Navigation – Plan du site

AccueilNuméros40Avant-propos

Avant-propos

Caroline Labrune, Servane L’Hopital, Victoire Malenfer et Tony Gheeraert

Texte intégral

Avant-propos

1Le 21 novembre 2020, Bérénice a fêté ses trois cent cinquante ans. C’est à l’automne 1670, en effet, que Racine transforma la scandaleuse reine juive, dont les historiens anciens avaient laissé un portrait peu flatteur, en une amante sublime et résignée, héroïne du renoncement, digne par son sacrifice de rejoindre la galerie des grandes amoureuses de la littérature. Le présent numéro d’Études Épistémè se propose, un an après cet anniversaire, de dégager les grandes tendances de la critique actuelle, mais aussi d’examiner l’évolution des mises en scène d’une tragédie capable, encore aujourd’hui, de nourrir la création littéraire et artistique.

2Quel secret explique ce succès persistant de Bérénice ? Comment cette tragédie vieille de trois siècles et demi parvient-elle encore à plaire et toucher, conformément à l’effet que s’en était promis le dramaturge ? L’évidente simplicité de l’intrigue n’est sans doute pas étrangère à cette réussite : ici, ni monstres sanguinaires, ni dieux mythologiques, ni tyrans abominables, ni références culturelles envahissantes. Rome et ses fastes s’effacent au profit d’une histoire universellement touchante : celle de deux amants qui auraient pu connaître le bonheur, mais que la vie force à se séparer. Ils se parlent, puis se quittent, sans éclats, sans drame, sans grandiloquence, dans une parfaite dignité. Alain Viala tient cette pièce pour l’expression la plus chimiquement pure d’un tragique fondé sur la simplicité et l’intensité passionnelle : selon lui, Bérénice représente pour Racine « sa formule de la tragédie […] une formule “hyperracinienne” […] l’invention de la racinianité1 ». Banale et triste, mais sublimée au feu d’une poésie incandescente, cette histoire d’amours impossibles éveille toujours des échos dans le cœur des lecteurs et des spectateurs.

  • 2 Voltaire, « Commentaires sur Bérénice », dans Voltaire, Œuvres complètes, Paris, Garnier Frères, 18 (...)
  • 3 Jean d’Alembert, Lettre de M. d’Alembert à Rousseau, citoyen de Genève [1759], dans Jean-Jacques Ro (...)

