Skip to navigation – Site map
Dossier

La maçonnerie de pierre sèche : une technique architecturale vernaculaire vieille de plusieurs siècles dans les monts Mandara

Dry-stone Walling : A Centuries Old Vernacular Architectural Technique in the Mandara Mountains
Jean-Marie Datouang-Djoussou
p. 14-35

Abstracts

In Sub-Saharan Africa, dry-stone structures are no longer unique to the region situated between the Limpopo and Zambezi Rivers, where such architecture was particularly characteristic of Great Zimbabwe and led to diffusionist denials of its African origin. While it is a rare cultural feature, some characteristic elements of this architectural style are found over larger areas. This is for example the case of Cameroun, a country situated in central Africa, where the development of this style of architecture took place, although the scientific popularization of this architectural style has developed only recently. Its use in the northern Mandara Mountains of Cameroon began during the period when Great Zimbabwe reached its apogee. In fact, results from archaeological works conducted on three of sixteen archaeological sites revealed contemporaneity with the period when the impressive dry-stone structures of southern Africa appeared like the architectural style through which the greatness of political and religious local authorities is expressed.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 NDORO Webber, Your Monument Our Shrine: The Preservation of Great Zimbabwe, Uppsala University Pres (...)
  • 2 DATOUANG DJOUSSOU Jean-Marie, Patrimoine et patrimonialisation au Cameroun : les Diy-gid-biy des mo (...)

1Pays africain peuplé d’une mosaïque de groupes ethniques ayant des spécificités culturelles, et donc, architecturales et doté d’une diversité environnementale, le Cameroun justifie son label de l’« Afrique en miniature » en matière d’architecture vernaculaire. On ne le dira jamais assez, en l’état actuel des connaissances, c’est le seul pays d’Afrique Centrale qui a révélé l’existence d’une ancienne civilisation vieille de plusieurs siècles marquée par l’architecture de pierre sèche. C’est une révélation qui remet désormais en causes certaines publications qui avaient fait de la civilisation de pierre sèche une spécificité de la région comprise en le Limpopo et le Zambèze1. De ce fait, nous entendons poser un regard diachronique sur cet élément culturel qu’on rencontre çà et là dans les monts Mandara. Cela dit, notre discours repose à la fois sur des données archéologiques et ethno-historiques portant sur les montagnes et leurs piémonts septentrionaux2. Toutefois, il convient de préciser que malgré l’existence de données portant sur le Nigéria, le présent article se penche davantage sur le côté camerounais.

Les données archéologiques de la maçonnerie à sec dans les monts Mandara

  • 3 BOUTRAIS Jean, « Le nord du Cameroun, des hommes, une région », Paris, Mémoires ORSTOM n°102, 1984.
  • 4 HALLAIRE Antoinette, Paysans montagnards du Nord-Cameroun. Les monts Mandara, Paris, ORSTOM, 1991.
  • 5 Ibidem.

2Rappelons de prime abord que les monts Mandara forment l’ensemble de la chaine de montagnes partagée entre le Cameroun et le Nigéria (fig.1). Situés entre les 10° et 11° parallèles3, ils s’allongent du Nord au Sud sur 150 Km de long et s’étalent au Cameroun sur une cinquantaine de kilomètres de large4. Au Cameroun, les limites de la frange Est de la chaîne commencent au sud de Mora et se terminent dans la plaine du Mayo-Oulo au Sud, au nord de Garoua5. L’extrême nord-ouest et nord-est forme une enclave entourant la plaine de Koza et de Mozogo.

  • 6 DATOUANG DJOUSSOU Jean-Marie, Étude d’une Maçonnerie traditionnelle : les Diy-Gi’d-Biy des Monts Ma (...)
  • 7 MARLIAC Alain, De la Préhistoire à l’histoire au Cameroun septentrional, vol.1 et 2. Paris, ORSTOM, (...)
  • 8 CLARK J.D., « The Cultures of Middle Paleolithic/Middle Stone Age », in J.D. Clark (ed.), The Cambr (...)
  • 9 Voir MACEACHERN Scott et al., « Excavations at DBG-1 and DGB-2, Cameroon, December 2010-January 201 (...)
  • 10 Voir DATOUANG DJOUSSOU Jean-Marie, op.cit., 2003, 2006, 2013 ; LANGLOIS Olivier, Histoire du peuple (...)

3Cet ensemble de montagnes a une histoire d’occupation humaine qui, selon les résultats des travaux archéologiques, remonterait au Middle Stone Age6. Cette borne chronologique, selon Alain Marliac7, correspondrait au Post-acheuléen, débutant avec l’extinction de l’Acheuléen entre 100.000 et 70.000 BP pour finir autour de 35.000 BP. Cette période qui finirait localement vers 15.000 BP8 est définie dans les monts Mandara grâce aux objets lithiques de la montagne de Galdala9. En dehors de ce site de grande production d’artefacts lithiques, des témoins des cultures préhistoriques ont été collectés sur et dans les environs de la plupart des montagnes constituant la chaine10.

Figure 1. Localisation de la zone d’étude

Figure 1. Localisation de la zone d’étude

J.-M. Datouang Djoussou

  • 11 DAVID Nicholas, Performance and Agency: the DGB site of northern Cameroon, British Archaeological R (...)
  • 12 MACEACHERN Scott et al.,« Research at DGB-1, Northern Cameroon », Nyame Akuma no 73, 2010, p.37-45

4À ces couches de la culture de la pierre (polie et taillée), va se superposer celle de groupes d’agriculteurs de l’Âge du Fer dotés d’outils leur permettant de s’imposer ou de s’adapter plus efficacement à ce cadre naturel montagneux ne se prêtant pas, a priori, à des installations humaines. Ces groupes qui étaient préalablement établis dans les piémonts dans la période allant de 400 à 1400 AD, selon Scott MacEachern et Nicholas David11, ont laissé d’innombrables et diverses traces de leurs activités que les travaux archéologiques ont permis de mettre au jour12.

  • 13 DAVID Nicholas, MÜLLER-KOSACK Gerhard, STERNER Judith, Strongholds and chiefly residences in the Ma (...)

5Des témoins d’habitats humains assez anciens produits par des groupes d’individus dont l’installation dans les monts Mandara est antérieure à celle des occupants actuels de l’ensemble montagneux ont été répertoriés dans lesdits monts. Il s’agit d’un type architectural connu localement sous l’appellation de Diy-gid-biy ou Diy-gid-bay, dans la langue Mafa et qui a été baptisé sites DGB par Nicholas David13, directeur du Mandara Archaeological Project (MAP) et auteur de premiers travaux archéologiques sur lesdits sites. Mais quoique cette dernière appellation soit celle au travers de laquelle l’architecture vernaculaire la plus ancienne des monts Mandara ait été popularisée, il nous semble important d’utiliser aussi l’appellation locale afin de ne pas déconnecter les riverains de ces sites par l’usage d’un vocabulaire archéologique qui mettrait à mal l’aspect social de la production scientifique.

  • 14 Voir MÜLLER-KOSACK Gerhard, « Diy-gi’d-Biy of northern Cameroon. First excavation of a cluster of c (...)

6À toutes fins utiles, il convient de mentionner que l’expression Mafa Diy-gid-biy a été l’objet de décryptage14. Selon Gerhard Muller-Kosack, Diy-gid-biy signifie littéralement « Yeux du chef au-dessus ». Pour cet auteur, Diy veut dire œil, gid signifie sommet alors que biy renvoie à chef, grand et puissant, Nicholas DAVID abondant dans le même sens. La quintessence de ces travaux donne la connotation de demeure cheffale à l’appellation Diy-gid-biy. Ainsi, au regard de cette lecture étymologique, l’expression Diy-gid-biy renverrait à établissement cheffal situé en hauteur. Cette idée de maison de chef se confirme avec les considérations linguistiques selon lesquelles diy signifie ruines et biy /bay renvoie à chef. En fait, en langue Mafa, díy signifie ruines, comme dans l’étymologie de díygáy qui veut dire ancienne demeure.

