Navigation – Plan du site

AccueilNuméros40L’ombre de Port-RoyalLa fausseté des vertus dans Bérénice

L’ombre de Port-Royal

La fausseté des vertus dans Bérénice

The Falseness of Virtues in Bérénice
Constance Cagnat-Deboeuf

Résumés

Si plus qu’aucune autre pièce de Racine Bérénice a suscité des interprétations contradictoires, c’est que la vérité des êtres et des conduites humaines y échappe à toute certitude, que les plus grandes actions et les plus beaux sentiments y sont susceptibles de s’inverser, sous l’effet corrupteur de l’amour-propre, en autant de défaites ou de calculs intéressés : aux yeux de qui résiste à l’éblouissement, la gloire de Titus, la valeur d’Antiochus, l’amour de Bérénice s’avèrent travaillés par l’ambition, la jalousie, l’intérêt. Bérénice apparaît ainsi comme l’occasion pour le dramaturge d’engager une réflexion sur la fausseté des vertus qu’éclairent les analyses proposées à la même date par les moralistes augustiniens, La Rochefoucauld, Nicole, Esprit. Et si le renoncement final de la reine vient mettre un terme au règne de l’amor sui, le lecteur n’en reste pas moins devant une ultime interrogation : l’héroïsme de Bérénice est-il tout humain, ou l’œuvre de la grâce divine ? La tragédie se fait jeu d’optique, et la dette du théâtre racinien envers Port-Royal n’a pas fini d’être explorée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Annotation de Jean Racine sur Les Vies parallèles de Plutarque (1655) dans Jean Racine, « Quelques (...)

« La nature humaine est si faible qu’elle ne saurait produire d’elle-même
aucune vertu qui ne soit souillée de quelque vice,
même dans les plus parfaits1. »  

1Au printemps 1670, Saint-Évremond écrivait, au sujet de l’auteur de Britannicus :

  • 2 Lettre à M. de Lionne (mars-avril 1670), citée par Georges Forestier, dans Jean Racine, Œuvres comp (...)

[…] je déplore le malheur de cet auteur d’avoir si dignement travaillé sur un sujet qui ne peut souffrir une représentation agréable. En effet, l’idée de Narcisse, d’Agrippine et de Néron, l’idée, dis-je, si noire et si horrible qu’on se fait de leurs crimes ne saurait s’effacer de la mémoire du spectateur, et quelques efforts qu’il fasse pour se défaire de la pensée de leurs cruautés, l’horreur qu’il s’en forme détruit en quelque manière la pièce.2 

  • 3 Notons toutefois que ces choix auront pour conséquence de retourner le grief de Saint-Évremond – ce (...)
  • 4 J. Racine, Bérénice [1670], dans Œuvres complètes. Théâtre-Poésie, éd. cit., « Préface », p. 450.

2La critique éclaire, par contraste, les nouveaux choix qui sont ceux de Racine dans Bérénice. En effet, dans cette seconde tragédie romaine, non seulement Titus accomplira une trajectoire très exactement inverse de celle qu’accomplissait un an plus tôt Néron – la séparation d’avec Bérénice marquant l’avènement du meilleur des empereurs, quand à l’inverse l’enlèvement de Junie révélait en Néron le « monstre » – , mais le dramaturge choisit en outre de ne faire évoluer autour de Titus que deux autres protagonistes – Antiochus, roi de Comagène, Bérénice, reine de Palestine – qui se distingueront également par leur haute valeur morale : un choix qui n’est pas sans rapport avec celui de renoncer à la formule du dénouement sanglant qu’il avait jusque-là privilégiée, et dont l’effet est de produire, au lieu de « l’horreur » reprochée par Saint-Évremond3, « cette tristesse majestueuse qui fait tout le plaisir de la tragédie4 ».

  • 5 Constant Venesoen, Thématique de la mère dans la tragédie racinienne, Saint-Denis, Connaissances et (...)
  • 6 Raymond Picard, dans Jean Racine, Œuvres complètes. Théâtre-Poésie, éd. Raymond Picard, t. 1, Paris (...)
  • 7 Georges Forestier, dans Jean Racine, Bérénice [1670], « Préface », Paris, Le Livre de Poche, 2001, (...)
  • 8 À cette date, seules les Maximes ont été publiées ; mais Jacques Esprit et le duc de La Rochefoucau (...)
  • 9 Ce terme d’« imperfection » est celui qu’utilise Racine dans la préface de Britannicus à propos du (...)
  • 10 Georges Forestier, dans Jean Racine, Œuvres complètes. Théâtre-Poésie, éd. cit., p. 1458.
  • 11 Jean Rohou, « Structure et signification dans Britannicus, Bérénice, et Mithridate », Littératures (...)

