Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXI-1Entretiens et LeçonsAnthony Deane et l’affaire des ya...

Entretiens et Leçons

Anthony Deane et l’affaire des yachts pour Versailles

Anthony Deane and the Versailles yachts case
Hélène Vérin

Résumés

A la fin du mois d’août 1675, deux yachts de 49 pieds de long sur 131/2 de large et 3 pieds de tirant d’eau rejoignent la flotille réunie sur le grand canal de Versailles. Ils ont été construits à Portsmouth à l’imitation des yachts du roi Charles II par le célèbre maître charpentier Anthony Deane. On relate ici l’histoire de cette commande de Louis XIV auprès de Charles II, celle des péripéties de la construction et de la décoration des deux yachts, de leur voyage jusqu’à Versailles et des suspicions de « popist plot » que suscita le séjour de Deane en France et qui le conduisit à la Tour de Londres en 1679. A chaque étape de cette affaire, politique et technique s’entremêlent, s’intriquent, se combinent rebondissent l’une sur l’autre, créant un espace d’investigation nouveau où chaque action acquiert de multiples dimensions.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Voir ma lettre à AD prédisant dès avant son voyage en France en 1675 qu’il pourrait faire l’objet (...)

« Look up my letter to Sir AD prophesying beforehand
the ill construction his voyage into France
in the year 1675 might be subject to
 ».
Samuel Pepys (1926 : 195)1

1Nous ne savons pas si Samuel Pepys a retrouvé la lettre à Anthony Deane, à laquelle il fait allusion dans une des brèves qu’il notait au cours de son travail à l’amirauté et qui est reproduite ci-dessus. Toutefois son insistance à signaler que non seulement il avait prédit que le voyage de Deane en France en 1675 pourrait faire l’objet d’une mauvaise interprétation, mais encore qu’il l’avait prédit auparavant - « prophesying beforehand » - laisse penser qu’il avait écrit cette lettre avant même ledit voyage. Peut-être peut-on préciser cette date.

2C’est en 1672 que le roi Louis XIV demande à son « cher cousin » Charles II de satisfaire son projet d’accroître la flottille du Grand Canal de Versailles par deux yachts, construits par Anthony Deane. La réponse tarde de sorte que Colbert, impatient, intervient le 19 novembre de la même année auprès de son frère Colbert de Croissy, ambassadeur à Londres. Puisque, décidément, le roi Charles n’a pas donné l’ordre de construction des yachts, faites le vous-même rapidement écrit-il et occupez-vous d’y faire travailler sans discontinuer.

3L’objectif est qu’ils soient à Versailles en mars

« et ce sera un avantage considérable que le sieur Deane fasse le voyage icy pour les venir monter et les voir naviguer sur le canal » (Colbert 1861 : 478).

4Ainsi, dès la fin de 1672, il a été question de faire accompagner les yachts par Deane. Ce qui ne peut poser problème alors, puisque en 1672, Anglais et Français sont alliés contre les Provinces-Unies. Il n’en est plus de même après le traité de Westminster en février 1674, lorsque cette alliance est renversée. Pourtant, le 25 juillet de cette même année, Samuel Pepys transmet à Deane l’ordre de Charles II : il faut commencer d’urgence la construction des yachts. Deane devra donc accéder au désir de Louis XIV et conduire lui-même les yachts jusqu’à Versailles. Il y a quelque chance pour que les inquiétudes de Pepys datent de cette période.

5Depuis 1674, Samuel Pepys était secrétaire de l’Amirauté. Son supérieur, Jacques duc d’York, Lord High Admiral, refusant de prêter le serment anti-catholique - Test Act Oach - avait été démis de son poste en 1673. Il avait été remplacé par une commission de 15 personnes censées gérer l’amirauté, mais sans véritable pouvoir. Pepys voit son rôle de secrétaire prendre une plus grande importance. Protégé du duc d’York, il le tient toujours au courant des affaires de la marine. Sa loyauté envers le duc lui valut les déboires politiques qu’il partagea avec Anthony Deane.

6Les quelques lignes qui précèdent sont là pour évoquer le contexte dans lequel se fit cette commande de Louis XIV auprès de Charles II. Les péripéties de la construction et de la décoration des deux yachts, celles de leur voyage jusqu’à Versailles, comme l’accueil dont Deane et sa suite firent l’objet à la Cour et dans les plus grandes maisons de France, les conditions de son retour à Portsmouth, en font une affaire pleine de rebondissements. Deane dut supporter bien des obligations, des contre temps et des frustrations, mais il reçut aussi toutes sortes de marques de déférence de la part de son roi comme du roi de France et des plus hauts personnages de la marine française. L’accomplissement heureux de cette commande et de la mission de Deane s’assombrit cruellement si on l’observe à partir de ce qui s’ensuivit en 1679 : les suspicions de « popish plot » (complot papiste) dans lesquelles il est entraîné avec son supérieur hiérarchique et ami Samuel Pepys, puis l’accusation d’espionnage au profit de la France par la chambre des Communes qui le conduisit à la Tour de Londres.

Pourquoi des yachts ? pourquoi Deane ?

7À la fin du mois d’août 1675, deux yachts de 49 pieds de long sur 13 pieds 1/2 de large et 3 pieds de tirant d’eau rejoignent la flottille réunie sur le grand canal de Versailles (Halna Du Fretay). Ils ont été construits à Portsmouth à l’imitation des yachts du roi Charles II par le célèbre maître charpentier Anthony Deane. À vrai dire, la simple chronologie de l’entreprise n’a pas été évidente, les données tirées des sources françaises et anglaises n’étant pas toujours concordantes.

  • 2 Peter II et Christopher appartenaient à une célèbre dynastie de maîtres charpentiers de marine qui (...)

8Dès les années 1660, le yacht est à la mode en Angleterre (Hamilton 1904 : 97). Le premier, The Mary, fut offert à Charles II par les Provinces-Unies, à l’occasion de son accession au trône d’Angleterre. Le Mary fut bientôt suivi par une série de copies anglaises et on a compté 25 yachts construits durant le règne de Charles II (Davies 2008 : 63). Dans son dictionnaire, Nicolas Aubin le décrit comme « un bâtiment ponté et mâté en fourche, qui porte ordinairement un grand mât, un mât d’avant, un bout de beaupré, avec une corne comme le heu, et une voile d’étai. Il tire fort peu d’eau et est excellent pour de petites bordées. On a coutume de s’en servir à des promenades ou petites traversées. » (Aubin 1702 : 646) Les yachts royaux ou privés se multiplient rapidement en Angleterre, construits par les meilleurs charpentiers, dont les Pett2 – Peter II et Christopher, et Anthony Deane pour le Fanfan en 1666, le Solalis en 1670, le Cleveland (107 tonneaux) en 1671, le Navy (74 tonneaux) en 1673, le Charles (120 tonneaux) en 1674…

9Notons que dans la correspondance française qui a trait à ceux de Versailles, on parle de « jack », transcription proche du néerlandais jagen, ce qui tend à prouver qu’en France il fut d’abord connu directement depuis les Provinces-Unies, origine de ce navire. Il en a d’ailleurs un trait caractéristique, le faible tirant d’eau adapté aux conditions maritimes de ces régions.

10Que Louis XIV sollicite ainsi son royal cousin – et beau-frère – n’a rien d’étonnant : on sait que diversifier les bâtiments composant la flottille du grand canal de Versailles et multiplier les modèles étrangers était la volonté du roi. Il y manquait des yachts et ceux qu’Anthony Deane avait construits pour son roi, Charles II, étaient connus pour leur beauté et leurs qualités nautiques.

11Le Grand Canal, construit entre 1668 et 1672, se peuple rapidement d’une flottille qui se diversifie. Au départ, elle se compose surtout de canots, de chaloupes et de gondoles envoyées de Venise, dont plusieurs sont livrées durant l’hiver 1674. À côté de ces petites embarcations de promenade, et dès 1669, on met à l’eau un brigantin, sorte de petite galère, construit au Havre. Après l’arrivée des yachts d’Anthony Deane, en 1675, la flottille s’agrandit considérablement. Notons que le Grand Canal permit également de tester des méthodes de construction et des machines proposées par des inventeurs, témoignant ainsi du double rôle, sans doute ludique et fastueux mais aussi expérimental de cette petite flotte.

12La précision qui termine la lettre de Colbert : « et ce sera un avantage considérable que le sieur Deane fasse le voyage icy pour les venir monter et les voir naviguer sur le canal » est, nous l’avons vu, un élément décisif de l’histoire de cette commande. Pourquoi la présence de Deane serait-elle si avantageuse ? Sans doute Deane est-il le mieux à même de faire face aux difficultés du transport depuis Portsmouth, il le prouva d’ailleurs. Peut-être aussi sa notoriété professionnelle justifie-t-elle le désir d’une rencontre. Mais encore, dans l’extraordinaire imbroglio des relations diplomatico-familiales entre Charles II et Louis XIV, entre l’Angleterre et la France, avec les pratiques systématiques d’espionnage réciproque, vu l’attachement de Deane à son roi, lié lui-même à Louis XIV par le traité secret de Douvres, il n’est pas absolument exclu que son voyage en France comprenne d’autres missions que celle d’amener intacts jusqu’au canal de Versailles et d’y faire voguer ses deux yachts. En effet, il en avait bien une, comme nous le verrons plus loin, mais c’était au profit des services d’espionnage anglais.

13Anthony Deane est sans doute l’un des meilleurs maîtres charpentiers de vaisseaux de sa génération et un constructeur prolifique. Du point de vue technique, il est alors le premier et le seul en Europe qui soit capable de calculer, à partir du dessin sur papier de la coque d’un navire (Lavery 1981), le volume qui sera immergé dans l’eau. Ses calculs s’appuient sur une géométrie graphique élémentaire et relèvent d’une arithmétique rudimentaire, mais ils sont efficaces et permettent de s’assurer que les canons seront assez hauts au-dessus de la ligne de flottaison en toutes circonstances, problème crucial et non résolu mathématiquement jusque-là (Ferreiro 2009 : 19).

  • 3 Un homme aussi ingénieux que sobre. Diary and correspondance of Samuel Pepys, the diary deciphered (...)
  • 4 Gaspillage et rapines que Pepys devait tenter de réduire. Pratique rédhibitoire dans tous les arsen (...)
  • 5 Pepys le décrit en 1664 comme « a conceited fellow and one that means the king a great deal of serv (...)

14Constructeur dans plusieurs ports et arsenaux du roi, commissaire attaché au port de Portsmouth puis contrôleur des comptes des avitaillements, il fut aussi entrepreneur, et homme politique, membre du Parlement pour la circonscription de Harwich. Dans son ascension rapide, puisqu’à 26 ans il est déjà maître charpentier à Harwich, il fut soutenu par Samuel Pepys dès 1662 qui le décrit comme « an ingenious as well as a sober man 3 ». Pepys était alors secrétaire des actes au conseil de la marine. Il s’attaqua à réformer la gestion de l’arsenal de Woolwich qui était alors à l’abandon et où le coulage4 était récurrent. C’est à la fois par ses talents de maître charpentier de navires et de gestionnaire que Deane suscita l’intérêt de Pepys et que se construisit leur relation5. C’est ensemble qu’ils furent députés de Harwich, ensemble qu’ils furent entraînés, en 1679-1680, dans la tourmente politico-religieuse de cette période mouvementée de l’histoire de l’Angleterre.

La construction des yachts à Porstmouth

15Après la demande de Louis XIV à Charles II en 1672, le secrétaire de l’ambassade de France à Londres contacte Anthony Deane, maître charpentier à Portsmouth, qui remplit alors ses nouvelles fonctions de commissaire de la marine. Deane lui répond le 25 décembre :

  • 6 Anglicisme pour : présenter mes hommages.

