Navigation – Plan du site

AccueilNuméros39Playing, Gambling and Cheating in...The Revells of Christendome (1609...

Playing, Gambling and Cheating in Early Modern England and France

The Revells of Christendome (1609) ou le dessous diplomatique des cartes

The Revells of Christendome or the Game of Diplomacy
Gilles Bertheau

Résumés

Dans l’Europe du début du XVIIe siècle, encore agitée et meurtrie par les déchirements religieux issus des Réformes protestantes, il n’est pas étonnant de voir un graveur anglais transformer un événement politique international comme la Trêve de Douze Ans en victoire du camp réformé contre le camp catholique. Le recours à la métaphore des jeux de hasard (backgammon, cartes et dés) dans The Revells of Christendome enrichit cependant l’interprétation de cette gravure satirique, qui entre en résonance avec les débats contemporains anglais sur la licité du jeu. L’intervention du hasard, symbolisé par les trois jeux représentés, oblige à interroger la vision de l’histoire qui sous-tend cette image d’origine hollandaise qui connut une riche postérité anglaise. Cette interrogation se retrouve également dans d’autres gravures publiées en Europe au XVIIe siècle, à l’occasion des conflits qui ont opposé des pays engagés dans la Guerre de Trente Ans et dans d’autres guerres plus tardives, où les motifs commerciaux se mêlent aux motifs religieux.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir l’article de Supriya Chaudhuri dans ce même numéro d’Études Épistémè.
  • 2 Voir l’introduction de la pièce dans Thomas Middleton, The Collected Works, éd. Gary Taylor, John L (...)

1Pour les anglicistes spécialistes de littérature des périodes élisabéthaine et jacobéenne, les mots jeu et tricherie font en général immédiatement penser à la pièce satirique de Thomas Middleton, A Game at Chess, jouée et publiée en 16241. Cette pièce, qui marqua son époque, notamment par le scandale qu’elle causa, s’empare du jeu d’échecs pour en faire une immense métaphore des relations anglo-espagnoles dans ce début des années 1620, où considérations matrimoniales, politiques et religieuses sont à l’origine d’une crise constitutionnelle en Angleterre2. C’est d’ailleurs la première pièce de théâtre dont la page de titre soit illustrée avec une partie d’échecs. Le contexte européen des années 1620 – et de la première moitié du XVIIe siècle plus généralement – était éminemment favorable à ce genre de sujets, car les hostilités de la Guerre de Trente Ans qui avaient commencé en Bohême en 1618 allaient vite opposer la puissance espagnole catholique aux puissances protestantes. Dès 1621 les Espagnols mettaient d’ailleurs fin à la Trêve de Douze Ans qu’ils avaient signée à Anvers en 1609 avec la République des Provinces-Unies.

Figure 1, Thomas Cockson, The Revells of Christendome (c. 1609), Londres, British Museum. © The Trustees of the British Museum.

  • 3 Le terme est attesté dans l’OED à partir de 1647. Auparavant, on désigne ce jeu par le mot « tables (...)
  • 4 Ces trois jeux étaient fort populaires en Angleterre au début du XVIIe siècle. Mis à part les jeux (...)

2L’association entre jeu, relations internationales et satire ne s’est pas seulement exprimée au théâtre, elle a également inspiré un graveur anglais, Thomas Cockson (1569-avant 1641 ?). Connu pour ses portraits d’aristocrates (Sir Walter Raleigh, Charles Howard of Effingham comte de Nottingham, Robert Devereux deuxième comte d’Essex, Charles Blount comte de Devonshire, George Clifford troisième comte de Cumberland) et ses pages de titres, il publia une gravure satirique intitulée The Revells of Christendome, qui met en scène neuf personnages assis autour d’une table rectangulaire qui jouent à trois jeux différents : le backgammon3, les cartes et les dés4.

  • 5 Cette gravure se trouve au British Museum (numéro 1849,0315.10, 290 x 368 mm), dans une réédition d (...)

3À gauche, on distingue un cardinal portant une barrette à côté du pape coiffé de sa tiare, puis quatre personnages coiffés de chapeaux à plumes. Face à eux se trouvent trois moines, de dos ou de trois-quarts. Il est généralement admis5 qu’il s’agit d’une évocation de la Trêve de Douze Ans mentionnée plus haut, ce qui situerait la date de la gravure en 1609, sachant que, de toute façon, Henri IV meurt en mai 1610. Cette date pourrait aussi s’accorder avec un autre aspect de la situation européenne, comme la suite de cet article le montrera. Enfin, l’image est accompagnée, en bas, de quatre strophes de douze vers chacune qui décrivent la scène et en fournissent une explication interprétative. Le texte en est reproduit plus loin.

4L’intérêt tout particulier de The Revells of Christendome est qu’elle se situe à la croisée de trois enjeux. Le premier est le plus explicite : c’est celui de l’anticatholicisme qui traverse la société anglaise, et un pays calviniste comme les Pays-Bas. Le deuxième est celui des discours qui concernent les jeux de hasard. Le troisième est celui qui associe la notion d’adversité (telle qu’elle se manifeste dans la guerre, les négociations et relations internationales) avec le jeu. La combinaison de ces trois aspects complexifie la lecture de cette gravure satirique. Ainsi, tout en constatant que Thomas Cockson s’en prend de toute évidence au monde catholique – position peu originale pour un protestant – le recours à la métaphore du jeu pour commenter la diplomatie européenne n’est pas sans poser question, puisque les trois jeux représentés – contrairement aux échecs – font entrer le hasard en ligne de compte. En outre, et la gravure et les quatre strophes qui l’accompagnent omettent toute référence à la providence divine, ce qui laisse à penser que l’histoire est le fruit d’une collaboration ou d’une compétition entre hasard et action humaine. En effet, si tout n’était qu’une question de hasard, quelle serait alors la valeur de l’action diplomatique des quatre puissances européennes opposées à la papauté dans The Revells of Christendome ? Et si tout dépendait de la volonté humaine, pourquoi mettre en scène le hasard des jeux ? Ainsi, cette gravure, en nous plongeant au cœur d’un paradoxe qui impute une victoire diplomatique aux ennemis de Rome tout en en montrant le caractère partiellement fortuit, contribue à un débat plus large, en ce début du XVIIe siècle, sur la nature de l’Histoire. Cette interrogation se trouve confirmée par d’autres gravures qui s’inscrivent dans le contexte des guerres européennes de la première moitié du XVIIe siècle et dans lesquelles les jeux – tout particulièrement le backgammon – ont, comme chez Cockson, un sens métaphorique.

Une gravure d’origine hollandaise

Figure 2, Pieter van der Heyden, Het spel tegen de monniken (1560 - 1582). © Amsterdam, Rijksmuseum.

  • 6 Amsterdam, Rijksmuseum, référence RP-P-1887-A-11470, 220 x 275 mm. Ce graveur flamand est connu pou (...)
  • 7 Je suis particulièrement reconnaissant au Professeur Jeroen De Keyser, de l’université catholique d (...)

5Pour composer The Revells of Christendome, Thomas Cockson s’est inspiré d’une gravure de Pieter van der Heyden, dit aussi Petrus a Merica (1530-après mars 1572), intitulée Het Spel tegen de monniken (Le Jeu contre les moines, c. 1560-1582)6. Les caractéristiques principales de la gravure de Cockson figurent déjà dans celle de van der Heyden. Le nombre des personnages est identique : trois moines, le pape, un cardinal avec en face d’eux quatre joueurs, ou plutôt trois joueurs et un quatrième à droite qui regarde. Le pape est représenté avec sa tiare et sa crosse, tandis que le cardinal, qui porte un chapeau, tient ce qui ressemble également à une crosse. Les trois jeux représentés sont les mêmes : le backgammon, les cartes et les dés. Le personnage de gauche semble avoir joué au backgammon avec le pape lui-même et y avoir gagné sa tiare, sur laquelle il pose la main droite, tandis que le pape essaie de récupérer sa mise, qui ressemble à un ostensoir. À sa gauche, un autre personnage joue aux cartes avec un moine, pour un enjeu à la fois d’argent et d’un calice. Enfin, le troisième moine joue aux dés avec son adversaire, et semble y avoir perdu jusqu’à sa chemise. Les moines se ressemblent et les quatre personnages ne sont pas identifiés. Enfin, quatre strophes encadrent l’image : deux en haut, dans des cartouches, écrites en italiques et deux en bas, en capitales romaines. En voici la transcription et la traduction en anglais, avec l’aimable concours de Jeroen De Keyser7 :

6En haut à gauche :

Hola ghy roovers tspuel is noch ierst beghonnen.
Laet staen die panden sy en roeren u niet.
Ick raet u voer tbeste eer ghy wert verslonnen.
Want u valsche treeken den heere siet.

Hey, you robbers, the game has just begun.
Leave things as they are, they don’t touch/move you.
I recommend you do your best before you are destroyed.
Because the Lord sees your falseness.

7En haut à droite:

O Almachtighen godt behoet ons doch ghenadelyck
Voort ghecroonde beest met syn geschooren
Die ons soecken te vernielen seer ongestadelyck
En so verradelyck u woert versmoeren.

Oh, Almighty God, protect us through your mercy
Against the crowned beast [i.e., the pope] with his brutal forces,
Who seeks to destroy us in his wickedness
And as traitors suffocate your word.

8En bas à gauche :

O ghy valsche ketters dit wil ick strycken
Het spuel staet schoon het is ons ghewonnen
Ons Broeder Fransciscus vol van practyken
Die en sal niet wycken hy en heeft u verslonnen

Oh you, false heretics whom I will destroy,
We have well and truly won the game.
Our Brother Franciscus has his ways
He won’t be moved and he has destroyed you.

9En bas à droite:

O lacy ochermen wat is ons geschiet
Ons kelcken ceboerien tis al vervlogen
O vader van Romen ons bystant biet
Cap en covel het wert al uut getoghen.

Oh, we unfortunates, what has happened to us
Our chalices and ciboriums are all lost.
Oh, Father in Rome, help us
Cape and cowl have already been taken off.

10Le texte de la gravure hollandaise consiste en quatre interventions au style direct : celles du haut émanent des quatre personnages en civil (qu’on suppose être des protestants), celles du bas des catholiques. On verra que le texte de la gravure anglaise est beaucoup plus descriptif, avec l’insertion de prises de parole au style direct.

