Navigation – Plan du site

AccueilNuméros40L’ombre de Port-RoyalBérénice, l’amour en fuite

L’ombre de Port-Royal

Bérénice, l’amour en fuite

Bérénice, Fleeting Love
Tony Gheeraert

Résumés

Bérénice a parfois été considérée comme la plus cornélienne des pièces de Racine : les tenants de cette interprétation estiment que Titus et Bérénice acceptent de renoncer à leur passion au nom de valeurs jugées supérieures à l’amour. Une telle lecture débarrasse Bérénice, pièce non sanglante, de son tragique. Nous proposons ici une autre hypothèse : la séparation finale apparaît selon nous comme le couronnement funèbre d’une passion amoureuse courtoise qui ne trouve à se réaliser pleinement que dans sa propre négation. C’est la logique interne de son amour qui, après avoir mis Titus sur le chemin de la vertu, le contraint, au nom de cette même vertu, à chasser la reine dont il reste réellement plus épris « qu’il ne le fût jamais ». L’amour racinien, même et surtout dans Bérénice, est une impasse. L’absurdité des lois auxquelles Titus se trouve contraint de se soumettre renforce le tragique de cette pièce : l’empereur chasse Bérénice au nom d’une haine des rois à laquelle les Romains sont certes viscéralement attachés, mais qui a perdu toute signification depuis que Rome a cessé de fait d’être une République pour devenir cette monarchie déguisée qu’on appelle l’Empire. Par la peinture qu’il fait de l’amour, comme par l’image qu’il donne d’une Rome hypocrite, Racine se montre fidèle à l’esprit de Port-Royal et à l’augustinisme, tout en réussissant le tour de force de séduire le public mondain avide de galanterie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Si beaucoup soulignent le conflit de Titus écartelé entre amour et devoir, d’autres spécialistes ca (...)
  • 2 Georges Forestier, « Dramaturgie racinienne (petit essai de génétique théâtrale) », Littératures cl (...)
  • 3 « Pour jamais, je vais m’en séparer. / Mon cœur en ce moment ne vient pas de se rendre / […] Vingt (...)
  • 4 Rodogune. Princesse des Parthes, 1644, « Avertissement ».
  • 5 « Préface » de Britannicus, in Jean Racine, Théâtre-poésie, éd. Georges Forestier, Paris, Gallimard (...)
  • 6 Jean Rousset, « Polyeucte ou la boucle et la vrille », dans Forme et signification. Essais sur les (...)

1« Je l’aime, je le fuis » (V, 7, v. 1512) : pourquoi Bérénice décide-t-elle de fuir au dénouement ? La question est souvent posée en d’autres termes, du point de vue de Titus : fidélité à la loi de Rome, souci de sa gloire, ou tout simplement désamour, les hypothèses furent nombreuses pour expliquer sa décision de renvoyer la reine1. Mais la pièce s’intitule bien Bérénice, et non pas, comme la tragédie rivale de Pierre Corneille, Tite et Bérénice. Georges Forestier nous a appris l’importance revêtue par les titres des tragédies, qui renvoient au vrai « sujet » de la pièce2 : ici, il s’agit bien du départ de Bérénice, et non de la métamorphose de Titus en empereur. L’enjeu, ce n’est pas tant la décision du nouveau souverain de Rome, prise dès avant l’ouverture du rideau3, mais bien plutôt l’acceptation de cette décision par la reine. Bérénice est-elle chassée, résignée, indifférente ? Le départ au dénouement de cette amoureuse en fuite constitue la question centrale qui détermine tout le reste de la pièce, comme naguère, dans Cinna, la clémence d’Auguste. Or, plus encore que le pardon de ce dernier, la fuite de Bérénice apparaît comme un mystère. Racine ne joue pas ici le jeu des « acheminements vraisemblables » théorisés par Corneille4, censés conduire l’action, par étapes, selon un enchaînement logique et à rebours, vers une fin inéluctable. Britannicus était, de ce point de vue, un mécanisme d’horlogerie parfaitement huilé, « s’avançant par degrés vers sa fin »5 : Néron en venait peu à peu, et comme nécessairement, à décider la mort de son rival. Avec Bérénice, Racine se dispense de cette mécanique. Rien ne semble devoir préparer le revirement final, tout paraît au contraire mener à la mort des amants désespérés. Au moment où tout semble consommé, où le double suicide devient inévitable, Bérénice, en une exclamation aussi soudaine que sublime, décide d’arrêter le cours attendu des événements (« Arrêtez, arrêtez, princes trop généreux », V, 7, v. 1481). Raymond Picard proposait de ce final une lecture cornélienne, comparable à celle que Rousset nous donne du dénouement de Polyeucte6 : éperdue d’admiration pour son amant, Bérénice, nouvelle Pauline, se laisse happer par la spirale héroïque qui l’entraîne et la conduit à la grandeur du renoncement. Picard exalte ainsi l’héroïsme de Titus, qui n’écoute que la voix de son devoir et triomphe de ses passions, plus stoïcien que les Romains de Corneille :

  • 7 Jean Racine, Œuvres, éd. Raymond Picard, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1950, t. (...)

