Navigation – Plan du site

AccueilNuméros39Le Sens des formes dans l’Europe ...2. Éloge et auto-promotion : quel...Les compilations géographiques vé...

Le Sens des formes dans l’Europe d’Ancien Régime
2. Éloge et auto-promotion : quelles formes mettre ?

Les compilations géographiques vénitiennes du début de l’époque moderne : savoirs politiques et politique des savoirs

Early Modern Geographical Venetian Compilations: Political Knowledge and the Politics of Knowledge
Fiona Lejosne

Résumés

La forme composite est particulièrement employée pour les publications géographiques vénitiennes du début de l’âge moderne, étudiées ici en comparaison et en contraste avec le cas romain. Ce choix répond à des exigences scientifiques dans la mesure où la compilation permet la mise en forme unifiée d’un savoir qui était alors, en géographie, abondant, pluriel et hétérogène. L’indéniable caractère politique de ces savoirs amène également à interroger le choix de la forme compilatoire selon ce prisme. À Venise, le caractère composite de certains ouvrages de géographie – ainsi que la quasi absence de ces formes dans le panorama libraire romain – incite à en identifier la portée politique. La compilation vénitienne favorisait la visibilité de voyages conduits par des ressortissants de la Sérénissime, tout en participant d’une promotion de la capacité des Vénitiens à capter les savoirs en circulation par la mobilisation des réseaux de la République de Venise.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 « J’ai pensé que c'était chose louable que de recueillir, et de mettre ensemble (du mieux possible) (...)

Ho pensato esser laudevol cosa il raccogliere, & metter insieme (meglio che si è potuto) alcune lettere di viaggi scritti per diversi sopra questa materia […] non debbono essere biasimati quelli che per beneficio commune vanno raccogliendo gli altrui scritti di tal memorie.1

  • 2 Girolamo Sernigi sur l’expédition de Vasco de Gama, un pilote anonyme sur la navigation de Pedro Ál (...)

1Ces quelques lignes se trouvent dans les Navigationi et viaggi, somme géographique publiée à Venise au milieu du XVIe siècle. Elles sont extraites d’un discours – ou discorso – consacré aux explorations portugaises, où le compilateur introduit un groupe de textes écrits par cinq auteurs différents2. Après avoir fait le constat que ces textes ne sont pas assez diffusés et que, quoi qu’il en soit, ils ne suffisent pas à rendre compte de l’ensemble des explorations portugaises alors en cours, le compilateur Giovanni Battista Ramusio souligne l’importance de la tâche qu’il a entreprise : rassembler ces textes, pour ne pas perdre les « memorie » des voyages qu’ils relatent, pour faire connaître l’avancement des explorations contemporaines, voire pour inciter à l’organisation de nouvelles expéditions. Les publications géographiques du début de l’âge moderne n’offrent pas toutes une réflexion aussi explicite sur l’intérêt de la forme choisie par leur auteur. Le concepteur des Navigationi et viaggi, qu’on le nomme auteur, compilateur ou encore – par anachronisme – éditeur scientifique, fait exception : il semble identifier dans la forme composite que prend son ouvrage une anomalie qu’il faut expliquer au lecteur et dont il faut justifier le choix.

  • 3 Sa cible principale est, dans ce cas, la couronne portugaise. Sur ce point, je me permets de renvoy (...)

2La forme compilatoire ne va pas de soi. Dans le discorso cité, Ramusio fait allusion à des détracteurs possibles : à la lecture de l’ensemble des paratextes des Navigationi et viaggi, les contestations envisagées par Ramusio apparaissent comme étant à la fois d’ordre littéraire et politique. Se pose, d’une part, la question de la légitimité à rassembler et à publier un aussi grand nombre de textes écrits par des auteurs si divers et dont, de surcroît, grand nombre sont loin de constituer des auctoritates. Sans compter que les textes retenus sont souvent lacunaires, mal écrits ou rudimentaires, aux dires de Ramusio. D’autre part, la contestation à laquelle il fait référence pouvait concerner le choix de certains textes dont la publication allait à l’encontre de la volonté du commanditaire du voyage en question, lorsque celui-ci souhaitait conserver le secret sur les explorations réalisées3.

  • 4 La première de ces publications est la suivante : Auisi particolari delle Indie di Portugallo riceu (...)
  • 5 Sur les avvisi et, plus généralement, sur les mécanismes de circulation de l’information, on peut c (...)
  • 6 Pedro Cieza de León, La prima parte de la cronica del grandissimo regno del Perù, che parla de la d (...)

3La péninsule italienne au XVIe siècle connaissait le paradoxe suivant : aucune de ses entités politiques n’était impliquée directement dans les processus d’exploration systématique du monde – à la différence de ses voisins portugais, espagnols ou, plus tard, français, anglais et hollandais – mais une grande majorité des textes traitant de ces voyages étaient publiés sur son territoire. L’Italie était alors un des hauts lieux de l’édition d’imprimés et, en géographie des territoires extra-européens, Venise et Rome se situaient au premier rang. Les décennies retenues, de 1490 à 1550, correspondent en effet à une période d’affirmation de la production libraire italienne, doublée d’un intérêt marqué pour les lointains de la part du monde du livre dans la péninsule. Les premiers imprimés dans le domaine paraissent dès la fin du XVe siècle (sans pour autant qu’ils concernent uniquement les voyages alors en cours de Christophe Colomb). La décennie 1550 voit paraître les trois volumes de la compilation de Ramusio, premier point d’arrivée d’une élaboration livresque de ce vaste mouvement européen d’exploration du monde. Le milieu du siècle est aussi un moment pivot dans la production éditoriale sur les lointains puisqu’apparaît alors une forme nouvelle, destinée à un grand succès : les publications sous la forme de recueils contenant des informations transmises par les missionnaires de la Compagnie de Jésus depuis leurs provinces4. Imprimées majoritairement à Rome, les lettres jésuites – généralement regroupées sous le terme d’avvisi5 – sont révélatrices d’une affirmation de la capitale de la chrétienté sur la scène éditoriale italienne dans le domaine géographique. Dès cette même décennie 1550, Rome est aussi le lieu de la première parution italienne d’ouvrages fondamentaux pour la connaissance des lointains comme ceux de Pedro Cieza de León et de Francisco López de Gómara6.

  • 7 Joan-Pau Rubiés, « From the History of travayle″ to the History of Travel Collections: The Rise of (...)
  • 8 Fracanzio da Montalboddo, Paesi novamente retrovati et Novo Mondo da Alberico Vesputio florentino i (...)
  • 9 Antonio Manuzio, Viaggi fatti da Vinetia, alla Tana, in Persia, in India, et in Costantinopoli : co (...)
  • 10 Massimo Donattini, Spazio e modernità. Libri, carte, isolari nell’età delle scoperte, Bologne, Clue (...)