3Pour autant, Titus et Bérénice sont-ils « moralement irréprochables5 » ? Cet amour qu’ils consentiront à sacrifier est-il aussi « innocent6 », aussi « pur », aussi « parfait7 » qu’on aime à le dire ? Le dessein de Racine n’est-il pas plutôt de faire éclater ce vernis de moralité, et d’engager ainsi les spectateurs dans une réflexion sur la fausseté des vertus, qu’éclairent les analyses proposées à la même date par les moralistes augustiniens, La Rochefoucauld, Nicole, Esprit8 ? Sous la plume de ces écrivains, les actions humaines les plus héroïques apparaissent le plus souvent intéressées, profondément viciées par l’amour-propre, quand elles ne résultent pas de causes dérisoires, si bien qu’il devient impossible de leur reconnaître avec certitude la moindre valeur. C’est de cette même indécidabilité que se nourrit le tragique de la pièce de Racine. Renouvelant la conception aristotélicienne du personnage tragique dont la mediocritas tend à se confondre désormais avec l’« imperfection9 » d’une nature humaine gangrénée par l’amour-propre, Racine offre ici en chacun de ses personnages comme une énigme à résoudre : la gloire à laquelle Titus sacrifie Bérénice se confond-elle avec « la plus haute opinion du pouvoir suprême et de la qualité de Romain10 » comme l’envisage Georges Forestier, ou avec un « ambitieux souci de son image11 » selon une formule de Jean Rohou ? Bérénice elle-même, qui paraît ne vivre que pour l’amour, échappe-t-elle tout à fait au sourd travail de l’amour-propre ? Quant à Antiochus, dont la générosité désintéressée envers le couple d’amants s’avère dès le premier acte n’être qu’un leurre, n’est-il pas une parfaite illustration de l’entreprise de démystification à laquelle procèdent les Maximes de la Rochefoucauld ?

  • 12 « Elle possède en outre ce privilège […] d’avoir immédiatement suscité deux types d’interprétation (...)

4Si plus qu’aucune autre pièce de Racine Bérénice a suscité des interprétations divergentes, voire contradictoires12, c’est que la vérité des êtres et des conduites humaines y échappe à toute certitude, et ce jusqu’au dénouement, un dénouement si soudain qu’il a paru insuffisamment préparé et contraire aux règles de la dramaturgie classique. À moins que cette curieuse négligence (qui n’est pas sans annoncer l’énigmatique dénouement de La Princesse de Clèves) n’invite à déplacer le regard, à la recherche du juste « point » d’où contempler la misère – et la grandeur – des héros.

« [La vertu] n’est pas vraie, quand elle sert à la vaine gloire13 »  

  • 13 Augustin, La Cité de Dieu, V, 19, trad. de Ceriziers, Paris, Pierre Le Petit, 1655, p.159.

5Certes Titus, dont Suétone rapporte qu’on redoutait avant son accession au trône qu’il ne fût un « second Néron », a déjà rompu à l’ouverture de la pièce avec celui qu’il fut, ce jeune homme élevé à la cour de Néron dans les plaisirs et la facilité, qu’il évoque lui-même allusivement devant Paulin (II, 2, v. 506-508). Par amour pour Bérénice, une première métamorphose a eu lieu :

[…] Que ne fait point un cœur
Pour plaire à ce qu’il aime, et gagner son vainqueur !
Je prodiguai mon sang. Tout fit place à mes armes.
Je revins triomphant. (II, 2, v. 509-512)

6Le jeune prince débauché est devenu un héros militaire, un conquérant. L’amour fit plus encore :

[…] Mais le sang et les larmes
Ne me suffisaient pas pour mériter ses vœux.
J’entrepris le bonheur de mille malheureux.
On vit de toutes parts mes bontés se répandre. (II, 2, v. 512-515)

  • 14 Suétone, Vies des douze Césars, « Titus », trad. Henri Ailloud, Paris, Gallimard, coll. « Folio cla (...)

7Titus a entamé une mue, mais une mue qui reste incomplète. S’il exerce désormais la vertu, celle-ci n’est pas encore recherchée pour elle-même, mais pour plaire à Bérénice : vertu impure donc, car intéressée, ainsi que le trahissent dans la bouche même de l’empereur les deux compléments de but (« pour plaire à ce qu’il aime » ; « pour mériter ses vœux »). En témoigne aussi le fait que ce même amour a entretenu Titus dans des pensées criminelles, comme il l’avoue à Paulin : « J’ai même souhaité la place de mon père » (II, 2, v. 431). Convertir la finalité de ses actions vertueuses, c’est donc là le degré qu’il lui reste à franchir pour devenir cet empereur à la vertu exemplaire que célébrera son surnom futur, « l’amour et les délices du genre humain14 ». Si dans Britannicus, Néron se libère des derniers freins qui le retenaient comme malgré lui sur sa pente criminelle, il s’agit pour Titus de se libérer du dernier lien qui bride son élan vers la vertu véritable : en sacrifiant son amour pour Bérénice, il renonce à tout intérêt personnel, à toute forme d’amor sui, pour s’élever à la vertu pure, celle qui consiste à se dévouer entièrement à Rome.

