Navigation – Plan du site

AccueilNumérosIX-1Un ouvrage nous a apprisUn Frigidaire et nous serons heur...

Un ouvrage nous a appris

Un Frigidaire et nous serons heureux ! Histoire technique et culturelle du réfrigérateur, Aurélie Brayet, Université de technologie de Belfort-Montbéliard, Belfort, 2019

Un Frigidaire et nous serons heureux ! Histoire technique et culturelle du réfrigérateur, Aurélie BRAYET, Université de technologie de Belfort-Montbéliard, Belfort, 2019, reviewed by Noemie Boeglin
Noémie Boeglin
Référence(s) :

Université de technologie de Belfort-Montbéliard, collection « Ingénieur au XXIe siècle », Belfort, 2019, 240p, ISBN 979-10-91901-34-5

Texte intégral

1Publié par l’Université de technologie de Belfort-Montbéliard, Un Frigidaire et nous serons heureux ! n’est pas uniquement une histoire technique de cet objet devenu incontournable dans nos cuisines. Comme l’indique le titre de l’ouvrage, c’est bien le frigo qui est au cœur de ce travail, l’objet d’étude. Un objet du quotidien collectif et particulier, mais un objet tellement intégré à notre quotidien qu’il en devient presque invisible ; il fait partie de notre décor.

2Dans la langue française, il semble attesté que « frigo » est une abréviation de « frigorifique ». Le Dictionnaire historique de la langue française d’Alain Rey apporte des précisions : frigo « (1941) désignait déjà, par abrégement du participe passé du verbe [frigorifier], de la viande frigorifiée. Frigo est senti aujourd’hui comme lié à frigidaire » (« Frigorifique », Rey, 2010).

3Dans l’inconscient collectif, le « frigo » est néanmoins associé directement à la marque américaine « frigidaire® » déposée par General Motors. Par abus de langage et autonomase, un « frigidaire® » et un « frigo » sont devenus un seul et même objet, un objet générique présent dans presque toutes les cuisines françaises, et ce malgré les récriminations de la marque, ainsi que le précise Rey. Nous devrions en effet parler de réfrigérateur, mais « frigo » comporte une dimension affective. Ce petit nom, presque un diminutif, témoigne de l’attachement et des souvenirs que chacun peut développer par rapport à cet objet quotidien. Ainsi, dans la préface de l’ouvrage, Francesca Bray nous raconte comment, en économisant pièce après pièce, il a été possible d’acquérir un frigo dans sa famille, comment son arrivée a changé les habitudes, comment les recettes de cuisine elles-mêmes ont évolué, donnant lieu à des expérimentations parfois décevantes.

4Aurélie Brayet dresse un portrait complet du « brave vieux frigo », du point de vue social, culturel, artistique et technique, ce qui rend son ouvrage précieux pour qui s’intéresse à la fois au milieu culinaire, technique, mémoriel ou patrimonial. Son étude est simultanément transdisciplinaire et internationale, mettant en évidence la conquête du froid et la diffusion du frigo en France, par rapport à d’autres pays, en premier lieu les États-Unis. La riche bibliographie ainsi que les sources mobilisées témoignent des multiples regards portés par l’auteure sur son objet d’étude. Nous pouvons y retrouver aussi bien des éléments d’archives, des brevets que des œuvres d’art.

5Le frigo est l’un des archétypes du confort domestique au XXe siècle. Il a néanmoins connu une longue maturation. Aurélie Brayet établit ainsi sa « généalogie technique », analysant par le menu les réfrigérateurs à compression et absorption, ainsi que les évolutions du froid domestique, à l’aide de textes d’archives et d’une bibliographie très développée. De nombreux schémas qu’elle a elle-même réalisés permettent de synthétiser les éléments techniques : schéma explicatif des composants de l’objet quotidien, de l’objet patrimonial, du fonctionnement du réfrigérateur à compression et à absorption pour ne citer qu’eux. Ces éléments inédits participent pleinement de l’analyse menée par Aurélie Brayet dans son ouvrage.

6Le développement du frigidaire au XXe siècle a été accompagné d’une profusion d’images et de slogans publicitaires vantant ses qualités, le progrès immense qu’il représentait pour les ménagères, américaines dans les premiers temps. Sa diffusion n’a pas été sans causer de problèmes de compréhension, voire d’appréhension par rapport à son fonctionnement et ses usages. Ainsi, l’auteur nous rappelle qu’en France, il a été nécessaire d’apprendre aux consommateurs à se servir du frigo, à le différencier de la glacière, à ne pas l’encombrer, à le laisser branché… Il est désormais un objet quotidien et du quotidien, visible et tellement invisible, qu’on ne s’en préoccupe que lorsqu’il ne fonctionne pas.