L’accession à la dignité impériale a été une sorte de baptême. [...] Titus, éclairé, va maintenant servir sa gloire, de la même façon que le croyant, touché par la grâce, se dévoue à sa foi. [...] Et Bérénice accomplira, quoique plus rapidement que lui, la même ascèse spirituelle ; la contagion du sacrifice la saisit.7

2Marie-Odile Sweetser, de même, écrit que Titus est

  • 8 « Néron et Titus vus par Racine », in Marie-Odile Sweetser, Historical Figures in French Literature(...)

un empereur qui va plus loin qu’Auguste dans le sacrifice, aussi loin que Polyeucte tout en restant dans la sphère humaine, mais entraînant, lui aussi, la femme aimée dans une conversion librement acceptée qui assure leur union. [...] La dramaturgie de Racine se trouve [ainsi] solidement ancrée dans celle de son temps, très proche de celle de Corneille.8

  • 9 François Nicolas Coëffeteau, Histoire romaine, Paris, G. Loison, 1646, livre VII, p. 175. Coëffetea (...)

3Ces interprétations, certes, s’inscrivent dans la lignée du commentaire que Nicolas Coëffeteau proposait de cet épisode dans son Histoire romaine : « Il [Titus] donna aussi congé à la reine Bérénice, quoiqu’avec un regret égal de part et d’autre, mais l’amour de la gloire fut plus puissant que les attraits de la volupté »9.

Le tombeau de la galanterie

  • 10 Voir Bernard Croquette, « Racine et l’éblouissement cornélien », in Littératures classiques, 26, 19 (...)
  • 11 David Lodge, The Art of Fiction, Londres, Viking, 1992, p. 154.
  • 12 Selon l’expression de l’abbé de Villars, cité dans Jean Racine, Théâtre-poésie, op. cit., p. 514.

4Toutefois, outre les difficultés, déjà identifiées par la critique10, que pose cette lecture héroïsante et cornélienne de la pièce de Racine, cette analyse reste insatisfaisante à bien des égards. Quand bien même Racine aurait laissé ouverte la possibilité d’une métamorphose subite, d’ordre moral ou surnaturel, il est improbable qu’il n’eût pas également ménagé la possibilité d’une interprétation à la fois humaine et vraisemblable de la transformation de Bérénice. La plupart de ses dénouements restent ouverts à l’interprétation ou à la sensibilité du spectateur : Oreste est-il poursuivi par les Érinyes, ou sont-elles le produit de sa folie ? Diane descend-elle sur l’autel à la fin d’Iphigénie, ou s’agit-il d’une hallucination des soldats ? Un dieu presse-t-il réellement les flancs du monstre qui déchiqueta Hippolyte, ainsi que le laisse entendre Théramène ? À chaque fois, le vrai sens nous échappe, brouillé par le récit peu fidèle de ce que David Lodge appelle un narrateur non fiable (unreliable narrator11). Nul récit pour conclure Bérénice, mais Racine ne ménage-t-il pas également la possibilité de deux lectures ? On peut, comme Laurence Plazenet le suggère dans le présent numéro, imaginer que Bérénice, dont on sait qu’elle rencontra saint Paul, découvre la voie du salut, se déprend du monde et de ses erreurs, avant de rejoindre un désert, entre l’Égypte et la Syrie : celui-là même qui accueillera bientôt ces Pères du Désert dont Arnauld d’Andilly nous avait raconté la vie de macération. Racine, selon un procédé qui lui est cher, littéraliserait alors le motif du désert pour le resémantiser : non un simple logis à l’écart du monde, comme celui-où Alceste menace de trouver refuge à la fin du Misanthrope, mais bien ces thébaïdes orientales où naquit le monachisme chrétien. Quelque convaincante que soit cette hypothèse d’une conversion, exclut-elle une interprétation purement rationnelle expliquant la décision de partir prise par Bérénice ? Rien dans le cours de la pièce ne semble avoir pu préparer la péripétie du dénouement, mais la reine a néanmoins pu céder à un argument qui la frappa particulièrement. Comme il est improbable que le discours d’Antiochus ait pu être déterminant, la prise de conscience peut être située au vers 1435 (« Hélas »), après la grande tirade de Titus qui ouvre la sixième scène du cinquième acte. Au sein de cette tirade, la menace de suicide, symétrique de celle contenue dans ce que Villars appelle son « poulet funèbre »12, ne paraît pas décisive : elle constituerait plutôt la motivation d’un dénouement sanglant. Les vers qui précèdent sont d’une autre importance, parce que, pour la première fois depuis le début de la pièce, Titus se libère suffisamment de son amour-propre et cherche à justifier la séparation du point de vue de Bérénice.

Je dois vous épouser encor moins que jamais.
Oui, madame ; et je dois moins encore vous dire
Que je suis prêt pour vous d’abandonner l’empire,
De vous suivre, et d’aller, trop content de mes fers,
Soupirer avec vous au bout de l’univers.
Vous-même rougiriez de ma lâche conduite :
Vous verriez à regret marcher à votre suite
Un indigne empereur sans empire, sans cour,
Vil spectacle aux humains des faiblesses d’amour. (V, 6, v. 1410-1418)

  • 13 « Dans la plupart des cas, l’univers féminin se présente comme une menace pour la réalisation éclat (...)