  • 15 Roger de Bussy-Rabutin, lettre à Mme Bossuet, datée du 13 août 1671. Il ajoute : « Il se laisse all (...)
  • 16 Tite et Titus ou Critique sur les Bérénices, dans Racine, Œuvres complètes. Théâtre-Poésie, éd. cit (...)
  • 17 Voir Roland Barthes, Sur Racine, Paris, Seuil, 1960, et Roger Planchon, dans Émile Copfermann, Théâ (...)
  • 18 Voir, dans ce même numéro d’Études Épistémè, l’article de Tony Gheeraert, « Bérénice, l’amour en fu (...)

8Du moins est-ce là une lecture possible du personnage, à laquelle très tôt certains lecteurs ont refusé de se rallier : on se souvient de l’avis de Bussy-Rabutin – « Il me paraît que Titus ne l’aime pas tant qu’il dit, puisqu’il ne fait aucun effort en sa faveur à l’égard du Sénat et du peuple Romain15 ». En 1673, l’auteur de Tite et Titus prête à l’empereur un « dégoût déguisé sous une apparence de gloire16 », et, plus proches de nous, Roland Barthes et Roger Planchon accusent Titus de n’aimer plus Bérénice17, et de chercher par mauvaise foi ou lâcheté à maquiller la répudiation en sacrifice. Si cette dernière lecture fait violence au texte de Racine – lequel suggère que l’empereur mourra bientôt d’avoir dû quitter Bérénice18 –, reste que le dramaturge nous invite à interroger la décision de Titus : les insinuations d’Antiochus, qui évoque à deux reprises les « froideurs » de Titus envers la reine (III, 2, v. 792 ; III, 4, v. 931) et qui se demande si lui-même n’a pas dépeint l’empereur « Amoureux et constant, plus qu’il ne l’est peut-être » (III, 4, v. 940), ont pour effet de troubler notre perception de l’empereur, d’inviter à une autre explication de la rupture avec Bérénice.

  • 19 Nicolas Coeffeteau, Histoire romaine, Paris, Cramoisy, 1621, p. 175.
  • 20 François de La Rochefoucauld, Maximes et réflexions diverses [1665], éd. Jacques Truchet, Paris, Ga (...)
  • 21 Ibid., maxime 490, p. 86.
  • 22 En témoigneraient encore ces mots par lesquels Mme Bossuet, la destinataire de Bussy, annonçait à s (...)

9Rappelons les termes dans lesquels l’historien Coeffeteau rapporte le renvoi de la reine : « l’amour de la gloire fut plus puissante que les attraits de la volupté19 ». L’empereur n’est-il pas un exemple de cette « génération perpétuelle de passions20 » qui s’opère selon La Rochefoucauld dans le cœur de l’homme ? On songe à la maxime 490 : « On passe souvent de l’amour à l’ambition, mais on ne revient guère de l’ambition à l’amour21 ». En d’autres termes, l’amour de la gloire n’est-il pas en Titus une nouvelle passion ? La tragédie invite à interroger cette valeur, chère aux gens du monde, qu’est la gloire22. Titus lui-même évoque une réalité plurielle, qui « sous de beaux noms » exerce sur lui une emprise « cruelle » (II, 2, v. 499). Ces noms, quels sont-ils ? Attachement à son devoir d’empereur soucieux du respect des lois et des usages en vigueur à Rome, ou passion de la louange ? Exigence morale, ou ambition personnelle ? Il semble bien qu’aucune de ces acceptions ne soit à éliminer, la pièce jouant précisément, d’une occurrence à l’autre, sur l’ambivalence du terme. Déjà, lorsque Bérénice apprend d’Antiochus la décision de l’empereur, c’est, ironiquement, au nom de ce même argument de la gloire de Titus qu’elle juge impossible l’ordre de séparation : « Après tant de serments Titus m’abandonner ! / Titus qui me jurait… Non je ne le puis croire. / Il ne me quitte point, il y va de sa gloire » (III, 3, v. 906-908). C’est que la gloire telle que l’entend Bérénice est celle de l’amant, dont les valeurs sont le service de l’être aimé, la fidélité à la parole donnée, et non celle de l’empereur dévoué au service de l’État : d’un locuteur à l’autre, le terme revêt des significations différentes. Mais c’est peut-être à l’acte IV, acte de l’explication entre les deux amants, que le sens du mot se fait le plus instable. Ainsi, quand Titus évoque, pour la repousser, la tentation de l’abdication :