« aussy tost que j’auray l’opportunitie d’aller a Londres, je manqueray pas de payer mes respects6 a Monseigneur l’ambassadeur de recevoir ses commandements sur l’affayre des yachts pour Sa Majesté tres Chrestien ».

16Mais, ajoute-t-il, ses activités de commissaire et de maître charpentier l’absorbent entièrement :

  • 7 BN Mélanges Colbert, ms 163 fol. 25. Portsmouth, 25 décembre 1672, Lettre d’Anthony Deane à M. Mign (...)

« Aussy tost que je seray quitte de cet affayre je ne manqueray pas de venir et payer mes tres humbles services a Monseigneur a qui il vous playra de presenter mes tre obeissants service. »7.

  • 8 Le Swiftsure, un 66 canons achevé en avril 1673, le Harwich, de 64 canons un an plus tard et le Sap (...)
  • 9 « to receive the King’s commands touching the building of two yachts which the King’s of France des (...)

17Nous savons que, durant ces années 1673-1675, Deane a construit trois navires comme entrepreneur privé8. Il fallut donc attendre un an et demi et le processus ne fut engagé que lorsque Deane en reçut l’ordre venant de son roi par l’intermédiaire de son supérieur hiérarchique, Samuel Pepys, alors secrétaire de l’amirauté. Le 25 juillet 1674, à 11 heures du matin, Pepys lui envoie un message par express pour qu’il se rende à l’amirauté « afin de recevoir les ordres du roi concernant la construction des deux yachts que le roi de France désire faire construire pour lui en Angleterre à l’imitation de ceux de Sa Majesté »9.

18Dès lors, les opérations de construction et de décoration des yachts vont être suivies par le marquis de Ruvigny, un officier et diplomate protestant en mission extraordinaire auprès de Colbert de Croissy. Ruvigny, qui a joué un rôle important dans les diverses négociations entre Louis XIV et Charles II, est chargé de communiquer à Deane les directives du roi transmises par Colbert dans un petit mémoire.

  • 10 13,71 à 14,63m et 0,91m.

19Les dimensions requises ayant été évaluées de 45 à 48 pieds de long et 3 de tirant d’eau10 au plus, le mémoire du roi s’attarde sur la décoration : (il n’est pas question de la confier aux Anglais).

Le Roy condescend volontiers à l’envie qu’il a de rendre les deux yachts, qu’il prend soin de faire bastir pour Sa Majesté, les plus beaux et les plus parfaits qu’il sera possible, et pour cet effet d’en faire faire la sculpture en Angleterre. Mais pour cela Sa Majesté désire qu’il envoye les figures ou plans des pièces qu’il estimeroit nécessaire d’orner de sculpture ou peinture, avec les mesures justes de chacune, afin que Sa Majesté puisse faire faire icy des dessins et envoyer ensuite des sculpteurs pour les porter au-dit Sr Deane et les exécuter par ses ordres sous ses yeux (Colbert 1861 : 535-536).

  • 11 Pierre Formont, marchand banquier huguenot, avait des comptoirs ou des représentants dans presque t (...)
  • 12 BNF Mélanges Colbert, ms 170 bis fol 715, Londres, 21 février 1675, lettre de Ruvigny à Colbert.

20Il est entendu que les yachts doivent être financés par la France. Le projet avance ; aussi, en janvier 1675, Colbert contacte le banquier parisien Pierre Formont 11pour qu’il remette à son correspondant à Londres, le Sr Carbonnel12, la somme de six mille livres payables à l’ordre du marquis de Ruvigny, pour l’employer aux dépenses de la construction.

  • 13 AN Mar B2 31 f° 18. St Germain 11 janvier 1675, Lettre de Colbert à Mr de Ruvigny.

« Je m’asseure, écrit-il à Ruvigny, que vous n’oublierez rien pour insinuer au Sr Deane l’oeconomie pour cette dépense et pour l’engager a les faire promptement achever »13.

  • 14 ibid. Le Sr. Denise en effet suivra l’avancée des constructions et des décorations des yachts. Deni (...)

21Ruvigny doit également demander à Deane un mémoire où doivent être soigneusement indiquées les longueurs et largeurs des espaces où les sculptures décoratives seront réalisées. Selon les directives royales, l’idée est d’en préparer le dessin en France et d’envoyer ensuite sculpteurs et peintres à Portsmouth. Colbert, inquiet de la bonne suite des travaux, propose à Ruvigny d’envoyer quelqu’un à Portsmouth, « pour vous rendre compte de la construction desdits jacks jusques a ce qu’ils soient en estat de partir 14 ».

22En fait, Deane a déjà fourni à Ruvigny les dimensions demandées, plus exactement, celles de la poupe du yacht que Colbert a reçu entre temps, mais il y faut aussi

  • 15 AN Mar B2 31 f° 20. St Germain 16 janvier 1675, Lettre de Colbert à Mr de Ruvigny.

« celles de la proue de l’esperon, du platbord, et tous les autres endroits des vaisseaux capables de recevoir des ornemens15 ».

  • 16 Jean-Baptiste Colbert, marquis de Seignelay, était le fils aîné de Colbert. Celui-ci le forma très (...)
  • 17 14,93m et 4,11m.

23La conception et les dessins des yachts avancent, mais Deane se soucie de savoir si la Seine a une profondeur suffisante pour leur navigation, ce qui prouve que, dès le départ, il a envisagé de les faire venir déjà montés jusqu’à Versailles. La réponse de Colbert n’est pas tout à fait rassurante, puisque selon ses informations, on peut compter « qu’il y en a plus de trois pieds jusques au commencement de Juin, mais quand les grandes chaleurs viennent… ». Façon peut-être d’accélérer les choses ? Le 17 janvier, Deane envoie à Seignelay16 un rapport sur les 2 yachts : ils auront 49 pieds de long et 13-1/2 de large17. Il assure aussi qu’il tiendra compte des précisions qu’on lui a données à propos des sculptures sur bois de la chambre du roi et s’agace semble-t-il des lenteurs que suscite la mise au point des décors à Paris.

  • 18 AN Mar B7 474 marine anglaise f° 11 : Portsmouth 17 janvier 1675, Lettre de A. Deane à Seignelay. " (...)

« Les révisions du plan seront prêtes jeudi (le 24) pour être soumises à votre approbation, laquelle je vous demande de me retourner rapidement sinon le bateau ne saurait être terminé dans les temps18 », écrit-il.

  • 19 AN Mar B7 474 marine anglaise piece 11 : Londres 28 janvier 1675, Lettre de M. de Ruvigny au Marqui (...)

24Cependant, onze jours plus tard, le 28 janvier, Ruvigny transmet une nouvelle lettre de Deane. Claude Denise, envoyé par Ruvigny pour surveiller l’état d’avancement des constructions à Portsmouth, affirme que les yachts seront terminés dans les temps, sauf que Deane n’a toujours pas reçu l’approbation de Seignelay concernant les dernières modifications prévues19.

25Malheureusement, l’achèvement des yachts va encore être retardé.

  • 20 Jean Baptiste Colbert Seignelay épouse Maire-Marguerite d’Alègre.

26Sans doute Deane envisage-t-il de faire faire la décoration par des sculpteurs et peintres anglais, car le 8 février Colbert prend le temps de répondre à Ruvigny, alors que le jour même a lieu le mariage de son fils20. Surtout, il n’est pas question de faire faire les sculptures par des artisans anglais. Le roi est formel, « il est inutil de faire des ornemens à ces bastimens », si ce ne sont pas des sculpteurs français qui s’en chargent,

  • 21 AN Mar B2 31 f 42v St Germain, 8 février 1675, lettre de Colbert à M. de Ruvigny.

« sa Majesté ne pouvant se contenter, ny du dessein, ni mesme des ornemens que les Anglois pourroient faire21 ».

27On demande donc à Deane de recevoir les sculpteurs qui seront envoyés de France et de les faire travailler conjointement à l’exécution des dessins retenus. Mais le courrier de Deane à la cour de France contenant ses propositions n’arrive pas, et Ruvigny s’agite, craint qu’il soit retenu à la poste de Londres, vérifie qu’il n’est pas arrivé chez le banquier Formont. Enfin, les informations passent. Colbert répond aux inquiétudes de Ruvigny lui promettant de vérifier

  • 22 AN Mar B2 31 f 62v, St Germain 1er mars 1675, lettre de Colbert à M. de Ruvigny.

« pour ce qui est des desseins desdits jacks que vous avez envoyes (…) ce qu’est devenu le rouleau dans lequel ils estoient que le Me de la poste d’Angleterre doit m’avoir envoyé, & ensuite je vous feray sçavoir les intentions de Sa Majesté sur ce qu’ils contiennent »22.

  • 23 AN Mar B2 31 f63v-64, St Germain, 3 mars 1675, lettre de Colbert au Sr Le Brun.

28D’ailleurs, les artistes ne sont pas encore choisis et c’est le 3 mars que la demande est faite à Charles Le Brun, premier peintre du roi, de « disposer promptement un peintre et un Me sculpteur habil avec quatre compagnons et huict sculpteurs pour passer en Angleterre 23 ».

  • 24 BN Mélanges Colbert, ms 171 fol. 41-42, 7 mars 1675, Mémoire des gages accordés aux ouvriers sculpt (...)

29Choisis par Le Brun, leur voyage et leurs gages payés24, ils remettent à Ruvigny dès leur arrivée à Londres une lettre de Colbert qui s’inquiète du sort qui peut leur être réservé outre-Manche.

  • 25 AN Mar B2 31 f 66, St Germain 6 mars 1675, lettre de Colbert à M. de Ruvigny. C’est que récemment d (...)

« Comme il sont habils dans leur mestier et quils sont dailleurs fort docils je vous prie de recommander au Sr Deane de tenir la main a ce qu’ils puissent travailler paisiblement ausdits ornemens et d’empescher quils ne reçoivent aucun mauvais traitement pendant quils seront en Angleterre »25, écrit-il.

  • 26 AN Mar B2 31 f° 153, Versailles, 26 mai 1675, lettre de Colbert à M. Pellissary.

30En même temps, il donne l’ordre de les faire payer par l’intermédiaire du Sr de Bar, correspondant de Formont à Londres. Début avril, nos artistes s’installent à Portsmouth, mais Le Brun n’a pas encore envoyé les dessins dont ils ont besoin pour commencer leur travail de décoration, et le 26 mai, alors qu’il en a reçu l’ordre depuis plus d’un mois, Formont n’a pas encore fait payer l’acompte que Deane réclame en vain. Colbert écrit au Trésorier général de la marine, Georges Pellissary, qui devait verser la somme à Formont. Le responsable de ces retards est-il Le Brun, Pellissary, Formont ou Ruvigny26 ?

  • 27 AN Mar B2 31 f° 235 Versailles, 10 juillet 1675, lettre de Seignelay à M. Le Brun.

31Enfin, début juin, les sculpteurs peuvent commencer et on apprend qu’en fait Le Brun avait bien envoyé les dessins demandés dans les temps, et que c’est chez Ruvigny qu’ils ont été brûlés par mégarde27. Excédé, Seignelay presse encore Ruvigny : « Je vous prie d’exciter le Sr Deane a faire diligence pour achever ce qui peut encore rester a y faire pour leur entiere construction ». Il faut accélérer le passage des yachts en France et même,

« en cas qu’il ne fust retardé que par les ouvrages a faire par les sculpteurs et les peintres, on pourroit remettre a les achever a Versailles, estant important qu’ils puissent y arriver dans la fin de Juillet ou au commencement d’aoust au plus tard ».

