoles et salariés mettant ainsi en avant les moyens auxquels il faut avoir accès pour mettre en œuvre ce type de pratique. Sauf en de rares exceptions, les moyens financiers et matériels ont toujours été limités. Maurice Daumas constate d’ailleurs cela dès 1976 lors de la parution du premier numéro de L’archéologie industrielle en France (Daumas 1976). Cette situation n’a quasiment pas évolué et les chercheurs sont de nos jours confrontés à des contraintes découlant de ce manque de personnel et de matériel.

6S’il n’existe pas une méthode universelle ou académique en matière d’archéologie industrielle (Fluck 2017), il est néanmoins nécessaire d’élaborer des méthodes, des protocoles et des démarches afin d’aborder les friches s’offrant au regard du chercheur. Si le manque de moyens ne doit pas interdire l’étude, le chercheur en archéologie industrielle se doit cependant de mettre au point une démarche lui permettant de mener à bien son projet. Les quelques lignes suivantes ont donc pour ambition de proposer une méthode prenant en compte les contraintes et les caractéristiques de l’archéologie industrielle : pluridisciplinarité, travail sur le terrain, recueil de la documentation, transcription des informations…

De la préparation de la première sortie de terrain à la découverte du site

7Aborder un site industriel pour la première fois n’est pas chose aisée. Si certains aspects peuvent apparaître évidents à de nombreux observateurs, une part importante ne peut être divulguée sans un regard exercé. Il convient donc de préparer cette visite en amont et d’adopter une fois sur le terrain les gestes adéquats.

Lire le palimpseste ou les spécificités de l’archéologie industrielle

8L’archéologie industrielle est à la fois un parent proche et éloigné de l’archéologie classique. Comme celle-ci, elle place l’homme au centre de ses préoccupations en s’attachant à la mise au jour et à l’analyse des traces de son activité. Si certains écueils restent communs, d’autres semblent spécifiques. Il faut bien souvent mettre à jour un site sans creuser, sans fouiller, autrement dit être en mesure de lire un paysage qui est un véritable palimpseste. Les paysages industriels juxtaposent des installations en activité et des aménagements périmés. Ainsi, les traces des industries anciennes passent souvent inaperçues, notamment pour les activités d’Ancien régime (Peltre 1980).

9L’archéologie industrielle peut-être difficile dans certains milieux, notamment urbains, où l’architecture adopte un éventail typologique très large et où l’architecture industrielle se fond avec les façades mitoyennes et environnantes (Gasnier 2020). À cet égard, les marges de l’urbanisation et la campagne apparaissent comme des lieux où la conservation des traces de l’industrie est plus aisée et où la lecture de celles-ci est plus facile. Toutefois, cet environnement qui semble dans un premier temps être un facteur de conservation, devient dans un second temps un élément favorisant la dégradation car les traces en question se trouvent isolées. Le chercheur se doit donc de décrypter un paysage dans lequel s’entremêlent les différentes traces des activités humaines en vue de délimiter spatialement le site à étudier.

Fig.2. Le paysage industriel au sud de Saint-Étienne (Saint-Étienne, Loire)

Fig.2. Le paysage industriel au sud de Saint-Étienne (Saint-Étienne, Loire)

Ce cliché du sud de la ville de Saint-Étienne nous montre l’enchevêtrement du bâti et la difficulté d’interpréter le paysage. En effet, nous pouvons apercevoir au premier plan de cette photographie des ateliers côtoyant des usines avec une toiture en shed typique du XIXe siècle ou encore des usines à toiture plate (usines Bennes Marrel) caractéristique de l’entre-deux guerres. Au second plan, il est possible d’identifier des immeubles du XIXe siècle à côté de constructions plus récentes laissant aussi présager une lecture difficile du paysage.

Photo Luc Rojas

  • 2 Entre 1916 et 1978, les forges de Buffon sont reprises par une cimenterie.

10Comme le souligne Denis Woronoff (1989), l’archéologie industrielle se définit d’abord par un site : il est ainsi question des relations entre un espace et des activités de fabrication. Cela nous rappelle que les sites industriels évoluent à l’image d’un organisme vivant : ils naissent, se développent puis meurent. Il est d’ailleurs possible de ressentir cela dans l’architecture et les différentes réorganisations de l’espace, à l’image de la description livrée par Pierre Fluck pour le site DMC de Mulhouse (Fluck 2017). L’analyse du site lui-même conduit donc à deux difficultés. La première est liée à la forte technicité de l’objet qui façonne ce bâti pour lui donner une forme spécifique, la seconde se trouve dans la propension du site à se transformer au cours de l’histoire. Nous revoilà face à un palimpseste qui s’écrit à l’échelle non plus du paysage mais d’un site. Au fil du temps, cette sédimentation (Woronoff 1989) d’activités industrielles au sein d’un même lieu va jusqu’à générer des ensembles que certains chercheurs qualifient de télescopés (Fluck 2017 : 72). Dès 1982, des études de sites comme les forges de Buffon2 posent des problèmes similaires à l’archéologie urbaine, par la multiplicité des utilisations successives et par les bouleversements qui en résultent (Andrieux 1992 : 33).

11Débuter un travail d’archéologie industrielle nécessite donc d’avoir à l’esprit ce palimpseste industriel, mais également plusieurs concepts et notions devant orienter le regard du chercheur à l’occasion des sorties de terrain.

Les prérequis de l’archéologie industrielle

12En 1980, dans le dernier chapitre de son ouvrage qui deviendra une référence, Maurice Daumas insiste sur la sensibilité du chercheur lors de sa première prise de contact avec le site. Pour lui, l’observateur doit être sensible aux traces et à l’évocation des activités industrielles passées qu’il est possible de lire au sein des sites abandonnés ou désormais occupés par d’autres activités. Quelques années auparavant, Buchanan développe déjà cette idée :

« La technique fondamentale de l’archéologie industrielle est celle d’une position de sympathie imaginative par quoi l’intéressé acquiert un œil réceptif, c’est-à-dire une faculté de noter et apprécier les manifestations industrielles de toutes sortes. Sans une telle perception aiguë de son environnement, aucun archéologue industriel ne peut espérer retirer beaucoup du sujet et n’est certainement pas capable de rendre quelque chose de lui. » (Buchanan 1977 : 28)

13S’il ne s’agit pas de remettre en cause la sensibilité du regard du chercheur, une question se pose : cette sensibilité, cette faculté à porter le regard où il convient est-elle innée ? À celle-ci nous répondons par la négative car cette sensibilité s’enseigne. Si la prise de contact avec le site ne doit pas être orientée par les sources afin de laisser le regard du chercheur assez libre, celui-ci ne peut arriver sur le site sans connaissances préalables lui permettant de repérer les différents éléments composant le site. Nous sommes ici au cœur de la pluridisciplinarité dont doit faire preuve le chercheur en archéologie industrielle. En effet, celui-ci se doit de connaître et de maîtriser certains concepts à l’instar de la notion de système technique développée par Bertrand Gille (1978) qui permet de replacer le site exploré dans une perspective dynamique, parfois pluriséculaire. Jean-Yves Andrieux nous rappelle également l’importance de l’architecture industrielle qui est faite de typologies adaptées à des domaines productifs particuliers (Andrieux 1992 : 37). La connaissance de cette architecture est ainsi décisive dans le repérage effectué lors de la première sortie de terrain.

