Navigation – Plan du site
Positions de thèse

L’architecture en Syro-Mésopotamie et dans le Caucase de la fin du 7e à la fin du 5e millénaire av. J.-C.

Syro-Mesopotamian and Caucasian Architecture Between the End of the 7th and the End of the 5th Millennium B.C
Emmanuel BAUDOUIN

Résumés

À partir de la fin du 7e millénaire, l’architecture connaît en Syro-Mésopotamie et dans le Caucase un essor considérable mais selon des rythmes différents. Ce développement différencié est probablement lié aux relations qu’ont entretenues les communautés de ces régions. La teneur de ces relations est probablement multiple. Les échanges techniques sont l’élément primordial pour l’architecture : ils permettent de déterminer si les communautés du Caucase se sont installées de manière autonome au début du 6e millénaire ou si elles ont profité de l’expérience technique de celles de Syro-Mésopotamie, de comprendre l’évolution de l’architecture « complexe » au Samarra et à l’Obeid dès la fin du 7e millénaire et de mesurer l’impact social de l’expansion obeidienne dès la seconde moitié du 6e millénaire. Après une présentation de la méthodologie, où nous définissons les termes employés et la méthode d’analyse, les données archéologiques sont présentées sous la forme synthétique d’une étude typologique selon trois axes : les matériaux de construction, les techniques de mise en œuvre et la morphologie architecturale. Enfin, une analyse croisée des données permet de considérer l’architecture dans une perspective culturelle, géographique et chronologique. Le milieu du 6e millénaire marque un tournant dans les échanges techniques et les relations culturelles entre ces deux régions : auparavant, ces échanges apparaissent diffus dans les régions situées au nord de la Mésopotamie centrale. Ensuite, l’expansion obeidienne entraîne une homogénéisation progressive des techniques dans l’ensemble du bassin syro-mésopotamien, à laquelle se sont greffés emprunts techniques et adaptations régionales.

Haut de page

Texte intégral

Thèse : références bibliographiques
Emmanuel BAUDOIN, L’architecture en Syro-Mésopotamie et dans le Caucase de la fin du 7e à la fin du 5e millénaire av. J.-C., thèse de doctorat en Archéologie de l’université Sorbonne-Université, ED 124, UMR 8167 Orient et Méditerranée, soutenue le 9 janvier 2018.

Directeurs de thèse :
Jean-Yves MONCHAMBERT, Professeur, Université des Lettres de l’université Sorbonne Université
Bertille LYONNET, directeur de recherche, Centre national de la recherche scientifique

Jury :
Catherine BRENIQUET, Professeur, Université Clermont Auvergne (président)
Miquel MOLIST, Professeur, Universitat Autònoma de Barcelona
Claire-Anne de CHAZELLES, Chargé de recherche CR1, Centre national de la recherche scientifique

1L’architecture est un objet archéologique à part entière que nous devons considérer au même titre que les autres vestiges de la culture matérielle. Pour cette raison, l’objet architectural contribue à déterminer, à travers l’évolution des techniques, la teneur des échanges et des relations culturelles entre les communautés du bassin syro-mésopotamien et celles du Caucase entre la fin du 7e millénaire et la fin du 5e.

2Dans le bassin syro-mésopotamien, la fin du 7e millénaire représente l’aboutissement du long processus de « néolithisation », entamé depuis le PPNA, processus au cours duquel semblent émerger des communautés sédentaires (cultures de Hassuna, de Halaf, de Samarra et d’Obeid) organisées pour certaines de manière plus « complexe ». Ce phénomène s’accentuera jusqu’à la fin du 5e millénaire à l’aube du phénomène proto-urbain. Dans le Caucase, le début du 6e millénaire est marqué par l’installation des premières communautés sédentaires (cultures de Shulaveri-Shomu, d’Aratashen, de Kamiltepe et de Kültepe) qui continueront de s’épanouir jusque vers 5300 av. J.-C. S’ensuit, sur le plan archéologique, un long hiatus d’un millénaire à la fin duquel réapparaissent des communautés sédentaires (Chalcolithique récent).

3Il nous a semblé nécessaire d’apporter tout d’abord les clés méthodologiques qui permettent d’appréhender les dynamiques d’influences. L’utilisation des concepts de convergence, d’inertie, de diffusion et d’assimilation technique, tels qu’ils sont proposés par A. Leroi-Gourhan, nous a conduit à replacer dans une perspective chrono-culturelle les changements observés dans l’architecture.

4Ainsi, l’installation des communautés sédentaires du Caucase (cultures de Shulaveri-Shomu, d’Aratashen, de Kültepe et de Kamiltepe) au début du 6e millénaire devait être mise en perspective avec le développement que connaît le nord du bassin syro-mésopotamien à la même période (cultures de Hassuna et de Halaf). L’objectif était de déterminer si ces communautés se sont installées de manière autonome ou, au contraire, si elles ont profité de l’expérience technique de celles du bassin syro-mésopotamien.