  • 28 AN Mar B2 31 f° 216 Versailles, 29 juin 1675, lettre de Seignelay à M. de Ruvigny.

32Est-ce l’inquiétude que, les eaux de la Seine atteignant leur étiage estival, les yachts ne puissent plus y naviguer ? Enfin, dernier point majeur en l’affaire pour Seignelay, s’assurer que Ruvigny prendra la peine « de demander au Roy d’Angleterre la permission de faire passer le Sr Deane en France avec ces yacks »28.

33Antony Deane, averti par le secrétaire de l’ambassade de France à Londres, M. Mignon, de ces dernières directives de Seignelay, se rebiffe et répond point par point : il a transmis aux sculpteurs et aux charpentiers les consignes de Seignelay. On envoie à Portsmouth le Sr Denise, pour surveiller que tout se passe bien : « j’en serai bien ayse, écrit-il, et nous concerterons les mesures nécessaires pour le passage seur des jacks en France et pour le temps qu’on doit les y mener ». Et d’ajouter : « ils y seroit jà depuis longtemps si je m’en estois meslé seul ». Tout devrait être prêt pour la fin juillet, Deane s’y engage. Ceci posé, les préjugés français concernant les capacités des ouvriers anglais l’insupportent, c’est assez clair à lire la fin de sa lettre :

  • 29 Mélanges Colbert, ms 171 bis fol 580. Portsmouth 13 juin 1675, Lettre d’Anthony Deane à M. Mignon, (...)

« Quoique nous ne peignons pas si bien en Angleterre comme en France, il est certain que nous dorons mieux, a meilleur marché et a durer davantage. Avant que nous puissions avoir réponse de France la dorure pourroit estre faite, et puisqu’il la faut faire la ou icy, il seroit bien meilleur que ce fut icy. Que Monseigneur de Ruvigny dise la parolle, et je ferai dorer incontinent. Il seroit facheux qu’il y ait quelque chose à faire aux yaks lorsqu’ils arriveront à Versailles, mais vous dites que vous ne pouvez rien répondre la dessus sans les ordres de Monseigneur Colbert. Jamais je n’ay eu tant d’envie de bien faire qu’en ces deux bastimens, affin qu’ils puissent plaire au Roy tres Chrestien et aussy au Roy mon maistre qui m’a dit qu’il les viendrait voir dans un mois. Faites moy reponce sur la dorure, et envoyez les desseins que les sculpteurs attendent. Lorsque Mr Denise sera icy nous vous escrirons plus amplement »29.

34Enfin, le lancement, prévu pour le 29 juin, a lieu.

  • 30 « … The new French yacht, which (…) seems to outdo anything that ever swam ». Pepys to John William (...)

35C’est un grand jour à Portsmouth, un grand jour aussi pour Deane. L’un des deux petits yachts, mais aussi et surtout Le Royal James, un vaisseau de 100 canons qu’il a conçu et construit, sont mis à l’eau. Le roi Charles, retardé par un violent orage, n’arrive pas à temps pour le lancement du Royal James mais, séduit par ces dernières réussites de Deane, il décide immédiatement de le gratifier en lui attribuant le titre de chevalier, s’adressant à lui en l’appelant « sir Anthony Deane ». La beauté et les qualités nautiques du petit yacht émerveillent Pepys qui assiste aux lancements. Il ira jusqu’à affirmer qu’ « il semble surpasser tout ce qui a jamais navigué30 ».

Le voyage des yachts de Portsmouth à Versailles

  • 31 Le Cleveland est un yacht de 8 canons, construit par Anthony Deane sur le chantier de Portsmouth et (...)

36Le 24 juillet 1675, Colbert envoie quatre dépêches qui doivent programmer et organiser le départ des yachts pour Versailles et leur réception au Havre. La première est pour Ruvigny ; elle contient une lettre de change pour payer Deane, les peintres, les sculpteurs et le Sr Denise, qui a suivi le chantier à Portsmouth. Deane a proposé de faire voyager les yachts en les faisant accompagner par un yacht de 107 tonneaux, le Cleveland, sous le commandement du capitaine William Faseby (Davies 2008)31. Il sera accompagné d’une frégate, le Preon.

37En 1675, une traversée de la Manche peut être risquée. Sans doute en février 1674, Charles II a-t-il été contraint de signer la paix avec les Provinces-Unies sous la pression du Parlement, mais toute cette zone maritime demeure dangereuse, dès lors que la destination est la France, en conflit avec les Provinces-Unies. Sans compter que les corsaires y sont alors très actifs.

  • 32 AN Mar B3 19 f°250 v°, le Havre le 10 août lettre de Vauvré à Seignelay. Le pavillon blanc est celu (...)

38Les tensions entre le Parlement et le roi Charles II, jugé trop proche du roi de France, s’expriment ici par le fait que « les jacks du Roy sont venus avec les pavillons blancs et les flammes blanches, les Anglois ne leur ayant pas voulu arborer d’autres que ceux de sa Majesté »32.

39Colbert donne son accord à la méthode de transport des yachts proposée par Deane et prie Ruvigny de presser le départ et d’obtenir de Deane qu’il vienne lui-même le plus tôt possible :

  • 33 AN Mar B2 31 f° 253, Versailles, 24 juillet, lettre de Colbert à M. de Ruvigny.

« Vous pouvez aussy l’asseurer que toutes les depenses qu’il fera pour cela seront remboursées a son arrivée »33.

40Deux autres dépêches sont destinées au duc de St Aignan, et au Sr de Vauvré, respectivement gouverneur et intendant du Havre. Colbert en fait parvenir des doubles à Deane, pour qu’il les remette à son arrivée au Havre. Il veut lui assurer une réception de qualité. Il ne s’agit pas de le confondre avec un simple charpentier de marine.

  • 34 AN Mar B2 31 254, Versailles, 24 juillet 1675 lettre de Colbert audit Duc de St Aignan.

« Je vous dirai seulement, écrit-il au duc de Saint Aignan, que ledit Sr Deane est intendant de toute la marine d’Angleterre, et que son maistre l’a fait chevalier depuis peu de temps34 ».

41Pour Vauvré, Colbert est plus explicite. Il s’agit de réaliser au mieux la volonté du roi en organisant pratiquement le transfert des yachts et également le voyage de Deane dont on rappelle l’importance et les titres.

  • 35 Un traducteur.
  • 36 AN Mar B2 31 253v, Versailles, 24 juillet 1675, lettre de Colbert au Sr Vauvré.

« Le Roy veut qu’aussitost qu’il sera arrivé au Havre, vous luy donniez un truchement35 qui ne l’abbandonne point jusques a ce qu’il soit retourné en Angleterre et que vous luy donniez en mesme temps toutes les assistances dont il pourra avoir besoin, tant pour faire naviguer les deux yacks jusques a St Cloud que pour tous les autres besoins qu’il pourra avoir et qu’il vous demandera. Ne manquez pas de satisfaire ponctuellement a l’ordre que je vous donne et faites connoistre au Sr Deane la consideration que vous avez pour luy 36 ».

42Dans une autre dépêche du même jour il précise :

  • 37 AN Mar B2 31 f° 254v Versailles 24 juillet 1675, lettre de Colbert au Sr Vauvré.

Surtout preparez luy un bon interprete, qui soit honneste homme, et qui l’accompagne partout, examinez aussy s’il ne seroit pas a propos de le fere accompagner par le contrôlleur de la marine au Havre pour prendre soin de luy faire donner sur la route tout ce dont il aura besoin, en cas que vous n’ayez point d’interprete faites le moy sçavoir affin que je puisse vous en envoyer un de Paris 37.

43En fait, Deane amènera son fils qui connaît le français et lui servira d’interprète au début de son séjour. Le 29 juillet, Ruvigny annonce que Deane a pris congé du roi Charles et s’apprête à se rendre à Portsmouth. Son projet est de remettre les yachts à Vauvré au Havre et de lui laisser quelques matelots anglais. Vauvré devra y joindre les hommes nécessaires pour faire remonter les yachts au-delà de Rouen, jusqu’à Saint-Cloud où Deane doit les retrouver.

44C’est le 9 août au soir que les deux jacks arrivent dans la rade du Havre. Et Vauvré relate l’événement à Seignelay :

  • 38 « Les bâtimens de deuxième classe, connus sous le nom d'allèges, comprennent les heux, les smacks, (...)

Comme ils n’avoient point de cables ny d’ancres je les fis entrer la nuit a minuit et les fis conduire tout d’un temps dans le bassin sans qu’ils ayent esté gastés d’aucune maniere c’est un tres grand bonheur de ce que je me suis resolu de les faire entrer la nuit parce que le temps a esté si mauvais depuis qu’ils sont entrés qu’ils eussent esté perdus infailliblement. Rien n’est si beau que ces deux bastimens tant pour ce qui regarde la construction que la sculpture, la peinture, la dorure. Il y en a un qui n’est pas encore doré. Leur voilure est differente l’une qui est celle du jack dont la dorure est achevée est comme celle de tous les jacks, et l’autre est appareillé en chaloupe holandoise comme les heuxs38. Il y a une petite chaloupe fort propre et tres legere.

45On apprend dans ce même courrier que les jours précédents, Deane était à Londres pour recevoir des mains de son roi l’ordre de chevalier. Il n’était donc pas encore arrivé à Portsmouth lorsque les jacks ont pris la mer. William Faseby, le capitaine du yacht le Cleveland, a pris la décision de partir, ayant ordre de ne pas perdre un moment de beau temps pour les amener. Il est convenu qu’il doit retourner incessamment à Portsmouth pour embarquer Deane qui doit y estre arrivé. Outre le Cleveland, la frégate le Preon qui l’escorte transporte une partie des machines qui doivent servir au transfert des yachts de Saint-Cloud à Versailles.

46Pour les conduire sur la Seine jusqu’à St Cloud, Faseby a placé quatre hommes dont l’un est son beau-frère, précise Vauvré qui marque quelque embarras : il serait bon de leur faire

« quelque sorte de payement honneste, comme je crois qu’il le seroit de faire un present au capitaine du Kleveland qui a eu soin de leur conduite ; les Anglois estant fort liberaux dans ces sortes de rencontres ». 

47Toutes ces dépenses semblent inquiéter Vauvré qui propose de leur donner seulement de quoi conduire les yachts jusqu’à St Cloud, après quoi, leur paye sera à la charge de Seignelay. Quant au présent destiné au capitaine du Cleveland, pendant qu’il ira chercher M. Deane, « vous resoudrés Monseigneur s’il sera a propos que sa Majesté lui fasse un present ».

48Ce 10 août en effet, le Cleveland est entré dans le port du Havre. Les machines qu’il avait à bord pour le transport des yachts par terre ont été chargées sur le heux qui doit encore aller chercher celles qui sont à la rade, à bord du Preon, pour les porter à Rouen « avec un Anglois a qui M. Deane en a donné le soin et a Rouen elles seront mises sur un bateau pour St Cloud ».

J’ay cru, ajoute Vauvré, qu’il estoit necessaire de joindre onze mattelots et le Me d’equipage du port aux quatre anglois qui sont sur les jacks pour les conduire jusques a St Cloud. Je leur donne pour cela une chaloupe jusques a Rouen et de Rouen a St Cloud ils les remorqueront a la cordelle. Je leur ay donné a chacun 40 sols pour solde et subsistance et comme ce sont des meilleurs mattelots d’icy ils pourront servir a Versailles si le Roy a besoin d’eux (…) Je feray payer les pilotes du Cleveland et du Preon.