  • 15 SEIGNOBOS Christian, « Notes sur les ruines de Mudukwa en pays Mafa », Revue géographique Camerouna (...)
  • 16 DAVID Nicholas, Performance…, op.cit., 2008.

7Cependant, il convient de rappeler que certains travaux antérieurs les qualifient de maisons-fortes, oppida ou mausolées pour chefs15 et de châteaux d’eau symboliques16. Pour Seignobos qui les avait portées à la connaissance de la communauté scientifique dans un article intitulé « Note sur les ruines de Mudukwa en pays Mafa », cette architecture serait en rapport avec le centre des pouvoirs. Quant à David, il fait l’hypothèse que ce sont des structures qui auraient servi de lieux cultuels pour des rituels implorant le retour des pluies pendant une crise de sécheresse. Mais où sont localisées ces ruines, vestiges archéologiques de l’histoire architecturale du Cameroun, et comment sont-elles spatialement disposées ?

Distribution des Diy-gid-biy

  • 17 Ibidem

8Dans l’état actuel des recherches, les sites DGB ne sont localisés qu’au nord des monts Mandara. On les trouve précisément dans sept villages dont Bigidé, Kuva, Mondossa, Mudukwa, Mtskar (Moutchikar), Nduval et Oupay (fig.2), dans une aire géographique de 23 km²17. Ces villages montagnards sont à cheval entre les cantons de Koza et de Moskota qui se trouvent respectivement dans les arrondissements de Koza et de Mayo-Moskota, Département du Mayo-Tsanaga. Le tableau ci-dessous présente leur distribution dans lesdits villages. Les différents chiffres sont les numéros qui ont été attribués aux ruines par DAVID dans le cadre de ses travaux de reconnaissance archéologique. Quoique les DGB-1 et DGB-2 soient les ruines les plus impressionnantes, l’attribution des numéros ne repose sur aucun critère d’importance. Ils ne servent qu’à leur dénomination distinctive.

Tableau 1 : Répartition des Diy-gid-biy par village

Villages

Les Diy-gid-biy

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

Bigide

X

X

X

Nduval

X

Kuva

X

X

X

X

Mondossa

X

X

Mtskar

X

X

Mudukwa

X

X

Oupay

X

X

J.-M. Datouang Djoussou

9Cependant, l’observation d’ensemble de la distribution des Diy-gid-biy dans ces villages permet de dégager une disposition Centre, Est, Nord, Nord-est, Ouest et Sud-ouest épousant un contour altitudinal les rapprochant les uns des autres.

  • 18 Ibid. p.25-28.

10Les Diy-gid-biy se trouvant dans le village Bigidé (DGB-6, DGB-7, DGB-11) sont ceux qui occupent la partie centrale de l’aire géographique où sont localisées les sites DGB. DGB-6 est situé à 1054’ 12’’N et 13° 47’ 44’’E et culmine à 1025m. Alors que à DGB-7, est localisé à 10° 54’ 02’’N et 13° 48’ 02’’E, pour une altitude de 885m, DGB-11 se trouve à 10° 54’ 42’’N et 13° 47’ 34’’E et se perche à 965m. Ces sites sont positionnés à l’est du village Nduval où DGB-15 est repéré ; sur l’épaulement nord-ouest du mont Upay ou Oupay18. Dans leur partie sud, se trouve le village Upay où DGB-10 et DGB-16 sont situés. Au Nord de Bigidé se laisse observer le village Mudukwa dans lequel ont été répertoriés les DGB-13 et DGB-14. Sur le versant nord-est des Diy-gid-biy occupant la partie centrale, c’est le village Kuva qui s’y trouve avec ses quatre ruines (GDB-1, DGB-2, DGB-3 et DGB-4). Les ruines de Bigidé font face, à l’est, aux DGB-5 et DGB-12 du village Mondossa. Celui-ci se trouve sur le sommet qui domine l’axe de drainage de Shikewe qui passe à l’Ouest de DGB-1 et DGB-2 et sert de limite entre les villages Kuva et Mtskar, d’une part, et Mondossa et Mtskar, d’autre part.

11Les sites de Mondossa sont ceux qui sont localisés dans le secteur Est de l’espace de distribution des Diy-gid-biy. Ici, il faut noter que le style architectural de DGB-5 (10° 54’ 27’’N. et 13° 49’ 32’’E. 805m) est assez perturbé, alors que c’est DGB-12 (10° 54’ 08’’N. et 13° 49’ 43’’E. 845m) qui affirme davantage la diy-gid-biyité. Ce dernier est implanté sur le sommet le plus haut de Mondossa. De ce site, l’on voit non seulement les villages adjacents de Madakwa et Uzal, mais les plaines de Koza et de Moskota, couloir qui débouche jusqu’à Mora, l’actuel centre politique Mandara camerounais le plus influent, et la montagne-île de Galdala qui est le référentiel en matière d’industrie lithique dans les monts Mandara et leurs piémonts.

Figure 2. Carte de distribution des Diy-gid-biy par village

Figure 2. Carte de distribution des Diy-gid-biy par village

Source : adapté de David 2008

J.-M. Datouang Djoussou

12Au Nord se trouvent les sites DGB-13 (10° 55’ 18’’N. et 13° 47’ 27’’E. 1025m) et DGB-14 (10° 55’ 29’’N. et 13° 47’ 53’’E. 765m) du village Mudukwa dont le flanc ouest domine la dépression entre le côté camerounais et la localité de Turu, au Nigéria. Dans l’ensemble du schéma géographique des Diy-Gid-Biy, le DGB-14 est situé au nord-ouest de DGB-1 et DGB-2 de Kuva alors que DGB-13 est dans la direction ouest de ces derniers. Le DGB-11 de Bigidé se place au sud-est de DGB-13 et au Sud de DGB-14. Ces rapports géographiques entre ces sites de Mudukwa et de Kuva les placent sur le contour nord et nord-est de l’espace Diy-gid-biy.

  • 19 Voir DATOUANG DJOUSSOU Jean-Marie, op.cit., 2006 et 2013.
  • 20 DATOUANG DJOUSSOU Jean-Marie, op.cit., 2006.

13La partie Nord-est est occupée par les DGB-1 (10° 55’ 09’’N. et 13° 48’ 21’’E. 805m), DGB-2 (10° 55 09N. et 13° 48 25E. 800m), DGB-3 (10° 54’ 59’’N. et 13° 48’ 33’’E. 765m) et DGB-4 (10° 54’ 55’’N. et 13° 48’ 40’’E. 750m) de Kuva. Ces quatre sites de Kuva peuvent être répartis, au regard de la disposition géographique, en deux sous-ensembles. Il y a un sous-ensemble que nous avons dénommé le complexe de Kuva. Celui-ci fait référence à la configuration architecturale formée par DGB-1 et DGB-2 qui sont situés en amont de la vallée séparant Kuva de Mtskar. Quoique les deux ruines soient bien distinctes, leur proximité et leur contemporanéité ne permettent pas de penser qu’elles aient été des sites sans lien d’usage19. DGB-1 et DGB-2 sont distants de moins de 100m dans leur extension nord-est et nord-ouest et 32m si l’on se place entre le sud-est de DGB-1 et le sud-ouest de DGB-220 dont le parement de la plateforme sud-ouest constitue l’aire annexe d’organisation. D’ailleurs les riverains qui desservent ces ruines DGB les considèrent comme des structures abritant les esprits de leurs ancêtres et de leurs auteurs. Leur organisation est assez semblable à celle des structures formant le Grand Zimbabwé formé de « Hill Complex, Valley Complex et Great enclosure ». Ces deux sites de Kuva sont deux structures architecturales de pierre sèche aussi complexes que le Hill Complex du Great Zimbabwe. Au même titre que le Great Zimbabwe l’est dans la région comprise entre le Limpopo et le Zambèze, le complexe de Kuva (DGB-1 et DGB-2) témoigne de l’apogée des réalisations architecturales indigènes dans le domaine de la maçonnerie à sec dans les monts Mandara, voire dans toute l’Afrique subsaharienne en dehors de l’Afrique australe et orientale. Leur apparence stylistique et leur résistance assez marquée aux différents facteurs de dégradation sur plusieurs siècles témoignent à la fois du haut niveau de technicité atteint par les bâtisseurs et du sens d’organisation sociétale d’un groupe d’individus.