5Enfin, l’évolution de l’architecture dite « complexe », à partir du Samarra et de l’Obeid 0 à la fin du 7e et au début du 6e millénaire, nous a conduit à reconsidérer l’impact social de l’expansion obeidienne, au cours des 6e et 5e millénaires, à travers l’adoption d’une nouvelle conception de l’architecture dans la région. Nous devions déterminer si cette adoption a été synchrone et totale dans l’ensemble du bassin syro-mésopotamien et quel fut l’impact de l’expansion obeidienne dans les régions limitrophes du bassin syro-mésopotamien comme le Caucase, où l’on constate l’apparition soudaine d’une architecture orthogonale à la fin du 5millénaire. Par ailleurs, il était crucial de déterminer si l’apparition de l’architecture « complexe » en Mésopotamie centrale et méridionale était liée à une évolution autonome ou plutôt à une influence des communautés du Moyen Euphrate au PPNB final. Enfin, l’adoption quasi-simultanée d’une même formule architecturale au Samarra et à l’Obeid devait faire l’objet d’une attention particulière afin de déterminer si un « fonds culturel » commun les réunissait.

6Après une présentation du cadre géographique et des cultures qui se sont succédées dans le bassin syro-mésopotamien, le nord du Zagros et le Caucase entre la fin du 7e et la fin du 5e millénaire, nous avons précisé le cadre méthodologique dans lequel s’inscrit cette étude. Nous avons ainsi défini les termes et concepts employés dans cette étude, dont certains sont empruntés à la sociologie et à l’anthropologie, puis détaillé la méthode appliquée pour appréhender l’objet architectural et décrit enfin notre système d’enregistrement.

7Les données archéologiques sont ensuite présentées sous la forme synthétique d’une étude typologique tenant compte de trois axes : les matériaux de construction, les techniques de mise en œuvre et la morphologie architecturale. Cette présentation, préférée à une étude strictement chronologique ou monographique, a pour objectif de mettre en évidence les particularités chrono-culturelles de chacune des régions.

8L’aboutissement de cette étude consiste en une analyse croisée des données afin que les éléments étudiés soient considérés dans une perspective culturelle, géographique et chronologique. Ce n’est qu’au terme de l’analyse qu’il a été possible d’avoir une vision d’ensemble des dynamiques évolutives qui ont régi les relations culturelles entre les communautés du bassin syro-mésopotamien et du Caucase de la fin du 7e à la fin du 5e millénaire.

9Ce travail de thèse a permis de mettre en évidence la complexité des systèmes d’échanges et la variété des relations culturelles durant les deux millénaires étudiés.

10Jusque vers 5400-5200 av. J.-C. dans le bassin syro-mésopotamien et jusqu’à 5300 av. J.-C. dans le Caucase, une ligne de fracture géographique Nord/Sud sépare d’un côté les communautés de Djézireh (Hassuna et Halaf), du nord du Zagros (Hajji Firuz) et du Caucase (Aratashen, Kültepe, Shulaveri-Shomu, Kamiltepe), et de l’autre celles de Mésopotamie centrale (Samarra) et méridionale (Obeid). Cette scission s’exprime en architecture par de profondes différences techniques.

  • Dans le Nord, convergences et distinctions techniques caractérisent l’évolution antinomique de l’architecture. Elles marquent tout autant des choix chrono-culturels qu’un déterminisme technique ou naturel. Pour cette raison, rechercher le « sens de diffusion » des techniques paraît délicat, si tant est qu’il ait existé. En effet, les ressemblances techniques, d’autant plus fortes que les cultures sont voisines, contribuent à façonner l’unité des communautés du Nord. Cette unité s’exprime de deux manières. D’une part, l’utilisation récurrente de techniques élémentaires (bauge, appareils en panneresses, absence de besace et utilisation du plan circulaire) est l’indice d’un certain déterminisme technique et du faible degré de technicité de ces communautés ; cette apparente inexpérience des communautés du Nord est néanmoins à nuancer compte tenu de la diversité des systèmes d’infrastructures et des soubassements, qui montre que ces communautés avaient conscience des limites imposées par les matériaux en terre. D’autre part, l’utilisation de certains matériaux, comme la pierre, atteste de l’exploitation des ressources locales et témoigne donc d’un déterminisme naturel.