Sont-ce là ces projets de grandeur et de gloire
Qui devaient dans les cœurs consacrer ma mémoire ?
Depuis huit jours je règne. Et jusques à ce jour
Qu’ai-je fait pour l’honneur ? J’ai tout fait pour l’amour.  
[…]
Quels pleurs ai-je séchés ? Dans quels yeux satisfaits
Ai-je déjà goûté le fruit de mes bienfaits ?
L’Univers a-t-il vu changer ses destinées ? (IV, 4, v. 1027-1030 et 1033-1035)

  • 23 « Car tout ce qui est dans le monde est ou concupiscence de la chair, ou concupiscence des yeux, ou (...)
  • 24 Nous rejoignons ici l’analyse de Bernard Croquette (dans « Racine et l’éblouissement cornélien », L (...)

10Certes, à travers la mention des pleurs à sécher, des bienfaits à répandre, la gloire semble se confondre avec l’exercice de la vertu. Pourtant cette dernière apparaît moins comme une fin en soi que comme le moyen par lequel accéder à la gloire : c’est la gloire qui est visée, recherchée pour elle-même, comme l’explicite le premier vers dans une formule – « ces projets de grandeur et de gloire » – qui résonne comme une traduction du latin libido dominandi désignant la troisième des concupiscences johanniques23. La vertu paraît destinée à procurer au nouvel empereur un plaisir, une satisfaction égocentrique, voire narcissique, la rime bienfaits/satisfaits rappelant ce que Titus expliquait plus tôt à Paulin, à propos de sa dette morale envers Bérénice : « Heureux et plus heureux que tu ne peux comprendre / Quand je pouvais paraître à ses yeux satisfaits / Chargé de mille cœurs conquis par mes bienfaits » (II, 2, v. 516-518). Les bienfaits de Titus ont toujours une fin intéressée, qu’il s’agisse de plaire à Bérénice ou de servir sa renommée24. Appartient-il enfin à un homme, fût-il empereur, de « changer [l]es destinées » de l’univers ? Ni la religion du personnage, ni celle des spectateurs, ne saurait, semble-t-il, autoriser une telle compétition avec la divinité.

11Un même tremblement autour du mot gloire s’observe à la scène suivante, lors de l’explication tant attendue entre les deux amants (acte IV, scène 5). Titus y justifie le renvoi de Bérénice au nom de l’amour de la patrie et des sacrifices dont l’histoire de Rome offre tant d’exemples :

[…] Déjà plus d’une fois
Rome a de mes pareils exercé la constance.
Ah ! si vous remontiez jusqu’à sa naissance,
Vous les verriez toujours, jaloux de leur devoir,
De tous les autres nœuds oublier le pouvoir.
Malheureux ! Mais toujours la Patrie et la Gloire
Ont parmi les Romains remporté la Victoire. (IV, 5, v. 1158-1164. Texte de 1670)

  • 25 Sur ce texte, voir Jean Lafond, « L’amitié selon Arnauld d’Andilly », dans Brigitte Maillard (dir.) (...)

12La gloire se confond ici avec cet héroïsme patriotique au nom duquel tant de Romains ont, sous la République, sacrifié au bien commun leurs intérêts particuliers, leurs « autres nœuds ». Or l’amour de la patrie est-il exempt de tout amour-propre ? Est-il toujours justifié de lui sacrifier ses affections privées ? En 1670, la réponse à ces questions n’est pas, ou n’est plus, évidente. En témoigne un écrit sur l’amitié, datant semble-t-il du début des années 1660, dont l’auteur, Robert Arnauld d’Andilly, membre éminent du groupe de Port-Royal, ancien protecteur du jeune Racine, réfléchit sur le rapport entre amitié et service de l’État25. Dans ce texte, l’amour de la patrie est référé à l’amor sui :

  • 26 Robert Arnauld d’Andilly, cité par J. Lafond, art. cit.

Ainsi il faut demeurer d’accord que ce que l’on nomme l’amour de la patrie n’est en effet que l’amour que nous avons pour nous-mêmes. Nous l’aimons parce qu’il nous est avantageux de l’aimer. Nous servons notre ambition ou notre fortune en la servant, et Rome n’aurait point eu tant de martyrs de la république si ces grands hommes n’avaient beaucoup plus travaillé pour leur gloire que pour sa grandeur.26

  • 27 Ibid.
  • 28 Voir Philippe Sellier, « La Rochefoucauld, Pascal, saint Augustin », Port-Royal et la littérature, (...)
  • 29 Augustin, La Cité de Dieu, V, 12 (cité par Ph. Sellier, dans « La Rochefoucauld, Pascal, saint Augu (...)
  • 30 Les vers de Virgile – « Père infortuné qui pour conserver à ses citoyens le trésor précieux de leur (...)