14Il est également essentiel de connaître ce que Louis Bergeron et Gracia Dorel-Ferré nomment les logiques du paysage industriel. Tout d’abord, une logique technique, dans laquelle les différentes énergies imposent leurs propres contraintes. Ainsi, la force hydraulique nécessite l’édification d’un bief alors que l’énergie vapeur impose une cheminée et une localisation précise, à proximité des mines ou des axes de communication permettant un approvisionnement comme le port de Barcelone. L’électricité exige une salle des turbines dont l’aspect est moins saillant et moins identifiable de l’extérieur. Ensuite, les logiques d’organisation du travail se manifestent, fournissant des formes et des lieux spécifiques à l’image du travail à domicile des canuts lyonnais ou de l’usine qui rationalise l’espace et mécanise le travail. Enfin, les logiques sociales s’expriment avec l’enchevêtrement de la société et de l’industrie offrant à notre regard des réalisations telles que les villages ouvriers, les cités jardins, les hôpitaux pour mineurs ou encore les écoles destinées aux enfants des ouvriers (Bergeron, Dorel-Ferré 1996 : 33-59).

  • 3 Nous pouvons mentionner pour ces phares patrimoniaux les toitures en sheds des usines, les cheminée (...)

15Si ces connaissances sont incontournables lors de la prise de contact avec le site, c’est bien souvent la forme du bâti qui oriente le regard du chercheur. Au-delà des formes basiques, les édifices industriels offrent des portions construites bien spécifiques que l’on ne rencontre nulle part ailleurs. La cheminée d’usine, par exemple, est un véritable signal architectural quasi-universel. Il s’agit d’un phare patrimonial guidant le regard du chercheur en direction du site. Ces éléments singuliers par leur forme semblent ancrés dans l’imaginaire de l’expert comme dans celui du profane3.

Fig.3. Usines à shed et cheminée (Unieux, Loire)

Fig.3. Usines à shed et cheminée (Unieux, Loire)

Ce paysage typique de l’industrie du XIXe siècle agit comme un phare en guidant le regard du chercheur. La toiture à shed et la cheminée l’accompagnant interrogent l’expert comme le profane. En effet, ces caractéristiques architecturales d’un autre temps ne peuvent passer inaperçu dans l’espace public.

Photo Luc Rojas

16Lors de sa première exploration de terrain, le chercheur se doit donc d’avoir à l’esprit l’ensemble de ces notions. Malgré cela, il doit tout de même préparer cette prise de contact avec son objet d’étude.

Préparer et effectuer la reconnaissance du site

17Lors de la première visite d’un site, il n’est jamais question de relevés précis ou d’inventaire exhaustif, mais plutôt de reconnaissance et de repérage. L’objectif pour le chercheur est de prendre conscience de la réalité du site. Néanmoins, il ne s’agit pas d’effectuer une promenade sur le lieu. C’est pourquoi cette reconnaissance doit être préparée en amont.

18Pour reprendre les termes de Maurice Daumas, « il faut être sensible à son existence. ». Autrement dit, avant même d’envisager la moindre investigation, le chercheur doit prendre connaissance de l’existence du site. Soit celui-ci est de notoriété publique, soit, au détour d’une promenade, d’une conversation, l’archéologue industriel prend note de la présence d’une activité ancienne. L’histoire locale peut s’avérer également très précieuse. Elle regorge d’évocations de sites industriels. En effet, les érudits locaux passent une part de leur vie à faire l’histoire d’un périmètre restreint laissant au détour des lignes quelques anecdotes sur des usines oubliées. Ces quelques pages sont fréquemment publiées au sein de revues d’histoire régionale qui sont trop souvent oubliées ou dénigrées alors qu’elles exposent des informations omises par les publications universitaires (Daumas 1984).

19Lorsque le site n’est pas monumental, le premier enjeu de la préparation consiste à le localiser précisément (Woronoff 1989). Le travail débute par l’analyse des documents anciens et notamment la cartographie qui constitue une ressource majeure. Ainsi, la carte de Cassini, publiée entre 1750 et 1850, est une source incontournable, car elle recense les fabriques (Pinard 1985 : 49). Les dictionnaires topographiques restent d’une grande utilité car ils relèvent les lieux-dits dont les noms sont évocateurs : le fourneau, la forge, la fenderie… Ces dictionnaires sont aussi intéressants pour vérifier la nature des constructions portées sur les cartes, notamment le long des cours d’eau. Les cartes contemporaines se montrent aussi pertinentes dans cette phase de localisation du site. En effet, les cartes IGN mentionnent les usines, les scieries et les excavations anciennes, alors que les cartes d’état-major font mention des toponymes (Manigand-Chaplain 1999). Les couvertures aériennes des anciens bassins industriels, effectuées par le CNRS à la fin des années 1970, sont parfois une source pertinente quant à la localisation des sites à l’instar de la campagne photographique des installations des houillères menée par Jean Merley dans la région stéphanoise (Merley 1979).

20Une fois le site localisé, il devient nécessaire d’effectuer une sortie de terrain. Celle-ci a pour ambition de mettre en œuvre une première série d’observations qui ne soient pas influencées par la documentation archivistique. Le but est de ne pas surinterpréter les traces encore présentes au regard des données récoltées en archives.

21Durant cette prise de contact avec le site, une observation de la topographie s’impose. Il convient notamment de repérer les éléments naturels comme les cours d’eau, les synclinaux, le profil de la vallée… Ceux-ci se montrent très intéressants lors de cette première investigation de terrain car il est possible, par exemple, de remonter une rivière et de découvrir des vestiges liés à l’industrie. Cela nous permet de repérer des machines ou des bâtiments disposés le long du cours d’eau afin d’exploiter l’énergie hydraulique (Pinard 1985 : 49-53). La topographie des traces de l’activité industrielle ne doit pas s’arrêter au bâti, mais elle peut aller jusqu’aux déchets. En effet, ceux-ci sont parfois spécifiques à une industrie comme la verrerie ou la faïencerie et peuvent être glanés assez facilement puisqu’ils se trouvent à fleur de sol (Fluck 2017 : 60).

22Le chercheur néglige trop souvent la connaissance des personnes séjournant à proximité du site. Il n’est pas question de solliciter les habitants comme témoin de l’activité industrielle lorsque celle-ci fonctionnait encore mais comme des individus sensibles à leur cadre de vie. En effet, ceux-ci ont pu remarquer la présence d’un artefact ou en avoir entendu parler et ainsi aiguiller l’archéologue industriel dans son premier repérage (Pinard 1985 : 49-53).

23Si cette reconnaissance ne donne pas lieu à un inventaire exhaustif ou à des relevés de terrain précis, elle doit cependant être accompagnée d’une campagne photographique qui, de nos jours, est largement facilitée par les appareils numériques. En effet, l’enjeu est ici de photographier toutes les traces pouvant interroger l’œil de l’expert et qui appellent un éclaircissement par les sources archivistiques et documentaires.

Entre site et sources : le cœur de l’archéologie industrielle

24Si la prise de contact a probablement révélé au chercheur des connaissances sur le lieu, il ne peut en rester là. Il convient désormais de documenter et d’éclairer le site afin d’en dresser l’évolution tant des structures bâties que des pratiques techniques et sociales.

