Navigation – Plan du site

AccueilNuméros39Le Sens des formes dans l’Europe ...3. Formes en mouvement : transfor...« Le singe chez les ânes ». L’ins...

Le Sens des formes dans l’Europe d’Ancien Régime
3. Formes en mouvement : transformer, adapter, recycler

« Le singe chez les ânes ». L’instrumentalisation des dédicaces dans L’Histoire de Thucydide Athenien (1527)

Apes and Asses: Dedications as Political Tools in L’histoire de Thucydide Athenien (1527)
Lionel Piettre

Résumés

Pour décrire sa situation à la cour de François Ier, Guillaume Budé s’est un jour dépeint comme un « singe » entouré d’« ânes ». Beaucoup d’humanistes exprimèrent un semblable mépris pour l’aristocratie française, jugée trop ignorante. Le présent article revient sur la publication de la première édition française de Thucydide, publiée en 1527 par Jacques Colin. L’analyse des dédicaces écrites à cette occasion par Colin et Marot met en évidence la dimension politique de cette entreprise éditoriale. Ceux-ci se font le relais de la volonté royale, tout en défendant des objectifs propres : défendre l’utilité politique de l’histoire, et encourager la noblesse à se former aux affaires d’État par la lecture des histoires. Les dédicaces éclairent ainsi le nouveau rapport de la monarchie française à l’historiographie après la défaite de Pavie (1525), les attentes des humanistes et la position inconfortable de la noblesse, sommée de s’éduquer à la prudence. Elles annoncent de nouvelles entreprises historiographiques et le dépassement, à partir des années 1530-1540, de l’opposition topique entre lettres et armes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dijon, 12 juin 1521. Je cite ci-après la lettre dans la traduction de Guy Lavoie : Guillaume Budé, (...)
  • 2 Voir Abel Lefranc, Histoire du Collège de France, Paris, Hachette, 1893, p. 78‑79 sur la présente l (...)

1Dans une lettre à son ami Jean Lascaris, Guillaume Budé rapporte l’entrevue qu’il vient d’avoir avec François Ier1. Ayant abordé le roi au sortir de table, Budé lui parle de ses projets, sans doute ceux qui concernent la promotion des études grecques2. Mais son dessein, ici, est plus spécifiquement de vérifier l’intérêt que le monarque accorde réellement aux belles-lettres :

Comme le roi, encore cette fois, m’accordait spontanément pleine liberté de parole [parrhèsia], je tirai la lettre de mon escarcelle et engageai avec succès une conversation qui me semblait propre à conduire, à aboutir à mon propos. L’entretien progressait déjà heureusement […], lorsque le roi prit la parole et demanda en me regardant : « Budé, quel est donc ce billet que vous avez dans les mains ? »

2Cette lettre est de la main de Lascaris. Le roi ordonne à Budé de la lire sur le champ ; celui-ci se tait un instant. Intrigué, le roi regarde la lettre : elle est en grec. Lui qui n’y entend mot confie alors à Budé le soin de la traduire, ce qu’il s’empresse de faire, écrit-il, « avec aisance », non sans la commenter avec « un brio ostentatoire » :

[…] le Roi se dit émerveillé que je n’aie éprouvé le moindre embarras […] ; ébahi par le fait, son entourage affirmait que cela tenait du prodige [thauma] qu’un homme de notre pays possède une connaissance aussi approfondie du grec en plus de celle du latin […].

  • 3 Traduction modifiée (G. Lavoie traduit littéralement : « le singe chez les ânes, dit-on », en onois (...)

3Le succès est aussi fulgurant que risible, car l’assistance crie au miracle là où, à la vérité, il n’y a qu’érudition – ce qui suscite la moquerie complice de Budé, qui anticipe son effet sur Lascaris : « Ce qui a tout à fait abusé ces gens qui n’y connaissent rien et les a laissés bouche bée, c’est mon assurance […] Voilà le singe chez les ânes, comme on dit. […] Tu ris déjà, je le sais bien, du tour de magie [thaumatourgia] que j’ai réussi »3.

  • 4 Comme le souligne L.-A. Sanchi, art. cit., p. 388, ce spectacle que Budé raconte à Lascaris se trou (...)
  • 5 Lettre citée, p. 153.
  • 6 « Il est lui-même peu versé dans les lettres – usage que je n’approuve guère, mais qui est fréquent (...)

4Qu’un grand helléniste doive user d’un semblable détour pour séduire le roi et sa Cour, voilà qui révèle l’ambiguïté des rapports des humanistes avec la monarchie et la haute noblesse4. En introduisant l’anecdote, Budé avoue qu’il goûte peu de telles audiences : « car je ne considère pas que ce soit le rôle de ceux qui s’occupent de philologie que de perdre là leur temps avec des incultes »5. Au début du XVIe siècle, la noblesse française était réputée pour sa méconnaissance des lettres, c’est-à-dire des lettres latines, a fortiori des grecques. Au dire de Budé, le roi lui-même se distinguait moins par son éducation que par le louable intérêt qu’il portait à l’humanisme6.

  • 7 Sur le sens de la notion de lettré, voir Paul Zumthor, « Litteratus/Illitteratus. Remarques sur le (...)
  • 8 L’histoire de Thucydide Athenien, de la guerre, qui fut entre les Peloponnesiens et Atheniens, tran (...)

5L’opposition entre nobles et humanistes est cependant réductrice, ces deux groupes n’étant pas homogènes. Certains lettrés sont nobles, certains nobles sont lettrés, litterati : ils savent leur latin, presque jamais le grec7. Enfin, la notion d’humanisme renvoie souvent à une appréhension anachronique du monde des lettres, qui n’était pas coupé du pouvoir ni du politique, les humanistes eux-mêmes n’étant pas purs de desseins ou d’ambitions. C’est cet humanisme politique que je voudrais étudier ici, plus précisément son objectif de civiliser la noblesse. Je partirai d’un événement éditorial précis : la publication, en 1527, de la première édition française de La guerre du Péloponnèse, sous le titre : L’Histoire de Thucidide athenien8. Ce sont les dédicaces de cette édition qui m’intéresseront, dans la mesure où le paratexte liminaire n’apparaît pas ici comme une forme éditoriale dépourvue de substance ou limitée par avance à des conventions plus ou moins flatteuses. Bien au contraire, cette forme s’y trouve instrumentalisée par les dédicants en vue de promouvoir un programme à la fois personnel et royal. Adressées essentiellement à la noblesse française, ces dédicaces éclairent le sens politique de la publication de Thucydide : le moment était venu, pour les singes, d’éduquer les ânes.

Paratexte et dédicaces de l’édition de 1527 : une double (ou triple) adresse à la noblesse

  • 9 Voir Rebecca Ard Boone, « Claude de Seyssel’s Translations of Ancient Historians », Journal of the (...)
  • 10 Voir Chantal Grell, « Thucydide en France, de la renaissance à la révolution », dans Valérie Fromen (...)
  • 11 Voir Béatrice Beys, « Une carrière en images : scènes de dédicace et emblèmes dans l’œuvre de Claud (...)

6Claude de Seyssel, mort en 1520, avait entrepris cette traduction pour Louis XII et lui en avait offert le manuscrit, comme il le fit pour d’autres historiens grecs : Xénophon, Diodore de Sicile, Eusèbe, Appien d’Alexandrie, Plutarque ; et un historien latin, Justin9. Seyssel ne maîtrisant pas le grec, il dut prendre appui sur des traductions latines : pour Thucydide, il suivit celle de Lorenzo Valla, avec l’aide de Jean Lascaris10. Seyssel offrit ses traductions achevées, sous forme de manuscrit, à Louis XII, comme le montre l’enluminure qui orne le début de la préface (« proheme ») du traducteur. Elle présente le motif topique de l’hommage du livre au souverain ; le manuscrit s’y trouve muni d’une couverture aux armes du roi, faisant écho au bleu fleurdelisé du manteau, du trône et du dais11.

Seyssel offrant sa traduction de Thucydide à Louis XII © BnF, ms. fr. 17211, fo 1 ro. Source : gallica.bnf.fr

  • 12 L’Histoire des successeurs de Alexandre le Grand/ extraicte de Diodore Sicilien et quelque peu des (...)

7Thucydide fut le dernier auteur que Seyssel traduisit, vers 1514. À la mort de Louis XII, l’ensemble de ce travail restait inédit, conservé au sein de la bibliothèque royale. Thucydide fut le premier historien publié, chez Josse Bade ; les autres devaient suivre, chez le même imprimeur (Diodore, 1530), puis, de 1529 à 1559, chez Galliot du Pré (Xénophon), Geoffroy Tory (Eusèbe), Antoine Constantin (Appien), et Michel de Vascosan (Justin)12.

  • 13 Gilbert Gadoffre, La révolution culturelle dans la France des humanistes : Guillaume Budé et Franço (...)
  • 14 Voir Bruno Méniel et Bernard Ribémont, « Introduction », dans La Figure de Jules César au Moyen Âge (...)

