Navigation – Plan du site

AccueilNuméros40Trois siècles et demi de lectures...La Bérénice anglaise de Thomas Ot...

Trois siècles et demi de lectures critiques

La Bérénice anglaise de Thomas Otway, ou Racine sans Aristote

Thomas Otway’s English Bérénice, or Racine without Aristotle
Tristan Alonge

Résumés

L’article propose une relecture originale de l’adaptation anglaise de la Bérénice de Racine par Thomas Otway : Titus and Berenice (1677). Il en fait émerger la principale nouveauté, peu explorée par la critique et pourtant décisive pour en expliquer le décalage par rapport au texte racinien : le rôle attribué au personnage d’Antiochus. Dans un dialogue fructueux entre modèle et imitation, la « traduction » britannique se présente ainsi comme le révélateur capable de rendre visible, par contraste, l’image latente du texte racinien, d’en dévoiler le secret susceptible de transformer un « tissu élégant de Madrigaux et d’Élégies » en véritable tragédie aristotélicienne. Chez Racine, alors que l’histoire de Titus et Bérénice n’avait aucune caractérisation tragique et se configurait paradoxalement comme une longue et galante déclaration d’amour constamment reportée, le roi de Comagène – véritable héros tragique – permettait de réintroduire une progression tragique dans l’intrigue. Méprisant, comme son contemporain Villars, l’importance du personnage, Otway choisit de le dégrader au rôle de rival amoureux, inutile au déroulement de l’action, et se trouve donc obligé d’animer sa pièce d’une autre manière afin d’en accroître le pathétique et les rebondissements. C’est ainsi que s’explique son choix de déformer radicalement – malgré les apparentes reprises textuelles – la caractérisation des personnages de Titus et de Bérénice, et d’exacerber l’effet destructeur et déstabilisateur de la passion amoureuse, au point de donner l’illusion d’avoir écrit une pièce plus racinienne que celle de Racine.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La prophétie semble s’être réalisée, à en croire Patrick Swinden (« Translating Racine », Comparati (...)
  • 2 George Steiner, The Death of Tragedy, New York, Open Road Integrated Media Inc., 1980, p. 55.
  • 3 Pour une liste détaillée des reprises anglaises, voir entre autres Louis Charlanne, L’Influence fra (...)
  • 4 Cet intérêt fut peut-être encouragé par l’aristocratie francophone entourant le roi Charles II Stua (...)
  • 5 Les citations issues de la pièce anglaise, tout au long de l’étude, sont tirées de l’édition complè (...)
  • 6 Sur la qualité de la traduction d’Otway, voir notamment Montague Summers, « Introduction » in The C (...)
  • 7 Sur la nature paradoxale d’une adaptation qui reprend l’original mot à mot tout en parvenant à rend (...)
  • 8 L. Charlanne, L’Influence française en Angleterre au XVIIe siècle, op. cit., p. 376 ; F. Y. Eccles (...)
  • 9 Comme le rappelle André Lefèvre (« Racine en Angleterre au XVIIe siècle, Titus and Berenice de Th.  (...)
  • 10 K. Wheathley, Racine and English Classicism, op. cit., p. 56.

1Deux ans avant que Bérénice ne soit créée à l’Hôtel de Bourgogne, John Dryden, dans son Art dramatique de 1668, avait prévenu le public anglais : aucune pièce française n’est parvenue et ne parviendra à être transposée avec succès sur la scène britannique1 : le vin ne voyage pas, comme le rappelle George Steiner2. Les tentatives ont pourtant été nombreuses aux XVIIe et XVIIIe siècles : Pierre Corneille, à plusieurs reprises, et Jean Racine, pour la quasi-totalité de ses pièces, attirèrent les dramaturges anglais de leur vivant ou juste après leur mort3, signe d’un intérêt réel à l’égard de la dramaturgie française4. Dans ce contexte, le Titus and Berenice, écrit par Thomas Otway5 en 1677, constitue une heureuse exception et semble partiellement échapper à la malédiction de Dryden : une partie de la critique britannique s’est empressée d’en souligner la qualité intrinsèque au point de considérer la copie supérieure à l’original6. Contrairement à la plupart des autres adaptations anglaises, souvent éloignées explicitement du texte source, la pièce d’Otway se distingue, en tout cas, par un curieux paradoxe7 : extrêmement fidèle par moments, au point d’être qualifiée de « traduction servile8 », ou au pire d’abrégé en raison de la condensation en trois actes et de la suppression de plus de cinq cents vers9, elle parvient néanmoins à proposer une véritable réécriture s’éloignant de l’original10. Alors que les ajouts de vers sont presque insignifiants, que le déroulé de l’action et la succession des scènes suivent avec une extrême fidélité l’original, à quelques exceptions près, et que la qualité de la traduction n’a parfois rien à envier au modèle, comment expliquer l’étrange impression de se trouver devant deux pièces profondément différentes ? Les pages qui suivent se proposent d’explorer une nouvelle fois la « traduction » britannique de 1677 pour faire émerger la principale nouveauté qu’elle comporte, passée sous silence par la critique et pourtant décisive pour en expliquer le décalage par rapport au texte racinien : le rôle attribué au personnage d’Antiochus. Dans un dialogue fructueux entre modèle et imitation, la tragédie d’Otway se présente ainsi comme le révélateur capable de rendre visible, par contraste, l’image latente du texte racinien, d’en dévoiler le secret susceptible de transformer un « tissu élégant de Madrigaux et d’Élégies » en véritable tragédie aristotélicienne.

I. De la tristesse majestueuse au pouvoir destructeur de la passion

  • 11 A. Lefèvre, « Racine en Angleterre au XVIIe siècle », art. cit., p. 252.
  • 12 H. Levillain, « La Bérénice infidèle de Thomas Otway », art. cit., p. 157.
  • 13 K. Wheatley, Racine and English Classicism, op. cit., p. 30.
  • 14 H. Levillain, « La Bérénice infidèle de Thomas Otway », art. cit., p. 158-159.

2Malgré les reprises étonnamment fidèles de passages entiers de la pièce racinienne, les commentateurs s’accordent généralement pour reconnaître que le dramaturge britannique a bien réécrit sa source afin de mieux l’adapter aux exigences de son public : Otway choisit de supprimer les passages qui véhiculent une analyse trop poussée des sentiments, leurs développements, leurs fluctuations, attribuant ainsi aux personnages moins de délicatesse et de noblesse11 ; par ailleurs, les monologues et les tirades de plus de vingt vers sont systématiquement coupés pour plaire à des spectateurs londoniens peu sensibles à la rhétorique française12 ; l’action condensée de la version britannique renonce à tout passage susceptible de retarder le développement de l’intrigue, à savoir les dialogues avec les confidents13, ou encore les rêveries et les souvenirs amoureux, comme lorsque Titus rappelle à Paulin son innamoramento au deuxième acte14.

  • 15 « De la Reine, Paulin, flattez l’inquiétude. / Je vais la voir. Je veux un peu de solitude. / Que l (...)
  • 16 « Ne tardons plus. Faisons ce que l’honneur exige. / Rompons le seul lien... ». Ibid. (IV, 4, v. 10 (...)
  • 17 « Antiochus, assist me what to do. / I’m not prepar’d, for the sad Interview. / I have not yet cons (...)
  • 18 « Voici le temps enfin qu’il faut que je m’explique. » J. Racine, Bérénice, éd. cit. (II, 2 ; v. 34 (...)
  • 19 « De la Reine et de moi que dit la voix publique ? / Parlez. Qu’entendez-vous ? » Ibid. (II, 2 ; v. (...)
  • 20 « And by the face of my affairs, I find, / ‘Tis time that I resolve and fix my mind. » Th. Otway, T (...)
  • 21 « My happiness is plac’d in her alone. » Ibid. (I, 2 ; v. 42).
  • 22 « But which way from my heart shall I remove, / So long establisht and deep rooted love ? » Ibid. ( (...)
  • 23 « To part for ever from her eyes : / Tho I requir’d th’assistance of thy zeal, / To crush a passion (...)
  • 24 « Pour jamais je vais m’en séparer. / Mon cœur en ce moment ne vient pas de se rendre. / Si je t’ai (...)
  • 25 « Till Berenice first taught me to be good. / She taught me Vertue […]. » Th. Otway, Titus and Bere (...)
  • 26 « Encore un coup, allons, il n’y faut plus penser. / Je connais mon devoir, c’est à moi de le suivr (...)
  • 27 « The thought of her, but shakes my constancy, / Yet in my heart if doubts already rise, / What wil (...)
  • 28 Ibid. (III, 1) : après le vers 245, une didascalie précise « Writes on a Tablet ».
  • 29 « Take this, Paulinus : bear it to the Queen, / For should we meet, I must relapse again ; / I’ve b (...)
  • 30 Ibid. (III, 1) : après le vers 399, puis après le vers 437, des didascalies précisent « Kneels ».
  • 31 Ibid. (III, 1) : après le vers 425, une didascalie précise « Offers to stab himself ».
  • 32 « Best of thy sex ! and dearest, now I see / How poor is Empire when compar’d to thee / Hence, ye p (...)

