Navigation – Plan du site

AccueilNuméros39Le Sens des formes dans l’Europe ...2. Éloge et auto-promotion : quel...Les formes sonores du politique :...

Le Sens des formes dans l’Europe d’Ancien Régime
2. Éloge et auto-promotion : quelles formes mettre ?

Les formes sonores du politique : pratiques musicales et espaces urbains. Le patronage musical des cardinaux Alessandro d’Este et Maurice de Savoie à Rome (1620-1625)

The Politics of Sound: Musical Practices and Urban Spaces. Cardinals Alessandro d’Este and Maurizio of Savoy’s Musical Patronage in Rome (1620-1625)
Jorge Morales

Résumés

Grands mélomanes et protecteurs de musiciens, les princes-cardinaux Alessandro d’Este (1568-1624) et Maurice de Savoie (1593-1657) occupent une place particulière dans le paysage culturel romain entre 1620 et 1625. En effet, ces prélats ont contribué à façonner la géographie urbaine, sociale et musicale de Rome à travers les espaces de sociabilité qu’ils ont créés ou fréquentés (palais, églises, places, jardins ou encore villégiatures). Ces lieux étaient le théâtre d’une vaste activité musicale et culturelle grâce à laquelle se nouaient réseaux ecclésiastiques et réseaux nobiliaires dans un but d’affirmation politique, sociale et identitaire. Ces cardinaux ont ainsi favorisé la production d’événements artistiques, miroirs de leur magnificence, ainsi qu’une circulation musicale singulière (musiciens, répertoires et styles musicaux, instruments de musique) entre leurs nations d’origine et la Ville éternelle.

Le présent article propose d’examiner les significations culturelles et sociopolitiques des pratiques musicales qui s’inscrivent dans l’espace urbain romain, pratiques musicales que l’on peut comprendre en tant qu’expérience musicale collective insérée dans un dispositif politique. Ces pratiques prennent corps dans des événements culturels auxquels ces deux prélats participent en tant qu’organisateurs ou comme spectateurs. Notre hypothèse est que l’expérience musicale, plus que les autres arts, dépasse sa fonction symbolique et ornementale, qu’elle est partie prenante du « Grand théâtre du monde ». Ainsi, cette étude, à l’intersection de l’histoire sociale et de l’histoire culturelle, vise à analyser l’impact des transformations des formes culturelles sur la société romaine.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cette recherche a pu être réalisée grâce au soutien de l’Institut historique belge de Rome à travers la bourse de l’Academia Belgica.

Texte intégral

  • 1 En ce qui concerne le mécénat musical romain de la fin du XVIe et de la première moitié du XVIIe si (...)

1Les princes-cardinaux Alessandro d’Este et Maurice de Savoie occupent une place particulière dans le paysage culturel romain entre 1620 et 1625, période de transition couvrant trois pontificats : la fin de celui de Paul V (Camillo Borghese), le bref règne de Grégoire XV (Alessandro Ludovisi) et les premières années du pontificat d’Urbain VIII (Maffeo Barberini)1. Les deux prélats, dont les liens sont très étroits, surtout entre 1623 et 1624, ont plusieurs points communs :

  • 2 Antonio Spagnoletti, Le dinastie italiane nella prima età moderna, Bologne, Il Mulino, 2003, p. 294

1. Ils sont tous deux des cardinaux-princes : leur filiation dynastique leur confère un rôle de représentant de premier plan de leur famille dans la ville pontificale et à l’échelle internationale. En effet, les cardinaux de famille étaient en quelque sorte « prêtés à Rome » et constituaient une minorité au sein du Sacré Collège2. Ce statut particulier et rare leur permettait de créer leur propre cour. D’où l’importance qu’ils accordaient à leur visibilité et à leur promotion sociale à travers le patronage nobiliaire.

  • 3 Paolo Portone, « Este, Alessandro d’ », dans Dizionario Biografico degli Italiani, Rome, Istituto d (...)

2. Ils sont titulaires successivement des mêmes églises à Rome : S. Maria Nova (connue aussi sous le nom de S. Francesca Romana), Saint-Eustache et S. Maria in Via Lata (sur l’actuelle via del Corso)3.

  • 4 Isabelle d’Este-Savoie était également un point de référence culturel et diplomatique entre les cou (...)
  • 5 A. Spagnoletti, op. cit., p. 287.

3. Leurs familles sont très liées : le cardinal Alessandro est l’instigateur du mariage entre la sœur du cardinal Maurice (Isabelle d’Este-Savoie)4 et son propre neveu (le prince Alphonse d’Este) en 16085.

4. Enfin, tous deux sont membres du parti francophile romain, alors en plein essor, ce qui les amène à fréquenter les mêmes personnes et les mêmes lieux. En effet, les deux cardinaux assistent souvent aux mêmes banquets, battues de chasse ou réunions académiques. Ces manifestations étaient le théâtre d’une vaste activité musicale et culturelle grâce à laquelle se nouaient réseaux ecclésiastiques et réseaux nobiliaires dans un but d’affirmation politique, sociale et identitaire. La proximité des deux prélats n’est donc pas uniquement institutionnelle, politique et familiale mais également intellectuelle, culturelle et artistique. En effet, ces deux cardinaux ont favorisé la production d’événements artistiques ainsi qu’une circulation singulière de musiciens, d’instruments de musique, de répertoires et de styles musicaux entre leurs villes d’origine (Modène et Turin) et la Ville éternelle.

  • 6 En ce qui concerne l’interaction entre pratiques culturelles et espaces urbains, voir en particulie (...)
  • 7 « Patronage was an institution without walls, an elaborate and comprehensive system », Mario Biagio (...)
  • 8 Norbert Elias, La Société des individus, Paris, Fayard, 1991 [1987].
  • 9 J. W. Hill, op. cit.

2Les concepts de pratiques musicales, espaces urbains, patronage et magnificence, ici mobilisés, sont liés entre eux : les pratiques musicales sont ici comprises en tant qu’expérience collective impliquant une dimension sonore. Ces pratiques prennent corps dans des espaces urbains précis par le biais de la représentation, au sens large, dont la fonction est de leur donner sens. Si leur changement est lié à la transformation des villes, la réciproque est vraie6. C’est pourquoi le patronage est pensé ici comme une pratique sociale souple, paradoxale et multiforme, qui déborde les frontières admises, entre le patron et le client7. Cette approche permet de donner une lecture plus large de la fluidité des « tissus de relations », pour parler comme Norbert Elias8, qui constituent le monde musical de ces deux prélats. En effet, le concept de patronage, plus large que celui de mécénat, permet de mieux analyser les mécanismes sociaux qui produisent les liens complexes qui unissent les cardinaux aux musiciens placés sous leur protection. Il permet aussi de mieux saisir la pluralité des acteurs et la dynamique des réseaux et des cercles cardinalices9 qui favorisent la production musicale, le déplacement des musiciens ainsi que leur recrutement. En effet, les milieux artistiques en question sont tout autant des cercles (dont les prélats sont le centre) que des réseaux (les prélats font ici partie d’une nébuleuse d’amis et de connaissances).

  • 10 Roy Strong, Art and Power. Renaissance Festivals 1450-1650, Berkeley et Los Angeles, University of (...)

3Apparaît alors la magnificence, c’est-à-dire l’art de savoir dépenser, vertu princière qui s’épanouit à la Renaissance10 et est censée donner une dimension ornementale au patronage. En créant ainsi une dynamique d’esthétisation, il s’agit de se distinguer et d’affirmer sa position politique par la construction d’une image de soi splendide et singulière. L’étude de la magnificence pose la question des dépenses engagées pour la production d’événements sonores et pour l’affirmation de l’identité cardinalice. Cette volonté de renforcer l’esthétisation du quotidien par le biais d’objets sonores est particulière chez les cardinaux-princes.

  • 11 Jean Molino, Le singe musicien. Sémiologie et anthropologie de la musique, introduction de Jean-Jac (...)

4Après une brève présentation des deux prélats ainsi que des lieux où évoluent leurs cours à Rome, nous examinerons plusieurs événements musicaux qu’ils organisent afin d’analyser les « formes sonores du politique ». Les formes sonores sont une production symbolique, c’est-à-dire une forme matérielle et une réalité culturelle capables de renvoyer à tous les domaines de l’expérience11. Cet article propose donc d’étudier les significations culturelles et sociopolitiques des pratiques musicales dans l’espace urbain romain – que ce dernier soit privé ou public. Notre hypothèse est que la musique n’est pas un simple fond sonore et que l’expérience musicale est partie prenante du « Grand théâtre du monde ».

5Ainsi, penser l’histoire de la musique comme une histoire de l’expérience musicale, c’est-à-dire comme une histoire sociale et politique du fait musical, implique de prendre en considération l’impact des transformations des formes culturelles sur la société tout entière.

Deux cardinaux-princes à Rome : amitié politique, lieux et résidences de leur cour

  • 12 En ce qui concerne ces cardinaux, voir en particulier Gaetano Moroni, « Este (d’) Ippolito, Cardi (...)
  • 13 G. Guerzoni, Le corti estensi e la devoluzione di Ferrara del 1598, Modène, Archivio storico-Asse (...)

6Alessandro d’Este (1568-1624) est le demi-frère de Cesare d’Este, duc de Modène de 1598 à 1628, le neveu du cardinal Hippolyte II et le cousin du cardinal Luigi d’Este12. Il est créé cardinal le 3 mars 1599 par le pape Clément VIII Aldobrandini dans le difficile contexte de la dévolution de Ferrare13. Habile diplomate, le prélat entreprend de nombreux voyages à travers l’Italie et l’Europe, réalisant uniquement des séjours ponctuels à Rome où il s’installe définitivement vers 1619-1620 jusqu’à sa mort le 13 mai 1624.