  • 1 Anonyme, Réfrigérateur Pictet, Tranquille pour huit jours L’Ogre et le petit Pictet, Éditions Paul (...)
  • 2 Anonyme, Réfrigérateur Diener, Petit mais quel coffre !, Éditions Paul Martial avec l’autorisation (...)
  • 3 Raymond Loewy, Réfrigérateur Frigidaire®, General Motors Corporation, Detroit (USA), 1948, MAMC, Sa (...)

7Certains artistes, en s’en emparant, font du frigo un prétexte à œuvres, à expositions, à recherches, tout en étant un objet de convoitises ou un matériau d’art, à l’image de la toile Pop Art Still Life #30 de Tom Wesselmann (1962-1963). Dans cette œuvre, présentée au Moma de New-York, l’artiste mêle peinture à l’huile, polymère et émail avec des collages de publicités, des fleurs en plastique, et surtout la partie supérieure d’une porte de réfrigérateur rose de marque General Electric avec sa poignée métallique. Objet quotidien, le réfrigérateur est également un objet design. Il est ainsi présent dans les collections du Musée d’Art Moderne et Contemporain de Saint-Étienne via deux affiches publicitaires du Fonds Paul Martial : « Réfrigérateur Pictet, Tranquille pour huit jours, L’Ogre et le petit Pictet1 » et « Réfrigérateur Diener, Petit mais quel coffre !2 », ainsi qu’un réfrigérateur Frigidaire® dessiné par Raymond Loewy en 19483.

  • 4 Roberto Pezzeta, Réfrigérateur OZ, 1996, Centre Pompidou, Paris, n° inventaire : AM 2001-1-156.
  • 5 Bertrand Lavier, Brandt/Haffner, 1984, Centre Pompidou, Paris, n° inventaire : AM 1988-5. Cette œuv (...)

8Le Centre Pompidou conserve lui aussi des « frigos » dans ses collections : le réfrigérateur OZ de Roberto Pezzeta (1996)4, ou celui de Bertrand Lavier, exposé au niveau 4 du musée, dans les collections contemporaines qui fait partie intégrante de son œuvre Brandt/Haffner5. Le réfrigérateur OZ a notamment été exposé lors de l’exposition « Les bons génies de la vie domestique » organisée par le Musée national d’art moderne et le Centre de création industrielle à Paris entre le 11 octobre 2000 et le 15 janvier 2001 ainsi qu’à Bordeaux en 2001. D’objet du quotidien, le réfrigérateur peut donc également changer de statut, en passant par le design et l’objet d’art.

9L’écriture n’est pas en reste. Une recherche simple sur le site du Sudoc (catalogue collectif des bibliothèques universitaires françaises) permet d’atteindre de nombreux titres d’ouvrages comportant le mot « frigo ». Au-delà des ouvrages et articles scientifiques, la littérature aime le frigo, et depuis longtemps. Ainsi, dans la littérature jeunesse, nous avons pu identifier douze titres parus entre 1957 et 2016 (Le gorille au frigo ; Un mammouth dans le frigo ; Le frigo magique ; Une petite lumière dans le frigo…) ; ainsi que deux titres dans la littérature adulte, La femme dans le frigo de Gunnard Staalesen en 1975 et Le frigo de Georges Markstein en 2016. Des films et pièces de théâtre incluent également du mot « frigo », à l’image de Le Frigo (2006) de Copi et Martial di Fonzo Bo, ou Journal d’un Frigo de Joséphine Derobe (2010), film muet de huit minutes. Il est même possible d’acheter par exemple le Frigo glouton, un jeu d’adresse utilisable dès quatre ans. La folie frigo a donc atteint tous les domaines !

10Au fil des années, le frigo a évolué ; on lui a adjoint des accessoires, des décors, des éléments techniques et technologiques. Aurélie Brayet mentionne par exemple le Radiofrigo de Philips (1956) intégrant une radio Philetta B1FO3U. Elle associe cette pratique au développement des gadgets en cuisine. Le frigo connecté est peut-être le nouveau gadget tendance ? Selon les sites marchands, ces frigos dotés d’un écran tactile sur la porte nous permettraient de mieux gérer nos aliments, nos stocks, les dates de péremption, les courses. L’aspect « communication familiale » est évoqué, de même que la possibilité de transférer des photos de son smartphone à son frigo ! La porte du frigo conserve donc l’une des fonctions qu’elle occupe depuis des décennies : celle d’afficher ses souvenirs directement dans la cuisine, à l’image de ce que nous montrent les photographies de Benoît Gay sur la couverture et les pages intercalaires de l’ouvrage d’Aurélie Brayet. Qui n’a pas pris cette habitude d’aimanter des photos de famille, des faire-part de mariage ou de naissance, des cartes postales, des petits mots ou des listes de course sur la porte de son frigo ?

