Navigation – Plan du site
Dossier

Sauvegarder le patrimoine de la recherche scientifique : pratiques et enjeux

Safeguarding Scientific Heritage : Practices and Challenges
Anne-Sophie ROZAY

Texte intégral

1Encore peu de travaux en histoire des sciences et techniques concernent l’histoire des laboratoires de recherche de la seconde moitié du XXe siècle à nos jours. Ces laboratoires constituent pourtant le creuset des évolutions de la pensée scientifique et de leurs développements théoriques.

  • 1 Conservateur en chef, co-fondatrice et responsable de la Mission nationale de sauvegarde du Patrimo (...)

2Le déploiement des technologies numériques a bouleversé les pratiques, que ce soit au niveau des modes du point de vue des modes de communication ou de production des savoirs. Si la prise en compte du patrimoine industriel est née de la désindustrialisation, en matière de patrimoine scientifique, c’est la rapidité de l’évolution des techniques qui a précipité la nécessité patrimoniale. Comme le décrit Catherine Cuenca1 dans l’entretien qui lui est consacré, l’obsolescence en masse de matériels a éveillé les premières prises de conscience pour la mise en œuvre d’opérations de sauvegarde. La perte de matériel n’est pas anecdotique. Elle entraîne une perte de pratique, de savoir-faire et, à terme, de connaissances.

3Le champ de la pratique scientifique n’échappe pas à ce constat général. Quelles seront alors les autres sources de connaissance ? Est-ce que le patrimoine matériel et immatériel peut être considéré comme un matériau pour l’historien ? Les futurs travaux de recherche historiques seront sans doute confrontés à de nouvelles problématiques cruciales, avec en outre comme la question de l’accessibilité aux archives complémentaires des publications scientifiques : aura-t-on accès aux correspondances électroniques entre les chercheurs ? Les documents de travail auront-ils été sauvegardés sur des supports valides ?

4Le présent dossier propose, à partir de travaux de professionnels de terrain, d’esquisser les contours de la prise en compte du patrimoine scientifique de la recherche et de l’enseignement supérieur. Les différentes contributions visent à éclairer le lecteur sur les processus et les pratiques de la sauvegarde de ce patrimoine. Il sera question d’en évaluer les spécificités, les enjeux et d’aborder les réflexions actuellement en cours.

5De cet ensemble, trois axes d’analyse émergent : tout d’abord la question de la méthodologie de sauvegarde de ce patrimoine ; ensuite la prise en compte de ces nouveaux corpus patrimoniaux comme sources de connaissance ; enfin, le processus de sauvegarde patrimonial comme objet de recherche et de réflexions.

  • 2 GARÇON Anne-Françoise, « Le patrimoine antidote de la disparition », Historiens et Géographes, n° 4 (...)

6Le premier axe fait émerger la question de la méthodologie de sauvegarde. Dans l’article Le Patrimoine, antidote de la disparition2 ? Anne-Françoise Garçon analyse les modalités de mise en mémoire, de patrimonialisation dans le champ de l’industrie, et conclut sur la nécessité de confier la sauvegarde à de l’ingénierie culturelle au sens « noble du terme ». Cette recommandation a trouvé, d’une certaine manière, un écho dans le champ du patrimoine scientifique, puisque depuis le début des années 2000, plusieurs projets de sauvegarde du patrimoine scientifique émanent d’institutions culturelles et de l’enseignement supérieur et de la recherche.

7De manière consensuelle, la première étape pour une sauvegarde réside dans une phase de repérage et d’inventaire des items matériels susceptibles de posséder un intérêt patrimonial. Ce travail in situ trouve deux sources méthodologiques ; la première est celle de l’inventaire général, la seconde renvoie à la méthodologie de la Mission Nationale de Sauvegarde du Patrimoine Scientifique et Technique porté par le Musée des arts et métiers. Cette dernière est placée sous la tutelle du Ministère supérieur de l’enseignement et de la recherche, tandis que l’Inventaire général, un temps sous la tutelle des Directions Régionales des Affaires Culturelles, donc du Ministère de la Culture, est aujourd’hui rattaché aux régions, dans le sillage des lois de décentralisation. Si les objectifs restent les mêmes, les deux approches témoignent de visions différentes.

8Dans son article, Delphine Issemann interroge sa pratique en tant que chargée de l’inventaire du patrimoine scientifique au sein de l’Université de Strasbourg. Après quinze années de travail en partenariat avec l’inventaire général, elle a pu, au fil des années, nourrir une véritable expertise qui lui permet aujourd’hui de disposer du recul nécessaire pour un premier bilan critique d’une méthode à la « poupée russe ». Cette méthode s’articule autour du lien entre les collections d’objets et leur contexte d’usage prenant en compte à la fois le bâti, l’environnement urbain, ou encore paysager… Quels en sont les succès ? Les défis ?

