Navigation – Plan du site

AccueilNumérosII-2Une objet, une techniqueLes aqueducs à souterazi de la Ré...

Une objet, une technique

Les aqueducs à souterazi de la Régence d’Alger

The Souterazi Aqueducts in the Regency of Algiers
Dalila Kameche-Ouzidane
p. 73-84

Résumés

Au début de la Régence, la communauté urbaine est organisée autour de la pérennité de quelques sources intramuros. Cependant, les nouveaux souverains ottomans souhaitent vivement mettre en place un véritable système hydraulique pour satisfaire les besoins en eau d’une ville en plein développement. Des aqueducs sont conçus pour conduire l’eau à la cité ; leur ingéniosité est fonction de la topographie ainsi que de la façon dont les eaux du Sahel algérois se présentent. Ces réalisations comportent des ouvrages de franchissement des ravins, mais aussi des souterazi ou tours-siphons renversés jouant le rôle de brises charge dont l’originalité technique trouve sa place dans l’histoire des sciences hydrauliques. Les aqueducs d’Alger ne sont donc pas seulement le siège d’un écoulement gravitaire à la romaine, car ils comportent des ouvrages dont le fonctionnement est plus proche d’un écoulement sous pression et contrôlé, en somme mécanique. Cette technique adaptée aux terrains vallonnés prend son origine à Constantinople et trouve application à Alger. Elle prouve que la circulation des savoir-faire transmis via l’Empire ottoman est plus importante que l’on pouvait le supposer à priori.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 André RAYMOND, Grandes villes arabes à l’époque ottomane, Paris, Sindbad, 1985, p.161.
  • 2 Sous la Régence, le territoire d’Alger est découpé en trois zones : la médina, le Fâhs et les Outan (...)
  • 3 Le toponyme Birkhadem sera traduit en français par « Puits de la Négresse », tandis que Birmandreis (...)
  • 4 ROZET Claude-Antoine M., Voyage dans la Régence d’Alger, vol.3, Paris, Arthus Bertrand, 1833, p.95.

1Sous la Régence (1516-1832), la ville d’Alger comme de nombreuses villes ottomanes est alimentée en eau par un ensemble d'aqueducs. Sa singularité est précisément de devoir ces infrastructures aux gouvernants turcs, contrairement à Alep et Tunis, deux autres grandes villes de l’empire qui les ont héritées de périodes antérieures1. Dans une première phase, les Turcs réalisent, entre le milieu du XVIe siècle jusqu’à la première moitié du XVIIe, quatre aqueducs principaux pour alimenter en eau la médina. Dans une deuxième phase, trois aqueducs suburbains sont édifiés pour alimenter en eau le Fâhs le plus peuplé de la campagne algéroise2, soient les localités de Birkhadem et de Birmandreis3, puis la zone côtière de la Pointe Pescade (Mers Eddeben). En 1833, le capitaine Claude-Antoine Rozet4, géologue attaché à l’armée française en qualité d’ingénieur géographe, évalue à plus de deux cents l’ensemble des aqueducs de la ville et des campagnes.

2Les aqueducs de la Régence d’Alger sont forts peu connus, à la différence des foggaras ou qanâts du Sud algérien qui exercent une fascination sur les ingénieurs et hydrauliciens du XIXe siècle.

Origine des eaux d’Alger

  • 5 Voir ANANOU P. , « Les populations rurales musulmanes du Sahel d’Alger », Revue africaine, 1953, vo (...)
  • 6 Pacha est le titre de gouverneur de province dans l’Empire ottoman.
  • 7 FICHEUR Émile, Notice sur la situation géologique et l’origine des eaux d’alimentation de la ville (...)
  • 8 FICHEUR Émile, Notice de la carte géologique au 1/50.000ème, Alger bis, 1904.
  • 9 Ibidem.
  • 10 DALLONI Marius, « Le problème de l’alimentation en eau potable de la ville d’Alger », Bulletin de l (...)

3Les eaux qui alimentent l’ancienne médina d’Alger se composent essentiellement des eaux du Sahel5, des sources du Télemly, près du Palais d’Été de Mustapha Pacha6, ainsi que celles de la nappe du Hamma7, du Café d’Hydra, de Ben Aknoun, de Birtraria. Au début du XXe siècle, Émile Ficheur, professeur de géologie à l'École des sciences d'Alger, auteur de la première carte géologique de la capitale datée de 1904, donne un aperçu de l'hydrogéologie du massif ancien sur lequel a été fondée El Djezaïr8. Il précise que les sources qui y sont disséminées, sont alimentées par les affleurements calcaires, les zones de gneiss et les filons de granulite au contact des assises schisteuses. En outre, les éboulis des pentes et les dépôts d'entraînement du fond des ravins renferment de petites nappes qui alimentent les puits dans une partie du massif schisteux9. L’exploitation de l’aquifère se fait aussi grâce aux puits domestiques et quelques puits publics. Globalement, on peut affirmer que chaque maison dispose d’un puits creusé dans le gneiss ou le schiste ; certains ont une profondeur de 50 m, pouvant même atteindre 70m entre la « Citadelle » et le pied de la colline que constitue la médina. L’hiver, la hauteur d’eau dans ces puits s’élève jusqu’à 30 m, tandis qu’en été, le niveau est si faible qu’il est difficile de tirer l’eau10. Cette nappe est également exploitée à l’aide de machines élévatoires, généralement des norias à manège à traction animale. Ces machines versent l’eau dans des bassins d’où partent des canalisations pour irriguer ou gonfler le débit des aqueducs. Par ailleurs, d’ingénieux travaux de galeries filtrantes collectent les moindres filets aquifères. Ludovic Villé explique ce mode de collecte des eaux de sources qui grossissent le flux des aqueducs :