  • Au Halaf, la diffusion progressive des techniques est liée à l’expansion de cette culture dans l’ensemble de la Djézireh, en Mésopotamie centrale et en Anatolie orientale. À l’échelle locale, on remarque des évolutions notables, notamment dans l’utilisation des matériaux ou dans l’augmentation des superficies des bâtiments circulaires, évolutions qui ne peuvent cependant pas être généralisées de manière certaine à l’échelle régionale.

  • Dans le Caucase, c’est en revanche l’inertie technique qui domine, avec l’utilisation exclusive du plan circulaire et de l’appareil en panneresses et l’absence générale de la besace tout au long du 6e millénaire. Des changements progressifs sont cependant observés (diminution de la taille des bâtiments, standardisation des modules de briques), mais aucune innovation technique majeure n’est avérée. Les similitudes techniques avec les communautés du bassin syro-mésopotamien semblent plus diffuses à mesure que l’on s’éloigne de ce foyer central, si bien que l’originalité de l’architecture dans la vallée de la Kura montre toutes les caractéristiques d’un développement autonome. La présence d’une architecture semi-enterrée, depuis longtemps disparue dans le reste du Proche-Orient, peut y être interprétée comme la preuve d’une sédentarisation récente des communautés de la Kura, en marge du développement de celles du bassin syro-mésopotamien. Par ailleurs, les différences architecturales significatives au sein même du Caucase, entre la vallée de la Kura et celle de l’Araxe, sont corroborées par les études archéozoologiques et archéobotaniques qui mettent en évidence des différences dans les stratégies de subsistance.

11Ces résultats nous invitent à considérer le Caucase comme un ensemble géographique segmenté au sein duquel se sont développées des entités « culturelles » distinctes, ayant probablement connu, pour certaines du moins, un développement autonome, en marge de l’évolution des communautés du bassin syro-mésopotamien, sans que nous puissions pour autant exclure l’existence de contacts et d’échanges.

12Définir un « centre » et une « périphérie débitrice » est illusoire et inapproprié pour qualifier la teneur des échanges entre les communautés du Nord de la fin du 7e à la seconde moitié du 6e millénaire. Les ressemblances architecturales, plus importantes dans les communautés voisines, sont les indices d’un réseau d’échanges de proximité qui, selon l’échelle de lecture choisie (le site, la micro-région, la région…), rend plus ou moins compte des particularités techniques des groupes « culturels » considérés. Ces convergences sont le reflet de besoins et de capacités techniques proches et marquent l’existence d’un groupe « technique » assez homogène et aux préoccupations comparables.

13Dans le Sud, en Mésopotamie centrale et méridionale, l’apparition de l’architecture dite « complexe » au début du 7e millénaire caractérise une dynamique évolutive différente de celle du Nord. Les antécédents de ce type architectural sont certainement à chercher du côté du Moyen Euphrate au PPNB final, où l’on trouve déjà les éléments techniques caractéristiques du Samarra en Mésopotamie centrale (briques moulées, renforcements architecturaux et architecture modulaire). L’axe de diffusion semble évident, l’Euphrate, tout comme le moment de la rencontre, à la fin du 7e millénaire.

14La période charnière de la fin du 7e millénaire et du début du 6e marque l’origine d’une nouvelle conception architecturale en Mésopotamie centrale, au Samarra, et en Mésopotamie méridionale, à l’Obeid 0. Si, par bien des aspects, l’architecture de ces deux cultures se ressemble (complexification des appareils de construction, utilisation de la brique crue moulée, monumentalité et organisation tripartite des édifices) et permet de la distinguer de l’architecture du Nord, l’existence d’une filiation du Samarra sur l’Obeid n’en est pas moins à mettre en doute. La distribution des circulations trahit une organisation de l’espace habité très différente : « ouverte » au Samarra, « repliée sur elle-même » à l’Obeid. Cette distinction majeure marque le point de rupture entre deux entités culturelles au développement technique très proche.

15Dans le bassin syro-mésopotamien, la seconde moitié du 6e millénaire voit la transformation des communautés de Mésopotamie centrale et de Djézireh. L’interprétation de l’expansion obeidienne comme une colonisation ne peut plus être retenue. Il s’agit au contraire d’un processus lent d’assimilation qui permet à la culture d’Obeid de se répandre progressivement dans l’ensemble du bassin syro-mésopotamien. Les concepts de « global » et de « local » avancés par G. Stein pour rendre compte de l’expansion obeidienne sont pertinents, mais nous ajoutons au premier facteur l’impact technique du Samarra sur le développement de l’architecture obeidienne.