8L’année 1527 marque donc le début de la nouvelle vie des traductions de Seyssel sous l’égide de François Ier qui avait lu, dès les premières années de son règne, les manuscrits de la bibliothèque du feu roi, dont les histoires traduites par Seyssel. Comme l’a souligné G. Gadoffre, le jeune roi, plus cultivé que ses prédécesseurs, fut aussi le premier à témoigner d’un tel intérêt pour l’histoire ancienne – même s’il lisait aussi bien les chroniques du royaume et les romans de chevalerie13. L’histoire était depuis longtemps une affaire de rois, et César et Alexandre n’étaient pas moins présents dans la culture chevaleresque que dans la culture humaniste14. Ce qui est nouveau avec François Ier, c’est l’intérêt accordé au texte même des histoires grecques, favorisé par l’influence grandissante des hellénistes à la Cour.

  • 15 Voir Philippe Renouard, Bibliographie des impressions et des œuvres de Josse Badius Ascensius, Pari (...)

9La page de titre de l’édition de 1527, ici reproduite, affiche en capitales le mot Histoire avant de décrire son auteur, son contenu et son traducteur. En frontispice, la gravure ordinaire des presses de Josse Bade dans les années 1520, ornée de motifs à l’antique ; l’espace réservé à la marque de l’imprimeur est laissé vide15.

Page de titre de L’Histoire de Thucydide athenien © BnF, Réserve des livres rares, RES-J-37. Source : gallica.bnf.fr

  • 16 L’histoire de Thucydide Athenien, éd. cit., n. p.
  • 17 Voir Isabelle Diu, « Medium typographicum et respublica literaria : le rôle de Josse Bade », dans F (...)
  • 18 De bello Peloponnensium Atheniensiumque Libri octo, Paris, Josse Bade, 1513.
  • 19 Voir Louise Katz, « Les presses badiennes au service des détracteurs d’Érasme et de Jacques Lefèvre (...)
  • 20 Voir Maurice Lebel, « Josse Bade, éditeur et préfacier (1462-1535) », Renaissance et Réforme, 5, 2, (...)
  • 21 Voir Ph. Renouard, Bibliographie, op. cit., t. 1, 1908, p. 93‑94.
  • 22 Voir L. Katz, La presse et les lettres, op. cit., p. 311 sqq.

10Le privilège est accordé à Josse Bade pour six ans. La formule montre d’emblée le caractère officiel de la publication : « Il est deffendu par lettres patentes du Roy […] de non imprimer en ce Royaulme ou exposer en vente le present Livre dedans six ans à venir […]. Si ce n’est pas congé et permission de celluy qui a eu la charge de le faire imprimer de par ledict seigneur »16. Le choix de Bade n’a rien d’innocent. Imprimeur humaniste17, déjà éditeur du Thucydide latin de Valla18, il offre par ailleurs des gages de respectabilité par son hostilité au luthéranisme et ses liens avec la Sorbonne19. L’histoire de Thucydide athenien est le seul, des vingt ouvrages qui sortent de son imprimerie en 1527, qui soit en français, non en latin20 ; la même année, il édite Quintilien, Cicéron et Budé21. Le volume figure donc dans un ensemble de publications exigeantes, répondant au projet éditorial badien dans sa double ambition de transmettre la culture antique et d’exalter l’importance politique des lettres, notamment de l’histoire22.

  • 23 Voir ibid., p. 321 sqq.

11Cette édition se démarque des productions historiques contemporaines, souvent en caractères gothiques, et publiées pour satisfaire le goût du public nobiliaire pour l’histoire, les romans de chevalerie et les légendes héroïques, les uns et les autres étant souvent mal différenciés. Elle se démarque aussi des publications les plus érudites de Bade et fait écho à ses efforts de « vulgarisation »23. Connu jusqu’alors des seuls lettrés et du roi, Thucydide devenait accessible à un public plus large.

  • 24 Selon la formule de privilège citée supra.
  • 25 Voir Ernest Coyecque, « Josse Bade et les traductions de Claude de Seyssel », Bibliothèque de l’Éco (...)
  • 26 Voir Lucien Febvre et Henri-Jean Martin, L’Apparition du livre, Paris, Albin Michel, 1999, p. 309-3 (...)
  • 27 C’est l’hypothèse d’E. Coyecque, art. cit. La mévente s’explique en partie par un prix de départ tr (...)

12L’éditeur, « celui qui a eu la charge de […] faire imprimer »24 le livre pour le roi, est l’humaniste Jacques Colin. Le contrat passé avec Josse Bade portait à l’origine sur quatre des six traductions de Seyssel25 : Thucydide, Diodore de Sicile, Eusèbe de Césarée et l’abrégé de Trogue Pompée par Justin. Imprimée à 1225 exemplaires, un tirage légèrement plus élevé que pour la plupart des livres savants26, L’Histoire de Thucydide Athenien se vendit mal, ce qui peut expliquer que Josse Bade n’ait pas honoré le contrat jusqu’au bout27. Toujours est-il que la relative ampleur du tirage et l’importance du contrat témoignent de l’ambition du commanditaire.

  • 28 L’histoire de Thucydide Athenien, éd. cit., fo CCLXXXI vo.

13La dernière page du Thucydide confirme le rôle du roi et précise la signification de son geste : « […] et finablement a esté publié et mis en lumiere par le commandement du treschrestien Roy Françoys premier de ce nom : au prouffit et edification de la noblesse et subjectz de son Royaulme »28. Le rapport du destinateur au destinataire n’est plus le même que dans le manuscrit original de Seyssel : ce n’est plus le traducteur qui fait don du livre au souverain, mais le roi qui offre un livre qu’il possède à ses sujets et plus particulièrement à sa noblesse.

14Ce geste royal est reflété par le paratexte liminaire. Dans le manuscrit, le texte de Thucydide était précédé de la préface de Lorenzo Valla, elle-même précédée du « proeme » de Seyssel. Dans l’édition de 1527, ils sont encore précédés de deux textes : une longue épître dédicatoire à la noblesse française, signée Jacques Colin ; puis un dizain, œuvre de Clément Marot.

  • 29 Voir Gérard Defaux, « Introduction. La Vie et l’Œuvre d’un “Poëte de Roy” : Tityre et Melibée », da (...)
  • 30 Ibid., p. LXXXII.
  • 31 Au point que le roi dut intervenir (début novembre 1527) pour le faire sortir de prison, à la suite (...)
  • 32 Voir G. Defaux, art. cit., p. LXXXII‑CXVIII.

15Marot, poète courtisan, déjà suspect d’hérésie, arrêté pour avoir mangé du lard en Carême, sorti de prison au printemps 1526 grâce à ses hautes protections29, se trouvait alors, à l’été 1527, de nouveau bien en Cour. « Année charnière qui marque pour lui la fin de 1’“adolescence” et des “coups d’essay” et le début de l’âge d’homme »30, 1527 marque le début de sa consécration : à la mort de son père, il hérite du titre de valet de chambre du roi ; s’il bénéficie de sa faveur31, il est plus proche encore de sa sœur Marguerite dont il partage les idéaux évangéliques32.

  • 33 Voir Guillaume Berthon, Bibliographie critique des éditions de Clément Marot (c. 1521-1550), Genève (...)
  • 34 Voir Victor-Louis Bourrilly, Jacques Colin, abbé de Saint-Ambroise, Paris, Société nouvelle de libr (...)
  • 35 G. Berthon, Bibliographie critique, op. cit., p. 54. Voir G. Gadoffre, La révolution culturelle, op (...)

16Jacques Colin, protecteur et intermédiaire de Marot auprès du roi, pourrait être selon G. Berthon à l’origine de cette collaboration du poète à l’édition de Thucydide, sa toute première participation à une entreprise éditoriale33. Lecteur et secrétaire de la Chambre du roi, Colin est un humaniste (poète, il maîtrise le latin, l’italien et le grec) doublé d’un diplomate que le roi charge de nombreuses missions en Italie34 ; à cette date, il est « un personnage-clef de ce que l’on pourrait appeler l’administration culturelle du royaume »35.

  • 36 Voir Bernard Guenée, « Histoire, mémoire, écriture. Contribution à une étude des lieux communs », C (...)

17L’épître de Colin semble à première vue inoffensive, comme le suggère la modestie contenue dans le titre : « À la tresillustre et treshaulte excellence des princes et à la treshonnoree magnificence des seigneurs et nobles Françoys, Jaques Colin indigne secretaire ordinaire du Roy nostre sire et de sa chambre, treshumble Salut avec heureuse augmentation d’honneur en felicité perpetuelle ». Le texte porte sur l’utilité de l’histoire, et l’on n’échappe pas à la citation, ordinaire dans les préfaces historiographiques36, du De Oratore où Cicéron fait de l’histoire une « maîtresse de vie », magistra vitae. C’est sur cette référence que se conclut le texte :

  • 37 L’édition originale comprend ici un point non suivi d’espace ni de majuscule.
  • 38 Colin traduit littéralement : « Historia vero testis temporum, lux veritatis, vita memoriae, magist (...)
  • 39 « [V]ous y conduire » et « en eschapper » se rapportent à « l’une et […] l’aultre fortune », la bon (...)
  • 40 Jacques Colin, épître à la noblesse, dans L’histoire de Thucydide Athenien, éd. cit., fo ã v ro.