Portrait du cardinal Alessandro d’Este, anonyme modénais, 61x45 cm, 1624 (Vienne, Palais Dorotheum)

  • 14 BAV, Urb. Lat. 1084, f° 313v°, le 10 août 1616, et Archivio di Stato di Modena (ASM), Archivio Segr (...)
  • 15 BAV, Urb. Lat. 1085, f° 64v°, le 15 février 1617. À la fin de sa vie, le cardinal d’Este avait l’in (...)
  • 16 En 1618, le cardinal entend rassembler dans son palais à Rome sa riche collection de tableaux prove (...)
  • 17 Giovanni Battista Adriani, Memorie della vita e dei tempi di monsignor Gio. Secondo Ferrero-Ponzigl (...)
  • 18 BAV, Urb. Lat. 1094, f° 172r°-v°, le 23 mars 1624.
  • 19 BAV, Urb. Lat. 1088, f° 436r°, le 29 juillet 1620. Voir aussi Ines Pinelli, « Note biografiche sul (...)

7Après un voyage en Espagne en 1614, le cardinal Alessandro installe ses agents et ambassadeurs à Rome l’été 1616 au palais Pasquin, Piazza Navona14. Le prélat loue par la suite le palais Salviati, via de la Lungara (dans le Trastevere), avant d’installer sa cour, durant le carnaval 1617, au palais de S. Lorenzo in Lucina15. L’année suivante16 prennent fin les travaux de restauration de la villa de Tivoli, près de Rome, villégiature que son oncle le cardinal Hippolyte II fit construire durant la seconde moitié du XVIe siècle. Enfin, le cardinal habite au palais Orsini de Montegiordano le mois d’octobre 162117, lorsqu’il est ordonné prêtre, puis au palais Cupis de Piazza Navona les dernières années de sa vie18 – même s’il préfère passer le plus de temps possible dans la villa de Tivoli, depuis que le pape Borghese (Paul V) lui en a donné la pleine possession à partir de l’été 162019.

Maurice de Savoie, cardinal diacre de l’église de S. Maria in Via Lata, gravure d’Ottavio Leoni, 1627

  • 20 Paolo Cozzo, « Savoia, Maurizio di », Dizionario Biografico degli Italiani, 91, 2018 : http://www.t (...)
  • 21 BAV, Urb. Lat. 1089, f° 149v°, le 20 février 1621.
  • 22 BAV, Urb. Lat. 1097, f° 50v°-51v°, le 27 janvier 1627.
  • 23 BAV, Urb. Lat. 1089, f° 167r°, le 27 février 1621.
  • 24 Bertrand Marceau, « Cardinal Protectors and National Interests », dans Mary Hollingsworth, Miles Pa (...)

8Maurice de Savoie (1593-1657) est quant à lui le quatrième fils du duc Charles-Emmanuel de Savoie20. Il est créé cardinal en 1607, à l’âge de quatorze ans, par le pape Paul V, même s’il ne se rend à Rome pour la première fois qu’en février 1621 pour recevoir le chapeau cardinalice des mains du pape Grégoire XV, nouvellement élu21. Le cardinal Maurice s’installe à Rome, au palais Orsini de Montegiordano au mois de juin 1623, peu de temps avant le conclave qui élit Urbain VIII. Au mois de janvier 1627, le cardinal est rappelé par son père à Turin et s’il espère revenir à Rome dès le mois de mai22, il n’y retournera qu’en 1635. Maurice de Savoie devient protecteur de la couronne de France au début de l’année 162123 et sera, durant son séjour romain de 1623 à 1627, l’un des plus magnanimes et habiles représentants du parti français ainsi qu’un modèle de cardinal protecteur national à la cour de Rome24, à une période particulièrement bien disposée pour la France.

L’amicizia dei cardinali – Alessandro d’Este et Maurice de Savoie au sein des factions romaines

  • 25 En ce qui concerne les factions nationales, ces systèmes « micro-politiques » qui cohabitent alors (...)
  • 26 Bernard Barbiche, « L’influence française à la cour pontificale sous le règne de Henri IV », Mélang (...)
  • 27 Gigliola Fragnito, « Rivalità cardinalizie nella Roma del secondo Cinquecento », dans Diogo Ramada (...)
  • 28 Concernant le concept d’amitié politique à cette époque, lié à l’idée d’alliance entre les souverai (...)
  • 29 Stefano Calonaci, « Con gli occhi di Argo. La politica del cardinale Alessandro d’Este dopo la devo (...)

9Alessandro d’Este occupe une place ambiguë au sein des factions nationales romaines25 : proche du parti espagnol par nécessité politique (il fut protecteur de l’Espagne brièvement en 1599) mais francophile par tradition familiale (les cardinaux Hippolyte II et Luigi d’Este furent en effet protecteurs de la couronne de France entre 1548 et 1586)26. La constitution des factions cardinalices est liée à la combinaison complexe d’intérêts familiaux et nationaux. Ainsi, le prélat est le rival des cardinaux Pietro Aldobrandini (francophile) et Odoardo Farnèse (hispanophile)27, mais l’ami28 des cardinaux Alessandro Peretti Montalto (neveu du pape Sixte V), Bonifazio et Antonio Caetani (hispanophiles), Scipione Borghese29 (cardinal-neveu jusqu’en 1621), Bonifazio Bevilacqua (francophile) et surtout du cardinal Maurice de Savoie (protecteur de la France à partir de 1621). En effet, après l’installation à Rome, en juin 1623, de Maurice de Savoie, le cardinal Alessandro renoue avec la tradition francophile des cardinaux de sa famille en se rapprochant officieusement du parti français. Il tire parti de sa place ambiguë au sein des factions nationales, faisant de cette apparente faiblesse une force qui lui permet de gagner une certaine indépendance politique, géographique et artistique. Il renforce ainsi son inlassable action de médiateur et d’interlocuteur entre son frère (le duc de Modène) et ses homologues du moment.

  • 30 AAV, Fondo Pio, boîte 6, f° 222v°. Voir aussi Archivio di Stato di Torino (AST), Corte, Rapporto al (...)
  • 31 Nous pensons aux cardinaux Giovanni Battista Deti, Carlo Emanuele Pio di Savoia ou Bonifazio Bevila (...)

10Les factions cardinalices sont caractérisées par leurs nombreuses intrications et par leur constante évolution. C’est le cas à l’occasion des conclaves de 1621 et de 1623. Lors du premier, celui qui élit le pape Grégoire XV (Alessandro Ludovisi), Agostino Mascardi – alors intellectuel de premier plan à Rome – fait état de deux factions30 : celle, la plus puissante, des cardinaux espagnols (Antonio Zapata et Gaspar Borja) alliés notamment à Scipione Borghese, Alessandro Montalto, Odoardo Farnèse, Charles de Médicis (protecteur de l’Espagne) et Alessandro d’Este, et celle, plus faible, des cardinaux du parti français ayant fait alliance avec Pietro Aldobrandini (mort le lendemain du conclave), Alessandro Orsini, Roberto Ubaldini (nonce en France de 1607 à 1616) et autres « créatures »31 du pape Aldobrandini (Clément VIII, mort en 1605) – le pape le plus francophile de la période. Alessandro d’Este appartient au parti espagnol et se trouve donc dans la même faction que son rival le cardinal Farnèse.

  • 32 AAV, Fondo Pio, boîte 6, f° 234r°.
  • 33 Ibid.
  • 34 Ibid., f° 234v°. En ce qui concerne les cardinaux florentins, nous pensons notamment à Ottavio Band (...)

11La situation du conclave de 1623, qui élit Urbain VIII (Maffeo Barberini), est plus complexe. La faction française se renforce grâce à l’action des cardinaux Savoie et Bentivoglio (respectivement protecteur et comprotecteur de la couronne de France) et de tous les cardinaux qu’ils réussissent habilement à faire pencher du côté de la France32. À travers cette faction, Maurice de Savoie, artisan de l’élection du pape Barberini, cherchait à consolider l’influence de la Savoie mais aussi à empêcher le pontife de favoriser les intérêts de l’Espagne. Les cardinaux espagnols (Gaspar Borja et Gabriel Trejo), quant à eux, font alliance avec Giovanni Doria et d’autres cardinaux génois (Antonio Maria Sauli, Domenico Rivarola et Giacomo Serra)33. Le cardinal d’Este se détache prudemment du parti espagnol pour former une faction indépendante avec d’autres cardinaux proches de lui. Charles de Médicis fait de même avec les cardinaux de la nation florentine34.

  • 35 BAV, Urb. Lat. 1094, f° 269v°-270r°, le 11 mai 1624 et f° 275r°-v°, le 15 mai 1624. Les obsèques du (...)
  • 36 BAV, Urb. Lat. 1094, f° 278r°-v°, le 15 mai 1624.
  • 37 Ibid., f° 290r°-v°, le 22 mai 1624.

12Pendant les dernières années qu’il reste à vivre au cardinal modénais, qui meurt à Rome le 13 mai 162435 des suites d’une malaria contractée durant le conclave de 162336, Maurice de Savoie reste l’un de ses plus proches amis. Il est ainsi l’un de ses exécuteurs testamentaires avec les cardinaux Scipione Borghese, Guido Bentivoglio et Francesco Barberini (neveu du pape)37. L’étude des rapports des cardinaux d’Este et de Savoie avec l’art musical dévoile une nouvelle facette de la sociabilité romaine et de la riche vie musicale de l’Urbs.