11Si Cockson conserve le discours anticatholique de l’original hollandais, il le fait de manière plus circonstanciée. Tout d’abord, on notera que le cardinal a revêtu un gantelet d’armure, transformant ainsi sa crosse en arme par destination, si on peut dire, et qu’il a revêtu une barrette à la place du chapeau cardinalice. Il est identifié à l’Autriche dans le texte sans qu’il soit néanmoins possible de le reconnaître et de l’associer à un personnage historique. Mais surtout, l’auteur a fait des quatre joueurs qui nous font face des potentats censés être facilement reconnaissables : de gauche à droite sont assis Jacques Ier roi d’Angleterre (de 1603 à 1625), Henri IV roi de France (de 1589 à 1610), Christian IV roi de Danemark (de 1588 à 1648) et Maurice de Nassau, Prince d’Orange, stathouder de la République des Provinces Unies (de 1585 à 1625). C’est la réunion de ces quatre potentats qui a conduit les experts à émettre l’hypothèse que la gravure a été publiée pour marquer la signature de la Trêve de Douze Ans, en en faisant une victoire de ces quatre pays sur la puissance catholique espagnole et plus généralement sur la papauté, incarnée alors par le pape Paul V (de 1605 à 1621). Le caractère satirique de la gravure est renforcé par plusieurs éléments : la présence du chien urinant sur le pied gauche du moine du milieu, l’ajout d’un élément de décor architectural ponctué de bucranes au rire moqueur et de neuf devises et citations latines. Le texte en vers explicite le sens de l’image. En voici la transcription :

  • 8 En anglais le terme « tables » désigne, jusqu’en 1647, le backgammon (OED).

Greate Brittaine with proud Rome at Tables8 playes,
Rome looseth every Stake that downe shee layes,
yett fretts and sweares to win all, tho’ shee pawne
her Relliques. thos shee setts, & thos are drawne.
The last Stake is the Pax: Greate Brittaines hand 5
is drawing that too: the Pope who by doth stand
With Austria, boath being Bettors on Romes side,
holds fast the Pax: twas gamesters law they cryed
To Snatch the last Stake up, Brittaine, then swore
to have the Triple Crowne, Romes Vicar wore, 10
The Card’nall quarrells (in defence of Rome)
and (being Arm’d) trobleth all Christendome.

France, sitting not far off, and seeing what hand
Great Brittaine had, & how Romes losse did stand,
Hopes to winn something too, Maw is the game 15
at which hee playes, & Challengeth at the same
A Monk, who stakes a Challice: France setts gould,
& shuffles: the Monk cutts: but France (being bould)
Deales freely: Rubs: and the first card hee showes,
is the Five Finger, which being tourn’d up, goes 20
Cold to the Moncks hart: the next card, France sees
in his owne hand, is the Ace of hartes, “I Leeze”
Cryes out the Monck; sayes France, “Show what you have,”
the Monck could show France nothing but the Knave.

Rome, thus being fleied by Brittaine and by France, 25
and knowing that Gamesters winninges are but chance,
Ventures to Challenge Denmark: the Dice Come
to Denmarkes hand; hee throwes & winnes from Rome
All that he playes for; whilst Graue Maurice standes
onely to see Faire Play: yett fills his hands 30
By Betting against Rome, Bearing away
so mutch, that Rome no more dare Bett or Play.
Her Crosses, Crucifixes, Myters, Cowles,
and all the Netts, shee throwes out to catch Sowles
Rome now hath lost, Shee, that did all desire, 35
is left more bare, then a bald, shaven Frier.

Theis Roiall Gamesters thus with Crownes being stor’de
and Rome being without Crownes, all roze from Bord:
The Reuells breake up, and theire leaves they take,
but (first) Inquiry mongst themselues they make, 40
Which of them all, (because All they had won
and that the Dice on theire sides onely ron)
Had playd but one false Trick; and fownd at last
that Rome threw false Dice in, at every cast,
For this, shee never blushd, but onely swore, 45
shee would with Thos 4 Gamesters play no more.
Whom will shee play with then, yf Dice ron true,
at her owne Game, Rome will her selfe undoe.

12La première strophe décrit la partie de backgammon entre l’Angleterre et la papauté (le pape et le cardinal, « proud Rome », v. 1), alliée à l’Autriche (v. 7), allusion claire à Albert, archiduc d’Autriche, gouverneur puis souverain des Pays-Bas espagnols. L’enjeu de la partie est l’objet que veut récupérer le pape : « The last Stake is the Pax » (v. 5), mot qui signifie à la fois la paix mais aussi l’objet du culte (baiser de paix), défini ainsi par l’OED : « 1. Christian Church. A tablet of gold, silver, ivory, etc., with a projecting handle, depicting the crucifixion or other sacred subject, which is kissed by the celebrating priest and then by the other participants at a mass; an osculatory ». La conclusion de la strophe est que c’est le cardinal, et donc l’Autriche à travers lui, qui sème le trouble dans toute la chrétienté, affirmation qui pourra aussi s’appliquer à la Guerre de Trente Ans, pendant laquelle les pays protestants se sont battus contre les Habsbourg.

  • 9 Anonyme, The Groome-Porters lawes at Mawe to be obserued in fulfilling the due orders of the Game, (...)
  • 10 Voir aussi David Partlett : « If you have been dealt the Ace of trumps, you are entitled to ‘rob th (...)

13Le jeu de cartes opposant Henri IV à un moine fait l’objet de la deuxième strophe, qui nous apprend qu’il s’agit du « maw » (v. 15), un jeu de cartes très populaire en Angleterre, dont on trouve une codification sommaire dans The Groome-Porters lawes at Mawe to be obserued in fulfilling the due orders of the Game9. Les règles de ce jeu10 nous permettent de comprendre que la France, qui a l’as de cœur en main (v. 22), est en droit de prendre la carte retournée du paquet qui est à la gauche du moine et qui se trouve être le cinq de cœur (« the Five Finger », v. 20, autre nom de ce jeu), c’est-à-dire la carte d’atout la plus haute. C’est donc elle qui va gagner la partie. Mais dans la mesure où ce jeu se joue en cinq coups, le moine n’est pas censé tenir huit cartes en main (Henri IV en tient une dans sa main droite et quatre dans sa main gauche), sauf s’il triche, ce que le graveur veut sans doute nous montrer.

14La troisième strophe décrit le jeu de dés (v. 27), qui permet au Danois, sous le regard du Hollandais, de remporter la mise, le camp catholique perdant tout : mitre, pax (baiser de paix), calice et la chemise du moine (v. 33-36). C’est la dernière strophe qui nous informe que les dés sont pipés (v. 43-48), ce qui non seulement jette l’opprobre sur le camp catholique, mais rend sa défaite d’autant plus pitoyable, même si « Rome » n’en éprouve aucune honte : « For this, shee never blushd » (v. 45).

  • 11 Le titre exact est « Deo trin-vni Britanniæ bis ultori In memoriam Classis invincibilis subversæ | (...)
  • 12 C’est celle que donne le roi lui-même lors de son discours au Parlement en novembre 1605 : « my Sub (...)
  • 13 Pour plus de détails, voir la notice de J. M. Blatchly dans l’Oxford Dictionary of National Biograp (...)

15L’association par Thomas Cockson du catholicisme avec la tricherie renvoie, de manière très conventionnelle, à la fausseté que la tradition protestante assigne au catholicisme à la Renaissance : au sens théologique (qui, depuis Luther, fait du pape l’Antéchrist et le suppôt du Diable) et au sens moral de malhonnêteté. Cette tradition polémique se retrouve dans une gravure de 1621 portant le nom de Samuel Ward, The Double Deliveraunce11, qui célèbre ensemble la défaite de l’Invincible Armada (1588) et l’échec de la Conspiration des Poudres (1605) pour faire « honte perpétuelle aux papistes » (« In perpetuam Papistarum infamiam »), que le graveur a représentés assis autour d’une table au milieu de laquelle trône le Diable. L’Armada espagnole y est d’ailleurs décrite comme « Ventorum Ludibrium » (« le jouet du vent ») et les deux événements sont clairement placés sous le signe d’une Providence divine qui veille aux intérêts anglais. Mais cette présentation, somme toute conventionnelle12, des événements n’a pas empêché Samuel Ward, prédicateur à Ipswich, d’être envoyé à la prison de Fleet Street sur plainte de l’ambassadeur espagnol à Londres, le comte de Gondomar, qui négociait à l’époque le mariage du prince Charles avec l’Infante d’Espagne13.

Figure 3, Samuel Ward, The Double Deliveraunce (1621). © Amsterdam, Rijksmuseum.

16Jeu, tricherie et catholicisme, en particulier espagnol, sont d’ailleurs associés dans un pamphlet anonyme dont la première édition est datée, sans certitude, de 1622 dans le catalogue de la British Library : Tom Tell Troath or, A Free Discourse Touching the Manners of the Tyme. Directed to His Majestie by Way of Humble Advertisement. Publié au même moment que la gravure de Ward, il reflète bien l’humeur de l’opinion publique anglaise envers la politique pro-espagnole du gouvernement :

  • 14 Anonyme, Tom Tell Troath or, A Free Discourse Touching the Manners of the Tyme. Directed to His Maj (...)

In your Majesties owne Tavernes / for one healthe / that is begun to your selfe / ther are ten drunke to the Princes your forayn Children. And when the wine is in their heads / Lord have mercie on their tonges. Ever in the very gaming Ordinaries / where men have scarce leisure to say grace / yet they take a tyme to censure your Majesties actions and that in their oulde schoole Termes. They say / you have lost the fayrest game at Maw / that ever King had / for want of making the best advantage of the five finger / and playing the other helpes in time. […] That hee you played withall hath ever been knowne for the greatest cheater in Christendome. In fine / there is noe way to recover your losses / and vindicate your honour / but with fighting with him / that hath cozened you. At which honest downe righte play / you will be hard enough for him with all his Trickes14.

17Dans ce passage, qui associe le jeu avec l’ivrognerie, l’impiété et la grossièreté, l’auteur utilise, comme Cockson avant lui, le jeu de Maw, mais cette fois pour se moquer de la maladresse diplomatique de Jacques Ier. Faute d’utiliser sa carte maîtresse (« the five finger ») au moment opportun, le roi se fait duper par son adversaire, décrit comme le plus grand tricheur de la Chrétienté, à savoir l’Espagnol honni des Anglais.