  • 11 VILLÉ Ludovic, « Notice sur les gîtes minéraux et les matériaux de construction de l’Algérie », Ann (...)

« À Alger les Maures se sont procuré de nouvelles sources et ont augmenté le débit des sources existantes, en exécutant des galeries à la séparation d’une couche d’argile imperméable et des terrains qui la recouvraient »11

4L'eau est ensuite acheminée au cœur de la cité, puis stockée intramuros auprès des portes comme dans le centre. Des réservoirs partent de nouvelles canalisations qui courent sous les rues, alimentant les fontaines.

Les eaux dans la médina

Les sources, les puits et les citernes

  • 12 Selon différents auteurs et à la date de leur séjour (entre parenthèse), le nombre des fontaines pu (...)
  • 13 CARNET J., L’hiver à Alger au point de vue du traitement des maladies, Paris, V. Masson, 1863, p.55 (...)
  • 14 PASQUALI Eugène, La Casbah d’Alger, ce qu’elle a été, ce qu’elle est, ce qu’elle pourrait être, mém (...)

5Intramuros, la distribution d’eau se développe sous la forme d’un système arborescent : les aqueducs courent le long des rues principales puis se subdivisent en branches qui distribuent l’eau à des conduites secondaires et tertiaires à près de 150 fontaines publiques notamment les fontaines d’ablutions des mosquées, celles des casernes et des palais12. On dénombre neuf sources autour et dans la ville13. Certaines jouissent d’une réputation particulière telle la Fontaine du Dey (Aïn as-Sûltan), au quartier Fontaine-Fraîche, à l’extérieur de la porte de Bab El Oued, qui passe pour être celle où les deys envoient puiser l’eau pour leur usage personnel. Le débit des sources est très variable : la source de Sidi Abderrahmane fournit 25m3/j, celle du Rempart, dans les fossés de la muraille de Bab Azzoun a un débit de 80m3/j, tandis que celle du lavoir de Bab Azzoun, relativement abondante, a un débit de 180m3/j14.On constate donc une grande disparité du volume d’eau fourni par ces surgescences.

  • 15 GRAMMONT Henri-Delmas de, Histoire d’Alger sous la domination turque (1515-1830), Paris, Ernest Ler (...)
  • 16 PASQUALI Eugène, La Casbah..., op. cit., 1951, p. 110 ; voir par ailleurs, le rapport n°1H62, f°3, (...)

6D’autre part, presque chaque maison possède son puits et obligation est faite aux propriétaires de récupérer à partir des terrasses les eaux pluviales ; elles sont acheminées vers la citerne située dans la majorité des demeures sous le patio, pour éviter d’être coupée de l’eau des aqueducs en cas d’agression, mais aussi de séisme15. Ces eaux stockées sont destinées aux différents usages ménagers et permettent d’économiser l’eau des sources intra-muros et celle laborieusement collectée par les aqueducs. On ne dénombre pas moins de 2 000 citernes et 2 000 puits pour 3 000 bâtisses, au début de l’occupation française16.

Les aqueducs de la Régence ottomane d’Alger (1518-1620)

  • 17 DALLONI Marius, « Le problème... », op. cit., note13, p.10 -11 ; voir CRESTI Federico, « Le système (...)
  • 18 La première zone industrielle se situe au quartier du Ruisseau, à l’est d’Alger, le long de la voie (...)

7Cette période correspond à celle de l’édification des quatre aqueducs qui alimentent la médina qui en est déjà dotée au XVIIe siècle, époque où son développement urbain atteint son apogée. Ils alimentent en eau la ville jusqu'au début du XXe siècle, vers 1910 environ. Durant toute la Régence ottomane ils sont alimentés par les seules eaux du Sahel proche, utilisées jusque vers 1880, date à laquelle l’apport des eaux de la Mitidja amorce un tournant décisif dans le ravitaillement en eau d’Alger17. Ces aqueducs joueront un rôle important parfois même au-delà de cette date18.

Figure 1. Les quatre aqueducs d’Alger levés en 1874.