4Dans la mesure où le savoir géographique connaissait alors des bouleversements dans ses fondements même – suite à une redéfinition de l’écoumène européen dans le cadre de ce qu’il est convenu d’appeler les Grandes Découvertes – ces incertitudes se faisaient ressentir dans les formes adoptées. L’instabilité de connaissances jusque-là considérées comme acquises se reflète sans aucun doute dans la forte variation des formes retenues et, dans ce contexte, la nécessité de justifier ses choix se fait d’autant plus ressentir, à l’instar du discorso de Ramusio cité. La production vénitienne offre une illustration de cette variété des formes. On remarque que la forme composite – ou compilation, comme je la désignerai ici – y occupe une place non négligeable. Joan-Pau Rubiés a d’ailleurs parlé, à propos de la première moitié du XVIe siècle, d’un « Venetian moment »7 de la compilation géographique imprimée. Plusieurs ouvrages publiés en territoire vénitien (Venise et Vicence) marquent en effet la période, des Paesi novamente retrovati de Montalboddo8 aux Navigationi et viaggi de Ramusio, en passant par les Viaggi fatti da Vinetia, alla Tana, édités par les Manuzio9. À la même époque, à Rome – second pôle italien de production géographique sur les lointains10 – les compilations sont presque absentes. Une comparaison entre production romaine et production vénitienne permet de faire émerger quelques traits spécifiques des compilations publiées sur le territoire de la Sérénissime et amène à formuler des hypothèses sur les enjeux qui, d’un côté comme de l’autre, peuvent expliquer les préférences entre forme composite et monographie. Monde du livre, mécanismes de production du savoir, intérêts politico-idéologiques et enjeux commerciaux doivent être étudiés de concert pour interroger le recours à ces formes dans la production géographique italienne. Nous verrons d’abord quelles raisons pouvaient présider au choix de la forme composite en géographie textuelle afin d’envisager ensuite, par le biais d’une étude comparée entre les publications parues à Venise et Rome, les questions politiques auxquelles répondait ce type de productions.

Faire le choix de la forme composite

  • 11 Sur ces catégories, voir notamment Marica Milanesi, « Geography and Cosmography in Italy from XVth (...)
  • 12 Zaccaria Lilio, Zachariae Lilii Vicetini Orbis breuiarium, fide compendio ordineque captu, ac memor (...)
  • 13 Marco Polo, Le devisement du monde ; Jean de Mandeville, Le Livre des merveilles du monde.

5Au début de l’âge moderne, les traditions de genre auxquelles la géographie textuelle pouvait se référer étaient nombreuses. Du mathematicorum more à l’historicum more11, les Anciens offraient plusieurs canons d’écriture de la géographie. La mise en forme donnait elle aussi lieu à différents types de production pour lesquels il existait des modèles issus de périodes plus ou moins récentes. On disposait d’un format comme la liste de toponymes utilisée par Ptolémée, repris par exemple par Zaccaria Lilio pour structurer son ouvrage12. Existait également le récit narratif, comme celui de Marco Polo ou de Jean de Mandeville13. La forme encyclopédique, comme la Géographie de Strabon, a été réinvestie à l’époque moderne, de même pour les traités et les cosmographies universelles. Les ouvrages composites ont eux aussi leurs précédents, à l’image, en géographie, du De Varietate Fortunae de Poggio Bracciolini (XVe siècle) ou, avec un spectre plus large, du Speculum maius de Vincent de Beauvais (XIIIe siècle) et des corpus de droit romain, de droit canon et de médecine. Les formes choisies par les géographes du XVIe siècle puisent donc dans une tradition hétérogène.

  • 14 Les fonctions de cette figure spécifique peuvent être distinguées selon les catégories établies par (...)
  • 15 Voir la citation introduisant la présente étude. Sur les enjeux épistémologiques de la forme compil (...)

6La forme composite des ouvrages sur lesquels se concentre cette étude ne bénéficie pas d’une définition stable. Par le terme de « compilation », je désigne ici le fait de regrouper en un seul objet-livre un ensemble (de quantité très variable) de textes originellement écrits par des auteurs différents. Ce type d’ouvrages pose donc la question de l’auctorialité plurielle, d’autant plus équivoque que, à celle des multiples auteurs de chaque unité textuelle regroupée, s’ajoute celle de l’auteur du regroupement. Ce dernier n’est pas toujours nommé, même s’il est parfois lui-même l’auteur de certaines parties comme, le plus souvent, les paratextes : dédicace, adresse au lecteur, introduction, apparat critique, etc. L’identification de l’auteur de ce type d’ouvrages, que je désigne par le terme de « compilateur » malgré son caractère problématique14, est rendue plus difficile encore par les pratiques de fabrication d’un livre à l’époque moderne. Tout au long de la chaîne intervenait un certain nombre d’acteurs qui pouvaient eux-mêmes prendre en charge une partie des fonctions du compilateur. Ce rôle implique de recueillir et de rassembler des textes (« raccogliere, & metter insieme », pour reprendre les mots de Ramusio15), mais aussi parfois d’en préparer la version à publier, que ce soit par sa traduction, son édition (donnant éventuellement lieu à des amendements, résumés de passages, suppressions, réagencements, etc.) ou encore par l’élaboration d’un apparat critique. Le matériau des unités textuelles connaît un sort tout à fait variable d’une compilation à l’autre : le traitement du texte d’origine peut aller de sa refonte totale dans un discours nouveau (parfois à visée globalisante) à la préservation de la forme la plus originale possible du texte, dans un souci philologique de filiation humaniste. Mais même ce respect pour les unités textuelles est mis à mal par toute une série d’interventions et/ou de pratiques qui provoquent de fait une perte partielle de leur singularité, voire de leur authenticité. Ces interventions peuvent notamment être l’occasion d’une distorsion idéologique des textes sources que l’on adapte – linguistiquement, culturellement ou politiquement – au lectorat cible.

  • 16 Une même présentation est d’ailleurs adoptée dans la version latine du recueil, voir Fracanzio da M (...)
  • 17 La composition du recueil est étudiée dans Luciano Formisano, « Per una tipologia delle raccolte it (...)
  • 18 « Commence le livre de la première Navigation par l’océan aux terres des Noirs de la Basse Éthiopie (...)

7La forme composite publiée consiste en un objet-livre qui réinvestit inévitablement le sens des textes d’origine. D’une part, chaque texte compilé obtient une signification nouvelle en fonction de sa juxtaposition avec d’autres unités textuelles, des résonances qui en émanent, ou encore de la place qui lui est accordée dans le volume. D’autre part, les interventions indispensables à l’élaboration d’un objet-livre (soit, a minima, l’assignation d’un titre unique à l’ensemble de l’ouvrage) établissent un contexte qui détermine la lecture du texte individuel. Parmi les recueils géographiques vénitiens, on observe différents types d’attitude vis-à-vis du texte d’origine, de la réélaboration des unités textuelles jusqu’au respect de leur individualité. Le sommaire des Paesi novamente retrovati constitue, à cet égard, un bon exemple d’effacement de l’identité des textes. La longue liste de neuf pages, située entre la page de titre et la dédicace, présente au même niveau et selon une même disposition graphique les textes et les subdivisions de textes. Cette « Tabula communis » listant les titres des cent-quarante-deux chapitres qui composent l’ouvrage ne permet pas de distinguer entre un chapitre constituant le début d’un nouveau texte et un chapitre correspondant à une partie d’un texte plus long. Il en est de même dans le volume, dans la mesure où la division en six livres ne recoupe pas non plus exactement une division entre les différents textes de l’ouvrage. De plus, auteur du texte et/ou voyageur-protagoniste ne sont pas facilement identifiables, que ce soit dans la disposition de la table des matières16 ou dans les titres des livres, qui ne contiennent jamais leur nom17. En effet, la division en livres, chez Montalboddo, repose sur d’autres critères : les espaces parcourus et les commanditaires des expéditions relatées par les récits. Ainsi le premier livre est-il intitulé « In comenza el libro de la prima Navigatione per loceano a le terre de Nigri de la Bassa Ethiopia per comandamento del Illust. Signor Infante Don Hurich fratello de Don Dourth Re de Portogallo »18.

  • 19 Ainsi le premier texte : « Viaggio del Magnifico Messer Iosaphat Barbaro Ambasciatore della Illustr (...)
  • 20 « Noms des auteurs des navigations et voyages qui sont contenus dans ce premier volume », G. B. Ram (...)