  • 3 CUENCA Catherine, « Patrimoine contemporain et culture scientifique et technique », La Lettre de l’ (...)

9L’entretien avec Catherine Cuenca revient sur la genèse du programme de la Mission nationale de sauvegarde du patrimoine scientifique et technique contemporain3, connue également sous l’appellation « PATSTEC », acronyme du site internet de la Mission. Catherine Cuenca présente la Mission et nous expose comment est né son intérêt pour l’instrumentation, quelles sont ses références. Elle nous présente son regard sur les enjeux futurs de la sauvegarde, notamment ceux liés au tri, à la sélection et aux technologies numériques.

10La seconde idée forte du dossier participe de la prise en compte des corpus patrimoniaux comme sources de connaissances. Le travail de sauvegarde patrimonial permet une sauvegarde, non seulement des artefacts, mais aussi des documents associés : archives scientifiques, notices techniques, etc. Les enquêtes font quelquefois l’objet de constitution d’archives orales des acteurs. De ces corpus peuvent parfois émerger des généalogies d’objets techniques.

11Partant de ce constat, Corine Battesti a choisi de s’intéresser à une lignée technique. Chargée d’inventaire pour la Mission PATSTEC à l’université d’Aix-Marseille, elle inventorie un type d’objet particulier au sein du Laboratoire de mécanique et d’acoustique (LMA) : la clarinette logique et sa synthèse sonore. Les travaux de recherche en acoustique exploitent les outils informatiques qui permettent la modélisation, la simulation et offrent la possibilité d’explorer des modes d’expérimentation virtuels. À partir de ses travaux d’inventaire de ces objets en « développement », effectués dans le cadre d’un Master en Histoire des techniques, l’auteur dresse une carte heuristique illustrant une généalogie technique et s’interroge sur la manière de traiter patrimonialement les outils numériques. Ces questionnements aboutissent à la proposition d’extension des méthodes d’inventaire existantes.

12Enfin, le troisième axe repose sur les spécificités de la patrimonialisation des sciences. Les corpus constitués ne sont pas seulement des sources directes de connaissance. Ils participent d’un renouvellement des regards sur les concepts de patrimoine. Les diverses expériences réflexives font se déplacer les frontières et évoluer les définitions. Dans son travail de thèse, Anne-Claire Jolivet choisit les outils de la sociologie des sciences pour analyser le processus de patrimonialisation. À travers le parcours du botaniste Henri Gaussens, l’auteur identifie les différentes étapes de la mise en patrimoine au prisme de la relation des acteurs à la science et, de manière plus large, aux normes sociétales.

13Séverine Derolez puise dans la sémantique et la linguistique pour aborder la patrimonialisation des premiers accélérateurs de particules à l’échelle mondiale. L’un des enjeux de son étude repose sur la question de la méthode de collecte d’informations, où la dénomination, le vocabulaire technique, les visions culturelles et linguistiques sont déterminants pour la constitution et la compréhension de l’étude de son corpus.

  • 4 Le réseau européen Uniserveum met en ligne des ressources et préconisations concernant le patrimoin (...)
  • 5 BONTEMS Vincent et MINIER Vincent, Inventing a space mission, The story of the Herschel Space Obser (...)
  • 6 Projet Re-seed (Rétro-conception SémantiquE d'objEts patrimoniaux Digitaux) http://www.agence-natio (...)

14Ce dossier, loin d’être exhaustif, illustre cependant le dynamisme indéniable d’un champ à explorer4. Résolument pluridisciplinaires, d’autres recherches nourrissent ces questions, que ce soit par les travaux en philosophie des sciences5, ou encore via des projets de retro-conception numérique6. Il reste à souhaiter que les historiens des techniques se saisissent eux aussi de ces questions et de ces corpus d’un nouveau genre.

Haut de page

Bibliographie

Conférence-débat, « La sauvegarde du patrimoine instrumental », La Revue pour l’histoire du CNRS [En ligne], 5 | 2001, http://journals.openedition.org/histoire-cnrs/3382.

BALLE Catherine, CUENCA Catherine, THOMAS Yves, Le Patrimoine scientifique et technique contemporain. Un programme de sauvegarde en Pays de la Loire, Paris, L'Harmattan, 2008.

BALLE Catherine, CUENCA Catherine, THOULOUZE Daniel, Patrimoine scientifique et technique : un projet contemporain, Paris, La Documentation française, 2010.

BALLE Catherine, CUENCA Catherine, THOULOUZE Daniel, CHAMBAUD Serge, Patrimoine contemporain des sciences et techniques, Paris, La Documentation française, 2016.