5Titus rejette ici l’image, pastorale, des aristocrates lassés de l’hypocrisie des cours, et se dépouillant de leurs titres pour vivre paisiblement leur amour en gardant des moutons. Une telle rêverie héritée de L’Astrée lui paraît honteuse (« indigne », « vil »), et avec elle la conception courtoise de l’amour qui la sous-tend. Un empereur-berger ne serait rien d’autre qu’un nouvel Hercule aux pieds d’une seconde Omphale. Au contraire, l’idéal épique, que Titus préfère à l’imaginaire courtois, réduit l’amour à un obstacle sur le chemin du bien. La femme, selon cette conception, est une Armide retenant Renaud ; le point de vue épique traditionnel s’accorde finalement assez bien avec la vision augustinienne de l’amour qui voit dans ce sentiment une « faiblesse », c’est-à-dire un vice dangereux et le chemin de la perdition morale et métaphysique13. Or, Bérénice apparaît dans la pièce comme une magicienne : « on sait qu’elle est charmante » (II, 2, v. 373), on connaît « tous ses charmes », et elle-même se propose d’ensorceler Titus pour lui faire oublier ses tourments : « Rien ne peut-il charmer l’ennui qui vous dévore ? » (II, 4, v. 599). À ce titre, elle représente une menace pour un idéal héroïque que Titus avait pourtant embrassé seulement pour se rendre digne d’elle : tel est le paradoxe proprement tragique. L’amour, dont Titus a d’abord suivi la voie en vrai berger courtois, se métamorphose, au nom des propres principes qui le fondent, en un héroïsme qui le condamne. Les mêmes lois courtoises qui avaient permis à l’empereur de conquérir Bérénice, le mènent nécessairement à la chasser loin de lui :

Bérénice me plut. Que ne fait point un cœur
Pour plaire à ce qu’il aime, et gagner son vainqueur !
Je prodiguai mon sang [...]
J’entrepris le bonheur de mille malheureux [...]
Je lui dois tout, Paulin. Récompense cruelle !
Tout ce que je lui dois va retomber sur elle.
Pour prix de tant de gloire et de tant de vertus,
Je lui dirai : Partez, et ne me voyez plus. (II, 2, v. 509-522)

  • 14 Georges Forestier a bien mis en lumière la ruine du rêve pastoral dans Bérénice : « Cette œuvre est (...)

6L’amour courtois atteint ici son point d’incandescence : « Ce jour surpasse tout. Jamais je le confesse / Vous ne fûtes aimée avec plus de tendresse » (V, 5, v. 1355-1356). Mais cet amour parvenu à son comble ne peut s’accomplir que dans sa propre négation. Ce ne sont pas tant l’Empire, les grands modèles républicains, ou le fantôme de son père qui poussent Titus à chasser son amante ; ou plutôt, ces motivations ne sont rendues déterminantes que par la loi de Bérénice elle-même, ou du moins d’une exigence intérieure, issue d’une certaine image que Titus se fait de la reine envisagée comme moteur d’un dépassement moral14. Autrement dit : c’est Bérénice elle-même qui pousse Titus à ordonner son départ.

La loi de Bérénice

  • 15 On compte quarante-cinq occurrences du mot dans la pièce, mais jamais dans la bouche de Bérénice, q (...)
  • 16 Les critiques ont souvent dépeint la Bérénice de Racine comme une amoureuse, au contraire de celle (...)

Mais si Titus a compris la « contrariété » interne de l’amour galant avant le début de la pièce, Bérénice ne l’avait pas encore envisagée. La logique de son idéal amoureux l’amènera pourtant elle aussi, selon les lois de la nécessité et de la vraisemblance, à accepter à son tour le double sacrifice de leur séparation, et pour des raisons symétriques de celles qui déterminent Titus : sans ce renoncement, leur passion sombrerait dans la compromission, que celle-ci prenne la forme d’un mariage anticonstitutionnel, d’une liaison clandestine ou d’une fuite dans un paradis pastoral, toute solutions indignes de cette « gloire » et de cette « vertu » béréniciennes qui séduisirent Titus (II, 2, v. 521 et v. 544). Bérénice s’est rêvée bergère, et va découvrir qu’elle est reine15, tout autant que Titus découvre qu’il est empereur. Car Bérénice n’est pas simplement une amoureuse16. Certes, elle ne fut jamais ambitieuse (« Elle passe ses jours [...] sans rien prétendre », II, 2, v. 535 ; « La pourpre des Romains, la grandeur des Césars / N’a point [...] attiré [ses] regards », V, 7, v. 1489-1490). Mais s’il est incontestable qu’elle n’a jamais envisagé son amour comme un instrument d’ascension politique, il n’en reste pas moins qu’elle ne saurait aimer qu’en reine. La première fois qu’elle évoque son mariage avec Titus, elle se représente revêtue à la fois des titres de reine et d’épouse impériale : « Il va sur tant d’États couronner Bérénice / Pour joindre à plus de noms celui d’impératrice » (I, 4, v. 175-176). De même, sa question rhétorique à Phénice, lors de son récit de l’apothéose de Vespasien, révèle qu’elle n’imagine pas Titus autrement que comme maître du monde :

Parle : peut-on le voir sans penser, comme moi,
Qu’en quelque obscurité que le sort l’eût fait naître,
Le monde en le voyant eût reconnu son maître ? (I, 5, v. 314-316)