3Pourtant, depuis l’origine, la pièce fut bien plus souvent considérée comme une exception dans le parcours du dramaturge. Dès sa création, la tragédie eut à affronter la concurrence de Corneille, qui proposa un Tite et Bérénice mettant en scène les mêmes personnages que Racine dans sa pièce : Caroline Labrune retrace dans son article l’histoire de ce duel fameux, mais largement biaisé et surtout construit a posteriori par l’historiographie pour mieux célébrer Racine. Dès 1670, la principale attaque donne le ton d’une lecture appelée à persister longtemps : l’abbé Villars, dans sa Critique de Bérénice, reproche à cette pièce sa pauvreté d’action, et son lyrisme hypertrophié : il ne voit dans cette œuvre qu’un long tissu de madrigaux et d’élégies. Le siècle des Lumières hérite de cette lecture, mais sans nécessairement en faire grief à Racine : «  Voilà, sans contredit, la plus faible des tragédies […] Ce n’est même pas une tragédie : ce n'est qu'une églogue à l’eau de rose, indigne du théâtre tragique », estime Voltaire dans son Commentaire sur Bérénice (1772). Il corrige toutefois aussitôt ce jugement sévère en avouant son admiration pour l’intense poésie qui se dégage de cette pièce : « Mais que de beautés de détail, et quel charme inépuisable règne presque toujours dans la diction ! Pardonnons à Corneille de n’avoir jamais connu ni cette pureté ni cette élégance : mais comment se peut-il faire que personne depuis Racine n’ait approché de ce style enchanteur ?2 » D’Alembert, répondant en 1758 au Discours sur les sciences et les arts de Jean-Jacques Rousseau, affiche de même son respect : « Racine a trouvé l’art de nous intéresser pendant cinq actes avec les seuls mots : “Je vous aime, vous êtes empereur, et je pars” »3. Le jugement des Romantiques, comme le montre Sylvain Ledda, est également nuancé : si l’œuvre est peu jouée à cette période, elle n’en constitue pas moins le modèle d’une pièce simple et élégiaque ; dans les années 1840, Bérénice ainsi définie peut servir de contrepoint au drame romantique saturé d’actions complexes, et qui était alors en voie d’essoufflement. Il faut attendre les interprétations de Sarah Bernhardt et de Julia Bartet, à la fin du XIXe siècle, pour que la pièce retrouve régulièrement les honneurs de la scène. Au siècle dernier, Bérénice fait l’objet d’interprétations audacieuses et controversées qui reflètent les préoccupations du temps – la politique chez Gaston Baty en 1946, l’incommunicabilité chez Planchon en 1965 et Grüber en 1984, ou encore, chez Jacques Lassalle en 1990, l’intérêt polémique pour un « autre Racine » que celui qu’a légué la tradition scolaire. À cette époque, la pièce bénéficie aussi d’adaptations cinématographiques, en particulier un film de Raoul Ruiz, commande du festival d’Avignon en 1983, tourné en 16mm, avec Anne Alvaro dans le rôle-titre ; ou encore le téléfilm Jean-Daniel Verhaeghe, diffusé sur petit écran en 2000, avec Carole Bouquet et Gérard Depardieu dans les rôles principaux. Sylvaine Guyot consacre sa contribution à la mise en scène de Faustin Linyekula à la Comédie-Française en 2009, nourrie de références à la colonisation française en Afrique ; elle s’est aussi intéressée à une autre œuvre de Linyekula, inspirée de la pièce de Racine, Pour en finir avec Bérénice, présentée l’année suivante à Avignon. La pièce reste dans tous les cas délicate à monter aujourd’hui : toute mise en spectacle de Bérénice contraint le metteur en scène à opérer des choix et à figer nécessairement un texte souvent ambivalent et labile. Selon Servane L’Hopital, produire la fameuse “tristesse majestueuse” aujourd’hui est particulièrement une gageure. Elle invite à repenser l’espace scénique de Bérénice comme essentiel à cet effet de sublime.

4Ce volume est aussi l’occasion de manifester la vigueur de la critique racinienne et le renouvellement des approches. Le détour par la traduction anglaise de Thomas Otway (1677) conduit ainsi Tristan Alonge à mettre en évidence le rôle-clef de l’Antiochus racinien, porteur des valeurs tragiques qui, selon lui, manquent aux autres personnages de la pièce. De son côté, Laurent Thirouin propose de réévaluer plusieurs lieux communs qui constituent des entraves à une bonne compréhension de l’œuvre : pureté d’une poésie désincarnée, force irrésistible de la fatalité, poids de règles contraignantes, autant de stéréotypes critiques qui évincent les enjeux dramatiques, la liberté du créateur, et celle des personnages eux-mêmes : on ne saurait en effet, explique Laurent Thirouin, les réduire sans dommage à des pantins manipulés par des forces qui les dépassent.

5Dans cette pièce, dont l’intérêt dramatique repose sur la difficile émergence de la parole, les silences n’en sont que plus assourdissants : ils ont retenu l’attention de deux intervenantes. Elisabetta Sibilio, qui analyse la tragédie de Racine à l’aide d’un outil textométrique inventé à Stanford, tire de l’étude des personnages muets des conséquences dramaturgiques, et manifeste l’isolement croissant de l’empereur. Jennifer Tamas, également attentive aux silences, considère que ceux-ci se trouvent au cœur de la tension tragique, et constituent « le rouage d’une dramaturgie fondée sur l’indicible ». Son étude relit l’héroïsme de la reine de Palestine au miroir de Marie Mancini.