Figure 1. Les quatre aqueducs d’Alger levés en 1874.

Crédit auteur

Figure 2. Les quatre grands aqueducs qui alimentent en eau Alger sous la Régence ottomane jusqu’au début du XXe siècle

Figure 2. Les quatre grands aqueducs qui alimentent en eau Alger sous la Régence ottomane jusqu’au début du XXe siècle

Crédit auteur

Originalité technique du souterazi, un régulateur de charge

  • 19 ROZET Claude-Antoine M., Voyage..., op. cit., 1833, p.95.
  • 20 Ibidem.

8Claude-Antoine M. Rozet est le premier auteur à s’intéresser au mode de fonctionnement des aqueducs d’Alger19. Il en explique la technique de construction. Ces ouvrages, qui traversent les vallées sur un ou plusieurs étages d’arcades, comportent aux extrémités, parfois même dans leur longueur au milieu de la campagne, un pilier en maçonnerie dans lequel le conduit s’élève verticalement puis redescend le long de ce dernier, formant un souterazi. Il note la ressemblance avec des constructions similaires aux environs de Constantinople et de certaines villes d’Espagne20.

Figure 3. Représentation d’un souterazi sur une toile du peintre et écrivain français Eugène Fromentin (1820-1876) intitulée « Souvenirs d’Algérie ».

Figure 3. Représentation d’un souterazi sur une toile du peintre et écrivain français Eugène Fromentin (1820-1876) intitulée « Souvenirs d’Algérie ».

Musée des Beaux-Arts d’Alger

  • 21 BERGGREN Jakob, Guide français-arabe vulgaire des voyageurs et des Francs en Syrie et en Égypte, Up (...)
  • 22 Voir également la même conclusion à propos des aqueducs à souterazi et à arcades, dans César Daly, (...)

9Jakob Berggren observe et décrit les deux techniques de construction des aqueducs des Orientaux21 ; l’une relève de la technique romaine ou grecque du Bas-Empire et l’autre de la technique arabe. À notre sens, il est plus exact d’affirmer que les aqueducs modernes d’Alger empruntent à la fois à la technique des aqueducs sur arcades22 et à celle dont relèvent les aqueducs byzantins de Constantinople. Cette technique semble d’ailleurs mieux connue depuis la conquête française de l’Algérie.

10Bien antérieurement, comme le précise César Daly, le géographe al-Idrîsî, dans sa description de la Méditerranée au XIIe siècle, évoque les souterazi de Mérida parmi les vestiges qui témoignent de la puissance et de la grandeur de la colonie romaine Augusta Emerita fondée en 25 avant J.-C :

  • 23 Ibidem.

« Ce qu’il y avait de plus curieux, c’était la manière dont on amenait les eaux [...] par de nombreuses colonnes alignées plus ou moins hautes, selon les exigences du sol, qu’il (Al-Idrisi) nomme ardjâlât ou pieds »23.

11Claude-Antoine M. Rozet observe, à tort, que le souterazi ne constitue pas une bonne technique hydraulique :

  • 24 ROZET Claude-Antoine M., Voyage..., op. cit., 1833, p.95.

« Les Algériens s’imaginent accroitre par ce moyen la vitesse de l’eau, ne réfléchissant pas qu’au contraire ils la diminuent en augmentant le développement des tuyaux dans lesquels elle doit circuler »24.

12Certes d’un point de vue hydraulique, il est illusoire de relever l’eau de quelques mètres pour la faire retomber et couler ensuite plus vite, car l’énergie potentielle gagnée par cette surélévation est perdue par l’énergie cinétique absorbée par la paroi du conduit rallongé. Il n’en demeure pas moins que Constantinople et quelques autres villes d’Espagne et du Maghreb ont connu ce type de conduites d’eau.

  • 25 ANDRÉOSSY Antoine-François, Constantinople et le Bosphore de Thrace, pendant les années1812, 1813 e (...)
  • 26 Ibidem, p.520.
  • 27 Ibid., p.463.
  • 28 Un pied vaut environ 0,30 m.

13Cette technique est redécouverte par Antoine-François Andréossy, hydrographe, général d’Empire et diplomate français dont l’étude du système des eaux de Constantinople fait référence. Selon cet auteur, soutèrazi ou sou-tèraziçi, est un mot persan et turc composé à partir de sou qui signifie « eau », et terazi, qui signifie « balance », soit « équilibre d’eau »25 ; cet ouvrage dont la forme évoque un obélisque égyptien, faisait partie des conduites d’eau à siphons renversés. Les tuyaux sont placés dans des rainures masqués par une maçonnerie légère qui les protège mais qui n’empêche pas de les découvrir pour d’éventuelles réparations. Les conduites à souterazi étaient destinées à remplacer les aqueducs à arcades26. A.-F. Andréossy décrit les piles qui ont sur leur partie supérieure une ouverture par laquelle l’eau chute brusquement pour laisser échapper l’air entrainé par l’eau, et qui se dégage d’un siphon à l’autre27 ; ces massifs de maçonnerie ou « pyramides hydrauliques » remplacent les aqueducs sur arcades dans les terrains accidentés. Leur fonctionnement est conditionné au fait que la source d’eau soit située à un niveau plus élevé de plusieurs pieds28 du réservoir de distribution ou du point de distribution d’eau. Cette solution présente l’avantage de résoudre le problème de ventilation nécessaire à l’évacuation de l’air sous pression dans la conduite et de pouvoir être mise en place aussi bien en terrain régulier qu’en terrain très accidenté.