  • 39 AN Mar B3 19 f°250 v° 251v°.

49Il est entendu que, si le temps le permet, les jacks partiront le lendemain. « Ils naviguent admirablement bien et sont très bons de voile et ne tirent que trois pieds d’eau »39.

  • 40 AN Mar B2 31 f° 285v°, Versailles, 13 août 1675, lettre de Colbert à M. de Vauvré.
  • 41 AN Mar B3 19 f°286, Le Havre le 15 août 1675, lettre de Vauvré à Seignelay.

50Le mardi 13 août, Colbert répond à Vauvré par toutes sortes de recommandations et envoie par le courrier deux chaînes d’or pour que le duc de St Aignan, gouverneur du Havre, les remette aux capitaines du Cleveland et du Preon40. Mais lorsque sa dépêche arrive, le jeudi 15 août, Faseby est parti pour Portsmouth où il va chercher Deane et son fils. Ils devraient arriver le 16 ou le 17 « si le vent demeure comme il est »41. Les yachts du roi, qui sont partis le lundi 12, sont arrivés le mardi 13 à Rouen et le heux chargé des machines les a rejoints.

  • 42 Ibidem.

51St Aignan, grand seigneur, a régalé magnifiquement ses hôtes anglais et a fait des présents considérables à leurs équipages, note Vauvré. Quant à lui, il s’est borné à ne donner que 50 livres a chacun des quatre anglois qui sont sur les yachts et 60 livres a chacun des deux charpentiers comme l’indiquent « les rooles que je me suis donné l’honneur de vous envoyer 42 ». On comprend que Vauvré ait besoin de consignes claires pour le paiement des hommes. Ces dépenses doivent-elles être prises en charge par les services du Havre ? Vauvré, pour chaque décision qu’il lui faut prendre sous la pression des nécessités pratiques, doit en obtenir l’accord explicite de l’administration de Seignelay. On peut remarquer d’ailleurs que c’est vrai tout au long de cette affaire : toute décision doit au préalable recevoir l’aval de Colbert ou de Seignelay, ce qui a bien ralenti le cours des choses. Il s’ensuit nombre d’échanges, d’ordres et de contre-ordres souvent décalés dans le temps entre la cour et le Havre. Fort heureusement, côté financement, il semble qu’à la cour on ne lésine pas. Il faut que la volonté du roi s’exerce pleinement en l’affaire.

  • 43 AN Mar B3 19 f°253 v°, Le Havre, le 12 août, Vauvré à Colbert.
  • 44 AN Mar B2 30 f° 209v° Versailles, le 15 août, Ordre du Roy au nommé Des Hayes Me d’equipage chargé (...)

52Reste que chaque étape de ce transport demande une organisation et des équipages appropriés. Partant du Havre, les deux yachts et le canot anglais, le heux chargé des machines plus la chaloupe portant les matelots et le maître d’équipage désignés par Vauvré, naviguent jusqu’à Rouen. À partir de là, ces matelots remorquent « à la cordelle » les deux yachts jusqu’à Saint-Cloud et là, c’est le déchargement du heux et le débarquement et montage des machines qui doivent assurer le transport par terre des yachts. Les nombreuses dépêches qui jalonnent le déplacement des yachts ont trait pour l’essentiel aux hommes qui sont choisis pour assurer la conduite de ces transports, transferts, montages et démontages qui ont eu lieu jusqu’à Versailles, toute la question étant de savoir si le maître d’équipage et les matelots du Havre continueront ou non à accompagner les yachts après Saint-Cloud43. Un ordre du roi du jeudi 15 août annonce que le commissaire général de la marine Desclouzeaux est envoyé pour superviser la conduite des yachts jusqu’à Saint-Cloud, confiée au maître d’équipage Deshayes44 qui devra lui obéir.

  • 45 AN Mar B3 19 f°256 v°, Le Havre, le 22 août, Vauvré à Seignelay. Les capitaines du Cleveland et du (...)

53Deane, arrivé au Havre le 19 août, est reçu aussi bien que le roi l’a demandé « On ne peut pas Monseigneur faire plus d’honneur et de regales a une personne que M. le duc d’Aignan en a fait a M. Daine »45 écrit Vauvré.

  • 46 Ibidem.

54Le jeudi 22 août, Deane quitte le Havre. Il est accompagné de son fils, de William Hewer, secrétaire de Pepys, et du commissaire de la marine Le Danois « qui ne le quittera point » jusqu’à ce qu’il le présente à Seignelay « tant pour le defrayer que pour l’ayder en tout ce qu’il aura besoin ». Deane demande un interprète « affin que son fils ne fust pas tousjours occupé à lui en servir et pour luy donner en mesme temps les adresses dont les estrangers ont ordinairement besoin »46.

  • 47 C’est peut-être en se fondant sur cette remarque de Perrault que José-Paul Verne a affirmé que les (...)

55Nous avons plusieurs comptes rendus de la dernière partie du transport des yachts, de Saint- Cloud à Versailles, celui de Hewer, de Deane, et celui de Claude Perrault, qui est le plus complet. Il a été chargé par Colbert de vérifier que tout se passe bien. Il part le 26 août au matin accompagné de deux techniciens, passe à Marly où ils ont pu voir que le second yacht et la chaloupe sont encore sur la Seine47. De là, ils sont allés à la recherche du premier yacht qu’ils rejoignent alors qu’il venait d’entrer dans le parc de Versailles par la brèche qu’on avait dû ouvrir pour permettre son passage. Là ils retrouvent Desclouzeaux et les charpentiers anglais qui déclarent n’avoir besoin de rien pour achever de conduire le yacht jusqu’au canal. Mais au moment de la mise à l’eau, il leur faudra plusieurs pièces de bois, des clous, du suif et d’autres choses. Perrault leur demande d’en dresser un mémoire, et même deux, l’un pour ce qui relève de la charpenterie, et l’autre pour le suif et la quincaillerie. Le tout leur sera fourni, de sorte que rien ne devrait leur manquer assure-t-il. Dans sa lettre, il ne cache pas les difficultés que ces charpentiers anglais ont dû rencontrer :

  • 48 Mélanges Colbert, 172 bis, fol. 394 Paris, 26 août 1675, lettre de Claude Perrault à Colbert.

J’ay vu monster le vaisseau depuis l’entrée du parc jusque sur le bord du canal où je l’ay laissé. Je crois qu’ils pourront le mettre demain a l’eau mais je pense que c’est tout ce qu’ils pourront faire car ce vaisseau est un grand fardeau tres difficile a remuer48.

  • 49 « By the time it arrived, the boat was filthy and the trolley they carried it on had broken ». J’ai (...)

56Deane, qui selon Hewer a accompagné le second yacht, est plus précis sur le trajet et il rapporte à Pepys le 28 août que les routes étaient mauvaises, que celle qu’on devait emprunter pour le transport des yachts courait de haut en bas des collines sur plusieurs milles. D’après lui, il a fallu cent seize chevaux pour transporter le premier des yachts jusqu’à Versailles. Au moment où il est arrivé, il était sale et le chariot sur lequel on l'avait porté était brisé49.

  • 50 « we arrived here upon Monday the 16th (26) instant, about noon, and in our way we met with one of (...)

57Le premier yacht étant mis à l’eau le 27, les charpentiers repartent pour amener le second depuis la Seine. Perrault pense qu’il ne leur faudra pas moins de temps qu’ils en ont mis pour amener l’autre. Si l’on en croit Hewer, il n’en fut rien, grâce aux soins et à l’industrie de Sir Anthony Deane, qui, dit-il, a passé le vendredi et le samedi (30 et 31 août) à donner des directives touchant le transport du second yacht. Ce qui, dit-il, non seulement a facilité l’expédition en la réalisant en un jour et demi, là où les Français en avait mis quatre, mais aussi a réduit le coût de 1300 à 500 couronnes 50.

58Enfin, les yachts ont rejoint la flotille du grand canal de Versailles.

59Les épisodes fiévreux qui ont marqué la conception, la fabrique et la décoration des yachts de Deane, avec la traversée d’une Manche infestée de mauvaises intentions, l’accueil au port du Havre, échappant de justesse à la tempête puis la longue remontée de la Seine, d’abord naviguant jusqu’à Rouen, puis « à la cordelle », connaissent leurs ultimes embarras après le débarquement à Saint-Cloud. Alors, il a fallu monter la machine dont on n’a malheureusement pas de description, seulement ce témoignage de Claude Perrault :

  • 51 BNF, Mélanges Colbert, 172 bis, fol. 394 Paris, 26 août 1675, lettre de Claude Perrault à Colbert.

« La machine qui porte le vaisseau est tres bien construite et a des roues les plus fines et les mieux travaillées qu’il se puisse voir. Le Sr Cliquin (un charpentier qui accompagnait Perrault) prenoit plaisir a voir cette machine »51.

60Sans doute faut-il aussi saluer durant la phase terrestre du transport des yachts, la vaillance crâne des charpentiers et matelots anglais qui les accompagnent comme les soins et les attentions dont témoignent Desclouzeaux et Deshayes, chargés d’en surveiller la conduite. Tout cela s’achève dans les derniers mètres du transport par terre dans le parc, avec un mur ouvert, que l’on couvre hâtivement de planches, le chariot à réparer entre deux voyages, les yachts couverts de poussière, et dont la décoration, finalement, ne répond pas aux impératifs réitérés qui ont accompagné leur réalisation.

61Quant à la sculpture, malgré les exigences royales relayées par les Colbert, elle a été partiellement confiée à des sculpteurs anglais. C’est Claude Perrault qui le signale et ce faisant en quelque sorte justifie l’interdiction royale de les faire intervenir.

  • 52 ibid.

« Ces deux vaisseaux me semblent beaux, écrit-il. La sculpture est faitte partie par des sculpteurs anglois et partie par des sculpteurs françois, la différence des manière est tres grande et les anglois ne scauront de longtemps autant que les françois »52.

  • 53 « Mais vous dites que vous ne pouvez rien répondre là-dessus sans les ordres de Monseigneur Colbert (...)

62Seulement l’un d’eux a été doré. On peut concevoir le dépit de Deane qui insistait encore et toujours jusqu’en juin 1675 comme nous l’avons vu. Lui qui écrivait : « Il seroit facheux qu’il y ait quelque chose à faire aux yaks lorsqu’ils arriveront à Versailles », n’a cessé de se heurter à la minutie administrative à la française, comme à ses désordres53. Il n’eut donc pas gain de cause quant à la dorure, mais au moins obtint-il de faire terminer, en hâte sans doute, les sculptures par des artistes anglais.

Deane et Hewer en visites, réceptions et rencontres

63La mission de Deane effectuée, restent les visites, réceptions et rencontres, à Versailles, Paris, Sceaux, Fontainebleau. Mais d’abord, raconte Hewer (1932 : 109-110) :

  • 54 La manufacture royale des Gobelins dépendait du surintendant des bâtiments et était dirigée alors p (...)

« Sir Anthony Deane a été si occupé par les yachts depuis notre arrivée que nous n’avons vu que le château et les jardins de Versailles, l’endroit appelé les Gobelins où le roi emploie l’année durant de nombreux artisans qui travaillent pour lui comme des peintres, des tailleurs de pierres, des tapissiers, orfèvres, et une centaine de toutes sortes d’artisans54, le Louvre et St Germain, la maison et le parc de Colbert dans un endroit appelé « Shoone » (Sceaux) et plusieurs demeures de seigneurs hors de la ville où Sir Anthony a été noblement et extraordinairement traité (« has been nobly and extraordinarly treated ») auprès de lui il y a quelqu’un chargé de le défrayer de toutes ses dépenses durant son séjour. »

  • 55 « so fine and magnificent, that, as I never in my life saw the like, so I do believe there cannot i (...)
  • 56 Georges Pellissary, Sr de La Bourdaisière, Trésorier général de la marine fait parti du clan des af (...)
  • 57 Anthony Deane à Pepys, lettre du 18 (28) août 1675, Bodleian, Rawlinson Mss, A, 185, Fol 24. Cité p (...)