18Henri IV est plus habile dans la gravure, dont la satire est aiguisée par des devises et citations latines, essentiellement tirées des Écritures. Il est clair que l’auteur s’attend à ce que les lecteurs / spectateurs de son œuvre les identifient et s’amusent de les voir ainsi détournées pour faire la leçon à la papauté. Ainsi, de gauche à droite, on peut lire :

  • Au-dessus de la tête du cardinal, « Per Bellum, mihi Pax » : « par la guerre, la paix / le baiser de paix est à moi », avec le jeu de mots sur « pax ».

    • 15 Le texte anglais des citations bibliques provient de la Bible de Jacques Ier.

    Au-dessus de la tête du pape, « Cinge gladium », « Ceints le glaive [sur ta hanche] », tiré du Psaume xlv, 3 (« Gird thy sword upon thy thigh, / O most mighty, with thy glory and thy majesty »)15.

  • Au-dessus de la tête de Jacques Ier, « Da Cæsari… » renvoie à la formule célèbre qu’on trouve dans saint Matthieu xxii, 21, ou dans saint Luc xx, 25 : « Render therefore unto Cæsar the things which are Cæsar’s ; and unto God the things that are God’s ».

  • Le premier moine semble demander pitié : « Miserere », Psaume li.

  • Au-dessus de la tête d’Henri IV, on lit : « Cor vnum, Via vna » : « Un seul cœur, une seule route », qui fait allusion à la fois à l’honnêteté du personnage et à la carte qu’il tient en main.

  • « Fratris in vnum » : « Ecce quam bonum et quam jucundum habitare fratres in unum », Psaume cxxxiii (« Behold, how good and how pleasant it is for brethren to dwell together in unity ! »), commentaire ironique sur le sort des trois moines, mais peut-être aussi sur la situation de la Chrétienté.

  • Au-dessus de la tête de Christian IV de Danemark, « Et fortis, & fidus » : « Et fort et fidèle / loyal ».

  • Le troisième moine est associé à un passage du Livre de Job (i, 21) : « Nudus in mundum veni » : « dixit nudus egressus sum de utero matris meæ et nudus revertar illuc » (« And said, Naked came I out of my mother’s womb, and naked shall I return thither  »).

  • Enfin, Cockson a transformé la formule inspirée de l’Ecclésiaste « Sic transit gloria mundi » en « Sic transit Gloria Romæ » (au-dessus de la tête de Maurice d’Orange), qui conclut, à droite, la lecture de l’œuvre, en insistant sur la défaite catholique. L’ironie est d’autant plus grande que la formule, à droite de la gravure, renvoie le lecteur à la figure du pape située à gauche, puisque ces paroles étaient prononcées trois fois lors de l’intronisation des papes.

  • 16 La Compagnie Hollandaise des Indes Orientales (Verenigde Oostindische Compagnie) fut créée en 1602 (...)
  • 17 Jean Hotman, fils de François Hotman (l’auteur de la Franco-Gallia, 1573), traduisit le Basilikon D (...)

19Il est ainsi très vraisemblable que l’œuvre de Cockson fasse référence à cet événement historique européen qu’est la Trêve de Douze Ans, dont on ne peut comprendre les enjeux que par un bref retour en arrière. Les Provinces-Unies (calvinistes), au nombre de sept, firent sécession des Pays-Bas espagnols en 1579 (Union d’Utrecht), puis en 1581 (Acte de La Haye). S’ensuivit alors une guerre d’indépendance menée contre l’Espagne catholique, à laquelle la Trêve mit fin temporairement en 1609. Les Provinces-Unies avaient remporté un certain nombre de victoire contre Philippe II (Breda, Deventer, Hulst et Groningue) quand son fils Philippe III lui succéda. Soulagés sur le front français par la paix de Vervins conclue en 1598, et sur le front anglais, par celle de Londres en 1604, les Espagnols concentrèrent leurs efforts contre les Provinces-Unies, sans toutefois marquer de points décisifs. La guerre coûtait très cher et, outre la dépense militaire, l’Espagne devait aussi subir les pertes que lui infligeait la Compagnie Hollandaise des Indes Orientales aux Moluques16. L’argent (et les biens matériels) sont d’ailleurs au centre des échanges dans la gravure de Cockson, ce qui prouve que les motivations religieuses se doublent de motivations économiques, comme ce sera le cas lors de la Guerre de Trente Ans. Philippe III finit par renoncer à financer une entreprise militaire qui, visiblement, ne menait à rien de sorte que les conditions d’un accord avec la partie adverse étaient désormais réunies. Les négociations s’engagèrent entre les Hollandais, représentés par Jan van Oldenbarnevelt, et les Espagnols, représentés par Ambrogio Spinola. De son côté, la France envoya Pierre Jeannin, ministre d’Henri IV, et Jean Hotman17 ; l’Angleterre, Ralph Winwood, l’ambassadeur anglais à La Haye, et le Danemark Jacob Ulfeldt. Seuls les Français et les Anglais restèrent jusqu’au bout, en avril 1609, quand, à défaut d’une paix en bonne et due forme, une trêve fut signée par les deux parties. Les obstacles à un traité de paix concernaient le commerce international et la religion. L’Espagne exigeait des Hollandais qu’ils ne naviguent pas au sud de l’Équateur et que les catholiques puissent jouir de la liberté de culte, deux demandes refusées par la République des Provinces Unies. La Trêve représentait donc bien une victoire diplomatique pour les Hollandais (les Provinces-Unies se voyaient reconnues par l’Angleterre et la France) et une humiliation pour l’Espagne, qui est absente de la gravure. Peut-être est-ce une marque de prudence politique de la part de Cockson, dans la mesure où l’Angleterre était officiellement en paix avec cette puissance. On a vu ce qu’il en a coûté à Samuel Ward, douze ans plus tard, de s’en prendre à elle.

  • 18 Jacques Ier, The Political Works of James I, op. cit., p. lvii. Sur cette question, voir le chapitr (...)
  • 19 Triplici nodo, triplex cuneus. Or An apologie for the Oath of allegiance against the two breues of (...)
  • 20 Voir David Martin Jones, Conscience and Allegiance in Seventeenth-Century England : The Political S (...)
  • 21 Les citations du serment en français proviennent de la traduction de Jean Loiseau de Tourval, Apolo (...)

20À l’observer plus en détail, il semble toutefois que The Revells of Christendome puisse être lue à la lumière d’un autre aspect de la diplomatie européenne de la fin des années 1600. Alors qu’Henri IV et Christian IV regardent vers leur gauche, Jacques Ier tourne le dos à Henri IV et regarde vers sa droite, en direction du cardinal et du pape. Sa main droite est posée sur la tiare pontificale, tandis que la gauche est posée sur le bras droit du pape, qui essaie en vain de récupérer le baiser de paix (« pax ») et la mise d’argent sur la table. Dans le même temps, le cardinal s’attaque au roi d’Angleterre avec sa crosse épiscopale, dont l’embout pointu est à environ dix centimètres de son torse. Le triangle que les trois personnages forment est assez remarquable pour qu’on y voie une possible allusion à la controverse suscitée par le Serment d’Allégeance imposé en 1606 aux récusants par Jacques Ier après la Conspiration des Poudres, évoquée par Samuel Ward dans sa gravure. Dire que cette mesure fit polémique est un euphémisme, puisqu’elle provoqua une « guerre de papier » (« a paper warfare ») de dimension européenne18, qui commença avec la publication, dès 1607, d’un traité anonyme (en réalité écrit par le roi lui-même) visant à justifier le serment19. Ce texte reproduit les deux brefs du pape (22 septembre 1606 et 23 août 1607) interdisant aux catholiques anglais de prêter ce serment ainsi que la lettre de Robert Bellarmin, cardinal jésuite délégué par Paul V pour mener la controverse, à l’archiprêtre George Blackwell qui, pour se distinguer des Jésuites honnis en Angleterre, avait au contraire enjoint aux catholiques de l’accepter. Le point d’achoppement de ce texte, dont Jacques Ier et Robert Cecil voulaient faire un outil de gouvernement20, résidait principalement dans la négation du pouvoir temporel indirect du pape, c’est-à-dire sa capacité à « deposer le Roi » et à « liberer aucun de ses sujets de leur obéissance, et fidélité »21. Pire encore, du point de vue du Saint Siège, les sujets catholiques du roi d’Angleterre devaient jurer ceci :

  • 22 Ibid.

Au surplus ie iure et proteste du meilleur de mon cœur que ie deteste & abiure, comme impie et heretique ceste damnable position & doctrine, Que les Roys excommuniez ou priuez par le Pape peuuent estre deposez, ou assassinez par leurs suiects, ou autre que ce soit22.

  • 23 Maurice Lee Jr., James I and Henry IV: An Essay in English Foreign Policy, 1603-1610, Urbana, Unive (...)
  • 24 Jacques Ier, Declaration du Serenissime Roy Iacqves I. Roy de la Grand’ Bretaigne France et Irlande (...)

21Jacques Ier réaffirmait ainsi, à la suite d’Henri VIII et d’Élisabeth Ire, la souveraineté totale et absolue de la Couronne anglaise vis-à-vis du pouvoir pontifical. C’est en ce sens qu’on doit très certainement interpréter le geste significatif du roi d’Angleterre dans la gravure : la main qu’il pose sur la tiare pontificale est prête à l’ôter du chef papal. Au-delà du conflit confessionnel entre protestants et catholiques, Cockson donne à voir cette lutte de pouvoir entre la papauté et le roi d’Angleterre. En 1609, Jacques Ier republie l’Apologie – sous son nom cette fois – et y adjoint une préface, qui, dans l’édition de ses œuvres politiques en 1616, sera intitulée A Premonition to all Most Mightie Monarches, Kings, Free Princes, and States of Christendome. Le roi, qui avait épousé Anna, la sœur de Christian IV de Danemark, fait transmettre par son ambassadeur, Sir George Carew, un exemplaire de ce livre à Henri IV. Celui-ci l’accepte sans le lire (car Jacques y décrit le pape comme l’Antéchrist) et le donne à lire au cardinal Jacques Davy du Perron23, avec lequel Jacques Ier poursuivra la controverse dans un texte écrit en français et publié en 161524.

  • 25 Amsterdam, Rijksmuseum, référence FMH 1267-c, 390 x 900 mm. David Vinckboons (1578-1629) est connu (...)