8Les imprimés plus tardifs présentent des cas bien différents puisqu’ils identifient explicitement textes ou auteurs. Les sommaires des recueils Viaggi fatti da Vinetia, alla Tana et Navigationi et viaggi mettent bien en évidence la singularité des textes : chaque entrée correspond à une unité textuelle, accompagnée le plus souvent du nom de son auteur. Dans le recueil publié par Antonio Manuzio, la présentation est systématisée : chaque titre de texte compilé commence par « Voyage de » (« Viaggio di ») suivi du nom du voyageur-auteur, d’éventuelles informations sur son statut puis du lieu décrit dans son récit19. Dans le recueil de Ramusio, l’attention pour les auteurs des textes est explicitée dès le titre même des sommaires. Le premier volume annonce la table des matières de la sorte : « Nomi degli autori delle navigationi & viaggi che si contengono in questo primo volume »20.

  • 21 Dans mon étude des pratiques éditoriales et traductives de Ramusio j’ai pu montrer que, malgré ses (...)

9Les interventions sur les sources compilées consistent aussi en des modifications du texte lui-même, modifications dont l’incidence dépend du degré d’intrusion dans la version d’origine : il peut s’agir d’ajouts extra-textuels (notes marginales par exemple), comme de gloses intra-textuelles, parfois identifiées comme allogènes (notamment par le recours à des caractères typographiques différents) ou bien, le plus souvent, intégrées au corps de texte de manière homogène21. Ces interventions, lorsqu’elles sont effectuées de manière systématique sur l’ensemble des unités textuelles compilées, conduisent à une forte homogénéisation du matériau compilé, parfois redoublé d’une homogénéisation linguistique – encore plus marquée dans le cas de textes résultant d’une traduction. L’auctorialité plurielle implique donc une élaboration des savoirs géographiques distincte de celle des textes monographiques. Ces derniers ne sont pas exempts de ce type d’interventions éditoriales portant sur le matériau textuel, mais les modifications effectuées sur un seul texte – dans le cas d’une monographie – ne donnent pas lieu à l’unification de plusieurs sources et ont donc généralement une incidence moindre sur les textes d’origine.

  • 22 Livre de Benedetto Bordone Dans lequel il est question de toutes les îles du monde avec leurs noms (...)
  • 23 « De toutes les îles […] je ferai savoir ». Ibid., n. p., après les privilèges. Je traduis.
  • 24 « À tempi nostri non si truova un’altro Alessandro Magno che induca Aristotele à scrivere l’Istoria (...)
  • 25 Ibid., fol. 2 v.
  • 26 « Onde essendomi venute alle mani alcune narrationi de loro cosi fatti viaggi, ho ricorretto, et ri (...)

10Qu’est-ce que qui justifie, en géographie, de recourir à la forme composite ? Jamais l’objectif d’exhaustivité n’est énoncé dans les ouvrages compilatoires, comme il peut l’être dans d’autres types d’œuvre à caractère géographique comme l’Isolario de Bordone, qui a d’ailleurs pour titre complet Libro di Benedetto Bordone Nel qual si ragiona di tutte l’Isole del mondo con li lor nomi antichi & moderni, historie, favole, & modi del loro vivere, & in qual parte del mare stanno, & in qual parallelo & clima giacciono22. Ce syntagme « tutte l’isole del mondo » revient dans les demandes de privilèges reproduites au revers de la page de titre et dans le Proemio, où l’auteur formule ainsi son intention : « de tutte l’isole […] io farò intendere »23. Dans les métadiscours des compilations, la forme composite des ouvrages géographiques ne fait que rarement l’objet d’une justification. Une explication affleure toutefois dans certains paratextes et c’est souvent l’identification des lacunes des ouvrages de synthèse qui apparaît comme le motif ayant incité leurs auteurs à établir des volumes où sont regroupés le plus de sources possibles sur un voyage ou un territoire donné. Mais, à la différence du projet de Bordone, jamais l’ensemble des documents ou unités textuelles compilés ne sont présentés comme suffisants pour offrir un savoir complet sur le sujet traité. Dans la dédicace des Viaggi fatti da Vinetia, alla Tana, la forme compilatoire est même présentée (en partie avec une fausse modestie propre à ce type de paratextes) comme un pis-aller face à l’exercice de synthèse qui semble désormais impossible. Des modèles antiques, littéraire (Pline) et politique (Alexandre le Grand), sont allégués pour expliquer, par contraste, la nécessité de la forme composite : la synthèse est un travail de longue haleine (exécuté par lui-même, dans le premier cas cité, et commandité, pour le second24) que plus personne n’entreprend. Face à ce manque, la solution proposée est celle de la compilation : regrouper « quelques narrations » (« alcune narrationi ») de ces marchands qui ont « laissé fidèle mémoire » (« lasciato fedel memoria »25) de leurs expériences viatiques. Dans cette dédicace, la multiplicité des textes est aussi envisagée en termes de disponibilité et de qualité des sources, ce qui donne lieu à une explicitation du travail fourni par le compilateur. Antonio Manuzio précise qu’il a dû procéder à un remaniement des textes déjà diffusés, souvent publiés avec des erreurs, et à une collecte de ceux restés inédits26.

  • 27 La première mention de cette relève apparaît dans l’introduction aux cartes du premier volume dans (...)

11Chez Ramusio, l’exhaustivité est conçue comme un horizon idéal – à la limite du leurre – dont on est bien éloigné, ce qui est au fondement même de son choix d’avoir recours à la forme compilatoire. Il s’agit, d’une part, d’une spécificité du savoir géographique. Par une reprise du topos classique de la vicissitude des choses, Ramusio souligne que la géographie est soumise à une évolution constante sous l’effet des actions humaines. Toponymes, habitants et langues changent, ce qui nécessite une réadaptation des savoirs. L’accumulation de données doit donc être continue, sans compter que, quand il publie les Navigationi et viaggi, Ramusio a bien conscience que le monde entier n’a pas encore été parcouru par les Européens : d’autres devront prendre le relais pour augmenter quantitativement et qualitativement sa compilation, ce qu’il appelle de ses vœux27. La forme compilatoire est ainsi particulièrement adaptée à la littérature géographique car elle permet de regrouper plusieurs textes souvent lacunaires ou fragmentaires. Au début de l’âge moderne, on donne généralement la priorité aux récits résultant d’expériences autoptiques. Or, les sources de première main issues de l’expérience directe des voyageurs sont par essence partielles et morcelées (à l’instar des cahiers de bord, récits d’itinéraires ou encore des lettres et missives). Ces textes doivent inévitablement être regroupés pour pouvoir fournir une quantité de données et d’informations suffisantes à l’élaboration du savoir.

  • 28 « Livre six des choses de Calicut conforme à la navigation de Pedro Álvares [Cabral] dans les livre (...)

12Regrouper différents textes dans un même recueil présente un intérêt épistémologique revendiqué : cela permet de confronter les informations que ces textes contiennent et de renforcer, par là-même, la fiabilité de leur contenu. Le livre VI des Paesi novamente retrovati se voit ainsi conférer la fonction de confirmation vis-à-vis des données livrées par les deuxième et troisième livres de la même compilation : « Libro sexto de le cose da Calichut conforme ala Navigatione de Pedro Aliares nel ii & iii libro lequale se hanno verisseme per le copie de alcune lettere secono lordene deli Millessimi in questo ultimo racolte »28.

  • 29 A. Manuzio, op. cit., fol. 2 v.