  • 29 GÉNIEYS Raymond, Essai sur les moyens de conduire, d’élever et de distribuer les eaux, Paris, Caril (...)
  • 30 Ibidem.

14Quant à l’ingénieur Raymond Génieys, dans un traité sur les moyens de conduire l’eau, définit à son tour le souterazi comme un siphon qui permet de faire passer l’eau d’un côté à l’autre d’une vallée, en perdant la charge due à la vitesse de l’eau dans la première partie de l’aqueduc, et celle nécessaire à vaincre les frottements dans les tuyaux29. Il s’agit d’une application à grande échelle de la loi des fluides qui ramène constamment l’eau à la même hauteur dans différents tuyaux communicants entre eux ; le souterazi remplit réellement l’office de ventouse30. Il n’en demeure pas moins qu’il s’agit d’un système ingénieux et économique, relevant de l’art des constructions hydrauliques, encore trop peu connu.

Figure 4. Coupe longitudinale d’une conduite d’eau à souterazi

Figure 4. Coupe longitudinale d’une conduite d’eau à souterazi

Représentation par Raymond Génieys dans son ouvrage « Essai sur les moyens de conduire, d’élever et de distribuer les eaux », planche IV. Il s’agit d’une reprise améliorée des planches III et IV de l’Atlas d’Antoine-François Andréossy. Ici, la conduite est en plomb, tandis que celles à souterazi d’Alger et celles du Maghreb, d’une manière générale, sont en céramique. L’ouverture au sommet permet de chasser l’air dans la conduite et donc de diminuer la pression intérieure. Cette planche est sans échelle, mais elle explique clairement le fonctionnement du système. D’après les premiers levés du Génie (premier rapport des Archives nationales (Paris) /10/2380, daté du 10 mai 1847), l’aqueduc du l’Aïn Zeboudja présente des souterazi hauts de 8m.

Crédit auteur

Figure 5. Détail du souterazi au sommet et à la base de la colonne

Figure 5. Détail du souterazi au sommet et à la base de la colonne

Crédit auteur

  • 31 « The aqueducts and water-works of Constantinople », from the french of count Andreossy, dans The p (...)

15Les souterazi suppléent avec avantage aux aqueducs sur arcades : ce procédé permet de réduire la maçonnerie qui peut être de moitié par rapport à celle d’un aqueduc sur arcades, et présente l’intérêt d’être adapté à une adduction en terrain très accidenté, précisément là où la solution du siphon renversé n’est pas réalisable31. Différentes sources écrites et iconographiques relatives à la ville d’Alger permettent une datation approximative de ces ouvrages. Elles témoignent de leur ancienneté et de leur longévité, gage de leur efficacité (voir fig. 6 a et b).

Figure 6a. Les quatre grands aqueducs d’Alger construits à l’époque ottomane

Figure 6a. Les quatre grands aqueducs d’Alger construits à l’époque ottomane

Chronologie approximative établie à partir des sources, écrites et iconographiques

Crédit Auteur

Figure 6b. Nombre de fontaines et zones alimentées en eau

Figure 6b. Nombre de fontaines et zones alimentées en eau

Les références renvoient aux notes en figure 6a (ndlr).

Crédit Auteur

  • 32 DEVOULX Albert, Tachrifat, recueil de notes historiques sur l’administration de l’ancienne Régence (...)
  • 33 FONTENAY Michel, « Routes et modalités du commerce des esclaves dans la Méditerranée des temps mode (...)

16Nous n’avons pas de renseignement sur les artisans qui travaillent sur ces chantiers hydrauliques, mais une analogie peut être faite avec des travaux similaires de construction de ponts. Albert Devoulx évoque un acte administratif datant du règne de Hadj ‘Ali Pacha, qui relate l’édification du pont du Cheliff, plus grand cours d’eau d’Algérie ; ce document donne plusieurs indications sur les ouvriers, les manœuvres et sur les délais de réalisation : « plus de trois cents musulmans et cent soixante-sept esclaves chrétiens de la nation grecque y furent employés, jour et nuit durant deux mois, et se trouva achevé le 30 redjeb 1229H / 18 juillet 1814 »32. On sait que sous la Régence, les esclaves publics sont employés principalement à la construction des ponts, aqueducs, remparts, creusement des fossés, quand ils ne sont pas employés comme rameurs de force sur les galères beylières33.