3Une comparaison systématique des deux textes montre néanmoins que la suppression de près de cinq cents vers raciniens ne répond pas uniquement à une logique de concentration de l’action, elle s’ensuit également, par moments du moins, d’une radicale réécriture de la caractérisation des personnages principaux. L’illustration la plus flagrante en est l’empereur Titus qui, du début à la fin de la pièce française, affiche une fidélité immuable à son obéissance de fils, à la loi de Rome et à son devoir de roi, comme le prouve son attitude dans les premières scènes du quatrième acte, juste avant la clarification définitive avec Bérénice qui interviendra à la cinquième scène : l’empereur a finalement choisi de dévoiler la vérité à son amante, il demande à Rutile de rester seul15 et dans un monologue tourmenté réaffirme finalement son devoir sans équivoque16. Non seulement Otway a renoncé à la totalité du monologue de la quatrième scène, mais surtout son Titus ne reste jamais seul : en arrivant sur scène, il y trouve Antiochus et le supplie encore une fois de l’aider et de le conseiller dans la décision qu’il n’arrive pas à prendre17. L’hésitation est chez lui encore palpable, plus que dans la version française, et la suppression du monologue conforte une caractérisation soumise bien davantage à la passion amoureuse qu’aux devoirs de l’honneur. C’est bien la direction que prend Otway dès le début de la pièce, en choisissant de modifier le récit racinien sur un point crucial : lorsque le rideau se lève, la décision de quitter Bérénice n’a pas été prise huit jours auparavant, elle reste à prendre. Racine nous apprend dès la deuxième scène du deuxième acte que Titus a bien fait son choix, le problème n’est pas de prendre la décision, mais uniquement de la communiquer18 ; la réécriture de cette même scène par Otway renonce au sondage politique auquel l’empereur soumet Paulin19, pour se focaliser sur l’inquiétude qui traverse Titus quant à une décision qui reste visiblement toujours en suspens20. Dans la suite de la scène, l’empereur ne fait que confirmer qu’il est encore profondément amoureux21, et que sa décision n’est toujours pas prise22, raison pour laquelle il demande l’aide de son interlocuteur afin de résoudre son conflit intérieur23. Le dialogue avec Paulinus se révèlera finalement utile, mais l’initiative revient à son serviteur contrairement à ce qui était le cas chez Racine : c’est lui qui le pousse et le guide afin qu’il aille se confronter à Bérénice, alors que dans la pièce française, l’empereur prend sa décision seul, sans aide extérieure24. Par ailleurs, alors que chez Racine Titus se limite à évoquer l’influence positive mais indirecte de la rencontre avec Bérénice, par amour pour qui il s’est illustré militairement, dans la version anglaise la reine juive devient un instrument direct de vertu25, rendant encore plus explicite l’affection passionnelle qui habite l’empereur. La fin de la scène ne fait que réaffirmer la transformation du personnage en amoureux hésitant : chez Racine, il confirmait sa fidélité au devoir26 ; chez Otway, il doute une nouvelle fois, juste avant l’arrivée de Rutilius27. Ce portrait d’un Titus penchant plus volontiers du côté de la passion que de l’honneur accompagnera le personnage britannique jusqu’à la fin de la pièce, poussant Otway à innover de façon encore plus évidente au troisième acte : confronté à la douleur du suicide que menace de commettre Bérénice après la notification du premier adieu, l’empereur annonce n’avoir plus le courage d’aller la voir, et préfère lui envoyer une lettre qu’il écrit sur scène28 : le risque d’une énième hésitation à sa vue est en effet trop élevé29, confirmation d’une caractérisation bien plus fragile que dans l’original. Titus avait bien raison de se méfier d’une nouvelle rencontre, car, lorsqu’elle se produit, c’est justement un revirement de taille qui s’impose à lui : en réel décalage par rapport à la source française, l’empereur se met à genoux à deux reprises30, il ne se contentera pas d’évoquer un possible suicide comme chez Racine, mais le tentera sur scène avant d’en être empêché par Bérénice elle-même31 ; il se dira même prêt à renoncer à l’empire32, ce que le héros racinien n’avait jamais envisagé de faire, malgré ses hésitations et ses remords.

  • 33 « Antiochus, He’ll be for ever mine. » Ibid. (I, 1 ; v. 87).
  • 34 « N’est-ce point que de Rome il redoute la haine ? / Il craint peut-être, il craint d’épouser une R (...)
  • 35 Cf. Th. Otway, Titus and Berenice, éd. cit. (I, 2 ; v. 196-213).
  • 36 « Phénice ne vient point. Ah que cette longueur / D’un présage funeste épouvante mon cœur ! » J. Ra (...)
  • 37 « I of my wrong too well am satisfied ; / To see the perjur’d Titus twice I try’d. / Twice for admi (...)
  • 38 « Oh Heaven ! she’s entring, from her Charms lets fly : / I know my weakness ; if I stay, I dye. » (...)
  • 39 « Should I stay here and my wrongs tamely bear / From him that shuns, and flies me every where ? / (...)
  • 40 « Since you have then resolv’d : It shall be so. / And judg by this if y’are belov’d or no. / No lo (...)
  • 41 « This art to torture souls where did you learn ? / Or was it in your nature with you born ? / Oh B (...)
  • 42 « Would Titus die for Berenices sake ? / I see the blow you cruelly prepare / To wound that breast (...)
  • 43 « Your heart is troubled, and your tears I view. / Ev’n my worst sufferings much o’repaid I see, / (...)
  • 44 « Je crois depuis cinq ans jusqu’à ce dernier jour / Vous avoir assuré d’un véritable amour. / Ce n (...)
  • 45 Pour un avis similaire sur l’importance de cette nouveauté par rapport à la source racinienne, voir (...)

4Si la figure de Titus a donc été redessinée et enrichie d’une hésitation bien plus puissante que dans la pièce imitée, un procédé similaire, consistant à renforcer le pouvoir dévastateur de la passion amoureuse, investit également son amante : alors que la reine racinienne craint de ne pas être aimée tout au long de la pièce, l’héroïne britannique exige furieusement de l’être. Dès sa première rencontre avec Antiochus, tout en reprenant à l’identique les échanges du texte français de la quatrième scène du premier acte, Otway précise avec plus de force que Bérénice est absolument convaincue de l’amour de Titus33. Après l’entrevue décevante avec un empereur qui la fuit, alors que dans la pièce française Bérénice prend en compte, pour un moment au moins, la possibilité que les raisons des hésitations de l’empereur puissent être de nature politique34, chez Otway la reine fait tout reposer entièrement sur la passion et sur une possible jalousie amoureuse35. Alors qu’au début du quatrième acte, Bérénice, seule et en attente de nouvelles de la part de Phénice, se plaint avec douleur du retard et de l’absence de l’ingrat Titus36, Otway précise qu’elle a tenté à deux reprises d’intercepter son amant, en vain37, un double échec qui semble provoquer chez elle plus d’énervement orgueilleux que de tristesse : en amante capricieuse, elle ne peut tolérer d’être ignorée. Par la suite, elle se montrera plus active que l’héroïne racinienne, puisqu’au lieu d’attendre dans sa chambre la venue de Titus, elle prendra elle-même l’initiative de venir le chercher une deuxième fois, au moment où il vient d’écrire la lettre d’adieu, l’obligeant à fuir devant son emportement furieux38. Restée seule avec Antiochus, elle en repousse une nouvelle fois, sans hésitation ni pitié, les avances amoureuses, et affirme vouloir changer de stratégie vis-à-vis de son amant : c’est maintenant à elle de devenir froide et de lui faire payer son comportement39. Le raisonnement cynique et calculateur contribue à parfaire le portrait d’une femme qui semble plus jouer de l’amour qu’en mourir, contrairement à l’image désespérée de l’héroïne racinienne, accablée par la tristesse et prête à renoncer à la vie. Nous en avons une confirmation définitive lors de l’échange final avec Titus, lorsque ce dernier est justement poussé à une tentative de suicide40, exaspéré par la froideur de la reine41, qui, après l’en avoir empêché, se réjouira néanmoins du pouvoir qu’elle exerce finalement sur lui42. Nous sommes loin de la délicatesse touchante avec laquelle l’héroïne racinienne accueille la déclaration d’amour de l’empereur ; chez Otway, jusqu’au bout la passion amoureuse est synonyme de violence. Au moment où Bérénice se sent finalement en position de force, elle en profite pour exercer sa vengeance définitive : Titus s’étant dit prêt à renoncer à l’empire, elle le repousse, prenant elle-même l’initiative du départ, comme par vengeance43, alors que chez Racine elle se contentait, par amour, d’obéir à la demande de l’empereur44, qui n’avait jamais cessé d’exiger son éloignement45.