13La multiplicité des sources permet de compenser les lacunes de chaque texte pris individuellement tout en offrant la possibilité d’intégrer à un même ouvrage et, donc, de mettre sur le même plan des textes d’origines diverses et de genres variés. Ainsi, dans la compilation géographique peuvent se côtoyer des auctoritates anciennes et modernes, des explorateurs de renom et des inconnus ou des anonymes dont, dans le cas des Navigationi et viaggi, les témoignages ont parfois été recueillis par Ramusio lui-même au gré de ses rencontres. L’hétérogénéité du matériau, caractéristique commune de toutes les compilations géographiques vénitiennes, répond certainement à une exigence d’accumulation du savoir. Peu importe la forme du récit – nous dit Ramusio – et, probablement, peu importe la renommée de son auteur, il suffit que le texte fournisse des informations – une « nouvelle des choses » (« notitia delle cose ») pour reprendre l’expression d’Antonio Manuzio29 – pour qu’il ait droit de cité dans le recueil. Il semble par ailleurs que, dans le choix de la forme compilatoire pour ces ouvrages géographiques de la première modernité, se niche une motivation non exprimée ayant trait à la plus grande liberté dans la sélection des sources qu’offre la forme composite. Sur la base d’une comparaison entre la production vénitienne et la production romaine, on peut envisager le recours à la compilation comme l’occasion d’intégrer à une publication des textes qui, autrement, auraient difficilement trouvé leur place dans un imprimé, que ce soit pour des raisons littéraires, épistémologiques, politiques ou tout simplement commerciales.

Venise et Rome : entre compilations et monographies

  • 30 La source principale des relevés, pour Venise comme pour Rome, est le catalogue en ligne Edit16 (ht (...)

14La forme compilatoire est bien davantage représentée dans la production vénitienne que dans celle de la capitale de la chrétienté. Sur cent-quarante-quatre publications géographiques identifiées dans la production de la Sérénissime (pour une période allant de 1498 à 156030), huit ouvrages présentent une forme composite. Même si ce type d’ouvrages ne correspond qu’à une petite fraction de l’ensemble des publications, la production vénitienne est remarquable, en comparaison avec Rome où la production géographique globale, certes nettement inférieure (cinquante-et-un ouvrages recensés entre 1493 et 1560), n’a donné lieu qu’à une seule publication à caractère compilatoire, les avvisi déjà cités, qui paraissent à partir de la décennie 1550. Rome comme Venise ont en commun le fait de n’avoir jamais été impliquées directement dans l’organisation ou la conduite des explorations alors en cours dans les lointains. En revanche, chacune de ces villes bénéficiait, pour diverses raisons, d’un réseau d’informateurs très liés aux royaumes ibériques, alors principaux initiateurs (à titre public ou privé) de ces expéditions : elles sont, sûrement en grande partie pour cette raison, le lieu privilégié en Italie de publications sur les lointains.

  • 31 Voir, à ce sujet, Stéphane Yérasimos, « De la collection de voyages à l’Histoire Universelle : La H (...)

15Une analyse d’ensemble de ces deux corpus de production géographique permet d’identifier quelques spécificités. On note tout d’abord, à Rome, une plus grande présence de textes relatant des faits militaires survenus dans les lointains. Par ailleurs, avant la décennie 1550, la production romaine présente peu d’inédits (à l’échelle de la péninsule italienne). À Venise, la production est marquée par une présence plus forte de traités classiques (d’auteurs comme Strabon et Ptolémée par exemple, mais aussi de productions plus récentes comme le De sphaera mundi de Sacrobosco). Les presses de la Sérénissime publient aussi des textes médiévaux à grand succès, entre littérature hodéporique et géographique, telle que l’œuvre de Jean de Mandeville ou les productions d’un genre très prolifique : les récits de pèlerinages à Jérusalem (Venise était, rappelons-le, le point de départ de ces voyages). On remarque, enfin, une plus grande attention pour l’empire Ottoman de la part de la production vénitienne, ce qui peut évidemment s’expliquer par l’actualité géopolitique et militaire à laquelle la Sérénissime était alors confrontée31, de manière plus vive encore que les autres puissances italiennes et européennes. Venise était en effet aux avant-postes de la résistance aux avancées turques, qui mirent en péril, dès le tournant des XVe et XVIe siècles, nombre de ses possessions en Méditerranée orientale et qui fragilisèrent durablement ses réseaux commerciaux.

  • 32 Cela se reflète dans les demandes de privilèges romains étudiés par Jane C. Ginsburg, « Proto-propr (...)

16Les ouvrages géographiques de la première moitié du XVIe siècle adoptent des formes différentes entre Rome et Venise : la compilation est bien représentée dans la production vénitienne et presque absente de la production romaine. Même si, de manière générale dans les imprimés de l’époque, l’auctorialité était davantage mise en évidence dans les ouvrages romains32, la production géographique de la capitale de la chrétienté ne présente pas uniquement des cas de monographies dont la paternité serait explicite et revendiquée. On y trouve aussi, par exemple, des éditions anonymes et/ou de peu de valeur. Ces publications, parfois destinées à rester éphémères, sont généralement l’œuvre d’éditeurs moins proches des institutions, à l’instar de Girolama Cartolari. En effet, pour comprendre les différences d’orientation des choix éditoriaux romains et vénitiens en matière géographique, il apparaît nécessaire de replacer la production du livre dans son contexte institutionnel et éditorial. Les publications géographiques romaines sont presque toutes issues de milieux extrêmement proches du pouvoir pontifical. À titre d’exemple, près de la moitié des éditions recensées sont publiées par l’éditeur Antonio Blado, typographe officiel (« impressore camerale ») des papes à partir de 1535. Même chose pour les autres principaux éditeurs impliqués dans la production à caractère géographique à Rome : Eucario Silber, Etienne Guillery, Francesco Minizio Calvo et les frères Valerio et Luigi Dorico. On peut donc faire l’hypothèse d’une implication forte du pouvoir pontifical dans le choix de publier des ouvrages à caractère géographique.

  • 33 Ces enjeux varient d’une ville à l’autre pendant la mise en place du système dans les institutions (...)

17Les éditeurs vénitiens d’ouvrages géographiques étaient dans l’ensemble moins directement liés au pouvoir politique, dans une configuration du monde éditorial où celui de la Sérénissime était, quoi qu’il en soit, bien différent de celui de Rome. Au début du XVIe siècle, il n’y avait pas d’atelier vénitien travaillant directement pour les institutions de la République. Pour autant, les publications vénitiennes prenaient aussi place dans un cadre partiellement assujetti aux institutions, dont la manifestation principale sont les privilèges d’impression. Ces privilèges, qui visaient à garantir une protection sur la commercialisation du livre imprimé, étaient accordés à l’issue d’une procédure qu’il fallait engager auprès des autorités républicaines. Ils conféraient à l’auteur de la demande un monopole (au moins théorique) sur la vente et la diffusion de l’ouvrage concerné, pour une durée donnée. Du point de vue des institutions, ce type de régulation avait pour double objectif de favoriser la production et de contrôler le contenu des ouvrages publiés, puisque la concession d’un privilège supposait l’accord préalable d’une licence d’impression33.