  • 4 Ce numéro fut préparé par un temps de réflexion qui eut lieu presque jour pour jour (19-20 novembre (...)

6Plusieurs articles réexaminent à nouveaux frais le lien entre les tragédies de Racine et la pensée de Port-Royal : si, depuis quelques décennies, l’on a heureusement cessé de chercher dans l’œuvre du dramaturge le reflet d’un « jansénisme » longtemps mal défini, on perçoit mieux aujourd’hui à quel point l’ancien élève des Petites-Écoles avait retenu des leçons reçues dans sa jeunesse. De ce point de vue, les travaux récents et rigoureux sur l’augustinisme littéraire apparaissent susceptibles d’éclairer sous un jour nouveau une pièce sur laquelle tant de discours critiques avaient déjà été tenus. La vision cornélienne de cette tragédie, envisagée comme triomphe du devoir sur l’amour, et encore très répandue, s’est ainsi trouvée fortement remise en cause au cours du colloque : Constance Cagnat montre par exemple que les vertus alléguées par les protagonistes étaient suspectes, au même titre que celles que dénoncent les moralistes à la même époque. Laurence Plazenet, de même, met en évidence à quel point certains termes-clés employés en particulier par Antiochus (« tremblement » ou « abandon »), loin de s’expliquer par la seule référence au vocabulaire galant, sont surdéterminés par des valeurs théologiques issues des enseignements de l’abbé de Saint-Cyran : les larmes du roi de Comagène ne seraient ainsi pas tant précieuses que pénitentielles. Victoire Malenfer, dans une perspective similaire, met en lumière le recours aux catégories augustiniennes d’usage et de jouissance, telles qu’Augustin les définit dans le premier livre de sa Doctrine chrétienne, pour rendre compte de la passion qui unit les héros. Tony Gheeraert, de son côté, émet l’hypothèse que ce n’est pas le conflit du devoir et de l’amour qui explique la séparation des protagonistes, mais que celle-ci est plutôt la conséquence de contradictions inhérentes à l’amour humain lui-même, quand bien même il paraîtrait parfaitement pur et désintéressé aux yeux des hommes.4

Principales mises en scène de Bérénice

Nous renvoyons les lectrices et les lecteurs à la page consacrée aux mises en scène de Bérénice sur le site des Archives du spectacle :
https://www.lesarchivesduspectacle.net/​ ?IDX_Oeuvre =255

Bibliographie sélective sur Bérénice

– Editions

Racine, Jean, Théâtre complet I, éd. André Stegmann, Paris, Garnier-Flammarion, 1964.

Racine, Jean, Théâtre complet I, éd. Jean-Pierre Collinet, Paris, Gallimard, coll. « Folio classique », 1982.

Racine, Jean, Théâtre complet, éd. Jean Rohou, Le Livre de Poche, « La Pochothèque », 1998.

Racine, Jean, Théâtre-Poésie, éd. Georges Forestier, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de La Pléiade », 1999.

Racine, Jean, Bérénice, éd. Marc Escola, Paris, GF Flammarion, 2013, 2nde édition.

Racine, Jean, Théâtre complet, éd. Sylvaine Guyot et Alain Viala, Paris, Classiques Garnier, “Classiques jaunes”, 2017, 2nde édition.

– Biographies

Viala, Alain, Racine, La Stratégie du caméléon, Paris, Seghers, 1990.

Blanc, André, Racine, Trois siècles de théâtre, Paris, Fayard, « Biographies littéraires », 2003.

Forestier, Georges, Jean Racine, Paris, Gallimard, « NRF Biographies », 2006.

– Roman

Azoulai, Nathalie, Titus n’aimait pas Bérénice, Paris, POL, 2015 (prix Médicis).

– Travaux

Akerman, Simone, Le Mythe de Bérénice, Paris, Nizet, 1978.