13Et l’auteur d’affirmer « que l’on doit préférer son ami à sa patrie27 ». Sans doute Arnauld d’Andilly se souvient-il ici des pages de La Cité de Dieu que saint Augustin consacre à dénoncer l’asservissement à la gloire qui fut celui des Romains28. Pour Augustin, en effet, « l’amour de la gloire est un vice », une forme extrême d’amor sui. Les héros de Rome, insatiables de gloire, n’incarnent à ses yeux qu’une vertu apparente, car « c’est pour l’amour d’un seul vice, la passion de la louange, qu’ils réprimèrent la convoitise de l’argent et la foule des autres vices » ; « ils écrasèrent toutes les autres cupidités sous le poids énorme de celle-là seule29 ». Racine avait-il à l’esprit cette lecture critique des héros de la République30 ? En 1676, il choisit d’expliciter l’allusion en ajoutant les exemples de Regulus, de Torquatus et de Junius Brutus :

L’un jaloux de sa foi va chez les ennemis
Chercher avec la mort la peine toute prête.
D’un fils victorieux l’autre proscrit la tête.
L’autre avec des yeux secs, et presque indifférents,
Voit mourir ses deux fils par son ordre expirants. (IV, 5, v. 1162-1166)

  • 31 Il est question dans la correspondance de La Rochefoucauld d’une « condamnation de Brutus » dont Ja (...)

14Dans une tragédie qui valorise les larmes et qui fut elle-même un succès de larmes, la mention des « yeux secs » de Brutus interroge. Le public pouvait-il admirer avec Titus l’impassibilité de ce père, capable d’assister les « yeux secs » au supplice de ses deux fils ? Y voyait-il fermeté héroïque ou inhumanité ? Ce même Brutus, souvent considéré comme le plus vertueux des païens, fait l’objet, dans La Cité de Dieu, d’une analyse sévère, Augustin l’accusant d’avoir trahi la véritable amitié (III, 1631). Mais aux yeux de Titus, il y a là autant d’exemples à imiter et même à dépasser :

Je sais qu’en vous quittant le malheureux Titus
Passe l’austérité de toutes leurs vertus ;
Qu’elle n’approche point de cet effort insigne.
Mais, Madame, après tout, me croyez-vous indigne
De laisser un exemple à la postérité
Qui sans de grands efforts ne puisse être imité ? (IV, 5, v. 1169-1174)

  • 32 Villars (abbé de), La Critique de Bérénice, dans Racine, Œuvres complètes. Théâtre-Poésie, éd. cit. (...)
  • 33 Tite et Titus, dans Racine, Œuvres complètes. Théâtre-Poésie, éd. cit., p. 546-547.

15Ce passage a été immédiatement condamné, aussi bien par Villars – « quand il ose lui parler, il n’a point de bonne raison à lui dire ; il allègue des exemples odieux à l’amante, peu agréables aux spectateurs, et mal propres à excuser son inconstance et ses parjures32 » – que par l’auteur de la comédie Tite et Titus – « il lui demande si elle ne le juge pas digne de laisser un bel exemple à la postérité ; jugez, Seigneur, s’il est rien de si sensible à une femme qui aime que des réponses d’un aussi grand sang-froid que celles-là33 ». Il a aussi retenu l’attention de Voltaire qui en dénonce l’« exagération outrée :

  • 34 Voltaire, « Remarques sur Bérénice » [1764], Œuvres complètes, t. 3, Paris, Baudoin frères, 1826, p (...)

Il est ridicule qu’un empereur dise qu’il y a plus de vertu, plus d’austérité à quitter sa maîtresse qu’à immoler à sa patrie ses deux enfants coupables […]. Il ne fallait point comparer une victoire remportée sur l’amour à ces exemples étonnants et presque surnaturels, de la rigidité des anciens Romains.34

16La faute en incombe-t-elle à Racine ? Dès le premier acte, Arsace demandait si l’empereur n’était pas « de sa grandeur déjà trop prévenu » (I, 3, v. 93). Titus lui-même, accueillant Antiochus à l’acte III, se récriait : « Pensez-vous qu’oubliant ma fortune passée / Sur ma seule grandeur j’arrête ma pensée ? » (III, 1, v. 679-680) : pour être récusée par l’intéressé, l’hypothèse n’en était pas moins envisagée.

  • 35 Marie-Madeleine Pioche de La Vergne, comtesse de La Fayette, La Princesse de Clèves [1678], éd. Jea (...)