En prenant finablement pour escorte et guyde37 ceste doctrine historialle [connaissance de l’histoire], qui est (ainsi que dit veritablement Cicero) le tesmoing des temps/ la lumiere de verité/ la vie de memoire/ la maistresse de la vie/ et la messagiere de l’antiquité38 en tous et chascuns les passaiges de l’une et de l’aultre fortune, qui vous donnera la clere lumiere de vraye experience, pour vertueusement vous y conduire/ et honorablement en eschapper39, à la tresgrande consolation et satisfaction de vostre esperit.40

18Mais ni la modestie de l’auteur, ni ce lieu commun ne sont à prendre au pied de la lettre. Car s’il se place en-dessous de la « treshaulte » noblesse, Jacques Colin agit pour le compte du roi. La dédicace reflète donc dans un sens ascendant, du modeste secrétaire aux grands du royaume, un geste qui, en réalité, est descendant, du roi à sa noblesse.

19C’est ce double mouvement que décrit le dizain de Marot :

  • 41 « Clement Marot aux lecteurs », dans L’histoire de Thucydide Athenien, éd. cit., fo ã vo.

Voyez l’histoire (o vous nobles espritz)
Par laquelle est toute aultre precellee.
Avecq la fleur, le fruict y est compris
D’antiquité, toute renouvellee.
Qui par trop d’ans/ vous eust esté celee
Si le franc Roy/ ne vous en eust fait part.
Riches sont ceulx/ à qui leur Roy depart [distribue]
Plus beaulx tresors/ qu’argent à grosses sommes
Et bien merite/ avoir histoire apart,
Qui telle histoire offre aux yeulx de ses hommes.41

  • 42 Voir G. Berthon, Bibliographie critique, op. cit., p. 55‑56. Un autre exemplaire fut offert à Charl (...)

20Le dizain fait non seulement (dans les quatre premiers vers) l’éloge de Thucydide et de sa renaissance, mais aussi, dans les vers suivants, l’éloge du roi pour avoir refusé de « celer », de cacher ce chef-d’œuvre. L’adresse respectueuse aux « nobles espritz » renvoie, comme souvent, à des destinataires multiples. Est ciblée, tout d’abord, la noblesse – le poème de Marot redoublant l’épître de Colin – puis le lecteur anonyme, noble d’esprit s’il ne l’est de naissance. En outre, l’éloge du roi le désigne implicitement comme destinataire. Colin, en effet, fit imprimer sur vélin trois exemplaires du Thucydide pour Montmorency, le roi lui-même et sa mère Louise de Savoie ; le dizain de Marot s’y trouvait soigneusement calligraphié42.

  • 43 Ellen Delvallée, Poétiques de la filiation. Clément Marot et ses maîtres : Jean Marot, Jean Lemaire (...)
  • 44 Voir Guillaume Berthon, L’Intention du poète : Clément Marot « autheur », Paris, Classiques Garnier (...)

21L’ethos d’humilité de Marot semble d’autre part correspondre à un choix du poète, effectué après la bataille de Pavie (1525) dans ses œuvres historiographiques. Après cette date, selon E. Delvallée, Marot porte « la voix de tout un peuple, qui remonte jusqu’aux Grands et même jusqu’à la famille royale »43. Mais il s’autorise aussi sans doute de son propre rôle de traducteur mandaté par le roi, à qui il dédie vers 1527 ou 1528 un manuscrit du premier livre des Métamorphoses d’Ovide en français44. Humble et pourtant chargé d’une autorité certaine, le dizain de Marot invite la noblesse à reconnaître la générosité du monarque, en même temps qu’il annonce, comme on le verra, un projet de plus grande ampleur.

22Marot et Colin se font donc l’écho du geste du roi offrant Thucydide à « ses hommes ». Mais leurs intentions sont-elles identiques ? Que nous disent-ils précisément ? Avant d’étudier le sens politique de leurs dédicaces, signalons que l’accumulation des seuils qui retardent la lecture de Thucydide vient contraindre cette lecture, orientant les destinataires vers un certain type d’interprétation.

L’instrumentalisation du topos de l’histoire magistra vitae : éduquer la noblesse aux affaires publiques

  • 45 Passage cité supra.
  • 46 Sur la place de la propositio et son importance pour la détermination du genre ou type de discours, (...)

23Le propos de Colin est d’appeler la noblesse à s’éduquer par la lecture de l’histoire. C’est la leçon délivrée à la fin du texte : prendre la « doctrine historialle » pour « escorte et guide »45. En rhétorique, c’est la propositio, l’objet principal du discours qui se place donc ici dans la péroraison46. Colin n’exhorte pas tant ses lecteurs à lire Thucydide qu’à utiliser le savoir historique dans leur vie pratique.

  • 47 J. Colin, épître citée, fo ã ii vo.

L’exorde consiste en un long développement sur la condition humaine, appuyé sur l’autorité d’Hérodote et de Pline : l’homme naît plus malheureux que toutes les autres créatures, nu, sans armes et, surtout, il doit tout apprendre :
[…] comme tous aultres animaulx s’adonnent par instinct naturel à ce qui proprement appartient à l’office de leur nature […] : l’homme est seul qui ne scet riens sans enseignement, n’aller ne parler, ne manger, ne finablement faire chose qui soit au monde sans apprentissaige si non plorer.47

24Le pathos introduit au thème de l’expérience :

  • 48 Ibid.

Tellement que ceste compassible [pitoyable] ignorance a donné entree et auctorité au proverbe Italian qui dict, que l’homme devroit naistre saige/ ou naistre deux foiz. Car s’il naissoit saige, il eschapperoit les inconveniens infiniz, où par faulte d’experience il tumbe journellement durant le cours de ceste briefve vie au grant prejudice de la tranquillité de son entendement. S’il naissoit deux foiz, en la seconde vie il se aideroit de ce qu’il auroit apprins en la premiere. Et ne chemineroit par les tenebres d’erreur comme il est constrainct de faire venant en ce monde sans guyde ne lumiere de savoir.48

Le lecteur averti devine le syllogisme : l’expérience est nécessaire à l’homme, or l’homme dépourvu d’expérience peut s’appuyer sur celle des autres, donc il faut s’instruire de cette expérience, il faut lire les histoires. Les mots guide et lumiere évoquent déjà le topos cicéronien : l’histoire sera magistra vitae, lux veritatis.

25Mais Colin n’en vient pas tout de suite à l’histoire. Il continue son itinéraire en apparence digressif en remarquant que les hommes prennent trop soin du corps et pas assez de l’esprit, alors que l’esprit, nécessaire pour affronter les peines de l’existence, les distingue des bêtes :

  • 49 Ibid., fo ã iii vo.

Et si d’aventure ilz [nos esprits] venoient quelque foys à estre malades/ avec plus grante estude nous efforcerions de remedier à leurs indispositions/ que nous en faisons : Comme sont arrogance, superfluité/ ambition/ avarice/ cupidité desmesuree de vivre, Et celle qui plus nous faict ressembler aux bestes, ignorance.49

  • 50 Le propos de Colin rappelle ici Pic de la Mirandole (cf. De la dignité de l’homme, trad. Yves Hersa (...)

26En associant l’ignorance à la bestialité, et la culture à ce qui élève l’homme50, le propos devient plus clairement polémique. Colin dénonce l’ignorance comme un problème politique. C’est la noblesse, donc le destinataire, qui est visée :

  • 51 J. Colin, épître citée, fo ã iii vo. Je souligne.

Et certainement ignorance est moult desconvenable et mal seante en toutes personnes/ Mais en celles des nobles d’autant plus reprouvable et pernicieuse, que tout ainsi qu’ilz surmontent les aultres en dignité de sang, richesses, accoustremens, et auctorité, Ce leur est grant honte s’ilz ne les surpassent en excellence du savoir qui appartient à leur vocation, consistant plus aux charges et maniemens publicques (principalement en ce royaume de France, où coustumierement le prince qui seul ne pourroit vuyder tant d’affaires, se repose de la plus part sur la bonne fiance qu’il a en eulx) que à ung tas de desduictz [plaisirs] inutiles et exercices recreatifz, où ilz perdent une grant partie de leur temps, qui seroit beaucoup mieulx employé à apprendre le rolle du personnaige qu’il les convient jouer au theatre de la chose publicque, quant ce vient à leur tour et ranc. À laquelle couste trop cher s’il fault qu’ilz deviennent saiges à ses despens, comme d’apprendre en faisant la guerre, que la guerre est une chose en toutes manieres à eviter.51

  • 52 Voir Jacques Chomarat, « Un ennemi de la guerre : Érasme », Bulletin de l’Association Guillaume Bud (...)
  • 53 J. Colin, épître citée, fo ã iii vo.

27L’ignorance des hommes d’épée tient, selon Colin, au fonctionnement même de la culture chevaleresque. Les tournois, la chasse sont jugés comme des activités inutiles. La fin du propos rappelle l’adage d’Érasme, Dulce bellum inexpertis : « la guerre est douce à ceux qui ne l’ont pas faite »52. Dans le monde de la politique, il est toujours trop tard pour être sage : « Car tresmiserable est la prudence qui seulement est acquise par usaige [par expérience]. Et est certain que ceulx qui deffaillent de prudence, et de savoir, ne pourroient faire beaulx faicts en temps de guerre ne de paix »53.

  • 54 Sur la prudence, voir Francis Goyet, Les Audaces de la prudence : littérature et politique aux XVIe(...)