64Il s’agit, nous l’avons vu, du Sr Le Danois, que Colbert, le 30 août, décide de laisser encore auprès de Deane « jusqu’à ce qu’il soit de retour à Paris » (Colbert 1861 : 556). Sans entrer davantage dans les détails, Hewer affirme que « tout est si beau et si magnifique que comme de ma vie je n'ai jamais rien vu de pareil, alors je crois qu'il ne peut y avoir dans le monde entier quelque chose de plus beau, tout particulièrement la maison du Roi et le jardin de Versailles55. Un autre courrier de Deane à Pepys précise que le 28 août Hewer et lui-même ont été conviés à un grand repas chez Seignelay et le 31, c’est Pellissary56 qui les reçoit dans sa maison de la rue de Cléry57.

65La suite de la lettre de Hewer nous apprend que Deane avait le projet de résider quelque temps en France et de se rendre dans différents ports, en particulier à Toulon et à Marseille. À la fin du mois d’août, sa décision n’est pas encore prise. Elle dépend de règlements de dépenses, de l’obtention de l’aval de Colbert ou de Seignelay, d’un certain nombre de démarches qui devraient lui permettre de régler ses déplacements dans un temps qui semble limité. Si ce projet se réalise, Hewer est partant pour saisir cette opportunité et continuer le voyage avec Deane. Il semble que cette visite des ports méditerranéens n’ait pas eu lieu. En revanche, au Havre, Deane a discuté construction navale et donné des avis. On l’apprend par une lettre de Vauvré qui fait état d’un mémoire envoyé de Dunkerque et qui concerne le vaisseau Le Croissant. Celui-ci, selon le charpentier de Dunkerque, avait besoin d’un soufflage. Vauvré, avec l’accord de Seignelay, a donc « fait remplir les cintres et mettre quatre bordages de quatre pouces en-dessous ».

  • 58 AN Mar B3 19 f°258 v°, Le Havre, le 28 août 1675, lettre de Vauvré à Seignelay.

« Cependant l’ayant fait veoir icy a M. Daine il a jugé qu’il seroit encor necessaire de le soufler de quatre pouces dans le milieu d’un bordage qui seroit conduit d’une maniere qu’il n’auroit qu’un pouce d’epoisseur en avant et en arriere et que les baux du pont de haut seroient diminués d’un pouce en carré. J’avois aussy estimé qu’on pourroit estre obligé d’en venir a ce soufflage, mais craignant de trop charger ce vaisseau… »58.

66La réponse de Colbert est sans hésitation, il faut suivre les indications de Deane :

« …à l’égard du Croissant, puisque le sieur Deane estime qu’il seroit necessaire d’augmenter le soufflage qui y a esté fait, j’écris au sieur Hubert de vous envoyer un charpentier de Dunkerque pour y travailler, estant important de laisser soin à ce charpentier de restablir ce qui manque à ce vaisseau » (Colbert 1861 : 556).

  • 59 Renau d’Elissagaray, Mémoire sur la construction des vaisseaux dans lequel il y a une méthode pour (...)

67Un autre épisode de ce séjour de Deane nous est rapporté par Renau d’Eliçagaray, au début de son mémoire sur la construction des vaisseaux59. Il contrevient aux affirmations de Deane qui prétend n’avoir pas rencontré le roi. Dans la présentation de son mémoire, Renau commence par remarquer qu’on a jusqu’alors négligé de réfléchir sur le rapport qu’il y a entre les façons d’un vaisseau et la partie de la navigation qu’on appelle la manœuvre. De ce rapport pourtant, dit-il, il y a beaucoup à tirer et il poursuit :

« pour faire veoir cela avec quelque sorte d’evidence, il ny (a) qu’à expliquer une question que M. Deanne me dit que le Roy avait fait à Versailles, allant veoir les yacks qu’il amena d’Angleterre pour sa Majesté ; pourquoi un vaisseau va pour ainsi dire contre le vent, (…) et sur ce que je luy dit et à M. Desclouzeau, qu’on pouvait non seulement rendre raison de cela, mais encore déterminer l’endroit où le vaisseau doit aller par toutes ses voiles, certaines choses estant supposées, il m’obligea à en faire une demonstration, que je mettray icy.. »

68Cette rencontre est plausible, puisqu’il nomme Desclouzeau, qui en effet accompagnait Deane.

69On peut noter que si Hewer considère, sans doute à juste titre, que Le Danois est toujours auprès de Deane pour que soient mieux surveillés ses déplacements et ses rencontres, ce n’est pas un excès de suspicion, mais une claire vision des choses de la part de Colbert et Seignelay. Après son retour en Angleterre, le 26 septembre, Deane écrit au secrétaire d’Etat et chef des renseignements, Sir Joseph Williamson :

  • 60 « I must take 12 or 14 days to complete what I have observed in my journey, which I hope is littlel (...)

« Je dois prendre 12 ou 14 jours pour compléter ce que j'ai observé lors de mon voyage, ce qui, je l'espère, est de peu inférieur à la pleine satisfaction de ce que vous m'avez commandé à mon départ »60.

70Avant d’entrer dans la dernière partie de cette histoire, il faut garder à l’esprit la réception chez Pellissary. Dans le cadre des soupçons que fit naître le voyage de Deane en France pour livrer les yachts au roi Louis XIV, cette visite a en effet servi de point d’ancrage concret à l’accusation portée contre lui et Pepys, d’avoir transmis aux Français des renseignements sur les ports d’Angleterre, l’état de sa marine et de sa flotte de guerre. Les données que nous avons sur cette réception chez Pellissary sont donc tirées des minutes du Parlement portant sur l’accusation de John Scott et la défense de Deane ainsi que des courriers que Pepys multiplia pour obtenir des témoignages et les faire valoir au procès à Westminster Hall.

Pepys et Deane accusés de haute trahison : 20 mai 1679 – 30 juin 1680

  • 61 On peut citer le grand classique de John Pollock, The popish plot : a study in the History of the R (...)

71Plusieurs ouvrages ont été consacrés aux complots qui ont émaillé la période61 qui s’étend de la conspiration des poudres (1605) à l’affaire Titus Oates (1678-1680). Le schéma des rumeurs et des accusations est identique et repose toujours sur des projets régicides, prétendus ou pas. Dénonciations, complots et conjurations ne relèvent pas seulement du radical underground, soit de la violente haine anti-papiste qui anime le pays, mais celle-ci, quelle que soit sa vigueur et son efficace propre, est bel et bien manipulée par des politiques.

  • 62 Selon C.S. Knighton, « William Harbord was particularly anxious to see Pepys removed because he had (...)

72Déjà, en 1678, Pepys avait dû affronter une première affaire montée par Lord Shaftesbury. La seconde, en janvier 1679, s’appuyait sur la présence dans sa maisonnée à Londres du musicien Morelli, accusé d’être non seulement prêtre catholique, mais encore jésuite. Pepys fit parallèlement l’objet d’une autre accusation, celle de favoriser les catholiques dans le cadre de ses fonctions à la Navy. Nullement étayée, l’accusation aurait dû tourner court immédiatement, mais l’état surchauffé des esprits au parlement conduisit à mettre en place une enquête sur les désordres de la marine menée par le « Miscarriages Comittee » sous la direction de William Harbord, un ennemi personnel de Pepys62. Deane fit également l’objet de poursuites de la part de ce comité.

73L’année 1679 est marquée par un regain des dénonciations pour espionnage et des procès plus ou moins hâtifs, sanctionnés par des condamnations à mort. Le parlement en place, violemment anticatholique, est prêt à accueillir toute preuve qui conforterait sa vision des choses, soit : on veut assassiner le roi Charles II, placer sur le trône en roi absolu son frère, le catholique Jacques, duc d’York, supprimer le parlement et détruire le protestantisme en Angleterre. Toutes ces menées seraient soutenues par la France. Or, nous l’avons vu, le duc d’York qui avait été Lord High Admiral de la Navy, avant d’être déchu de ses fonctions et expulsé d’Angleterre pour catholicisme, était le protecteur de Pepys, partant de Deane. Or Deane s’est rendu en France, il a été reçu par les Colbert et aussi par le trésorier général de la marine, Pellissary. Il ne manque plus que des témoignages, si incongrus et retors soient-ils, pour que Pepys et Deane soient traînés en justice pour trahison.

74Lord Shaftesbury et Buckingham semblent avoir été les principaux instigateurs des poursuites dont ils ont été l’objet entre 1678 et 1680, en particulier les poursuites initiées en 1679 par les accusations de leur protégé et homme de main, John Scott, qu’ils utilisent pour leurs menées contre le clan du duc d’York et que Buckingham désigne comme un voyou très utile « a very useful rogue ».

75Envoyé enfant en Nouvelle Angleterre, John Scott est un aventurier, une sorte d’escroc international, espion pour l’Angleterre aux Provinces-Unies, et très vite agent double, cartographe pour le duc de Condé, Capitaine dans les Barbades… Il en veut violemment à Pepys qu’il accuse d’avoir voulu briser sa carrière dans la marine.

76On se bornera ici à évoquer cette dernière affaire engagée après la déclaration faite par le colonel John Scott, le 20 mai 1679 devant le « Miscarriages Comittee », siégeant au Parlement. Elle est en effet directement liée au voyage de Deane en France au mois d’août 1675.

77Le recueil des débats du parlement nous apprend que le mardi 20 mai 1679, le colonel Scott informe le comité qu’ayant eu l’opportunité d’avoir des accointances avec plusieurs hommes importants appartenant à la marine, du fait de leur décès, il se trouve libéré de son engagement à se taire ; il peut donc affirmer que Pelissary, trésorier général de la marine royale de France, lui a montré plusieurs dessins de modèles de bateau qu’on lui avait apporté d’Angleterre ; des descriptions de l’administration de l’amirauté, du nombre de bateaux, des forces et de l’état de la marine ; aussi les méthodes de signaux, collectées auprès des meilleurs commandants de la marine ; ceux d’entre eux qui seraient tentés d’entrer au service de la France pour de l’argent ; des cartes des fonds et les sondages de Medway, les côtes du Kent, l’île de Wight, des remarques sur l’état actuel de Plymouth et des plan de Sheerness et de Tilbury.

78Il s’agit donc de toutes sortes de renseignements facilitant un débarquement français en Angleterre. Une lettre accompagnait ces documents, ajoute-t-il, qui précisait que l’on avait saisi l’occasion de la conduite des yachts au canal de Versailles, par Anthony Deane, qui pourrait interpréter les cartes, expliquer les documents, et en donner un compte-rendu plus précis. Scott affirme qu’il a reconnu l’écriture de la lettre parce qu’il l’a déjà vue. La signature, affirme-t-il, est celle de Samuel Pepys. Cette dernière précision va le perdre.

  • 63 Louis Herouard, sieur de la Piogerie, était en 1672 major de la marine du Ponant. Sur cet épisode e (...)
  • 64 « They are of the Devil’s religion, let us drink off our wine » ( Anonyme 1763: 303) Voir aussi Lon (...)