Les sources archivistiques pour éclairer l’observation

25Dès les premiers pas de l’archéologie industrielle en France, les archives sont considérées par les chercheurs comme un moyen d’aborder l’observation de terrain et de donner une interprétation exacte des structures encore présentes sur le site (Daumas 1980 : 430). Cela induit rapidement la mise en place d’une pratique admise de tous : un va-et-vient permanent entre le site et les archives (Andrieux 1992 : 48). Les données archivistiques ont donc pour mission de permettre la lecture du lieu.

26Dans un premier temps, cette documentation confirme ou infirme les informations glanées sur le terrain (Woronoff 1989). Elle peut également pallier la rareté des traces et fournir des données précieuses afin de comprendre le site et son évolution. Les archives permettent au chercheur d’atteindre les objectifs de l’archéologie industrielle : identifier les sites, dégager les différentes séquences chronologiques, appréhender les infrastructures et les superstructures, saisir les déterminants économiques et sociaux du lieu.

  • 4 Ces enquêtes se trouvent généralement dans les séries M des dépôts d’archives départementales et da (...)
  • 5 Ces enquêtes sectorielles sont habituellement conservées dans les sous-séries F12 et F20 des Archiv (...)

27Généralement, le premier objectif du chercheur est d’identifier les bâtiments encore en place. Il est donc nécessaire d’adopter une démarche régressive allant du présent au passé. Avec les croquis dressés sur place lors de la première sortie de terrain, une comparaison doit être menée entre ces premiers relevés et les sources archivistiques. Si celles-ci sont nombreuses, il convient de se tourner rapidement en direction des enquêtes industrielles du XIXe siècle comme les statistiques départementales4, les rapports sur le travail des enfants dans les manufactures, les enquêtes industrielles sectorielles5 ou encore les enquêtes nationales sur la sidérurgie et les mines.

28Néanmoins, les cartes et les plans sont les documents les plus adaptés afin d’établir une comparaison avec les bâtiments encore debout. On peut trouver des plans et des descriptions d’installations industrielles au sein d’institutions anciennes, par exemple l’École des mines de Paris dont la bibliothèque patrimoniale conserve les Mémoires et Journaux de voyages des élèves-ingénieurs et des élèves externes (Passaqui 2015). Néanmoins, la source prioritaire et sans conteste la plus fiable reste le cadastre. Cette documentation fiscale reste une aubaine pour le chercheur car elle existe en 5 ou 6 versions successives pour chaque commune française. Cela permet de dresser une évolution assez fine du site car les plans cadastraux et les matrices qui les accompagnent nous informent sur la morphologie des bâtiments, les fonctions de ceux-ci et les propriétaires successifs.

  • 6 La sous-série F10 dédiée à l’agriculture est intéressante car elle possède des dossiers relatifs au (...)

29D’autres sources archivistiques complètent ces données. Il n’est pas question uniquement de plans, mais aussi de descriptions et de rapports de l’administration sur le fonctionnement d’une installation industrielle. Ainsi les sous-séries F14 et F10 des Archives nationales, dédiées respectivement aux travaux publics et à l’agriculture6, recèlent bien souvent des informations précieuses. Il en va de même avec la série S des dépôts d’archives départementales consacrée aux travaux publics ou encore la série M qui renferme les dossiers des établissements insalubres et dangereux. Ceux-ci se multiplient à partir des années 1840 lorsque les machines à vapeur se répandent en France à grande échelle. Au sein de cette série M, il ne faut pas négliger les dossiers de candidatures déposés auprès des administrations locales pour participer, à partir des années 1850, aux différentes expositions, universelles, nationales ou encore industrielles (Manigand-Chaplain 1999).

30Si d’autres fonds publics peuvent être mobilisables en fonction des sites, cette documentation archivistique nous offre le seul point de vue de l’administration. Ainsi, certains aspects peuvent être omis s’ils n’ont pas retenu l’attention des pouvoirs publics. Néanmoins, il existe des fonds d’archives capables d’offrir une vue très large au chercheur quant à l’évolution du site étudié : les archives d’entreprises. Celles-ci sont à la fois écrites ou figurées et abordent tous les aspects de la vie de l’entreprise (technique, économique, sociale…). Selon l’avis de plusieurs experts, elles constituent les sources les plus utiles (Woronoff 1989 ; Manigand-Chaplain 1999). Malgré cela, ces papiers peuvent parfois induire en erreur. En effet, l’iconographie produite par une entreprise peut relever de l’idéalisation du site à l’image des représentations présentes sur les papiers à en-tête ou encore des cartes postales qui relèvent souvent de la mise en scène (Carrier-Reynaud 2011).

31Les informations glanées en archives offrent au chercheur une vision plus fine de l’évolution du site et de ses activités. Désormais, il convient de retourner sur le terrain afin d’en répertorier les traces.

Retourner sur le terrain

32Lors du retour au terrain, la pluridisciplinarité de l’archéologie industrielle s’impose. En effet, le chercheur doit à la fois prendre en compte les informations accumulées dans les archives tel un historien et observer l’architecture industrielle comme un ethnologue ou un architecte. Ce dernier offre un regard de technicien sur le bâti en proposant une description prenant en compte différentes caractéristiques : l’épaisseur des murs, les ouvertures, les dimensions, les chaînes d’angles, les corniches, les matériaux… Il faut aussi, à l’instar des archéologues, être attentif aux différentes structures pouvant apparaître sur les façades et donc mettre en lumière la sédimentation des différentes époques. Autrement dit, il faut faire sien le principe de stratigraphie (Fluck 2017 : 66-68).

Fig.4. Façade de l’ancienne écurie du premier chemin de fer continental (Saint-Just-Saint-Rambert, Loire)

Fig.4. Façade de l’ancienne écurie du premier chemin de fer continental (Saint-Just-Saint-Rambert, Loire)

Cette ancienne écurie est édifiée en 1827 en même temps que la première ligne de chemin de fer en Europe continentale reliant Saint-Étienne au port fluvial de Saint-Rambert. Sur le mur nord de cette écurie, nous pouvons récolter des indices sur l’évolution du bâti. Alors qu’elle est édifiée en même temps que la ligne de chemin de fer en 1827, nous pouvons affirmer, au regard de l’aspect du mur nord, que l’écurie a ét modifiée quelques années plus tard. En effet, on remarque sur l’arête du bâtiment des trous et des traces de rouille. Il s’agit de dés de pierre qui, originellement, servaient de traverse aux courts rails en fonte qui servaient à la ligne de chemin de fer lors de son édification mais qui furent très vite abandonnés en raison de leur usure accélérée.

Photo Luc Rojas

33De plus, le passage en archives alerte le chercheur sur l’influence de l’activité industrielle auprès de son environnement proche. L’étude du site pose la question des sociétés et notamment des hommes travaillant sur le site : où habitaient-ils ? Dans quelles conditions ? Cela transcende l’échelle du site à celle du territoire proche. Ainsi, au-delà du bâti initialement repéré, ne faut-il pas prendre en compte d’autres structures se trouvant à proximité ? La caricature demeure la caserne ouvrière édifiée à quelques centaines de mètres de l’usine. Généralement, les archives répondent à ces questions et permettent de poser un regard précis sur le lieu à investiguer.