28L’histoire est donc maîtresse de prudence (la phronèsis d’Aristote, qui permet de se repérer dans un monde où règne la contingence)54. Cet éloge de l’histoire n’est pas neuf, et l’on pouvait déjà le trouver dans la préface de Seyssel. Ce qui est nouveau, c’est cette attaque en règle contre les usages de la noblesse. Elle s’appuie cependant sur une autorité non négligeable, celle de Commynes :

  • 55 « Hommes de rang » peut également signifier « hommes d’un rang élevé » (sens attesté par Huguet, Di (...)
  • 56 J. Colin, épître citée, fo ã iv ro.

Ains veullent signifier la louenge que nous donnons en langaige Françoys à ung homme excellent quant nous disons, Il scet beaucoup et a beaucoup veu/ et parlent de celle experience qui est conjoincte avec literature, car comme dit saigement messire Philippes de Commines en son histoire/ plus se voyent de choses en ung seul livre en trois moys, que n’en sauroient veoir à l’œil vingt hommes de renc [de suite55], vivans les ungs apres les aultres.56

  • 57 Cf. Philippe de Commynes, Mémoires, II, 6, éd. Joël Blanchard, Genève, Droz, 2007, t. 1, p. 121‑122

La citation57 apporte l’autorité d’un homme du métier, expert dans les affaires d’État, pour confirmer la supériorité de la culture historique sur la seule expérience.

29Colin a retardé l’expression explicite de l’objet de son discours. On a ici affaire à un exorde par insinuation qui sert, comme l’écrit le rhétoricien Crevier, à se concilier un auditoire hostile ou rétif :

  • 58 Jean-Baptiste-Louis Crevier, Rhétorique françoise, Paris, Saillant et Desaint, 1767, t. 1, p. 334.

Les causes dont le premier coup d’œil n’est pas favorable […], demandent des attentions particulieres de l’Orateur ; et que si tout en commençant il heurte de front les idées dont les Juges peuvent être préoccupés, il court risque de blesser les esprits, et d’ajouter un nouvel obstacle à ceux qu’il avoit déjà à surmonter.58

  • 59 Ellen Delvallée, « Lemaire de Belges traducteur de l’Iliade : les discours du chant III dans les Il (...)
  • 60 De conscribendis epistolis [1522], éd. J.-C. Margolin, dans Opera omnia Desiderii Erasmi Roterodami(...)

30L’épître de Colin appartient à un type de discours bien décrit par les traités rhétoriques : c’est une admonestation, admonitio, adresse à un supérieur « qui, sans en faire la condamnation, lui montre ses torts et la façon de les redresser »59. La lettre monitoria est ainsi décrite par Érasme comme une façon détournée d’adresser des reproches à un supérieur en louant les qualités qu’il n’a pas60. Avec les accents chrétiens que prennent les premières lignes de l’épître, l’ensemble de cette insinuation relève également de la parénèse : c’est en prêcheur que Jacques Colin exhorte son auditoire à se cultiver et lui reproche son ignorance – sujet d’autant plus sensible, que, comme on va le voir, il était d’une brûlante actualité.

Un programme politique et humaniste : l’attente d’une « histoire apart »

  • 61 Voir notamment Gargantua, éd. Mireille Huchon, Paris, Gallimard, 2007, p. 193‑217. Le propos de Rab (...)
  • 62 Sur l’image de la France en Italie, voir Patrick Gilli, Au miroir de l’humanisme : les représentati (...)
  • 63 Voir Baldassare Castiglione, Le livre du courtisan, éd. Alain Pons, Paris, Flammarion, 1991, p. 81, (...)
  • 64 Voir Gérard Defaux, « De la traduction du Courtisan à celle de l’Hecatomphile : François Ier, Jacqu (...)
  • 65 Baldassare Castiglione, Le Courtisan, trad. Jacques Colin et Mellin de Saint-Gelais, Lyon, François (...)

31Le combat de Colin contre l’ignorance des nobles rappelle les railleries d’un Budé ou d’un Rabelais61, mais aussi les moqueries dédaigneuses des aristocrates italiens pour cette chevalerie française qui méprisait les lettres62. Dans son Courtisan (1528), Castiglione évoque ce mépris devenu topos63. Jacques Colin fut précisément l’auteur de la première traduction de Castiglione, publiée en 153764, où l’on peut lire ce jugement sévère : « Alors le Conte respondit, Je blasme les Francoys de ce qu’ilz dient que les lettres portent nuysance à la profession des armes, & tiens que à nul soit plus convenable estre litteré, qu’à ung homme de guerre »65. Colin eut donc à cœur d’importer en France le modèle proposé par Castiglione ; son édition de Thucydide doit être comprise dans ce contexte. Elle fait écho, précisément, aux affaires italiennes, et semble annoncer un renouveau historiographique en France.

  • 66 Voir Didier Le Fur, François Ier, Paris, Perrin, 2015, p. 333‑384.
  • 67 Ibid., p. 395‑496.
  • 68 Voir Augustin Redondo (dir.), Les discours sur le sac de Rome de 1527 : pouvoir et littérature, Par (...)

32On ne peut, en 1527, reprocher à la noblesse son ignorance sans penser à la très récente histoire, notamment à la bataille de Pavie (1525) qui vit l’écrasement de la chevalerie française, le roi étant fait prisonnier66. La captivité de Madrid (1525-1526) fut suivie par l’humiliant traité du même nom, que François Ier, sitôt rentré en France, s’empressa de dénoncer67. En 1527, enfin, les troupes impériales menées par le connétable de Bourbon mirent Rome à sac. Cette nouvelle défaite des armées du roi, du pape et de leurs alliés parachevait la politique italienne de Charles Quint, lui ouvrant la voie au couronnement dans la ville sainte. Cruelle conclusion, et combien ironique, pour les rêves d’empire de François Ier68.

  • 69 L’achevé d’imprimer du Thucydide de 1527 porte la date du 10 août, trois mois après le sac de Rome. (...)
  • 70 Voir Jean-Marie Le Gall, « François Ier – roi-chevalier vaincu et captif, ou de l’usage de l’éthiqu (...)
  • 71 E. Delvallée, Poétiques de la filiation, op. cit., p. 297 sqq., ici p. 299.

33Si la publication de Thucydide suit de peu le sac de Rome, ce n’est probablement qu’une coïncidence, néanmoins révélatrice de la conjoncture particulière à laquelle cette publication fit écho69. Le temps n’était plus, pour le roi, aux glorieuses victoires ; il fallait faire oublier les défaites et écrire une histoire qui correspondît aux nécessités du moment70. Dans les années suivantes, la monarchie s’employa à favoriser le topos de l’inconstance de la fortune pour éviter d’expliquer la défaite. Son souvenir n’en continuait pas moins de travailler l’esprit des élites, qu’elles soient politiques, militaires ou culturelles. Comment éviter que l’histoire ne fasse que se reproduire ? Fallait-il se contenter d’attendre que le vent de la fortune fût de nouveau favorable au royaume ? En tout cas, c’en était fini de l’historiographie épidictique naguère pratiquée par les « rhétoriqueurs » : la rupture fut actée, entre autres, par le poète Guillaume Cretin dont l’écriture laisse voir « les apories auxquelles est parvenue l’écriture historiographique de grande ampleur, ornée et traversée par le registre épidictique »71.

  • 72 Voir J.-M. Le Gall, L’honneur perdu de François Ier, op. cit., p. 122‑127.

34Alors que le roi se trouvait délié de sa responsabilité dans les défaites, il n’en allait pas de même de la noblesse. Pavie, c’était sa défaite – qu’on la poursuive du reproche infâmant (du reste infondé) d’avoir fui ou, tout simplement, d’avoir causé la défaite en prodiguant au roi de mauvais conseils72. Mais en faisant de la chevalerie un bouc émissaire, c’était toute la culture aristocratique que l’on mettait en accusation, y compris celle du roi. Une culture où les prouesses des romans de chevalerie, encore très appréciés dans le milieu nobiliaire, avaient la même dignité que les exploits rapportés par les historiens. Seyssel s’en indignait déjà dans sa préface à la Cyropédie, publiée en 1529 :

  • 73 C. de Seyssel, « Proheme », dans Histoire du voyage : que fist Cyrus, éd. cit., fo a i vo.

Et d’autant sont plus les histoires à louer quant elles sont composees par gens veritables et saiges/ qui ont la verité ensuyvie à leur povoir. Car au regard d’aucunes fables que soubz couleur d’histoire ont esté jadis par gens oysifz composees/ mesmement en langaige françoys/ Comme sont les livres de la table ronde/ de tristan, de lancelot, de maglonne/ d’olivier de castille/ et autres semblables/ qui ne contiennent si non menteries et choses impossibles/ elles ne sont point aucunement à louer.
Pourtant que [puisque] par icelles l’on n’a point vraye notice de choses passees ne enseignement pour les choses à advenir. Et jaçoit ce que [quoique] en les lisant jeunes gens puissent estre incitez et esmeuz à desirer de povoir ces grands prouesses ensuivir qui à dire sont moult plaisantes. Non pourtant [cependant] quant ilz considerent/ que se [sic] sont choses impossibles à eulx/ et qu’en ceste saison ne se trouve point de telles merveilles.73

35L’indignation de Seyssel résonnait cruellement pour les lecteurs de la fin des années 1520 : car le roi voulant faire acte de bravoure à Pavie, en se jetant dans la mêlée, avait compromis sa personne et son royaume. Livrer bataille pour son honneur mais contre raison n’est plus de « saison » : les prouesses devaient désormais céder le pas à la prudence.