22Le parti pris satirique de Thomas Cockson n’avait rien d’évident et d’autres gravures auraient été possibles pour célébrer la Trêve de Douze Ans. Aux Pays-Bas, c’est par le genre allégorique que cet événement est célébré, comme dans cette eau-forte de David Vinckboons25, où on voit la Trêve sous les traits d’une belle femme, escortée par Prosperitas et Disciplina, qui tient enchaînée la Guerre et trône sur un char tiré par deux chevaux, montés par Isabelle et Albert, archiduchesse et archiduc d’Autriche, flanqués de Modestia et d’Amor patriæ. À côté du char qui écrase Calamitas et Licentia, marchent Henri IV et Jacques Ier.

Figure 4, David Vinckboons, Allegorie op het Twaalfjarig Bestand (Allégorie de la Trêve de Douze Ans) (1609). © Amsterdam, Rijksmuseum.

23Mais sur le même thème, Vinckboons a produit une œuvre qui permet de mieux montrer l’originalité de Cockson : il s’agit de Dankzij het Bestand leven boeren en soldaten vreedzaam samen (Grâce à la trêve, agriculteurs et soldats vivent ensemble en paix)26.

Figure 5, David Vinckboons, Dankzij het Bestand leven boeren en soldaten vreedzaam samen (1610). © Amsterdam, Rijksmuseum.

24C’est une image d’harmonie et de réconciliation que le Hollandais a voulu transmettre, harmonie faite de danse, d’amitié, d’amour, de maternité généreuse, de chiens repus, d’agriculture prospère (à l’arrière-plan) et, dans la partie gauche, de jeu de cartes bon enfant.

Figure 6, David Vinckboons, ankzij het Bestand leven boeren en soldaten vreedzaam samen (1610), detail. © Amsterdam, Rijksmuseum.

25Contrairement à The Revells of Christendome, le jeu, apparemment dénué de tricherie, renvoie à la valeur très positive de la sociabilité. Il ne semble pas non plus y être question d’argent puisqu’on n’y voit aucune pièce de monnaie sur la table. Celle-ci est un lieu de rencontre festive au sein d’une même communauté nationale, pas un lieu d’affrontement international. Elle est ici le lieu traditionnel du repas pris en commun. Les personnages sont des gens ordinaires, ceux qui bénéficient de la trêve : leurs jeux en sont la conséquence, ils n’en sont pas le moyen allégorisé.

Les jeux de hasard au centre de discours divergents

26Le discours anticatholique développé dans The Revells of Christendome entre aussi en résonance avec les discours sur les jeux de hasard. D’emblée, il est important de préciser que ces discours sont loin d’être univoques, comme Thomas Gataker, pasteur anglican à Rotherhithe, le rappelle dans le traité qu’il consacre à la question des jeux de hasard en 1619, Of the Nature and Use of Lots :

  • 27 Thomas Gataker, Of the nature and vse of lots a treatise historicall and theologicall, Londres, Pri (...)

Now concerning these games of hazard, as they are tearmed, wherein a Lot is thus vsed, and there is therefore a kinde of Lotery in them, there is much question and disputation among the learned: and diuers reuerend and religious passe a peremptory sentence vpon them as altogether vnlawfull and vnbeseeming good Christians27.

  • 28 Par exemple, Henri VIII réglementa sévèrement les jeux de cartes et de backgammon en 1541-42, Gina (...)
  • 29 James Balmford, A Short and Plaine Dialogue Concerning the vnlawfulnes of playing at Cards or Table (...)

27Comme l’indique la seconde partie de la citation, les jeux de cartes et de dés font très tôt l’objet d’une réprobation en Angleterre, non seulement pour des raisons théologiques (le hasard est une négation de la Providence divine), économique (quand on joue pour de l’argent) et morale (car la tricherie y est toujours associée), mais elle n’est pas unanime (« diuers reuerend and religious »)28. Vers la fin du règne d’Élisabeth Ire, James Balmford, un pasteur de l’Église anglicane, publie un opuscule visant à condamner les jeux de hasard : A Short and Plaine Dialogue Concerning the vnlawfulnes of playing at Cards or Tables, or any other game consisting in chance.29 Dans ce dialogue entre un « Professeur » (« Professor ») et un « Prédicateur » (« Preacher »), les dés, les cartes et le backgammon sont tous les trois condamnés, même si l’auteur concède une part moins importante au hasard dans les deux derniers. Le « Prédicateur » explique ainsi :

If Dice be wholly euill, because they wholly depend vpon chance, Then Tables and Cardes must needes be somewhat euill, because they somewhat depend vpon chance. Therefore consider well this reason, which condemneth the one as well as the other : Lots are not to be vsed in sport ; but games consisting in chance, as Dice, Cardes, Tables, are lots therefore not to be vsed in sport. (sig. A4V)

28Plus loin, il explique pourquoi les cartes et le backgammon sont condamnables, même si, comme l’avance le « Professeur », ils mettent en jeu l’intelligence humaine (« wit ») : « Yet Lotterie is vsed by casting Dice, and by shufling and cutting, before the wit is exercised » (sig. [A6]V). À l’objection du « Professeur » : « Lots are secret and the disposing of them of God, Pro.16.33 but it is otherwise in Tables and Cards » (sig. [A7]R), le « Prédicateur » répond :

  • 30 « To practise certain tricks in throwing dice » (OED, 1.a).

Lots are cast into the lap by man, and that openly, lest conueiance should be suspected : but the disposing of the chance is secret, that it may be chance indeede, and wholly of God, who directeth all things, Prou. 16.13.9.33. So in Tables, man by faire casting Dice truly made, and in Cardes, by shuffling & cutting, doth openly dispose the Dice and Cards so, as whereby a variable euent may follow : but it is only and immediatly of God that the Dice bee so cast, and the Cards so shuffled and cut, as that this or that game followeth, except there be cogging30 and packing. So that in faire play mans wit is not exercised in disposing the chance, but in making the best of it being past. (sig. [A7]R-V)

  • 31 James Balmford, op. cit., sig. [A9]R. Même le puritain Philip Stubbes, dans son Anatomie of Abuses (...)

29La conclusion du traité vient pourtant légèrement nuancer le propos, puisque le « Prédicateur » concède que tout en étant illicites, les jeux de cartes et de backgammon sont moins peccamineux si on s’y livre pour se divertir, sans miser beaucoup d’argent, sans jurer et sans se quereller31.

  • 32 Gina Bloom, op. cit., p. 35.

30Dans son livre Gaming the Stage, Gina Bloom mentionne une plus grande tolérance pour ces jeux à la fin du XVIe siècle32. On peut d’ailleurs trouver chez le roi Jacques Ier une défense de ce type de jeux. Toujours soucieux de se distinguer des puritains (comme en témoigne le Book of Sports de 1618), il ne dédaigne pas les jeux de cartes (« sitting house-pastimes ») et en fait même l’éloge à son fils et héritier (le prince Henry) dans le Basilikon Doron :

And as for sitting house-pastimes, […] I [can]not vtterly condemne them […]. I will not therefore agree with the curiositie of some learned men in our aage, in forbidding cardes, dice, and other such like games of hazard […]: For they are deceiued therein, in founding their argument vpon a mistaken ground, which is, that the playing at such games, is a kind of casting of lot, and therefore vnlawfull; wherein they deceiue themselues: For the casting of lot was vsed for triall of the trewth in any obscure thing, that otherwayes could not be gotten cleared […]. Not that thereby I take the defence of vaine carders and dicers, that waste their moyen, and their time […] vpon prodigall and continuall playing: no, I would rather allow it to be discharged, where such corruption cannot be eschewed. […] as to dicing, I thinke it becommeth best deboshed souldiers to play at, on the head of their drums, being onely ruled by hazard, and subiect to knauish cogging. And as for the chesse, I thinke it ouer fond, because it is ouer-wise and Philosophicke a folly.

But in your playing, I would haue you to keepe three rules: first, or ye play, consider yee doe it onely for your recreation, and resolue to hazard the losse of all that ye play; and next, for that cause play no more then yee care to cast among Pages: and last, play alwaies faire play precisely, that ye come not in vse of tricking and lying in ieast: otherwise, if yee cannot keepe these rules, my counsell is that yee allutterly abstaine from these playes: For neither a madde passion for losse, nor falshood vsed for desire of gaine, can be called a play.

31Dans un premier temps, le roi se démarque des auteurs de traités (« some learned men ») qui rejettent ces jeux au motif qu’ils font intervenir le hasard (« casting of lots »). Ce qu’il condamne en revanche c’est l’addiction aux jeux, qui fait perdre son temps et son argent et constitue donc un trouble social. Ce reproche figure d’ailleurs dans les traités consacrés au jeu à cette époque. L’opinion qu’il exprime sur les jeux de dés n’est pas surprenante. Il les associe aux soldats débauchés (« deboshed », un scotticisme en cette fin de XVIe siècle), image qui rappelle que des soldats romains ont joué aux dés la tunique du Christ ; au hasard, qui gouverne entièrement les dés et enfin à la tricherie (« cogging »), qui ne peut qu’être moralement condamnée. C’est juste après cette réprobation totale des dés qu’il s’exprime sur les échecs, qu’il décrit comme un jeu idiot (« over fond ») qui exerce trop l’esprit (« ouer-wise », « Philosophicke ») au point de témoigner, paradoxalement, d’un manque de raison. N’oublions pas qu’il s’agit là d’une mise en garde d’un roi à son héritier, qui doit consacrer ses facultés intellectuelles à d’autres choses plus sérieuses que de simples passe-temps. Dans un second temps, l’auteur recommande à son fils de ne pas prendre le jeu trop au sérieux, de ne pas y dépenser des sommes importantes et, surtout, de ne pas tricher : il convient de s’y comporter comme un gentilhomme.

  • 33 Le rapprochement est aussi effectué par John Northbrooke : « First it is ordeyned against the expre (...)
  • 34 Voir Gina Bloom, op. cit., p. 30.

32Ces deux opinions sur les jeux de hasard invitent à situer The Revells of Christendome au carrefour de deux problématiques : les usages du hasard d’une part, et les buts du jeu d’autre part. D’un côté, James Balmford condamne les jeux de hasard au motif qu’ils font entrer la notion de tirage au sort (« Lots ») utilisée à des fins récréatives, ce qui n’est pas plus admissible que de jurer sans raison valable33. De l’autre, celui qui était alors roi d’Écosse ne condamne pas ces jeux en eux-mêmes (bien que les dés ne soient pas dignes d’un prince, dit-il) si on s’y livre honnêtement (c’est-à-dire comme un gentilhomme) et pour se divertir34. Les arguments théologiques font place, chez lui, à des arguments éthiques et sociaux.