13Tableau des factions nationales et cardinalices à Rome (conclaves de 1621 et 1623)

Conclave du 8 au 9 février 1621 qui a élu Alessandro Ludovisi (Grégoire XV)

Faction espagnole

Faction française

Antonio Zapata

Gaspar Borja

Scipione Borghese

Alessandro Montalto

Odoardo Farnese

Charles de Médicis

Alessandro d’Este

Pietro Aldobranidni

Jean de Bonsi

Alessandro Orsini

Roberto Ubaldini

Giovanni Battista Deti

Carlo Emanuele Pio di Savoia

Bonifazio Bevilacqua

Conclave du 19 juillet au 6 août 1623 qui a élu Maffeo Barberini (Urbain VIII)

Faction espagnole

Faction française

Faction florentine

Faction indépendante

Gaspar Borja

Gabriel Trejo

Giovanni Doria

Antonio Maria Sauli

Domenico Rivarola

Giacomo Serra

Antonio Caetani

Cosimo de Torres

Odoardo Farnese

Francesco Sforza ?

Francesco Buoncompagni ?

Maurice de Savoie

Guido Bentivoglio

Ludovico Ludovisi

Ippolito Aldobrandini ?

Charles de Médicis

Ottavio Bandini

Giovanni Millini

Luigi Capponi

Roberto Ubaldini

Alessandro d’Este

Pietro Campori ?

Bonifazio Bevilacqua

Carlo Emanuele Pio di Savoia ?

La musique dans le patronage des princes-cardinaux d’Este et de Savoie

  • 38 Voir la ettre d’Alessandro d’Este au cardinal Alessandro Montalto dans ASM, Archivio Segreto Estens (...)
  • 39 J. Morales, « Entre Ferrare, Modène et Rome. Musique, sociabilité et politique dans le patronage du (...)
  • 40 Dinko Fabris, Andrea Falconieri napoletano, un liutista-compositore del Seicento, Rome, Torre d’Orf (...)
  • 41 Le chant monodique orné ou monodie accompagnée est mis au point à cette époque par Giulio Caccini. (...)

14Les rapports d’Alessandro d’Este avec la musique et les musiciens sont surtout connus pour la période où il se trouvait à Modène à la fin du XVIe siècle et à l’aube du siècle suivant. Son nom est en effet lié au compositeur modénais Orazio Vecchi38. Le cardinal entretient également des rapports avec d’autres musiciens comme Giovanni Bardi, Alfonso Fontanelli ou Carlo Gesualdo39. Depuis son enfance passée à Ferrare, d’Este affectionne le luth. Il fait par la suite valoir son goût pour cet instrument à la cour de Modène, au début du XVIIe siècle, ainsi qu’à la Villa de Tivoli, résidence principale du cardinal à partir des années 1620. Rome est alors, pour reprendre les mots de Dinko Fabris, « le centre le plus important de joueurs de luth en Europe »40, mais également celui où s’épanouit le nouveau chant monodique orné, accompagné par différents instruments comme la guitare espagnole, le théorbe, la harpe ou, donc, le luth41.

  • 42   Alessandro Piccinini, Intavolatura di liuto et di chitarrone, libro primo, Bologne, Moscatelli, 1 (...)
  • 43 J. Morales, « Entre Ferrare, Modène et Rome », art. cit.

15En effet, les correspondances du cardinal Alessandro révèlent un grand intérêt pour le répertoire (sonates, danses) pour luth, guitare espagnole et théorbe (il chitarrone). Il voue également un intérêt particulier aux luthistes Andrea Falconieri (c. 1585-c. 1665), Napolitain, Alessandro Piccinini (1566-c. 1638), Bolonais, qui lui dédie son Premier livre de tablatures pour luth et pour théorbe publié à Bologne en 162342, Alessandro Costantini (1581-1657), actif à Rome, qui est en contact, par l’intermédiaire du cardinal, avec l’éditeur modénais Giulian Cassiano, ou encore Girolamo Valeriani, jeune luthiste virtuose très aimé et protégé d’Alessandro d’Este43.

  • 44 Ibid.

16Ces musiciens sollicitent la protection du prélat en lui demandant de jouer un rôle d’intermédiaire concernant des publications musicales ou des paiements. Ils lui envoient aussi leurs pièces musicales en avant-première. Ces musiques sont destinées au cardinal ou à d’autres musiciens à son service, ce qui lui confère un rôle de médiateur entre ces artistes. Le patronage musical d’Alessandro d’Este confirme en outre la centralité de Naples et Florence dans la promotion du répertoire pour luth et montre son rôle dans son transfert vers d’autres villes comme Bologne, Modène et Rome. C’est dans la Ville éternelle que le prélat entre en contact avec d’autres musiciens comme Adriana Basile, Orazio Michi « dell’Arpa », Filippo Nicoletti ou Girolamo Frescobaldi44.

17Quant aux musiciens du cardinal Maurice de Savoie, certains d’entre eux, comme Filippo Albini ou Sigismondo D’India, rejoignent sa cour à Rome depuis Turin à partir de 1623-1624. D’autres, comme Michelangelo Rossi ou Stefano Landi, sont recrutés sur place au sein des réseaux de musiciens qui se constituent autour de l’élite aristocratique romaine. Durant son séjour romain, Maurice de Savoie est un organisateur remarqué de fêtes, cérémonies, et spectacles privés dans son palais de Montegiordano. Autant de manifestations essentielles à sa promotion sociale et à l’affirmation de son identité.

  • 45 En ce qui concerne la thématique du « marquage » de l’espace urbain en tant que processus politique (...)
  • 46 Concernant ces institutions destinées à la charité (assistance aux pauvres, asiles, hospices pour d (...)

18Le cardinal de Savoie exerce également un rôle culturel à l’extérieur de son palais dans le but d’asseoir la légitimité politique de la famille de Savoie à travers le « marquage » de l’espace urbain45. C’est notamment le cas d’une fête religieuse à l’église de Saint-Eustache, lieu où il détient le titre cardinalice aussi bien de l’église que de la diaconie46 :

  • 47 « Mercordi mattina per la festa di Santo Eustachio [le cardinal de Savoie] andò con circa 40 Carroz (...)

Mercredi matin [le 20 septembre 1623], lors de la fête de Saint-Eustache, [le cardinal de Savoie] se rendit avec presque quarante carrosses ainsi qu’un noble cortège de prélats et autres seigneurs en cette église dont il détient le titre cardinalice. […]. À cette occasion, le cardinal fit décorer l’église de brocarts d’or et d’autres très nobles parures lui appartenant, peindre les colonnes de différentes couleurs et orner les murs de la nef centrale avec des peintures réalisées à la gouache représentant la vie du saint, disposées en différents tableaux de toile très bien agencés. Ses armoiries y figuraient au milieu, peintes également à la gouache. Les mêmes peintures ainsi que d’autres histoires de la vie du saint décoraient également la façade de la porte d’entrée. La dépense a été estimée à plus de 1500 écus.47

  • 48 Arnold Witte, « Cardinals and Their Titular Churches », dans A Companion to the Early Modern Cardin (...)
  • 49 Maurice Agulhon (Histoire vagabonde. I Ethnologie et politique dans la France contemporaine, Paris, (...)
  • 50 J. Morales, op. cit., p. 267-269.

19La prise de possession de l’église titulaire (possesso) est l’un des moments les plus significatifs de la vie d’un cardinal48. C’est d’autant plus le cas ici qu’il s’agit de l’une des plus importantes églises locales, placée de surcroît sous le patronage d’un saint romain. D’où la dépense considérable engagée par le cardinal de Savoie afin de « décorer » ce lieu avec des emblèmes qui lui sont propres dans le but de marquer l’espace urbain romain49. Cette volonté d’esthétisation et d’affirmation de soi peut également prendre une forme sonore. En effet, un peu moins d’un an et demi plus tard, lors du carnaval de 1625, Maurice de Savoie finance la représentation d’un drame sur la vie de saint Eustache, mis en musique par Sigismondo D’India, alors gentilhomme à son service50, resserrant encore le lien entre son église et lui.

Armoiries du cardinal Maurice de Savoie, Archives de l’État à Liège

  • 51 Giuseppe Collisani, Sigismondo D’India, Palerme, L’Epos, 1998, p. 78.
  • 52 Antonio Santarelli, Tractatus de haeresi, schismate, apostasia, sollicitatione in sacramento pœnite (...)

20La partition – l’une des premières de ce genre – et le livret de l’ambassadeur turinois Ludovico d’Agliè – l’un des personnages-clés de la construction de l’image ducale savoyarde – sont aujourd’hui perdus51. Au moment de la création de ce drame sacré, le jésuite Antonio Santarelli dédie au cardinal un traité d’hérésies publié à Rome52. Cette dédicace, signée le 2 février 1625, nous en dit plus long sur l’« atmosphère mentale », pour reprendre les mots de Marc Bloch, de cet événement artistique et dévotionnel, mais également sur la fonction sociale de l’élément sonore et plus largement sur la correspondance entre art musical et représentations au sein d’un milieu culturel donné.

  • 53 BAV, Urb. Lat. 1095, f° 512r°-v°, le 27 août 1625.
  • 54 J. Morales, « L’Église des Piémontais à Rome au début du XVIIe siècle. Les “musiques extraordinaire (...)
  • 55 En effet, les jésuites sont parmi les premiers à avoir organisé une réception en l’honneur de Mauri (...)

21La présence et la magnanimité du cardinal sont attestées non seulement à Saint-Eustache, dans l’église de la nation dont il est le protecteur (S. Luigi de Francesi)53 ou dans l’église de sa propre nation (SS. Sudario dei Piemontesi)54, mais également dans les institutions intellectuelles et religieuses de la Ville comme le Collège romain des pères jésuites, ordre avec lequel le prélat entretient d’excellents rapports55 :

  • 56 Sforza Pallavicino, De universa philosophia a marchione Sfortia Pallavicino publice asserta in Coll (...)
  • 57 « Mercordi […] nel Collegio Romano dal signor Sforza figliolo primo genito del Marchese Pallavicino (...)