36Il faut ici revenir au dizain de Marot. L’éloge du roi prend un sens nouveau : « l’antiquité, toute renouvelée » évoquée par le poète est une Antiquité où l’aristocratie cultive les belles-lettres, et bénéficie non seulement de la « fleur » de l’histoire mais aussi de son « fruit », de son utilité pratique. On retrouve le même mot sous la plume de Colin :

  • 74 J. Colin, épître citée, fo ã iv vo.

Et saichant l’utilité que luy [i. e. au roi] a porté la congnoissance des histoires tant en armes que en conseil/ à se gouverner et conduyre en la diversité de ses fortunes, il a voulu non seulement tesmoigner, mais aussi mettre en evidence et communiquer, par ung acte formellement contraire à ung aultre du grant Alexandre, le fruict, et delectation que l’on en doibt attendre et percevoir.74

37La « diversité » des « fortunes » évoque bien sûr le contraste entre la première partie du règne de François Ier, marquée par ses victoires italiennes et l’ambition impériale, et sa seconde partie marquée par les revers militaires et diplomatiques ; mais le roi semble innocenté de ces revers, puisqu’il possédait, lui, une certaine connaissance de l’histoire. À la noblesse donc de se former sur le modèle idéalisé du souverain.

  • 75 Plutarque, Vie d’Alexandre, IX, dans Les Vies des hommes illustres, trad. Jacques Amyot, éd. Gérard (...)

38Colin utilise ici une anecdote tirée de Plutarque75 : Aristote, ayant publié ses œuvres métaphysiques, aurait provoqué la colère d’Alexandre qui estimait imprudent de dévoiler au tout-venant la science de son précepteur. François Ier agit tout au contraire :

  • 76 J. Colin, épître citée, fo ã iv vo.

Mais le Roy Françoys ayant en sa librairie Thucydide Athenien […], pource que ledict livre ne se trouvoit ailleurs, de son propre mouvement a esté content d’en faire part aux princes seigneurs et gentilz hommes de son Royaulme/ encores qu’il fut historiographe tant estimé entre les siens, qu’ilz luy firent dresser une statue ayant la langue d’or, pour l’elegance et verité qu’il avoyt suyvie en son histoire.76

  • 77 Pline, Histoire naturelle, 7, 123.

39On voit que c’est le caractère personnel de la décision du roi qui est mis en avant, alors même que Colin en fut certainement l’inspirateur ; on trouve la même idée chez Marot, soulignée par le jeu sur l’expression franc roi (c’est-à-dire libre, mais aussi roi des Francs). Par ailleurs, Colin associe à Thucydide une anecdote qui se rapporte en fait à Bérose, et qu’il a dû trouver chez Pline77 (qu’il allègue plus haut dans la même épître). Thucydide est magnifié comme un orateur et un héros de sa patrie, et non seulement comme un homme de lettres.

  • 78 Voir Gérard Defaux, « Une poétique d’historiographe : subjectivité, vérité et “rhétorique seconde” (...)
  • 79 Marot devait désormais apparaître comme « un humble poète servant avec d’autant plus de zèle ses pr (...)

40Le dizain de Marot prolonge l’éloge du monarque en ouvrant l’horizon d’attente : « Et bien merite/ avoir histoire apart, / Qui telle histoire offre aux yeulx de ses hommes ». Le roi ayant fait don de Thucydide à sa noblesse, il s’agit de le payer en retour en lui offrant une historiographie « à part », digne de lui. Le dizain change subtilement de destinataire : Marot ne s’adresse plus ici à la noblesse, mais au roi ainsi qu’aux lettrés. Il semble annoncer de nouveaux poèmes célébrant le monarque, dans la lignée de la poésie historiographique de feu son père Jean Marot78 ; mais les difficultés inhérentes à toute entreprise historiographique après Pavie supposaient dans son esprit une poésie plus humble et détachée79. Une telle poésie ouvrait la voie à un autre type d’histoire, cette fois en prose, faisant écho aux attentes des lettrés proches de Colin, qui espéraient non seulement faire de la noblesse française une aristocratie à l’antique – ou à l’italienne – donc lettrée, mais aussi produire une historiographie sur le modèle de Thucydide ou de César.

  • 80 Les commentaires de Jules Cesar [Paris, Antoine Caillaut ? pour Antoine Vérard], 1486. Voir Frédéri (...)
  • 81 Voir L. Piettre, L’Ombre de Guillaume du Bellay, op. cit., 1ère partie, chap. III ; et G. Gadoffre, (...)
  • 82 Voir G. Gadoffre, ibid., p. 121 sqq.

41Chacun d’entre eux, à la fois homme de guerre et homme de lettres, fut proposé comme modèle à la noblesse française. César était sans conteste le plus populaire ; on disposait de traductions de qualité depuis celle de Gaguin (1486)80. Thucydide offrait un exemple moins connu, susceptible d’attirer la curiosité du public alors que l’intérêt du roi pour les études grecques avait contaminé une bonne partie de la Cour. La haute noblesse « singeait » déjà son roi et les rares aristocrates réellement érudits (tels les frères du Bellay81) en protégeant les hellénistes, les artistes imitateurs de l’antique, et en faisant venir à grands frais d’Italie manuscrits et « antiquailles »82.

  • 83 C. de Seyssel, « Proheme », dans Histoire du voyage : que fist Cyrus, éd. cit., fo II.
  • 84 L’exemplaire offert au roi est conservé à la BnF, ms. fr. 1738. Voir « Traduction de discours de Ci (...)

42Mais le souhait le plus ardent des milieux lettrés était que naquît non seulement une histoire française à la façon de Thucydide, politique et éloquente, mais aussi un Thucydide français. Il fallait pour cela que les nobles lisent l’histoire, qu’ils se forment aux belles-lettres et en particulier à l’éloquence. Les publications ultérieures des traductions de Seyssel permirent d’insister sur cet aspect : dans sa préface à la Cyropédie, celui-ci insiste sur l’utilité de l’éloquence, notamment pour exhorter les troupes83. La rhétorique était en vogue. Étienne Leblanc offrit trois exemplaires manuscrits de sa traduction française des discours de Cicéron en 1531 : l’un au roi, l’autre au chancelier Du Prat, le troisième à Anne de Montmorency, proche de Colin84.

  • 85 Guillaume du Bellay (Langey), Prologue des Ogdoades, dans Epitome de l’antiquité des Gaules et de F (...)
  • 86 Voir L. Piettre, ibid., 1ère partie, chap. III.

43En espérant un nouveau Thucydide, Colin et Marot pensaient peut-être dès 1527 à Guillaume du Bellay, seigneur de Langey, l’aîné de l’illustre famille qui protégeait les humanistes. L’histoire qu’il avait commencé d’écrire, les Ogdoades, devait rester incomplète en raison de sa mort précoce en 1543 et du vol d’une partie de ses papiers. Dans le prologue de ses Ogdoades, Langey se faisait l’écho de Colin, écrivant que sans la connaissance de l’histoire « nul est recevable à l’administration de la chose publique, mais à dechasser comme inutile »85. La thèse essentielle de Langey était que l’aristocratie, dans l’Antiquité, avait eu à cœur d’écrire l’histoire elle-même. Il plaçait donc son entreprise sous le patronage de Thucydide, historien et stratège – prétendant rétablir l’antique ordre des choses où les nobles illustraient la gloire de leur bras par la gloire de leur plume. Le tombeau de Langey, encore visible dans la cathédrale du Mans, témoigne de cet espoir d’« antiquité, toute renouvelée » : le gisant mêle les symboles des armes et des lettres, de la chevalerie française et des légions romaines86.

  • 87 Les Troys premiers livres de l’histoire de Diodore Sicilien […], Paris, Geoffroy Tory, 1535.
  • 88 La fin du prologue manque dans l’édition Tory consultée ; édition citée (ici) : Paris, Arnoul et Ch (...)

44Dans les années 1530-1540, Langey faisait encore exception dans les lettres françaises. Mais l’idée d’une rénovation de l’historiographie fit d’autres émules, du côté de lettrés simplement désireux de faire reconnaître l’utilité de la culture historique à leurs hauts protecteurs. François Ier encouragea une nouvelle traduction de Diodore de la main d’Antoine Macault, publiée en 1535 sur « l’ordonnance et commandement » du roi, précise la page de titre87. L’édition se termine par un prologue (sic) du traducteur qui s’adresse à la « noblesse et nation Françoise », concluant que « la lecture et congnoissance des histoires […] plus que nulle autre, contente et delecte ceulx qui ont grandement merité d’y estre pourtraictz au vif, et pour perpetuelle mémoire engravez »88.

  • 89 La Croix du Maine ne donne que cette indication sur Jean Colin (sic) : « Licentié és Loix, Bailly d (...)
  • 90 Paris, V. Gaultherot, 1541 pour la première édition. Éd. consultée : L’Histoire de Hérodian, Lyon, (...)
  • 91 Ibid., p. 9‑10.