17Cet exemple qu’il veut laisser à la postérité, l’empereur le souhaiterait même inimitable. La formule annonce les derniers mots de La Princesse de Clèves : « sa vie, qui fut assez courte, laissa des exemples de vertus inimitables35 ». Si, dans La Princesse de Clèves, le refus final de l’héroïne doit beaucoup au désir de repos et au souci de sa réputation – des mobiles intéressés qu’on ne saurait confondre avec la vertu –, le lecteur de Bérénice ne peut manquer d’éprouver, devant la décision de Titus, une même perplexité : doit-il y voir un authentique sacrifice achevant la conversion morale de l’empereur, ou bien une manifestation de l’amor sui agissant sous les voiles du devoir et de l’abnégation ? Ce soupçon qu’instille la tragédie concernant le meilleur des empereurs romains rencontre curieusement un passage de La Fausseté des vertus humaines qui le fait figurer au nombre de ceux que la sagesse humaine honore à tort comme vertueux :

  • 36 Jacques Esprit, La Fausseté des vertus humaines [1678], Paris, Aubier, 1996, p. 532-533.

[La vérité selon laquelle seule la charité porte les vertus à leur accomplissement] nous fait connaître aussi en même temps avec combien d’aveuglement Aristote assure que l’amour-propre, qui est blâmable, dit-il, lorsqu’il porte l'homme à ne chercher que ce qui peut plaire à ses sens, mérite d’être loué lorsqu’il le porte à faire des actions de tempérance et d'équité pour se satisfaire ; comme si ce n’était pas un vice, non pas de faire des actions de vertu, cela ne peut jamais être, mais de ne les faire que pour l'amour de soi-même, et comme si le plus grand de tous les dérèglements de l’homme n’était pas de se regarder comme la fin où doivent tendre tous ses désirs et toutes ses actions. Enfin elle nous fait voir clairement que la chasteté de Lucrèce, la bonté de Tite, la générosité d’Alexandre, la sagesse de Socrate et généralement toutes les vertus qui n’ont point Dieu pour objet ressemblent à ces vains titres que prennent les souverains qui se disent rois des royaumes qu’ils ne possèdent point.36 

  • 37 G. Forestier dans Racine, Œuvres complètes. Théâtre-Poésie, éd. cit., p. 1463.
  • 38 « […] l’homme corrompu est fait comme ces médailles qui représentent la figure d’un saint et celle (...)

18Là où l’un voit se dessiner le « parfait héros cornélien37 », l’autre devine l’homme corrompu gouverné par l’amour de soi, comme sur la médaille de La Chapelle-Bessé « l’un voit le saint, et l’autre voit le démon38 ». La valeur d’Antiochus tiendrait-elle pareillement du mirage ?

L’acte d’Antiochus, ou l’« anamorphose d’un grand homme » 

  • 39 Villars, La Critique de Bérénice, dans Racine, Œuvres complètes. Théâtre-Poésie, éd. cit., p. 512.
  • 40 « On ne le [Antiochus] fait venir là que pour lui faire écouter la description du siège de Jérusale (...)

19On se souvient que Villars, dénonçant un premier acte « hors d’œuvre », s’étonnait de l’importance donnée à Antiochus, « qui n’est introduit que pour faire perdre du temps39 », et de la promotion de détails inutiles comme le siège de Jérusalem. Pourquoi, s’interroge-t-il, faire raconter par Arsace les détails du siège à l’intention d’Antiochus40 ? La réponse réside sans doute dans le travail d’héroïsation auquel se livre le récit d’Arsace, aux yeux duquel l’intervention d’Antiochus fut l’action décisive qui apporta au camp romain la victoire tant espérée, alliant intrépidité, prouesse physique, et don de soi :

Il [Titus] se souvient du jour illustre et douloureux
Qui décida du sort d’un long siège douteux :
Sur leur triple rempart les ennemis tranquilles
Contemplaient sans péril nos assauts inutiles,
Le bélier impuissant les menaçait en vain.
Vous seul, Seigneur, vous seul, une échelle à la main
Vous portâtes la mort jusque sur leurs murailles.
Ce jour presque éclaira vos propres funérailles,
Titus vous embrassa mourant entre mes bras,
Et tout le camp vainqueur pleura votre trépas. (I, 3, v. 105-114)

  • 41 Voir G. Forestier dans Racine, Œuvres complètes. Théâtre-Poésie, éd. cit., p. 1471.

20Que Racine ait ici travaillé l’héroïsation d’Antiochus est d’autant plus flagrant que ses sources lui offraient une tout autre version de l’assaut, ainsi que le souligne Georges Forestier41. En effet, l’anecdote telle qu’on la trouve chez Flavius Josèphe tourne en ridicule la témérité du jeune homme : son impatience devant les lenteurs du siège, sa critique de la stratégie des Romains y sont accueillies par un sourire de Titus, qui l’autorise néanmoins à monter à l’assaut avec une troupe de jeunes gens ; la plupart des soldats y seront blessés, et la tentative échouera piteusement.