14L’autre sous-ensemble de Kuva est ce que formeraient les DGB-3 et DGB-4 qui se trouvent sur les rebords ouest de la petite vallée démarquant Kuva de Mondossa. Ce sont des ruines de dimensions assez moyennes très dégradées, mais sur lesquelles subsistent des murs d’une certaine hauteur qui affichent la particularité de la maçonnerie DGB. Ces sites semblent avoir entretenu une certaine connexion de proximité avec le complexe de Kuva et les sites DGB-5 et DGB-12, quoique la segmentation actuelle de la région en villages les rattache seulement à Kuva. Cette excentricité vers l’est (vers le village Mondossa où se trouvent DGB-5 et DGB-12) de DGB-3 et DGB-4 donne davantage forme à la courbe orientale Diy-gid-biy qui domine la vallée de Mondossa-Ouzal et celle séparant Kuva et Mondossa de Mtskar.

15La présence de Diy-gid-biy dans la partie ouest est matérialisée par le DGB-15 (10° 53’ 54’’N. et 13° 46’ 44’’E. 1232m) du village Nduval. Ce site dont ne subsiste qu’une petite section de mur, de moindres dimensions, est le plus perché de tous. Il est situé sur l’épaulement nord-ouest du mont Oupay qui culmine à 1494 m et surplombe la vallée constituant la démarcation entre le Cameroun et le Nigéria dans cette partie des monts Mandara. Sa position géographique donne une large vue sur la partie nigériane voisine ainsi que sur la région de Rhoumsiki et Kérawa. Quoiqu’assez excentrée à l’ouest, la position altimétrique du site de Nduval ne le déconnecte pas de la configuration de l’occupation territoriale imprimée par le groupe ayant été à l’origine de cette architecture. Il se trouve au nord-ouest de DGB-10, l’un des deux sites d’Oupay et de DGB-6 et DGB-7 de Bigidé.

16Au sud de l’aire Diy-gid-biy les DGB-10 (10° 53’ 16’’N. et 13° 47’ 37’’E. 1165m) et DGB-16 (10° 53’ 35’’N. et 13° 48’ 10’’E. 885m) ont été répertoriés dans le village Oupay. Il s’agit de deux ruines n’ayant pas le même style architectural, mais qui sont caractéristiques de la civilisation des Diy-gid-biy. La divergence stylistique vient du gabarit des pierres ayant été utilisées pour leur réalisation. La construction de DGB-10 a été réalisée avec l’usage de grosses pierres alors que DGB-16 témoigne d’une utilisation des pierres naturellement cassées. Celui-ci (DGB-16), bien que très dégradé, présente des éléments architecturaux apparents qui mettent en relief sa diy-gid-biyité. Cette dernière est manifeste au sud-est où subsiste une section de la maçonnerie haute d’environ 2m et à l’ouest où l’on observe quelques restes de mur au style Diy-gid-biy.

17Sur le plan de leur connexion au circuit d’occupation Diy-gid-biy, DGB-10 s’étire plus au sud sur la ligne des sites DGB de Bigidé et de Mudukwa. Cette position l’éloigne un tout petit peu des DGB des autres villages, quoique son altitude et son positionnement sur l’épaulement est du mont Oupay le mettent en relation stratégique avec DGB-15. Pour ce qui est de DGB-16 qui se trouve à 1,5 km au nord-est de DGB-10 et 280m plus bas que ce dernier, il s’excentre un peu vers l’est et se trouve davantage rapproché des DGB-7 avec lequel il partage la même altitude ou presque, au nord tout en ayant une bonne projection altitudinale avec DGB-8 vers le sud-est.

18La présence nord-est de la civilisation des Diy-gid-biy est marquée par les DGB-8 (10° 53’ 31’’N. et 13° 48’ 52’’E. 730m) et DGB-9 (10° 53’ 20’’ N. et 13° 49’ 05’’E. 727m) du village Mtskar. Ce sont des ruines de petites dimensions situées sur le bourrelet qui dévie l’orientation de l’axe de drainage de Shikewé vers le sud-ouest pour le faire passer entre Madakwa et Muzua. Dominant ainsi, du sud, la dépression entre Mondossa et Mtskar, ils établissent les rapports entre les blocs sud et ouest et celui de l’est de l’ensemble de la région DGB. Le DGB-8, le plus complexe d’entre les deux, a été l’objet de fouilles archéologiques en 2002 et les éléments architecturaux qu’on y a mis au jour contribuent à dégager la spécificité architecturale des Diy-gid-biy.

  • 21 DATOUANG DJOUSSOU Jean-Marie, op.cit., 2013, p.215.

19De la distribution géographique et altitudinale des Diy-gid-biy, il se dégage un constat : les sites se trouvent à des positions dominantes, au regard de leur altitude comprise entre 727 et 1232m. Ce positionnement sur les hauteurs leur permet d’entretenir une sorte de relation de communication, ne serait-ce que par transitivité. L’on pourrait donc envisager cette occupation comme une forme de stratégie communicationnelle développée par des individus appartenant à une même entité sociopolitique et culturelle. Cette appartenance se laisse lire à travers l’homogénéisation du style architectural qui serait la mise en exergue d’une identité partagée. De ce fait, les Diy-gid-biy seraient l’expression d’un ensemble de choix techniques significatifs que les spécialistes de la science archéologique sont en train de décoder progressivement à la lumière des résultats de leurs investigations21.

  • 22 DATOUANG DJOUSSOU Jean-Marie, op.cit., 2006.

20Par ailleurs, au regard de leur distribution spatiale, les anciennes structures en pierres sèches des Monts Mandara sont des témoins matériels d'habitats d’une société ayant produit son espace. Celui-ci se traduit par la présence des traces anthropiques dont les travaux archéologiques en cours permettront d’avoir une meilleure connaissance. L’on a déjà observé l’existence des terrasses agricoles caractéristiques de l’élément culturel DGB aux alentours des DGB-7 et DGB-12. De ce fait, l’on pourrait penser à une occupation humaine dans un environnement paysan où se pratiquait l'agriculture en terrasse. À Mondossa où on aborde DGB-12, du sud-ouest, par des escaliers, on note l’existence d’anciennes terrasses dont les hauteurs varient entre 0,25 et 0,40m s’étalant sur une distance de 135m. La présence de terrasses culturales adjacentes aux habitations se trouve aussi à DGB-2. Ici, l’on pourrait penser que le champ constitué de multiples banquettes horizontales et en arc de cercle se trouvant dans la partie sud-ouest aurait connu une exploitation DGB. Ce champ qui s’étale sur une longueur de 105m est borné au sud par une plateforme dont le parement sud-ouest est en place. C’est un mur d’une longueur de 22m et avec un niveau d’élévation variant entre 2,90m ; 3,40m ; 3m ; et 2,80m (de l’ouest à l’est). Cette exploitation de la terre, limitée autour des habitats, fait penser à une exploitation intensive du milieu et à une population moins dense que celle d’aujourd’hui22.

Caractéristiques des Diy-gid-biy

21Les Diy-gid-biy sont des structures en pierre sèche, maçonnées à l’aide de blocs de granite, qui ont une certaine singularité architecturale dans les monts Mandara et en Afrique centrale. Celle-ci est marquée par les éléments architecturaux constituant les différentes bâtisses, mais surtout par le traitement des parements qui se dégage davantage comme le principal trait apparent définissant cette maçonnerie. Cette caractéristique fait des DGB le plus ancien style architectural vernaculaire des monts Mandara septentrionaux. N’existant plus que sous la forme de ruines, cette architecture est d’une importance notable. Son explicitation permettrait d’appréhender la profondeur historique de l’histoire de l’architecture au Cameroun. Cela dit, l’histoire de la maçonnerie à sec dans les monts Mandara ne se résumant pas aux Diy-gid-biy, il nous a semblé important de mettre en relief ce qui distinguerait ce style architectural des autres constructions de même nature connues dans la même région et au-delà.