45Un certain Jean Collin – je ne sais s’il est apparenté à Jacques Colin89 – fit paraître en 1541 une version française d’Hérodien d’après celle, latine, d’Ange Politien90. Le texte est précédé d’une épître du traducteur à Henri de Foix-Lautrec (mort en 1540), où Collin fait de la culture historique la meilleure arme dont puisse se doter un capitaine face à la contingence de l’histoire présente : « […] il semble, que un Capitaine, qui aura en mémoire le contenu en ces livres ne doibt craindre la mutabilité de Fortune, à la violence de laquelle il pourra, sans estre surprins par une promptitude de conseil facilement resister, ou reparer le dommage encouru »91.

  • 92 Également auteur, cet imprimeur-libraire s’est signalé par sa capacité à repérer, publier, adapter (...)

46Le souhait d’une transformation de l’aristocratie par l’historiographie se voit encore dans une épître à la noblesse insérée en 1558 dans l’Histoire de Louis douzième de Claude de Seyssel, œuvre probable de l’éditeur Gilles Corrozet92, mais qui reprend en les résumant le propos de Colin en 1527 et celui du prologue de Langey :

  • 93 « Aux gentilshommes françois », dans Claude de Seyssel, Histoire singuliere du roy Loys XII, Paris, (...)

Car sans ce que notoirement Empereurs, Rois et Capitaines prennent ordinaire plaisir pour tirer singulier proufit de la leçon de l’histoire : Jules et Auguste les Cesars, plusieurs Capitaines et Coronelz de la noble famille des Claudes, avant eux le prince Thucidide, et depuis eux infinis autres grans seigneurs ont honnoré de leur plume comme de leur voix, et de leur courage l’histoire de leurs guerrieres entreprises et des louables fais d’autruy.93

  • 94 Ibid., f° ã v v°.

47Se réclamant comme Langey de Thucydide et de César, le texte fait aussi l’éloge d’un mémorialiste comme Commynes, mais termine en exhortant la noblesse à encourager l’historiographie française – sans l’appeler explicitement à l’écrire elle-même. Le texte prend acte de la rupture opérée sous François Ier en donnant l’image d’une noblesse « qui de mesme cœur [emploie] le bras armé pour l’honneur et augmentation, et la langue douce et diserte pour la decoration de ce grand Royaume »94. Devenue éloquente, l’aristocratie saura aussi favoriser les historiens : les rapports entre les armes et les lettres semblent avoir atteint, ici, un relatif apaisement, sous la plume d’un imprimeur attentif à encourager la production historiographique sous toutes ses formes. 

Conclusion. Fécondité et impuissance des dédicaces

48Cette étude montre combien les dédicaces et pièces liminaires, formes réputées conventionnelles, peuvent véhiculer un contenu programmatique précis, subtilement adapté à des publics bien ciblés en vue de négocier de nouveaux rapports entre le pouvoir royal et des groupes sociaux concurrents sans être antagonistes. Ces formes ont constitué, après Pavie, un lieu où se révèlent les enjeux politiques du projet de « restitution » de l’histoire à son antique dignité. Les entreprises éditoriales des humanistes relèvent ici d’une transgression : la frontière théorique et idéologique séparant le monde des armes et celui des lettres s’en trouve brouillée. À charge désormais pour les nobles de lire l’histoire et de s’instruire par elle, mais aussi de l’écrire.

  • 95 Voir Marc Fumaroli, « Mémoires et Histoire  : le dilemme de l’historiographie humaniste au XVIe siè (...)
  • 96 Comme l’a remarqué G. Gadoffre, La révolution culturelle, op. cit., p. 115 sqq.
  • 97 Blaise de Monluc, Commentaires (1521-1576), éd. P. Courteault, Paris, Gallimard, 1964, coll. « La P (...)

49La suite est familière aux historiens de la littérature. Le genre des Mémoires connut un développement fulgurant dans les dernières décennies du XVIe siècle95 : la main qui portait l’épée maniait désormais la plume, démentant les railleries d’un Castiglione et répondant à l’appel de Colin. Langey fut sans doute le premier jalon de cette « revanche des seigneurs »96. Mais, quand de nombreux membres de la noblesse militaire écrivirent à leur tour « l’histoire de leurs guerrieres entreprises », ils le firent à leur manière – sous forme de Mémoires où, par une convention tacite, ils assumaient une certaine ignorance des lettres comme un signe distinctif de leur noblesse. La culture historique, et avec elle l’écriture de l’histoire, n’en avait pas moins fini par gagner l’aristocratie. En fait d’un nouveau Thucydide, on eut Monluc, La Rochefoucauld, le cardinal de Retz ; les nobles ne faisaient que se « mêler » d’écrire l’histoire, selon le mot de Monluc, sans pour autant être du métier d’historien97. Ce qui était, en somme, une façon d’affirmer qu’en écrivant ils ne « singeaient » pas les lettrés.

Haut de page

Notes

1 Dijon, 12 juin 1521. Je cite ci-après la lettre dans la traduction de Guy Lavoie : Guillaume Budé, Correspondance, t. 1 : Les Lettres grecques adjectis paucis e latinis, Sherbrooke, Centre d’études de la Renaissance, 1977, p. 153‑154. Éd. princeps du texte grec : Epistolae Gulielmi Budaei regii secretarii, posteriores, Paris, Josse Bade, 1522, fo 18 ro-19 vo.

2 Voir Abel Lefranc, Histoire du Collège de France, Paris, Hachette, 1893, p. 78‑79 sur la présente lettre ; et Luigi-Alberto Sanchi, « La correspondance de Guillaume Budé et Janus Lascaris », dans Perrine Galand-Hallyn et alii (dir.), La société des amis à Rome et dans la littérature médiévale et humaniste, Turnhout, Brepols, 2008, p. 383‑396, p. 393-395 sur les collèges humanistes.

3 Traduction modifiée (G. Lavoie traduit littéralement : « le singe chez les ânes, dit-on », en onois phasi pithèkos).

4 Comme le souligne L.-A. Sanchi, art. cit., p. 388, ce spectacle que Budé raconte à Lascaris se trouve lui-même mis en abyme par la publication de la lettre l’année suivante dans les Epistolae posteriores (op. cit.).

5 Lettre citée, p. 153.

6 « Il est lui-même peu versé dans les lettres – usage que je n’approuve guère, mais qui est fréquent chez nos rois – mais extraordinairement éloquent ; intelligent, réservé, d’un accès plaisant, facile et libre […] ». Lettre à Érasme, 1517 (ep. 522), citée par Daniel Ménager, entrée « François Ier » du Dictionnaire dans Érasme, Éloge de la folie, Adages, Colloques […], éd. André Godin et alii, Paris, R. Laffont, 1992, p. CXIX.

7 Sur le sens de la notion de lettré, voir Paul Zumthor, « Litteratus/Illitteratus. Remarques sur le contexte vocal de l’écriture médiévale », Romania, 106, 421, 1985, p. 1‑18.

8 L’histoire de Thucydide Athenien, de la guerre, qui fut entre les Peloponnesiens et Atheniens, translatee en langue francoyse par feu messire Claude de Seyssel lors euesque de Marseille et depuis archeuesque de Turin, Paris, Josse Bade, 1527.

9 Voir Rebecca Ard Boone, « Claude de Seyssel’s Translations of Ancient Historians », Journal of the History of Ideas, 61, 4, 2000, p. 561‑575 ; « The Translator of ancient histories », dans War, Domination, and the « Monarchy of France »: Claude de Seyssel and the Language of Politics in the Renaissance, Leyde et Boston, Brill, 2007, p. 85‑105 ; et Philippe Torrens, « Claude de Seyssel traducteur des historiens antiques », dans Patricia Eichel-Lojkine (dir.), Claude de Seyssel : Écrire l’histoire, penser le politique en France, à l’aube des temps modernes, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, p. 183‑200.

10 Voir Chantal Grell, « Thucydide en France, de la renaissance à la révolution », dans Valérie Fromentin, Sophie Gotteland et Pascal Payen (dir.), Ombres de Thucydide : La réception de l’historien depuis l’Antiquité jusqu’au début du XXe siècle, Pessac, Ausonius Éditions, 2019, p. 587‑600, § 2‑7.

11 Voir Béatrice Beys, « Une carrière en images : scènes de dédicace et emblèmes dans l’œuvre de Claude de Seyssel (1504-1519) », dans P. Eichel-Lojkine (dir.), op. cit., p. 235‑244, § 4‑7.

12 L’Histoire des successeurs de Alexandre le Grand/ extraicte de Diodore Sicilien et quelque peu des vies escriptes par Plutharque, Paris, Josse Bade, 1530 ; Xénophon, Histoire du voyage : que fist Cyrus à l’encontre du Roy de Perse Artaxerses son Frere, Paris, Galliot du Pré, 1529 ; Eusèbe de Césarée, L’Histoire ecclésiastique, Paris, Geoffroy Tory, 1532 ; Appien, Des Guerres des Romains, Livres XI. Plus le Sixiesme desdictes guerres Civiques, extraict de Plutarque, Lyon, Sulpice Sabon pour Antoine Constantin, 1544 ; Justin, Les histoires universelles de Trogue Pompée, abbregees par Justin historien, Paris, Michel de Vascosan, 1559.

13 Gilbert Gadoffre, La révolution culturelle dans la France des humanistes : Guillaume Budé et François Ier, Genève, Droz, 1997, p. 251‑253.

14 Voir Bruno Méniel et Bernard Ribémont, « Introduction », dans La Figure de Jules César au Moyen Âge et à la Renaissance, Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 13 spécial, 2006, p. 1‑5.