CUENCA Catherine, JOYAUX Valérie, « Le programme de sauvegarde et de valorisation du patrimoine scientifique et technique contemporain », La Lettre de l’OCIM [En ligne], 167 | 2016, http://journals.openedition.org/ocim/1691.

CUENCA Catherine, Le patrimoine scientifique, un projet contemporain, Paris, L’Harmattan, 2018.

CHOLFFEL-MAILFERT Marie-Jeanne, ROLLET Laurent, Mémoire et culture matérielle de l’université, Sauvegarde, valorisation et recherche, Nancy, Presses universitaires de Nancy-Éditions Universitaires de Lorraine, 2008.

DEROLEZ Séverine, La patrimonialisation des objets scientifiques contemporains et leurs contextes de valorisation : cas de laccélérateur de particules Cockcroft-Walton, soutenue le 08 décembre 2016, Université de Lyon, https://www.theses.fr/2016LYSE1274.

GARÇON Anne-Françoise, « Le patrimoine antidote de la disparition », Historiens et Géographes, n° 405, 2009, p.197-206.

MOUNIER-KHUN Pierre, L’Informatique en France de la Seconde Guerre mondiale au Plan Calcul. L’Émergence d’une science, Paris, Université Paris-Sorbonne, 2010.

MOUNIER-KHUN Pierre, Mémoires vives. 50 ans d’informatique chez BNP Paribas, Paris, BNP Paribas, 2013.

ROTH Catherine, « Étude sur le patrimoine scientifique : les enjeux culturels de la mémoire scientifique », http://www.cnrs.fr/Archives/ARISC/rapports/rapports.html.

TEISSIER Pierre, Une histoire de la chimie du solide. Synthèses, formes, identités, Paris, Hermann, 2014.

Haut de page

Notes

1 Conservateur en chef, co-fondatrice et responsable de la Mission nationale de sauvegarde du Patrimoine scientifique et technique contemporain portée par le CNAM-Musée des arts et métiers.

2 GARÇON Anne-Françoise, « Le patrimoine antidote de la disparition », Historiens et Géographes, n° 405, 2009, p.197-206, Article disponible au téléchargement sur le site https://www.academia.edu/10322339/Le_Patrimoine_antidote_de_la_disparition.

3 CUENCA Catherine, « Patrimoine contemporain et culture scientifique et technique », La Lettre de l’OCIM [En ligne], 129 | 2010, mis en ligne le 01 mai 2012, URL : http://journals.openedition.org/ocim/153.

4 Le réseau européen Uniserveum met en ligne des ressources et préconisations concernant le patrimoine scientifique contemporain, (Référents, Marta LOURENCO et Rolland WITTJE), https://www.universeum-network.eu/projects-and-resources/ Selection criteria for recent material heritage of science at universities (pdf), Document by Universeum Working Group on Recent Heritage of Science, 17 January 2014 ; Minimum Requirements for Preservation and Access of Recent Heritage of Science (pdf) ; Checklist for the preservation and access of recent heritage of science (pdf) ; Literature on recent heritage of science (pdf).

5 BONTEMS Vincent et MINIER Vincent, Inventing a space mission, The story of the Herschel Space Observatory, Springer International Publishing AG, 2017.

6 Projet Re-seed (Rétro-conception SémantiquE d'objEts patrimoniaux Digitaux) http://www.agence-nationale-recherche.fr/Projet-ANR-16-CE38-0005

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Sophie ROZAY, « Sauvegarder le patrimoine de la recherche scientifique : pratiques et enjeux », e-Phaïstos [En ligne], VII-2 | 2019, mis en ligne le 03 octobre 2019, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/ephaistos/4716

Haut de page

Auteur

Anne-Sophie ROZAY

Anne-Sophie Rozay, cheffe de projet du réseau Résitech, est dans le cadre de la mission nationale PATSTEC, chargée d’inventaire et de valorisation du patrimoine matériel et immatériel de l’enseignement supérieur et de la recherche en Normandie. Ce réseau Résitech est porté par l’INSA Rouen Normandie en partenariat avec l’Université de Rouen Normandie. En 2016, Anne-Sophie Rozay a mené un travail de recherche sur le laboratoire CORIA (Complexe de Recherche Interdisciplinaire en Aérothermochimie) dans le cadre du Master Histoire des techniques de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne sous la direction d’Anne-Françoise Garçon.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Institut d'Histoire moderne et contemporaine
  • Logo Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
  • Logo Université Polytechnique de Prague
  • Logo Laboratoire de l'histoire de l'électricité - Prague
  • OpenEdition Journals