34Dès le retour sur le terrain, il faut en priorité croiser les informations archivistiques avec ce qui est encore en place : façades, fondations, traces… Lors de cette étape, les cartes anciennes sont importantes, mais les plans cadastraux apparaissent ici comme incontournables. Afin d’établir un tel croisement entre les sources et le site, il est souvent pertinent de prendre de la hauteur. Déjà, en 1985, Jacques Pinard (1985 : 49-53) conseillait d’analyser les photographies aériennes réalisées à l’occasion de certaines campagnes menées par l’IGN permettant de découvrir une emprise au sol « invisible » par le piéton. De nos jours, la technologie numérique offre au chercheur des outils exceptionnels à l’image de Google Maps qui permet d’observer les différentes emprises au sol et de les comparer avec les cartes anciennes et notamment les plans cadastraux.

35À la suite de cette identification, il convient d’effectuer des relevés précis qui n’ont pas été réalisés lors de la prise de contact avec le site. Au sein de ces relevés, il faut prendre en compte la topographie, les traces, les installations, par exemple des biefs et, évidemment, l’ensemble des ouvrages bâtis (Daumas 1984). Concrètement, il s’agit de réaliser des croquis et de mener à bien une campagne photographique. Les croquis concernent notamment la disposition et la localisation du bâti sur le site. Cependant, ils sont surtout utilisés pour décrire le bâti. Il s’agit de croquis approximatifs, sans échelle, mais sur lesquels les dimensions des façades, des ouvertures et des autres éléments architecturaux sont reportées. La nature des matériaux utilisés est également notée. Les photographies peuvent suppléer et compléter ces réalisations graphiques. En effet, les traces, les détails liés à la sédimentation des matériaux, les machines ou encore des déchets industriels sont difficilement représentables avec un croquis. De plus, la photographie permet de répertorier facilement des traces parfois très fragiles et donc susceptibles de disparaître très rapidement. Plus tard, ces clichés permettront aussi une lecture plus aisée du site.

Fig.5. Fendue associée en 1917 au puits Du Marais pour les besoins de la défense nationale (Le Chambon-Feugerolles, Loire)

Fig.5. Fendue associée en 1917 au puits Du Marais pour les besoins de la défense nationale (Le Chambon-Feugerolles, Loire)

Cette fendue est percée en 1917 par les Houillères de Montrambert et de la Béraudière afin d’extraire le charbon d’une lentille se trouvant à plus de 200 mètres de profondeur. Ce cliché pris en 2005 nous montre les traces laissées par cette installation. On distingue une partie de l’entrée de la fendue (bétonnée sur le cliché), les rails de chemin de fer à voie étroite raccordant cette installation au réseau de tramway de la région stéphanoise. De nos jours, ces traces ont disparu et la campagne photographique menée en 2005 ainsi que le travail de recherche sur cette installation permettent une lecture plus aisée du site.

Photo Luc Rojas

36Si le croisement entre le terrain et les archives apporte généralement assez d’éléments pour reconstituer l’évolution du bâti, il est parfois peu loquace sur l’activité au sein des ateliers. Afin d’ajouter cette dimension humaine et sociale, le chercheur doit parfois avoir recours à la source orale.

La mémoire orale ou le quotidien des ateliers

37Le recueil de mémoire n’est pas spécifique à l’archéologie industrielle. En France, les historiens ne sont pas à l’origine de cette pratique. Ce sont d’abord les acteurs sociaux qui développent la quête d’archives orales visant à la reconnaissance tels les mineurs de charbon du Nord Pas-de-Calais. Cependant, la création de l’Institut d’histoire du temps présent en 1978-79 plonge quelques historiens dans cette pratique du témoignage oral. Les services d’archives publiques développent le recueil de témoignages au sein des Archives nationales au tournant des années 1970 et des années 1980. Depuis, nous sommes entrés dans l’ère du témoin qui bouleverse la voie d’accès au passé. Les premières questions sur le statut et la parole du témoin émergent rapidement. À partir des années 1990, la mémoire ne peut plus être ignorée ; elle a d’ailleurs l’avantage de mettre en lumière la banalité des vies et les souffrances cachées qui ne s’expriment pas à l’écrit (Duclert 2002).

38À l’instar de Dominique Veillon, les historiens s’interrogent sur les techniques de ce qu’ils appellent l’entretien historique. Ils sont conscients de la difficulté de cette pratique et notamment du danger d’induire la réponse du témoin à travers une question inadaptée (Veillon 1992). La mémoire est désormais considérée comme une source ordinaire à condition que l’historien invente une méthodologie adaptée aux objectifs de sa recherche (Frank 1992). Les chercheurs dont l’industrie est habituellement le champ de recherche souscrivent également à la mise en place d’une méthodologie rigoureuse afin de mener à bien les entretiens. La source orale constitue pour eux plus qu’un complément car elle vient parfois combler un vide (Beltran, Picard 1992).

39À la fin des années 1980, comme les historiens, les chercheurs en archéologie industrielle prennent en considération le témoignage dans leur pratique (Woronoff 1989). De plus, ce champ d’étude qui s’attelle majoritairement à analyser les vestiges de l’industrialisation possède un potentiel assez important en matière de mémoire. En effet, lorsque l’activité industrielle s’achève, les acteurs sont encore nombreux, représentant un volume d’informations conséquent. Tout d’abord, ces sources orales ont permis aux chercheurs d’expliquer les pratiques sociales et techniques, de corriger des jugements, mais aussi de livrer le quotidien des ateliers. L’enquête orale peut également faciliter la compréhension du site, donner du sens aux objets techniques et documenter la sociabilité à l’intérieur de l’entreprise (Gasnier 2020 ; Moëllo, Lachèze, Féru 2021).

40L’archéologie industrielle n’impose pas de spécificité en matière de recueil de mémoire. Néanmoins, il demeure nécessaire de savoir contrôler l’entretien et de reconnaître les limites de cette source (Woronoff 1989). Cela nécessite une préparation rigoureuse prenant en compte des informations authentifiées par le terrain et les archives afin de constituer des repères sur lesquels s’appuyer lors de l’entretien. Il s’agit d’interroger le témoin sur une expérience vécue. Il est donc essentiel de repérer des moments décisifs. Lors de l’élaboration des questions, il convient de veiller à ne pas induire une réponse. Celles-ci ne doivent pas uniquement être orientées en direction des centres d’intérêts du chercheur car cela remet en cause voire ignore la logique intrinsèque du témoin. Parfois, il peut être nécessaire de canaliser le flot des paroles et à d’autres instants, l’enquêteur doit savoir écouter sans rompre le discours. Le chercheur est dans l’obligation de décoder les réponses en fonction de l’âge du témoin, de sa position dans l’entreprise, de l’idéologie, de la langue de bois et des omissions (Beltran, Picard 1992).

41Si ces mémoires sont à croiser avec les données recueillies en archives et sur le terrain, le chercheur possède désormais les informations nécessaires pour interpréter le site et en livrer son évolution.

Rendre compte des résultats de la recherche

42Lorsque les recherches en archives et sur le terrain s’achèvent, il devient nécessaire de les mettre en forme afin de les livrer au regard de la communauté des chercheurs et du public. S’il est possible de produire plusieurs types de documents, certains apparaissent comme plus synthétiques que d’autres.