15 Voir Philippe Renouard, Bibliographie des impressions et des œuvres de Josse Badius Ascensius, Paris, Ém. Paul et Fils et Guillemin, 1908, t. 1, p. 42‑54.

16 L’histoire de Thucydide Athenien, éd. cit., n. p.

17 Voir Isabelle Diu, « Medium typographicum et respublica literaria : le rôle de Josse Bade », dans Frédéric Barbier et alii (dir.), Le livre et l’historien, Genève, Droz, 1997, p. 111‑124 ; Louise Katz, La presse et les lettres: les épîtres paratextuelles et le projet éditorial de l’imprimeur Josse Bade (c. 1462-1535), thèse de doctorat sous la direction de Perrine Galand-Hallyn, EPHE, 2013.

18 De bello Peloponnensium Atheniensiumque Libri octo, Paris, Josse Bade, 1513.

19 Voir Louise Katz, « Les presses badiennes au service des détracteurs d’Érasme et de Jacques Lefèvre d’Étaples : un revirement idéologique ? », dans Christine Bénévent et alii (dir.), Passeurs de textes : Imprimeurs et libraires à l’âge de l’humanisme, Paris, Publications de l’École nationale des chartes, 2018, p. 43‑56.

20 Voir Maurice Lebel, « Josse Bade, éditeur et préfacier (1462-1535) », Renaissance et Réforme, 5, 2, 1981, p. 63‑71, p. 65. Bade n’a publié en tout que quatre volumes en français, dont deux traductions de Seyssel (Thucydide et Diodore) pour Jacques Colin (voir infra). Pour Louise Katz, c’est donc une « démarche tout à fait exceptionnelle dans l’entreprise badienne » (La presse et les lettres, op. cit., p. 171).

21 Voir Ph. Renouard, Bibliographie, op. cit., t. 1, 1908, p. 93‑94.

22 Voir L. Katz, La presse et les lettres, op. cit., p. 311 sqq.

23 Voir ibid., p. 321 sqq.

24 Selon la formule de privilège citée supra.

25 Voir Ernest Coyecque, « Josse Bade et les traductions de Claude de Seyssel », Bibliothèque de l’École des chartes, 55, 1894, p. 509‑514. Le contrat y est publié ; daté du 28 mars 1528 (1527 avant Pâques), il renvoie au contrat passé en 1527 pour l’impression du Thucydide. L’édition citée de Diodore (1530) contient une formule de privilège très proche du Thucydide.

26 Voir Lucien Febvre et Henri-Jean Martin, L’Apparition du livre, Paris, Albin Michel, 1999, p. 309-311.

27 C’est l’hypothèse d’E. Coyecque, art. cit. La mévente s’explique en partie par un prix de départ trop élevé : 30 sous, puis 20. Outre Thucydide, Josse Bade ne publia que Diodore (en 1530).

28 L’histoire de Thucydide Athenien, éd. cit., fo CCLXXXI vo.

29 Voir Gérard Defaux, « Introduction. La Vie et l’Œuvre d’un “Poëte de Roy” : Tityre et Melibée », dans Clément Marot, Œuvres poétiques complètes, t. 1 [1ère éd. 1990], Paris, Classiques Garnier numérique, 2014, p. XVII à CLXIX, ici p. LXI-LXVI.

30 Ibid., p. LXXXII.

31 Au point que le roi dut intervenir (début novembre 1527) pour le faire sortir de prison, à la suite de sa seconde arrestation (octobre). Ces événements sont postérieurs à la publication du Thucydide. Voir ibid., p. LXXXVII-LXXXVIII. Voir aussi Daniel Martin, « Le Valet de chambre et son roi, Marot impertinent », Réforme, Humanisme, Renaissance, 79, 1, 2014, p. 171‑197.

32 Voir G. Defaux, art. cit., p. LXXXII‑CXVIII.

33 Voir Guillaume Berthon, Bibliographie critique des éditions de Clément Marot (c. 1521-1550), Genève, Droz, 2019, p. 53‑56.

34 Voir Victor-Louis Bourrilly, Jacques Colin, abbé de Saint-Ambroise, Paris, Société nouvelle de librairie et d’édition, 1905, p. 42-46 pour la publication de Thucydide.

35 G. Berthon, Bibliographie critique, op. cit., p. 54. Voir G. Gadoffre, La révolution culturelle, op. cit., p. 125.

36 Voir Bernard Guenée, « Histoire, mémoire, écriture. Contribution à une étude des lieux communs », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 127, 3, 1983, p. 441‑456.

37 L’édition originale comprend ici un point non suivi d’espace ni de majuscule.

38 Colin traduit littéralement : « Historia vero testis temporum, lux veritatis, vita memoriae, magistra vitae, nuntia vetustatis […] ». Cicéron, De Oratore, II, 36. Voir De l’Orateur, t. 2, trad. Edmond Courbaud, Paris, Les Belles Lettres, 1927, p. 21.

39 « [V]ous y conduire » et « en eschapper » se rapportent à « l’une et […] l’aultre fortune », la bonne et la mauvaise.

40 Jacques Colin, épître à la noblesse, dans L’histoire de Thucydide Athenien, éd. cit., fo ã v ro.

41 « Clement Marot aux lecteurs », dans L’histoire de Thucydide Athenien, éd. cit., fo ã vo.

42 Voir G. Berthon, Bibliographie critique, op. cit., p. 55‑56. Un autre exemplaire fut offert à Charles de Bourbon.

43 Ellen Delvallée, Poétiques de la filiation. Clément Marot et ses maîtres : Jean Marot, Jean Lemaire et Guillaume Cretin, thèse de doctorat sous la direction de Francis Goyet, Université Grenoble Alpes, 2017, p. 452 sqq., ici p. 453.

44 Voir Guillaume Berthon, L’Intention du poète : Clément Marot « autheur », Paris, Classiques Garnier, 2014, p. 126‑128.

45 Passage cité supra.

46 Sur la place de la propositio et son importance pour la détermination du genre ou type de discours, voir notamment Christine Noille, « Les genres du discours dans l’ancienne rhétorique : listes, schémas et mode d’emploi, avec un exemple (le discours de Germanicus) », Exercices de rhétorique, 3, 2014. URL : http://rhetorique.revues.org/337 (dernière consultation : 8 mai 2021).

47 J. Colin, épître citée, fo ã ii vo.

48 Ibid.

49 Ibid., fo ã iii vo.

50 Le propos de Colin rappelle ici Pic de la Mirandole (cf. De la dignité de l’homme, trad. Yves Hersant, Combas, Éd. de l’Éclat, 1993, p. 8-9).

51 J. Colin, épître citée, fo ã iii vo. Je souligne.

52 Voir Jacques Chomarat, « Un ennemi de la guerre : Érasme », Bulletin de l’Association Guillaume Budé. Lettres d’humanité, 33, 4, 1974, p. 445‑465.

53 J. Colin, épître citée, fo ã iii vo.

54 Sur la prudence, voir Francis Goyet, Les Audaces de la prudence : littérature et politique aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, Classiques Garnier, 2009. Sur ses rapports avec l’histoire, voir Lionel Piettre, L’Ombre de Guillaume du Bellay sur l’écriture de l’histoire à la Renaissance, Genève, Droz, à paraître, 1ère partie, chap. I ; ainsi que Se mêler d’histoire : conseils et jugements de l’action politique dans l’histoire-jugement, chez Guillaume du Bellay, Martin du Bellay, Monluc et Montaigne, thèse de doctorat sous la direction de Francis Goyet, Université Grenoble Alpes, 2017.

55 « Hommes de rang » peut également signifier « hommes d’un rang élevé » (sens attesté par Huguet, Dictionnaire de la langue française du seizième siècle, Paris, É. Champion, 1928).

56 J. Colin, épître citée, fo ã iv ro.

57 Cf. Philippe de Commynes, Mémoires, II, 6, éd. Joël Blanchard, Genève, Droz, 2007, t. 1, p. 121‑122.

58 Jean-Baptiste-Louis Crevier, Rhétorique françoise, Paris, Saillant et Desaint, 1767, t. 1, p. 334.

59 Ellen Delvallée, « Lemaire de Belges traducteur de l’Iliade : les discours du chant III dans les Illustrations », Exercices de rhétorique, 3, 2014, § 21. URL : http://journals.openedition.org/rhetorique/210 (dernière consultation : 8 mai 2021) ; et Lionel Piettre, « Une parodie à double détente. Historiographie, rhétorique et parrhêsia dans Gargantua », dans Christiane Deloince-Louette et Christine Noille (dir.), Expériences rhétoriques. Mélanges offerts au professeur Francis Goyet, Paris, Classiques Garnier, 2020, p. 203‑214.

60 De conscribendis epistolis [1522], éd. J.-C. Margolin, dans Opera omnia Desiderii Erasmi Roterodami, Ordinis primi, Tomus secundus, Amsterdam, North-Holland Publishing Company, 1971, p. 488.

61 Voir notamment Gargantua, éd. Mireille Huchon, Paris, Gallimard, 2007, p. 193‑217. Le propos de Rabelais est résumé par sa description de la façon d’étudier du géant, avant que son éducation ne soit reprise en main par Ponocrates : « Puis estudioit quelque meschante demye heure, les yeulx assis dessus son livre, mais (comme dict le Comicque) son ame estoit en la cuisine » (p. 197).