  • 46 Sur l’idée que la passion amoureuse avilit et abaisse les personnages chez Otway alors qu’elle les (...)
  • 47 « She’s gone, and all I valu’d lost : / Now Friend, let Rome of her great Emp’ror boast. / Since th (...)
  • 48 Katherine Wheatley est du même avis : voir Racine and English Classicism, op. cit., p. 131.

5Il est donc évident qu’Otway ne s’est pas contenté de traduire mot à mot sa source en supprimant ici ou là quelques vers jugés inutiles à l’action, il a véritablement refondu la pièce en y injectant une dimension passionnelle bien plus âpre, capable de défigurer les deux personnages principaux. La critique a déjà souligné depuis longtemps que l’on ne trouve pas dans la pièce britannique l’élévation noble et majestueusement triste qui caractérise le final racinien : chez Otway, la passion n’élève pas mais dégrade46 et écorche le portrait de Titus et de Bérénice, faisant ressortir des aspects brutaux de leur personnalité, notamment dans la partie conclusive de la tragédie. Si, comme nous l’avons évoqué plus haut, la reine juive semble se réjouir d’être finalement parvenue à faire fléchir son amant, perdant ainsi la pudeur et l’honorabilité de son homonyme racinienne, il en va de même pour Titus, auquel Otway choisit de confier la clôture de la pièce, par une réplique complètement inventée, dans laquelle il jure de décharger sa frustration amoureuse sur le peuple romain, laissant ainsi envisager une transformation en monstre tyrannique, contre toute pertinence historique47. La passion amoureuse devient ainsi une force destructrice d’une ampleur inégalée par rapport à la source, contribuant à transformer en profondeur l’intrigue d’origine pour l’enrichir de pathos supplémentaire, de mouvement et de surprise48. Dans un tourbillon passionnel inconnu à la pièce de 1670, les protagonistes de la tragédie anglaise se quittent et se retrouvent, d’une scène à l’autre, sans aucune autre motivation que l’instinct amoureux, poussant Titus d’abord à fuir la furieuse Bérénice à plusieurs reprises, avant de se jeter inexplicablement à ses genoux et de se voir à son tour refusé. La pièce en devient ainsi plus spectaculaire, exacerbant les sentiments amoureux et jouant sur les effets dévastateurs d’Aphrodite, au point de mener l’empereur à se transformer en tyran, dans une dynamique qui ne va pas sans rappeler la folie finale d’Oreste dans Andromaque. Il reste à comprendre les raisons qui ont pu pousser Otway à défigurer de la sorte sa pièce source, à proposer une adaptation bien plus centrée sur la passion que l’original : Racine avait-il écrit une pièce trop peu mouvementée et insuffisamment pathétique ? Otway est-il parvenu à se montrer finalement plus racinien que Racine en choisissant d’exacerber les conséquences dévastatrices de la passion ?

II. Otway plus tragique que Racine ?

6La réécriture d’Otway et les modifications importantes qu’il apporte à la caractérisation des personnages et au développement de l’intrigue obligent donc à se réinterroger – à travers les yeux d’un contemporain de l’auteur – sur l’efficacité dramaturgique de la pièce source : Bérénice était-elle suffisamment mouvementée et riche en pathos pour plaire aux publics parisien et londonien ? Une comparaison entre les deux traitements des amours de Titus et de Bérénice oblige à constater qu’Otway semble avoir indéniablement rendu l’histoire plus surprenante et spectaculaire : lorsque le rideau se lève, Titus lui-même ne sait toujours pas s’il doit quitter Bérénice, et quand le rideau se referme, il se retrouve paradoxalement dans la situation inverse à celle qu’il recherchait, se voyant repoussé alors qu’il était venu quitter son amante. Ce retournement fondamental s’accompagne d’une série de revirements qui ne sont dictés que par la frénésie irrationnelle de l’amour : du début à la fin de la pièce, la Bérénice anglaise s’acharne afin d’obtenir l’amour de Titus, refusant d’abord de croire au message d’Antiochus, puis cherchant son amant à deux reprises sans succès, revenant une fois encore sur scène, par la suite, pour chercher l’empereur au troisième acte, même après le premier adieu ; elle prouve, d’ailleurs, de cette manière que sa menace de suicide n’était qu’un instrument rhétorique sans fondement réel. La reine juive mène donc la danse, se prenant au jeu de l’amour, dans la volonté de remporter la partie à tout prix, ce qu’elle parviendra à faire à la fin, en se vengeant des froideurs de l’empereur et en provoquant un superbe retournement de l’action : Titus décide de renoncer à l’empire mais se voit à son tour refusé par Bérénice.

  • 49 « Et quelle vraisemblance y a-t-il qu’il arrive en un jour une multitude de choses qui pourraient à (...)
  • 50 Sur la nature profondément aristotélicienne de la dramaturgie racinienne, au moins à ses débuts, vo (...)
  • 51 Georges Forestier, par exemple, considère que Bérénice établit un principe esthétique nouveau, oppo (...)

7Ainsi, Otway a manifestement apporté du mouvement à sa pièce par ce revirement capital et plein d’ironie tragique ; mais y a-t-il été contraint par la structure trop linéaire de la tragédie racinienne ? C’est en tout cas ainsi que Bérénice a souvent été perçue par les commentateurs, fidèles aux suggestions de la préface49 : il ne s’y passerait rien sinon un long adieu constamment et habilement reporté, la pièce se réduirait à l’énonciation d’une décision prise avant que le rideau ne se lève, et constituerait donc un hapax dans la production racinienne, pour une fois éloignée des enseignements aristotéliciens50 qui exigeaient au contraire un retournement avec reconnaissance51.

  • 52 Ce détail ne figure dans aucune des sources auxquelles avait accès Racine.
  • 53 Cf. J. Racine, Bérénice, éd. cit. (V, 5 ; v. 1371-1373) : « Quoi ? ce départ n’est donc qu’un cruel (...)
  • 54 Pour une démonstration détaillée de la nature aristotélicienne de la pièce, voir Tristan Alonge, « (...)
  • 55 « Oui, Madame. Et je dois moins encore vous dire / Que je suis prêt pour vous d’abandonner l’Empire (...)
  • 56 « Pour sortir des tourments, dont mon âme est la proie, / Il est, vous le savez, une plus noble voi (...)
  • 57 « Sur le courroux des Grecs, je m’en repose encor, / Leur haine va donner un Père au Fils d’Hector. (...)
  • 58 « J’aimais, Seigneur, j’aimais, je voulais être aimée. / Ce jour, je l’avouerai, je me suis alarmée (...)
  • 59 Pour une démonstration détaillée, voir Tristan Alonge, « Amatus amatam dimisit. Déclaration d’amour (...)
  • 60 Villars, La Critique de Bérénice, éd. cit., p. 516.