Alonge, Tristan, « Amatus amatam dimisit. Déclaration d’amour et tragédie cachée dans Bérénice de Racine », Revue d’histoire littéraire de la France, Presses universitaires de France, 119, 2019, p. 55-80.

Alonge, Tristan, « Britannicus et Bérénice, tragédies aristotéliciennes ? », in Essays on Racine’s Britannicus and Bérénice, éd. Nicholas Hammond et Philip Hammond, Leyde, Brill, sous presse.

Chatelain, Marie-Claire, « Bérénice : élégie ovidienne et tragédie racinienne », in Présence de Racine - Actes du Colloque (22 octobre 1999), Jean-Pierre Landry et Olivier Leplâtre (dir.), p. 95-108.

Croquette, Bernard, « Racine et l’éblouissement cornélien », Littératures classiques, 26, 1996, p. 115-121.

Declercq, Gilles, « “Alchimie de la douleur” : L'élégiaque dans Bérénice, ou la tragédie éthique », Littératures classiques, 26, 1996, p. 139-165.

Defaux, Gérard, « Titus ou le héros tremblant », dans Suzanne Guellouz (dir.), Racine et Rome. Britannicus, Mithridate, Bérénice, Orléans, Paradigme, 1995, p. 271-294.

Delmas, Christian, « Histoire et mythe dans Bérénice », Littératures classiques, hors-série, 2002, p. 127-143.

Delmas, Christian, « Politique et mystique monarchique chez Racine », Papers on French Seventeenth Century Literature, 36, 2009, vol. 70, p. 99-107.

Forestier, Georges, « Épilogue. Où finit Bérénice commence Tite et Bérénice », dans Georges Forestier, Corneille, Le Sens d’une dramaturgie, Paris, SEDES, 1998, p. 103-117.

Gheeraert, Tony, « Sublime Bérénice », Études Épistémè, 34, 2018.

Guyot, Sylvaine, « Sur la toile comme en scène, peindre l’amour pour ”toucher” : proposition sur une évolution de la sensibilité à l’âge classique », Littératures classiques, n° 69, 2009, p. 35‑49.

Guyot, Sylvaine, « Plaisirs d’‘attache’ et éros tragique au XVIIe siècle. D’une conjoncture historique autour de Racine », in Corps en scènes, Catherine Courtet et al. (dir.), Paris, CNRS Éditions, 2015, p. 235-247.

Guyot, Sylvaine, « Opacity of Theater: Reading Racine with and against Louis Marin », Modern Language Quarterly, 77.2, 2016, p. 219-246.

Guyot, Sylvaine, « Des non-pouvoirs du théâtre. La force de la représentation (Louis Marin) à l’épreuve de la scène (Racine) », in Pouvoir de la littérature. De l’energeia à l’empowerment, Emmanuel Bouju et al. (dir.), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2019, p. 39-52.

Lasalle, Thérèse, « Bérénice : “tant de mers” ou une ÉTERNITÉ sans ÉTREINTE », dans Jean-Pierre Landry et Olivier Leplâtre (dir.), Présence de Racine. Actes du Colloque (22 octobre 1999), p. 109-120.

Levillain, Henriette, « La Bérénice infidèle de Thomas Otway », Revue de Littérature Comparée, 73-2, 1999, p. 154-155.

Matthieu, Francis, « Panégyrique, sacré et exemplarité dans Bérénice de Racine », French Review, Mars 2009, 82, p. 788-799.

Planchon, Roger, « Bérénice », Nouvelle Critique, n° 41, 1971, p. 56-59.

Nardis, Luigi de, « Bérénice ou l’Amors de lonh », Actes du Ier congrès international racinien, Uzès, 1962, p. 29-35.

Simon, Irène, « Thomas Otway's Titus and Berenice and Racine’s Bérénice : A Footnote », Restoration : Studies in English Literary Culture, 1660-1700, 8.2, 1984, p. 62-63.