22Sur le plan organisationnel, les Diy-gid-biy sont constitués de plateformes ou de complexes de plateformes contiguës dont le nombre et les dimensions varient d’un site à un autre (fig.3). Certaines de ces structures sont renforcées par des contreforts ou des murs de soutènement et des terrasses adjacentes. Cependant, une analyse de la configuration des DGB laisse penser que les formes actuelles des monuments de l'ancienne maçonnerie à sec des monts Mandara n’ont pas été préconçues ; ils auraient été élargis au fur et à mesure que des besoins se faisaient sentir. Le mur individualisé de la plate-forme sud de DGB-2 qui est devenu un mur de soutènement en est la preuve.

23Toutefois, leurs dimensions permettent de les classer en quatre catégories : structures très grandes (1320m2 à 1680m2), grandes (600m2 à 830m2), moyennes (460m2 à 540m2) et petites (50m2 à 400m2). Mais, soulignons que l’on ne procédera pas à l’examen systématique de tous les sites rentrant dans les différentes catégories ; car une telle entreprise dépasserait le cadre du présent article.

Figure 3. Plans structuraux de DGB-1, DGB-2 et DGB-8

Figure 3. Plans structuraux de DGB-1, DGB-2 et DGB-8

J.-M. Datouang Djoussou

  • 23 DATOUANG DJOUSSOU Jean-Marie, op.cit., 2013, p.191.

24Dans la catégorie de très grands sites, le DGB-1 vient en tête avec ses quatorze plateformes (fig.3)23. Ces dernières se regroupent en plateformes nord-1 et nord-2 (N1 et N2) ; plateforme nord-centrale (NC) ; plateforme nord-est (NE) ; plateforme centre-est (CE) ; plateforme centrale (C) ; plateformes centre-sud-1 et centre-sud-2 (CS1 et CS2). Il existe également des plateforme sud (S) ; sud-ouest (SO) ; ouest-centrale-1 et ouest-centrale-2 (OC1 et OC2). Ces structures formant les dimensions principales du site recouvrent une aire de 675m2 alors que la superficie générale du site est de 1680 m2. Cette superficie supplante celle de DGB-12 qui est de 1640m2 pour 150m2 de plateforme et celle de DGB-7 qui compte 1320m2 avec une répartition des plateformes sur 640m2. Il ressort ici que nonobstant la grandeur de DGB-12 qui dépasse celle de DGB-7, celui-ci apparaît plus grand avec des plateformes plus nombreuses.

25Les sites de grandes dimensions sont les plus nombreux. Par ordre de grandeur décroissante, nous avons DGB-13 (830m2), DGb-15 (780 m2), DGB-4 (755m2), DGB-2 (720m), DGB-5 (720m2) et DGB-14 (600m2). Mais en termes de superficie des plateformes, les rapports changent. Celles de DGB-2 et DGB-13 qui occupent respectivement 470m2 et 425m2 se placent dans les deuxième et troisième rangs de l’ensemble de DGB. DGB-2 est un complexe de cinq plateformes contiguës réparties en plateforme centrale, nord-centrale, nord-est, sud et sud-est auxquelles s’adjoignent les pans nord et ouest limités par des murs d’enceinte (fig.3). Il y a également l’extrémité sud-ouest de DGB-2 dont la nature de plateforme n’a été révélée que lors des fouilles archéologiques de décembre 2010-janvier 2011 (DATOUANG DJOUSSOU, notes de fouille ; fig.4).

26Quant aux sites de grandeur moyenne, on en dénombre deux ; dont DGB-6 et DGB-16 qui ont respectivement 540m2 et 460m2 de superficie totale pour 230m2 et 110m2 d’aire de plateforme. Ainsi, DGB-6 qui est 10e en matière de grandeur, se retrouve au 7e rang suivant les considérations relatives à la superficie occupée par les plateformes et DGB-16 se positionne au 13e rang d’aménagements en plateformes.

27Pour ce qui est de sites de petite grandeur, s’y rangent, par ordre de grandeur croissante, les DGB-9 (50m2), DGB-10 (145m2) DGB-8 (200m2), DGB-3 (370m2) et DGB-11 (400m2). Le DGB-9 qui est le plus petit de tous les sites DGB, partage la dernière place avec DGB-10 avec des superficies des plateformes de 30m2. La raison principale qui justifierait l'étroitesse de ces deux structures viendrait du manque des terrasses attenantes du style DGB. Si DGB-9 n’est constitué que de deux probables petites plateformes, DGB-10 n’en compte qu’une petite quoique des petits restes de murs ne définissant pas des contours de plateformes s’y trouvent.

Figure 4. Plateforme annexe de DGB-2 révélée par le décapage

Figure 4. Plateforme annexe de DGB-2 révélée par le décapage

J.-M. Datouang Djoussou

28Malgré cette variété des dimensions des Diy-gid-biy, il existe des éléments architecturaux apparaissant comme une particularité de ladite maçonnerie. Cette affirmation s’appuie sur les résultats des fouilles archéologiques opérées sur les DGB-1, DGB-2 et DGB-8 qui ont permis de prendre connaissance de la récurrence d’un certain type de structures sur les trois sites. Il s’agit des couloirs incurvés et en forme de S, des escaliers et des portes avec linteau (fig.5).

  • 24 DAVID Nicholas, Performance…, op.cit., 2008, p.58.

29Cependant, il faut noter que ces éléments varient parfois en forme. Deux escaliers ont été mis au jour à DGB-1 dont un sur le flanc est de la cour centrale et l’autre sur la partie occidentale de la terrasse ouest-centrale. Ceux de DGB-2 se trouvent à l’est, à l’ouest et au Sud. DGB-8 a livré également deux escaliers dont un au sud24, partant de la partie ouest du couloir pour le sommet de la plateforme nord, et un autre au nord allant de l’extérieur pour le dessus de la plateforme sud. Une porte d’accès de l’extérieur à DGB-1 -celle qui continue en couloir pour déboucher au milieu du site- se trouve au nord-est. On en trouve quatre à DGB-2 dont deux pour le couloir entre les plateformes centrale et sud-est et deux au sud de la plateforme nord-centrale. Quant à DGB-8, deux portes s’y trouvent. Il s’agit des entrées ouest et sud-est du couloir.

Figure 5. Éléments architecturaux récurrents sur les Diy-gid-biy

Figure 5. Éléments architecturaux récurrents sur les Diy-gid-biy

1 : couloir DGB-2 ; 2 : couloir DGB-8 ; 3 : porte avec linteau ; 4 : escalier DGB-8

© David 2002 (photos 1-2 et 4) ; Datouang 2011 (photo 3)

30Outre ces caractéristiques dimensionnelles et organisationnelles des Diy-gid-biy, les aspects extérieurs desdits sites concourent à donner de l’ampleur à leur singularité. En effet, la caractéristique principale apparente des sites DGB réside dans leur style architectural quoique l’homogénéité de ce dernier ne soit pas absolument acquise sur toutes les ruines (fig.6). Ce style qui est sans doute la traduction de la maitrise de l’art de bâtir à sec serait également le fruit d’une volonté assez manifeste de donner une apparence très esthétique aux parements des plateformes et à ceux des autres murs qui leur sont associés.

31La maîtrise de cette maçonnerie se lit dans la prouesse qu’ont réalisée les maçons. Ils ont pu construire des structures assez complexes dans un environnement social où le matériel de travail aurait été des plus rudimentaires. Cette réussite est le témoin d’une certaine perspicacité dans le choix des pierres et de l’échafaudage des composantes des différentes structures architecturales. Dans un milieu où le relief est très accidenté, ces bâtisseurs ont su construire des architectures bien stabilisées. La résistance des structures, pendant des siècles, aux divers facteurs de dégradation témoigne du niveau de précaution prévisionnelle en matière de détérioration. C’est le cas par exemple de la technique tendant à donner un certain équilibre entre les pierres d’une assise ou d’un parement comme à DGB-8 et de l’usage du calage lorsque la maçonnerie est mélangée, c’est-à-dire composée de pierres de tout venant (procédé dominant). Cette technique a permis d’obtenir la stabilité entre les pierres d’une même assise et entre les différentes assisses (fig.6).