8Cette construction critique ignore pourtant la principale nouveauté introduite par Racine dans sa réélaboration du récit historique : devant la perspective de l’adieu, Bérénice a réellement l’intention de se donner la mort52, elle ne fait que le réaffirmer depuis le début de la tragédie et le rendra explicite après la rencontre orageuse avec Titus au quatrième acte, par l’écriture d’une lettre53. Cette nouveauté permet à Racine de configurer en réalité le développement de l’action d’une façon tout à fait conforme à la Poétique54, puisque c’est justement pour empêcher la réalisation du suicide que Titus décidera, à la fin du quatrième acte, d’accepter de se rendre dans les appartements de Bérénice et de faire une déclaration d’amour inattendue. Par rapport aux attentes des spectateurs, il y a donc bien un retournement décisif, lié à la prise de conscience de la part de l’empereur que la reine est sur le point de commettre l’irréparable et que la seule façon de l’en empêcher consiste à la conforter dans ses sentiments au lieu de la fuir. Il convient de préciser que le seul retournement que connaît le héros racinien tient justement au choix d’aller rendre visite à Bérénice pour l’empêcher de se suicider, tout comme sa menace de se donner lui-même la mort après son ascension au trône n’a pour finalité que de dissuader Bérénice de se suicider. Contrairement à ce qui se produit chez Otway, à aucun moment le Titus racinien n’envisage un revirement quant au départ de Bérénice, comme il l’explique très clairement à la sixième scène du dernier acte : devant la douleur de l’être aimé, il a identifié la seule issue possible non pas dans le renoncement à l’empire55, mais dans sa propre mort56, dans une sorte de compromis névrotique qui ne va pas sans rappeler celui formulé quelques années plus tôt par Andromaque57. D’une certaine façon, ce retournement s’accompagne d’une reconnaissance : Bérénice reconnaît s’être trompée sur les sentiments de Titus, elle se sent finalement aimée58 et peut donc accepter de partir en paix, sans rancune et sans se suicider. Par rapport aux attentes initiales qui étaient celles d’un adieu sans amour et d’un suicide, voire d’un double suicide, le final racinien se présente, de façon inattendue, presque comme un happy end : les deux amants parviennent à se jurer fidélité éternelle, à se départir sans conflit et à la suite d’une décision partagée. C’est un dénouement qui a très probablement été suggéré à Racine par une source non pas historique mais galante : la Huitième harangue des Femmes illustres de Scudéry, texte dans lequel Bérénice explique justement être prête à partir à condition de se sentir encore aimée59. Pour reprendre la terminologie aristotélicienne, il y a donc bien retournement de l’action en son contraire, mais il s’agit paradoxalement d’un retournement du malheur au bonheur, ou a minima du malheur à un malheur moins effroyable, puisqu’il ne comporte ni effusion de sang ni accès de folie. Il est alors moins étonnant de constater qu’un spectateur de l’époque, l’abbé de Villars, ait pu voir dans la pièce un « tissu galant de Madrigaux et d’Élégies60 », et qu’un autre spectateur potentiel, Thomas Otway justement, ait choisi d’en bouleverser le dénouement. Le dramaturge britannique, ayant très certainement lu la tragédie avec les mêmes yeux que Villars, ne pouvait en effet que sursauter devant le constat que le traitement de l’histoire de Titus et Bérénice par Racine comportait un dénouement peu susceptible de créer de la crainte et de la pitié : la tristesse majestueuse qu’évoque l’auteur dans sa préface n’a d’ailleurs jamais figuré parmi les effets tragiques et ne peut que surprendre sous la plume d’un auteur aristotélicien comme Racine. D’où le choix compréhensible de la part d’Otway de modifier à la fois la caractérisation des personnages principaux, pour introduire plus d’incertitude, et d’enrichir le dénouement d’incidents aptes à animer l’intrigue et à provoquer un retournement bien plus pathétique : alors que Racine a prévu un adieu volontairement accepté, qui ne remet aucunement en cause l’ascension monarchique de Titus, Otway préfère accentuer le rôle destructeur de la passion amoureuse. Son Titus n’est déjà plus empereur au moment de renoncer au trône par amour, mais obligé de le rester à cause du refus soudain et capricieux de son amante, il se transforme en tyran, montrant par là son refus d’accepter un adieu qui lui est imposé contre sa volonté.

  • 61 Ibid., p. 512.

9Faut-il pour autant en déduire qu’Otway a effectivement été obligé de modifier la source afin de rendre paradoxalement plus racinienne – car plus brutale dans la description des conséquences de l’amour – la plus cornélienne des pièces raciniennes ? Le dénouement britannique fait-il donc couler plus de larmes que le cinquième acte racinien ? Titus and Berenice surclasse-t-il, par une curieuse coïncidence, Bérénice dans la production des effets tragiques ? Il faudrait sans doute répondre par l’affirmative, si un détail n’avait pas été omis à la fois par Villars et Otway : la source du tragique chez Racine ne se situe peut-être pas dans les personnages de Titus et de Bérénice, mais ailleurs, dans une figure souvent ignorée par la critique, réduite par Villars « à un acteur inutile, qui n’est introduit que pour faire perdre du temps, et pour donner un rôle ennuyeux et vide au mari de la Champmeslé61 » : Antiochus.

III. Antiochus, héros tragique ou rival inutile ?

  • 62 « Pour être réussie, il faut donc que l’histoire soit simple, plutôt que double comme le veulent ce (...)
  • 63 « La combinaison dans laquelle, se disposant à agir en pleine connaissance, on ne va pas jusqu’à l’ (...)
  • 64 « Pour la dernière fois je me suis consulté. / J’ai fait de mon courage une épreuve dernière, / Je (...)
  • 65 Cf. Aristote, La Poétique, éd. cit., p. 76-79 (ch. 13, 53a7-17).
  • 66 La faute de Bérénice – avoir cessé de croire à l’amour de Titus – ne provoque évidemment pas les re (...)

10Dans la Poétique, Aristote avait bien précisé, dans la conduite d’une action tragique, le rôle essentiel joué par la péripétie et par la reconnaissance, mais il avait également souligné sa préférence pour un retournement qui porte du bonheur au malheur plutôt que l’inverse, donnant comme modèle les dénouements terribles du plus tragique des poètes, Euripide62. Le détail n’avait, bien sûr, pas échappé à Racine, auteur d’une traduction fragmentaire du texte théorique du Stagirite et en particulier du chapitre 13. Comment expliquer alors que, dans le cas de Bérénice, il ait pu prévoir un retournement du malheur au bonheur – bien que tout relatif – et qu’il ait opté pour une reconnaissance qui provoque un accomplissement de l’action selon la pire des espèces, c’est-à-dire en mettant en scène un personnage se disposant à commettre un acte irréparable en pleine connaissance de cause, mais n’allant pas jusqu’au bout ? Comme le souligne Aristote, ce type de procédé suscite la répulsion sans provoquer le tragique63 et paraît donc bien éloigné de la typologie idéale d’action, qui suppose que le personnage agisse dans l’ignorance, afin de susciter une surprise au moment de la reconnaissance. La typologie choisie par Racine semble d’ailleurs plus indiquée pour la comédie que pour la tragédie : une erreur de la part de la protagoniste – qui croyait ne pas être aimée – l’expose à un danger, mais la reconnaissance finale permet de revenir à un dénouement plus « heureux » et à des retrouvailles amoureuses, malgré le contexte d’adieu. Si ce constat semble condamner d’emblée le choix opéré par Racine, notamment par rapport à la variante choisie par Otway, c’est oublier que le raisonnement n’est valable que si l’on se cantonne au point de vue des deux amoureux, Titus et Bérénice, alors qu’un troisième personnage assiste impuissant à leurs retrouvailles galantes au cinquième acte : Antiochus, cet exclu du bonheur qu’on tend généralement et un peu facilement à associer au couple royal, dans une image finale de stoïque sacrifice collectif. Pourtant, dans la pièce française, rien n’indique que le roi de Comagène a réellement l’intention de suivre les indications péremptoires de Bérénice – sa dernière déclaration avant le « hélas » conclusif évoque au contraire le suicide64 –, ni qu’il s’associe au bonheur des deux autres. Si le retournement qui a eu lieu à la fin du quatrième acte comporte un revirement du malheur au bonheur pour Titus et Bérénice, c’est diamétralement l’inverse qui se produit pour le confident malheureux, qui espère, quant à lui, depuis le début de la pièce pouvoir peut-être profiter de la séparation annoncée. Non seulement Antiochus est le seul personnage des trois à quitter la scène sans la moindre satisfaction, il est surtout le seul à remplir parfaitement la fonction aristotélicienne de héros tragique, c’est-à-dire de personnage ni tout à fait innocent ni tout à fait coupable qui provoque le retournement de l’action et son propre malheur par une faute65. Si l’on peut repérer des traces de culpabilité à la fois chez Titus – coupable d’avoir voulu renoncer à l’amour – et chez Bérénice – coupable d’avoir cessé de croire à l’affection du roi –, Aristote précise bien que la nature ambiguë d’un personnage n’en fait pas automatiquement un héros tragique, ce dernier devant nécessairement, par une « grande faute », provoquer le retournement de l’action, ce qui n’est le cas d’aucun des deux personnages principaux66. C’est bien vers Antiochus qu’il faut se tourner pour identifier l’ἁμαρτία qui cause l’inversion de l’action en son sens contraire, et en particulier vers une rencontre cachée, se déroulant loin des yeux des spectateurs, et qu’Otway aura l’intelligence – nous le verrons – d’amener sur scène : l’intrusion soudaine du roi de Comagène dans l’intimité des appartements de Bérénice pour y trouver la reine en pleurs et au bord du suicide. Racine en faisait le récit, à travers les paroles d’Antiochus, dans une neuvième scène du quatrième acte, figurant dans la première édition de la pièce et supprimée par la suite :

Arsace, que dis-tu de toute ma conduite ?
Rien ne pouvait tantôt s’opposer à ma fuite,
Bérénice et Titus offensaient mes regards,
Je partais pour jamais. Voilà comme je pars.
Je rentre, et dans les pleurs je retrouve la Reine.
J’oublie en même temps ma vengeance, et sa haine,
Je m’attendris aux pleurs qu’un Rival fait couler.
Moi-même à son secours je le viens appeler ;
Et si sa diligence eût secondé mon zèle,
J’allais victorieux le conduire auprès d’elle.
Malheureux que je suis ! Avec quelle chaleur
J’ai travaillé sans cesse à mon propre malheur !
C’en est trop. De Titus porte-lui les promesses,
Arsace. Je rougis de toutes mes faiblesses.
Désespéré, confus, à moi-même odieux,
Laisse-moi, je me veux cacher même à tes yeux. (IV, 9 ; v. 1251-1266)

  • 67 « Je vais dans mon Palais attendre ton retour. / Va voir si la douleur ne l’a point trop saisie. / (...)