Le regard des colonisateurs

17Pour les premiers ingénieurs chargés de l’alimentation en eau d’Alger, les aqueducs anciens sont obsolètes. La technique des souterazi, relativement moins connue que celle des travaux hydrauliques romains, d’ailleurs nombreux en Algérie, sont largement critiqués par les ingénieurs des Ponts et Chaussées :

  • 34 Tableau de la situation des établissements français dans l’Algérie en 1838, Paris, Impr. royale, 18 (...)

« Les aqueducs qui amènent l’eau à Alger sont mal tracés et mal construits ; au lieu d’avoir une pente continuellement descendante de leur source jusqu’à la ville, ils offrent dans plusieurs parties des contre-pentes qui font perdre à l’eau de la vitesse qu’elle a acquise »34

18Abondant dans le même sens, Genty de Bussy, premier intendant civil, exprime son incompréhension des constructions d’Algérie en ces termes :

  • 35 GENTY de BUSSY M.- P., De l’établissement des Français dans la Régence d’Alger et des moyens d’en a (...)

« Mais leurs aqueducs, mais la généralité de leurs maisons, tout est à recréer dans un autre système ; et en vérité, puisque nous en étions là, peut-être aurait-il mieux valu prendre un grand parti sur-le-champ, et reconstruire successivement toutes les parties de leurs villes »35

  • 36 Le premier rapport des Archives nationales de Paris /10/2380 daté du 10 mai 1847.

19Pourtant ce réseau ne s’avère pas si défaillant, puisqu’il assure l’alimentation en eau de la ville du début de la Régence ottomane jusque vers les années 1880. Il faudra attendre les premiers rapports des Ponts et Chaussées pour que soit employé le terme de souterazi36.

Conclusion

20La question de l’origine de toute technique, de son attribution chronologique et culturelle, est complexe. Celle dont relève les aqueducs d’Alger n’a pas soulevé l’intérêt des chercheurs et archéologues. Ces ouvrages ne sont pas simplement le siège d’un écoulement libre, selon une idée communément admise, mais au contraire, ils présentent des souterazi analogues à ceux de Constantinople et à certains ouvrages d’Espagne : des siphons sont construits sur leur longueur et des chutes d’eau importantes sont réalisées sur leur parcours.

  • 37 CARLIER Omar, « Le café maure, sociabilité masculine et effervescence citoyenne, (Algérie XVIIe-XXe(...)

21Les quatre grands aqueducs alimentent en eau les abattoirs, les tanneries, les forts et les batteries près des portes de la ville et le long de la côte, ainsi que les fontaines publiques. Quant aux aqueducs suburbains, ils desservent les principaux cafés du Fâhs, hauts lieux de la sociabilité masculine37, ainsi que les nombreuses fontaines-abreuvoirs sur les routes principales.s

22Tous ces ouvrages hydrauliques relèvent de techniques similaires. Parfois des particularités constructives existent : ponts à double niveau dont certains sont à arcades, et d’autres plus massifs, avec un deuxième niveau plein, tel le pont aqueduc de Tixeraïne, en bon état à ce jour, ou encore celui, aujourd’hui disparu, qui conduit les eaux de l’Aïn Sûliman aux Jardins du Dey, dans le faubourg de Bab El Oued, près de la salpêtrière. Les ponts de ces ouvrages ne représentent certes qu’une petite fraction de la longueur de ces adductions, mais leur étude s’avère précieuse dans la mesure où ils constituent les dernières traces matérielles d’une archéologie hydraulique urbaine mais aussi agricole. Seul peut-être un dernier vestige de souterazi subsiste en l’aqueduc d’irrigation de l’ancien haouch ou domaine Sidi Mohammed al-Kheznadji, structure hydraulique isolée, non dénuée de valeurs paysagère. Visible à partir de l’oued Beni Messous, cet ouvrage dont on ignore le tracé originel et dont la datation reste à établir, mériterait de faire l’objet d’une étude approfondie.

  • 38 Tableau de la situation des établissements français dans l’Algérie, 1846-1847-1848-1849, Paris, Imp (...)
  • 39 Les eaux des puits artésiens jaillissent spontanément sous la mise en pression de l’aquifère. Ce ty (...)

23Au moment de la conquête française le service des eaux dépend, dans un premier temps, du Génie militaire, puis de 1840 à 1846, du service des Bâtiments Civils qui se contente de remettre en état les conduites d’eau défectueuses, devant rétablir les aqueducs fortement endommagés au point que l’aqueduc de l’Aïn Zeboudja ne fournit plus d’eau. En 1846, ce service est affecté au corps des Ponts et Chaussées afin d’améliorer le fonctionnement des aqueducs et d’en augmenter les débits38. Enfin, en 1880, les besoins grandissant en eau d’Alger nécessitent d’augmenter le réseau par la collecte des eaux artésiennes de la Mitidja39.

