Navigation – Plan du site

Éditorial

Claudia Da Re, Luc Rojas et Anne-Françoise Garçon

Texte intégral

1Ce nouveau numéro d’e-Phaistos propose aux lecteurs divers exemples, nationaux et internationaux, des productions artisanales et industrielles. Dans ce Varia, les sujets diffèrent bien évidemment. Mais ils ont un dénominateur commun : la recherche du savoir-faire technique et l’importance de sa sauvegarde.

2Le lieu d’implantation, les matières premières, les marchés sont des éléments fondamentaux à la bonne réussite d’un produit. Mais c’est l’être humain, avec son savoir-faire et sa culture technique, qui détermine le succès d’une production. C’est le cas, par exemple, de l’entreprise Dorian-Holtzer, Jackson et Cie productrice de faux et faucilles dans la vallée de la Semène. Luc Rojas dans son article « La colonie industrielle de Pont-Salomon (Haute-Loire) ou la matérialisation du fouriérisme de Pierre Frédéric Dorian » nous explique bien comme l’entreprise a su s’adapter au potentiel humain local et mettre en valeur les ouvriers spécialisés. Fortement lié à l’idéologie fouriériste, Dorian donnera naissance à une véritable communauté industrielle. C’est ce type de communautés industrielles qu’Henri Fayol travaillera à orchestrer dans une lecture technologique de l’administration des compagnies minières, ce qu’évoque Jean-Philippe Passaqui dans sa lecture du numéro d’Entreprises et Histoire, piloté par Blanche Ségrestin, et intitulé « Le tournant fayolien ».

3Le savoir-faire sous-tend aussi le processus industriel et l’initie, ce que démontre bien Abdelhak El-Monstein dans son article « Distiller les cerises à Fougerolles aux XVIIIe et XIXe siècles : une petite histoire du kirsch ». Les bouilleurs de crû sont les détenteurs de la tradition et du savoir-faire local en matière de culture du cerisier et de distillation des eaux-de-vie de fruits à noyaux. Parmi eux, un petit groupe se transforme, entre 1820 et 1840, en distillateurs semi-industriels en se consacrant à l’activité de distillation sans délaisser les travaux agricoles coutumiers. Ils jettent ainsi les bases de l’industrialisation du secteur, complète à la fin du XIXe siècle. Ces savoir-faire contiennent en eux une dynamique complémentaire de transmission de la connaissance afin de former de nouveaux spécialistes ou de fixer dans le temps l’héritage technique. Ces thématiques sont abordées dans l’article de Céline Zuretti « Le rôle des traductions scientifiques dans l'essor technique japonais au XIXe siècle » qui se pose la question des similitudes entre les productions occidentales et japonaises. Thématiques qui reviennent aussi dans le texte de Bernard Delaunay « Newcomen à l’académie » à propos de l’importance de transmettre les connaissances autour de la machine à vapeur.

4Savoir-faire qui, enfin, devient culture, culture d’une communauté de travail et/ou d’un territoire. Il contribue en effet à déterminer le paysage culturel et matériel des terroirs et des métiers. La question se pose alors de la transmission et de la sauvegarde de cette culture, que le progrès technique, puis technologique, tend à dénigrer ou à négliger. Patrick Féron dans son article « L’espace conservateur des Îles Kerkenna et la mouvance temporelle de traditions nautiques » explore l’évolution récente de la fluka, petite embarcation à voile latine, plébiscitée par les pêcheurs pour sa fonctionnalité. Il montre comment ces bateaux à voile, conçus en parfaite symbiose avec le milieu naturel, dans un tryptique « Hauts fonds, Palmier & Savoir-faire », tendent aujourd’hui à disparaître, du fait de la pratique croissante d’une pêche intensive et désordonnée. Une problématique de la disparition abordée dans l’entre-deux-guerres par l’ethnographie française avec le lancement d’enquêtes destinées à documenter les artisanats traditionnels et leur savoir-faire. Bénédicte Rolland-Villemot se concentre sur « Le Chantier 1810 du Musée National des Arts et Traditions Populaires (1942-1946) : un conservatoire des techniques et de leurs gestes ? ». En partant de l’idée que toute technicité incorpore les cultures techniques d'individus ou de groupes difficilement appréhendables sur le vif et qui ne sont pas objets de musée, l’auteur se demande si conserver un savoir-faire en l’inscrivant dans une technologie culturelle n’est pas une utopie. Une question, bien peu travaillée, quoiqu’elle se trouve au fondement de la soutenabilité culturelle…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudia Da Re, Luc Rojas et Anne-Françoise Garçon, « Éditorial »e-Phaïstos [En ligne], VI-1 2017 | 2018, mis en ligne le 14 juin 2018, consulté le 12 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/ephaistos/1731

Haut de page

Auteurs

Claudia Da Re

Claudia Da Re est doctorante Heritechs à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne où elle prépare une thèse sur l’histoire et l’évolution des écomusées en France et en Italie. Ses travaux portent sur le rôle des écomusées dans la sauvegarde du patrimoine culturel et sur les politiques du Conseil de l’Europe et de l’UNESCO à ce sujet. Dans les années elle s’est spécialisée dans les thématiques du paysage culturel et de la soutenabilité culturelle.

 

Luc Rojas

Luc Rojas est chercheur associé à l’UMR CNRS 5600 (EVS-ISTHME). Ses préoccupations scientifiques portent sur les mutations et les changements technologiques entre les XVIIIe et XXe siècles. À travers ce champ d’investigation, il aborde de nombreux thèmes de recherche dont les principaux sont : les pratiques et les pensées des ingénieurs civils, la circulation de l’information et des idées techniques et les traces et mémoires de la civilisation industrielle. Depuis quelques années, il concentre ses travaux sur l’organisation du travail et des entreprises notamment sur la pensée et l’action d’Henri Fayol

Articles du même auteur

Anne-Françoise Garçon

Anne-Françoise Garçon est professeur émérite. Responsable du Centre d’Histoire des Techniques de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne de 2005 à 2017, elle a fondé le master Erasmus Mundus TPTI, Techniques, Patrimoines, Territoires de l’Industrie : Histoire, Valorisation, Didactique. Ses travaux portent sur l’histoire de la pensée technique : conception, innovation, régimes de la pensée opératoire ; l’histoire des systèmes techniques entre XVIe et XXe siècles, l’épistémologie du patrimoine technique et industriel. Elle a publié entre autres : L’Automobile, son monde et ses réseaux (PUR, 1998) ; Mine et Métal. Les non-ferreux et la révolution industrielle (PUR 1998) ; Démolition, disparition, déconstruction. Approches techno-économiques et anthropologiques (CNAM 2002, en coll. avec P. Smith, G. Delhumeau et A. Monjaret) ; Entre l’État et l’usine. L’école des Mines de Saint-Étienne au XIXe siècle (PUR, 2004) ; L’imaginaire et la pensée technique. Une approche historique, XVIe-XXe siècles (Cl. Garnier, 2012).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Institut d'Histoire moderne et contemporaine
  • Logo Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
  • Logo Université Polytechnique de Prague
  • Logo Laboratoire de l'histoire de l'électricité - Prague
  • OpenEdition Journals