  • 34 Ces archives ont été rendues accessibles en ligne par la base de données Early Modern Book Privileg (...)
  • 35 Erika Squassina, « I privilegi librari a Venezia (1469-1545) », dans E. Squassina et A. Ottone (dir (...)
  • 36 Gonzalo Fernández de Oviedo, Libro secondo delle Indie Occidentali.MDXXXIII. Summario della natural (...)
  • 37 Pedro de Medina, L’arte del navegar, in la qual si contengono le regole, dechiarationi, secreti et (...)
  • 38 Antonio Pigafetta et Maximilien Transilvain, Il viaggio fatto da gli spagniuoli a torno a'l mondo, (...)
  • 39 Alessandro Piccolomini, De la sfera del mondo, Venise, al segno del Pozzo, 1540.
  • 40 On peut noter que, par exemple, la dédicace du Libro primo della conquista del Peru (1535) est adre (...)
  • 41 Sur les réseaux de sociabilité mobilisés par les éditeurs vénitiens pour obtenir un appui instituti (...)

18Les démarches d’obtention des privilèges sont mieux documentées pour Venise que pour leurs équivalents romains. On peut retracer, pour grand nombre des publications vénitiennes, le degré de soutien institutionnel obtenu. Remarquons tout d’abord qu’une grande majorité des œuvres géographiques de la première moitié du XVIe siècle a bénéficié d’un privilège alors que, dans les faits, on ne procédait à ce type de requêtes que pour une minorité d’imprimés. De plus, se dessine dans les documents d’archives34 un appui marqué du pouvoir pour les publications à caractère géographique, ce qui transparaît dans la durée des privilèges concédés. En effet, à partir des années 1530, la protection accordée aux ouvrages de géographie était souvent d’une durée supérieure à la moyenne (alors de dix ans35). Ainsi, le Libro secondo delle Indie Occidentali36 bénéficia d’une protection de vingt ans, l’Arte de navegar37 et les Navigationi et viaggi (vol. I) de quinze, Il viaggio fatto da gli spagniuoli a torno a’l mondo38 de quatorze et la Sfera de Piccolomini39 de douze. Deux interprétations peuvent être apportées : cet avantage notoire peut, d’un côté, tout simplement être révélateur d’une attention significative portée sur les productions géographiques par le pouvoir en place, et donc d’une volonté marquée de les soutenir. D’un autre côté, les producteurs de ce type d’ouvrages bénéficiaient peut-être d’appuis puissants au sein des institutions républicaines40, ce qui leur permettait d’obtenir plus aisément ce type de faveurs41.

19Quelle qu’en soit la raison, la durée élevée des privilèges accordés aux ouvrages géographiques dénote une certaine proximité de leurs promoteurs avec les institutions. De fait, les ouvrages géographiques vénitiens ne sont pas exempts d’un usage de leur contenu à des fins politiques consistant notamment en une promotion de la République et de ses ressortissants. Il apparaît que la forme compilatoire offre des solutions particulièrement adaptées à la mise en valeur de la Sérénissime. Un trait commun du contenu des compilations publiées à Venise est, en effet, que la pluralité des auteurs retenus inclut systématiquement des voyageurs ou auteurs vénitiens. Ils ont leur place dans tous les recueils, parfois à côté de quelques noms bien plus célèbres. La mise en valeur de ces figures vénitiennes individuelles était peut-être une manière de combler l’absence de participation collective de la Sérénissime au mouvement exploratoire du tournant des XVe et XVIe siècles.

  • 42 La dédicace commence sur ces mots : « Grandissima obligatione veramente ha oggidi il mondo alla ind (...)
  • 43 « D’abord et de manière plus éclatante », Ibid. Je traduis.

20Le cas extrême est celui des Viaggi fatti da Vinetia, alla Tana puisque tous les auteurs compilés dans ce recueil sont des ressortissants de Venise (Giosafat Barbaro, Ambrogio Contarini, Alvise di Giovanni). L’intitulé de cet ouvrage indique apparemment une zone géographique et des parcours comme critères de collecte des textes, mais il cache en fait un programme clair de promotion de la connaissance géographique par les Vénitiens, et ce à double titre. Non seulement le volume permet d’identifier une zone dont la connaissance territoriale semble être naturelle pour les Vénitiens (notamment la colonie de Tana en mer d’Azov, la Perse et la ville de Constantinople, à une époque où la présence vénitienne est menacée dans ces lieux), mais, en plus, les marchands issus de Venise y apparaissent comme les principaux fournisseurs modernes d’informations géographiques. L’éloge initial sous la plume d’Antonio Manuzio porte sur leur profession et leur manière de l’exercer : or, l’une comme l’autre étaient éminemment vénitiennes. Selon Manuzio, le rôle joué par les marchands dans la connaissance du monde est incontestable42 et, en première position, se trouvent les Vénitiens qui ont exécuté cette tâche « prima & con maggior chiarezza »43. Le modèle du marchand vénitien qui participe à l’accumulation des savoirs semble ancré dans les traditions de la ville puisque ce sont les mémoires familiaux et citadins que Manuzio dit avoir exploités pour constituer cette compilation.

  • 44 C’est l’hypothèse que je développe dans : F. Lejosne, op. cit., chap. 6.

21La forme politique de la compilation vénitienne trouve son expression la plus haute dans les Navigationi et viaggi. La grande quantité de matériaux textuels recueillis ne permet toutefois pas une lecture univoque de la présence vénitienne dans le recueil de Ramusio. Soulignons, d’une part, que le deuxième volume est en grande partie consacré à des voyageurs vénitiens (Marco Polo, en premier lieu, mais aussi Giovanni Maria Angiolello, Giosafat Barbaro, Ambrogio Contarini, Pietro Querini, Cristoforo Fioravanti et Nicolò di Michiel) et, d’autre part, que d’autres ressortissants de la Sérénissime figurent dans le premier des deux autres volumes qui constituent le recueil comme si, là aussi, il s’agissait de leur redonner une place à côté des Espagnols, des Portugais, des Français ou encore des autres voyageurs originaires de la péninsule italienne. La mise à l’honneur de certains voyageurs vénitiens, dans un cas comme celui de Marco Polo, y est particulièrement évidente. Pour autant, ce ne saurait être là le seul enjeu de cette compilation puisque Ramusio a soin de souligner dans nombre de ses paratextes le dynamisme des politiques exploratoires ibériques, dénonçant ainsi en creux l’insuffisance des initiatives vénitiennes et, plus généralement, italiennes. Par une confrontation de tous les types d’explorations alors menées – confrontation rendue possible justement par la forme composite de son ouvrage – Ramusio illustre le décalage fort entre les capacités exploratoires des différentes puissances européennes. Malgré la présence marquée des Vénitiens grâce à un volume entier de la compilation consacré aux explorations dans leurs zones de prédilection (Navigationi et viaggi, vol. II), le décalage entre expéditions ibériques et vénitiennes est criant. La compilation de Ramusio peut être lue, de ce point de vue, comme un cri d’alerte à destination des patriciens eux-mêmes44.

  • 45 Pierre Martyr d’Anghiera, Libretto di tutta la navigatione del Re de Spagna de le isole et terreni (...)
  • 46 Sur cette réélaboration, voir L. Formisano, art. cit. La modification la plus évidente est le passa (...)

22Il faut, enfin, envisager les conséquences d’une réélaboration vénitienne des savoirs que ces textes géographiques divulguent. La forme compilatoire est, on l’a dit, propice à un remaniement du matériau brut. Un exemple précoce offre le cas particulièrement évident d’un filtre vénitien dans l’établissement d’une connaissance du monde par le livre imprimé : il s’agit du Libretto de tutta la navigatione del re di Spagna (1504)45. Les deux figures centrales de cet ouvrage ne sont pas du tout issues de la Sérénissime : Christophe Colomb est le voyageur, et le récit de ses expéditions provient des écrits de Pierre Martyr d’Anghiera, chroniqueur de la couronne espagnole. Cependant, les textes de d’Anghiera sont rapportés indirectement puisque le Libretto est en fait constitué de quatre lettres écrites par le Vénitien Angelo Trevisan entre août et décembre 1501, alors qu’il était secrétaire de Domenico Pisani di Giovanni, ambassadeur de la République en Espagne. Dans ces lettres, adressées à Domenico Malipiero, un ami basé à Venise, Trevisan traduit en langue vernaculaire et résume des extraits des Décades de Pierre Martyr d’Anghiera. Ainsi, le compilateur vénitien assume la fonction de médiation entre la source de l’information et le public, ce qui a lieu dans le cas du Libretto à travers une forte réélaboration du matériau textuel46.