Haut de page

Notes

1 André RAYMOND, Grandes villes arabes à l’époque ottomane, Paris, Sindbad, 1985, p.161.

2 Sous la Régence, le territoire d’Alger est découpé en trois zones : la médina, le Fâhs et les Outans ; le « Fâhs » correspond à un territoire inscrit dans un demi-cercle dont Alger est le centre, d’un rayon d’environ 1,5 lieue, soit près de 7 km. Voir TSEF dans L’Algérie en 1841, Paris, Impr. royale, 1842, p.131. Ce territoire, à la veille de la conquête française, est très peu peuplé ; outre les palais d’été et demeures des hauts dignitaires de la Régence, l’on retrouve les représentations des pays étrangers.

3 Le toponyme Birkhadem sera traduit en français par « Puits de la Négresse », tandis que Birmandreis est la contraction de Bir Mûrad Rais ou « Puits du capitaine corsaire Mûrad ».

4 ROZET Claude-Antoine M., Voyage dans la Régence d’Alger, vol.3, Paris, Arthus Bertrand, 1833, p.95.

5 Voir ANANOU P. , « Les populations rurales musulmanes du Sahel d’Alger », Revue africaine, 1953, vol.97, p.369. Sahel est un substantif qui, en arabe, est synonyme de rivage, région littorale ; le Sahel d’Alger constitue une zone de collines littorales comprise entre les deux limites extrêmes représentées par les bords de l’oued El Harrach à l’est, et l’oued Mazafran avec le mont Chenoua à l’ouest. Il constitue un plateau continu sensiblement horizontal, à une altitude moyenne de 200 m au-dessus de la mer, derrière lequel s’étend la plaine de la Mitidja d'une longueur de près de 100km et de 5 à 20 km de largeur.

6 Pacha est le titre de gouverneur de province dans l’Empire ottoman.

7 FICHEUR Émile, Notice sur la situation géologique et l’origine des eaux d’alimentation de la ville d’Alger, Alger, 1911, p.17.

8 FICHEUR Émile, Notice de la carte géologique au 1/50.000ème, Alger bis, 1904.

9 Ibidem.

10 DALLONI Marius, « Le problème de l’alimentation en eau potable de la ville d’Alger », Bulletin de la société de géographie d’Alger et de l’Afrique du Nord, 33ème année, 1er trim.1928, n°113, p.5. Au printemps 2008, j’ai pu constater que l’eau de certains puits de la haute Casbah est toujours utilisée pour les tâches ménagères.

11 VILLÉ Ludovic, « Notice sur les gîtes minéraux et les matériaux de construction de l’Algérie », Annales des mines, t.XVI, Paris, Carilian-Gœury et Victor Dalmont, 1869, p.195.

12 Selon différents auteurs et à la date de leur séjour (entre parenthèse), le nombre des fontaines publiques en ville varie de 100 à 150 : Pierre DAN (1634), Histoire de Barbarie et de ses corsaires, Paris, 1649, p.91 : plus de 100 fontaines ; Laurent d’ARVIEUX (1674-1675), Mémoires du chevalier d’Arvieux, Charles Jean-Baptiste Delespine, vol.5, 1735, p.122 :125 fontaines ; Eugène PLANTET, Correspondance des deys d’Alger avec la cour de France, Paris, F. Alcan, 1889, p.25 : 150 fontaines ; Thomas SHAW (1738), Voyage dans la Régence d’Alger ou description géographique, physique, philologique de cet état, trad. Mac Carthy, Paris, Marlin, 1830 p.294 : 150 fontaines ; Rapport du capitaine du Génie Guyot-Duclos, 24 février 1840, Archives SHD, Vincennes, 1H62 : 73 fontaines

13 CARNET J., L’hiver à Alger au point de vue du traitement des maladies, Paris, V. Masson, 1863, p.55-58. Selon l’auteur, ces données sont fournies par l’ingénieur des Ponts et Chaussées M. de Rougemont, chargé du service de la distribution des eaux d’Alger à cette période.

14 PASQUALI Eugène, La Casbah d’Alger, ce qu’elle a été, ce qu’elle est, ce qu’elle pourrait être, mémoire multigraphié, Alger, 1951, p.110.