  • D’une part, le « global » correspond à l’adoption générale du « triptyque obeidien » (brique crue moulée, complexification des appareils architecturaux, plan tripartite) à partir de l’Obeid 2 (5600-5200 av. J.-C.) dans le nord de la plaine mésopotamienne. Mais l’architecture d’Obeid se développe grâce à un savoir technique augmenté de caractéristiques samarréennes, ce que l’on observe dans tous les domaines techniques (formats de briques particuliers, utilisation d’appareils complexes, forme cruciforme des halls). Le Samarra représente l’élément clé qui permet l’expansion de l’Obeid dans le nord de la plaine mésopotamienne. L’homogénéisation totale de l’architecture obeidienne n’apparaît que tardivement au cours de l’Obeid 3 ou 4 selon les régions, après un long processus d’assimilation.

  • D’autre part, le « local » s’exprime par l’adaptation de l’architecture obeidienne à des contraintes culturelles ou naturelles. L’utilisation de techniques « archaïques », survivances de cultures antérieures, montre la perméabilité de la culture d’Obeid, alors que l’utilisation de matériaux présents sur place, comme la pierre, est représentative de l’adaptation de l’Obeid à un milieu naturel donné.

  • Enfin, l’architecture tripartite telle qu’elle apparaît à la fin de l’Obeid est le fruit du long développement de l’architecture modulaire, processus qui semble avoir été entamé dès le PPNB final. Les rythmes précis de ces changements sont encore difficiles à appréhender et il n’est pas aisé de distinguer ce qui relève de l’évolution ou de la révolution. Toutefois, un palier semble franchi à partir de l’Obeid 3, où l’on observe une augmentation des portées architecturales, avec le franchissement de la valeur de 5 m, et l’apparition de nouveaux espaces fonctionnels.

16Ces deux facteurs, « global » et « local », sont donc essentiels pour comprendre la nature de l’expansion obeidienne : l’adoption générale d’une nouvelle conception de l’habitat est indissociable de l’adaptation des techniques à des exigences locales. L’évolution de l’architecture nous renseigne ainsi sur la valeur sociale de l’expansion obeidienne, sa perméabilité et sa capacité d’adaptation à des milieux différents. Elle témoigne aussi de la vitalité et du dynamisme qui animent son essor. Une telle transformation culturelle dans le nord de la Mésopotamie ne peut être envisagée sans admettre que les communautés locales étaient alors prêtes au changement, ce qui semble confirmé en architecture par une assimilation permanente, entamée dès la seconde moitié du 6e millénaire et toujours présente à la fin du 5e.

17Dans ce contexte général d’assimilation technique et culturelle qui caractérise l’ensemble du bassin syro-mésopotamien, il est encore difficile d’intégrer le développement du Chalcolithique caucasien vers 4300 av. J.-C. D’une part, le manque de données ne permet pas de d’établir avec certitude la teneur des relations entre les communautés du bassin syro-mésopotamien et celles du Caucase et d’autre part, le hiatus d’un millénaire par rapport au Néolithique du Caucase n’aide pas à comprendre l’origine de ces (nouvelles ?) communautés sédentaires. Un développement local est tout aussi vraisemblable qu’une influence extérieure si l’on considère le seul élément technique réellement novateur : l’apparition du plan orthogonal.

18En somme, l’évolution architecturale dans le bassin syro-mésopotamien et dans le Caucase entre le 7e et le 5e millénaire apparaît comme un phénomène complexe et lent. Cette évolution s’inscrit dans une double histoire. Celle des cultures d’une part, car chaque communauté évolue selon la dynamique qui l’anime et sa volonté propre : les changements architecturaux ne s’imposent jamais de manière brutale mais sont au contraire le fruit de profondes modifications sociales. Celle de la technique d’autre part, car l’évolution de l’architecture « complexe » s’inscrit dans un processus progressif : ce progrès est évidemment ponctué d’aléas imputables au « milieu extérieur », comme le disait A. Leroi-Gourhan, mais ces modifications correspondent toujours à des adaptations et ne peuvent être considérées comme des régressions techniques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel BAUDOUIN, « L’architecture en Syro-Mésopotamie et dans le Caucase de la fin du 7e à la fin du 5e millénaire av. J.-C. », e-Phaïstos [En ligne], VI-2 2017 | 2018, mis en ligne le 16 novembre 2018, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ephaistos/3131 ; DOI : 10.4000/ephaistos.3131

Haut de page

Auteur

Emmanuel BAUDOUIN

Mes recherches portent sur les processus d’innovations, d’inventions et de diffusions techniques entre les communautés de Mésopotamie et du Caucase durant le Néolithique et le Chalcolithique. C’est au travers d’une analyse détaillée de l’évolution des techniques en architecture que j’essaye de comprendre les mécanismes liés aux transferts techniques et aux échanges de savoir-faire.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Institut d'Histoire moderne et contemporaine
  • Logo Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
  • Logo Université Polytechnique de Prague
  • Logo Laboratoire de l'histoire de l'électricité - Prague
  • OpenEdition Journals