  • 47 On remarquera, à ce sujet, que rares sont les cas où la demande de privilège d'impression est dépos (...)

23L’auctorialité plurielle des compilations a aussi des fondements pratiques liés à la matérialité de l’imprimé : ces ouvrages résultent de projets éditoriaux qui impliquent nécessairement une structuration, même minimale, de l’initiative. Généralement, plusieurs personnes étaient engagées dans le projet en vue de l’obtention des textes : plus le nombre de textes recueillis est élevé, moins il est vraisemblable qu’il se soit agi d’initiatives isolées47. En plus de l’accès aux sources se posait la question du capital nécessaire (même si toutes les compilations évoquées ne sont pas des éditions coûteuses) et de la capacité à promouvoir et à diffuser l’ouvrage. Ainsi, le cas du Libretto, des deux lettres vénitiennes des Paesi novamente retrovati (chap. 125 et 126) et des Viaggi da Vinetia, alla Tana rappelle que la production vénitienne a souvent été rendue possible par la mobilisation d’un réseau politico-diplomatique : patriciens, marchands et ambassadeurs (notons que, bien souvent, à Venise, ces trois catégories se recoupaient) contribuèrent à centraliser les sources documentaires de la géographie. Les Navigationi et viaggi constituent, à ce sujet, un exemple remarquable. Ramusio obtint des textes relatant les expéditions espagnoles par le biais de différents diplomates : Andrea Navagero, ambassadeur vénitien en Espagne dans les années 1520, Francesco Contarini, envoyé en Flandres par la Sérénissime en 1539-1541, et Diego Hurtado de Mendoza qui, à la même époque, se trouvait à Venise où il représentait la couronne espagnole.

24L’intérêt prononcé des éditeurs vénitiens pour les savoirs géographiques illustre ainsi les paradoxes de la Sérénissime : elle sut capter les retombées scientifiques des explorations, à défaut souvent d’en maîtriser la dimension opérationnelle de contrôle des routes et des territoires. Se dessine de ce fait une nouvelle distinction entre production vénitienne et romaine. Dans l’ensemble, à Rome, l’information géographique destinée à l’impression arrivait sans démarche volontariste interne (de la part des éditeurs ou du pouvoir) mais davantage par une tendance de la part des auteurs ou promoteurs de l’ouvrage à vouloir y faire imprimer leurs œuvres pour obtenir une certaine reconnaissance, qu’elle soit territoriale, idéologique ou scientifique. À titre d’exemple, les grandes publications monographiques déjà citées de León et Gómara (parues durant la décennie 1550) sont la manifestation d’une stratégie de promotion de la part de la couronne espagnole, qui diffuse par ce biais – et dans un contexte semi-institutionnalisé – des informations sur ses grandes conquêtes territoriales au Pérou et au Mexique. Publier à Rome semblait avoir le double objectif de faire reconnaître ses possessions par le pouvoir pontifical et de donner une portée universaliste aux textes décrivant ses expéditions. On remarque d’ailleurs, dans cette même perspective universaliste, que le nombre d’éditions géographiques en langue latine est beaucoup plus important à Rome qu’à Venise. À Venise au contraire, les publications géographiques composites supposaient la mise en branle d’un réseau à la fois diplomatique, éditorial et intellectuel : en rendant possible l’élaboration de ces ouvrages, ce réseau les marquait aussi de ses propres enjeux politiques ou commerciaux.

Conclusions

25La composante politique des imprimés géographiques du début de l’âge moderne s’explique avant tout par le fait que ce type de savoir constituait un sujet sensible, parfois bien gardé par qui le produisait. S’ajoute à cela la nécessité, pour les projets éditoriaux italiens, de mobiliser un réseau de collaborateurs en amont et en aval de la conception du livre-objet, ce qui supposait le plus souvent d’avoir recours à des appuis institutionnels forts. Ces deux facteurs eurent, de fait, un impact sur la forme que prenaient les ouvrages en question.

26Sans que cela n’amoindrisse leur valeur scientifique ni leur contribution à l’élaboration de savoirs nouveaux, productions géographiques romaine et vénitienne avaient, d’un point de vue politique et idéologique, deux visées différentes. Il s’agissait, pour la Sérénissime, de défendre ses intérêts propres, notamment dans une perspective commerciale, mais aussi de mettre en œuvre une entreprise de promotion de soi qui consistait à la fois en une valorisation des voyages conduits par les siens et en une démonstration de force de sa capacité à rassembler, élaborer et diffuser des savoirs collectés par d’autres. L’enjeu principal des publications parues en contexte romain se trouvait dans des jeux de revendications territoriales sur des espaces extra-européens. Nombre des publications romaines semblent résulter d’une volonté, que ce soit de la part de la papauté ou d’entités politiques extérieures, de promouvoir ces voyages exploratoires. La centralisation des nouvelles dans la capitale pontificale permettait ensuite une diffusion à échelle européenne qui se doublait d’une reconnaissance à caractère supranationale. La forme composite, courante à Venise, permettait d’introduire dans le panthéon des grands navigateurs et voyageurs des ressortissants de la Sérénissime qui auraient pu rester dans l’oubli. Rendre compte des explorations alors en cours, à Venise, se faisait souvent avec la perspective marquée d’une promotion de la place et du rôle des Vénitiens, et avec un œil pour les intérêts commerciaux et géopolitiques en jeu. La circulation des savoirs géographiques et son élaboration dans des projets éditoriaux suivait donc deux modèles spatiaux différents entre Rome et Venise au début de l’âge moderne. De cette étude comparée, il ressort que le centralisme présidant aux publications de la ville pontificale se distinguait de l’éclectisme des provenances et des réseaux mobilisés dans le cadre vénitien. Ces deux modèles se reflètent dans la forme même des ouvrages, entre monographies et compilations.

Haut de page

Notes

1 « J’ai pensé que c'était chose louable que de recueillir, et de mettre ensemble (du mieux possible) certaines lettres de voyage écrites par différentes personnes en la matière […] ils ne doivent pas être blâmés ceux qui, pour le bénéfice de tous, recueillent les écrits des autres contenant ces mémoires », Giovanni Battista Ramusio, Navigationi et viaggi, Venise, Giunti, 1550, fol. 129 v. (dans l'édition moderne : Giovanni Battista Ramusio, Navigazioni e viaggi, éd. Marica Milanesi, Turin, Einaudi, vol. I, 1978, p. 601), je traduis.

2 Girolamo Sernigi sur l’expédition de Vasco de Gama, un pilote anonyme sur la navigation de Pedro Álvares Cabral, des textes de ou attribués à Amerigo Vespucci, et les récits de Tomé Lopes et de Giovanni da Empoli.

3 Sa cible principale est, dans ce cas, la couronne portugaise. Sur ce point, je me permets de renvoyer à Fiona Lejosne, « Viaggi di scoperte, racconti e pubblicazioni : le Navigationi et viaggi di Giovanni Battista Ramusio come opera di trasmissione », dans Luisa Secchi Tarugi (dir.), Viaggio e comunicazione nel Rinascimento. Atti del XXVII Convegno Internazionale (Chianciano Terme-Pienza, 16-18 luglio 2015), Florence, Franco Cesati editore, 2017, p. 337-349.