[Le] mercredi [3 septembre 1625] […], au Collège romain, monsieur [Francesco Maria] Sforza, fils aîné du marquis [Alessandro] Pallavicino, a soutenu publiquement une thèse ex triplici Philosophia [philosophie rationnelle, naturelle et morale], dédiée à la Sainteté de Notre Seigneur [le pape Urbain VIII]56, en présence du sacré collège des cardinaux, du très excellent monsieur Antonio Barberini et d’un très grand nombre de prélats et de nobles. La grande salle fut très richement décorée des parures de monsieur le cardinal de Savoie et embellie par la présence de quatre chœurs de très excellents musiciens suscitant une admiration et procurant une satisfaction unanimes.57

  • 58 Daniele V. Filippi, « Roma Sonora : An Atlas of Roman Sounds and Musics », dans Pamela M. Jones, Ba (...)
  • 59 BAV, Urb. Lat. 1094, f° 507r°, le 7 septembre 1624.

22Nous constatons que la volonté de se distinguer à travers la magnificence a tout à voir avec la célébration et la fête et que les formes d’expression musicale véhiculent un contenu culturel précis. Les représentations collectives peuvent donc être également fixées dans l’espace urbain avec des images sonores58. Ainsi, le 5 septembre 1624, Taddeo et Antonio Barberini organisent une sérénade nocturne avec voix et instruments à travers différents lieux de la Ville (Quirinal, palais Borghese, Montegiordano et Piazza Navona)59. Cet événement itinérant peut être compris comme une manifestation musicale, à la fois urbaine et nobiliaire, symbolisant l’ascension politique de la famille Barberini peu de temps après l’élection du pape Urbain VIII. Il montre aussi la manière dont l’élément sonore marque les lieux et met en relief les personnalités les plus importantes de la Ville (le pape, les cardinaux Scipione Borghese – ancien cardinal-neveu – et Maurice de Savoie – récemment arrivé à Rome – ainsi que l’ambassadeur d’Espagne).

  • 60 Francesco Solinas, « Cassiano dal Pozzo e le arti a Roma nella prima metà del Seicento », dans F. S (...)
  • 61 Piero Pulliati (éd.), Alessandro Tassoni Lettere 1591-1619, 1, Bari, Laterza, 1978, lettre de Scagl (...)
  • 62 BAV, Urb. Lat. 1094, f° 367v°, le 29 juin 1624.
  • 63 Mascardi est au service d’Alessandro d’Este entre 1618 et 1624, puis du cardinal de Savoie, en avri (...)
  • 64 J. Morales, « Entre Ferrare, Modène et Rome », art. cit. La deuxième partie des Dicerie sacre de Ma (...)

23L’espace urbain devient ainsi le lieu d’expression des événements politiques festifs. Pour en revenir aux cardinaux d’Este et de Savoie, outre les personnages communs qu’ils côtoient, tels Cassiano dal Pozzo60 ou l’abbé Cesare Alessandro Scaglia di Verrua61 – gentilhomme du cardinal de Savoie et ambassadeur à Rome de 1614 à 1623 –, ou les serviteurs qu’ils partagent, comme Massimiliano Montecuccoli62 et Agostino Mascardi63, ils fréquentent les mêmes princes et assistent aux mêmes fêtes, notamment entre 1623 et 1624. Parmi ces événements festifs, nous pouvons mentionner les différents banquets avec divertissements des « concerti di musica con diverse sorte d’Instromenti et armonia d’eccellentissime voci » chez le cardinal Charles de Médicis, chez Alessandro d’Este à la villa de Tivoli, au palais Mancini, dans le cadre de l’Académie des Umoristi où les deux prélats ont pu assister notamment à la présentation en avant-première, par le Cavalier Marin, de quelques vers de son Adonis, ou encore chez le cardinal Maurice au palais de Montegiordano64.

  • 65 Concernant cette Académie romaine, voir Riccardo Merolla, L’Accademia dei Desiosi : storia e testo, (...)
  • 66 J. Morales, « Musical Practices and Identity. The Story of the Roman Sojourn (1623-27) of Maurice o (...)
  • 67 Biblioteca nazionale universitaria di Torino, Diario dell’Academia dei Desiosi eretta dal Serenissi (...)

24Après la mort du cardinal Alessandro, Maurice de Savoie fonde le 21 novembre 1624 une Académie d’armes et de lettres dans son palais qui prendra plus tard le nom d’Accademia dei Desiosi, espace intellectuel prestigieux destiné à sa promotion culturelle et politique et véritable théâtre de sa magnificence où musiciens et autres artistes côtoient princes, ambassadeurs, cardinaux et autres personnages de premier plan65, tel le jeune Jules Mazarin, âgé de vingt-deux ans et alors au service de la famille Colonna66. L’Académie est également un lieu où l’on cultive la nouveauté musicale, si l’on en croit son journal, en y organisant des concerts de musique « d’une nouvelle invention », tant vocales qu’instrumentales, telles des passacailles à la guitare ou des danses – comme le branle ou la courante – pour ensemble de violes à quatre parties. Ces musiques accompagnent aussi les ballets qui se donnaient les jeudis à la fin des réunions académiques67.

  • 68 ASM, Camera ducale, Amministrazione dei principi, registro dei mandati, boîte 349, « Inventario del (...)
  • 69 « Un’altro [grave zimbalo] del già Hippolito secondo Cardinale di Ferrara con due tastature di cemb (...)
  • 70 Anthony Newcomb, « Girolamo Frescobaldi, 1608-1615. A Documentary Study in wich Information also ap (...)
  • 71 « Un grave cimbalo a due registri, con tastatura d’avoglio… »  (« Un clavecin avec deux registres e (...)

25Les archives d’État de Modène conservent un très riche inventaire après décès du cardinal Alessandro d’Este, établi vers 162568. Nous y trouvons la trace d’un « gravicembalo » ferrarais avec « deux claviers » en ivoire. Selon ce document, l’instrument a appartenu à l’oncle d’Alessandro, le cardinal de Ferrare Hippolyte II, mort en 157269. Le cardinal Alessandro a fait venir l’instrument au moment où il installait sa cour à Rome (1616-1619)70. Ce clavecin, qui n’a pas été conservé, fut vendu après la mort du prélat par l’ambassadeur estense Fabio Carandini en mai 162471.

  • 72 « Serenissimo Signor Prencipe Cardinale di Savoia […] per une grave zimbalo con due tastature, e zi (...)
  • 73 AST, Sezioni riunite, Camera dei conti, Piemonte, Real Casa, art. 402, Spese della Casa del Serenis (...)
  • 74 « Per costo di sei viole vendute a Son Altezza », ibid., art. 220, Casa del Serenissimo ed Eminenti (...)
  • 75 « In pagamento di un cembalo », ibid.

26L’inventaire nous apprend également que ce clavecin à double clavier a été prêté au cardinal Maurice de Savoie par Alessandro d’Este durant la même période, peu avant sa mort72. En effet, Maurice de Savoie engage un copiste de musique et fait l’acquisition de plusieurs instruments de musique au début du mois de mai 162473. Ainsi, le 5 mai, Michelangelo Rossi (c. 1602-1656), compositeur et violoniste génois est payé « pour l’achat de six violes vendues à Son Altesse »74. De même, le facteur de clavecins (cemballaro) Claudio Gugliermini reçoit 25 écus « pour le paiement d’un clavecin »75. Tous ces instruments doivent servir à animer la riche vie musicale de l’Académie que le prélat va fonder quelques mois plus tard.

  • 76 Henry W. Kaufmann, The Life and Works of Nicola Vicentino (1511-c. 1576), American Institute of Mus (...)
  • 77 Giuliano Danieli, La musica nel mecenatismo di Ippolito II, Lucques, De Sono-LIM, 2018, p. 105, 144 (...)
  • 78 Claude V. Palisca, The Beginnings of Baroque Music. Its Roots in Sixteenth Century Theory ond Polem (...)
  • 79 Voir les deux traités sur « Il genere enarmonico » et sur « L’instrumenti di tasti di diverse armon (...)

27Le gravicembalo « avec deux claviers » était très probablement un archicembalo, instrument ancien et donc rare à cette époque, conçu par le musicien et théoricien Nicola Vicentino (1511-1576), vers 1538-154076, qui fut au service du cardinal Hippolyte II d’Este – premier propriétaire de cet instrument – à Rome et à Ferrare entre 1552 et 155677. Grâce à son double clavier avec les feintes divisées en deux ainsi que l’ajout d’une touche entre le mi et le fa, cet instrument à trente et une touches permettait de produire des intervalles microtonaux et de jouer ainsi dans les différents genres grecs78. Parallèlement, un usage très important de clavecins chromatiques a perduré à Rome jusqu’à la moitié du XVIIe siècle79.

Clavecin avec clavier pour jouer dans les trois genres grecs, construit par Vito Trasuntino, 1606 (Musée international de la musique, Bologne)

Gravure de différents claviers diatoniques, chromatiques et enharmoniques. (Kircher, Musurgia universalis, Rome, Corbelletti, 1650, vol. I, f° 457)

  • 80 Catherine Moore, The Composer Michelangelo Rossi. A « Diligent Fantasy Maker » in Seventeenth-Centu (...)
  • 81 Michelangelo Rossi est en effet payé 50 écus le 5 mai 1624, AST, Sezioni riunite, Camera dei conti, (...)
  • 82 Alexander Silbiger, « Michelangelo Rossi and his Toccate e Correnti », Journal of the American Musi (...)
  • 83 Brian Mann, The madrigals of Michelangelo Rossi, Chicago et Londres, The University of Chicago Pres (...)
  • 84 Comme le montre cet extrait : https://www.youtube.com/watch?v=nVKc1omwRYY [02/07/2020]. Voir aussi (...)