15 GRAMMONT Henri-Delmas de, Histoire d’Alger sous la domination turque (1515-1830), Paris, Ernest Leroux, 1887, p.256. L’auteur rapporte que sous les ordres du maréchal d’Estrées, du 1er au 16 juillet 1686, les galiotes lancent 10 420 bombes sur la ville en guise de représailles contre Alger ; ces dernières dépassent la ville haute et brisent les aqueducs. Ibidem, p.313-314 : « la ville manquait d’eau, les derniers tremblements de terre ayant tari les canaux souterrains et les aqueducs. Baba ‘Ali (Ali Pacha, 1751-1766), fit rétablir les fontaines et frappa à cet effet d’un nouvel impôt ». […] Les esclaves employés à ces travaux, fort maltraités et privés d’espoir d’être rachetés, par suite de l’énorme prix qu’avaient atteint les rançons, se révoltèrent en masse le 13 janvier 1763 » ; voir également Federico CRESTI, Description et iconographie de la ville d’Alger au XVIe siècle, ROMM, vol.34, année 1982, p.7. L’auteur rapporte que selon Nicolas de Nicolay, géographe du roi de France, la « grosse tour ronde » ou le Borj Moulay Hasan (le Fort l’Empereur du début de la conquête), fut construite afin de protéger la source qui alimente l’aqueduc du Télemly ; ceci semble plausible quand on observe le plan d’Alger de la Bibliothèque nationale de France, intitulé Algieri fortificato l’anno 1579, de Henricus VON SCHOEL. L’on y voit la source ou « fons », en contrebas du fort en question, et l’aqueduc à arcades franchir un ravin pour se rendre en ville. Il est donc antérieur à l’estimation de Laugier de Tassy qui donne pour moment de son édification le début du XVIIe siècle.

16 PASQUALI Eugène, La Casbah..., op. cit., 1951, p. 110 ; voir par ailleurs, le rapport n°1H62, f°3, du capitaine du Génie Guyot-Duclos, Archives SHD, Vincennes, Mémoire sur les eaux qui alimentent la ville d’Alger, comptant par contre 1 100 citernes d’une capacité de remplissage d’environ 70 m; ce chiffre est trop général car il correspond à une demeure à patio relativement important, si l’on considère que l’emprise au sol d’une citerne est proportionnelle au tiers de l’emprise au sol de la maison. Or j’ai pu constater, durant les travaux et mesures d’urgence menés au printemps 2008 à la Casbah, que beaucoup de maisons possèdent de petites citernes de 20 à 25 m3, surtout dans la haute ville ; par contre les citernes de palais peuvent dépasser la capacité de 300 m3, comme celle du Palais du Dey ; celle de Dâr Khedaouedj al-‘Amia, actuel Musée des arts traditionnels et populaires est de près de 150 m3.

17 DALLONI Marius, « Le problème... », op. cit., note13, p.10 -11 ; voir CRESTI Federico, « Le système de l’eau à Alger pendant la période ottomane (XVIe-XIXe siècles) », Environnemental Design, 1-2, Rome, 1992, p.42-53 ; voir également LESPES René, Alger, étude de géographie et d’histoire urbaine, Paris, F. Alcan, 1930, p.446.

18 La première zone industrielle se situe au quartier du Ruisseau, à l’est d’Alger, le long de la voie ferrée et de la route moutonnière, ancienne route de Constantine. Vers 1920, les eaux du Hamma sont affectées à l’alimentation de la brasserie d’Alger, dans le quartier Belouizdad, ex Belcourt, zone du Mustapha inférieur desservie en eau par le même aqueduc ; voir les articles du 5 et 20 juillet 1920 du Bulletin Municipal de la ville d’Alger.

19 ROZET Claude-Antoine M., Voyage..., op. cit., 1833, p.95.

20 Ibidem.

21 BERGGREN Jakob, Guide français-arabe vulgaire des voyageurs et des Francs en Syrie et en Égypte, Upsal, chez Leffler et Sebell, 1844, p.56-57. L’auteur qualifie ce système de technique des aqueducs arabes reposant entièrement sur « la théorie des tuyaux », tout en fournissant de plus amples détails relatifs à la réalisation de ces derniers.

22 Voir également la même conclusion à propos des aqueducs à souterazi et à arcades, dans César Daly, Revue générale de l’architecture, des ingénieurs, des archéologues, des industriels et des propriétaires, vol.1, Paris, Paulin et Hetzel, 1840, p.127.

23 Ibidem.

24 ROZET Claude-Antoine M., Voyage..., op. cit., 1833, p.95.

25 ANDRÉOSSY Antoine-François, Constantinople et le Bosphore de Thrace, pendant les années1812, 1813 et1814 et pendant l’année 1826, Paris, Théophile Barrois et Benjamin Duprat, 1828, p.435.

26 Ibidem, p.520.

27 Ibid., p.463.

28 Un pied vaut environ 0,30 m.

29 GÉNIEYS Raymond, Essai sur les moyens de conduire, d’élever et de distribuer les eaux, Paris, Carilian-Gœury, 1829, p.51et planche IV.

30 Ibidem.

31 « The aqueducts and water-works of Constantinople », from the french of count Andreossy, dans The parterre of fiction, poetry, history, and general literature, vol.III, London, Effingham Wilson, junior, n°76, 1835, London, p.378. L’auteur mentionne l’existence de simples souterazi et de souterazi plus complexes (« Compoud souterazi »).

32 DEVOULX Albert, Tachrifat, recueil de notes historiques sur l’administration de l’ancienne Régence d’Alger, Alger, Impr. du gouvernement, 1852, p.79.

