Navigation – Plan du site

Editorial

Anne-Françoise Garçon
p. 3-4

Texte intégral

1Circulation, représentations, normes, tels sont les maitres-mots de ce nouveau numéro d’e-Phaïstos. Circulation, si l’on s’appuie sur les intéressantes ana­lyses et interrogations posées par Ronan Le Roux dans son expose de soutenance sur l’introduction de la cybernétique en France (1948-1970). La notion ne suffit pas en soi : « quelle sémiotique, quelle pragmatique se met en place quand un concept passe d’une science à l’autre, et devient opératoire ? » La question vaut pour tout transfert de pratique, ou de techniques. Et c’est ce que démontrent les analyses, à condition de les prendre elles-mêmes comme des objets d’étude. Il y a les transferts qui ne s’établissent pas, en dépit des circulations, parce que les acteurs de la technique, techniciens, ingénieurs, ne disposent pas de la culture technique, qui leur aurait permis d’interpréter correctement l’objet. Différence culturelle et arrogance aidant, la rencontre entre les ingénieurs français et les aqueducs à souterazi d'Alger décrits par Dalila Kameche-Ouzidane, technique hydraulique remarquable importée de Byzance, n’a pas eu lieu. Trop d’arrogance, trop de différence culturelle. Autre temps, autres causes, même réalité : la circulation du concept de patrimoine industriel est actuellement intense dans les pays en plein boom économique, Chine et Inde, tout particulièrement. Sans que cela débouche nécessairement une implantation : ainsi l’Inde, présentée par Manisha Iyer, l’un des espaces techniques parmi les plus marquants à l’échelle mondiale perçoit encore difficilement qu’il y a là une richesse patrimoniale à sauvegarder. Les représentations adéquates font défaut. Elles restent à construire.

2Représentations, images mentales, visuelles ou matérielles : leur rôle est essentiel pour que l’individu, ou la communauté politique, économique, culturelle, à laquelle il appartient, établit et développe son être technique. Apprentissage, transmission, transferts, passe nécessairement par une mise en images, à côté de la mise en geste, et de la mise en mots. Cela fait de l'iconographie, fixe et animée, une source majeure pour l’histoire des techniques, d’où l’intérêt du dossier rassemblé par Benjamin Ravier : iconographie des brevets d’invention qui, en concordance avec l'esprit juridique libéral, élabore une grammaire visuelle, et apprend à adapter les graphismes de manière à figurer l’innovation sans la dévoiler, analyse Gérard Emptoz, dans la présentation de cette source autant remarquable que peu explore. C’est l’iconographie, plus que le traite, qui aide l’historien, à condition qu’il soit aussi praticien, à comprendre comment la tenue du violon, remarquablement analyse par Cyril Lachèze, a évolué et s’est fixée en Europe continentale et en Grande-Bretagne, entre XVIIe et XVIIIe siècle. Étudiant l’accident routier mis en scène par Jacques Tati, Fabian Kroeger démontre l’intérêt de la source cinématographique. L’image visuelle créée par le cinéaste donne à voir « la nature animiste de la technique », sa capacité à engendrer simultanément ordre et chaos. Représentation encore, celle de l’objet industriel, dans son esthétisation, sa « mise en art » industrielle. II y a, explique Régis Couillard, lisant l’ouvrage Art et Industrie, XVIIIe-XXe siècle, un « besoin d’art des industriels », pour la légitimation des productions sérielles à faible valeur ajoutée. La complémentarité, pour ne pas dire la coactivité, entre entreprises, école des Beaux-Arts et Musées, fut essentielle au travail conceptuel dans le cadre de cette forme nouvelle d’esthétique.

3Normes enfin : on a évoqué celles de la circulation routière, ces perpétuelles lignes de fuite dont Jacques Tati se moquait. II y a, fondamentales, celles du travail, qu’il soit industrieux ou industriel. « L’homme dans son rapport au monde affronte des forces naturelles, et de cet affrontement se dégagent des métrologies qui ont rapport avec la matérialité du monde, y compris quand les forces en question sont celle de son propre organisme », souligne Francois Vatin dans son entretien sur la mécanique industrielle. C’est pour une part, l’histoire du violon et de sa tenue. Ce sont aussi, celles liées à l’emploi du plâtre dans les constructions en Ile-de-France préindustrielle, que fouille et analyse historiquement Yvan Lafarge, fondées sur la recherche constante de l’économie et l’efficacité fonctionnelle, pour les boulins de pigeonnier, la construction des murs à pêches, et le bâti des maisons avec l’émergence de modules constructifs favorisant la construction et l’aération des volumes. Cela, bien avant que n’intervienne l’industrialisation...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Françoise Garçon, « Editorial »e-Phaïstos, II-2 | 2013, 3-4.

Référence électronique

Anne-Françoise Garçon, « Editorial »e-Phaïstos [En ligne], II-2 | 2013, mis en ligne le 12 décembre 2019, consulté le 08 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/ephaistos/6138

Haut de page

Auteur

Anne-Françoise Garçon

Professeur en Histoire des techniques à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Anne-Françoise Garçon dirige le Centre d’Histoire des Sciences et des Techniques (CH2ST) et le master Erasmus Mundus TPTI (Techniques, patrimoines, territoires de l’industrie : histoire, valorisation, didactique).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Institut d'Histoire moderne et contemporaine
  • Logo Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
  • Logo Université Polytechnique de Prague
  • Logo Laboratoire de l'histoire de l'électricité - Prague
  • OpenEdition Journals