4 La première de ces publications est la suivante : Auisi particolari delle Indie di Portugallo riceuuti in questi doi anni del 1551 & 1552 da li reuerendi padri de la Compagnia de Iesu, doue fra molte cose mirabili, si uede delli paesi delle genti, & costumi loro & la grande conuersioue di molti populi, che cominciano a riceuere il lume della santa fede & relligione christiana, Rome, Valerio e Luigi Dorico, 1552.

5 Sur les avvisi et, plus généralement, sur les mécanismes de circulation de l’information, on peut consulter Johann Petitjean, L’Intelligence des choses. Une histoire de l'information entre Italie et Méditerranée (XVIe-XVIIe siècles), Rome, École Française de Rome, 2013, en particulier autour du phénomène qualifié d’« informationnalisation » dans la péninsule italienne au début du XVIe siècle (« Introduction », p. 1-16).

6 Pedro Cieza de León, La prima parte de la cronica del grandissimo regno del Perù, che parla de la demarcatione de le sue provintie, la descrittione d’esse, le fundationi de le nuoue città, li ritti & costumi de l’Indiani & altre cose strane degne di esser sapute. Discritta di Pietro di Cieca di Lione in lingua spagnuola. Et tradotta pur hora nella nostra lingua italiana per Augustino de Craualiz, Roma, Valerio e Luigi Dorico, 1555 ; Francisco López de Gómara, Historia di Mexico, et quando si discoperse la nuova Hispagna, conquistata per l’illustriss. et valoroso principe don Ferdinando Cortes, marchese del Valle. Scritta per Francesco Lopez de Gomara in lingua spagnuola & tradotta nel volgare italiano per Augustino de Cravaliz, Roma, Valerio e Luigi Dorico, 1555.

7 Joan-Pau Rubiés, « From the History of travayle″ to the History of Travel Collections: The Rise of an Early Modern Genre », dans Daniel Carey et Claire Jowitt (dir.), Richard Hakluyt and Travel Writing in Early Modern Europe, Farnham, Ashgate, 2012, p. 25-41, ici p. 27.

8 Fracanzio da Montalboddo, Paesi novamente retrovati et Novo Mondo da Alberico Vesputio florentino intitulato, Vicence, Enrico Vicentino, 1507.

9 Antonio Manuzio, Viaggi fatti da Vinetia, alla Tana, in Persia, in India, et in Costantinopoli : con la descrittione particolare di città, luoghi, siti, costumi, et della Porta del gran Turco : et di tutte le intrate, spese, et modo di governo suo, et della ultima impresa contra Portoghesi, Venise, Eredi di Aldo Manuzio, 1543.

10 Massimo Donattini, Spazio e modernità. Libri, carte, isolari nell’età delle scoperte, Bologne, Clueb, 2000.

11 Sur ces catégories, voir notamment Marica Milanesi, « Geography and Cosmography in Italy from XVth to XVIIth Century », Memorie della Società Astronomica Italiana, 65.2, 1994, p. 443-468.

12 Zaccaria Lilio, Zachariae Lilii Vicetini Orbis breuiarium, fide compendio ordineque captu, ac memoratu facillimum, felix et gratu legito, Venise, Pietro Facolo, [1540]. Ensuite réédité en une version traduite en langue vernaculaire : Breue descrittione del mondo di Zaccheria Lilio vicentino, tradotta per m. Francesco Baldelli. Con l'addittione de' nomi moderni, Venise, Gabriel Giolito de Ferrari, 1552. Sur le recours à la liste par Ptolémée, voir Patrick Gautier Dalché, La Géographie de Ptolémée en Occident (IVe-XVIe siècles), Turnhout, Brepols, 2009, en particulier « Avant-propos », p. 7-12.

13 Marco Polo, Le devisement du monde ; Jean de Mandeville, Le Livre des merveilles du monde.

14 Les fonctions de cette figure spécifique peuvent être distinguées selon les catégories établies par saint Bonaventure au XIIIe siècle (voir, à propos du rôle de Sebastian Münster, Jean-Marc Besse, Les grandeurs de la Terre. Aspects du savoir géographique à la Renaissance, Lyon, ENS Éditions, 2003, p. 155) : scriptor, commentator, compilator. Elles permettent d’établir le degré d’engagement de l’auctorialité : le scriptor est un simple copiste qui participe à la diffusion d’un texte écrit par autrui ; le commentator y apporte des interventions (de différentes natures) permettant d’en éclaircir le sens ; le compilator, lui, fait fusionner des sources textuelles d’origine différente. Voir aussi, pour le compilateur en histoire, Bernard Guenée, « L’historien et la compilation au XIIIe siècle », Journal des savants, 1-3, 1985, p. 119-135.

15 Voir la citation introduisant la présente étude. Sur les enjeux épistémologiques de la forme compilatoire chez Ramusio, je renvoie à Fiona Lejosne, « ″Raccogliere, e metter insieme‶ : la compilation comme support d’une histoire globale. Les Navigationi et viaggi de G. B. Ramusio, Venise, 1550-59 », e-Spania, 30, 15 juin 2018, URL : http://journals.openedition.org/e-spania/27800 [consulté le 01/05/2020].

16 Une même présentation est d’ailleurs adoptée dans la version latine du recueil, voir Fracanzio da Montalboddo, Itinerarium portugallensium e Lusitania in Indiam et Inde in Occidentem et demum ad Aquilonem, Milan, Giovann’Angelo Scinzenzeler, 1508.

17 La composition du recueil est étudiée dans Luciano Formisano, « Per una tipologia delle raccolte italiane di viaggi del primo Cinquecento », dans Bibiano Torres Ramírez et José Hernández Palomo (dir.), Presencia italiana en Andalucía. Siglos XIV-XVII. Actas del III Coloquio Hispano-Italiano, Séville, CSIC, 1989, p. 341-360. Formisano distingue deux sections : la « sezione afro-asiatica (e lusitana) » (livres I à III et VI) et la « sezione americanistica (colombina e vespucciana) » (livres IV et V).

18 « Commence le livre de la première Navigation par l’océan aux terres des Noirs de la Basse Éthiopie sur commandement de l’Illustre Seigneur infant Don Henri [Henri le Navigateur] frère de Don Édouard [Édouard Ier] Roi du Portugal », F. da Montalboddo, op. cit., n. p. (après la dédicace), je souligne et je traduis.

19 Ainsi le premier texte : « Viaggio del Magnifico Messer Iosaphat Barbaro Ambasciatore della Illustrissima Republica di Venetia alla TANA », A. Manuzio, op. cit., n. p.

20 « Noms des auteurs des navigations et voyages qui sont contenus dans ce premier volume », G. B. Ramusio, op. cit., n.  p., vol. I, je souligne et je traduis.

21 Dans mon étude des pratiques éditoriales et traductives de Ramusio j’ai pu montrer que, malgré ses prétentions philologiques maintes fois répétées, il n’est pas exempt de ce type de procédés. Je me permets de renvoyer à Fiona Lejosne, Écrire le monde depuis Venise au XVIe siècle. Giovanni Battista Ramusio et les Navigationi et viaggi, Genève, Droz, 2021, sous presse (chap. 4).