62 Sur l’image de la France en Italie, voir Patrick Gilli, Au miroir de l’humanisme : les représentations de la France dans la culture savante italienne à la fin du Moyen Âge (c. 1360-c. 1490), Rome, École française de Rome, 1997. Voir aussi Frédérique Verrier, « La plume ou l’épée », dans Les armes de Minerve : l’humanisme militaire dans l’Italie du XVIe siècle, Paris, Presses universitaires Paris Sorbonne, 1997, p. 86 sqq.

63 Voir Baldassare Castiglione, Le livre du courtisan, éd. Alain Pons, Paris, Flammarion, 1991, p. 81, 83 et 87.

64 Voir Gérard Defaux, « De la traduction du Courtisan à celle de l’Hecatomphile : François Ier, Jacques Colin, Mellin de Saint-Gellais et le ms. BnF fr. 2335 », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 64, 3, 2002, p. 513‑548.

65 Baldassare Castiglione, Le Courtisan, trad. Jacques Colin et Mellin de Saint-Gelais, Lyon, François Juste, 1538, fo 56 ro.

66 Voir Didier Le Fur, François Ier, Paris, Perrin, 2015, p. 333‑384.

67 Ibid., p. 395‑496.

68 Voir Augustin Redondo (dir.), Les discours sur le sac de Rome de 1527 : pouvoir et littérature, Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle, 1999.

69 L’achevé d’imprimer du Thucydide de 1527 porte la date du 10 août, trois mois après le sac de Rome. Eu égard aux délais de publication, il n’y a sans doute pas de lien de causalité entre les deux dates.

70 Voir Jean-Marie Le Gall, « François Ier – roi-chevalier vaincu et captif, ou de l’usage de l’éthique chevaleresque pendant l’année de Pavie, 1525-1526 », dans Martin Wrede (dir.), Die Inszenierung der heroischen Monarchie, Munich, Oldenbourg, 2014, p. 128‑151. Et L’honneur perdu de François Ier : Pavie, 1525, Paris, Payot, 2015.

71 E. Delvallée, Poétiques de la filiation, op. cit., p. 297 sqq., ici p. 299.

72 Voir J.-M. Le Gall, L’honneur perdu de François Ier, op. cit., p. 122‑127.

73 C. de Seyssel, « Proheme », dans Histoire du voyage : que fist Cyrus, éd. cit., fo a i vo.

74 J. Colin, épître citée, fo ã iv vo.

75 Plutarque, Vie d’Alexandre, IX, dans Les Vies des hommes illustres, trad. Jacques Amyot, éd. Gérard Walter, Paris, Gallimard, 1995, coll. « La Pléiade », t. 2, p. 330.

76 J. Colin, épître citée, fo ã iv vo.

77 Pline, Histoire naturelle, 7, 123.

78 Voir Gérard Defaux, « Une poétique d’historiographe : subjectivité, vérité et “rhétorique seconde” dans l’œuvre de Jehan Marot », Littératures, 21-22, 2000, p. 61‑96 ; sur les conceptions historiographiques de Clément Marot, voir E. Delvallée, Poétiques de la filiation, op. cit., p. 241 sqq. pour le rapport avec Jean, et surtout p. 275-520.

79 Marot devait désormais apparaître comme « un humble poète servant avec d’autant plus de zèle ses protecteurs, malgré l’absence de vaste chronique ou grand poème épidictique à l’occasion d’un grand événement » (E. Delvallée, Poétiques de la filiation, op. cit., p. 513). Sur la distinction entre poésie et histoire, voir ibid., p. 517-518.

80 Les commentaires de Jules Cesar [Paris, Antoine Caillaut ? pour Antoine Vérard], 1486. Voir Frédéric Duval, « Le Livre des commentaires Cesar sur le fait des batailles de Gaule par Robert Gaguin (1485) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 13 spécial, 2006, p. 167‑182.

81 Voir L. Piettre, L’Ombre de Guillaume du Bellay, op. cit., 1ère partie, chap. III ; et G. Gadoffre, La révolution culturelle, op. cit., p. 125 sqq.

82 Voir G. Gadoffre, ibid., p. 121 sqq.

83 C. de Seyssel, « Proheme », dans Histoire du voyage : que fist Cyrus, éd. cit., fo II.

84 L’exemplaire offert au roi est conservé à la BnF, ms. fr. 1738. Voir « Traduction de discours de Cicéron offerte au chancelier A. du Prat », Bibliothèque de l’École des chartes, 61, 1, 1900, p. 124.

85 Guillaume du Bellay (Langey), Prologue des Ogdoades, dans Epitome de l’antiquité des Gaules et de France, Paris, Vincent Sertenas, 1556, fo 5 ro. Voir L. Piettre, L’Ombre de Guillaume du Bellay, op. cit., 2e partie, chap. II pour l’analyse, annexe au chap. II pour l’édition de ce texte.

86 Voir L. Piettre, ibid., 1ère partie, chap. III.

87 Les Troys premiers livres de l’histoire de Diodore Sicilien […], Paris, Geoffroy Tory, 1535.

88 La fin du prologue manque dans l’édition Tory consultée ; édition citée (ici) : Paris, Arnoul et Charles les Angeliers, 1541, n. p.

89 La Croix du Maine ne donne que cette indication sur Jean Colin (sic) : « Licentié és Loix, Bailly du Conté de Beaufort » (Bibliothèques françoises, éd. numérique : bibfr.bvh.univ-tours.fr/bibfr/personne/bvhbibfr_01198 [consulté le 03/07/2020]).

90 Paris, V. Gaultherot, 1541 pour la première édition. Éd. consultée : L’Histoire de Hérodian, Lyon, Jean de Tournes, 1546.

91 Ibid., p. 9‑10.

92 Également auteur, cet imprimeur-libraire s’est signalé par sa capacité à repérer, publier, adapter voire réécrire des textes préexistants. Voir Magali Vène, « “Pour ce qu’un bien caché [...] ne peult proffiter à personne”, “j’ay prins d’aultruy la pierre et le ciment”. Gilles Corrozet, auteur et libraire, passeur de textes », dans Christine Bénévent et alii (dir.), Passeurs de textes : Imprimeurs et libraires à l’âge de l’humanisme, Paris, Publications de l’École nationale des chartes, 2018, p. 199‑213.

93 « Aux gentilshommes françois », dans Claude de Seyssel, Histoire singuliere du roy Loys XII, Paris, Gilles Corrozet, 1558, fo ã iiii vo.

94 Ibid., f° ã v v°.

95 Voir Marc Fumaroli, « Mémoires et Histoire  : le dilemme de l’historiographie humaniste au XVIe siècle », dans Noémi Hepp et Jacques Hennequin (dir.), Les valeurs chez les mémorialistes français du XVIIe siècle avant la Fronde, Paris, Klincksieck, 1979, p. 21‑45 ; Nadine Kuperty-Tsur, Se dire à la Renaissance : les mémoires au XVIe siècle, Paris, Vrin, 1997 ; Yohann Deguin, L’Écriture familiale des Mémoires. Noblesse, 1570-1750, Paris, Champion, 2020 ; L. Piettre, L’Ombre de Guillaume du Bellay, op. cit., 3e partie.

96 Comme l’a remarqué G. Gadoffre, La révolution culturelle, op. cit., p. 115 sqq.

97 Blaise de Monluc, Commentaires (1521-1576), éd. P. Courteault, Paris, Gallimard, 1964, coll. « La Pléiade », I, p. 82.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Piettre, « « Le singe chez les ânes ». L’instrumentalisation des dédicaces dans L’Histoire de Thucydide Athenien (1527) »Études Épistémè [En ligne], 39 | 2021, mis en ligne le 15 mai 2021, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/episteme/12248 ; DOI : https://doi.org/10.4000/episteme.12248

Haut de page

Auteur

Lionel Piettre

Ancien élève de l’ENS Lyon (en histoire et en lettres), professeur agrégé de Lettres modernes et chercheur associé à l’UMR 5316 Litt&Arts de l’université Grenoble Alpes, Lionel Piettre est l’auteur d’une thèse intitulée Se mêler d’histoire (dir. Francis Goyet, Grenoble, 2017), à paraître sous le titre L’Ombre de Guillaume du Bellay dans la pensée historique de la Renaissance. Le concept central (rhétorique et politique) de l’ouvrage, l’« histoire-jugement », permet de rendre compte des pratiques d’écriture d’auteurs qui étaient également des acteurs de l’histoire et qui, sans s’enfermer dans un genre historiographique précis, entendaient écrire pour agir et tirer de l’histoire des leçons de prudence. L’œuvre de Guillaume du Bellay-Langey, « Ulysse historien », capitaine, homme de lettres et espion, fait l’objet d’un nouvel examen qui révèle l’importance de sa conception de l’histoire, exposée dans le Prologue de ses Ogdoades, qui fait l’objet d’une édition critique. Cette conception trouve des échos importants chez Rabelais, Sleidan, mais aussi Bodin ou Montaigne. Auteur d’articles consacrés à Langey, Rabelais, Montaigne et Monluc, il travaille actuellement à l’édition des Mémoires des frères du Bellay. Ses dernières recherches portent les rapports entre Rabelais et Langey et sur la question des stratagèmes, sous l’angle de la ruse ou mètis.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search