Navigation – Plan du site

AccueilNumérosV-1 2016Éditorial

Texte intégral

1« Durabilité urbaine » et/ou « résilience urbanistique » ? Tels sont les enjeux posés par le dossier « Ville et technique ». L’enquête explore les pistes d’une ville idéale repensée à l’aune des nouvelles technologies. La ville est conçue par les auteurs comme un vaste champ d’expérimentation loti de nouveaux outils, alimenté de nouvelles catégories historiques. La durabilité impose de décrypter les indicateurs d’un système urbain en panne : bilan carbone, crise énergétique ou démographique. En regard, la « résilience urbaine » absorbe les perturbations pour revenir à ses fonctions systémiques avec des composants qui interagissent pour contribuer au fait urbain, prend le relai. Elle oblige à valoriser les réseaux techniques au lieu de les condamner, tels d’indispensables « lifelines ». C’est également l’histoire urbaine et environnementale fondée sur l’histoire des matériaux et des toxicités que précise la rubrique « Entretien » où nous suivons « Tout azimut » le parcours d’André Guillerme, historien de l’art, puis des techniques, rencontré par Mathieu Fernandez.

2L’univers du sensible et de la pratique musicale habite la rubrique « Un objet, une technique », avec le focus fait sur les instruments à vent européens et proche-orientaux, médiévaux et modernes, rarement envisagés, comme ici, sous l’angle de la filière. L’analyse par Cyril Lachèze de l’ouvrage Vie et choses de la vie sous l’Ancien Régime dirigé par Michel Figeac (2007) nous entraîne sur les traces de la culture matérielle, dans les pas de Daniel Roche. La technique est traquée, les filières visitées et les ateliers saisis entre réalité matérielle et contexte social.

3Dynamique oblige, la jeune école africaine d’historiens des techniques est une nouvelle fois à l’honneur. On y trouvera les exposés de soutenance des thèses d’Innocent Diezou Koffi, « Forêt et industrie en Côte d’Ivoire de 1910 à 1980 » (2015), de Salif Diedhiou, « L’Énergie électrique au Sénégal de 1887 à 1985 » (2016) et dans les « Horizons internationaux », l’analyse de l’influence saint-simonienne en Algérie, effectuée par Mohammed Rahmoun. La saisie active du patrimoine technique et de l’industrie en Afrique s’accompagne d’une mise à jour de l’histoire technique de ce continent. On voit en Côte d’Ivoire, une culture technique et des complexes techniques traditionnels devenus mixtes sous la pression coloniale ; au Sénégal, une hybridation croisant imaginaire originaire et culture technique occidentale ; en Algérie, l’influence de la doctrine économique et sociale des Saint-Simoniens au XIXe siècle, prônant les sciences, misant sur les techniques, déclinant l’urbanisme enfin. Bien qu’elle soit porteuse de tensions sociales, cette reconnaissance de la démarche patrimoniale en Afrique du Nord et de l’Ouest relève de la résilience analysée dans le dossier thématique. Cette nouvelle recherche historique revisite l’approche du passé colonial et se saisit des vestiges matériels sans occulter le patrimoine immatériel que les enquêtes de terrain font émerger.

4Ainsi e-Phaϊstos convie ses lecteurs au foisonnement des lieux et des idées, du progrès et des défis du mieux vivre en société pour enfin aborder les rivages de cités durables, plus respectueuses d’une planète en souffrance. Cela en toute urbanité !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martine Mille, « Éditorial »e-Phaïstos [En ligne], V-1 2016 | 2018, mis en ligne le 18 janvier 2018, consulté le 29 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ephaistos/1120 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ephaistos.1120

Haut de page

Auteur

Martine Mille

Doctorante, École pratique des hautes études (ÉPHÉ-Paris) EA 4116 SAPRAT (Savoirs et Pratiques du Moyen Âge au XIXe siècle) Paris Sciences et Lettres (PSL) Research University

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search