Navigation – Plan du site
Dossier

Histoire des techniques en Afrique : une introduction

History of Technology in Africa : an Introduction
François Wassouni
p. 8-13

Notes de la rédaction

Les articles de Jean Gormo, Noël Lavallière Betga Djenkwé, Mahamat Abba Ousman et Cyrille Zeh ont été mis en ligne dans le cadre du numéro d’e-Phaïstos consacré à la « Diversité du patrimoine technique africain » (e-Phaïstos, VI-2, 2017-2018)

Texte intégral

  • 1 Revue Tiers Monde, n°216, octobre-décembre, Paris, Armand Colin/Dunod, consultable sur http://www.c (...)
  • 2 COQUERY-VIDROVITCH Catherine, « L’historiographie africaine en Afrique », Revue Tiers Monde, n°216, (...)
  • 3 Entretien réalisé par Chloé Maurel, « Comment une maison d’édition française donne la parole aux hi (...)
  • 4 COQUERY-VIDROVITCH Catherine, « L’historiographie… », op.cit., 2013, p.111-127.

1Je voudrais introduire ce dossier d’e-Phaïstos consacré à l’Afrique en marquant un arrêt sur un numéro de la revue Tiers Monde paru en 20131, portant spécialement sur « l’écriture de l’histoire dans les pays en développement ». Les articles réunis dans ce document sont d’une extrême diversité et couvrent plusieurs aires géographiques : Chine, Brésil, Liban et l’Afrique. Pour ce qui concerne le continent africain, les textes de Catherine Coquery-Vidrovitch2 et de Robert Ageneau3 captivent de par leur originalité. C’est davantage l’article de la première auteure qui retient l’attention ici, dans la mesure où il étudie l’historiographie africaine en Afrique. L’auteure relève la dynamique de la production historienne par les Africains, laquelle production est dense, riche et variée, qu’il s’agisse de l’Afrique francophone, anglophone, lusophone ou arabophone. Malgré les difficultés qui entourent la pratique de l’activité de recherche, les Africains se sont réapproprié l’écriture de leur histoire et des travaux de qualité sont produits, même si, parfois, ceux-ci ne sont pas toujours diffusés hors du continent4. S’il est évident que l’écriture de l’histoire connaît une vivacité dans la plupart des pays, il n’en demeure pas moins vrai que du point de vue des territoires de l’histoire, beaucoup reste encore à faire. Contrairement aux pays occidentaux où tous les différents champs de l’histoire sont suffisamment investis, en Afrique ce sont surtout des domaines comme la politique, l’économie et la culture qui dominent encore l’historiographie. Et justement, au rang des champs peu investis, figure en très bonne place l’histoire des techniques.

  • 5 On ne saurait dresser un catalogue des revues consacrées aux techniques. On peut citer entre autres (...)
  • 6 Le Centre de recherches en histoire des sciences et des techniques du Centre Alexandre Koyré ; Cent (...)
  • 7 On peut citer BOCOUM Hamady, L’âge du fer au Sénégal : histoire et archéologie, Dakar, IFAN-Ch. A. (...)
  • 8 Les travaux d’archéologues menés dans certaines parties du Cameroun et ceux des historiens comme En (...)
  • 9 Du développement des thèses racistes de Hegel au XIXe siècle (La Raison dans l'histoire. Introducti (...)

2Alors que foisonnent en Occident des laboratoires, des réseaux de recherche, des revues scientifiques5 et des créneaux de formation6 dans cette branche que les Anglo-saxons dénomment par History of Technology, en Afrique ce n’est véritablement pas encore le cas. Une investigation dans l’historiographie africaine montre que si les techniques ont été étudiées dans bien des pays, ce sont pour la plupart les archéologues qui s’en sont occupés7, dans le cadre des travaux sur la culture matérielle des civilisations disparues. Pourtant, ce ne sont ni les sources et encore moins les activités techniques et les différentes problématiques qui les entourent qui font défaut8. Dans un contexte de mondialisation où les techniques (modernes surtout) « gouvernent » dorénavant le monde, il est important qu’un intérêt puisse être accordé à cette branche, d'autant que le continent africain accuse un grand retard en la matière. Or, si le continent fait piètre figure en matière de production et de vulgarisation des techniques modernes, il est pourtant riche en éléments relatifs aux techniques anciennes qui constituent un patrimoine historique important et impressionnant (techniques architecturales, artisanales, culinaires, thérapeutiques, d’agriculture, de décoration, vestimentaires, etc.). Une meilleure connaissance de l’History of technology en Afrique ne contribuerait-elle pas à exorciser, tout au moins en partie, les réminiscences des démons du racisme anti-noir, qui s’assoit surtout sur la croyance que l’Afrique n’aurait presque rien apporté au monde sur le plan technologique9 ?