22 Livre de Benedetto Bordone Dans lequel il est question de toutes les îles du monde avec leurs noms anciens et modernes, avec des histoires, fables, et façons de vivre qui sont les leurs, et dans quelle partie de la mer elles sont, et dans quel parallèle et climat elles se trouvent. Titre italien cité d’après la première édition : Venise, lo Zoppino, 1528, je souligne et je traduis.

23 « De toutes les îles […] je ferai savoir ». Ibid., n. p., après les privilèges. Je traduis.

24 « À tempi nostri non si truova un’altro Alessandro Magno che induca Aristotele à scrivere l’Istoria delle cose naturali, ne un’altro Plinio che le dechiari & ritorni alla memoria de nostri », A. Manuzio, op. cit., fol. 2 r.

25 Ibid., fol. 2 v.

26 « Onde essendomi venute alle mani alcune narrationi de loro cosi fatti viaggi, ho ricorretto, et ridotto in meglior ordine quelli che erano di gia impressi, & molto alterati dalla integrita de loro primi auttori, et aggiuntovi qual ch’uno de gli altri, non prima venuti in luce », Ibid.

27 La première mention de cette relève apparaît dans l’introduction aux cartes du premier volume dans l’édition de 1554. Mais on trouve aussi des indications de ce type dans le discours introductif aux textes portugais (« Discorso sopra alcune lettere, et navigationi fatte verso le Indie Orientali ») : « E quando a qualche gentil spirito nell'avenire venisse voglia di scriver questa historia ordinatamente, potria servirsi in qualche parte di queste tal scritture, ancor che siano rozze e inordinate », G. B. Ramusio, op. cit., vol. I, fol. 129 v. (édition moderne : op. cit., vol. I, p. 599).

28 « Livre six des choses de Calicut conforme à la navigation de Pedro Álvares [Cabral] dans les livres ii et iii, choses que l’on tient pour très vraies grâce à la copie de certaines lettres exécutées selon l’ordre de ceux-là mêmes et recueillies dans ce dernier », F. da Montalboddo, op. cit., n. p., je souligne et je traduis.

29 A. Manuzio, op. cit., fol. 2 v.

30 La source principale des relevés, pour Venise comme pour Rome, est le catalogue en ligne Edit16 (http://edit16.iccu.sbn.it/web_iccu/ihome.htm), complété par l’Universal Short Title Catalogue (https://www.ustc.ac.uk/) et M. Donattini, op. cit. En matière géographique, un certain nombre d’ouvrages parurent dans les deux villes. Il s’agit d’une période où, plus généralement, la différence de production des imprimeries romaines et vénitiennes est très largement en faveur de la Sérénissime. Une recherche dans Edit16 donne un résultat sans appel : en tout, de 1501 à 1560, ce sont 3018 éditions recensées pour Rome contre 12 712 pour Venise.

31 Voir, à ce sujet, Stéphane Yérasimos, « De la collection de voyages à l’Histoire Universelle : La Historia Universale de Turchi de Francesco Sansovino », Turcica, 22, 1988, p. 19-41.

32 Cela se reflète dans les demandes de privilèges romains étudiés par Jane C. Ginsburg, « Proto-proprietà letteraria ed artistica: i privilegi di stampa papali nel XVI secolo », dans Erika Squassina et Andrea Ottone (dir.), Privilegi librari nell'Italia del Rinascimento, Milan, FrancoAngeli, 2019, p. 103-287.

33 Ces enjeux varient d’une ville à l’autre pendant la mise en place du système dans les institutions de la péninsule italienne. Voir E. Squassina et A. Ottone (dir.), Privilegi librari, op. cit., en particulier l’« Introduction » p. 9-15.

34 Ces archives ont été rendues accessibles en ligne par la base de données Early Modern Book Privileges in Venice (http://emobooktrade.unimi.it/db/public/frontend), à laquelle je suis redevable pour cette partie de mon étude.

35 Erika Squassina, « I privilegi librari a Venezia (1469-1545) », dans E. Squassina et A. Ottone (dir.), Privilegi librari, op. cit., p. 331-372.

36 Gonzalo Fernández de Oviedo, Libro secondo delle Indie Occidentali.MDXXXIII. Summario della naturale et generale historia dell'Indie Occidentali, composta da Gonzalo Ferdinando del Oviedo, altrimenti di Valde, Venise, s. n., 1534.

37 Pedro de Medina, L’arte del navegar, in la qual si contengono le regole, dechiarationi, secreti et avisi, alla bona navigatione necessarii, Venise, G. Battista Pedrezano, 1555.

38 Antonio Pigafetta et Maximilien Transilvain, Il viaggio fatto da gli spagniuoli a torno a'l mondo, Venise?, s. n., 1536.

39 Alessandro Piccolomini, De la sfera del mondo, Venise, al segno del Pozzo, 1540.

40 On peut noter que, par exemple, la dédicace du Libro primo della conquista del Peru (1535) est adressée au doge Andrea Gritti : Francisco Xerez, Libro primo de la conquista del Peru et provincia del Cuzco de le Indie occidentali, trad. Domenico de Gaztelu, Venise, S. dei Nicolini da Sabbio, 1535.

41 Sur les réseaux de sociabilité mobilisés par les éditeurs vénitiens pour obtenir un appui institutionnel, voir Catherine Kikuchi, La Venise des livres. 1469-1530, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2018.

42 La dédicace commence sur ces mots : « Grandissima obligatione veramente ha oggidi il mondo alla industria de Mercatanti […] per la cognitione che tutto giorno di nuovo s’acquista di molti luoghi & paesi, mediante la loro peregrinatione », A. Manuzio, op. cit., fol. 2 r.

43 « D’abord et de manière plus éclatante », Ibid. Je traduis.

44 C’est l’hypothèse que je développe dans : F. Lejosne, op. cit., chap. 6.

45 Pierre Martyr d’Anghiera, Libretto di tutta la navigatione del Re de Spagna de le isole et terreni novamente trovati, trad. Angelo Trevisan, Venise, A. Vercellese da Lisona, 1504.

46 Sur cette réélaboration, voir L. Formisano, art. cit. La modification la plus évidente est le passage de la première personne du singulier à la troisième : le texte perd ainsi de son caractère épistolaire. Trevisan lui-même est désigné par une troisième personne du singulier, il apparaît dans le Libretto en sa qualité de témoin de la cour d’Espagne.

47 On remarquera, à ce sujet, que rares sont les cas où la demande de privilège d'impression est déposée par le compilateur, il s’agit le plus souvent de l'éditeur commercial.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fiona Lejosne, « Les compilations géographiques vénitiennes du début de l’époque moderne : savoirs politiques et politique des savoirs »Études Épistémè [En ligne], 39 | 2021, mis en ligne le 15 mai 2021, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/episteme/11058 ; DOI : https://doi.org/10.4000/episteme.11058

Haut de page

Auteur

Fiona Lejosne

Fiona Lejosne est maîtresse de conférences en études italiennes à l'université Sorbonne Nouvelle. Ses recherches doctorales, conduites au sein du laboratoire Triangle-UMR 5206, portaient sur la figure de Giovanni Battista Ramusio, secrétaire de la République de Venise et géographe, auteur de la compilation des Navigationi et viaggi (Venise, 1550-1559). Ce travail est paru sous la forme d'une monographie consacrée à Ramusio (Écrire le monde à Venise au XVIe siècle, Droz, 2021). Elle poursuit actuellement son étude de la production géographique en Italie durant la période dite des Grandes Découvertes en s'intéressant au contexte de production des œuvres, dans une étude comparée entre Rome et Venise, avec une attention particulière pour la dimension politique de la diffusion de ces textes ainsi qu'avec un intérêt pour la forme compilatoire dans ses modèles et reprises à échelle européenne.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search