33 FONTENAY Michel, « Routes et modalités du commerce des esclaves dans la Méditerranée des temps modernes (XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles) », Revue historique, 2006/ 4, n°640, PUF, p.814.

34 Tableau de la situation des établissements français dans l’Algérie en 1838, Paris, Impr. royale, 1839, p.16.

35 GENTY de BUSSY M.- P., De l’établissement des Français dans la Régence d’Alger et des moyens d’en assurer la prospérité, vol.1, Paris, Impr. Firmin Didot frères, 1839, p.296.

36 Le premier rapport des Archives nationales de Paris /10/2380 daté du 10 mai 1847.

37 CARLIER Omar, « Le café maure, sociabilité masculine et effervescence citoyenne, (Algérie XVIIe-XXe siècles) », dans Annales, Économies, Sociétés, Civilisation, 1990, n°4, p.975.

38 Tableau de la situation des établissements français dans l’Algérie, 1846-1847-1848-1849, Paris, Impr. nationale, 1851, p.347.

39 Les eaux des puits artésiens jaillissent spontanément sous la mise en pression de l’aquifère. Ce type de puits artésiens existe bien avant le puits d’Artois et la corporation des puisatiers ou plongeurs (ghettas) et leurs prouesses sont légendaires à cause de la dangerosité du métier. Voir FOURNEL Henri, Richesses minérales de l’Algérie, Impr. nationale, 1850, t.2, Paris, Carilian-Gœury et V.Dalmont, p. X. Cet ingénieur des Mines signale leur existence dans les oasis de l’Oued Righ, de Temacin et d’Ouargla.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les quatre aqueducs d’Alger levés en 1874.
Crédits Crédit auteur
URL http://journals.openedition.org/ephaistos/docannexe/image/7388/img-1.png
Fichier image/png, 881k
Titre Figure 2. Les quatre grands aqueducs qui alimentent en eau Alger sous la Régence ottomane jusqu’au début du XXe siècle
Crédits Crédit auteur
URL http://journals.openedition.org/ephaistos/docannexe/image/7388/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 3. Représentation d’un souterazi sur une toile du peintre et écrivain français Eugène Fromentin (1820-1876) intitulée « Souvenirs d’Algérie ».
Crédits Musée des Beaux-Arts d’Alger
URL http://journals.openedition.org/ephaistos/docannexe/image/7388/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 4. Coupe longitudinale d’une conduite d’eau à souterazi
Légende Représentation par Raymond Génieys dans son ouvrage « Essai sur les moyens de conduire, d’élever et de distribuer les eaux », planche IV. Il s’agit d’une reprise améliorée des planches III et IV de l’Atlas d’Antoine-François Andréossy. Ici, la conduite est en plomb, tandis que celles à souterazi d’Alger et celles du Maghreb, d’une manière générale, sont en céramique. L’ouverture au sommet permet de chasser l’air dans la conduite et donc de diminuer la pression intérieure. Cette planche est sans échelle, mais elle explique clairement le fonctionnement du système. D’après les premiers levés du Génie (premier rapport des Archives nationales (Paris) /10/2380, daté du 10 mai 1847), l’aqueduc du l’Aïn Zeboudja présente des souterazi hauts de 8m.
Crédits Crédit auteur
URL http://journals.openedition.org/ephaistos/docannexe/image/7388/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 5. Détail du souterazi au sommet et à la base de la colonne
Crédits Crédit auteur
URL http://journals.openedition.org/ephaistos/docannexe/image/7388/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 6a. Les quatre grands aqueducs d’Alger construits à l’époque ottomane
Légende Chronologie approximative établie à partir des sources, écrites et iconographiques
Crédits Crédit Auteur
URL http://journals.openedition.org/ephaistos/docannexe/image/7388/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Figure 6b. Nombre de fontaines et zones alimentées en eau
Légende Les références renvoient aux notes en figure 6a (ndlr).
Crédits Crédit Auteur
URL http://journals.openedition.org/ephaistos/docannexe/image/7388/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dalila Kameche-Ouzidane, « Les aqueducs à souterazi de la Régence d’Alger »e-Phaïstos, II-2 | 2013, 73-84.

Référence électronique

Dalila Kameche-Ouzidane, « Les aqueducs à souterazi de la Régence d’Alger »e-Phaïstos [En ligne], II-2 | 2013, mis en ligne le 15 juin 2020, consulté le 29 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/ephaistos/7388 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ephaistos.7388

Haut de page

Auteur

Dalila Kameche-Ouzidane

Docteur en Histoire des Techniques du Conservatoire National des Arts et Métiers de Paris, architecte et enseignante-chercheure à l’EPAU (École polytechnique d’architecture et d’urbanisme d’Alger)/CDHTE-CNAM, Laboratoire Histoire, techniques, technologie, patrimoine.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search