33La gravure de Cockson rejoue cette ambivalence puisque d’un côté le mot « Revells » connote la récréation et l’amusement tandis que son objet – le sort de la chrétienté – est tout sauf futile. C’est là le point d’articulation de la satire, qui traite légèrement de choses sérieuses. La lecture de l’œuvre est donc moins évidente qu’il n’y paraît. Si la cible avouée est bien le camp catholique – et tout particulièrement la papauté – il n’en reste pas moins que les trois monarques (dont le statut princier autorise de lui-même l’activité ludique) mettent le hasard à contribution, pour une cause fort grave, en accord avec ce que dit James Balmford, mais pas avec ce que préconise Jacques Ier. Malgré ce que déclare le pasteur anglican à propos du hasard dont Dieu dispose, l’association des relations internationales avec le jeu semble exclure toute Providence divine (absente de la gravure et du texte) et pose la question du rôle du hasard et de l’action humaine dans l’histoire. Thomas Cockson n’est pas, comme Samuel Ward, un prédicateur : la « leçon » de sa gravure est donc bien moins claire que celle de The Double Deliveraunce. Son ton satirique est plutôt à rapprocher de celui d’un John Marston ou d’un Thomas Middleton, qui sont ses contemporains.

34Or, pour que la satire fonctionne pleinement, il faudrait attribuer la défaite catholique soit à la Providence (comme le fait de manière explicite Samuel Ward) et s’en remettre ainsi à une vision conventionnelle de l’histoire, soit à l’intelligence politique des Hollandais et de leurs alliés et dans ce cas on se trouverait dans une vision de l’histoire qui serait plus exactement représentée par les échecs, puisque ce jeu de stratégie et de mémoire pures se joue sans dés et ne fait donc en rien intervenir le hasard. C’est la raison pour laquelle Middleton l’a choisi plutôt que tout autre jeu. Or, Thomas Cockson délaisse l’explication providentialiste tout en attribuant au hasard une part de la réussite du camp anti-catholique. On notera d’ailleurs que la Hollande, première concernée par la Trêve, joue au seul jeu de pur hasard de la gravure (les dés), tandis que les deux autres jeux impliquent une part de stratégie. Quoi qu’il en soit, en 1609, il semblait encore possible de traiter avec légèreté une situation qui allait, quelques années plus tard, dégénérer en un conflit européen des plus meurtriers.

Le jeu comme métaphore des relations internationales

35L’utilisation iconographique des jeux de hasard comme métaphore des relations internationales semble perdurer au XVIIe siècle, non seulement en Angleterre, mais aussi dans d’autres pays protestants, comme les Pays-Bas calvinistes. Les guerres qui ont marqué l’histoire européenne du XVIIe siècle (notamment la Guerre de Trente Ans) ont inspiré certains graveurs. Un jeu, en particulier, a retenu leur attention : le backgammon, qui se distingue des autres, en ce qu’il mêle hasard (les mouvements des pions sont déterminés par les dés) et intelligence humaine. Cette combinaison lui a permis d’être toléré par certains polémistes anglicans, comme John Northbrooke :

  • 35 John Northbrooke, op. cit., p. 111. Thomas Gataker explique de son côté : « Now in these cases a Lo (...)

Playing at Tables is farre more tollerable (although in all respectes not allowable than dyce and cardes are), for that it leaneth partly to chaunce, and partly to industrie of the mynde. For although they cast indeed by chaunce, yet the castes are governed by industrie and witte: In that respecte Plato affirmed, that the life of manne if lyke vnto the playe at Tables. For euen as (sayeth he) in Table playe, so also in the lyfe of man, if anye thing go not verye well, the same must bee by arte corrected and amended […])35.

Figure 7, Anonyme, Ein spiel fengt sich gar leichtlich ann ([1621]), détail, Londres, British Museum. © The Trustees of the British Museum.

36En 1621 (date incertaine), un graveur anonyme (peut-être allemand) a choisi la métaphore du backgammon pour évoquer la situation allemande au début de la Guerre de Trente Ans : on y voit à droite, Ernst von Mansfeld, qui commandait l’armée de Frédéric V l’Électeur Palatin (gendre de Jacques Ier), opposé à Jean de T’Serclaes, comte de Tilly, chef de l’armée de la Ligue catholique opposée à l’Union évangélique des États protestants d’Allemagne. La gravure pourrait faire référence aux combats qui opposèrent Tilly à Mansfeld en Bohême.

Figure 8, Anonyme, Ein spiel fengt sich gar leichtlich ann ([1621]), détail, Londres, British Museum. © The Trustees of the British Museum.

  • 36 Anonyme, Ein spiel fengt sich gar leichtlich ann, [1621], Londres, British Museum (référence 1880,0 (...)

37L’enjeu consiste en des modèles réduits de villes, situés d’un côté de la table à jeux et on voit que le comte de Tilly en tient une dans sa main gauche et qu’il a fait un double six, ce qui lui permet quatre déplacements de pions au lieu de deux. La notice du British Museum nous indique que l’objet de cette eau-forte intitulée Ein spiel fengt sich gar leichtlich ann est d’inciter les Allemands à s’unir contre un tiers, l’ennemi turc, qu’on voit en arrière-plan face à un Hongrois36. Cela pourrait aussi rappeler que Tilly, aux ordres de l’empereur Rodolphe II, participa à la campagne de Hongrie contre les Turcs (1602-1606).

Figure 9, Anonyme, Ein spiel fengt sich gar leichtlich ann ([1621]), détail, Londres, British Museum. © The Trustees of the British Museum.

38Une autre partie se joue à gauche, que le Temps (assis avec sa faux, indiqué par « zeÿt ») observe. Deux chevaliers en armure s’opposent, l’un ayant un glaive devant lui, l’autre tenant un épi de blé. L’enjeu semble être la couronne posée au milieu de la table et les cartes sont distribuées (pas encore ?) par ce qui ressemble à une allégorie du hasard.

  • 37 Anonyme, The Royal Gamesters… (1626-1629), Londres, British Museum (référence 1868,0808.3221, 258 x (...)

39En Angleterre, vers la fin des années 1620 et toujours dans le contexte de la Guerre de Trente Ans, un graveur anonyme reprit l’œuvre de Cockson pour donner une nouvelle version de The Revells of Christendome, intitulée, dans le catalogue du British Museum, The Royal Gamesters d’après les premiers mots du texte (« These Royall Gamsters… »)37. En fait, il n’y a pas de titre à proprement parler, contrairement à la gravure de Cockson, et cette version abandonne la satire. Elle a de toute évidence été réalisée à la hâte pour coller à l’actualité.

Figure 10, Anonyme, The Royal Gamesters… (1626-1629), Londres, British Museum. © The Trustees of the British Museum.

  • 38 Cette version figure dans le livre de Gina Bloom, op. cit., figure 5 (planches hors texte), gravure (...)
  • 39 On notera toutefois que dans la partie de cartes qui oppose Christian IV au moine, le graveur a rep (...)

40L’image a été inversée et le texte, identique à celui de la gravure de Cockson (avec transposition des noms et prénoms), est placé dans l’ordre inverse, pour suivre l’image. Les personnages ont changé et, pour rendre la lecture plus claire, le nom de quatre d’entre eux est indiqué au-dessus de leur tête : Charles Ier a remplacé son père, Christian IV de Danemark a remplacé Henri IV et Gustave Adolphe, roi de Suède, a remplacé Christian IV de Danemark38. À l’extrême gauche, Bethlen Gabor (chef de guerre hongrois) a remplacé Maurice de Nassau. Par ailleurs, sans se soucier le moins du monde de la ressemblance avec le modèle vivant, le graveur a donné au cardinal le nom de Richelieu (mais le texte continue de mentionner l’Autriche). Les arcades aux bucranes moqueurs ont fait place à de simples colonnes à feuilles d’acanthe, ce qui contribue aussi à ôter à la gravure son caractère satirique. Ce qui demeure du modèle, en revanche, ce sont les trois jeux : les dés, les cartes et le backgammon39.

  • 40 La province de Holstein (au nord de la ville de Hambourg) avait été érigée en duché en 1474 par l’e (...)
  • 41 Mark Greengrass, op. cit., p. 596-597. Albert-Venceslas Eusèbe von Wallenstein (1583-1634), issu de (...)
  • 42 Sur l’image de Gustave Adolphe dans l’Angleterre caroléenne, voir Simon McKeown, « The Reception of (...)

41Les modifications opérées par le graveur témoignent de l’évolution de la situation internationale. L’Europe a désormais plongé dans la guerre. Christian IV, qui était duc d’Holstein40 et donc prince du Saint Empire Romain germanique, voyait d’un très mauvais œil que l’empereur Ferdinand II renforce sa présence militaire au nord de l’Allemagne – et donc à la frontière de son royaume – et vienne lui faire concurrence en matière commerciale. Il lui déclara la guerre, en tant que duc de Holstein, en 1625, pour des raisons qui n’étaient donc pas uniquement religieuses. Après un début catastrophique où Christian IV faillit perdre la vie, ses troupes finirent par l’emporter contre l’armée dirigée par le comte de Tilly et le général Wallenstein41. Dès 1619, Bethlen Gábor, prince calviniste de Transylvanie, s’opposa aux Habsbourg de Hongrie qui persécutaient les protestants. Alternant succès et échecs militaires, il négocia avec l’ennemi afin de conclure des traités de paix, les deux derniers étant celui de Vienne (1624) et celui de Presbourg (1626). Enfin, Gustave II Adolphe (le père de la reine Christine, très admiré des Anglais), qui régnait sur la Suède depuis 1611, ne s’engagea dans la guerre qu’en 1630, pour soutenir avec succès les protestants allemands contre les catholiques, notamment à la bataille de Breitenfeld en septembre 1631. C’est d’ailleurs au cours d’une de ces batailles qu’il fut tué, en novembre 163242. Enfin, Charles Ier, tout comme son père, n’avait guère l’envie – ni les moyens – de se lancer dans une guerre coûteuse qui aurait mis à mal ses tentatives d’apaisement avec l’Espagne, concrétisées par le traité de paix signé avec la puissance catholique en 1630. Dans la gravure, il figure néanmoins dans le camp protestant. La présence de Richelieu présenté comme antagoniste laisse également songeur car s’il est vrai qu’à l’intérieur le ministre de Louis XIII persécutait les protestants, pour ce qui est de la politique extérieure, celui-ci se méfiait de la puissance des Habsbourg et finit par s’allier avec leurs ennemis. Mais ce n’est qu’en 1635 que la France déclare la guerre à l’Espagne. On voit donc que l’auteur de cette image a voulu simplifier une situation fort complexe (tout et en créant des incohérences), en la résumant à une opposition facile à lire entre protestants et catholiques. La transposition systématique ne fonctionne pas très bien et il est clair que l’enjeu de cette partie ne peut être la paix, comme dans la gravure de Cockson.