La destinée de Titus, à ses yeux, était nécessairement impériale. Elle se laisse aller parfois à des fantaisies amoureuses qui sont bien des fantasmes de reine, ainsi lorsqu’elle imagine qu’un potentat plus puissant que Titus lui dispute son cœur :

[…] Ah ! plût au ciel que, sans blesser ta gloire,
Un rival plus puissant voulût tenter ma foi,
Et pût mettre à mes pieds plus d’empires que toi ;
Que de sceptres sans nombre il pût payer ma flamme… (II ; 5, v. 656-659)

  • 17 « Notice » de Bérénice, in Jean Racine, Théâtre-poésie, éd. Georges Forestier, op. cit., p. 1460-14 (...)
  • 18 Bernard Croquette, « Racine et l’éblouissement cornélien », art. cit., p. 120.

7Sur la scène de son imaginaire, les deux soupirants qui s’affrontent ne sont pas le prince et le berger, mais deux princes les plus puissants du monde. « Bérénice est reine », et, comme le lui fait entendre son amant, elle ne supporterait pas pour époux un berger transi qui troquerait pour elle la pourpre contre la houlette dans un quelconque Forez : « Vous-même rougiriez de ma lâche conduite » lui déclare Titus. « Dépassement de la tragédie galante » dans le « tragique élégiaque », écrit Georges Forestier17. Disons plus : Bérénice est le tombeau d’un certain modèle précieux de l’amour, hérité du modèle courtois revu par Pétrarque et le néo-platonisme, et tel qu’il triomphait encore, peu d’années auparavant, dans les longs romans de Mlle de Scudéry. Ici, la logique courtoise, poussée à son terme, conduit à son auto-destruction, minée par ses contradictions internes. Bérénice commence par refuser cette surenchère amoureuse capable de détruire sa passion, bien loin de la sauver : « montrez-moi moins d’amour », implore-t-elle (V, 5, v. 1362), mais elle va devoir à son tour se laisser entraîner dans cette spirale catastrophique : elle doit fuir, c’est-à-dire imposer à son amant, pour dernier exploit, de renoncer à elle pour toujours. Bérénice ne se résigne pas à partir : elle contraint au contraire Titus à une séparation nécessaire et tragique, au nom de la noblesse de leur passion : « vous m’aimez toujours » (V, 7, v. 1494). Bérénice découvre in fine sa véritable identité : celle de la Dame et de la Reine, portée à son point de perfection, c’est-à-dire jusqu’à accepter que l’amour cède afin de s’accomplir. Bernard Croquette écrivait justement : « Ce n’est pas quoique, mais parce que Titus l’aime toujours qu’elle accepte de se séparer de lui »18.

  • 19 « Bérénice ne fait qu’attendre la décision de Titus, et, l’ayant apprise, elle est impuissante à la (...)
  • 20 Racine souligne dans la préface que Bérénice n’a pas avec Titus les mêmes « derniers engagements » (...)
  • 21 Luigi de Nardis, « Bérénice ou l’Amors de lonh », Actes du Ier congrès international racinien, Uzès (...)
  • 22 Suétone, Vie de Titus, chapitre X, trad. J.-R.-T. Cabaret-Dupaty, Œuvres de Suétone, Paris, 1893.

8Contrairement à ce qu’a longtemps répété une certaine vulgate scolaire19, Bérénice n’est pas une héroïne passive et attentiste qui se contenterait de subir la décision de l’empereur. Il ne suffit pas à Titus que Bérénice accepte son départ. D’ailleurs, lorsqu’il est acquis (acte V, scène 5), l’empereur refuse d’y « consentir » (« Vous ne sortirez point : je n’y puis consentir », v. 1370). Cette retraite forcée ne lui suffit pas : il lui faut amener la reine à admettre que c’est au nom même de leur amour, et du rôle de Dame courtoise qu’elle a jouée dans l’évolution de cette passion, qu’elle doit non pas simplement partir, mais bien fuir. Il faut que Bérénice veuille sa fuite d’une volonté aussi absolue que Titus exige son départ. Titus a besoin non que Bérénice « consente » à la séparation, mais qu’elle soit son initiative délibérée, et qu’elle lui impose ainsi, à lui Titus, l’ultime exploit héroïque qui, au lieu de lui gagner ses dernières faveurs20, provoquera au contraire sa perte définitive. Si la tragédie ne s’achève pas dans le sang, c’est que la mort ne suffirait pas à consommer le tragique aussi parfaitement que cette fuite délibérée, au nom de la perfection de l’amour, et qui condamne pourtant cet amour. Que deviendra en effet leur passion, après que Titus sera relégué en exil dans sa cour (« Gémissant dans ma cour, et plus exilé qu’elle », III, 1, v. 752) et Bérénice dans son désert ? Titus certes « aime toujours » Bérénice, mais qu’en sera-t-il « dans un mois, dans un an » ? Peut-on s’aimer de loin, chez Racine, comme autrefois chez Jauffré Rudel, ainsi que le suggérait Luigi de Nardis21 ? Si la pièce ne nous dit rien de la suite du règne, la Vie de Titus par Suétone nous enseigne qu’il fut bref, et nous révèle un secret qui pourrait bien éclairer l’action de Bérénice. Le texte de l’historien latin, en effet, s’achève sur un mystère, un reproche caché que l’empereur emporte dans sa tombe. Suétone nous relate en effet, lorsqu’il décrit la mort précoce de celui qu’on appelait « les délices du genre humain », que celui-ci « se plaignit beaucoup que la vie lui fût injustement enlevée, ajoutant qu’il n’avait qu’une seule action à se reprocher. Il ne dit point quelle était cette action... »22. Or, la pièce nous montre un Titus déchiré par une passion (« Que vous me déchirez ! », IV, 5, v. 1153) qui ne pourra s’éteindre (« Que je puisse jamais oublier Bérénice ! », V, 5, v. 1348). La pièce est construite pour expliquer les raisons de cette fin énigmatique : Racine s’appuie sur Suétone pour suggérer que Titus mourra bientôt d’amour. Quoi qu’il en puisse être, la vie assez courte de l’empereur, rendue après avoir donné quelques exemples de vertu inimitable, préfigure celle d’une autre amoureuse célèbre du Grand Siècle. « L’amour est une chose incommode » disait Madame de Lafayette en un bel euphémisme : il est, comme toujours chez Racine, fatal. Toujours l’amour la plus tendre est la plus malheureuse : il n’occasionne jamais que la déception et le malheur, quelque pures que soient les intentions des amants, aveuglés sur leurs propres passions. De la suite de la vie de Bérénice, on ne sait rien, mais on peut interpréter diversement ce départ au désert. Y trouva-t-elle la paix ? Quels exemples laissa-t-elle à l’univers ? Les historiens sont silencieux sur le devenir de la reine Bérénice après 79, désormais souveraine de cette Syrie (I, 4, v. 172) qui servira de refuge, quelques décennies plus tard, aux ermites chrétiens. Retraite dans la solitude, aussi ambiguë et difficile à interpréter que celle de Mme de Clèves.