  • 10 DORTIER Jean-François (dir.), « Techniques », Dictionnaire des Sciences Humaines, Évreux, Sciences (...)
  • 11 Introduction du cours d’Anne-Françoise GARÇON, Histoire des objets techniques du XXe siècle, cours (...)
  • 12 DAUMAS Maurice (dir.), Histoire générale des techniques, Vol. 1 : Les origines de la civilisation t (...)
  • 13 Cours d’A-F. Garçon, Ibidem.

3Or, les techniques ont occupé, de tous temps, une place importante dans les sociétés humaines, d’où la difficulté de saisir l'évolution de celles-ci sans prendre en compte les techniques diverses qu’elles avaient et continuent encore d’élaborer. Dans l’histoire, les techniques ont toujours été des éléments fondamentaux dans la vie des hommes. Elles jouent un rôle essentiel, facilitent la vie, résolvent nombre de problèmes auxquels les hommes sont confrontés. Il n’est pas possible de se déplacer, de faire de l’agriculture, de communiquer, de se soigner, de s’habiller, de s’abriter, pour ne citer que ces domaines-là, sans se référer aux techniques. S’il devient de plus en plus facile à travers le monde de communiquer, avec la possibilité de savoir en un temps record ce qui se passe d’un coin à un autre, c’est surtout le fait des techniques. Depuis des millénaires, l’Homme a développé des techniques qui lui ont permis de résoudre ses besoins les plus fondamentaux, lui permettant de transformer les matériaux de la nature à des fins alimentaires, vestimentaires ou militaires. L’écriture d’une histoire pertinente de l’humanité suppose donc forcément la prise en compte de ses savoirs techniques. Dans un ouvrage dirigé par François Dortier, on peut lire ce qui suit à propose des techniques : « Toute l’histoire de l’humanité peut être lue à travers l’histoire des techniques »10. Pour Anne-Françoise Garçon, « l’histoire des techniques est l’histoire des efforts accomplis par l’homme pour contrôler le cadre matériel de son existence afin de d’assurer sa survie d’abord, d’accroître son effort et sa puissance d’action ensuite. […] L’histoire des techniques apparaît comme un élément capital de l’histoire des sociétés, et participe à la grande interrogation sur le destin de l’humanité à l’aube du XXIe siècle »11. On comprend pourquoi dans les années 1930, des historiens comme Marc Bloch et Lucien Febvre avaient vivement plaidé pour que l’histoire prenne en compte les techniques, quoiqu’il fallût attendre les années 1970 pour voir cette branche de l’histoire émerger avec des historiens comme Maurice Daumas12, François Russo ou Roland Mousnier13.

  • 14 Dans un article publié en 2012, je formulais un plaidoyer à l’endroit des historiens camerounais su (...)
  • 15 GARÇON Anne-Françoise, CARDOSO de MATOS Anna et FONTANA Giovanni-Luigi, L’aluminium et la calebasse (...)
  • 16 Il s’agit entre autres des noms comme Hamady Bocoum, grand spécialiste du patrimoine métallurgique (...)

4Le patrimoine technique africain nécessite d’être scruté par les chercheurs de diverses disciplines, les historiens au premier chef, dans le but d’en faire un inventaire, d’étudier la dynamique et les fonctionnalités de ces corps de savoirs à travers les temps14. En 2013, l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne rassemblait des textes de jeunes chercheurs pour en faire un excellent petit ouvrage sur les patrimoines techniques et les patrimoines de l’industrie en Afrique15. Ces textes de jeunes chercheurs du Master TPTI, leurs enseignants et quelques grands noms de l’archéologie16 et du patrimoine technique africains, démontrent la richesse et la diversité de ce patrimoine qui constitue un vaste chantier pour la recherche.