21Or, le même épisode fait l’objet, dès la scène suivante, d’un second récit. L’auteur en est alors Antiochus lui-même, qui s’adressant à la reine passe sous silence les marques de sa bravoure pour ne s’arrêter qu’aux motifs qui l’ont engagé à combattre ; nulle considération politique ici – ni la guerre contre les Juifs ni l’alliance avec Titus ne sont évoquées –, mais un désir de mourir par désespoir amoureux, ainsi que le vague espoir que ses exploits toucheront, mieux que ses discours, l’insensible Bérénice :

De mon heureux rival j’accompagnai les armes.
J’espérai de verser mon sang après mes larmes,
Ou qu’au moins jusqu’à vous porté par mille exploits,
Mon nom pourrait parler, au défaut de ma voix.
Le ciel sembla promettre une fin à ma peine.
Vous pleurâtes ma mort, hélas ! trop peu certaine.
Inutiles périls ! quelle était mon erreur !
La valeur de Titus surpassait ma fureur. (I, 4, v. 211-218)

  • 42 La Rochefoucauld, Maximes, éd. cit., maxime 160, p. 58.

22Comme le souligne l’homéotéleute du dernier vers, ce haut fait d’Antiochus, loin de prouver sa « valeur », témoigne seulement de la « fureur » de sa passion. On songe de nouveau à La Rochefoucauld : « Quelque éclatante que soit une action, elle ne doit pas passer pour grande lorsqu’elle n’est pas l’effet d’un grand dessein42 ».

  • 43 J. Esprit, La Fausseté des vertus humaines, éd. cit., p. 78.
  • 44 La référence est ici évidemment l’ouvrage de Paul Bénichou, Morales du grand Siècle, Paris, Gallima (...)
  • 45 Nous remercions ici Tony Gheeraert d’avoir attiré notre attention sur l’ambiguïté de cette évocatio (...)

23Sur un même fait sont donc proposés deux éclairages successifs, l’action téméraire du personnage historique devenant dans la tragédie racinienne un exploit, aussi généreux que décisif, puis un acte de désespoir amoureux ; s’éclaire alors, en même temps que l’importance conférée par Racine à cet épisode historique, la logique démystificatrice dans laquelle le premier acte de Bérénice fait entrer le spectateur : s’ouvrant sur la vision éblouie et quelque peu naïve que le confident a de son roi, il laisse ensuite apparaître une tout autre image d’Antiochus, celle de l’amant éconduit cédant à la fureur du désespoir. Le procédé illustre cette vérité avancée par Jacques Esprit dans la préface de la Fausseté des vertus humaines : « les actions vertueuses ont deux faces fort différentes, l’une à l’égard du monde, et celle-là a de l’éclat et une belle apparence ; l’autre à l’égard de ceux qui les font, qui a beaucoup de taches et de défauts43 ». La dynamique de l’acte est celle d’un désabusement progressif, ou si l’on préfère, d’une « démolition44 »du héros Antiochus. Sa valeur guerrière se révèle aussi fausse que l’amitié que depuis cinq ans il témoigne au couple des amants – cette amitié que le naïf Arsace louait dans la scène d’exposition (I, 1, v. 11-14), mais dont Antiochus déclare lui-même à deux reprises qu’elle n’est qu’un « voile » (I, 2, v. 26 ; I, 4, v. 243), dissimulant rivalité et jalousie : dans son amour pour Bérénice, n’a-t-il pas souhaité tout au long de ces cinq années le malheur de Titus, espérant que son « rival / Trouverait à ses vœux quelque obstacle fatal » (I, 2, v. 41-42) ? Un aveu qu’il répète devant Bérénice elle-même : « Mais toujours quelque espoir flattait mes déplaisirs, / Rome, Vespasien, traversaient vos soupirs. / Après tant de combats Titus cédait peut-être » (I, 4, v. 245-247). En Antiochus la valeur militaire, l’amitié, ne sont qu’apparences colorées sous lesquelles travaillent la jalousie, la passion, la fureur d’un amant malheureux. La sincérité même de ces aveux est encore rendue douteuse par l’ambiguïté du portrait de Titus qu’esquisse son récit de la prise de Jérusalem45 :

Enfin après un siège aussi cruel que lent,
Il dompta les Mutins, reste pâle et sanglant
Des flammes, de la faim, des fureurs intestines,
Et laissa leurs remparts cachés sous leurs ruines. (I, 4, v. 229-232)

Dans ce portrait en creux d’un chef assoiffé de sang et de destruction, on peine à reconnaître les traits du héros généreux sous lesquels à l’acte suivant se décrira Titus.

  • 46 Ph. Sellier, « L’anamorphose des grands hommes », Port-Royal et la littérature, t. 2, op.cit., p. 3 (...)
  • 47 La Chapelle-Bessé, « Discours sur les Réflexions ou sentences et maximes morales », dans La Rochefo (...)
  • 48 Voir Sylvie Requemora-Gros, « L’amitié dans les Maximes de La Rochefoucauld », Dix-septième siècle, (...)
  • 49 François de La Rochefoucauld, « Lettre au Père Thomas Esprit du 6 février [1665 ?] », dans Œuvres c (...)