  • 43 Elles mériteraient à elles seules des analyses approfondies (image, texte et contexte), mais, outre (...)
  • 44 Anonyme, ’t Wonderlijk Verkeer-Spel…, 1652, Amsterdam, Rijksmuseum (référence RP-P-OB-81.744, 439 x (...)

42Pour terminer cette étude, j’évoquerai rapidement43 deux gravures hollandaises des années 1650 qui utilisent le backgammon comme vecteur de sens. La première, anonyme, date de 1652 et s’intitule ’t Wonderlijk Verkeer-Spel… [Le Merveilleux trafic du jeu ?]. La seconde est diversement intitulée The Game of War (au Rijksmuseum, qui l’attribue possiblement à Crispin de Passe II) ou Aurea libertas (au British Museum, qui ne donne aucun nom d’auteur)44.

Figure 11, Anonyme, ’t Wonderlijk Verkeer-Spel (1652), detail. © Amsterdam, Rijksmuseum.

43La première gravure se compose de deux parties : l’image en haut, le texte explicatif (en néerlandais) en bas. Dans l’image, on voit Oliver Cromwell (A), portant un collier fait de crânes, d’os et de dés à jouer (voir Figure 12), engagé dans une partie de backgammon avec la Hollande debout à droite (B), entouré principalement de l’Espagne (D) et de la France (E) à gauche45.

Figure 12, Anonyme, ’t Wonderlijk Verkeer-Spel (1652), detail. © Amsterdam, Rijksmuseum.

44À l’arrière-plan, en partant de la droite, la lettre F (extrême-droite) désigne le Danemark, la lettre I le Portugal, la lettre G l’Écosse et la lettre H l’Irlande. En haut à gauche on peut voir une carte de la Hollande (l’Ouest en haut, l’Est en bas) et à droite une carte de l’Angleterre (même orientation). Quant au chien – ici aussi il y en a un ! – situé à la gauche du Français, la légende (« den bloethout Fairfax ») nous indique qu’il représente Sir Thomas Fairfax, commandant de l’armée anglaise durant la Guerre Civile (New Model Army). L’Espagne et la France ne sont que spectatrices d’une partie qui se jouent entre l’Angleterre et les Pays-Bas. L’enjeu, dans ce cas, est le contrôle du trafic commercial en mer du Nord. La partie semble bien engagée pour Cromwell, puisqu’il a réussi à regrouper ses pions dans son jan, conformément aux règles du backgammon. C’est sans doute ce qui rend le Hollandais si perplexe. On notera toutefois que contrairement aux gravures précédentes les flèches du jeu (au nombre de vingt-quatre) ne sont pas dessinées et qu’on ne voit pas les dés, qui se trouvent peut-être dans la main droite de Cromwell qui semble s’apprêter à les lancer.

45En revanche, ces détails figurent dans The Game of War, image accompagnée, comme la précédente, d’un long texte (en néerlandais) en vers disposé en quatre colonnes.

Figure 13, Cripsin de Passe II (Crispijn van de Passe) (?), The Game of War (1656). © Amsterdam, Rijksmuseum.

46Le contexte est celui de la guerre qui a opposé, de 1655 à 1660, le Danemark à la Suède. Dans ce conflit, l’Angleterre et la Hollande se sont alliées au Danemark contre la Suède, d’où cette gravure hollandaise. Les deux adversaires pourraient être soit de simples officiers soit le roi Christian IV de Danemark (à droite) et le chancelier suédois Axel Oxenstierna (à gauche)46. La victoire suédoise contre le Danemark est symbolisée par le passage des richesses danoises, à droite (argent, vivres, bétail) du côté suédois, à gauche (on voit des hommes emballer les biens qui constituaient l’enjeu de la partie). Au premier plan, à droite, on voit un bourgeois hollandais (qui porte un couvre-chef similaire à celui du Hollandais de la gravure précédente) verser de l’argent dans un coffre percé.47 Dans les faits, la Suède réussit à conquérir (traité de Roskilde, 1658) une partie stratégique du territoire danois, à savoir le détroit d’Öresund, de part et d’autre duquel les villes d’Elseneur (côté danois – identifiée par le château de « Krohnenburg » à droite) et d’Helsingborg (côté suédois – Elsenburg à gauche) se font face. La « liberté dorée » (Aurea libertas) dont il est question ici semble donc être d’ordre commercial et vaut de prendre les « risques de la guerre » (Alea belli), comme il est écrit sur le tapis qui recouvre la table.

Figure 14, Cripsin de Passe II (Crispijn van de Passe) (?), The Game of War (1656), détail. © Amsterdam, Rijksmuseum.

47On remarque en haut à droite, la main de Dieu tenant un glaive, comme pour signifier la présence de la Providence divine, qui viendrait justifier la guerre menée par le Danemark contre la Suède. C’est aussi elle qui, comme le rappelait James Balmford en 1593, dispose du hasard (voir plus haut). Cette gravure, contrairement aux autres, n’hésite donc pas à associer hasard (les dés qui servent à faire avancer les pions du backgammon), stratégie (choix des joueurs) et Providence divine, sans qu’il soit aisé de comprendre l’intention de l’auteur, faute de pouvoir élucider le texte.

Figure 15, Cripsin de Passe II (Crispijn van de Passe) (?), The Game of War (1656), détail. © Amsterdam, Rijksmuseum.

Conclusion

  • 48 Anonyme, Ecclesiastics Gambling, 1610-1630, Barnard Castle, The Bowes Museum (reference B.M. 610, 4 (...)

48Comme on l’a vu, la gravure de Peter van der Heyden a eu une intéressante postérité en Angleterre avec Cockson et son imitateur. Cette liste ne serait toutefois pas complète si on omettait de préciser que le Bowes Museum de Barnard Castle dans le comté de Durham possède une toile de l’école flamande intitulée Ecclesiastics Gambling,48 inspirée de la gravure de Heyden. On n’y voit en effet pas de chien, le cardinal porte un chapeau, les visages ressemblent à ceux de Heyden, ainsi que les couvre-chefs. Les cartes cependant ne sont pas tout à fait les mêmes : le deuxième moine en partant de la droite semble avoir le neuf de pique en main, tandis que la carte retournée sur le paquet semble être le six de cœur. Le moine de droite, toujours vêtu d’une chemise, ne joue pas aux dés avec son adversaire et semble avoir posé sa robe sur la table. Enfin, contrairement à The Revells of Christendome, il n’y a aucun texte dans ce tableau pour guider le spectateur. Là encore, l’acuité satirique de Cockson s’est perdue dans une pâle imitation qui ne retient que la victoire protestante contre les catholiques.

  • 49 Spiritus est vicarius Christi in terra, op. cit., p. 107.

49Le recours au jeu comme métaphore, dans la mesure où il fait intervenir le hasard dans l’histoire tout en en excluant – ou en minorant – la Providence, empêche le type d’édification morale ou de glorification du pouvoir que l’on trouve dans des gravures plus conventionnelles, comme celles de Samuel Ward ou de David Vinckboons. Thomas Cockson, résolument du côté de la satire, instaure pourtant une distance moderne avec une interprétation qui pourrait être trop univoque de l’événement historique : la victoire protestante contre le camp catholique doit être analysée au prisme de la compétition implicite dans la gravure entre hasard et prudentia. L’exclusion des échecs est, à cet égard, significative, puisque c’est un jeu qui ne laisse aucune place à la chance. Cette présentation relègue à l’arrière-plan, voire évacue, toute vision providentialiste de l’histoire. Si elle peut être présente, comme dans la gravure The Game of War, elle ne l’est qu’en arrière-plan. La récurrence de l’emploi de la métaphore ludique – en particulier celle du backgammon – dans les gravures traitant des relations (guerrières) internationales en Europe dans la première moitié du XVIIe siècle met en évidence l’idée selon laquelle l’intelligence humaine, si elle ne peut tout contrôler, doit au moins tirer le meilleur partie de ce qui lui échoit par l’effet du hasard, comme le déclarait John Northbrooke : « when a caste is euill, it is holpen agayne by the wysedome and cunning of the player »49. La politique et la diplomatie sont un art qui demande habileté et sens du calcul. C’est d’ailleurs ce qui fondait le reproche adressé à Jacques Ier, au moment de la perte du Palatinat, par l’anonyme Tom Tell Troath, comme on l’a vu.

  • 50 Cette série, dont la bibliothèque municipale de Lyon possède un exemplaire, est visible à l’adresse (...)

50Les gravures étudiées ici sont donc très éloignées de la série de dix-huit estampes que le Français Jacques Callot a consacrée aux ravages de la Guerre de Trente Ans en Lorraine et en Franche-Comté : Les Misères et les malheurs de la guerre (appelée aussi Les Grandes misères de la guerre, Paris, 1633)50, dans laquelle toutes les exactions et cruautés occasionnées par les soldats sont montrées. Le ton – si l’on peut dire – est celui de la déploration tragique, Callot s’intéressant à la condition humaine soumise aux caprices des princes belliqueux.

  • 51 Voir Gilles Bertheau, « Ni hasard, ni providence : le héros chapmanien pris au piège du machiavélis (...)

51Cette vision tragique de l’histoire rejoint celle des dramaturges anglais du début du XVIIe siècle, comme George Chapman et Ben Jonson, qui n’accordent que peu de place sinon aucune à la Providence dans leur représentation de l’histoire et n’en donnent pas non plus beaucoup au hasard51. C’est d’ailleurs par la mise en scène d’une partie de cartes entre Byron, la reine, Épernon et Henriette d’Entraigues, à l’acte IV, scène 2 de The Tragedy of Byron (1608) que Chapman indique aux spectateurs que cette fois-ci, pour le maréchal félon observé par le roi, les jeux sont faits, puisqu’il est arrêté à la fin de la scène. Le roi est donc l’ultime maître du jeu, comme il l’est – avec ses comparses – dans The Revells of Christendome.

Haut de page

Notes

1 Voir l’article de Supriya Chaudhuri dans ce même numéro d’Études Épistémè.

2 Voir l’introduction de la pièce dans Thomas Middleton, The Collected Works, éd. Gary Taylor, John Lavagnino, Macd. P. Jackson, John Jowett, Valerie Wayne et Adrian Weiss, Oxford, Clarendon Press, 2007, p. 1773-1779 et, sur la crise constitutionnelle, Robert Zaller, The Parliament of 1621: A Study in Constitutional Conflict, Berkeley, Los Angeles, Londres, University of California Press, 1971.