5Ce dossier, qui réunit les articles de chercheurs confirmés et de jeunes chercheurs, aborde d’intéressantes problématiques de l’histoire des techniques et permet ainsi de mettre en exergue divers pans de l’histoire des sociétés étudiées. L’un des objectifs visés par cette parution est justement d’interpeler les historiens africains sur l’urgence et la nécessité d’accorder un intérêt à l’histoire des techniques, de l'investiguer, de la documenter et de la développer, pour que prenne également corps une école africaine en la matière. La richesse et la diversité des thèmes étudiés (techniques architecturales, militaires, halieutiques, de la peausserie ou de la vannerie, etc.) montrent qu’il existe de nombreuses sources susceptibles d’aider les historiens à investiguer sans grandes difficultés plusieurs contours de l’évolution des techniques et leurs enjeux, dans les sociétés d’hier et d’aujourd’hui.

6Ce dossier fait la part belle aux techniques architecturales avec quatre articles à ce propos : ceux de Mahamane Addo, de Jean-Marie Datouang Djoussou, de Rémy Dzou Tsanga et de Jean Gormo. Les quatre autres textes portent sur les techniques d’élaboration et d’usage du cuir (François Wassouni), les techniques défensives (Noël Lavallière Betga Djenkwé), de pêche (Mahamat Abba Ousman) et de la vannerie (Cyrille Zeh).

7L’article de Mahamane Addo qui ouvre ce dossier, porte sur la rencontre entre le patrimoine immatériel et matériel dans l’architecture du Soudan Central. Les monuments que présente cet article, témoignent de l’existence d’un important patrimoine immobilier qui traverse plusieurs siècles (XIIIe-XXIe siècles). Ce patrimoine n’est pas seulement matériel dans la mesure où il incarne aussi un patrimoine immatériel de la zone sahélo-soudanienne. Ils constituaient et constituent encore des lieux de mémoire, d’étude et de formation religieuse, politique et sociale. Ce patrimoine où le matériel, le spirituel, le politique et le technique sont intimement liés, témoigne du niveau de technicité atteint par les habitants de la sous-région pendant la période précoloniale.

8Partant de l’hypothèse selon laquelle, en Afrique subsaharienne, l’architecture de pierre sèche n’est plus seulement l’apanage de la région comprise entre le Limpopo et le Zambèze, où le référentiel est le Great Zimbabwe, la réflexion de Jean-Marie Datouang Djoussou montre que l’essor de cette technique architecturale dans les monts Mandara septentrionaux camerounais est concomitante à l’apogée du Great Zimbabwe. Pour cet auteur, les résultats des travaux archéologiques effectués sur trois des seize ruines des monts Mandara, révèlent des bornes chronologiques inférieures cadrant avec la période pendant laquelle l'impressionnante architecture de l'Afrique Australe semble le style architectural au travers duquel s’exprime la grandeur des autorités politiques et religieuses locales.

9Le travail de Rémy Dzou Tsanga, qui part du postulat selon lequel le Cameroun présente une extraordinaire diversité des formes architecturales, rend compte des particularismes techniques des œuvres architecturales perçues comme des marqueurs d’identité culturelle. Tributaires de la contrainte des milieux écologiques, ces formes démontraient à plus d’un titre l’ingéniosité des sociétés de l’époque à exploiter les matériaux que leur offre la nature pour mettre en place divers procédés de construction. Le contact avec la civilisation occidentale a fortement entamé ces savoirs techniques architecturaux qui risquent de s’évanouir dans l’oubli. D’où l’intérêt de ce travail qui pourrait pousser les décideurs à envisager la conservation du patrimoine architectural, lequel reste un facteur important pour le développement du tourisme culturel.

10L’article de Jean Gormo, quant à lui, montre le rôle polyvalent que l’arbre a toujours joué dans la vie des sociétés rurales au Nord-Cameroun en général, et celle des Toupouri en particulier. L’auteur analyse d’une part, les divers cheminements techniques que suivaient ce peuple pour exploiter le couvert végétal, et les multiples utilisations et transformations réservées aux arbres, d’autre part. Au total, ce sont les techniques utilisées dans l’architecture chez les Toupouri, et notamment celles relatives à la toiture des cases et aux greniers qui sont mises en exergue dans cette recherche.

11L’étude conduite par la recherche que présente François Wassouni, de son côté, analyse les techniques d’élaboration et d’usage du cuir au Nord-Cameroun. Il s’agit d’un matériau de grande importance, qui était transformé selon des techniques dont l’essentiel des intrants provenait de l’environnement. Cache-sexes qui tenaient lieu de vêtements, parures, matériel militaire, dispositifs techniques de la forge ou objets rituels, sont quelques-uns des objets fabriqués avec du cuir et qui avaient une grande place dans les sociétés du Nord-Cameroun précolonial, où les artisans avaient une technicité remarquable dans le domaine du cuir.