32Quant à ce qui est de l’esthétique de l’architecture Diy-gid-biy, nos observations des aspects extérieurs nous ont conduit à dégager deux styles architecturaux. D’un côté nous avons les murs bien parementés qui présentent un bon appareillage avec des assises assez bien identifiables. Ici, les faces planes des pierres des assises et de calage sont placées de manière à donner une certaine uniformité au parement, que celui-ci soit double ou simple (fig.6, images 1 et 4). Pour ce faire, les côtés les plus informes sont ravalés dans la paroi intérieure et les interstices sont bouchés avec beaucoup de soin. Cette capacité à réaliser un parement homogène en maçonnant avec des pierres variant en gabarit met en évidence la dextérité des maçons traditionnels et par ricochet, l’identité sociale des uns et des autres. Ce style se trouve, par exemple, sur le parement est de la plateforme nord-centrale (qui garde toujours sa hauteur initiale) de DGB-1.

33De l’autre côté, l’on a affaire à des murs au parement « grossièrement et irrégulièrement » appareillés, même si dans certains cas il serait loisible de penser au poids des facteurs destructeurs. Les pierres utilisées pour la construction de ce style de parement sont globuleuses et non brisées, pour la plupart (fig.6). Toutefois, ces pierres qui sont généralement assez grosses se prêtent bien à la construction des murs d’une stabilité assez ferme et durable. De ce fait, elles ont été utilisées pour les premières assises des murs et la maçonnerie d’entiers parements. Dans le premier cas, la raison serait liée à une stratégie visant à contrecarrer les phénomènes érosifs qui déchausseraient progressivement les semelles des murs sur les pentes si jamais elles étaient réalisées à l’aide de pierres de moindre grosseur. Cette technique a été appliquée au sud-ouest de DGB-1 (fig.6). Quant au deuxième procédé, il se révèle davantage comme un modèle de style architectural voulant se démarquer de l’homogénéité stylistique partagée par la communauté. Et le DGB-10 fait figure de site où l’appareillage et le traitement des parements sortent un peu de l’ordinaire. Nous faisons allusion au mur est et sud-est qui se dresse à une hauteur d’environ 3,5m. Quoique la qualité d’une œuvre architecturale soit fille du niveau de technicité atteint par le réalisateur, il est très peu probable que ce style dénoterait d’un manque de maitrise dans la maçonnerie, car on rencontre plusieurs fois les deux styles sur un même site.

Figure 6. Styles architecturaux DGB

Figure 6. Styles architecturaux DGB

1 : Parement réalisé avec finesse (DGB-1 ; 2 : Plateforme grossièrement parementée (DGB-1) ; 3 : Maçonnerie mélangée (mur de soutènement DGB-1) ; 4 : Usages de grosses pierres à la semelle (DGB-10)

© Datouang

34L’ensemble de ces éléments structurants les Diy-gid-biy les différencie des structures, de même type, connues en Afrique subsaharienne dont le Great Zimbabwe est l’exemple le plus populaire. Les architectures de pierre sèche de l’Afrique australe sont réalisées à l’aide de pierres équarries apportées d’ailleurs alors que les bâtisseurs des monts Mandara ont mis à profit la possibilité que leur offraient les ressources locales. Ces deux procédés de construction donnent des résultats nettement différents en termes de qualité de construction. En Afrique australe l’on a des assises bien définies avec un usage très réduit de pierres de calage ; ce qui a donné des parements de très grande qualité agrémentés parfois de motifs décoratifs tels que des chevrons et l’alternance de pierres de couleur différente.

  • 25 DATOUANG DJOUSSOU Jean-Marie, op.cit., 2006.

35Cependant, sur le plan chronologique, les résultats des travaux archéologiques permettent d’affirmer que la maçonnerie à sec a été développée dans les monts Mandara pendant la même époque que celle de l’Afrique australe. Il s’agit des résultats des datations au C14 des échantillons prélevés lors des fouilles effectuées sur les sites DGB-1, DGB-2 et DGB-8. Plusieurs dates ont été obtenues. Bien que le tableau de datation C14 ci-dessous présente un cadre chronologique allant du 11e au 19e siècle, les considérations archéologiques placent la période de réalisation et d’usage des Diy-gid-biy entre les 13e et 16e siècles AD. Cette innovation architecturale dans le domaine de la maçonnerie traditionnelle qui va connaître une décadence au 16e siècle demeure assez énigmatique en termes d’organisation sociale et d’attributs usuels. L’on n’a pas encore cerné les raisons qui auraient été à l’origine de leur abandon bien que l’hypothèse d’une crise socio-politique ou climatique serait plausible25. Mais quel que soit le scénario envisagé, le fait qu’il n’existe aucun individu réclamant la paternité de cette prouesse architecturale complique davantage la tâche.

  • 26 DATOUANG DJOUSSOU Jean-Marie, op.cit., 2013 ; MACEACHERN Scott et al., « Iron Artefacts from the DB (...)

36Ce style architectural jamais connu dans le bassin du lac Tchad et la sous-région d’Afrique Centrale26 partage une certaine contemporanéité avec les structures de même nature de l’Afrique australe. Cependant, les Diy-gid-biy diffèrent, par leur organisation structurelle et leur style architectural, des bâtisses en pierre sèche qu’on rencontre au Zimbabwé et au Botswana (par exemple). Ici, seuls le site Khami, le Hill Complex et le Valley Complex du Great Zimbabwe ont une maçonnerie compacte, bourrée de pierres.

Tableau 2 : Datations C14 issues des DGB-1, DGB-2 et DGB-8

Tableau 2 : Datations C14 issues des DGB-1, DGB-2 et DGB-8

37Par ailleurs, l’architecture DGB ne se confond guère avec les architectures en pierre sèche développées par certaines populations actuelles des monts Mandara ou leurs ascendants (fig.7). Toutefois, on retiendra que sur le site de l’ancien palais du chef Mofu Douvangar (10° 44’ 25’’N et 14° 8’ 23’’E, plusieurs dizaines de kilomètres au sud-est des Diy-gid-biy), le style architectural de la grande enceinte de la Chefferie ressemble au style DGB. C’est une structure constituée d’un mur à parement double dont le modèle conceptuel est plus proche de certaines enceintes du Zimbabwé : la technique de construction qui a été appliquée la différencie nettement des DGB et permet, de ce fait, d’éviter toute corrélation entre les auteurs des DGB et les Mofu Douvangar.

Figure 7. Architecture DGB et quelques exemples locaux

Figure 7. Architecture DGB et quelques exemples locaux

1 : mur d’enceinte Mafa (photo Datouang 2007) ; 2 : mur d’enceinte Mofu (photo Datouang 2010) ; 3 : terrasses en pières sèches (photo Datouang 2010) ; 4 : DGB-1, vue de nord-est (photo Datouang 2005).

© Datouang

Les données ethno-historiques de la maçonnerie à sec dans les monts Mandara

  • 27 LANGE Daniel, Le Diwan des sultans du Kanem-Bornou. Chronique et histoire d’un Royaume africain, Wi (...)

38Des recherches ethno-historiques conduites dans les monts Mandara et leurs piémonts ont permis de recueillir des récits sur la maçonnerie de pierre sèche et de se rendre compte de l’existence des témoins de ce style architectural du passé proche de la région. En effet, lors d’un séjour de recherche dans la localité de Goudour (Gudur), nous avons recueilli des témoignages faisant état de la réalisation d’un mur de défense en pierre sèche dont il ne subsiste que ce qui aurait fait office de semelle. Ce mur, difficilement datable avec exactitude par manque d’éléments d’évaluation archéologique, serait un ouvrage cadrant probablement avec la période pendant laquelle la partie camerounaise du bassin du lac Tchad a été au cœur des rivalités des empires musulmans qui s’étaient constitués dès le 7e siècle de notre ère27.