L’inventaire

43Si l’archéologie industrielle poursuit plusieurs objectifs, l’inventaire des traces laissées par les activités industrielles demeure centrale pour cette pratique. À cet égard, l’inventaire est apparu très tôt comme un outil de référence pour recueillir les informations glanées par la recherche (Andrieux 1992 : 52-54). Dès le début des années 1980, les exemples d’inventaires sont ceux élaborés par le CILAC pour son étude technique des sites hydrauliques et ceux développés par l’écomusée du Creusot et l’École Nationale des travaux publics de l’État sur les friches industrielles. À cette époque, les inventaires diffèrent en fonction des acteurs et de leurs besoins. En 1986, l’administration entend, à travers l’action de la cellule du patrimoine industriel du ministère de la Culture, mener une campagne exhaustive de repérage, développant par la même des outils que Jean-François Belhoste et Gérard Emptoz qualifient d’inventaire de gestion, autrement dit un outil qui permet d’inventorier le bâti et de recueillir une information minimale. Cet inventaire devient notamment un moyen mobilisable très rapidement pour mener des campagnes de repérage d’urgence lorsque les sites sont menacés. Presque concomitamment se développe une grille d’analyse plus approfondie, prenant en compte le terrain mais également les dépouillements en archives (Gasnier 2011 : 53-55). Ainsi, les inventaires de recherche sont construits au fil des recherches par l’ensemble des acteurs participant au développement de l’archéologie industrielle, à l’image de l’écomusée du Beauvaisis (Andrieux 1992).

44À la fin des années 1980, l’information produite par l’archéologie industrielle tend à se normaliser à travers les inventaires du Service de l’inventaire. Les grilles d’analyse deviennent communes à l’ensemble des sites étudiés afin de proposer des bases documentaires harmonisées (Woronoff 1989). De plus, un regard très centré sur l’architecture apparaît au sein de cette documentation mettant en avant la perte d’information potentielle d’une telle grille de lecture. En effet, l’archéologie industrielle ne peut se limiter au seul aspect architectural qui n’explique que partiellement l’évolution du lieu et de ses pratiques. Nombre de chercheurs ont d’ailleurs mis en avant cela à l’image de Marina Gasnier :

« La normalisation à outrance n’aurait-elle pas engendré, dès le départ, une perte de sens de l’objet ? Étudier le patrimoine industriel dans toutes ses dimensions ne peut se limiter à la seule accumulation de notices (…) » (Gasnier 2011 : 64).

45S’il est nécessaire de prendre en compte les expériences passées en matière d’inventaire, il apparaît également essentiel de lutter contre cette normalisation excessive. C’est pourquoi le chercheur doit concevoir l’inventaire comme un moyen capable de synthétiser et de révéler le site étudié dans toutes ses dimensions. Autrement dit, l’inventaire est un outil devant s’adapter au lieu et à ses caractéristiques en construisant une grille d’analyse spécifique. Cela fait écho aux propos de Pierre Fluck qui écrit en 2017 qu’il n’existe pas de méthode universelle en archéologie industrielle. Néanmoins, certaines informations semblent incontournables lorsqu’il est question d’inventaire. Ainsi, la localisation du site, sa description actuelle, l’état de conservation du bâti, l’évolution de celui-ci à travers les différentes époques, les productions, les pratiques techniques et sociales, restent à documenter par le terrain et les sources.

46Le chercheur doit prêter une attention toute particulière à la description évolutive du site qu’il livre car celle-ci constitue l’un des enjeux majeurs de son travail d’archéologie industrielle. Pour cela, il doit recueillir, s’il le peut, des documents figurés d’époques diverses mais surtout élaborer des plans.

Plans et figurations graphiques : des documents de synthèse incontournables

47Dès les premiers travaux d’archéologie industrielle, la représentation figurée occupe une place importante. La photographie est d’ailleurs centrale dans les documents de synthèse. Néanmoins, elle n’indique pas l’échelle des bâtiments (Fluck 2017 : 470). La figuration par dessin a donc très rapidement pallié ce manque, notamment dès les premières heures de l’archéologie industrielle en Angleterre. Les Anglo-saxons, à l’instar de Brian Bracegirdle, sont devenus, dès les années 1970, les spécialistes de la figuration par dessin (Bracegirdle 1973). Il s’agit de figurations en plan, en coupe, en élévation et parfois éclatées pour montrer une partie de l’intérieur des bâtiments. Chaque site peut également bénéficier de plusieurs représentations graphiques afin de montrer l’évolution des lieux aux différentes époques. Cela permet de produire des documents capables de synthétiser l’ensemble des informations que le chercheur a pu collecter sur l’évolution du bâti. Ce type de figurations, très utilisé par les chercheurs anglais, a l’avantage d’offrir au lecteur les détails architecturaux des façades. Il en va ainsi pour les dessins de Suzanne Lilley. Publiés en 2012, ils représentent les façades de maisons en bandes de North Street à Cromford construites en 1771 par Richard Arkwright pour héberger des tisserands (Palmer, Nevell, Sissons 2012).

48Si la figuration par dessin constitue un apport non négligeable lors de la mise en forme des résultats de la recherche, l’élaboration de cartes et de plans s’avère essentiel. En effet, ces documents permettent de situer avec précision les différentes parties reconnues d’un ancien site industriel et de porter sur chaque graphisme qui les représentent le maximum d’indications, comme la date de construction, les fonctions et les équipements possédés (Pinard 1985 : 54).

49La constitution de plans de synthèse est facilitée par la documentation amassée en archives. En effet, les constructions des siècles passés sont souvent édifiées à partir de plans très précis pouvant constituer un premier document de repérage. Outre le fait de croiser ces informations avec le terrain, il est nécessaire d’ajouter les fonctions, les dimensions des bâtiments sur le plan à confectionner. Même s’il est sommaire, chaque plan doit comporter une échelle graphique. De plus, l’ajout d’éléments topographiques, de cotes d’altitude, de tracés de berges d’un cours d’eau, d’emplacements de soubassements rocheux, sont parfois utiles pour expliquer la position, la forme ou la fonction de certains bâtiments.

Fig.6. Plans des anciens ateliers Crozet-Fourneyron (Le Chambon-Feugerolles, Loire)

Fig.6. Plans des anciens ateliers Crozet-Fourneyron (Le Chambon-Feugerolles, Loire)

Ces plans constituent un exemple frappant des ressources que l’on peut trouver au sein des archives et des publications anciennes. L’entreprise fondée par Benoît Fourneyron à l’occasion du centenaire de la turbine hydraulique publie un ouvrage anniversaire en 1933 dans lequel elle revient abondamment sur l’évolution de l’usine depuis son édification en 1850. Ces plans nous permettent d’obtenir des informations précieuses sur la disposition des bâtiments, leurs fonctions, et ainsi les comparer à ce qui est encore debout actuellement.

Anonyme, Centenaire des ateliers Crozet-Fourneyron 1832-1932, Saint-Étienne, Imprimerie Théolier, 1932

50Nombre de chercheurs, à l’image de Jacques Pinard, préconisent l’élaboration d’un plan mêlant les bâtiments encore debout et ceux ayant disparu en précisant cela par le biais d’un code graphique. Au sein de ce plan, les informations sont ainsi foisonnantes : on trouve les bâtiments présents et passés avec leur date de construction, leur style architectural et parfois les techniques utilisées (Pinard 1985 : 57). S’il est riche en informations, ce type de document ne permet pas de caractériser une époque. En effet, les sites industriels anciens peuvent, au cours de leur existence, utiliser différentes énergies, mettre en œuvre des productions très dissemblables ou multiplier les ateliers au fil des années. Ainsi, confectionner une série de plans reprenant différentes époques apparaît plus approprié pour caractériser l’évolution du site et repérer les grandes étapes de celui-ci. Au-delà de l’aspect synthétique, cela offre au lecteur une clé pour chacune des périodes majeures de l’histoire du site.