Sweetser, Marie-Odile, « Néron et Titus vus par Racine », in Marie-Odile Sweetser, Historical Figures in French Literature, French Literature Series, VIII, Columbia, University of South Carolina, 1981, p. 21-30.

Tamas, Jennifer, « “Je demeurai longtemps errant dans Césarée”. Méandres du moi et fixité du lieu dans Bérénice de Racine », in Lucie Desjardins, Marie-Christine Pioffet, Roxanne Roy (dir.), L’errance au XVIIe siècle, Biblio 17, vol. 216, 2017, p. 209-223.

Viala, Alain, « La querelle des Bérénice n’a pas eu lieu », dans J.-M. Hostiou et A. Viala (dir.), Le Temps des querelles, Littératures classiques, 81, 2013/2, p. 91-106.

Voltz, Pierre, « Bérénice, Bajazet, Athalie : réflexions dramaturgiques à partir de la notion d’espace dans la tragédie racinienne », in Racine : la Romaine, la Turque et la Juive (regards sur Bérénice, Bajazet, Athalie), éd. Pierre Ronzeaud, Université de Provence, 1986, p. 51-75.

Haut de page

Notes

1 Alain Viala, Racine : la stratégie du caméléon, Paris, Seghers, 1990, en ligne : https://www.cairn.info/racine-la-strategie-du-cameleon--9782232101663-page-137.htm (consulté le 15/02/2021).

2 Voltaire, « Commentaires sur Bérénice », dans Voltaire, Œuvres complètes, Paris, Garnier Frères, 1880, « Commentaires sur Corneille », t. II, p. 295.

3 Jean d’Alembert, Lettre de M. d’Alembert à Rousseau, citoyen de Genève [1759], dans Jean-Jacques Rousseau, Œuvres, éd. Pierre Alexandre Du Peyrou et Paul Moultou, Genève, 1782, vol. 13, « Supplément à la collection des œuvres de J.-J. Rousseau », p. 316.

4 Ce numéro fut préparé par un temps de réflexion qui eut lieu presque jour pour jour (19-20 novembre 2020) à la date anniversaire de la pièce, dans le cadre des activités scientifiques du laboratoire Cérédi de l’université de Rouen Normandie. Il n’est pas possible de faire ici justice à ces journées qui furent, malgré la distance, riches en échanges et en rencontres : les débats et la table ronde autour du roman de Nathalie Azoulai, Titus n’aimait pas Bérénice, organisée en présence de l’auteur, ne sont pas retranscrits dans ce volume, mais restent toutefois accessibles en vidéo (première journée et seconde journée). Grâce à la magie des outils numériques, la classe de Première Supérieure du Lycée Jeanne d'Arc de Rouen a pu assister au colloque et y participer activement : nous remercions très vivement les élèves et leur professeure, Mme Caroline Andriot-Saillant, d'avoir contribué, par leurs interventions curieuses et enthousiastes, à la réussite de cet événement. Enfin, cette manifestation a été l’occasion de présenter le Centre International Jean Racine (http://jeanracine.org), dont ces journées raciniennes ont constitué comme l’acte de naissance officieux. Ce numéro d’Études Épistémè a bénéficié du soutien du Centre d’Études et de Recherche Éditer / Interpréter (CÉRÉdI, EA3229) de l’Université de Rouen Normandie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Labrune, Servane L’Hopital, Victoire Malenfer et Tony Gheeraert, « Avant-propos »Études Épistémè [En ligne], 40 | 2021, mis en ligne le 20 octobre 2021, consulté le 05 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/episteme/13048 ; DOI : https://doi.org/10.4000/episteme.13048

Haut de page

Auteurs

Caroline Labrune

Articles du même auteur

Servane L’Hopital

Articles du même auteur

Victoire Malenfer

Articles du même auteur

Tony Gheeraert

Articles du même auteur

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search