  • 28 CARBOU Henri, La région du Tchad et du Ouadai, Publications de la Faculté des lettres d’Alger, t. 4 (...)
  • 29 LANGE Daniel, ibidem.
  • 30 MOHAMADOU Eldridge, Le Royaume Wandala ou Mandara au 19ème siècle, Tokiyo, African Languages and et (...)
  • 31 MÜLLER-KOSACK Gerhard, The Way of the Beer Ritual Re-enactment of History among the Mafa Terrace Fa (...)

39Il paraitrait qu’il y aurait eu des dispersions au nord du lac vers la fin du 13e siècle28. Les mouvements seraient partis du nord vers le sud. Les Boulala qui vivaient à l’est du Bassin vont monter au Kanem et s’attaquer au royaume du même nom mis en place depuis le 7e siècle29. Au 15e siècle, le Royaume Wandala se constitue au nord et le Bornou au nord-ouest du Massif montagneux. De tradition guerrière, les Mandara vont effectuer des expéditions esclavagistes sur les autochtones qui seront obligés de prendre refuge sur les hauteurs30. Au 17e siècle, c’est la venue de l’ouest des pasteurs peulh qui vont à leur tour créer des climats d’insécurité en razziant les villages « Kirdi ». Ils vont s’élancer dans des jihad contre les montagnards pendant le 19e siècle jusqu’à l’arrestation de Haman Yaji en 1927 par les britanniques qui sonne la fin des assauts organisés des peulhs sur les occupants des monts Mandara31.

40Face à ces perpétuelles menaces et l’instinct de survie aidant, les populations non musulmanes, astreintes à leur réclusion montagnarde, ont mis sur pied des stratagèmes de protection. De ces astuces, les murs de défense auraient été l’une des stratégies les plus appliquées. Mais ces murs, quoique évoqués dans les récits de pratique guerrière de plusieurs groupes ethniques occupant actuellement les monts Mandara et leurs piedmonts, n’existent plus de nos jours que par la présence de longues et sinueuses lignes se démarquant aisément grâce à des pierres isolées qui appointent sur toute la longueur. En fait, n’étant plus en usage, ils sont tombés en ruine et les pierres ont été prélevées, au fil des ans, par les riverains pour la construction des structures d’habitation. D’évidents indices de ces structures architecturales existent à Gudur (Goudour), jadis grand centre de pouvoir traditionnel auquel font allusion la plupart des récits de vie et d’implantation de nombre de groupes ethniques disséminés dans le massif montagneux. Cet ouvrage aurait été réalisé entre les 17e et 18e siècle, période pendant laquelle les islamo-peulhs voulaient faire main-basse sur le Nord-Cameroun, et donc, les monts Mandara et leurs environs.

  • 32 VINCENT Jeanne-Françoise, Princes montagnards du nord-Cameroun : les Mofu-Diamaré et le pouvoir pol (...)

41Toutefois, la preuve historique la plus marquante de la maçonnerie à sec dans les monts Mandara se trouve à Douvangar et daterait d’entre les 19e et 20e siècles. Il s’agit des ruines d’un ancien établissement cheffal situé sur l’épaulement de la montagne de Douvangar, à quelques encablures de la ville de Maroua, chef-lieu de la Région de l’Extrême-Nord du Cameroun. C’est l’œuvre de l’une des branches Moufou Diamaré qui peuplent les cantons de Doulek, Douvangar, Douroum, et Wazang, dans l’arrondissement de Méri32.

L’architecture de pierre sèche de Douvangar

42C’est un site qui présente une organisation structurale très complexe ; un labyrinthe de structures communicantes. On y trouve des cases de femmes, du chef, des cuisines et greniers, des enclos, des cours intérieures qui sont reliés entre eux par des couloirs, escaliers, passages souterrains et des issues secondaires. L’entrée principale, située au nord, est plantée d’une longue pierre qui jouait le rôle de gardienne du palais et du village en général. On intègre l’enceinte par une case-vestibule (fig.8).

Figure 8. Architecture de pierre sèche de Douvangar

Figure 8. Architecture de pierre sèche de Douvangar

1 : case vestibule (entrée principale du palais) ; 2 : compartiment réservé au chef (vue de l’est) ; 3 : secteur réservé aux enfants et épouses du chef (vue de l’est) ; 4 : mur d’enceintes pour les cuisines et les greniers (vue de nord-est).

43Suit un couloir formé, du côté nord-ouest et ouest, par le grand mur d’enceinte et, à l’est, par le complexe constitué des maisons d’habitation. Le palais est constitué de quatre blocs d’habitations. Au nord et au nord-ouest, se trouve la grande enceinte (fig.8) à double parement. Elle contient les cuisines, les greniers et un magasin en son sein. Ce compartiment est moins en altitude. Au nord et au sud-est, on a l’emplacement de la maison du chef et ses annexes (fig.8) dont l’accès se fait par le biais d’un escalier. Il est mitoyen au secteur des épouses (fig.8) qui se trouve au sud-est. C’est le point culminant du palais qui permet de voir tout autour. Toutes les cases de femmes sont reliées les unes aux autres par des entrées secondaires et communiquent toutes avec la maison du chef. Les femmes n’accèdent à leur cuisine et grenier qu’en descendant et passant par le couloir souterrain partant de leur bloc pour le corridor où se trouvent deux issues. Au sud du palais se trouve, en arrière-plan, un ensemble de cases destinées aux princes, aux hôtes, des enclos et une écurie. On peut accéder à ce bloc par le couloir venant de la case-vestibule et par l’entrée sud-ouest de la galerie souterraine.

44Les cases sont construites sur de petites plates-formes aménagées de manière circulaire. Les murs des cases sont en pierre sèche. Mais la disposition de la maçonnerie des cases, des cuisines et greniers est légère de telle sorte que l’eau des pluies pourrait rentrer par les interstices. Pour pallier cela, elles sont crépies, de l’extérieur, avec de la terre pétrie. De l’intérieur, un crépissage y est également fait. Ce dernier est lissé à l’aide d’argile calcaire brune ou rougeâtre. L’ensemble est logé dans un mur de pierre sèche allant du nord au sud, à partir de la case vestibule. Les ceintures sud et ouest du mur semblent n’avoir pas bénéficié d’une volonté impressionniste qui traduirait le pouvoir du chef. Les murs sont percés de petites fenêtres qui auraient servi au guet.

45Cette architecture palatiale, au nord des monts Mandara, partage un certain nombre de caractéristiques avec certaines structures de même nature en Afrique. C’est une maçonnerie à sec caractérisée par des murs à double parement conçus pour servir de clôture. Moins élevée et de style architectural différent de celui des grands murs d’enceinte du Zimbabwé, le bloc de cuisines et greniers de Douvangar présente l’évidence de l’appareillage à parements doubles des monts Mandara. Le matériau utilisé pour l’élévation est mélangé. De nombreuses sections sont construites avec des lames de schiste. Cet élément rapproche cette architecture de celle du site Majande du Botswana. Il s’agit des murs de cloisonnement ou des cases. Quant à ce qui est des grands murs d’enceinte, ils sont construits à l’aide de pièces de granite. Leur configuration est proche des murs de Domboshawa et Pickwe du Botswana. À Domboshawa, il y a également un espace ayant servi d’emplacement de cuisine et de grenier. Les traces sont visibles au sol et sont appelées house dhaka. C’est une architecture différente de celle des DGB. Elle est ouverte alors que celle dite DGB est fourrée de pierres de remplissage qui fait d’elle une maçonnerie très compacte et dense.

46L’architecture de pierre sèche n’est pas un type architectural éteint ; car on note une certaine pratique de cette maçonnerie quoique les techniques et les éléments architecturaux d’antan ne soient plus observables au sein des populations actuelles. En effet, que ce soit côté camerounais ou nigérian, des structures architecturales en pierre sèche sont en usage. Le site de Sukur (Nigéria), patrimoine mondial, en est l’exemple le plus marquant. Au Cameroun l’on en trouve des exemples à Douroum, Gudur, Gusda, Oudjila, Wazang, etc. où des chefs locaux ou des particuliers ont construit des structures de pierre sèche servant de murs d’enceinte et d’enclos pour le bétail.