28Michelangelo Rossi, élève de Frescobaldi et représentant de la musique d’avant-garde pour clavier80, entre au service du cardinal Maurice au moment même de l’emprunt de ce clavecin, en mai 162481. Rossi est l’auteur d’un recueil de Toccate e correnti pour clavier publié probablement à Rome en 163482 ainsi que de deux livres manuscrits de madrigaux à cinq voix, composés sans doute dans les années 1620-163083, durant son séjour romain. Ces pièces vocales hyper-chromatiques84 ont été certainement jouées sur le clavecin du cardinal Hippolyte II que Maurice de Savoie emprunte à son ami Alessandro d’Este.

  • 85 Nous remercions Benjamin Delale et Alexander Silbiger pour leurs précieux conseils.
  • 86 Rudolf Rasch, « Why were enharmonic keyboards built ? – From Nicola Vicentino (1555) to Michael Bul (...)
  • 87 Comme le montre le madrigal Ecco morirò dunque !, enregistré pour la première fois en 2019 par « La (...)
  • 88 J. Morales, op. cit., p. 267 et 334.
  • 89 Sigismondo D’India, Settimo libro de’ madrigali a cinque voci, Rome, Robletti, 1624.

29Grâce à ses possibilités enharmoniques, un clavecin avec les touches divisées aurait été l’instrument idéal pour interpréter les madrigaux du compositeur génois. En effet, les clavecins étaient aussi souvent utilisés pour accompagner la musique vocale et pour faire répéter les chanteurs que pour jouer des pièces instrumentales85. L’archicembalo était un outil pratique permettant aux chanteurs d’avoir une référence sonore stable de l’échelle diatonico-chromatico-enharmonique à trente et un sons par octave, avec un diesis enharmonique représentant à peu près 1/5e de ton, que Vicentino avait théorisée86. Sa conception était intimement liée à la pratique de la réduction et de la diminution de pièces vocales à l’instrument. Enfin, et contrairement aux Toccate de Rossi, ses madrigaux n’auraient pas pu être joués de manière satisfaisante sur un clavier ordinaire. Il en est de même pour les pièces vocales à l’écriture hyper-chromatique du Septième livre de madrigaux de Sigismondo D’India87, compositeur que Rossi a fréquenté à la cour romaine du cardinal de Savoie entre 1624 et 162788. Ce livre au style audacieux, dont la partie d’alto est manquante, a été publié à Rome en 1624 et est dédié au cardinal de Savoie89.

30Il est possible que le cardinal Maurice ait également emprunté cet instrument pour les musiques destinées à animer la vie culturelle de son palais avant et après la création de son Académie. Se procurer un clavecin ancien appartenant aux cardinaux d’Este aurait en effet pu être, pour le cardinal de Savoie, une stratégie singulière et inédite de distinction culturelle à un moment où le prélat cherchait à affirmer la présence politique de sa famille à Rome. En effet, le déploiement de sonorités inouïes devait agir comme un élément esthétique puissant de sa magnificence.

31Ainsi, écouter la musique moderne sur instruments anciens à Rome, d’un palais à l’autre, grâce aux clavecins des cardinaux d’Este, participe d’une représentation culturelle caractérisée par la recherche d’un monde sonore hors du temps. Ce désemboîtement temporel, propre à toutes les expérimentations autour de la recréation de la musique des Anciens, est ici renforcé par l’utilisation d’un instrument qui dédouble la temporalité de l’ancien en la raccrochant directement à la musique moderne. Il en est de même pour la pratique du luth, instrument de prédilection pour l’accompagnement du nouveau chant monodique orné qui prend pour modèle l’Antiquité gréco-romaine qui considérait la musique et la poésie comme une seule et même chose.

  • 90 Norbert Elias, Du Temps, Paris, Fayard, 1984, p. 9 et Krzysztof Pomian, L’Ordre du temps, Paris, Ga (...)
  • 91 Jean-Jacques Nattiez, Le Combat de Chronos et d’Orphée, Paris, Bourgois, 1993, p. 12.

32Cette volonté de s’écarter quelque peu du monde, ce détachement de l’actualité destiné à mieux agir sur elle, sont propres à la conception cyclique et oscillatoire du temps social du XVIIe siècle90. Ce décalage temporel prend racine dans la République des Lettres qui a aiguisé la conscience historique et l’imaginaire par la réappropriation d’un patrimoine universel, celui de l’Antiquité, tout en recevant l’héritage contemporain de Pétrarque, Érasme et Montaigne. Les formes sonores contribuent de manière singulière à la mise en place de cette inactualité du présent en modifiant l’espace sonore (le temps et le milieu où se produisent les événements politiques et sociaux de la noblesse) à travers l’action sur le temps/rythme propre à la musique. Ainsi, « la conception immanente de la musique est une tentative magique du déni du Temps »91. Les rapports entre fait urbain et fait musical étudiés ici nous en donnent une nouvelle illustration.

Conclusion

  • 92 J. Molino, op. cit., p. 87.
  • 93 Ibid., p. 50, 127 et 130.

33La capacité à se distinguer à travers l’expérience musicale est une facette parmi les moins connues de la magnificence des cardinaux-princes. Une partie importante de leur action diplomatique consiste à créer des liens entre différentes sphères sociales, à entrelacer leurs réseaux et leurs cercles. Ils sont l’élément central d’un mécanisme de l’échange et du croisement. Les formes sonores agissent donc comme un puissant médiateur qui esthétise, modèle et accompagne l’activité politique et sociale des deux cardinaux étudiés. Qu’on pense aux choix musicaux philo-espagnols du cardinal d’Este et à sa place ambiguë au sein de la faction espagnole ou au rôle du cardinal de Savoie, chef de file de la faction française à Rome, dans la transmission de la culture française dans cette ville, ou plus précisément de la francité, à travers la musique de ballet d’inspiration française. Les formes sonores sont tour à tour signal, indice, symptôme, image, symbole et signe92, un jeu de renvois qui fait « voir, entendre, sentir et penser autrement le monde »93. D’où les jugements esthétiques (admiration, satisfaction, délectation) qualifiant les événements sonores auxquels participent ces prélats. C’est pourquoi l’élément sonore, par sa dimension affective agissant directement sur les comportements, est une forme symbolique privilégiée à l’occasion de concerts, sérénades, fêtes, spectacles, cérémonies et banquets ; expérience musicale et expérience esthétique se font donc face.

34Ainsi, Alessandro d’Este et Maurice de Savoie ont contribué à façonner la géographie urbaine, sociale et musicale de Rome à travers les espaces de sociabilité qu’ils ont créés ou fréquentés et grâce à un patronage qui favorise des pratiques musicales inédites et donc la diffusion de nouvelles formes d’expression sonore dans différents lieux de la Ville. La recherche des formes sonores singulières – dans une dialectique entre le variable (l’innovation) et le permanent (la tradition) – lors des représentations musicales au service du politique, montre que l’histoire sociale et culturelle de la Rome du début du XVIIe siècle peut être élucidée à travers l’art musical.

Haut de page

Notes

1 En ce qui concerne le mécénat musical romain de la fin du XVIe et de la première moitié du XVIIe siècle, voir en particulier Frederick Hammond, « Cardinal Pietro Aldobrandini Patron of Music », Studi musicali, 12, 1983, p. 53-66 ; James Chater, « Musical Patronage in Rome at the turn of the Seventeenth Century. The case of Cardinal Montalto », Studi musicali, 16.2, 1987, p. 179-228 ; Claudio Annibaldi, « Il Mecenate ‘politico’. Ancora sul patronato musicale del cardinale Pietro Aldobrandini (1571-1621) I-II », Studi musicali, 16.1, 1987, p. 33-93 et 17.1, 1988, p. 101-176 ; Jean Lionnet, « The Borghese Family and Music during the First Half of the Seventeenth Century », Music & Letters, 74.4, 1993, p. 519-529 ; Margaret Murata, « La cantata romana fra mecenatismo e collezionismo », dans C. Annibaldi (dir.), La musica e il mondo : mecenatismo e committenza musicale in Italia tra Quattro e Settecento, Bologne, Il Mulino, 1993, p. 253-266 ; John Walter Hill, Roman Monody, Cantata, and Opera from the Circles around Cardinal Montalto, Oxford, Clarendon Press, 1997 et Valerio Morucci, « Cardinals’ Patronage and the Era of Tridentine Reforms : Giulio Feltro della Rovere as Protector of Sacred Music », The Journal of Musicology, 29.3, 2012, p. 262-291.

2 Antonio Spagnoletti, Le dinastie italiane nella prima età moderna, Bologne, Il Mulino, 2003, p. 294.

3 Paolo Portone, « Este, Alessandro d’ », dans Dizionario Biografico degli Italiani, Rome, Istituto della Enciclopedia italiana, 1993, 43, p. 310-312, ici p. 310 ; Biblioteca Apostolica Vaticana (BAV), Urb. Lat. 1089, f° 336r°, le 8 mai 1621 ; Urb. Lat. 1096, f° 145r°, le 18 mars 1626 et Archivio Apostolico Vaticano (AAV), Segreteria di Stato, Avvisi, boîte 12, f° 94r°, le 4 avril 1626.

4 Isabelle d’Este-Savoie était également un point de référence culturel et diplomatique entre les cours de Turin et de Modène. Voir Jorge Morales, Sigismondo D’India et ses mondes. Un compositeur italien d’avant-garde, histoire et documents, Turnhout, Brepols, 2019, p. 197-212.