« Une loi qui ne se peut changer » (II, 2, v. 377)

9Si la pièce ne saurait être considérée comme cornélienne, c’est que, on l’a vu, il y a certes un dépassement de la galanterie dans Bérénice, mais celui-ci ne conduit pas à de nouvelles valeurs plus hautes : il ne mène qu’au vide et l’absurdité du malheur absolu. S’il y a spirale héroïque, ici, elle conduit au gouffre et au néant. L’ultime sacrifice est profondément vain, sans commune mesure avec la clémence d’Auguste ou la conversion de Pauline ; la prouesse dernière de Titus est inutile, car les lois auxquelles il obéit sont vides de sens. Si l’empereur ne peut pas épouser Bérénice, ce n’est pas au nom de principes nécessaires et utiles au salut de Rome ; c’est, seulement, comme l’explique Paulin, en vertu d’un vestige de la République devenu obsolète, mais auquel les Romains restent obstinément et hypocritement accrochés :

D’ailleurs, vous le savez, en bannissant ses rois,
Rome à ce nom, si noble et si saint autrefois,
Attacha pour jamais une haine puissante ;
Et quoique à ses Césars fidèle, obéissante,
Cette haine, seigneur, reste de sa fierté,
Survit dans tous les cœurs après la liberté. (II, 2 v. 381-386)

  • 23 D’après la formule de Claude Nicolet. Voir aussi Liza Méry, « Auguste », in Les Barbares, sous la d (...)
  • 24 La Cité de Dieu, livre V, chapitre 13. trad. Émile Saisset, in Œuvres complètes de saint Augustin, (...)

10La Rome impériale, depuis la restauration augustéenne, conserve les apparences d’une République, avec son « peuple », son « Sénat », ses « consuls » et ses magistrats (I, 5, v. 304-305), mais elle est en réalité devenue une monarchie maquillée. L’interdiction d’épouser une reine, de fait, n’a plus de sens, puisque ce principe ne devait servir qu’à éviter toute dérive monarchique de la République ; or, depuis cette célèbre séance du Sénat le 16 janvier 27 où Octave, à la fin des guerres civiles, reçut le titre d’Auguste, Rome avait de fait basculé dans la royauté : les Romains sont désormais « fidèles » et « obéissants » à leurs Césars, comme ils le seraient à un roi, nous dit Paulin. Cette nature particulière du Haut-Empire est parfaitement analysée dans les Annales de Tacite : l’historien dénonce dans le principat « une monarchie qui ne dit pas son nom »23. Le mariage de Titus révélerait une évidence que chacun veut se dissimuler, mettant à nu l’hypocrisie sur laquelle est bâti le régime fondé par Auguste, mais ne changerait rien au fait que l’empereur possède tous les pouvoirs d’un monarque absolu et littéralement tout-puissant : « vous pouvez tout », déclare Paulin à Titus (II, 2, v. 349). C’est donc face à une législation purement formelle, coquille vide et creuse dépourvue de sens, que Titus capitule, et non pour maintenir des lois qui auraient quelque validité et qui contribueraient au bien de la ville. Racine est ici à la fois l’héritier de Tacite, et de l’image noire qu’il véhicule de Rome ; d’Augustin, si méfiant à l’égard des vertus romaines dans lesquelles il voyait des vices déguisés (« Car, il ne faut pas se le dissimuler, l’amour de la gloire est un vice »24) ; et de Pascal qui enseignait la relativité, l’insuffisance et l’arbitraire de toute les lois humaines, produits injustes issus de la coutume et de l’imagination. La prohibition du mariage des reines est de ces lois aberrantes dont l’auteur des Pensées décrit la folie :

  • 25 Blaise Pascal, Pensées, éd. Philippe Sellier, Paris, Classiques Garnier, 1992, fr. 94.