79Il s’attarde ensuite sur la qualité de la réception que les Français ont réservée à Deane, donne des précisions qui rendent son témoignage plus concret et donc plus persuasif, citant des noms honnis aux Commons et augmentant d’autant leur fureur. L’un des éléments déterminants de son témoignage est celui où il prétend qu’étant dans une pièce chez Pellissary, il a pu surprendre la conversation de Deane avec l’un de ses compagnons qui, se promenant dans le jardin, s’étaient arrêtés près de la fenêtre ouverte. Deane aurait dit qu’après avoir apporté les documents de la part de Pepys, ils les avaient montrés à Seignelay, puis à un certain M. Piogerie, « un grand connaisseur des affaires de la marine »63 . Et Scott, pour attiser la vindicte des députés, raconte que plus tard, au cours d’une rencontre avec Piogerie, il lui aurait dit, « j’espère que ces voleurs qui ont trahi leur pays ne sont pas de notre religion, la Réformée ». A quoi Piogerie aurait répondu « ils sont de la religion du diable ; buvons notre vin »64.

En ce qui concerne l'information du colonel Scott, déclare-t-il, j'étais constructeur de navires à Portsmouth, et le roi m'a envoyé au roi de France, avec deux bateaux, pour le canal de Versailles, dont la profondeur est celle de mon bâton, soit environ trois pieds et demi. La condition était, qu'ils fussent à la charge du roi, ou de l'ambassadeur de France. L'ambassadeur de France dit, "nous les paierons". Je les ai construits conformément aux directives du roi, loin de l’idée que je pourrais être interrogé ici pour cela. Les bateaux ont été transportés sur neuf milles par terre jusqu’à Versailles. Selon le désir du roi de France, je suis allé pour voir leur mise à l’eau dans le canal. Le roi est entré dans le vaisseau et il n’a pas pu le faire avec moi. Quand j'ai eu tout fait, etc., le roi de France m'a offert 600 Pistoles pour mes dépenses et son portrait entouré de diamants d'une valeur de 200 £. Et il a donné à mon fils une médaille de 100 £, au capitaine du convoi, une chaîne de 100 £ et les hommes qui ont assuré les peines du transport ont été récompensés en conséquence.
J'ai été bien traité, et aimablement, mais je ne pouvais pas parler un mot de français. Je n'ai pas été présenté directement au roi de France, mais par mon fils qui parlait français. Telle était la prudence de ma conduite. Je me suis efforcé de mieux utiliser mon temps pendant que je suis resté, en m’informant de toutes les méthodes de gouvernance de leur Marine, que j'ai présentées au Secrétaire Williamson, au Duc Lord Anglesea, au Secrétaire Coventry et à mon Lord Treasurer, pour leur montrer qu’ils (les Français) n'avaient pas besoin d'apprendre de l'Angleterre, ils avaient mis au point une excellente méthode. J'ai décidé de rencontrer un homme pour qu’il me fasse un compte rendu de tous leurs ports, mais cet homme est venu trop peu de temps à la maison, et j’ai craint d'en faire venir un autre. En présence de Dieu, je le dis, je n'ai jamais envoyé de plan de forts, ni de sondes, etc. Toutes les choses en France sont dans un tel ordre, que, pour ma part, j’étais effrayé de le voir.

80Comme Pepys, il demande à être traité en gentleman, selon sa qualité, ses services dans la marine et conclut : » Si c’était le dernier mot que je devrais prononcer, je n'ai jamais apporté de texte ni de rouleaux de M. Pepys à M. Pelissary. C'est vraiment tout ce que je sais, et je ne sais rien au monde de plus ». In fine, il ajoute » Un député de cette Chambre, qui était récemment à Paris, a nommé ce col. Scott, c’est lui qui a donné tous les renseignements à la Cour de France. Cet homme me l’a dit dimanche, incidemment » (Anonyme 1763 : 308-309).

81Le secrétaire d’Etat Sir Joseph Williamson intervient alors en faveur de Deane, confirme ses dires et signale :

  • 65 ibid. Colbert l’avait envoyé pour sa formation de futur secrétaire d’État à la marine en 1671 alors (...)

« Je me souviens d'une chose que Deane oublie. Il y a eu un moment où les Français ont envoyé le Marquis de Seignelay, qui a suivi le parcours de sa visite et s’est disposé à le terminer en passant par Portsmouth. Je me souviens que Deane a mis en place un contre-espionnage à l’encontre du marquis, pour éviter toute information qu'il pourrait obtenir de la Marine »65.

82À la fin de la séance et après délibération, il est néanmoins ordonné que Mr Pepys et Sir Anthony Deane soient mis en garde à vue auprès de l’huissier d’armes assistant au parlement, et que le contenu du rapport de ce jour soit examiné à la barre du parlement, le jeudi suivant (Anonyme 1763 : 312).

83Ce jeudi 22 mai, William Harbord fait un rapport sans concession concernant Pepys et Deane. Il aboutit, après délibération, à leur condamnation à l’emprisonnement dans la Tour de Londres. Ils seront jugés par l’attorney général chargé de les poursuivre pour les crimes dont ils sont accusés (Anonyme 1763 : 315).

84Ils sont convoqués à cet effet le 31 mai puis le 2 juin. Durant cette dernière séance, l’Attorney général remarque qu’il n’a qu’un témoin à charge pour accréditer l’accusation de Scott. Or, dans le cas de haute trahison, deux témoins au minimum sont requis.

85Dès son emprisonnement à la Tour, Pepys active ses réseaux pour tenter de construire une défense et trouver des témoins. Il contacte ses amis et ses connaissances, en particulier à l’ambassade de Paris, pour enquêter sur ce colonel Scott. Les réponses à ces diverses investigations convergent pour dessiner la figure d’un escroc d’envergure, mais les espoirs que Pepys avait mis dans une éventuelle intervention de Seignelay pour le défendre se sont évanouis. On se demande comment il pouvait penser qu’une telle intervention pouvait lui être favorable, ce qu’on lui fait remarquer, mais il poursuit -en vain. Il tente ensuite de prouver que Scott n’était pas à Paris en août 1675 et de détailler aussi minutieusement que possible la chronologie de ses actes et de ses déplacements.

86Enfin, le 20 juin, lorsqu’il comparaît avec Deane devant the court of the King Bench, à Westminster, l’attorney général reconnaît qu’il ne peut pas les maintenir emprisonnés à la Tour. Ils sont alors transférés à la prison qui dépend de cette juridiction de droit commun à King’s Bench. Dorénavant, ils peuvent communiquer, ce qui n’était pas le cas à la Tour. Pepys poursuit ses investigations dans deux directions : prouver que Scott ne pouvait pas reconnaître sa signature (pour n’avoir jamais eu l’occasion de la voir) sur les documents prétendument remis à Pellissary et encore, trouver des témoins qui confirment qu’il n’était pas chez Pelissary le soir où Deane y fut reçu. Il va y parvenir successivement.

  • 66 « demanding four sureties at £ 5000 a piece, besides my own in £ 10000, I presently gave and they a (...)

87Le 9 juillet, lors de leur comparution devant l’attorney général, Pepys parvient à confondre Scott en prouvant qu’il n’avait aucun moyen de reconnaître sa signature sur les soi-disant documents apportés par Deane à Pellissary. Scott craque et sort de la salle. La cour est impressionnée et vote à l’unanimité pour une libération sous caution. Une caution néanmoins très élevée. Pepys précise que la cour exige « quatre cautions de £ 5 000 chacune, en plus de la mienne de £ 10 000, j'ai donné et ils ont accepté cette caution. Comme ils l’ont ensuite fait (au-delà de mes espoirs) de Sir Anthony Deane, en considérant la motion sérieuse de Sir A. Deane lors de la dernière session66. En outre l’attorney général promet expressément que le procès pour félonie se tiendra à Winchester aux prochaines assises. Il n’en fut rien.

88Durant tous les mois qui suivent, Pepys s’active pour trouver des témoins prouvant que Scott ne pouvait être chez Pelissary le jour où Deane et Hewer y furent reçus. Après plusieurs tentatives, qui mettent en jeu plusieurs intermédiaires, conduisant à des phases d’espoir et de désespoir, il dispose d’une nouvelle équipe à Paris grâce à son beau-frère, Balthazar St Michel (Balty) et deux marchands français, François Trenchepain et Antoine Pelletier. Ceux-ci contactent deux anciens employés de Pellissary, qui sont en mesure de témoigner en faveur de la version de Deane. Le 4 août 1679, sur les instances de Pepys accompagnés de notaires chargés d’enregistrer les déclarations, ils rendent visite à la veuve de Pellissary. Selon elle, le jour où son mari avait invité Sir Anthony Deane à dîner, elle a dîné seule avec sa sœur et ses enfants dans leur propre appartement. Sir Anthony Deane et les autres lui ont rendu visite après dîner pour l’écouter jouer du clavecin. Et elle ajoute, « Mr Scott n’a pas dîné à la maison ce soir-là ».

  • 67 Lettre de Pepys à Denise du 29 septembre: « I commit my whole affair to you and my brother and both (...)

89Ainsi, Scott était bien en rapport avec Pelissary, et il lui était arrivé de dîner chez lui mais on dispose de témoignages qui détruisent ses affirmations. Encore faut-il que ces témoignages soient reçus à Westminster et qu’un témoin des déclarations de Mme Pellissary puisse s’y exprimer viva voce. Or Pelletier est catholique, donc son témoignage ne vaudrait rien auprès de la Cour et Trenchepain est très occupé par ses affaires. Il ne peut se rendre à Londres. Pepys va trouver une solution en la personne de Claude Denise, qui, nous l’avons vu, avait été chargé de superviser la construction des yachts à Portsmouth. Denise connaît la famille Pellissary personnellement. Il est plus économique de lui payer un séjour à Paris que de retenir les témoins français à Londres pour un temps indéterminé67. Fin septembre 1679, Pepys est sûr de pouvoir présenter les témoignages requis et dorénavant, avec Deane, ils ne vont cesser de réclamer le 23 octobre, le 28 novembre, le 9 janvier, devant l’attorney général, la tenue du procès qui n’a toujours pas eu lieu.

  • 68 En fait, Deane était payé comme contrôleur des comptes des avitaillements le 30 avril 1680 et ne dé (...)

90Le 23 janvier, Deane prend la parole et annonce que, n’ayant pas obtenu de procès si longtemps après la promesse faite à Winchester, il a décidé de démissionner de son poste de contrôleur des comptes des avitaillements de la marine de sa majesté malgré la nouvelle proposition des Lords de l’Amirauté de lui confier ces responsabilités. Il prend cette décision parce qu’il demeure en accusation sans avoir l’opportunité de se défendre68. Le 30 juin 1680, Pepys et Deane comparaissent enfin devant la cour de Westminster Hall. Les témoignages qu’ils ont obtenus sont validés ; tout l’édifice des accusations de Scott, « the ill construction » prophétisée par Pepys s’effondre. Ni l’attorney général ni les juges n’ont de charges contre eux. Ils sont acquittés et libérés.

91Mais ils sont affaiblis, leurs noms entachés et, surtout, ils s’inquiètent d’un retour des accusations et poursuites. Pepys a rassemblé l’ensemble des résultats de ses investigations sur Scott et il a matière à l’attaquer, ce que Deane lui demande instamment, mais Pepys se méfie et en effet, il connaît de nouvelles tentatives d’accusation. Mais elles échouent et, en avril 1684, sa réhabilitation dans la marine est complète. Il est fait secrétaire des affaires de l’amirauté d’Angleterre. Après la mort de Charles II en 1685 et l’accession au trône du duc de York, il peut rappeler Anthony Deane dans ses fonctions à la commission de l’amirauté.