3 Le terme est attesté dans l’OED à partir de 1647. Auparavant, on désigne ce jeu par le mot « tables ».

4 Ces trois jeux étaient fort populaires en Angleterre au début du XVIIe siècle. Mis à part les jeux de dés, associés aux classes plus populaires, le backgammon et les jeux de cartes se jouaient aussi bien dans les tavernes que chez les aristocrates. La connaissance de ces jeux était même recommandée à tout gentilhomme qui se respectait, puisqu’ils impliquaient une forme de sociabilité tout à fait valorisée. Ils étaient même recommandés aux classes sociales inférieures dans les traités sur le jeu qui florissaient à cette époque, Gina Bloom, Gaming the Stage: Playable Media and the Rise of English Commercial Theater, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2018, p. 29-30.

5 Cette gravure se trouve au British Museum (numéro 1849,0315.10, 290 x 368 mm), dans une réédition de 1690 environ ; la notice qui l’accompagne indique la date de 1609 pour l’original, 10 juin 2019, https://www.britishmuseum.org/collection/object/P_1849-0315-10 (consulté le 5 août 2019). Mark Greengrass ouvre le premier chapitre de son livre Christendom Destroyed: Europe 1517-1648 (New York, Viking, 2014, p. 1) avec cette gravure, qu’il relie également à la Trêve de Douze Ans. Voir aussi Gary Taylor, John Lavagnino, Macdonald P. Jackson, John Jowett, Valerie Wayne et Adrian Weiss (dir.), Thomas Middleton and Early Modern Textual Culture: A Companion to the Collected Works, Oxford, Clarendon Press, 2007, p. 240-241.

6 Amsterdam, Rijksmuseum, référence RP-P-1887-A-11470, 220 x 275 mm. Ce graveur flamand est connu pour avoir travaillé pour Pieter Brueghel l’Ancien (1525-1569). Pour de plus amples détails, voir Adrien Jean Joseph Delen, Histoire de la gravure dans les anciens Pays-Bas et dans les provinces belges des origines jusqu'à la fin du XVIIIe siècle. Deuxième partie, Le XVIe siècle Les graveurs d'estampes, Paris, Éditions d’art et d’histoire, 1935, p. 75-79.

7 Je suis particulièrement reconnaissant au Professeur Jeroen De Keyser, de l’université catholique de Louvain, pour cette transcription et cette traduction (correspondance privée). Traduction française de la première strophe : « Hé, vous les voleurs, le jeu vient de commencer. / Laissez les choses en l’état, elles ne vous touchent pas. / Je vous recommande de faire de votre mieux avant d’être détruits. Car le Seigneur voit votre fausseté. » Deuxième strophe : « Oh, Dieu Tout-puissant, protégez-nous par votre miséricorde / Contre la bête couronnée [le pape], douée de force brutale, / Qui cherche à nous détruire dans sa méchanceté / Et qui comme les traîtres étouffent vos paroles. » Troisième strophe : « Oh vous, hypocrites hérétiques que je détruirai, / Nous avons bel et bien gagné la partie, / Notre Frère Francis sait s’y prendre, / Il ne sera pas ébranlé et il vous a détruit. » Quatrième strophe : « Oh, pauvres de nous, que nous est-il arrivé ? / Nos calices et nos ciboires sont tous perdus. / Oh, notre Saint Père de Rome, aidez-nous, / La cape et le capuchon nous ont déjà été ôtés. »

8 En anglais le terme « tables » désigne, jusqu’en 1647, le backgammon (OED).

9 Anonyme, The Groome-Porters lawes at Mawe to be obserued in fulfilling the due orders of the Game, Londres, F. Kingston, 1600, EEBO, https://search-proquest-com.proxy.scd.univ-tours.fr/docview/2240899357?accountid=17163 (consulté le 5 août 2019). Il s’agit d’une feuille unique.

10 Voir aussi David Partlett : « If you have been dealt the Ace of trumps, you are entitled to ‘rob the pack’ by taking the trump turn-up in exchange for any unwanted card from your hand, which you return face down to the bottom of the stock. You must do this when about to play to the first trick, and before showing your first card, otherwise you not only forfeit the privilege but also are prohibited from winning the pool in that round, no matter how many tricks you win. The same penalty applies to any player who robs the turn-up card without holding the ace », David Partlett, Historic Card Games, « Maw, the five-finger Gaelic game », https://www.parlettgames.uk/histocs/maw.html#two (consulté le 5 août 2019).

11 Le titre exact est « Deo trin-vni Britanniæ bis ultori In memoriam Classis invincibilis subversæ | Proditionis nesandæ detectæ disjectæ / To God, In memorye of his double deliveraunce from ye invincible Navie and ye unmatcheable powder Treason » et la gravure porte cette mention, en bas à droite : « Invented by Samuell Ward / Preacher at Ipswich » (Amsterdam, Rijksmuseum, référence RP-P-OB-80.075, 406 x 524 mm). Voir Helen Pierce, Unseemly Pictures: Graphic Satire and Politics in Early Modern England, New Haven et Londres, Yale University Press et Paul Mellon Centre for Studies in British Art, 2008, p. 48.

12 C’est celle que donne le roi lui-même lors de son discours au Parlement en novembre 1605 : « my Subiect is to speake of a farre greater Thankesgiuing then before I gaue to you, being to a farre greater person, which is to God, for the great and miraculous Deliuery he hath at this time granted to me, and to you all, and consequently to the whole body of this Estate », « A Speach in the Parliament Hovse, as Neere the Very Words as Covld Be Gathered at the Instant », dans The Political Works of James I, op. cit., p. 281.

13 Pour plus de détails, voir la notice de J. M. Blatchly dans l’Oxford Dictionary of National Biography, https://doi-org.janus.bis-sorbonne.fr/10.1093/ref:odnb/28704, consulté le 10 juillet 2020.

14 Anonyme, Tom Tell Troath or, A Free Discourse Touching the Manners of the Tyme. Directed to His Majestie by Way of Humble Advertisement, s.l. [Hollande], 1630 [?], sig. A2R, EEBO, STC 1397:06, https://search-proquest-com.proxy.scd.univ-tours.fr/docview/2248573074?accountid=17163 (consulté le 10 septembre 2019). Le texte est en prose, mais séparé par des barres obliques, qui ont donc été conservées. Voir Johann P. Sommerville, Royalists and Patriots: Politics and Ideology in England, 1603-1640, 2nde éd., Londres, Longman, 1999 [1986], p. 207.

15 Le texte anglais des citations bibliques provient de la Bible de Jacques Ier.

16 La Compagnie Hollandaise des Indes Orientales (Verenigde Oostindische Compagnie) fut créée en 1602 à l’instigation de Jan van Oldenbarnevelt. Voir Thierry Alain, Andreas Nijenhuis-Bescher et Romain Thomas, Les Provinces-Unies à l’époque moderne : De la révolte à la République batave, Collection U Histoire, Paris, Armand Colin, 2019, p. 31.

17 Jean Hotman, fils de François Hotman (l’auteur de la Franco-Gallia, 1573), traduisit le Basilikon Doron de Jacques Ier en 1603.

18 Jacques Ier, The Political Works of James I, op. cit., p. lvii. Sur cette question, voir le chapitre II de son introduction, p. xxxv-lxxx. Voir aussi William Patterson, King James VI and I and the Reunion of Christendom, Cambridge, Cambridge University Press, 1997, p. 74-123 ; Bernard Bourdin, La Genèse théologico-politique de l'État moderne : la controverse de Jacques Ier d’Angleterre avec le cardinal Bellarmin, Paris, Presses Universitaires de France, 2004.

19 Triplici nodo, triplex cuneus. Or An apologie for the Oath of allegiance against the two breues of Pope Paulus Quintus, and the late letter of Cardinal Bellarmine to G. Blackvvel the Arch-priest, Londres, Robert Barker, 1607.

20 Voir David Martin Jones, Conscience and Allegiance in Seventeenth-Century England : The Political Significance of Oaths and Engagements, Rochester (USA) & Woodbridge, University of Rochester Press, 1999, p. 28-29.

21 Les citations du serment en français proviennent de la traduction de Jean Loiseau de Tourval, Apologie pour le serment de fidelité que le serenissime Roy de la grand’ Bretagne requiert de tous ses sujets, tant ecclesiastiques que seculiers, tel que tout autre prince souuerain le peut & doit legitemement requerir des siens. Premierement mise en lumiere sans nom, maintenant reconuë par l'auteur, les tres-haut, tres-puissant, & tres-excellent prince, Iacques par la grace de Dieu Roy de la grand’ Bretagne, &c. deffenseur de la foy. Contre deux briefs du Pape Paul V. aux Catholiques Romains anglois; & vne lettre du Cardinal Bellarmin à messire George Blackvvell, archiprestre d’Angleterre, le tout cy contenu. Ensemble vn ample aduertissement, ou preface dudit Seigneur Roy, à tous les monarques, rois, princes, estats & republiques libres de la Chrestienté, Londres, Jean Norton, 1609, p. 11, EEBO, https://search-proquest-com.proxy.scd.univ-tours.fr/docview/2240939446?accountid=17163 (consulté le 15 juillet 2020).

22 Ibid.

23 Maurice Lee Jr., James I and Henry IV: An Essay in English Foreign Policy, 1603-1610, Urbana, University of Urbana Press, 1970, p. 138 ; William Patterson, op. cit., p. 99-100.

24 Jacques Ier, Declaration du Serenissime Roy Iacqves I. Roy de la Grand’ Bretaigne France et Irlande, Defenseur de la Foy. Povr le Droit des Rois & Independence de leurs Couronnes, contre la Harangve de L’Illvstrissime Cardinal du Perron prononcée en la chambre du tiers Estat le XV. de Ianuier 1615, Londres, Iehan Bill, 1615. Voir William Patterson, op. cit., p. 186-188 ; Bernard Bourdin, op. cit., p. 182.

25 Amsterdam, Rijksmuseum, référence FMH 1267-c, 390 x 900 mm. David Vinckboons (1578-1629) est connu pour une dizaine d’eaux-fortes inspirées par Brueghel le Vieux, Adrien Jean Joseph Delen, op. cit., p. 123-124.