11La scène décrite par Antiochus s’est très vraisemblablement déroulée pendant que les spectateurs assistaient à la sixième scène du quatrième acte, c’est-à-dire juste après l’adieu terrible entre Titus et Bérénice de la cinquième scène et avant qu’Antiochus ne revienne sur scène, bouleversé, pour demander au roi de sauver Bérénice. C’est donc bien lui qui est responsable du retournement, puisque c’est sur son incitation décisive que l’empereur, alors qu’il s’apprêtait, sous l’influence de Paulin, à rejoindre le Sénat, finit par accepter d’aller revoir Bérénice une dernière fois pour lui déclarer son amour. Ce qui fait d’Antiochus un héros tragique, c’est justement le fait d’avoir commis la faute de vouloir revoir la reine après s’être promis de partir définitivement à la fin du troisième acte : en d’autres termes, il n’a pas réussi à renoncer à son rôle de confident et d’amant maltraité, maudit en raison de sa passion non réciproque, il n’a pas résisté à la tentation d’aller s’assurer personnellement de l’état de Bérénice – après en avoir initialement confié la responsabilité à Arsace67 – ; puis, une fois confronté à une femme désespérée, il n’a pas pu s’empêcher d’en rechercher le salut, en informant Titus de l’urgence de la situation. Or, ce geste naïf et généreux se révèlera contre-productif pour lui, puisque ce faisant il provoque lui-même son propre malheur, jetant l’un dans les bras de l’autre, alors qu’il tentait depuis le début de la pièce de profiter de leur séparation. Comme il le dira à la fin du quatrième acte, il a « travaillé sans cesse à son propre malheur », en commettant l’irréparable faute d’aller revoir Bérénice alors qu’il était finalement prêt à partir et à se libérer par un même mouvement du regard méprisant de la femme aimée et du rôle inconfortable et malheureux de confident. Comme l’exigeait Aristote et comme illustré par Œdipe – entre autres – avant lui, Antiochus ne s’enfonce pas dans le malheur par une « grande méchanceté », mais par une ἁμαρτία qui révèle sa vraie nature et son incapacité à évoluer : il incarne donc bien un héros maudit, incapable de se libérer du rôle d’« amant sans espoir » qu’il évoquait avec amertume dès l’ouverture de la pièce. Si le dernier acte comporte pour les deux personnages principaux un happy end relatif, avec une déclaration d’amour qui vient retourner l’action du malheur au bonheur, il s’agit pour Antiochus d’un retournement inverse qui le conduira – à en croire sa dernière réplique – au suicide, ou en tout cas à l’inconfortable sentiment d’avoir encore une fois et définitivement rempli le rôle de l’exclu, celui du confident méprisé et facilitant, malgré lui, les amours des autres contre son propre intérêt. Si les spectateurs versent donc des larmes et éprouvent des sentiments tragiques – au sens aristotélicien du terme – dans la pièce racinienne, ce n’est donc pas grâce à Titus et Bérénice, mais uniquement grâce à Antiochus, responsable du retournement décisif et accompagnant celui-ci de la reconnaissance de sa véritable identité, qu’il avait pourtant tenté de fuir, à la manière d’Œdipe. Si l’abbé de Villars a pu qualifier le texte de « tissu galant de Madrigaux et d’Élégies », ce n’est qu’en ignorant la figure pourtant cruciale et profondément tragique du roi de Comagène.

  • 68 K. Wheatley, Racine and English Classicism, op. cit., p. 34.
  • 69 H. Levillain, « La Bérénice infidèle de Thomas Otway », art. cit., p. 163.
  • 70 « If then, what e’r I utter, you dare hear, / Receive the fatal Secret in your Ear. / But arm your (...)
  • 71 « A braver Rival I’d not wish to find, / Than him that dares be just and tell his mind. / So far’s (...)
  • 72 « O stay, since of the Victory you are secure, / Pitty the pains and anguish I endure ; / In wounds (...)
  • 73 « Arsaces, Berenice in tears ! » Ibid. (III, 1 ; v. 26).
  • 74 « Antiochus ! Phoenice, let’s away, / To let him see my torments I’le not stay. » Ibid. (III, 1 ; v (...)
  • 75 K. Wheatley, Racine and English Classicism, op. cit., p. 29.
  • 76 « Now whither’s all my resolution gone ? / Arsaces, who could see’t and be his own ? / I said I’d n (...)
  • 77 « Nous devons toutefois prendre garde que ce consentement ne vienne pas par un simple changement de (...)

12Visiblement, Thomas Otway commet la même erreur au moment d’écrire son adaptation britannique. Les commentateurs ont généralement préféré se concentrer sur les transformations subies par les deux personnages principaux et ont ainsi ignoré la profonde réécriture dont le troisième homme de la tragédie fait l’objet. Ils se sont contentés de souligner qu’Otway lui a ôté, d’une certaine façon, ce qui en faisait une figure atypique chez Racine afin de le transformer encore davantage en un personnage « précieux », digne d’un roman courtois68, et de lui faire jouer le rôle médiocre du tiers jaloux, en anticipant la révélation de son amour si tardive chez Racine69. Il est vrai qu’une nouveauté frappante concerne justement le silence manqué de l’Antiochus britannique qui, dès sa première rencontre avec Titus, devant la demande d’aller visiter Bérénice, choisit de confesser son amour au rival70, alors que chez Racine il attendait pour cela les derniers vers de la pièce. Le paradoxe est qu’ainsi faisant le dramaturge pose les bases pour un entrelacement, entre les trois personnages, encore plus fort que dans la source, ce qui aurait pu logiquement déboucher sur un jeu de jalousies et de rivalités amoureuses entre les deux hommes ; il n’en est pourtant rien, puisque Titus, de façon magnanime et peut-être cynique, accueille la confession de son ami sans se révolter, presque heureux d’une telle confidence71. Le reste de la pièce suit, sur ce point, le récit racinien sans prévoir aucune nouveauté de taille à part une deuxième déclaration d’amour au troisième acte de la part d’Antiochus aux pieds de Bérénice72, ce qui contribue encore davantage à transformer le roi de Comagène en banal amant repoussé, tout aussi incapable de résister à la passion que les deux autres. Bien qu’elles aient attiré toute l’attention des critiques, ni la confession anticipée à Titus ni la duplication de sa déclaration d’amour à Bérénice ne constituent pourtant les innovations principales opérées par Otway quant à la caractérisation d’Antiochus. La plus grande des nouveautés relève en revanche du choix de porter sur scène une rencontre cruciale et qui se déroule loin du regard des spectateurs dans la source française : le troisième acte s’ouvre en effet sur l’arrivée soudaine d’Antiochus qui surprend Bérénice désespérée et en larmes73, l’obligeant à fuir sa vue74. Si le segment correspondant de la tragédie française – c’est-à-dire le début du quatrième acte – ne contemplait pas la présence sur scène d’Antiochus, il ne s’agit pourtant pas d’une totale invention d’Otway, contrairement à ce qui a pu être souligné75 : cette scène de rencontre – comme remarqué plus haut – existait déjà chez Racine sous la forme du récit qu’en faisait Antiochus dans la neuvième scène du quatrième acte, dans la première édition. Les reprises textuelles évidentes de la part d’Otway montrent bien le lien de filiation76 : le dramaturge britannique, ayant flairé les potentialités dramaturgiques d’une scène comportant une Bérénice en larmes devant Antiochus, a ainsi choisi de la montrer aux spectateurs afin de renforcer le pathos de l’ensemble. Pourtant, ce choix potentiellement judicieux s’accompagne d’une modification structurelle qui finit par vider de sa substance l’intérêt de l’opération : l’entrevue cachée entre Antiochus et Bérénice joue un rôle crucial dans la pièce française car elle se déroule après l’entrevue dramatique dans laquelle l’empereur fait ses adieux une première fois ; il s’agit donc du moment déclencheur qui pousse par la suite le roi de Comagène à se rendre immédiatement chez Titus pour l’inciter à empêcher le suicide de la Reine. Otway, en revanche, situe la scène avant et non pas après l’adieu de Titus, ce qui induit deux conséquences de taille. D’une part, le désespoir de Bérénice est moins justifié et ne tient pas à la nécessité d’un départ qui ne lui a pas encore été communiqué, mais uniquement à la déception et à la rage de n’être toujours pas parvenue à revoir Titus ; il n’est donc aucunement question de suicide ou de décisions irréparables susceptibles de provoquer l’émoi et la préoccupation d’Antiochus. D’autre part, le fait d’anticiper l’entrevue rend celle-ci complètement inutile dans le déroulement de l’action : Otway supprimera toutes les dernières scènes du quatrième acte, et notamment le retour alarmé d’Antiochus pour prévenir Titus du suicide potentiel de la reine. Rien d’étonnant puisque, dans la version anglaise, Titus est bien le dernier et non pas le premier à voir Bérénice en larmes, il n’a donc besoin d’être prévenu par personne, il peut constater par lui-même le désespoir de son amante, et choisira d’ailleurs seul, sur un coup de tête, d’abord de l’éviter en la fuyant, puis de revenir à ses pieds, juste après, sans autre raison que l’instabilité passionnelle qui le traverse. Antiochus ne joue donc plus aucun rôle dans le retournement décisif de la pièce, laissé à l’initiative du seul Titus, ce qui aurait d’ailleurs déplu à Aristote : si le dénouement doit être tiré du fond même de la tragédie, l’option choisie par Racine répond en effet bien mieux à l’enseignement du Stagirite, car le retournement est la conséquence d’un effet de causalité certaine, Titus changeant d’avis sur la pression externe d’un événement – le désespoir suicidaire de Bérénice – qui lui est rappelé par un autre personnage. Chez Otway, en revanche, après l’entrevue orageuse avec Bérénice, Titus ne semble à aucun moment assailli de remords devant les menaces de suicide, il préfère d’ailleurs renouveler son adieu à travers l’écriture d’une lettre puis, la voyant revenir, choisit de la fuir et de la laisser avec Antiochus, avant de revenir de sa propre initiative sans aucune justification. On voit bien que le dramaturge anglais a préféré accentuer le pouvoir déstabilisateur de la passion, ce qui le conduit pourtant à confier la cause du retournement à un simple changement d’avis, bien loin des préceptes aristotéliciens ou cornéliens77.