92Il manque peut-être à la langue française la richesse de signification de l’anglais « embedded » pour prendre la mesure de ce que cette affaire charrie de combinaisons diverses entre politique et technique dans toutes les phases de sa réalisation. « Embedded » pourrait mieux faire entendre la diversité des formes qu’elles ont pu prendre.

93On peut en retenir quelques-unes, particulièrement significatives.

  • 69 À l’instar de ce qui se fit quelques années plus tard à Marseille puis à Toulon (Vérin 1987).

94Au point de départ, on trouve la décision du roi d’ajouter deux yachts à la flottille du grand canal de Versailles, flottille qui témoigne de la magnificence royale et de l’emprise du monarque qui fait disposer sous ses yeux ce qui se fait de mieux dans toute la diversité des constructions navales de l’époque. Le spectacle offert à la cour des évolutions de ces bâtiments peut aussi devenir expérimentation69. En effet, ce rassemblement a pu permettre de faire des essais et de se donner les moyens de rendre compte opportunément du rapport entre navigation et construction de tel ou tel type de bâtiment. C’est alors la grande affaire de la marine et elle est alors loin d’être résolue (Brioist et Vérin 2008). Sur ce point, ce n’est pas par hasard si le mémoire de Renau d’Elissagaray sur la construction navale qui tente la réduction géométrique des formes de la carène, s’engage sur une question de navigation : « pourquoy un vaissseau va pour ainsy dire contre le vent », qu’il aurait évoqué avec Anthony Deane. Ce dernier est reconnu en Europe comme celui qui a su maîtriser géométriquement le calcul des œuvres vives d’un vaisseau. Ainsi, sa venue en France, si fortement réclamée par le roi, s’inscrit dans le contexte des premières tentatives de mathématisation des techniques constructives en relation avec la maîtrise mathématique de la navigation.

95Dans le déroulement, lent et traversé d’empêchements divers, de la construction des yachts à Portsmouth, on ne voit pas que les envoyés du roi soient intervenus sur des questions de technique constructive. À l’inverse, sur la décoration et les performances reconnues ou déniées des artisans de France ou d’Angleterre, que ce soit pour la dorure ou pour la sculpture, les courriers se firent insistants et la surveillance se voulut exigeante, avec un succès limité semble-t-il. On peut se demander si, dans la dernière phase de l’aventure de Deane et son petit groupe en France, la visite de la manufacture des Gobelins que leur avait préparée Colbert ne répond pas au souci de leur fournir des raisons de s’émerveiller de tant de savoir-faire et, à leur retour en Angleterre, de le faire savoir. C’est en effet dans l’organisation méticuleuse du séjour de Deane auprès des Grands, à Paris, Versailles, Sceaux, Fontainebleau, que l’intention politique est la plus flagrante, et la suspicion réciproque maîtresse. Traité partout en haut personnage, Deane, à son retour en Angleterre, rapporte que les Français n’ont rien à apprendre des Anglais et que, dans la marine, leurs méthodes sont remarquables au point qu’il en est saisi d’effroi, que la richesse s’allie à la beauté dans tout ce qui entoure le roi et les Grands. Bref, Deane concède qu’il a été ébloui, mais ne celle rien de l’étroite surveillance dont il fut l’objet. On l’enjôle à grand frais et il observe et aurait voulu observer davantage, dans d’autres ports de France. En vain. C’est peut-être dans ses conversations avec Renau ou lors de son séjour au Havre que quelques échanges techniques purent avoir lieu.

96Les suites lamentables de cette livraison de deux yachts au roi de France, avec ses accusations fallacieuses d’espionnage, ne témoignent que de l’état de désagrégation politique dans l’Angleterre de ces années 1679-80. Peut-être convient-il à ce propos de suivre le capitaine de vaisseau du Maitz de Goimpy qui, cent ans plus tard, dans la préface de son Traité de la construction des vaisseaux faisait un constat : tout progrès technique se divulgue, quand bien même on fait tout pour le garder secret (Du Maitz De Goimpy 1776).

Haut de page

Bibliographie

ANONYME. Debates of the House of Commons, from the year 1667 to the year 1694. Collected by the Honble Anchitell Grey Esq., vol VII, D. Henry and Cave, 1763

AUBIN, Nicolas. Dictionnaire de marine contenant les termes de la navigation et de l’architecture navale […], P. Brunel, 1702

BRIOIST, J-J. et VERIN H. « L’ingéniérie cartésienne de Renau d’Elissagaray ». Documents pour l’histoire des techniques, n° 16, 2e semestre 2008 ; https://doi.org/10.4000/dht.818

COLBERT. Lettres, instructions et mémoires de Colbert, éd. P. Clément, vol III-1, Paris, 1861

DAVIES, J.D., Pepys’s Navy: Ship, Men and Warfare 1649-89, Seaforth publishing, 2008

DESSERT, D, JOURNET, J.L. « Le lobby Colbert, un royaume ou une affaire de famille ? ». Annales ESC, 1975, vol. 60, n° 6, p. 1303-1336 : https://doi.org/10.3406/ahess.1975.293680

DU MAITZ DE GOIMPY, François-Louis. Traité de la construction des vaissseaux, Couturier, 1776

DUKE HENNING, Basil. The House of Commons, Secker & Warburg, 1983

FERREIRO, Larrie. The aristotelian heritage in early naval architecture, from the venitian arsenal to the french navy, 1500-1700, preprint de Max-Planck-Institut für Wissenschaftsgeschichte, 2009, https://www.mpiwg-berlin.mpg.de/Preprints/P371.PDF

HALNA DU FRETAY, Amélie. « La flottille du Grand Canal de Versailles à l’époque de Louis XIV : diversité, technicité et prestige ». Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles. Sociétés de cour en Europe, XVIe-XIXe siècle-European Court Societies, 16th to 19th Centuries, 2010 ; https://doi.org/10.4000/crcv.10312

HAMILTON, Clark Arthur. The History of Yachting, 1600-1815, New York-London, 1904.

HAVARD, Henry, VACHON, Marius. Les manufactures nationales…, Librairie Alcide Picard et Kaan,1889

HEWER, W. Letters and the second diary of Samuel Pepys, ed. R.G. Howart, J.M. Dente, 1932

KNIHGTON, C.S., Pepys’s later diaries, Sutton publishing, J.H. Haynes & Co. Sparkford, 2006

LAVERY, Brian. Deane's Doctrine of Naval Architecture, 1670, Conway Maritime Press, 1981 et 1986

LONG, James & Ben. The Plot against Pepys..., the Overlook Press Woodstock & New York, 2007

PEPYS, Samuel. Samuel Pepys’s Naval Minutes, éd. J.R. Tanner, The Navy Records Society, 1926

VERIN, Hélène. « Spectacle ou expérimentation. La préfabrication de vaisseaux en 1679 ». Revue de synthèse, avril 1987, 108-2, p. 199-223 ; https://doi.org/10.1007/BF03189055

VERNE, J-P. « Essai de reconstitution de quelques bâtiments de la flottille qui évoluait sur le Grand Canal du château de Versailles à partir d'un dessin anonyme de la fin du XVIIe siècle ». Neptunia, no 190, 1993, p. 18-27

Haut de page

Notes

1 « Voir ma lettre à AD prédisant dès avant son voyage en France en 1675 qu’il pourrait faire l’objet d’une mauvaise interprétation ».

2 Peter II et Christopher appartenaient à une célèbre dynastie de maîtres charpentiers de marine qui régna aux XVIe et XVIIe siècles.

3 Un homme aussi ingénieux que sobre. Diary and correspondance of Samuel Pepys, the diary deciphered by the Rev. J. Smith, A.M. from the original shorthand MS. in the Pepysian Library. With a life and notes by Richard Lord Braybrooke. First American from the fifth London edition.Philadelphia, J. B. Lippincott & Company, 1855‬. Vol IV, 198.

4 Gaspillage et rapines que Pepys devait tenter de réduire. Pratique rédhibitoire dans tous les arsenaux, le coulage donna lieu à nombre de règlements plus ou moins efficaces ou contournés.

5 Pepys le décrit en 1664 comme « a conceited fellow and one that means the king a great deal of service (and) more of disservice to other people that go away with profits he cannot make » (Duke Henning 1983: 200).

6 Anglicisme pour : présenter mes hommages.

7 BN Mélanges Colbert, ms 163 fol. 25. Portsmouth, 25 décembre 1672, Lettre d’Anthony Deane à M. Mignon, secrétaire de l’ambassadeur de France à Londres. L’orthographhe du manuscrit est respectée.

8 Le Swiftsure, un 66 canons achevé en avril 1673, le Harwich, de 64 canons un an plus tard et le Sapphir, de 32 canons, mis à l’eau en septembre 1675. Cf WINFIELD, Rif British Warships in the age of sail 1603-1714 : design, construction, careers, Barnsley, Seaforte Publishing, 2009, p. 299.

9 « to receive the King’s commands touching the building of two yachts which the King’s of France desires to have built for him here in imitation of his Majesty’s ». Cité dans A descriptive catalogue of the naval manuscripts at the Pepsyan library at Magdalena College, Cambridge, éd.J.R. Robson, 1903, vol 3, p. 330.

10 13,71 à 14,63m et 0,91m.

11 Pierre Formont, marchand banquier huguenot, avait des comptoirs ou des représentants dans presque toutes les contrées d’Europe, jusqu’en Amérique et en Afrique.

12 BNF Mélanges Colbert, ms 170 bis fol 715, Londres, 21 février 1675, lettre de Ruvigny à Colbert.

13 AN Mar B2 31 f° 18. St Germain 11 janvier 1675, Lettre de Colbert à Mr de Ruvigny.

14 ibid. Le Sr. Denise en effet suivra l’avancée des constructions et des décorations des yachts. Denise est un marchand qui vit à Long Acre, a des contacts à l’ambassade, à la cour de France et surtout dans la marine où il a des relations personnelles, en particulier avec le trésorier général de la marine, Pellissary, que nous allons retrouver.

15 AN Mar B2 31 f° 20. St Germain 16 janvier 1675, Lettre de Colbert à Mr de Ruvigny.

16 Jean-Baptiste Colbert, marquis de Seignelay, était le fils aîné de Colbert. Celui-ci le forma très jeune pour lui succéder à son poste de secrétaire d’État à la marine. Dès le 23 mars 1672, Seignelay était admis auprès du roi pour assister son père à la marine. Il le remplaça à sa mort, en septembre 1683.

17 14,93m et 4,11m.

18 AN Mar B7 474 marine anglaise f° 11 : Portsmouth 17 janvier 1675, Lettre de A. Deane à Seignelay. "Plan revisions will be ready by Thursday for your approval, which I request you return promptly or the boat will not be finished in the time desired".

19 AN Mar B7 474 marine anglaise piece 11 : Londres 28 janvier 1675, Lettre de M. de Ruvigny au Marquis de Seignelay.

20 Jean Baptiste Colbert Seignelay épouse Maire-Marguerite d’Alègre.

21 AN Mar B2 31 f 42v St Germain, 8 février 1675, lettre de Colbert à M. de Ruvigny.

22 AN Mar B2 31 f 62v, St Germain 1er mars 1675, lettre de Colbert à M. de Ruvigny.

23 AN Mar B2 31 f63v-64, St Germain, 3 mars 1675, lettre de Colbert au Sr Le Brun.

24 BN Mélanges Colbert, ms 171 fol. 41-42, 7 mars 1675, Mémoire des gages accordés aux ouvriers sculpteurs que le sieur Legeret mène avec luy pour travailler aux ornemens des jaks que le Roy fait construire en Angleterre. Ils sont onze du voyage, dont huit ouvriers et un apprenti.