11Les vendeurs nous promettent aussi d’abolir la distance salon/cuisine, davantage de divertissement, un assistant à notre service, un affichage des recettes de cuisine, mais surtout de « faire de la cuisine notre nouveau terrain de jeu6 »… Ce type d’appareil ultra connecté est désormais présenté au CES (Consumer Electronics Show) de Las Vegas, nouveau temple de l’innovation. Il ne s’agit plus d’un Salon des Arts Ménagers, comme le salon éponyme qui a connu ses heures de gloire de 1923 à 1983 à Paris, mais du plus important salon grand public consacré à l’innovation technologique, organisé depuis 1967.

12Dans son ouvrage, Aurélie Brayet met à la portée de tous, la longue histoire d’un objet qui nous semble familier, que notre génération a toujours connu, mais qui a changé la vie de millions de familles. En abordant à la fois des éléments artistiques, techniques et historiques, l’auteure dresse un portrait complet et détaillé du brave frigo.

13En ce début de XXIe siècle, certains choisissent de renoncer au frigo, pour revenir à un « avant », un « sans » qu’ils n’ont jamais connu. Ils se rapprochent en cela des pratiques de la cuisine et du stockage des aliments qui ont traversé les siècles et qui ont été chamboulées par le développement du « froid partout pour tous ». Des articles de presse, des blogs ainsi que des vidéos témoignent de cette tendance récente. Peut-être, en procédant ainsi, ces aventuriers de la cuisine souhaitent-ils se désengager, s’écarter de la société de consommation ? Toujours est-il qu’Aurélie Brayet nous démontre à travers son ouvrage, combien l’introduction du frigo dans la sphère domestique a permis de se libérer des contraintes de conservation, et même de réinventer la manière de cuisiner avec l’apparition de livres de « cuisine frigorifique » tels que Frigidaire Recipes en 1928.

14Objet quotidien, personnage de roman, objet de design, de convoitise, de rejet, de crainte, d’envie…, le frigo a trouvé sa place dans la grande majorité des foyers. Les Français sont ainsi passés d’un taux d’équipement de 7,65% en 1956 à 98% en 2020, nous indique Aurélie Brayet. Il a connu des évolutions techniques et des renoncements : absorption, compression, frigo visible, frigo intégré, frigo « américain », et maintenant : frigo connecté ! Un Frigidaire et nous serons heureux ! est un ouvrage riche qui ouvre des horizons sur un objet jusque-là injustement laissé de côté par l’histoire des techniques.

Haut de page

Notes

1 Anonyme, Réfrigérateur Pictet, Tranquille pour huit jours L’Ogre et le petit Pictet, Éditions Paul Martial, MAMC, Saint-Étienne, n° inventaire : 2013.2.992.

2 Anonyme, Réfrigérateur Diener, Petit mais quel coffre !, Éditions Paul Martial avec l’autorisation de Madame François Cestac-Haeffelin, MAMC, Saint-Étienne, n° inventaire : 2013.2.997.

3 Raymond Loewy, Réfrigérateur Frigidaire®, General Motors Corporation, Detroit (USA), 1948, MAMC, Saint-Étienne, n° inventaire : 2000.28.1.

4 Roberto Pezzeta, Réfrigérateur OZ, 1996, Centre Pompidou, Paris, n° inventaire : AM 2001-1-156.

5 Bertrand Lavier, Brandt/Haffner, 1984, Centre Pompidou, Paris, n° inventaire : AM 1988-5. Cette œuvre est composée d’un réfrigérateur de la marque Brandt posé sur un coffre-fort de la marque Haffner.

6 https://www.samsung.com/fr/familyhub/. Consulté le 14 mars 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Noémie Boeglin, « Un Frigidaire et nous serons heureux ! Histoire technique et culturelle du réfrigérateur, Aurélie Brayet, Université de technologie de Belfort-Montbéliard, Belfort, 2019 »e-Phaïstos [En ligne], IX-1 | 2021, mis en ligne le 27 avril 2021, consulté le 01 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ephaistos/8317 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ephaistos.8317

Haut de page

Auteur

Noémie Boeglin

Noémie Boeglin, (EVS-Isthme UMR 5600) est architecte et docteure en histoire. Ses recherches portent sur les transformations de l’espace urbain et de l’espace domestique, et plus particulièrement par le biais de la modernisation au XIXe siècle. Doit paraître en 2021, « 100 ans de projets pour l’automatisation de la maison : le cas de la cuisine » dans un ouvrage collectif de l’UTBM faisant suite à une communication prononcée durant l’ICOHTEC 2018.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search