13La différence essentielle entre la pièce française et la réécriture anglaise tient donc à la quasi-suppression du rôle central d’Antiochus, qui était pour Racine le héros à l’origine des effets tragiques, capable d’émouvoir le spectateur par sa trajectoire malheureuse et involontaire, et qui devient chez Otway un simple intrus dans une tragédie sur l’effet dévastateur de la passion amoureuse. Il convient même d’inverser le raisonnement : si Otway a été contraint d’accentuer la puissance irrépressible et déstabilisatrice de Vénus, c’est parce qu’il jugeait, à juste titre, trop peu pathétique et trop peu tragique la trajectoire en happy end imposée par Racine à l’adieu entre Titus et Bérénice : ce qui lui a échappé – comme à Villars d’ailleurs et à tant de lecteurs après lui –, c’est que Racine n’avait pas pour autant « raté » sa pièce, ni prévu une tragédie atypique, remplaçant les effets habituels de crainte et de pitié par celui novateur de la tristesse ; il avait tout simplement choisi de faire reposer la tragédie sur un troisième personnage plutôt que sur le couple des protagonistes. Sans Antiochus, l’histoire de Titus et Bérénice n’aurait été qu’un « tissu galant de Madrigaux et d’Élégies », ou au mieux – comme le prouve la réécriture de Thomas Otway – un drame passionnel aux allures de farce comique.

Haut de page

Notes

1 La prophétie semble s’être réalisée, à en croire Patrick Swinden (« Translating Racine », Comparative Literature, 49, 3, 1997, p. 210) et avant lui Katherine Wheathley (Racine and English Classicism, Austin, University of Texas Press, 1956).

2 George Steiner, The Death of Tragedy, New York, Open Road Integrated Media Inc., 1980, p. 55.

3 Pour une liste détaillée des reprises anglaises, voir entre autres Louis Charlanne, L’Influence française en Angleterre au XVIIe siècle, Paris, Société Française d’imprimerie et de librairie, 1906, p. 348-386. Pour plus de détails sur les reprises raciniennes, voir F. Y. Eccles, Racine in England, Oxford, Clarendon Press, 1922, p. 1-30.

4 Cet intérêt fut peut-être encouragé par l’aristocratie francophone entourant le roi Charles II Stuart. Sur le sujet, voir Henriette Levillain, « La Bérénice infidèle de Thomas Otway », Revue de Littérature Comparée, 73, 2, 1999, p. 154-155.

5 Les citations issues de la pièce anglaise, tout au long de l’étude, sont tirées de l’édition complète des œuvres de Thomas Otway, The Works of Thomas Otway, plays, poems and love letters, éd. J. C. Ghosh, Oxford, Oxford University Press, 1932 ; celles de Bérénice de Racine sont tirées de l’édition de référence, Jean Racine, Œuvres complètes, éd. Georges Forestier, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », t. 1, 1999.

6 Sur la qualité de la traduction d’Otway, voir notamment Montague Summers, « Introduction » in The Complete Works of Thomas Otway, vol. I, Bloomsbury, The Nonesuch Press, 1926, p. LIX ; sur la supériorité d’Otway, en particulier dans la caractérisation de Bérénice, voir D. F. Canfield, Corneille and Racine in England, New York, 1904, p. 97.

7 Sur la nature paradoxale d’une adaptation qui reprend l’original mot à mot tout en parvenant à rendre chaque vers complètement anglais, voir en particulier ibid., p. 93-94. À ses yeux, il ne subsiste aucun doute sur le fait qu’il s’agit de la tentative la plus réussie de transposer Racine en Angleterre (« the most satisfactory attempt at transplanting French tragedy to the English stage », p. 101).

8 L. Charlanne, L’Influence française en Angleterre au XVIIe siècle, op. cit., p. 376 ; F. Y. Eccles (Racine in England, op. cit., p. 5) insiste également sur le fait qu’il s’agit d’une traduction par moments très fidèle.

9 Comme le rappelle André Lefèvre (« Racine en Angleterre au XVIIe siècle, Titus and Berenice de Th. Otway », Revue de Littérature comparée, 34, 1960, p. 251), Otway supprime 561 vers de Racine et en ajoute 165.

10 K. Wheathley, Racine and English Classicism, op. cit., p. 56.

11 A. Lefèvre, « Racine en Angleterre au XVIIe siècle », art. cit., p. 252.

12 H. Levillain, « La Bérénice infidèle de Thomas Otway », art. cit., p. 157.

13 K. Wheatley, Racine and English Classicism, op. cit., p. 30.

14 H. Levillain, « La Bérénice infidèle de Thomas Otway », art. cit., p. 158-159.

15 « De la Reine, Paulin, flattez l’inquiétude. / Je vais la voir. Je veux un peu de solitude. / Que l’on me laisse. » J. Racine, Bérénice, éd. cit. (IV, 3, v. 983-985).

16 « Ne tardons plus. Faisons ce que l’honneur exige. / Rompons le seul lien... ». Ibid. (IV, 4, v. 1039-1040).

17 « Antiochus, assist me what to do. / I’m not prepar’d, for the sad Interview. / I have not yet consulted well my heart, / And doubt it is not strong enough to part. » Th. Otway, Titus and Berenice, éd. cit., (III, 1 ; v. 51-54).

18 « Voici le temps enfin qu’il faut que je m’explique. » J. Racine, Bérénice, éd. cit. (II, 2 ; v. 343).

19 « De la Reine et de moi que dit la voix publique ? / Parlez. Qu’entendez-vous ? » Ibid. (II, 2 ; v. 344-45).

20 « And by the face of my affairs, I find, / ‘Tis time that I resolve and fix my mind. » Th. Otway, Titus and Berenice, éd. cit. (I, 2 ; v. 22-23).

21 « My happiness is plac’d in her alone. » Ibid. (I, 2 ; v. 42).

22 « But which way from my heart shall I remove, / So long establisht and deep rooted love ? » Ibid. (I, 2 ; v. 58-59).

23 « To part for ever from her eyes : / Tho I requir’d th’assistance of thy zeal, / To crush a passion that’s so hard to quell. / My heart had of it’s doom resolv’d before, / Yet Berenice does still dispute the war. » Ibid. (I, 2 ; v. 73-77).

24 « Pour jamais je vais m’en séparer. / Mon cœur en ce moment ne vient pas de se rendre. / Si je t’ai fait parler, si j’ai voulu t’entendre, / Je voulais que ton zèle achevât en secret / De confondre un amour qui se tait à regret. / Bérénice a longtemps balancé la victoire. / Et si je penche enfin du côté de ma Gloire, / Crois qu’il m’en a coûté, pour vaincre tant d’amour, / Des combats dont mon cœur saignera plus d’un jour. » J. Racine, Bérénice, éd. cit. (II, 2 ; v. 446-454).

25 « Till Berenice first taught me to be good. / She taught me Vertue […]. » Th. Otway, Titus and Berenice, éd. cit. (I, 2 ; v. 119-120).