25 AN Mar B2 31 f 66, St Germain 6 mars 1675, lettre de Colbert à M. de Ruvigny. C’est que récemment des matelots français ont été malmenés.

26 AN Mar B2 31 f° 153, Versailles, 26 mai 1675, lettre de Colbert à M. Pellissary.

27 AN Mar B2 31 f° 235 Versailles, 10 juillet 1675, lettre de Seignelay à M. Le Brun.

28 AN Mar B2 31 f° 216 Versailles, 29 juin 1675, lettre de Seignelay à M. de Ruvigny.

29 Mélanges Colbert, ms 171 bis fol 580. Portsmouth 13 juin 1675, Lettre d’Anthony Deane à M. Mignon, secrétaire de l’ambassadeur de France à Londres. Sans doute Anthony Deane a fait traduire sa lettre en français. Comme nous le verrons plus loin, il ne pratiquait pas cette langue.

30 « … The new French yacht, which (…) seems to outdo anything that ever swam ». Pepys to John Williamson, 3 juillet 1675, Calendar of State Papers, Domestic Series, March1675-February 1676, p. 197.

31 Le Cleveland est un yacht de 8 canons, construit par Anthony Deane sur le chantier de Portsmouth et lancé en 1671. Dans les années 1670, il servit essentiellement comme transporteur privé sur la Manche pour les amis du roi (Davies 2008).

32 AN Mar B3 19 f°250 v°, le Havre le 10 août lettre de Vauvré à Seignelay. Le pavillon blanc est celui de la marine royale française.

33 AN Mar B2 31 f° 253, Versailles, 24 juillet, lettre de Colbert à M. de Ruvigny.

34 AN Mar B2 31 254, Versailles, 24 juillet 1675 lettre de Colbert audit Duc de St Aignan.

35 Un traducteur.

36 AN Mar B2 31 253v, Versailles, 24 juillet 1675, lettre de Colbert au Sr Vauvré.

37 AN Mar B2 31 f° 254v Versailles 24 juillet 1675, lettre de Colbert au Sr Vauvré.

38 « Les bâtimens de deuxième classe, connus sous le nom d'allèges, comprennent les heux, les smacks, les gribanes, les bisquines ou flambardes, etc. : ils appartiennent (…) à la navigation de la Seine » ; Cité dans TOUCHARD-LAFOSSE, Georges. Histoire des environs de Paris, vol. 2, Poignavant et Jahyer, 1844, p. 351.

39 AN Mar B3 19 f°250 v° 251v°.

40 AN Mar B2 31 f° 285v°, Versailles, 13 août 1675, lettre de Colbert à M. de Vauvré.

41 AN Mar B3 19 f°286, Le Havre le 15 août 1675, lettre de Vauvré à Seignelay.

42 Ibidem.

43 AN Mar B3 19 f°253 v°, Le Havre, le 12 août, Vauvré à Colbert.

44 AN Mar B2 30 f° 209v° Versailles, le 15 août, Ordre du Roy au nommé Des Hayes Me d’equipage chargé de la conduite des jacks depuis le Havre jusques a St Cloud pour luy dire d’obeir au Sr Desclouzeaux.

45 AN Mar B3 19 f°256 v°, Le Havre, le 22 août, Vauvré à Seignelay. Les capitaines du Cleveland et du Preon reçoivent la chaîne d’or envoyée par le roi, et ceux qui ont conduit les yachts depuis Porstmouth, vingt louis chacun.

46 Ibidem.

47 C’est peut-être en se fondant sur cette remarque de Perrault que José-Paul Verne a affirmé que les yachts étaient partis de Port-Marly sur la Seine pour rejoindre Versailles. C’est peut-être en effet la voie choisie par Deane pour le transport du second yacht. Pour le premier, il est toujours question de Saint-Cloud qui est plus proche. (Verne 1993).

48 Mélanges Colbert, 172 bis, fol. 394 Paris, 26 août 1675, lettre de Claude Perrault à Colbert.

49 « By the time it arrived, the boat was filthy and the trolley they carried it on had broken ». J’ai dû traduire les lettres de Deane et de Hewer H.V.

50 « we arrived here upon Monday the 16th (26) instant, about noon, and in our way we met with one of the yachts, upon the road, which is safe in the canal, and this day, by the care and industry of Sir Anthony Deane, the other will be in; he having spent Friday and Saturday in giving direction touching her carriage, which has not only facilitated her despatch, by doing that in a day and half which the French were four days about, but has done that for five hundred crowns, which the other cost, for carrying to the canal, upwards of one thousand three hundred crowns ». Letters and the second diary of Samuel Pepys, ed. R.G. Howart, London, J.M. Dente, 1932, W. Hewer Chez M. Demast, Paris, 12/22 Août 1675 p. 109-110. Seul problème pour nos datations, la lettre, envoyé de chez M. Demast à Paris, est datée du 12 août. Ce qui donne 22 août dans le calendrier grégorien, mais ne résout pas le décalage avec les dates citées dans le texte de la lettre. (Arrivée à Paris le lundi 16/26 août.).

51 BNF, Mélanges Colbert, 172 bis, fol. 394 Paris, 26 août 1675, lettre de Claude Perrault à Colbert.

52 ibid.

53 « Mais vous dites que vous ne pouvez rien répondre là-dessus sans les ordres de Monseigneur Colbert ». Mélanges Colbert, ms 171 bis, fol 580, Portsmouth, 13 juin 1675, Lettre d’Anthony Deane à M. Mignon, secrétaire de l’ambassadeur de France à Londres.

54 La manufacture royale des Gobelins dépendait du surintendant des bâtiments et était dirigée alors par Charles Le Brun. On y organisait des visites officielles (Havard et Vachon 1889).

55 « so fine and magnificent, that, as I never in my life saw the like, so I do believe there cannot in the whole world be anything that is finer, but more particularly the King’s house and garden at Versailles ». Il faut ici remarquer que les dates indiquées par Hewer dans ses lettres à Samuel Pepys ne correspondent pas à celles que nous fournissent les sources françaises, qu’il s’agisse des Colbert, de Vauvré ou de Perrault. Hewer date une de ses lettres, essentielle, du lundi16 août. Or en 1675, il n’y a pas de lundi 16 août. Une première solution est qu’il a suivi le calendrier julien en usage en Angleterre donc chez son correspondant et qu’il faut rétablir cette date dans le calendrier grégorien, donc le lundi 26 août qui existe en effet. Mais, étant donné les renseignements qu’il fournit dans cette lettre et si nous les comparons aux autres renseignements à notre disposition, il semble bien que la date à retenir soit le lundi suivant, le 2 septembre. Alors tout concorde.

56 Georges Pellissary, Sr de La Bourdaisière, Trésorier général de la marine fait parti du clan des affairistes huguenots du « lobby Colbert » (Dessert et Journet 1975).

57 Anthony Deane à Pepys, lettre du 18 (28) août 1675, Bodleian, Rawlinson Mss, A, 185, Fol 24. Cité par Long 2007 : 281.

58 AN Mar B3 19 f°258 v°, Le Havre, le 28 août 1675, lettre de Vauvré à Seignelay.

59 Renau d’Elissagaray, Mémoire sur la construction des vaisseaux dans lequel il y a une méthode pour en conduire les façons (1679). Ce mémoire manuscrit de Renau a été transcrit et publié (Brioist et Vérin 2008).

60 « I must take 12 or 14 days to complete what I have observed in my journey, which I hope is littleless than a full satisfaction to what you you gave me in command at my departure »Calendar of State Papers, Domestic Series, March 1675-Feb. 1676, p. 319. Cité par Long 2007 : 281.

61 On peut citer le grand classique de John Pollock, The popish plot : a study in the History of the Reign of Charles II, Duckworth, 1903, plusieurs fois réédité jusqu’à des reprint récents en 2014 et en 2015, Cornell University Library's print collections, Andesite Press. Après le livre de R.L. Greave sur la contestation puritaine au cours de la restauration, The radical underground in Britain, 1660-1663, celui d’Alan Marshall, Intelligence and espionnnage in the reign of Charles II, 1660-1685, est plus proche de notre sujet mais s’intéresse peu à l’affaire dans laquelle Pepys et Anthony Deane furent impliqués. On peut aussi citer la publication en 1974, de The popish Plot de J.P. Kenyon. Enfin ladite affaire a inspiré James et Ben Long (respectivement écrivain et dramaturge) qui en font un récit palpitant, soigneusement dramatisé et bien documenté, The Plot against Pepys, the untold story of espionnage and intrigue in the tower of London. Il est centré sur Pepys et non sur Deane.

62 Selon C.S. Knighton, « William Harbord was particularly anxious to see Pepys removed because he had some hopes of taking his job » (Knighton 2006: 42-43).

63 Louis Herouard, sieur de la Piogerie, était en 1672 major de la marine du Ponant. Sur cet épisode et l’impossibilité qu’elle ait eu lieu (Knighton 2006 : 54-55).

64 « They are of the Devil’s religion, let us drink off our wine » ( Anonyme 1763: 303) Voir aussi Long 2007: 64-65.

65 ibid. Colbert l’avait envoyé pour sa formation de futur secrétaire d’État à la marine en 1671 alors que la France et l’Angleterre étaient alliées. Sur cette visite de Portsmouth, Pepys note « Monsieur Denise says he accompagnied Monsieur Seignelay to visit all the king’s offices and magazines at Porstmouth and Chatam anno 1672 », Samuel Pepys’s naval minutes, Publications of the Navy records society, vol LX, p. 51. Pepys rappelle plus tard : « that upon our conjunction with France, Spragg and Digby went over thither to visit their yards, stores, and ships ; and Monsieur de Seignelay, Rabinière et Desgorez did the like to ours, Monsieur Denise attending them ». Samuel Pepys’s naval minutes, Publications of the Navy records society, vol LX, p. 361. Lors de notre collaboration avec la France, Spragg et Digby sont allés là-bas pour visiter leurs chantiers, leurs magasins et leurs navires ; et Monsieur de Seignelay, Rabinière et Desgorez firent de même pour les nôtres, avec l’assistance de Monsieur Denise.

66 « demanding four sureties at £ 5000 a piece, besides my own in £ 10000, I presently gave and they accepted that bail as they also afterwards did (beyond my hopes) of Sir Anthony Deane, upon their considering Sir A.Deane's earnest motion the last term » (Knighton 2006: 56). Se portent caution pour Anthony Deane : Sir Thomas Beckford, Mr Pallavicini et deux marchands, les Griffiths.

67 Lettre de Pepys à Denise du 29 septembre: « I commit my whole affair to you and my brother and both you and it to God Almighty ».

68 En fait, Deane était payé comme contrôleur des comptes des avitaillements le 30 avril 1680 et ne démissionna de ce poste et de la marine royale que le 29 juillet, affirmant (par une lettre du 27 juillet) qu’il n’avait reçu qu’à cette date la permission du roi.

69 À l’instar de ce qui se fit quelques années plus tard à Marseille puis à Toulon (Vérin 1987).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Vérin, « Anthony Deane et l’affaire des yachts pour Versailles »e-Phaïstos [En ligne], XI-1 | 2023, mis en ligne le 25 avril 2023, consulté le 26 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/ephaistos/11301 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ephaistos.11301

Haut de page

Auteur

Hélène Vérin

Docteur d’État en philosophie, chercheur au CNRS en économie, philosophie puis histoire, ses recherches, centrées sur l’époque moderne, portent sur l’émergence et les transformations de l’idée d’entreprise sous l’ancien régime, sur les premiers essais de formalisation des outils de décision par les ingénieurs, sur le vaste mouvement de « réduction en art et méthode » des pratiques artisanales en Europe, du XVIe au XVIIIe siècle.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search