Fig.7. Plans de l’ancienne Manufacture royale Jourjon (Le Chambon-Feugerolles, Loire)

Fig.7. Plans de l’ancienne Manufacture royale Jourjon (Le Chambon-Feugerolles, Loire)

Ce plan a été constitué à l’occasion d’une recherche sur une tréfilerie édifiée au XVIIIe siècle ayant obtenu le titre de Manufacture royale. Le choix de réaliser deux plans -et non un seul- offre au lecteur une vision plus claire de l’évolution du site. Cela permet également de caractériser les étapes clés de l’évolution du site. Ainsi il est possible de voir sur ces deux plans l’évolution du traitement des métaux ainsi que l’augmentation du nombre de logements destinés aux ouvriers.

Réalisation : Luc Rojas, Carole Bessenay

51Il peut aussi être intéressant d’établir le plan détaillé de quelques bâtiments avec leurs infrastructures et leurs superstructures à l’instar, pour les usines anciennes, des coursiers amenant l’eau aux roues hydrauliques ou aux turbines. Beaucoup de plans anciens représentent ce type d’appareillage ainsi que les différents dispositifs composant l’outillage des vieux ateliers et dont l’agencement dépend, durant de nombreuses années, du type de machine captant l’énergie utilisée et des mécanismes transmettant le mouvement aux différents appareils.

Fig.8. Plan de la tréfilerie et du laminoir de la Manufacture royale de Jourjon (Le Chambon-Feugerolles, Loire)

Fig.8. Plan de la tréfilerie et du laminoir de la Manufacture royale de Jourjon (Le Chambon-Feugerolles, Loire)

Ce plan est édifié par l’Administration en 1807. Il constitue un parfait exemple des plans d’époque que l’on peut trouver dans les dépôts d’archives. Ce document du début du XIXe siècle donne ainsi des indications au chercheur sur les dispositifs techniques utilisés par cet établissement à cette époque-là. Il précise donc la composition de l’outillage et des machines : on peut ici apercevoir les roues, le marteau hydraulique ainsi que les soufflets de forge.

Archives départementales de la Loire

52Si cette documentation participe à fixer l’évolution du site et de ses bâtiments, elle permet également d’atteindre un objectif propre à l’archéologie industrielle française : étudier les corps au travail, identifier les habitudes techniques et sociales… En effet, ces documents nous révèlent l’organisation interne et, par conséquent, la disposition des ateliers offrant ainsi un début de réponse que les chercheurs savent de nos jours valoriser par le biais des outils numériques.

Du dessin assisté par ordinateur à l’archéologie industrielle avancée

53Le texte a été durant de nombreuses années l’un des seuls médias possibles pour satisfaire l’ambition française de retracer les habitudes et les pratiques humaines au sein d’un site industriel. À la fin des années 1990, les chercheurs en archéologie industrielle se sont emparés des instruments numériques naissants, notamment avec l’apparition du dessin assisté par ordinateur. De nombreux logiciels de figuration 3D ont été développés et mis à disposition du plus grand nombre (Fluck 2017 : 71). De nos jours, les logiciels de vectorisation 3D sont aussi en ligne et certains désormais libres de droits. Les chercheurs désireux d’utiliser ces outils peuvent se former à leur utilisation, ajoutant ainsi une nouvelle compétence au champ de l’archéologie industrielle.

54Les années 2000 et le développement de l’Internet apportent leur pierre à l’édifice en contribuant à développer des outils et des pratiques numériques qui offrent de nouvelles possibilités. Ainsi, Marina Gasnier note que le recours au numérique permet de rendre compte du legs de l’industrie tant dans sa dimension matérielle qu’immatérielle. Néanmoins cela nécessite l’ajout de nouvelles compétences ou de collaborer avec d’autres disciplines telles que l’informatique appliquée et le génie mécanique (Gasnier 2020).

  • 7 Les reconstitutions numériques des sites industriels mises en œuvre par le projet « usines 3D » son (...)

55Les humanités numériques constituent depuis la fin des années 2000 une orientation prometteuse en matière de restitution des connaissances accumulées par la recherche en archéologie industrielle. C’est notamment le projet « Usines 3D »7 développé par une équipe de chercheurs de l’Université d’Evry. Travaillant sur l’industrie, ils lancent un programme de modélisation de sites. L’objectif est non seulement de reconstituer numériquement l’intérieur des ateliers, mais aussi les gestes et les pratiques techniques des ouvriers. Plus largement, ce projet vise à restituer le fonctionnement, en animation, des installations techniques. Les deux premiers chantiers de ce programme dont Serge Benoît et Alain Michel ont été les grands animateurs ont été le site des forges de Marcenay-le-lac, en Côte-d'Or et l’atelier C5 des usines Renault de Billancourt (Benoît, Kilouchi, Michel, Pouyleau 2009).

  • 8 L’archéologie industrielle avancée est initiée en 1998 par Michel Cotte et Samuel Deniaud qui sont (...)

56L’université de Nantes, avec les travaux de Florent Laroche et Michel Cotte, a également participé à l’arrivée de la modélisation numérique dans l’univers de l’archéologie industrielle. L’objectif est ici de mettre en valeur le savoir-faire que recèle les anciens sites industriels afin de conserver ce patrimoine immatériel. L’archéologie industrielle avancée8 a pour ambition de restituer numériquement, sous forme 3D, des machines dans leur contexte en prenant en compte les organes fonctionnels, les flux de matières et de fluides ainsi que les interactions homme-système. Les connaissances acquises par l’archéologie industrielle sont repositionnées virtuellement en situation d’usage à des fins de muséographie et de valorisation (Laroche 2009).

57À l’image de la forge d’Arthez-d’Asson dans les Pyrénées-Atlantiques, l’archéologie industrielle avancée permet de reconstituer virtuellement des sites qui sont aujourd’hui à l’état de ruines. S’il est question d’une modélisation 3D des bâtiments, ce site bénéficie également d’une simulation virtuelle du fonctionnement mécanique de la forge (Laroche, Rosato, François 2019).

Conclusion

58Il n’existe indéniablement pas de méthode universelle ou académique en matière d’archéologie industrielle. Néanmoins, depuis la fin des années 1970, des pratiques se sont développées au fil des recherches, empruntant des outils d’analyse à l’histoire, l’architecture, l’archéologie classique, la géographie, l’archivistique… S’il n’y a pas d’homogénéité, de nombreux points communs émergent parmi les pratiques des chercheurs : la pluridisciplinarité, le va-et-vient entre les sources et le terrain ou encore l’importance des plans et des représentations figurées en matière de valorisation des résultats de la recherche.

59Chaque chercheur construit au cours de son activité une méthode qui lui est propre et qu’il conforte au fil de ses lectures, de son expérience sur le terrain mais aussi de sa sensibilité scientifique. En effet, l’historien, le géographe ou l’ethnologue abordent les sites par des biais différents, offrant de fait un éclairage singulier. Ainsi la démarche présentée au cours des quelques pages précédentes est le fruit du travail d’un historien ayant majoritairement œuvré sur des sites liés à l’industrie lourde (houillère, métallurgie, mécanique…).