La coutume fait toute l’équité, par cette seule raison qu’elle est reçue. C’est le fondement mystique de son autorité, qui la ramènera à son principe l’anéantit. Rien n’est si fautif que ces lois qui redressent les fautes. Qui leur obéit parce qu’elles sont justes, obéit à la justice qu’il imagine, mais non pas à l’essence de la loi, elle est toute ramassée en soi. Elle est loi et rien davantage. Qui voudra en examiner le motif le trouvera si faible et si léger que s’il n’est accoutumé à contempler les prodiges de l’imagination humaine, il admirera qu’un siècle lui ait tant acquis de pompe et de révérence.25

  • 26 La Cité de Dieu, op. cit., livre V, chapitre 21.
  • 27 Ibid., chapitre 13.
  • 28 Histoire romaine, op. cit., p. 178.

11« Motif faible et léger », équité imaginaire, et par conséquent devoir bien incertain, auquel Titus sacrifie toute sa vie et son bonheur. La gloire fondée sur ce respect factice ne saurait être solide, quelles que soient les vertus de Titus, auxquelles d’ailleurs Augustin rend fugitivement hommage dans La Cité de Dieu26, l’amour de la gloire ayant au moins cet avantage, explique l’évêque d’Hippone, qu’il empêche de tomber dans les vices les plus grands27. Certes Titus est grand aux yeux des hommes, et Augustin reconnaît que l’amour de la gloire fut pour les Romains un aiguillon de vertu suffisant pour expliquer la faveur que Dieu accorda à la Ville éternelle, mais Titus n’est néanmoins pas un saint. Les historiens chrétiens voient même les nombreux cataclysmes qui ont émaillé son court règne comme autant de châtiments divins. Tempêtes, éruption du Vésuve, enfin peste à Rome : « ce malheur venait plutôt du courroux de Dieu que d’aucune cause humaine », écrit Coëffeteau28.

  • 29 Par exemple Christian Delmas, « Histoire et mythe dans Bérénice », initialement paru dans XVIIe Siè (...)
  • 30 Antoine Soare, « Guez de Balzac, Corneille et Cinna », in Littératures, 37, automne 1997, p. 112.

12On assimile parfois l’Empire romain à la France et Titus à Louis29, mais le rapprochement, si convaincant par bien d’aspects, achoppe ici sur des différences essentielles, et en particulier celle des divergences de leurs « lois fondamentales » (Paulin évoque, pour désigner la prohibition du mariage des reines, « une loi qui ne se peut changer », II, 2, v. 377) : la constitution de la France ne paraît pas fondée sur le même mensonge que celle de Rome. Une nouvelle fois, comme déjà dans Britannicus, c’est en fait une image noire de Rome que nous donne à voir Racine, lieu d’une royauté ambiguë, déguisée sous les apparences trompeuses d’un régime populaire et dont, dans le meilleur des cas, la vertu ne saurait être tournée que vers une gloire toujours suspecte d’être vaine. Racine, dans Bérénice comme ailleurs, reste l’enfant de Port-Royal ; en lecteur de La Cité de Dieu, et en moraliste augustinien, il débusque l’hypocrisie et condamne d’un même mouvement le monde, l’amour et la politique. Si exceptionnelle que soit Bérénice au plan dramaturgique, Racine poursuit obstinément dans la voie de la démolition du héros et des idéaux chevaleresques et mondains. Un an après Britannicus, il donne un coup de pioche supplémentaire à cette « Rome de marbre » (selon l’expression de Guez de Balzac30) célébrée par Corneille.

Conclusion

  • 31 Christian Biet, Racine, Paris, Hachette supérieur, « Portraits littéraires », 1996, p. 115 ; voir a (...)
  • 32 Georges Forestier, Jean Racine, op. cit., p. 393.
  • 33 Voir, dans ce volume, la contribution de Jennifer Tamas sur cette question.
  • 34 Sur ce rapprochement, voir par exemple Jean Mesnard, « Racine et Port-Royal : autour d’un épisode i (...)