12La problématique au centre de la réflexion de Noël Lavallière Betga Djenkwé est relative, pour sa part, aux techniques défensives des chefferies bamiléké au Cameroun, du XVIe au début du XXe siècle, un pan important de l’histoire militaire de ces sociétés. Elle pose le problème de l’ingéniosité qui a présidé à la protection des chefferies bamiléké contre les velléités des unes envers les autres, en inventoriant et analysant les réalisations techniques qui ont permis à ces différentes structures politiques d’assurer leur survie tout en préservant leurs biens et valeurs.

13Par ailleurs, Mahamat Abba Ousman aborde un sujet relatif au zemi. Il s’agit d’un outil de pêche ancien, en voie de disparition aujourd’hui aux abords du Lac Tchad, où des peuples comme les Kotoko, qui ont un lien tout particulier avec l’activité piscicole, l’utilisaient. Le zemi est étudié ici, tour à tour, à travers la technique et les moyens qu’il mobilisait, son usage, son impact socio-économique sur l’aire culturelle kotoko et la dimension patrimoniale qu’il revêt. En filigrane, l’auteur propose des stratégies qui, mises en œuvre, pourraient permettre de sauvegarder et pérenniser cet élément technique aux enjeux mémoriels importants.

14Enfin, le texte de Cyrille Zeh, qui clôt ce dossier, porte sur la filière vannerie au Cameroun. A travers l’analyse de ses techniques, de ses formes et de ses fonctions, ce travail montre que l’art de la vannerie utilise principalement comme ressources premières les rotins (filets, maraca) et d’autres matériaux tels que le bambou (Poaceae), le raphia (Arecaceae) et les lianes. Cette activité technique apparaît comme une forme de création du patrimoine artistique local, qui ne s’inspire pas seulement des traditions artistiques des autres continents pour satisfaire la demande du monde cosmopolite de l’art et artisanat actuel, mais aussi des traditions artistiques africaines, pour mieux répondre aux besoins des sociétés africaines. C’est donc un secteur d’activité aux enjeux sociaux et économiques importants.

Haut de page

Notes

1 Revue Tiers Monde, n°216, octobre-décembre, Paris, Armand Colin/Dunod, consultable sur http://www.cairn.info/revue-tiers-monde-2013-4-pages-7.htm.

2 COQUERY-VIDROVITCH Catherine, « L’historiographie africaine en Afrique », Revue Tiers Monde, n°216, octobre-décembre 2013, Paris, Armand Colin/Dunod, p.111-127.

3 Entretien réalisé par Chloé Maurel, « Comment une maison d’édition française donne la parole aux historiens des Suds », Revue Tiers Monde, n° 216, octobre-décembre, Paris, Armand Colin/Dunod, p. 129-140.

4 COQUERY-VIDROVITCH Catherine, « L’historiographie… », op.cit., 2013, p.111-127.

5 On ne saurait dresser un catalogue des revues consacrées aux techniques. On peut citer entre autres, Documents pour l’histoire des techniques ; e-Phaïstos ; Artefact. Techniques, histoire et Sciences Humaines (Artefact est une revue semestrielle et francophone destinée à promouvoir les recherches sur la technique et la matérialité des pratiques dans les sociétés humaines sur la longue durée).

6 Le Centre de recherches en histoire des sciences et des techniques du Centre Alexandre Koyré ; Centre d’histoire des techniques de l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne ; Master Erasmus Mundus Techniques, Patrimoine, Territoire de l’Industrie (TPTI) ; Université de technologie Belfort-Montbéliard ; Centre d’histoire des techniques et de l’environnement (CDHTE) logé au sein du Conservatoire nationale des Arts et Métiers (CNAM) de Paris ; Centre François Viète de l’Université de Nantes, entre autres.