60Malgré des spécificités, les démarches en matière d’archéologie industrielle semblent désormais stabilisées. C’est probablement du côté des humanités numériques qu’il convient de se tourner pour envisager, non pas de nouvelles méthodologies de recherche, mais plutôt de nouveaux moyens de valorisation et de conservation. En effet, celle-ci offre dorénavant la possibilité de sauvegarder, voire de reconstituer virtuellement des sites. L’archéologie industrielle avancée ouvre de nouvelles possibilités et renforce l’objectif de sauvegarde assigné déjà en 1980 par Maurice Daumas au sein de son ouvrage fondateur.

Haut de page

Bibliographie

ANDRIEUX Jean-Yves, Le patrimoine industriel, Paris, Presses Universitaires de France, 1992

BELTRAN, Alain et PICARD, Jean-François. Les électriciens, les gaziers, les hommes de sciences et les autres. Bulletins de l'Institut d'Histoire du Temps Présent, 1992, vol. 21, n° 1, p. 79-86

BENOIT, Serge, KILOUCHI, Shadia, MICHEL, Alain, et al. Usines 3D. La simulation pour questionner les sources et les vestiges de l'histoire industrielle. In : Virtual Retrospect 2009. Éditions Ausonius, 2009, p. 31-40

BENOÎT, Serge, PEYRE, Philippe. L’apport de la fouille archéologique à la connaissance d’un site industriel : l’exemple des forges de Buffon. L’archéologie industrielle en France, n° 9, 1984. p. 5

BERGERON, Louis et DOREL-FERRÉ, Gracia, Le patrimoine industriel. Un nouveau territoire, Paris, Ed. Liris, 1996

BERGERON, Louis. Archéologie industrielle, patrimoine industriel : entre mots et notions. In : DAUMAS, Jean-Claude. La mémoire de l’industrie. De l’usine au patrimoine, Paris, 2006, p. 8-30

BRACEGIRDLE, Brian. The archaeology of the industrial revolution, Reading, Heinemann, 1973

BUCHANAN, Robert Angus. Industrial archaeology in Britain. London, Harmondsworth, Penguin, 1977

CARRIER-REYNAUD, Brigitte. Les cartes postales de la manufacture française d’armes et de cycles de Saint-Etienne (1906-1914). In : BELOT, Robert et LAMARD, Pierre. Image[s] de l’industrie XIXe- XXe siècles, Antony, ETAI, 2011, p. 110-119

DAUMAS, Maurice. L'archéologie industrielle : ses méthodes, ses succès, ses limites. Revue d'Archéologie Moderne et d'Archéologie Générale, Paris, 1982, n° 1, p. 37-47

DAUMAS, Maurice. L’objectif d’une action. L’archéologie industrielle en France, n° 1, mars 1976, p. 2-6

DAUMAS, Maurice. Quelques problèmes de méthode. L’archéologie industrielle en France, n° 2, avril 1977, p. 2-6

DAUMAS, Maurice. L’archéologie industrielle en France. Paris, Robert Laffont, 1980

DUCLERT, Vincent. Archives orales et recherche contemporaine. Sociétés & Représentations, 2002, n° 1, p. 69-86

FLUCK, Pierre. Manuel d’archéologie industrielle. Archéologie et patrimoine. Paris, Hermann, 2017

FRANK, Robert. La mémoire et l'histoire. Bulletins de l'Institut d'Histoire du Temps Présent, 1992, vol. 21, n° 1, p. 65-72

GARÇON, Anne-Françoise. L’épinglette et la plume. À Propos du patrimoine minier et métallurgique armoricain. In : GESLIN Claude (dir.), La vie industrielle en Bretagne. Une mémoire à conserver. Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2001, p.107-125

GASNIER, Marina. De nouveaux horizons pour l’archéologie industrielle. e-Phaïstos. Revue d’histoire des techniques/Journal of the history of technology, 2020, no VIII-2

GASNIER, Marina. Patrimoine industriel et technique. Perspectives et retour sur 30 ans de politiques publiques au service des territoires, Lyon, Ed. Lieux dits, 2011

GILLE, Bertrand, Histoire des techniques, Paris, Gallimard, 1978

LAROCHE, Florent. Une nouvelle forme de capitalisation des connaissances grâce à l’archéologie industrielle avancée. Documents pour l’histoire des techniques. Nouvelle série, 2009, n° 18, p. 51-60

LAROCHE, Florent, ROSATO, Virginie, FRANÇOIS, Paul. Patrimoine industriel numérique 3D. reconstruction de la forge d’Arthez-d’asson. Patrimoine industriel, n° 74-75, juin-déc. 2019, p. 114-121

MOËLLO, Morgane, LACHEZE, Cyril, FÉRU Jérôme. Archéologie contemporaine de l’industrie. e-Phaïstos, vol. IX, n° 2, 2021 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ephaistos.9225

MANIGAND-CHAPLAIN, Catherine. Les sources du patrimoine industriel. Paris, Ed. du patrimoine-CILAC, 1999

MERLEY, Jean. La mine dans le paysage stéphanois. Saint-Étienne, Maison de la culture, 1979

PALMER, Marilyn, NEVELL, Michael, SISSONS, Mark. Industrial archaeology: a handbook. London, Council for British archaeology, 2012

PASSAQUI, Jean-Philippe. Les voyages forment l’ingénieur. Paris, Classiques Garnier, 2015

PELTRE, Jean. Contribution à l'archéologie industrielle : recherches sur l'impact paysager d'industries anciennes en Lorraine. Revue géographique de l'Est, 1980, vol. 20, n° 1, p. 3-14

PINARD Jacques, L’archéologie industrielle. Paris, Presses Universitaires de France, 1985

VEILLON, Dominique. Technique de l'entretien historique. Bulletins de l'Institut d'Histoire du Temps Présent, 1992, vol. 21, n° 1, p. 115-124

WORONOFF, Denis. L'archéologie industrielle en France : un nouveau chantier. Histoire, économie et société, 1989, p. 447-458

Haut de page

Notes

1 Voir à ce propos la journée d’études « Les penseurs de la technique », CICCIONE Laure et PASSAQUI Jean-Philippe (dir.), « Maurice Daumas, entre histoire des techniques et archéologie industrielle », Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 16 avril 2016, à paraître au sein de la revue d’histoire des techniques e-Phaistos.

2 Entre 1916 et 1978, les forges de Buffon sont reprises par une cimenterie.

3 Nous pouvons mentionner pour ces phares patrimoniaux les toitures en sheds des usines, les cheminées, les chevalements, les terrils (ou crassiers), les châteaux d’eau….

4 Ces enquêtes se trouvent généralement dans les séries M des dépôts d’archives départementales et dans la sous-série F20 des Archives nationales.

5 Ces enquêtes sectorielles sont habituellement conservées dans les sous-séries F12 et F20 des Archives nationales.

6 La sous-série F10 dédiée à l’agriculture est intéressante car elle possède des dossiers relatifs aux rivières non navigables sur lesquelles sont installées, parfois, des usines utilisant le cours d’eau comme force motrice.