13La pièce ne met pas en scène le conflit de l’amour et du devoir, que transcenderait un sacrifice qu’on appellerait cornélien. La séparation est plutôt comme le couronnement funèbre d’une passion paradoxale qui ne trouve à se réaliser pleinement que dans sa propre destruction. « Depuis quelques années, la critique reconnaît unanimement que Racine peint l’amour en style galant. On tient compte enfin de l’avis des contemporains du poète dramatique », estimait Christian Biet qui, comme Alain Viala, considère que l’originalité de Racine consiste surtout dans une littéralisation resémantisante des métaphores galantes : chez Racine on peut réellement brûler et mourir dans les flammes mordantes de l’amour31. Cette lecture entraîne l’adhésion, à condition de voir que cette resémantisation ruine l’esprit de la galanterie dont ces images sont le véhicule. En ces années où Boileau (comme Molière ou Furetière) attaquent le goût précieux et l’esprit des salons, comme expression tapageuse d’une pensée moderne jugée dangereuse, Bérénice constitue également une attaque en règle contre l’amour galant sous couvert de nous en montrer la forme la plus chimiquement pure : l’amour constitue ici une impasse et se trouve voué à l’échec, car il est miné par des contrariétés intérieures. On ne peut que souscrire au jugement de Georges Forestier : « Bérénice a tous les dehors de la tragédie galante, [...], mais ce n’est qu’une apparence : car elle transcende cette forme littéraire et en épuise totalement la formule »32. Racine atteint avec Bérénice un équilibre esthétique fondé sur une stratégie retorse : la pièce semble suffisamment galante auprès du public féminin pour s’attirer un « succès de larmes » ; en réalité, elle est conforme au programme poétique et littéraire anti-précieux développé à la même époque par Boileau ou Molière ; la tragédie peut être lue comme un éloge habile de Louis XIV, magnanime au point de rompre avec Marie Mancini33 : en réalité, le dramaturge met à nu les contradictions sur lesquelles s’érigent les régimes politiques, et surtout condamne la vanité de toute gloire. En composant Bérénice, Racine réussit le tour de force d’être poète de cour accompli et augustinien, fidèle à sa façon à Port-Royal dont il avait commencé à cette date à se rapprocher34 : telle est la corde raide sur laquelle il ne cessera de se maintenir jusqu’au terme de sa carrière.

Haut de page

Notes

1 Si beaucoup soulignent le conflit de Titus écartelé entre amour et devoir, d’autres spécialistes campent l’empereur bien plus bourgeoisement, en amant lassé et pressé de rompre ; ainsi Roland Barthes, qui écrit : « Titus n’est lié à Bérénice que par l’habitude […]. Titus se débarrasse en lui d’une fidélité qui l’étouffe » (Sur Racine [1960], Paris, Le Seuil, 1963, p. 88). L’amour de Titus pour Bérénice invaliderait sa célèbre équation (« A a tout pouvoir sur B. A aime B qui ne l’aime pas »), et il est donc stratégique pour lui de montrer que Titus n’aime pas Bérénice. Mais Gérard Defaux se range à un avis assez similaire : « L’impuissance de Titus à dire doit finalement se lire comme la figure, et la figure très éloquente, de son impuissance à aimer » (« Titus ou le héros tremblant », in Racine et Rome. Britannicus, Mithridate, Bérénice, éd. Suzanne Guellouz, Orléans, Paradigme, 1995, p. 162). Voir aussi, pour un point de vue d’écrivain sur cette question : Nathalie Azoulai, Titus n’aimait pas Bérénice, Paris, P.O.L., 2015.

2 Georges Forestier, « Dramaturgie racinienne (petit essai de génétique théâtrale) », Littératures classiques, 1996, 26, p. 13-38.

3 « Pour jamais, je vais m’en séparer. / Mon cœur en ce moment ne vient pas de se rendre / […] Vingt fois depuis huit jours / J’ai voulu devant elle en ouvrir le discours », II, 2, v. 446 et v. 473-474.

4 Rodogune. Princesse des Parthes, 1644, « Avertissement ».

5 « Préface » de Britannicus, in Jean Racine, Théâtre-poésie, éd. Georges Forestier, Paris, Gallimard, 1999, p. 374.

6 Jean Rousset, « Polyeucte ou la boucle et la vrille », dans Forme et signification. Essais sur les structures littéraires de Corneille à Claudel, Paris, Corti, 1986, p. 7-16.

7 Jean Racine, Œuvres, éd. Raymond Picard, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1950, t. 1, p. 457-459.

8 « Néron et Titus vus par Racine », in Marie-Odile Sweetser, Historical Figures in French Literature, French Literature Series, VIII, Columbia, University of South Carolina Press, 1981, p. 28.

9 François Nicolas Coëffeteau, Histoire romaine, Paris, G. Loison, 1646, livre VII, p. 175. Coëffeteau souligne.

10 Voir Bernard Croquette, « Racine et l’éblouissement cornélien », in Littératures classiques, 26, 1996, p. 115-121.

11 David Lodge, The Art of Fiction, Londres, Viking, 1992, p. 154.

12 Selon l’expression de l’abbé de Villars, cité dans Jean Racine, Théâtre-poésie, op. cit., p. 514.

13 « Dans la plupart des cas, l’univers féminin se présente comme une menace pour la réalisation éclatante de l’œuvre héroïque [...]. La femme, pourtant, attire, semble ensorceler », écrit Philippe Sellier dans Le Mythe du héros [1970], Paris, Bordas, 1990, p. 20.

14 Georges Forestier a bien mis en lumière la ruine du rêve pastoral dans Bérénice : « Cette œuvre est en effet le lieu de la tragique victoire de l’affirmation de la nécessité politique (ou du principe de réalité) sur le rêve pastoral », in Jean Racine, Théâtre-poésie, op. cit., p. 1459.

15 On compte quarante-cinq occurrences du mot dans la pièce, mais jamais dans la bouche de Bérénice, qui se désigne une fois comme « princesse ».

16 Les critiques ont souvent dépeint la Bérénice de Racine comme une amoureuse, au contraire de celle de Corneille. Ainsi Georges Forestier qui écrit que « Chez Racine, Bérénice n’est pas une reine [...] elle est exclusivement une femme amoureuse » (Georges Forestier, Jean Racine, Paris, Gallimard, « NRF-Biographies », 2006, p. 396).