5 A. Spagnoletti, op. cit., p. 287.

6 En ce qui concerne l’interaction entre pratiques culturelles et espaces urbains, voir en particulier Laure Gauthier et Mélanie Traversier (dir.), Mélodies urbaines. La musique dans les villes d’Europe (XVIe-XIXe siècles), Paris, PUPS, 2008 ; Tess Knighton et Ascensión Mazuela-Anguita (dir.), Hearing the City in Early Modern Europe, Turnhout, Brepols, 2018 et Marie-Alexis Colin, Émilie Corswarem, Charles-Yvan Élissèche et Jorge Morales (dir.), Marquer la ville, affirmer l’identité. Musique, dévotion et espaces nationaux (Italie et anciens Pays-Bas espagnols XVIe-XVIIe siècles), Bruxelles, Lang, 2021, sous presse.

7 « Patronage was an institution without walls, an elaborate and comprehensive system », Mario Biagioli, Galileo, Courtier. The Practice of Science in the Culture of Absolutism, Chicago, University of Chicago Press, 1993, p. 4. En ce qui concerne le concept de patronage, voir aussi Claudio Annibaldi, « Per una teoria della committenza musicale all’epoca di Monteverdi », dans Paola Besutti, Teresa Maria Gialdroni et Rodolfo Baroncini (dir.), Claudio Monteverdi. Studi e prospettive, Florence, Olschki, 1998, p. 459-475 et Arnaldo Morelli, « La musica a Roma nel Seicento e la ricerca storica : un quarantennio di studi », dans Caroline Giron-Panel et Anne-Madeleine Goulet (dir.), La musique à Rome au XVIIe siècle : études et perspectives de recherche, Rome, École française de Rome, 2012, p. 1-13.

8 Norbert Elias, La Société des individus, Paris, Fayard, 1991 [1987].

9 J. W. Hill, op. cit.

10 Roy Strong, Art and Power. Renaissance Festivals 1450-1650, Berkeley et Los Angeles, University of California Press, 1987, p. 22 ; et Guido Guerzoni, Apollo e Vulcano. I mercati artistici in Italia (1400-1700), Venise, Marsilio, 2006, p. 105-131.

11 Jean Molino, Le singe musicien. Sémiologie et anthropologie de la musique, introduction de Jean-Jacques Nattiez, Arles, Actes Sud/INA, 2009, p. 18, 22, 95, 110 et 118.

12 En ce qui concerne ces cardinaux, voir en particulier Gaetano Moroni, « Este (d’) Ippolito, Cardinale detto II » et « Este (d’) Luigi, Cardinale », Dizionario di erudizione storico-ecclesiastica, Venise, Emiliana, 1843, 22, p. 105-107 et Giovanni Ricci, « Cardinaux de famille et État seigneurial en Italie entre XVe et XVIe siècle : Hippolyte Ier et Louis d’Este », dans Monique Maillard-Luypaert, Alain Marchandisse et Bertrand Schnerb (dir.), Église et État. Évêques et cardinaux princiers et curiaux (XIVe-début XVIe siècle) : des acteurs du pouvoir, Turnhout, Brepols, 2017, p. 227-236.

13 G. Guerzoni, Le corti estensi e la devoluzione di Ferrara del 1598, Modène, Archivio storico-Assessorato alla cultura e beni culturali, 2000 ; et Gianvittorio Signorotto et Duccio Tongiorgi (dir.), Modena estense. La rappresentazione della sovranità, Rome, Edizioni di Storia e Letteratura, 2018.

14 BAV, Urb. Lat. 1084, f° 313v°, le 10 août 1616, et Archivio di Stato di Modena (ASM), Archivio Segreto Estense, Camera ducale, Amministrazione Principi, boîte 362, « Ristretto de Conti della Casa di Roma dell’Illustrissimo et Reverendissimo signor nostro il signor Cardinale d’Este di tutto l’anno prossimo passato 1616 », f° 13v°.

15 BAV, Urb. Lat. 1085, f° 64v°, le 15 février 1617. À la fin de sa vie, le cardinal d’Este avait l’intention d’acheter ce palais, voir ASM, Cancelleria ducale, Casa e Stato, boîte 185, lettre du cardinal au duc de Modène du 24 avril 1624.

16 En 1618, le cardinal entend rassembler dans son palais à Rome sa riche collection de tableaux provenant de Ferrare et de Modène. Voir BAV, Urb. Lat. 1086, f° 355v°, le 15 septembre 1618. L’année 1618 est également celle où il réalise l’achat de tableaux et œuvres d’art sur le marché romain. Voir l’inventaire des tableaux de la collection estense daté de 1618 dans Chiara Gubbiotti, « Introduzione agli inventari dei quadri e dei disegni di Alessandro d’Este (1599-1624) », Studi di Memofonte, 5, 2010, p. 37-48, ici p. 38 et 39.

17 Giovanni Battista Adriani, Memorie della vita e dei tempi di monsignor Gio. Secondo Ferrero-Ponziglione, referendario apostolico, primo consigliere e auditore generale del principe cardinale Maurizio di Savoia, Turin, Ribotta, 1856, p. 317.

18 BAV, Urb. Lat. 1094, f° 172r°-v°, le 23 mars 1624.

19 BAV, Urb. Lat. 1088, f° 436r°, le 29 juillet 1620. Voir aussi Ines Pinelli, « Note biografiche sul cardinale Alessandro d’Este, governatorie di Tivoli », Atti e Memorie della Società Tiburtina di Storia ed Arte, 4.1, 1924, p. 70-75.

20 Paolo Cozzo, « Savoia, Maurizio di », Dizionario Biografico degli Italiani, 91, 2018 : http://www.treccani.it/enciclopedia/maurizio-di-savoia_(Dizionario-Biografico) [consulté le 11 avril 2020].

21 BAV, Urb. Lat. 1089, f° 149v°, le 20 février 1621.

22 BAV, Urb. Lat. 1097, f° 50v°-51v°, le 27 janvier 1627.

23 BAV, Urb. Lat. 1089, f° 167r°, le 27 février 1621.

24 Bertrand Marceau, « Cardinal Protectors and National Interests », dans Mary Hollingsworth, Miles Pattenden et Arnold Witte (dir.), A Companion to the Early Modern Cardinal, Leiden, Brill, 2020, p. 198-210.

25 En ce qui concerne les factions nationales, ces systèmes « micro-politiques » qui cohabitent alors à Rome, voir en particulier Maria Antonietta Visceglia, « Fazioni e lotta politica nel Sacro Collegio nella prima metà del Seicento », dans G. Signorotto et M. A. Visceglia (dir.), La corte di Roma tra Cinque e Seicento, « teatro » della politica europea, Rome, Bulzoni, 1998, p. 37-91 ; Marco Gentile, « Factions and parties : problems and perspectives », dans Andrea Gamberini et Isabella Lazzarini (dir.), The Italian Renaissance State, Cambridge, Cambridge University Press, 2012, p. 304-322 et Toby Osborne, « Delineating Early Modern Factions : A Unique 17th Century Document », dans Rubén González Cuerva et Alexander Koller (dir.), A Europe of Courts, a Europe of Factions. Political Groups at Early Modern Centres of Power (1550-1700), Leyde et Boston, Brill, 2017, p. 219-250, ici p. 219-220.

26 Bernard Barbiche, « L’influence française à la cour pontificale sous le règne de Henri IV », Mélanges de l’École française de Rome, 77, 1965, p. 277-299, ici p. 289 ; et Jean Sénié, « Ippolito II d’Este, cardinal “de famille”, agent français et médiateur des relations franco-ferraraises », dans Guillaume Alonge et Raffaele Ruggero (dir.), Relations diplomatiques franco-italiennes dans l’Europe de la première modernité. Communication politique et circulation des savoirs, Lecce-Rovato, Pensa MultiPedia, 2020, p. 155-180.

27 Gigliola Fragnito, « Rivalità cardinalizie nella Roma del secondo Cinquecento », dans Diogo Ramada Curto, Eric R. Dursteler, Julius Kirshner et Francesca Trivellato (dir.), From Florence to the Mediterranean and Beyond, Florence, Olschki, 2009, p. 517-530.

28 Concernant le concept d’amitié politique à cette époque, lié à l’idée d’alliance entre les souverains et à l’échange d’intérêts et de services, voir en particulier M. A. Visceglia, Morte e elezione del papa, norme, riti e conflitti : l’età moderna, Rome, Viella, 2013, p. 339-381.

29 Stefano Calonaci, « Con gli occhi di Argo. La politica del cardinale Alessandro d’Este dopo la devoluzione (1599-1624) », dans Elena Fumagalli et G. Signorotto (dir.), La corte estense nel primo Seicento. Diplomazia e mecenatismo artistico, Rome, Viella, 2012, p. 149-196, ici p. 180.

30 AAV, Fondo Pio, boîte 6, f° 222v°. Voir aussi Archivio di Stato di Torino (AST), Corte, Rapporto all’interno, Materie ecclesiastiche, Conclave, cat. 29, boîte 1, fasc. 5, « Relazione del Conclave del 1621 », f° 1v°-2r°.

31 Nous pensons aux cardinaux Giovanni Battista Deti, Carlo Emanuele Pio di Savoia ou Bonifazio Bevilacqua.

32 AAV, Fondo Pio, boîte 6, f° 234r°.

33 Ibid.

34 Ibid., f° 234v°. En ce qui concerne les cardinaux florentins, nous pensons notamment à Ottavio Bandini, Giovanni Garzia Millini, Luigi Capponi et Roberto Ubaldini.

35 BAV, Urb. Lat. 1094, f° 269v°-270r°, le 11 mai 1624 et f° 275r°-v°, le 15 mai 1624. Les obsèques du cardinal Alessandro ont eu lieu, selon ses dernières volontés, à la Chiesa Nuova (S. Maria in Vallicella) de Rome, voir ASM, Cancelleria ducale, Casa e Stato, boîte 354, testament du cardinal d’Este, p. 2.