7 Les reconstitutions numériques des sites industriels mises en œuvre par le projet « usines 3D » sont consultables à l’adresse suivante : https://www.idhes.cnrs.fr/usines-3d/

8 L’archéologie industrielle avancée est initiée en 1998 par Michel Cotte et Samuel Deniaud qui sont rejoints par la suite par d’autres chercheurs comme Florent Laroche et Jean-Louis Kerouanton.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig.1. Roulage interne des anciennes usines métallurgiques Holtzer (Unieux, Loire)
Légende Au sein de la friche des anciens établissements Holtzer subsistent les traces d’un chemin de fer interne qui permettait de relier les différents ateliers les uns aux autres. Ces artefacts sont probablement appelés à disparaître avec le temps et la réhabilitation que devrait subir le site dans les années à venir. Si cette trace est insignifiante aux yeux du profane, elle permet à l’expert de décrypter en partie l’organisation interne de ce lieu de production.
Crédits Photo Luc Rojas
URL http://journals.openedition.org/ephaistos/docannexe/image/10802/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 538k
Titre Fig.2. Le paysage industriel au sud de Saint-Étienne (Saint-Étienne, Loire)
Légende Ce cliché du sud de la ville de Saint-Étienne nous montre l’enchevêtrement du bâti et la difficulté d’interpréter le paysage. En effet, nous pouvons apercevoir au premier plan de cette photographie des ateliers côtoyant des usines avec une toiture en shed typique du XIXe siècle ou encore des usines à toiture plate (usines Bennes Marrel) caractéristique de l’entre-deux guerres. Au second plan, il est possible d’identifier des immeubles du XIXe siècle à côté de constructions plus récentes laissant aussi présager une lecture difficile du paysage.
Crédits Photo Luc Rojas
URL http://journals.openedition.org/ephaistos/docannexe/image/10802/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Titre Fig.3. Usines à shed et cheminée (Unieux, Loire)
Légende Ce paysage typique de l’industrie du XIXe siècle agit comme un phare en guidant le regard du chercheur. La toiture à shed et la cheminée l’accompagnant interrogent l’expert comme le profane. En effet, ces caractéristiques architecturales d’un autre temps ne peuvent passer inaperçu dans l’espace public.
Crédits Photo Luc Rojas
URL http://journals.openedition.org/ephaistos/docannexe/image/10802/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Titre Fig.4. Façade de l’ancienne écurie du premier chemin de fer continental (Saint-Just-Saint-Rambert, Loire)
Légende Cette ancienne écurie est édifiée en 1827 en même temps que la première ligne de chemin de fer en Europe continentale reliant Saint-Étienne au port fluvial de Saint-Rambert. Sur le mur nord de cette écurie, nous pouvons récolter des indices sur l’évolution du bâti. Alors qu’elle est édifiée en même temps que la ligne de chemin de fer en 1827, nous pouvons affirmer, au regard de l’aspect du mur nord, que l’écurie a ét modifiée quelques années plus tard. En effet, on remarque sur l’arête du bâtiment des trous et des traces de rouille. Il s’agit de dés de pierre qui, originellement, servaient de traverse aux courts rails en fonte qui servaient à la ligne de chemin de fer lors de son édification mais qui furent très vite abandonnés en raison de leur usure accélérée.
Crédits Photo Luc Rojas
URL http://journals.openedition.org/ephaistos/docannexe/image/10802/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 482k
Titre Fig.5. Fendue associée en 1917 au puits Du Marais pour les besoins de la défense nationale (Le Chambon-Feugerolles, Loire)
Légende Cette fendue est percée en 1917 par les Houillères de Montrambert et de la Béraudière afin d’extraire le charbon d’une lentille se trouvant à plus de 200 mètres de profondeur. Ce cliché pris en 2005 nous montre les traces laissées par cette installation. On distingue une partie de l’entrée de la fendue (bétonnée sur le cliché), les rails de chemin de fer à voie étroite raccordant cette installation au réseau de tramway de la région stéphanoise. De nos jours, ces traces ont disparu et la campagne photographique menée en 2005 ainsi que le travail de recherche sur cette installation permettent une lecture plus aisée du site.
Crédits Photo Luc Rojas
URL http://journals.openedition.org/ephaistos/docannexe/image/10802/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Fig.6. Plans des anciens ateliers Crozet-Fourneyron (Le Chambon-Feugerolles, Loire)
Légende Ces plans constituent un exemple frappant des ressources que l’on peut trouver au sein des archives et des publications anciennes. L’entreprise fondée par Benoît Fourneyron à l’occasion du centenaire de la turbine hydraulique publie un ouvrage anniversaire en 1933 dans lequel elle revient abondamment sur l’évolution de l’usine depuis son édification en 1850. Ces plans nous permettent d’obtenir des informations précieuses sur la disposition des bâtiments, leurs fonctions, et ainsi les comparer à ce qui est encore debout actuellement.
Crédits Anonyme, Centenaire des ateliers Crozet-Fourneyron 1832-1932, Saint-Étienne, Imprimerie Théolier, 1932
URL http://journals.openedition.org/ephaistos/docannexe/image/10802/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Titre Fig.7. Plans de l’ancienne Manufacture royale Jourjon (Le Chambon-Feugerolles, Loire)
Légende Ce plan a été constitué à l’occasion d’une recherche sur une tréfilerie édifiée au XVIIIe siècle ayant obtenu le titre de Manufacture royale. Le choix de réaliser deux plans -et non un seul- offre au lecteur une vision plus claire de l’évolution du site. Cela permet également de caractériser les étapes clés de l’évolution du site. Ainsi il est possible de voir sur ces deux plans l’évolution du traitement des métaux ainsi que l’augmentation du nombre de logements destinés aux ouvriers.
Crédits Réalisation : Luc Rojas, Carole Bessenay
URL http://journals.openedition.org/ephaistos/docannexe/image/10802/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Titre Fig.8. Plan de la tréfilerie et du laminoir de la Manufacture royale de Jourjon (Le Chambon-Feugerolles, Loire)
Légende Ce plan est édifié par l’Administration en 1807. Il constitue un parfait exemple des plans d’époque que l’on peut trouver dans les dépôts d’archives. Ce document du début du XIXe siècle donne ainsi des indications au chercheur sur les dispositifs techniques utilisés par cet établissement à cette époque-là. Il précise donc la composition de l’outillage et des machines : on peut ici apercevoir les roues, le marteau hydraulique ainsi que les soufflets de forge.
Crédits Archives départementales de la Loire
URL http://journals.openedition.org/ephaistos/docannexe/image/10802/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Rojas, « L’œil sur la trace. Une méthode d’archéologie industrielle »e-Phaïstos [En ligne], X-2 | 2022, mis en ligne le 24 décembre 2022, consulté le 18 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/ephaistos/10802 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ephaistos.10802

Haut de page

Auteur

Luc Rojas

Luc Rojas est chercheur associé au laboratoire EVS-ISTHME (UMR CNRS 5600) (Université de Saint-Étienne). Ses recherches portent sur l’histoire des techniques dans le cadre des mondes industriels. Il s’attache plus particulièrement aux pratiques et aux pensées des ingénieurs civils, à la circulation des idées techniques ainsi qu’aux mouvements d’organisation scientifique du travail et des entreprises. Il consacre également une partie de ses travaux à l’héritage industriel. Il a d’ailleurs co-piloté le dossier de l’Archéologie industrielle en France dédié à la région stéphanoise (n° 61, 2012). Récemment, il a co-dirigé un numéro spécial de la revue canadienne Ethnologies (vol.42, n° 1-2, 2020) consacré au patrimoine industriel dans lequel il a publié un article traitant de la réutilisation du patrimoine industriel par les acteurs privés. Son dernier article, consacré à la patrimonialisation des colonies industrielles, est paru dans l’ouvrage Live modern heritage, publié en 2021 par l'Université de São Paulo.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search