17 « Notice » de Bérénice, in Jean Racine, Théâtre-poésie, éd. Georges Forestier, op. cit., p. 1460-1462.

18 Bernard Croquette, « Racine et l’éblouissement cornélien », art. cit., p. 120.

19 « Bérénice ne fait qu’attendre la décision de Titus, et, l’ayant apprise, elle est impuissante à la modifier », Joël Dubosclard et Odile Berthaut, Jean Racine. Bérénice, Paris, Hâtier, « Profil d’une œuvre », 1996, p. 25.

20 Racine souligne dans la préface que Bérénice n’a pas avec Titus les mêmes « derniers engagements » que Didon avec Énée (Jean Racine, Théâtre-Poésie, op. cit., p. 450).

21 Luigi de Nardis, « Bérénice ou l’Amors de lonh », Actes du Ier congrès international racinien, Uzès, 1962, p. 29-35. Georges Forestier ne suit pas L. de Nardis sur ce point : « Dans Bérénice, l’amour de loin n’est qu’une mort simplement différée », in Jean Racine, Théâtre-poésie, op. cit., p. 1462.

22 Suétone, Vie de Titus, chapitre X, trad. J.-R.-T. Cabaret-Dupaty, Œuvres de Suétone, Paris, 1893.

23 D’après la formule de Claude Nicolet. Voir aussi Liza Méry, « Auguste », in Les Barbares, sous la direction de Bruno Dumézil, Paris, P.U.F., 2016, p. 249. Voir Annales, I, 1, § 2-4, « Quand il eut gagné les soldats par des largesses, la multitude par l’abondance des vivres, tous par les douceurs du repos, on le vit s’élever insensiblement et attirer à lui l’autorité du sénat, des magistrats, des lois. Nul ne lui résistait [...]. III. Au-dedans tout était calme ; rien de changé dans le nom des magistratures ; tout ce qu’il y avait de jeune était né depuis la bataille d’Actium, la plupart des vieillards au milieu des guerres civiles : combien restait-il de Romains qui eussent vu la République ? IV. La révolution était donc achevée ; un nouvel esprit avait partout remplacé l’ancien ; et chacun, renonçant à l’égalité, les yeux fixés sur le prince, attendait ses ordres. » (trad. Jean-Louis Burnouf, in Tacite, Œuvres complètes, Paris, Hachette, 1863, p. 2).

24 La Cité de Dieu, livre V, chapitre 13. trad. Émile Saisset, in Œuvres complètes de saint Augustin, éd. Raulx, Bar-Le-Duc, L. Guérin, t. XIII, p. 105.

25 Blaise Pascal, Pensées, éd. Philippe Sellier, Paris, Classiques Garnier, 1992, fr. 94.

26 La Cité de Dieu, op. cit., livre V, chapitre 21.

27 Ibid., chapitre 13.

28 Histoire romaine, op. cit., p. 178.

29 Par exemple Christian Delmas, « Histoire et mythe dans Bérénice », initialement paru dans XVIIe Siècle, n° 157, 1987-4, repris dans Littératures classiques, hors-série « Mythe et histoire dans le théâtre classique. Hommage à Christian Delmas », 2002, p. 127-143. Voir aussi Georges Forestier, in Jean Racine, Théâtre-poésie, op. cit., p. 1457.

30 Antoine Soare, « Guez de Balzac, Corneille et Cinna », in Littératures, 37, automne 1997, p. 112.

31 Christian Biet, Racine, Paris, Hachette supérieur, « Portraits littéraires », 1996, p. 115 ; voir aussi Alain Viala, « Racine galant ou l’amour au pied de la lettre », Cahiers de la Comédie-française, 17, novembre 1995, p. 30-34.

32 Georges Forestier, Jean Racine, op. cit., p. 393.

33 Voir, dans ce volume, la contribution de Jennifer Tamas sur cette question.

34 Sur ce rapprochement, voir par exemple Jean Mesnard, « Racine et Port-Royal : autour d’un épisode inconnu », dans La « Guirlande » di Cecilia. Studi dansonore di Cecilia Rizza, éd. Rosa Galli Pellegrini, Fasano-Paris, Schena-Nizet, 1996, p. 557-565. Sur « la grande réconciliation » entre Racine et Port-Royal, « au tournant des années 1668-1669 », voir aussi Georges Forestier, Jean Racine, op. cit., p. 346-348.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tony Gheeraert, « Bérénice, l’amour en fuite »Études Épistémè [En ligne], 40 | 2021, mis en ligne le 20 octobre 2021, consulté le 05 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/episteme/13482 ; DOI : https://doi.org/10.4000/episteme.13482

Haut de page

Auteur

Tony Gheeraert

Université de Rouen Normandie – cérédi (ea 3229)

Tony Gheeraert est professeur de littérature française du XVIIe siècle à l’université de Rouen Normandie. Il a rédigé une thèse intitulée Le Chant de la grâce. Port-Royal et la poésie (Champion, 2003) et, plus récemment, il a fait paraître une édition des Œuvres chrétiennes de Robert Arnauld d’Andilly (Classiques Garnier, 2020).

Articles du même auteur

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search