47Cependant, les preuves ethnographiques et historiques de la maçonnerie à sec des monts Mandara montrent que celle-ci se rencontre davantage dans les centres de pouvoirs traditionnels. Dans ces lieux, la structure en pierre sèche dont le parement est réalisé avec le plus grand soin, témoigne du poids social des chefs qui entendent disposer d’une configuration architecturale qui les distinguerait des autres membres de leur groupe d’appartenance qu’ils perçoivent comme leurs sujets.

Conclusion

48Au regard de ce qui est dit de la maçonnerie de pierre sèche dans les monts Mandara, force est de constater que c’est une architecture qui date de plusieurs siècles dans la région et des témoins archéologiques et ethno-historiques en rendent bien compte.

49Le style le plus ancien est celui qui est connu aujourd’hui sous le nom de Diy-gid-biy ou sites DGB. C’est l’œuvre d’un groupe dont les traces d’activités remontent autour du 13e siècle. Cette civilisation de pierre sèche développée par des individus dont les traces d’activité remontent au 13e siècle s’est éteinte entre les 15e et 16e siècles de notre ère. Ainsi, elle apparait comme le témoin le plus évident d’une occupation permanente des monts Mandara septentrionaux par un groupe d’individus auquel les données historiques ne permettent pas d’attribuer de filiation. Ce style architectural fait alors figure de la plus ancienne maçonnerie vernaculaire au Cameroun, fruit d’initiatives et d’inventions locales dans l’art du bâti. En fait, le style architectural, le procédé de construction et l’organisation spatiale et structurelle de Diy-gid-biy ne permettent pas d’établir de parenté culturelle avec les architectures en pierre sèche des monts Mandara et encore moins avec celle des autres parties de l’Afrique au sud du Sahara. Par ailleurs, les ruines Diy-gid-biy témoignent d’un développement assez généralisé de la maçonnerie à sec en Afrique subsaharienne entre le 11e et le 15e siècle.

50Entre les 17e et 18e siècles, des groupes venus des plaines adjacentes, suite aux menaces des groupes musulmans, réalisent des murs de défense en architecture de pierre sèche. Ce type de construction à vocation défensive existe dans les récits de vie et de pratique de nombreux groupes ethniques qui occupent actuellement les monts Mandara et leurs piémonts. Mais leurs restes n’attirent pas les regards, à première vue, comme celles des Diy-gid-biy. Au cours des 19e et 20e siècles, la maçonnerie à sec apparait comme la technique qui semble répondre aux inspirations architecturales des centres de pouvoirs traditionnels. Les chefs traditionnels, grâce au pouvoir de mobilisation des ressources humaines, réalisent ou font réaliser des œuvres architecturales de pierre sèche de haute facture, comparativement aux habitations de ceux qui leur sont assujettis. C’est le cas par exemple du site de Douvangar, mais également du site de Sukur (Nigéria), patrimoine mondial, et les structures d’Oudjla et de Wazang qui traduisent les pouvoirs des chefs.

Top of page

Bibliography

BOUTRAIS Jean, « Le nord du Cameroun, des hommes, une région », Paris, Mémoires ORSTOM no102, 1984.

CARBOU Henri, La région du Tchad et du Ouadai, Paris, Publications de la Faculté des lettres d’Alger, t. 47-48, 1912.

DATOUANG DJOUSSOU Jean-Marie, Patrimoine et patrimonialisation au Cameroun : les Diy-gid-biy des monts Mandara septentrionaux pour une étude de cas, Québec, thèse de doctorat PH.D, Université Laval, 2013.

- Étude d’une Maçonnerie traditionnelle : les Diy-Gi’d-Biy des Monts Mandara, Yaoundé, mémoire de DEA, Université de Yaoundé I, 2006.

- L’anthropisation des monts Mandara, Yaoundé, mémoire de maitrise, Université de Yaoundé I, 2003.

DAVID Nicholas, Performance an Agency: the DGB site of northern Cameroon, British Archaeological Reports Ltd, 2008.

- «Watch or Water Tower? Stone-built Sites in Northern Cameroon’s Mandara Mountains and their Functions», Expedition 2004, vol.46 no2, 2004, p.30-35.

HALLAIRE Antoinette, Paysans montagnards du Nord-Cameroun. Les monts Mandara, Paris, ORSTOM, 1991.

LANGE Daniel, Le Diwan des sultans du Kanem-Bornou. Chronique et histoire d’un Royaume africain, Studien z.kulturkunde, Wiesbaden, 42, 1977.

LANGLOIS Olivier, Histoire du peuplement postnéolithique du Diamaré (Cameroun Septentrional), Paris, thèse de doctorat, 4 Vol, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, 1995.

MACEACHERN Scott, « Wandala and the DGB sites: political centralisation and its alternative north of Mandara Mountains », Azania: Archaeological Research in Africa, vol.47, no3, 2012, p.272-287.

MACEACHERN Scott, SCOTT David A., C. O’GUINNESS Molly et DATOUANG DJOUSSOU Jean-Marie, « Iron Artefacts from the DBG Sites, Northern Cameroon: Conservation, Metallurgical Analysis and ethnoarchaeological Analogies », Journal of African Archaeology, vol.11, no1, 2013, p.39-54.

MACEACHERN Scott, DATOUANG Jean-Marie et JANSON LAPIERRE Rébecca, « Excavations at DBG-1 and DGB-2, Cameroon, December 2010-January 2011 », Nyame Akuma, no78, 2012, p.6-16.

- « Research at DGB-1, Northern Cameroon », Nyame Akuma no 73, 2010, p. 37-45.

MARLIAC Alain, De la Préhistoire à l’histoire au Cameroun septentrional, vol.1 et 2. Paris, ORSTOM, 1991.

- « Introduction au paléolithique du Cameroun septentrional », L'Anthropologie, vol.91 no2, 1987, p.521-558.

MOHAMADOU Eldridge, Le Royaume Wandala ou Mandara au 19ème siècle, Tokiyo, African Languages and ethnography 14, 1992.

MÜLLER-KOSACK Gerhard, The Way of the Beer Ritual Re-enactment of History among the Mafa Terrace Farmers of the Mandara Mountains (North Cameroon), London, Mandara Publishing, 2003.

- « Diy-gi’d-Biy of northern Cameroon. First excavation of a cluster of chiefly stone buildings found in the Mandara Mountains », Bulletin Mega-Tchad, Paris, 2002, p.66-68.

NDORO Webber, Your Monument Our Shrine: The Preservation of Great Zimbabwe. Studies in African Archaeology 19, Uppsala, Uppsala University Press, 2001.

SEIGNOBOS Christian, « Notes sur les ruines de Mudukwa en pays Mafa », Revue géographique Camerounaise, no3, 1982, p.41-45.

VINCENT Jeanne-Françoise, Princes montagnards du nord-Cameroun: les Mofu-Diamaré et le pouvoir politique, Paris, L’Harmattan, 1991.

Top of page

Notes

1 NDORO Webber, Your Monument Our Shrine: The Preservation of Great Zimbabwe, Uppsala University Press, 2001.

2 DATOUANG DJOUSSOU Jean-Marie, Patrimoine et patrimonialisation au Cameroun : les Diy-gid-biy des monts Mandara septentrionaux pour une étude de cas, thèse de doctorat/PHD, Université Laval, Québec, 2013.

3 BOUTRAIS Jean, « Le nord du Cameroun, des hommes, une région », Paris, Mémoires ORSTOM n°102, 1984.

4 HALLAIRE Antoinette, Paysans montagnards du Nord-Cameroun. Les monts Mandara, Paris, ORSTOM, 1991.

5 Ibidem.

6 DATOUANG DJOUSSOU Jean-Marie, Étude d’une Maçonnerie traditionnelle : les Diy-Gi’d-Biy des Monts Mandara, mémoire de DEA, Université de Yaoundé I, 2006 ; L’anthropisation des monts Mandara, Yaoundé, mémoire de maitrise, Université de Yaoundé I, 2003.