36 BAV, Urb. Lat. 1094, f° 278r°-v°, le 15 mai 1624.

37 Ibid., f° 290r°-v°, le 22 mai 1624.

38 Voir la ettre d’Alessandro d’Este au cardinal Alessandro Montalto dans ASM, Archivio Segreto Estense, Cancelleria sezione generale, Carteggio di referendari, consiglieri, cancellieri e segretari, Cancelleria del cardinale Alessandro d’Este, boîte 1, fasc. 1 (1599-1624), sans date, non foliotée. Sur les rapports d’Orazio Vecchi avec la cour de Modène, voir Giovanni Battista Spaccini, Cronaca di Modena, anni 1588-1602, éd. moderne d’Albano Biondi, Rolando Bussi et Carlo Giovannini, Modène, Panini, 1993, p. 30, 211 et 346 ; et Carlida Steffan, « Signori illustrissimi patroni collendissimi e devotissimi servitori. Dediche, destinatari e sistema editoriale al tempo di Orazio Vecchi », dans Alessandra Chiarelli et Ferdinando Taddei (dir.), Il theatro dell’udito : società, musica, storia e cultura nell’epoca di Orazio Vecchi, Modène, Mucchi, 2007, p. 247-264.

39 J. Morales, « Entre Ferrare, Modène et Rome. Musique, sociabilité et politique dans le patronage du cardinal Alessandro d’Este », Dix-septième siècle, 2021, sous presse.

40 Dinko Fabris, Andrea Falconieri napoletano, un liutista-compositore del Seicento, Rome, Torre d’Orfeo, 1987, p. 24.

41 Le chant monodique orné ou monodie accompagnée est mis au point à cette époque par Giulio Caccini. Ce n’est certes pas la première fois dans l’histoire de la musique que l’on compose des musiques pour voix soliste : qu’on pense au chant des troubadours du moyen-âge ou aux frottole italiennes du XVe siècle. Mais la nouveauté de la monodie accompagnée réside dans sa mélodie vocale ornée d’un type nouveau et dans son accompagnement instrumental qui se détache de la complexité du contrepoint ancien. Le but de cette nouvelle architecture sonore est de retrouver la manière de chanter des Grecs ainsi que l’origine commune de la musique et de la poésie : la langue parlée devient donc le modèle musical. Il faut dès lors que le texte poétique chanté soit intelligible pour l’auditeur et qu’il puisse distinguer deux pôles musicaux contrastés : la voix des solistes et les instruments qui les accompagnent. Il s’agit in fine de « charmer l’oreille en suscitant des émotions violentes » (Caccini). Autrement dit, la musique doit imiter la parole et faire éprouver à l’auditeur le contenu affectif de cette dernière. Voir en particulier Stanley Buetens, « Theorbo Accompaniments of Early Seventeenth-Century Italian Monody », Journal of the Lute Society of America, 6, 1973, p. 37-45.

42   Alessandro Piccinini, Intavolatura di liuto et di chitarrone, libro primo, Bologne, Moscatelli, 1623.

43 J. Morales, « Entre Ferrare, Modène et Rome », art. cit.

44 Ibid.

45 En ce qui concerne la thématique du « marquage » de l’espace urbain en tant que processus politique, voir Patrick Boucheron, « Introduction générale », dans P. Boucheron et Jean-Philippe Genet (dir.), Marquer la ville, signes, traces, empreintes du pouvoir, XIIIe-XVIe siècle, Paris et Rome, PUPS-École française de Rome, 2014, p. 9-19, ici p. 10.

46 Concernant ces institutions destinées à la charité (assistance aux pauvres, asiles, hospices pour des pèlerins) et établies auprès d’une église au centre des villes, voir Jean Gaudemet, « Diaconie », dans Philippe Levillain (dir.), Dictionnaire historique de la papauté, Paris, Fayard, 1994, p. 561-562. Église et diaconie sont souvent des synonymes à cette époque.

47 « Mercordi mattina per la festa di Santo Eustachio [le cardinal de Savoie] andò con circa 40 Carrozze et nobile corteggio di Prelati, et altri Signori, à quella Chiesa suo titolo, […], et con tal’occasione il medesimo Cardinale fece parare detta Chiesa di Broccati d’oro, et d’altri nobilissimi suoi paramenti, pingere à mischio quelle colonne et adornar le mura della Nave di mezzo con pitture à guazzo rappresentanti la vita di quel santo in diversi Quadri di tela accomodati con bell’ordine, e tramezzati con la sua Arma, parimente dipinta à guazzo, com’anche la facciata della Porta di fuori con le medesime pitture, et altre Historie della vita di detto santo stimandosi, che tutta la spesa poss’importare più di 1500 scudi. », BAV, Urb. Lat. 1093, f° 734r°, le 23 septembre 1623.

48 Arnold Witte, « Cardinals and Their Titular Churches », dans A Companion to the Early Modern Cardinal, op. cit., p. 333-350, ici p. 337-340.

49 Maurice Agulhon (Histoire vagabonde. I Ethnologie et politique dans la France contemporaine, Paris, Gallimard, 1988, p. 284) a identifié les trois fonctions élémentaires de l’emblème : identifier le pouvoir politique dont il émane en le distinguant des pouvoirs étrangers, traduire les principes dont se réclame ce pouvoir et produire sur le spectateur un effet favorable pour entraîner son adhésion.

50 J. Morales, op. cit., p. 267-269.

51 Giuseppe Collisani, Sigismondo D’India, Palerme, L’Epos, 1998, p. 78.

52 Antonio Santarelli, Tractatus de haeresi, schismate, apostasia, sollicitatione in sacramento pœnitentiæ, et de potestate Romani Pontificis in his delictis puniendis ; cum duplici indice disputationum, & rerum refertissimo. Ad serenissimum principem Mauritium Cardinalem à Sabaudia, Rome, Zannetti, 1625.

53 BAV, Urb. Lat. 1095, f° 512r°-v°, le 27 août 1625.

54 J. Morales, « L’Église des Piémontais à Rome au début du XVIIe siècle. Les “musiques extraordinaires” d’une nation composite », dans Marquer la ville, affirmer l’identité, op. cit.

55 En effet, les jésuites sont parmi les premiers à avoir organisé une réception en l’honneur de Maurice de Savoie et de sa famille lors de son premier séjour romain de 1621 (BAV, Urb. Lat. 1089, f° 422r°, le 9 juin 1621). Quelques années plus tard, lors de son deuxième séjour à Rome, le cardinal intercède auprès du pape en la faveur des jésuites du Piémont (AAV, Segreteria di Stato, Savoia, boîte 226, f° 19v°, le 7 juillet 1624). Enfin, le prélat réalise des séjours réguliers à la fin de l’été au couvent jésuite de Saint-André au Quirinal (BAV, Urb. Lat. 1094, f° 489r°, le 28 août 1624).

56 Sforza Pallavicino, De universa philosophia a marchione Sfortia Pallavicino publice asserta in Collegio Romano Societ. Iesu libri tres ad Urbanum VIII. p.m, Rome, Corbelletti, 1625.

57 « Mercordi […] nel Collegio Romano dal signor Sforza figliolo primo genito del Marchese Pallavicino furono sostenute pubbliche conclusioni ex triplici Philosophia, dedicate alla Santità di Nostro Signore con l’intervento del sacro Collegio de Cardinali, dell’eccellentissimo Signor Don Antonio Barberino, e grandissimo numero di Prelati, e Nobiltà, sendo quella gran sala apparata ricchissimamente degli adobbi del Signor Cardinale di Savoia con 4 chori d’eccellentissime musiche con applauso, e gusto universale. », BAV, Urb. Lat. 1095, f° 538r°, le 6 septembre 1625.

58 Daniele V. Filippi, « Roma Sonora : An Atlas of Roman Sounds and Musics », dans Pamela M. Jones, Barbara Wisch et Simon Ditchfield, A Companion to Early Modern Rome, 1492-1692, Leyde, Brill, 2019, p. 266-281.

59 BAV, Urb. Lat. 1094, f° 507r°, le 7 septembre 1624.

60 Francesco Solinas, « Cassiano dal Pozzo e le arti a Roma nella prima metà del Seicento », dans F. Solinas (dir.), I segreti di un Collezionista. Le straordinarie raccolte di Cassiano dal Pozzo 1588-1657, Rome, De Luca, 2000, p. 1-12.

61 Piero Pulliati (éd.), Alessandro Tassoni Lettere 1591-1619, 1, Bari, Laterza, 1978, lettre de Scaglia au cardinal d’Este du 5 juin 1619, p. 401 ; T. Osborne, Dynasty and Diplomacy in the Court of Savoy. Political Culture and the Thirty Years’ War, Cambridge et New-York, Cambridge University Press, 2002, p. 50-114 et Andrea Pennini, « Con la massima diligentia possibile ». Diplomazia e politica estera sabauda nel primo Seicento, Rome, Carocci, 2015, p. 226.

62 BAV, Urb. Lat. 1094, f° 367v°, le 29 juin 1624.

63 Mascardi est au service d’Alessandro d’Este entre 1618 et 1624, puis du cardinal de Savoie, en avril 1624, après la mort du cardinal Alessandro, en tant que « Gentilhomme de belles lettres ». Un mois plus tard, il sera nommé « Cameriero d’honore » du pape. Voir ibid., f° 219r°-v°, le 17 avril 1624 et f° 313r°, le 1er juin 1624. Il a dédié son livre de Discorsi morali (Venise, Pinelli, 1627) au cardinal de Savoie.