26 Amsterdam, Rijksmuseum, référence RP-P-OB-80.756, 219 x 285 mm, URL: http://hdl.handle.net/10934/RM0001.COLLECT.455772 (consulté le 11 septembre 2020).

27 Thomas Gataker, Of the nature and vse of lots a treatise historicall and theologicall, Londres, Printed by Edward Griffin and are to be sold by William Bladen, 1619, p. 125, EEBO, https://search-proquest-com.proxy.scd.univ-tours.fr/docview/2240864508?accountid=17163, consulté le 27 juillet 2020.

28 Par exemple, Henri VIII réglementa sévèrement les jeux de cartes et de backgammon en 1541-42, Gina Bloom, op. cit., p. 34. Voir A manifest detection of the moste vyle and detestable use of diceplay, and other practises lyke the same, a Myrrour very necessary for younge Gentlemen & others sodenly enabled by worldly abundance, to loke in. Newly set forth for their behoufe [1555].

29 James Balmford, A Short and Plaine Dialogue Concerning the vnlawfulnes of playing at Cards or Tables, or any other game consisting in chance, Imprinted at London for Richard Boile, [1593], EEBO, https://search-proquest-com.proxy.scd.univ-tours.fr/docview/2240905810?accountid=17163, consulté le 28 juillet 2020.

30 « To practise certain tricks in throwing dice » (OED, 1.a).

31 James Balmford, op. cit., sig. [A9]R. Même le puritain Philip Stubbes, dans son Anatomie of Abuses (1583), ne condamne pas complètements les jeux de hasard, au contraire de William Prynne, voir Gina Bloom, op. cit., p. 38.

32 Gina Bloom, op. cit., p. 35.

33 Le rapprochement est aussi effectué par John Northbrooke : « First it is ordeyned against the expresse and thirde commaundement of God, which sayth: Thou shalt not take the name of the Lorde thy God in vaine. So that whosoeuer vseth this chaunce of lottes in ydle and trifling things, taketh the name and prouidence of God in vaine, » Spiritus est vicarius Christi in terra. A treatise wherein dicing, dauncing, vaine playes or enterluds with other idle pastimes [et]c. commonly vsed on the Sabboth day, are reproued by the authoritie of the word of God and auntient writers. Made dialoguewise by Iohn Northbrooke minister and preacher of the word of God, At London : Imprinted by H. Bynneman, for George Byshop, [1577?], p. 107, STC (2nd ed.) / 18670, EEBO, https://search-proquest-com.proxy.scd.univ-tours.fr/docview/2240919607?accountid=17163 (consulté le 9 septembre 2019).

34 Voir Gina Bloom, op. cit., p. 30.

35 John Northbrooke, op. cit., p. 111. Thomas Gataker explique de son côté : « Now in these cases a Lot is vsed though about game, yet rather out of it then in it, onely to make a beginning and entrance into it: But otherwhiles it is vsed for the directing of the game it selfe and the issue of it either in part or in whole. In part onely, as in those games, wherein beside the Lot, arte and industrie is required for the further managing of that which hath thereby been allotted: as in many games at Cards and Tables, wherein a Lot is indeede vsed for the distributing of the Cards amongst the Gamsters, and in assigning each of them his chance, thereby ministring vnto them matter further to worke on; but there is arte and skil beside that to be imployed by them for the managing of their game, and for the working vpon that which casualty hath cast on them, » et aussi « For the thing it selfe I hold that these Lusorious Lots, and Games consisting of such are not simply or in that regard euill or vnwarrantable: or in a word, that a Lot vsed in game is not vnlawfull » (Thomas Gataker, op. cit., p. 121, 127-128).

36 Anonyme, Ein spiel fengt sich gar leichtlich ann, [1621], Londres, British Museum (référence 1880,0710.848, 178 x 261 mm).

37 Anonyme, The Royal Gamesters… (1626-1629), Londres, British Museum (référence 1868,0808.3221, 258 x 362 mm).

38 Cette version figure dans le livre de Gina Bloom, op. cit., figure 5 (planches hors texte), gravure qu’elle confond d’ailleurs avec celle de 1609.

39 On notera toutefois que dans la partie de cartes qui oppose Christian IV au moine, le graveur a repris le détail de Pieter van der Heyden puisque la carte retournée du paquet est un dix de cœur, et non un cinq de cœur, comme dans la gravure de Cockson. Cela crée une incohérence de plus avec le texte et confirme le manque d’attention du graveur, puisque ce détail permettait de signifier clairement la victoire d’Henri IV contre le moine dans la version de 1609.

40 La province de Holstein (au nord de la ville de Hambourg) avait été érigée en duché en 1474 par l’empereur Frédéric III et avait le roi de Danemark comme souverain.

41 Mark Greengrass, op. cit., p. 596-597. Albert-Venceslas Eusèbe von Wallenstein (1583-1634), issu de l’aristocratie de Bohême, s’était converti au catholicisme au début du XVIIe siècle et mis au service de l’empereur à partir de 1625. Sur les motivations qui poussèrent Christian IV de Danemark à entrer en guerre, voir Paul Douglas Lockhart, « Religion and Princely Liberties : Denmark’s Intervention in the Thirty Years War, 1618-1625 », International History Review 17, 1 (Fév. 1995), p. 1-22.

42 Sur l’image de Gustave Adolphe dans l’Angleterre caroléenne, voir Simon McKeown, « The Reception of Gustavus Adolphus in English Literary Culture: the Case of George Tooke », Renaissance Studies, 23, 2 (2009), p. 200-220. Bethlen Gábor mourut en 1629 ce qui explique sans doute le terminus ad quem fourni par les conservateurs du British Museum pour cette gravure, encore que rien n’exclut a priori que la gravure ait été produite après la mort de Bethlen Gábor, voire celle de Gustave Adolphe. Quant au terminus a quo, il est fourni par le début du règne de Charles Ier en 1625.

43 Elles mériteraient à elles seules des analyses approfondies (image, texte et contexte), mais, outre que cela dépasserait largement le cadre de cet article, il faudrait disposer des traductions des textes en vieux néerlandais, ce qu’il m’a été impossible d’obtenir, faute d’en avoir pu trouver un traducteur compétent. Elles ne se trouvent pas non plus dans les fiches descriptives proposées par le British Museum et le Rijksmuseum. Mais c’est essentiellement l’image qui nous intéresse et, dans la perspective de cet article, la mise en scène du jeu au centre de ces gravures.

44 Anonyme, ’t Wonderlijk Verkeer-Spel…, 1652, Amsterdam, Rijksmuseum (référence RP-P-OB-81.744, 439 x 340 mm) et Crispin de Passe II (attr.), The Game of War, Amsterdam, Rijksmuseum (référence RP-P-OB-81.843, 388 x 355 mm). Pour la seconde gravure, c’est l’exemplaire du Rijksmuseum que j’utiliserai. Le British Museum possède deux exemplaires de la première gravure, dont un (référence 1864,0813.268) ne possède pas les légendes incluses dans le dessin.

45 D’après la fiche descriptive du British Museum, https://www.britishmuseum.org/collection/object/P_1864-0813-268 (consulté le 27 août 2020).

46 Voir la fiche du British Museum, qui possède une version sans texte de cette gravure et donne deux explications possibles quant à l’identité des deux adversaires, https://www.britishmuseum.org/collection/object/P_1871-1209-4820 (consulté le 27 août 2020). Dans une autre gravure en rapport avec les guerres qui ensanglantèrent l’Europe au XVIIe siècle, on voit le prince-cardinal d’Espagne (Ferdinand) jouer le fort de Schenckenschans aux dés avec le prince d’Orange Frédéric-Henri de Nassau (Simon van de Passe (?), Het Vortlÿcke Rauelspel om Schenckenschants / Le Rauel des Princes pour le Fort de Schenths, 1635-1636, Amsterdam, Rijksmuseum).

47 Fiche descriptive du Rijksmuseum, http://hdl.handle.net/10934/RM0001.COLLECT.464384 (consulté le 28 août 2020).

48 Anonyme, Ecclesiastics Gambling, 1610-1630, Barnard Castle, The Bowes Museum (reference B.M. 610, 43,7 x 65 cm), http://bowes.adlibhosting.com/Details/collect/8637 (consulté le 11 septembre 2020). Le musée ne fournit pas de fiche descriptive et ne dit pas s’il s’agit d’une huile sur toile ou sur bois.

49 Spiritus est vicarius Christi in terra, op. cit., p. 107.

50 Cette série, dont la bibliothèque municipale de Lyon possède un exemplaire, est visible à l’adresse suivante : https://numelyo.bm-lyon.fr/f_view/BML:BML_00GOO01001THM0001_callot.

51 Voir Gilles Bertheau, « Ni hasard, ni providence : le héros chapmanien pris au piège du machiavélisme », Actes du XLIXe Colloque International d’Études Humanistes : « Hasard et providence, XIVe-XVIIe siècles », Tours, CESR, éd. Marie-Luce Demonet, Tours, CESR, 2008, p. 1-20. http://umr6576.cesr.univ-tours.fr/Publications/HasardetProvidence/

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/12109/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/12109/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/12109/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/12109/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 322k
URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/12109/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/12109/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/12109/img-7.png
Fichier image/png, 3,3M
URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/12109/img-8.png
Fichier image/png, 2,8M
URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/12109/img-9.png
Fichier image/png, 2,2M
URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/12109/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 457k
URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/12109/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/12109/img-12.png
Fichier image/png, 1,3M
URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/12109/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/12109/img-14.png
Fichier image/png, 2,7M
URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/12109/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 9,8k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Bertheau, « The Revells of Christendome (1609) ou le dessous diplomatique des cartes »Études Épistémè [En ligne], 39 | 2021, mis en ligne le 15 mai 2021, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/episteme/12109 ; DOI : https://doi.org/10.4000/episteme.12109

Haut de page

Auteur

Gilles Bertheau

Université de Tours - CESR UMR 7323

Maître de conférences HDR à l’Université François Rabelais de Tours et membre du Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (CESR, UMR 7323) depuis 2003, Gilles Bertheau est spécialiste du théâtre anglais historique, particulièrement sous le règne de Jacques Ier. Il a publié une édition/traduction de The Tragedy of Chabot/La Tragédie de Chabot de George Chapman et James Shirley (Paris, Classiques Garnier, 2016). Il s’intéresse également aux écrits politiques de Jacques Ier et à la question du lien entre autorité et auctorialité au début du XVIIe siècle anglais. 2019).

Articles du même auteur

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search