7 MARLIAC Alain, De la Préhistoire à l’histoire au Cameroun septentrional, vol.1 et 2. Paris, ORSTOM, 1991

8 CLARK J.D., « The Cultures of Middle Paleolithic/Middle Stone Age », in J.D. Clark (ed.), The Cambridge History of Africa, vol.1, From the Earliest Times to c.500 BC, Cambridge University Press, 1982, cité par MARLIAC Alain, De la Préhistoire…, op.cit., 1991, p. 83.

9 Voir MACEACHERN Scott et al., « Excavations at DBG-1 and DGB-2, Cameroon, December 2010-January 2011 » Nyame Akuma, no 78, 2012, p.6-16.

10 Voir DATOUANG DJOUSSOU Jean-Marie, op.cit., 2003, 2006, 2013 ; LANGLOIS Olivier, Histoire du peuplement postnéolithique du Diamaré (Cameroun Septentrional), thèse de doctorat, 4 vol., Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 1995 ; MARLIAC Alain, Ibidem.

11 DAVID Nicholas, Performance and Agency: the DGB site of northern Cameroon, British Archaeological Reports Ltd, 2008, p. 143.

12 MACEACHERN Scott et al.,« Research at DGB-1, Northern Cameroon », Nyame Akuma no 73, 2010, p.37-45

13 DAVID Nicholas, MÜLLER-KOSACK Gerhard, STERNER Judith, Strongholds and chiefly residences in the Mandara mountains of N. Cameroon, Research Report, March 2002.

14 Voir MÜLLER-KOSACK Gerhard, « Diy-gi’d-Biy of northern Cameroon. First excavation of a cluster of chiefly stone buildings found in the Mandara Mountains », Bulletin Mega-Tchad, 2002, p. 66-68.

15 SEIGNOBOS Christian, « Notes sur les ruines de Mudukwa en pays Mafa », Revue géographique Camerounaise, n°3, 1982, p.41-45.

16 DAVID Nicholas, Performance…, op.cit., 2008.

17 Ibidem

18 Ibid. p.25-28.

19 Voir DATOUANG DJOUSSOU Jean-Marie, op.cit., 2006 et 2013.

20 DATOUANG DJOUSSOU Jean-Marie, op.cit., 2006.

21 DATOUANG DJOUSSOU Jean-Marie, op.cit., 2013, p.215.

22 DATOUANG DJOUSSOU Jean-Marie, op.cit., 2006.

23 DATOUANG DJOUSSOU Jean-Marie, op.cit., 2013, p.191.

24 DAVID Nicholas, Performance…, op.cit., 2008, p.58.

25 DATOUANG DJOUSSOU Jean-Marie, op.cit., 2006.

26 DATOUANG DJOUSSOU Jean-Marie, op.cit., 2013 ; MACEACHERN Scott et al., « Iron Artefacts from the DBG Sites, Northern Cameroon: Conservation, Metallurgical Analysis and ethnoarchaeological Analogies », Journal of African Archaeology, vol.11, no1, 2013, p.39-54; MACEACHERN Scott et al., « Research at DGB-1… », op.cit., 2010 ; DAVID Nicholas, ibidem.

27 LANGE Daniel, Le Diwan des sultans du Kanem-Bornou. Chronique et histoire d’un Royaume africain, Wiesbaden, 42, 1977.

28 CARBOU Henri, La région du Tchad et du Ouadai, Publications de la Faculté des lettres d’Alger, t. 47-48, 1912.

29 LANGE Daniel, ibidem.

30 MOHAMADOU Eldridge, Le Royaume Wandala ou Mandara au 19ème siècle, Tokiyo, African Languages and ethnography 14, 1992.

31 MÜLLER-KOSACK Gerhard, The Way of the Beer Ritual Re-enactment of History among the Mafa Terrace Farmers of the Mandara Mountains (North Cameroon), London, Mandara Publishing, 2003, p.18.

32 VINCENT Jeanne-Françoise, Princes montagnards du nord-Cameroun : les Mofu-Diamaré et le pouvoir politique, Paris, L’Harmattan, 1991; HALLAIRE Antoinette, Paysans montagnards…, op.cit., 1991.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1. Localisation de la zone d’étude
Credits J.-M. Datouang Djoussou
URL http://journals.openedition.org/ephaistos/docannexe/image/5729/img-1.jpg
File image/jpeg, 240k
Title Figure 2. Carte de distribution des Diy-gid-biy par village
Caption Source : adapté de David 2008
Credits J.-M. Datouang Djoussou
URL http://journals.openedition.org/ephaistos/docannexe/image/5729/img-2.jpg
File image/jpeg, 196k
Title Figure 3. Plans structuraux de DGB-1, DGB-2 et DGB-8
Credits J.-M. Datouang Djoussou
URL http://journals.openedition.org/ephaistos/docannexe/image/5729/img-3.jpg
File image/jpeg, 144k
Title Figure 4. Plateforme annexe de DGB-2 révélée par le décapage
Credits J.-M. Datouang Djoussou
URL http://journals.openedition.org/ephaistos/docannexe/image/5729/img-4.jpg
File image/jpeg, 400k
Title Figure 5. Éléments architecturaux récurrents sur les Diy-gid-biy
Caption 1 : couloir DGB-2 ; 2 : couloir DGB-8 ; 3 : porte avec linteau ; 4 : escalier DGB-8
Credits © David 2002 (photos 1-2 et 4) ; Datouang 2011 (photo 3)
URL http://journals.openedition.org/ephaistos/docannexe/image/5729/img-5.jpg
File image/jpeg, 296k
Title Figure 6. Styles architecturaux DGB
Caption 1 : Parement réalisé avec finesse (DGB-1 ; 2 : Plateforme grossièrement parementée (DGB-1) ; 3 : Maçonnerie mélangée (mur de soutènement DGB-1) ; 4 : Usages de grosses pierres à la semelle (DGB-10)
Credits © Datouang
URL http://journals.openedition.org/ephaistos/docannexe/image/5729/img-6.jpg
File image/jpeg, 388k
Title Tableau 2 : Datations C14 issues des DGB-1, DGB-2 et DGB-8
URL http://journals.openedition.org/ephaistos/docannexe/image/5729/img-7.jpg
File image/jpeg, 100k
Title Figure 7. Architecture DGB et quelques exemples locaux
Caption 1 : mur d’enceinte Mafa (photo Datouang 2007) ; 2 : mur d’enceinte Mofu (photo Datouang 2010) ; 3 : terrasses en pières sèches (photo Datouang 2010) ; 4 : DGB-1, vue de nord-est (photo Datouang 2005).
Credits © Datouang
URL http://journals.openedition.org/ephaistos/docannexe/image/5729/img-8.jpg
File image/jpeg, 400k
Title Figure 8. Architecture de pierre sèche de Douvangar
Caption 1 : case vestibule (entrée principale du palais) ; 2 : compartiment réservé au chef (vue de l’est) ; 3 : secteur réservé aux enfants et épouses du chef (vue de l’est) ; 4 : mur d’enceintes pour les cuisines et les greniers (vue de nord-est).
URL http://journals.openedition.org/ephaistos/docannexe/image/5729/img-9.jpg
File image/jpeg, 389k
Top of page

References

Bibliographical reference

Jean-Marie Datouang-Djoussou, « La maçonnerie de pierre sèche : une technique architecturale vernaculaire vieille de plusieurs siècles dans les monts Mandara »e-Phaïstos, V-2 | 2016, 14-35.

Electronic reference

Jean-Marie Datouang-Djoussou, « La maçonnerie de pierre sèche : une technique architecturale vernaculaire vieille de plusieurs siècles dans les monts Mandara »e-Phaïstos [Online], V-2 | 2016, Online since 15 March 2020, connection on 07 August 2020. URL: http://journals.openedition.org/ephaistos/5729 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ephaistos.5729

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Institut d'Histoire moderne et contemporaine
  • Logo Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
  • Logo Université Polytechnique de Prague
  • Logo Laboratoire de l'histoire de l'électricité - Prague
  • OpenEdition Journals