64 J. Morales, « Entre Ferrare, Modène et Rome », art. cit. La deuxième partie des Dicerie sacre de Marino (Turin, Tarino, 1614) qui contient des proses philosophiques sur la musique (« La Musica : Diceria seconda sopra le sette parole dette da Cristo in croce »), est dédiée au cardinal de Savoie. Voir Françoise Graziani, « La divine musique du Cavalier Marin », Recherches romanes et comparées, 4, 1999, p. 21-27 ; et Erminia Ardissino (éd.), Giovan Battista Marino Dicerie Sacre, Rome, Edizioni di Storia e Letteratura, 2014, p. 169-171.

65 Concernant cette Académie romaine, voir Riccardo Merolla, L’Accademia dei Desiosi : storia e testo, Rome, Carocci, 2008. Pour ce qui est de la vie musicale, culturelle et artistique de cette institution, voir J. Morales, « Le prince-cardinal Maurice de Savoie et les arts. Une esthétisation de l’identité nobiliaire au palais Orsini de Montegiordano à Rome », Seizième siècle, 12, 2016, p. 279-309.

66 J. Morales, « Musical Practices and Identity. The Story of the Roman Sojourn (1623-27) of Maurice of Savoy, Crown-Cardinal of France », dans Michela Berti and Émilie Corswarem (dir.) avec le concours scientifique de J. Morales, Music and the Identity Process : The National Churches of Rome and their Networks in the Early Modern Period, Turnhout, Brepols, 2019, p. 279-293, ici p. 289-290.

67 Biblioteca nazionale universitaria di Torino, Diario dell’Academia dei Desiosi eretta dal Serenissimo Prencipe Cardinale di Savoia nel suo Palazzo in Roma l’anno 1626, manuscrit N. V. 13, f° 8r°.

68 ASM, Camera ducale, Amministrazione dei principi, registro dei mandati, boîte 349, « Inventario della mobiglia di Roma dell’Illustrissimo e Reverendissimo Cardinale d’Este ».

69 « Un’altro [grave zimbalo] del già Hippolito secondo Cardinale di Ferrara con due tastature di cembalo armonico » (« Un autre [clavecin] avec deux claviers harmoniques ayant appartenu au défunt cardinal Hippolyte II de Ferrare »), ibid, f° 10, n° 157. Voir aussi les correspondances des ambassadeurs Camillo Molza (10 juillet 1624) et Fabio Carandini (30 septembre 1625) faisant allusion à cet instrument : ibid., Cancelleria ducale, Ambasciatori Roma, boîtes 219 et 220.

70 Anthony Newcomb, « Girolamo Frescobaldi, 1608-1615. A Documentary Study in wich Information also appears concerning Giulio and Settimia Caccini, the Brothers Piccinini, Stefano Landi, and Ippolita Recupita », Annales Musicologiques, 7, 1964-1977, p. 111-159, ici p. 143-144.

71 « Un grave cimbalo a due registri, con tastatura d’avoglio… »  (« Un clavecin avec deux registres et un clavier en ivoire… »), ASM, Camera ducale, Amministrazione dei principi, registro dei mandati, boîte 349, f° 22, gauche, n° 331 ; « …venduto dal Ressidente conforme all’estima »  (« …vendu par l’ambassadeur au prix estimé »), ibid., f° 22 droite, n° 331. On trouve confirmation de cette information dans les comptes des ventes (f° 188).

72 « Serenissimo Signor Prencipe Cardinale di Savoia […] per une grave zimbalo con due tastature, e zimbalo armoniaco, con sua cassa e piedi dipinti alla grottesca prestato all’Altezza Sua com’in inventario tra il numero 157, e 158 » (« Sérénissime Monsieur le Prince Cardinal de Savoie […] pour un clavecin ordinaire et un autre clavecin avec deux claviers dont la caisse et les pieds sont peints avec des grotesques, prêté à Son Altesse comme l’indique l’inventaire aux numéros 157 et 158 »), ibid., f° 190 ; « Imprestato il di contro grave zimbalo al Serenissimo Cardinale di Savoia » (« Le clavecin susmentionné fut prêté au Sérénissime Cardinal de Savoie »), ibid., f° 10, droite.

73 AST, Sezioni riunite, Camera dei conti, Piemonte, Real Casa, art. 402, Spese della Casa del Serenissimo Principe, liasse 3.

74 « Per costo di sei viole vendute a Son Altezza », ibid., art. 220, Casa del Serenissimo ed Eminentissimo Principe Cardinale Maurizio di Savoia, liasse 2, registre 7, f° 36v°, mandat n° 339.

75 « In pagamento di un cembalo », ibid.

76 Henry W. Kaufmann, The Life and Works of Nicola Vicentino (1511-c. 1576), American Institute of Musicology, 1966, p. 163.

77 Giuliano Danieli, La musica nel mecenatismo di Ippolito II, Lucques, De Sono-LIM, 2018, p. 105, 144 et 203-205.

78 Claude V. Palisca, The Beginnings of Baroque Music. Its Roots in Sixteenth Century Theory ond Polemics, thèse de doctorat de l’Université de Harvard, 1953, p. 343.

79 Voir les deux traités sur « Il genere enarmonico » et sur « L’instrumenti di tasti di diverse armonie » dans Giovanni Battista Doni, Lyra Barberina [c. 1633], Florence, Caesarea, 1763, vol. I.

80 Catherine Moore, The Composer Michelangelo Rossi. A « Diligent Fantasy Maker » in Seventeenth-Century Rome, New-York et Londres, Garland, 1993, p. 99-100.

81 Michelangelo Rossi est en effet payé 50 écus le 5 mai 1624, AST, Sezioni riunite, Camera dei conti, Piemonte, Real Casa, art. 220, Casa del Serenissimo ed Eminentissimo Principe Cardinale Maurizio di Savoia, liasse 2, registre 7, f° 36v°, mandat n° 339.

82 Alexander Silbiger, « Michelangelo Rossi and his Toccate e Correnti », Journal of the American Musicological Society, 36.1, 1983, p. 18-38, ici p. 28-29.

83 Brian Mann, The madrigals of Michelangelo Rossi, Chicago et Londres, The University of Chicago Press, 2002.

84 Comme le montre cet extrait : https://www.youtube.com/watch?v=nVKc1omwRYY [02/07/2020]. Voir aussi Martin Kirnbauer, Vieltönige Musik. Spielarten chromatischer und enharmonischer Musik in Rom in der ersten Hälfte des 17. Jahrhunderts, Bâle, Schwabe, 2013, p. 183-188.

85 Nous remercions Benjamin Delale et Alexander Silbiger pour leurs précieux conseils.

86 Rudolf Rasch, « Why were enharmonic keyboards built ? – From Nicola Vicentino (1555) to Michael Bulyowsky (1699) », Schweizer Jahrbuch für Musikwissenschaft, 22, 2002, p. 35-92.

87 Comme le montre le madrigal Ecco morirò dunque !, enregistré pour la première fois en 2019 par « La Compagnia del Madrigale » (Gesualdo, Secondo libro di madrigali a cinque voci (1594), Glossa), « Choc » du mois d’avril 2020 de la revue Classica, 221, p. 82 : https://www.youtube.com/watch?v=b5bBEk4rcdM [12/04/2020].

88 J. Morales, op. cit., p. 267 et 334.

89 Sigismondo D’India, Settimo libro de’ madrigali a cinque voci, Rome, Robletti, 1624.

90 Norbert Elias, Du Temps, Paris, Fayard, 1984, p. 9 et Krzysztof Pomian, L’Ordre du temps, Paris, Gallimard, 1984.

91 Jean-Jacques Nattiez, Le Combat de Chronos et d’Orphée, Paris, Bourgois, 1993, p. 12.

92 J. Molino, op. cit., p. 87.

93 Ibid., p. 50, 127 et 130.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Portrait du cardinal Alessandro d’Este, anonyme modénais, 61x45 cm, 1624 (Vienne, Palais Dorotheum)
URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/12775/img-1.png
Fichier image/png, 253k
Légende Maurice de Savoie, cardinal diacre de l’église de S. Maria in Via Lata, gravure d’Ottavio Leoni, 1627
URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/12775/img-2.png
Fichier image/png, 1,4M
Légende Armoiries du cardinal Maurice de Savoie, Archives de l’État à Liège
URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/12775/img-3.png
Fichier image/png, 2,3M
Légende Clavecin avec clavier pour jouer dans les trois genres grecs, construit par Vito Trasuntino, 1606 (Musée international de la musique, Bologne)
URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/12775/img-4.png
Fichier image/png, 307k
Légende Gravure de différents claviers diatoniques, chromatiques et enharmoniques. (Kircher, Musurgia universalis, Rome, Corbelletti, 1650, vol. I, f° 457)
URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/12775/img-5.png
Fichier image/png, 2,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jorge Morales, « Les formes sonores du politique : pratiques musicales et espaces urbains. Le patronage musical des cardinaux Alessandro d’Este et Maurice de Savoie à Rome (1620-1625) »Études Épistémè [En ligne], 39 | 2021, mis en ligne le 15 mai 2021, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/episteme/12775 ; DOI : https://doi.org/10.4000/episteme.12775

Haut de page

Auteur

Jorge Morales

Jorge Morales, docteur en musicologie de l’Université de Paris-Sorbonne et de l’Université de Rome La Sapienza, est chercheur associé au Centre d’études supérieures de la Renaissance (CESR) de Tours. Il a été boursier de l’Académie belge de Rome, a enseigné l’histoire de la musique des XVIIe et XVIIIe siècles à l’Université de Paris-Sorbonne et a été chercheur post-doctoral à l’Université de Liège dans le cadre du projet de recherche (FNRS) : Music and the Identity Process: The National Churches of Rome and their Networks in the Early Modern Period. Il a publié un ouvrage sur le compositeur italien Sigismondo D’India (c. 1580-1629) en septembre 2019 chez l’éditeur Brepols et travaille actuellement sur la place de l’art musical dans le mécénat des cardinaux du XVIIe siècle en Europe.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search