26 « Encore un coup, allons, il n’y faut plus penser. / Je connais mon devoir, c’est à moi de le suivre, / Je n’examine point si j’y pourrai survivre. » J. Racine, Bérénice, éd. cit. (II, 2 ; v. 550-552).

27 « The thought of her, but shakes my constancy, / Yet in my heart if doubts already rise, / What will it do when I behold her eyes ? » Th. Otway, Titus and Berenice, éd. cit. (I, 2 ; v. 135-137).

28 Ibid. (III, 1) : après le vers 245, une didascalie précise « Writes on a Tablet ».

29 « Take this, Paulinus : bear it to the Queen, / For should we meet, I must relapse again ; / I’ve bid her here eternally adieu. » Ibid. (III, 1 ; v. 245-247).

30 Ibid. (III, 1) : après le vers 399, puis après le vers 437, des didascalies précisent « Kneels ».

31 Ibid. (III, 1) : après le vers 425, une didascalie précise « Offers to stab himself ».

32 « Best of thy sex ! and dearest, now I see / How poor is Empire when compar’d to thee / Hence, ye perplexing Cares, that clog a brain, / Whilst struck with extasie, I here fall down. / Thus at your feet a happy prostrate laid, / I’m much more blest than if the World I swaid. » Ibid. (III, 1 ; v. 434-439).

33 « Antiochus, He’ll be for ever mine. » Ibid. (I, 1 ; v. 87).

34 « N’est-ce point que de Rome il redoute la haine ? / Il craint peut-être, il craint d’épouser une Reine. » J. Racine, Bérénice, éd. cit. (II, 5 ; v. 639-640).

35 Cf. Th. Otway, Titus and Berenice, éd. cit. (I, 2 ; v. 196-213).

36 « Phénice ne vient point. Ah que cette longueur / D’un présage funeste épouvante mon cœur ! » J. Racine, Bérénice, éd. cit. (IV, 1 ; v. 957-958).

37 « I of my wrong too well am satisfied ; / To see the perjur’d Titus twice I try’d. / Twice for admittance to him begg’d in vain. » Th. Otway, Titus and Berenice, éd. cit. (III, 1 ; v. 1-3).

38 « Oh Heaven ! she’s entring, from her Charms lets fly : / I know my weakness ; if I stay, I dye. » Ibid. (III, 1 ; v. 271-272).

39 « Should I stay here and my wrongs tamely bear / From him that shuns, and flies me every where ? / I have a nobler mind, and you shall see / I can disdain and scorn as much as he. » ; « Rise, rise my Lord. The Emperor’s return’d. / Conduct me hence, let me not more be scorn’d. » Ibid. (III, 1 ; v. 288-291 et 318-319).

40 « Since you have then resolv’d : It shall be so. / And judg by this if y’are belov’d or no. / No longer Torments on my soul shall prey, / Since I to freedom see so brave a way. » Ibid. (III, 1 ; v. 420-23).

41 « This art to torture souls where did you learn ? / Or was it in your nature with you born ? / Oh Berenice ! how you destroy me ! » Ibid. (III, 1 ; v. 353-553).

42 « Would Titus die for Berenices sake ? / I see the blow you cruelly prepare / To wound that breast where I, you say, have share. / To hurt what’s mine would be unjustly done, / No, rather strike this heart, that’s all your own. » Ibid. (III, 1 ; v. 429-33).

43 « Your heart is troubled, and your tears I view. / Ev’n my worst sufferings much o’repaid I see, / [...] / But now I’le bring it to the utmost test, / And with one fucal Act crown all the rest. / [...] / Far from your sight and Rome for ever go : / I have resolv’d on’t, and it shall be so. » Ibid. (III, 1 ; v. 443-452).

44 « Je crois depuis cinq ans jusqu’à ce dernier jour / Vous avoir assuré d’un véritable amour. / Ce n’est pas tout, je veux en ce moment funeste / Par un dernier effort couronner tout le reste. / Je vivrai, je suivrai vos ordres absolus. / Adieu, Seigneur, régnez, je ne vous verrai plus. » J. Racine, Bérénice, éd. cit. (V, 7 ; v. 1501-1506).

45 Pour un avis similaire sur l’importance de cette nouveauté par rapport à la source racinienne, voir D. F. Canfield, Corneille and Racine in England, op. cit., p. 99.

46 Sur l’idée que la passion amoureuse avilit et abaisse les personnages chez Otway alors qu’elle les élevait chez Racine, voir Jessica Munns, « Thomas Otway’s Titus and Berenice and Racine’s Berenice », Restoration : Studies in English Literary Culture, 1660-1700, 7, 2, 1983, p. 58-67. Cette idée d’une distinction nette entre Racine et Otway a en revanche été contestée par Irène Simon qui souligne que la passion bouscule au moins partiellement les personnages et leur décision initiale également dans la pièce française (« Thomas Otway’s Titus and Berenice and Racine’s Bérénice : A Footnote », Restoration : Studies in English Literary Culture, 1660-1700, 8, 2, 1984, p. 62-63).

47 « She’s gone, and all I valu’d lost : / Now Friend, let Rome of her great Emp’ror boast. / Since they themselves first taught me cruelty, / I’le try how much a Tyrant I can be. / Henceforth all thoughts of pitty I’le disown, / And with my arms the Universe ore-run ; / Rob’d of my Love, through ruins purchase fame, / And make the world’s as wretched as I am. » Th. Otway, Titus and Berenice, éd. cit. (III, 1 ; v. 472-79).

48 Katherine Wheatley est du même avis : voir Racine and English Classicism, op. cit., p. 131.

49 « Et quelle vraisemblance y a-t-il qu’il arrive en un jour une multitude de choses qui pourraient à peine arriver en plusieurs semaines ? Il y en a qui pensent que cette simplicité est une marque de peu d’invention. Ils ne songent pas qu’au contraire toute l’invention consiste à faire quelque chose de rien, et que tout ce grand nombre d’Incidents a toujours été le refuge des Poètes qui ne sentaient pas dans leur Génie assez d’abondance, ni assez de force, pour attacher durant cinq Actes leurs Spectateurs, par une action simple, soutenue de la violence des passions, de la beauté des sentiments, et de l’élégance de l’expression. » J. Racine, Bérénice, éd. cit., « Préface », p. 451.

50 Sur la nature profondément aristotélicienne de la dramaturgie racinienne, au moins à ses débuts, voir notamment Tristan Alonge, Racine et Euripide. La Révolution trahie, Genève, Droz, 2017.

51 Georges Forestier, par exemple, considère que Bérénice établit un principe esthétique nouveau, opposé au principe cornélien de la situation bloquée : « une action enchaînée de façon continue jusqu’à son dénouement » (voir la notice de Bérénice dans J. Racine, Bérénice, éd. cit., p. 1444-1445). Pour Lucien Goldmann, Bérénice est une tragédie « sans péripétie ni reconnaissance » (Le Dieu caché, Paris, Gallimard, 1959, p. 372). Jacques Scherer voit dans Bérénice un modèle extrême de simplicité dans lequel l’auteur ne recherche même pas la péripétie (La Dramaturgie classique en France, Paris, Nizet, 1986, p. 88).

52 Ce détail ne figure dans aucune des sources auxquelles avait accès Racine.

53 Cf. J. Racine, Bérénice, éd. cit. (V, 5 ; v. 1371-1373) : « Quoi ? ce départ n’est donc qu’un cruel stratagème ? / Vous cherchez à mourir ? Et de tout ce que j’aime / Il ne restera plus qu’un triste souvenir ? ». Titus vient en effet de lire la lettre qu’il a arrachée des mains de Bérénice, comme le précise l’une des rares notes de Racine lui-même (p. 504 : « Il lit une Lettre »). Notons que lors de la première représentation, il lisait le contenu de la lettre à haute voix, à en croire le témoignage de l’abbé de Villars. Cf. Villars, La Critique de Bérénice, dans J. Racine, Œuvres complètes, éd. cit., p. 513 : « Cependant l’amoureux Titus estime sa vertu, et se laisse tellement aveugler par l’amour qu’il a pour cette belle Surannée, que voyant dans le Madrigal Testamentaire qu’elle lui baille à lire, le dessein qu’elle a fait de mourir, il se détermine aussi à se tuer ».

54 Pour une démonstration détaillée de la nature aristotélicienne de la pièce, voir Tristan Alonge, « Britannicus et Bérénice, tragédies aristotéliciennes ? », dans Essays on Racine’s Britannicus and Bérénice, éd. N. Hammond et P. Hammond, Leyde, Brill, en cours de publication.

55 « Oui, Madame. Et je dois moins encore vous dire / Que je suis prêt pour vous d’abandonner l’Empire, / De vous suivre, et d’aller trop content de mes fers / Soupirer avec vous au bout de l’Univers. / Vous-même rougiriez de ma lâche conduite. / Vous verriez à regret marcher à votre suite / Un indigne Empereur, sans Empire, sans Cour, / Vil spectacle aux humains des faiblesses d’amour. » J. Racine, Bérénice, éd. cit. (V, 6 ; v. 1411-1418).