7 On peut citer BOCOUM Hamady, L’âge du fer au Sénégal : histoire et archéologie, Dakar, IFAN-Ch. A. Diop, 2000 ; KIÉTHÉGA Jean-Baptiste, La métallurgie lourde du fer au Burkina-Faso : une technologie à l’époque précoloniale, Paris, Karthala, 2009 ; KIÉTHÉGA Jean-Baptiste, L’or de la Volta noire : archéologie et histoire de l’exploitation traditionnelle, région de Poura, Haute-Volta, Paris, Karthala, 1983 ; LEBEUF Jean-Paul, Archéologie tchadienne : les Sao du Cameroun et du Tchad, Paris, Hermann, 1968 ; GAST Marceau, SIGAUT François et al. (dir.), Les techniques de conservation des grains à long terme. Leur rôle dans la dynamique des systèmes de culture et des sociétés, Paris, CNRS Éditions, 1979, 1981 et 1985 ; BAH Thierno Mouctar et GHOMSI E., « Problématique des transmissions des techniques à travers le Sahara du VIIIe au XVIe siècle », Afrika Zamani, Revue d’histoire africaine, Yaoundé, février 1986, p.23-35 ; MARZOUK Yasmine, SEIGNOBOS Christian et SIGAUT François (dir.), Outils aratoires en Afrique. Innovations, normes et traces, Paris, Karthala-IRD, 2000 ; BARBOFF Mouette, GRIFFIN-KREMER Cozette et SIGAUT François (dir.), Meules à grains, Paris, Ibis Press/Éditions de la MSH, 2003.

8 Les travaux d’archéologues menés dans certaines parties du Cameroun et ceux des historiens comme Engelbert MVENG sur L’art et l’artisanat africains, Yaoundé, Clé, 1980, les mémoires et thèses sur les secteurs artisanaux, techniques militaires et de défense, constituent des références importantes.

9 Du développement des thèses racistes de Hegel au XIXe siècle (La Raison dans l'histoire. Introduction à la philosophie de l'histoire (Die Vernunft in der Geschichte, (1822-1830), trad. UGE, 1965) au discours de Nicolas Sarkozy à Dakar (Sénégal) du 26 juillet 2007, de fausses et impertinentes idées ont été véhiculées sur l’incapacité des Africains à innover, à inventer.

10 DORTIER Jean-François (dir.), « Techniques », Dictionnaire des Sciences Humaines, Évreux, Sciences Humaines Éditions, 2008, p.708.

11 Introduction du cours d’Anne-Françoise GARÇON, Histoire des objets techniques du XXe siècle, cours de Licence 2 de l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, consultable en ligne : https://sites.google.com/site/afgarcon/iht-introduction.

12 DAUMAS Maurice (dir.), Histoire générale des techniques, Vol. 1 : Les origines de la civilisation technique, Paris, PUF, 1962.

13 Cours d’A-F. Garçon, Ibidem.

14 Dans un article publié en 2012, je formulais un plaidoyer à l’endroit des historiens camerounais sur la nécessité et l’urgence de développer cette branche de l’histoire. Voir WASSOUNI François, « L’enseignement et la recherche en histoire des techniques à l’Université de Ngaoundéré au Cameroun entre 1993 et 2010 : bilan critique et perspectives », e-Phaïstos, vol. I, n°2, décembre 2012, p. 107-117, en ligne.

15 GARÇON Anne-Françoise, CARDOSO de MATOS Anna et FONTANA Giovanni-Luigi, L’aluminium et la calebasse. Patrimoines techniques, patrimoines de l’industrie en Afrique, Belfort, UTBM/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2013.

16 Il s’agit entre autres des noms comme Hamady Bocoum, grand spécialiste du patrimoine métallurgique et acteur de la cause patrimoniale africaine, Jean-Baptiste Kiéthéga, fondateur de la paléométallurgie burkinabée et son collègue Lassina Koté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Wassouni, « Histoire des techniques en Afrique : une introduction »e-Phaïstos, V-2 | 2016, 8-13.

Référence électronique

François Wassouni, « Histoire des techniques en Afrique : une introduction »e-Phaïstos [En ligne], V-2 | 2016, mis en ligne le 15 mars 2020, consulté le 06 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/ephaistos/5710 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ephaistos.5710

Haut de page

Auteur

François Wassouni

Titulaire d’un Doctorat/Ph.D. consacré à « L’artisanat du cuir dans l’Extrême-Nord du Cameroun du XIXe siècle à 2007 », François Wasssouni enseigne au département d’histoire de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Maroua (Cameroun). Professeur invité à l’EHESS et à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Master Erasmus Mundus TPTI), lauréat de plusieurs programmes de bourses internationales, auteur de plusieurs articles et co-directeur de deux ouvrages, il s’intéresse aux savoir locaux africains, sous l’angle du patrimoine des innovations techniques et du tourisme en rapport avec le développement et la présence chinoise en Afrique.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Institut d'Histoire moderne et contemporaine
  • Logo Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
  • Logo Université Polytechnique de Prague
  • Logo Laboratoire de l'histoire de l'électricité - Prague
  • OpenEdition Journals