56 « Pour sortir des tourments, dont mon âme est la proie, / Il est, vous le savez, une plus noble voie ; / [...] / Si vos pleurs plus longtemps viennent frapper ma vue, / Si toujours à mourir je vous vois résolue, / S’il faut qu’à tout moment je tremble pour vos jours, / Si vous ne me jurez d’en respecter le cours ; / Madame, à d’autres pleurs vous devez vous attendre. » Ibid. (V, 6 ; v. 1419-1420 et 1427-1431).

57 « Sur le courroux des Grecs, je m’en repose encor, / Leur haine va donner un Père au Fils d’Hector. / Je vais donc, puisqu’il faut que je me sacrifie, / Assurer à Pyrrhus le reste de ma vie. / Je vais en recevant sa foi sur les Autels, / L’engager à mon Fils par des nœuds immortels. / Mais aussitôt ma main, à moi seule funeste, / D’une infidèle vie abrégera le reste, / Et sauvant ma vertu, rendra ce que je dois, / À Pyrrhus, à mon Fils, à mon Époux, à moi. / Voilà de mon amour l’innocent stratagème ; / Voilà ce qu’un Époux m’a commandé lui-même. » J. Racine, Andromaque, éd. cit. (IV, 1 ; v. 1091-1102).

58 « J’aimais, Seigneur, j’aimais, je voulais être aimée. / Ce jour, je l’avouerai, je me suis alarmée. / J’ai cru que votre amour allait finir son cours. / Je connais mon erreur, et vous m’aimez toujours. » J. Racine, Bérénice, éd. cit. (V, 7 ; v. 1491-1494).

59 Pour une démonstration détaillée, voir Tristan Alonge, « Amatus amatam dimisit. Déclaration d’amour et tragédie cachée dans Bérénice de Racine », Revue d’Histoire Littéraire de la France, 119, 1, 2019, p. 55-80.

60 Villars, La Critique de Bérénice, éd. cit., p. 516.

61 Ibid., p. 512.

62 « Pour être réussie, il faut donc que l’histoire soit simple, plutôt que double comme le veulent certains ; que le passage se fasse non du malheur au bonheur, mais au contraire du bonheur au malheur. » ; « Aussi commet-on la même faute en reprochant à Euripide de faire cela dans ses tragédies et de donner à la plupart d’entre elles une fin malheureuse – car, nous l’avons dit, cette façon de faire est la bonne. Une preuve décisive d’ailleurs est qu’à la scène et dans les concours ce sont les œuvres de ce genre qui, lorsqu’elles réussissent, se révèlent les plus tragiques, et qu’Euripide, s’il laisse à désirer pour l’organisation d’ensemble de l’œuvre, se révèle néanmoins le plus tragique des poètes. » Aristote, La Poétique, Paris, Seuil, 1980, p. 76-79 (ch. 13, 53a12-15) et 78-79 (ch. 13, 53a23-30). Aristote semble se contredire au chapitre 14 (54a4-9) en présentant Iphigénie en Tauride comme la meilleure combinaison ; en réalité, dans cette section, le Stagirite ne s’intéresse plus à la nature heureuse ou malheureuse du dénouement pour se focaliser sur les modalités d’accomplissement de l’action ; Iphigénie y est présentée comme un modèle sans doute parce que la reconnaissance et la péripétie y sont profondément liées : la sœur reconnaît le frère et pour cette raison retourne l’action en son contraire.

63 « La combinaison dans laquelle, se disposant à agir en pleine connaissance, on ne va pas jusqu’à l’acte, est la plus mauvaise, car elle soulève la répulsion sans produire le tragique – faute d’effet violent. » Ibid., p. 82-83 (ch. 14, 53b37-39).

64 « Pour la dernière fois je me suis consulté. / J’ai fait de mon courage une épreuve dernière, / Je viens de rappeler ma raison toute entière. / Jamais je ne me suis senti plus amoureux. / Il faut d’autres efforts pour rompre tant de nœuds. / Ce n’est qu’en expirant que je puis les détruire. / J’y cours. Voilà de quoi j’ai voulu vous instruire. » J. Racine, Bérénice, éd. cit. (V, 7 ; v. 1466-1472).

65 Cf. Aristote, La Poétique, éd. cit., p. 76-79 (ch. 13, 53a7-17).

66 La faute de Bérénice – avoir cessé de croire à l’amour de Titus – ne provoque évidemment pas les retrouvailles du cinquième acte, pas plus que celle de Titus – avoir cru pouvoir se passer de son amour.

67 « Je vais dans mon Palais attendre ton retour. / Va voir si la douleur ne l’a point trop saisie. / Cours. Et partons du moins assurés de sa vie. » Ibid. (III, 4 ; v. 950-952).

68 K. Wheatley, Racine and English Classicism, op. cit., p. 34.

69 H. Levillain, « La Bérénice infidèle de Thomas Otway », art. cit., p. 163.

70 « If then, what e’r I utter, you dare hear, / Receive the fatal Secret in your Ear. / But arm your heart with Temper ; well ‘tis this : / [...] / I love the charming Berenice. » Th. Otway, Titus and Berenice, éd. cit. (II, 1 ; v. 45-48).

71 « A braver Rival I’d not wish to find, / Than him that dares be just and tell his mind. / So far’s Resentment from my heart remov’d, / That Berenice is by my friend belov’d, / That I, Antiochus, the thing extol, / For she was made to be ador’d by all : / And happy he that shall possess her. » Ibid. (II, 1 ; v. 53-59).

72 « O stay, since of the Victory you are secure, / Pitty the pains and anguish I endure ; / In wounds which you and none but you can cure. / Look back, whilst at your feet my self I cast, / And think the sigh that’s coming is my last. / My heart it’s sad eternal farewell takes : / Be but so kind to see me when it breaks. » Ibid. (III, 1 ; v. 311-317).

73 « Arsaces, Berenice in tears ! » Ibid. (III, 1 ; v. 26).

74 « Antiochus ! Phoenice, let’s away, / To let him see my torments I’le not stay. » Ibid. (III, 1 ; v. 27-28).

75 K. Wheatley, Racine and English Classicism, op. cit., p. 29.

76 « Now whither’s all my resolution gone ? / Arsaces, who could see’t and be his own ? / I said I’d never see her face again : / But come and find my boastings all were vain ; / Seeing her sufferings, all her scorn forget, / And lose at once my vengeance and my hate. / Wretched Antiochus ! with how much care / And labours, my own mischiefs I prepare ! / How poorly all my injuries have born ! / Hopeless, undone and to my self a scorn, / Leave me alone unhappy as I am : / I would not have a witness of my shame. » Th. Otway, Titus and Berenice, éd. cit. (III, 1 ; v.  29-40). Ce passage prouve par ailleurs qu’Otway ne s’est pas servi de la deuxième édition de la pièce qui venait de paraître en 1675-1676, mais bien de la première édition, celle de 1671, dans laquelle figurait encore la neuvième scène du quatrième acte, qu’il traduit presque mot à mot.

77 « Nous devons toutefois prendre garde que ce consentement ne vienne pas par un simple changement de volonté, mais par un événement qui en fournisse l’occasion. » Pierre Corneille, Discours de l’utilité et des parties du poème dramatique, dans Œuvres complètes, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », t. 3, 1987, p. 126.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tristan Alonge, « La Bérénice anglaise de Thomas Otway, ou Racine sans Aristote »Études Épistémè [En ligne], 40 | 2021, mis en ligne le 20 octobre 2021, consulté le 05 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/episteme/13229 ; DOI : https://doi.org/10.4000/episteme.13229

Haut de page

Auteur

Tristan Alonge

D’origine franco-italienne, ancien élève de l’École Normale de Pise, Tristan Alonge est diplômé en lettres classiques de l’Université de Pise, et en affaires publiques de Sciences Po Paris. Après une thèse de doctorat à l’Université Paris-Sorbonne, sur la tragédie grecque et la tragédie française aux XVIe et XVIIe siècles sous la direction de Georges Forestier, il a été chercheur FNS auprès de l’Université de Lausanne dans le cadre du projet « Naissance de la critique dramatique ». Il est actuellement maître de conférences en littérature française à l’Université de la Réunion et, depuis septembre 2020, en délégation CNRS auprès de la Maison Française d’Oxford. Spécialiste de Jean Racine, il a publié en 2017 chez Droz un premier ouvrage intitulé Racine et Euripide. La Révolution trahie, et a dirigé un numéro de la revue Europe consacré au dramaturge (2020). Il vient de terminer un deuxième ouvrage intitulé Les Origines grecques de la tragédie française : une occasion manquée, en cours de publication chez Hermann.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search