24Ainsi nous est offerte à l’ouverture de la tragédie « l’anamorphose d’un grand homme », selon l’image proposée par Philippe Sellier dans son étude consacrée à l’héroïsme dans les Maximes de La Rochefoucauld46, illustrant cette leçon que « la plupart des actions des hommes que le monde prend pour des vertus n’en ont bien souvent que l’image et la ressemblance47 ». La grandeur humaine qu’Arsace, selon un point de vue mondain, célébrait en Antiochus – « Vous, que l’Orient compte entre ses plus grands rois » (I, 1, v. 14) – s’avère recevoir ce même éclairage ironique que diffusent les Maximes, dont les cibles favorites comptent également l’amitié et la valeur militaire48 : « L’homme, tout persuadé de son mérite », écrit encore La Rochefoucauld, « n’a en soi que des apparences trompeuses de vertu dont il éblouit les autres et dont souvent il se trompe lui-même49 ». Dans Bérénice, la vertu paraît aussi être ce mirage dont on éblouit les autres, ou dont on s’éblouit soi-même. Car si le premier acte dénonce à travers Antiochus la vision erronée que les autres se font du héros, Bérénice nous donne à voir, quant à elle, l’image éblouie dans laquelle celui qui aime se contemple aimer.

« J’aimais, Seigneur, j’aimais » 

25Car Bérénice se plaît à célébrer la pureté de son amour. Dès son apparition sur scène, après avoir évoqué la suspension des visites de son amant du fait du deuil de Vespasien, elle ajoute à l’intention d’Antiochus :

Jugez de ma douleur, moi dont l'ardeur extrême,
(Je vous l’ai dit cent fois) n’aime en lui que lui-même,
Moi, qui loin des grandeurs dont il est revêtu
Aurais choisi son cœur et cherché sa vertu. (I, 4, v. 159-162) 

  • 50 Bérénice rappelle ainsi au sujet de Titus, outre ses « serments mille fois redoublés » (v. 174), qu (...)

26Qu’il faille soupçonner ce que Bérénice nous dit de son amour pour Titus est suggéré ici par l’hyperbole « je vous l’ai dit cent fois », car l’expression – avec ses variantes « mille fois », « vingt fois » – s’avère dans Bérénice circonstancier des discours, ou des actions, également vains et finalement trompeurs50. Il ne faudra pas en effet attendre bien longtemps pour que cette idée d’un amour parfaitement insensible à la grandeur ne soit sévèrement entamée :

De cette nuit Phénice, as-tu vu la splendeur ?
Tes yeux ne sont-ils pas tout pleins de sa grandeur ?
Ces flambeaux, ce bûcher, cette nuit enflammée,
Ces Aigles, ces faisceaux, ce peuple, cette armée,
Cette foule de rois, ces consuls, ce Sénat,
Qui tous de mon amant empruntaient leur éclat ;
Cette pourpre, cet or que rehaussait sa gloire,
Et ces lauriers encore témoins de sa victoire.
Tous ces yeux, qu'on voyait venir de toutes parts
Confondre sur lui seul leurs avides regards ;
Ce port majestueux, cette douce présence.
Ciel ! avec quel respect et quelle complaisance,
Tous les cœurs en secret l'assuraient de leur foi ! (I, 5, v. 301-313)

  • 51 René Girard, « Racine poète de la gloire », Géométries du désir [2011], Paris, L’Herne, 2020, p. 13 (...)
  • 52 Sur cette question essentielle de l’idolâtrie des amants, nous renvoyons dans ce même numéro des Ét (...)
  • 53 Pierre Nicole, Traité de la comédie [1675], dans Traité de la comédie et autres pièces d’un procès (...)

27Le récit de l’apothéose de Vespasien décline tous les signes de la grandeur de Titus qui, quoi qu’elle en dise, ont ébloui Bérénice : les attributs de l’empereur – la pourpre, l’or, les lauriers –, les corps sur lesquels s’exerce son autorité – l’armée, les rois, les consuls, le sénat –, et cette foule de spectateurs dont « les avides regards » semblent être l’image, dans le tableau, de celui de Bérénice, et comme son nécessaire relais. Devant cette contrariété que Racine a pris soin d’introduire dès le premier acte de la tragédie, le lecteur ne peut manquer de s’interroger : n’est-ce pas le propre de ces hypotyposes raciniennes que de manifester la nature trouble, et les non-dits du désir ? Comme Néron ravi par la vue de Junie en larmes trahit la perversité de son désir, Bérénice révèle ici, dans le regard fasciné qu’elle porte sur l’empereur, un goût pour la grandeur qui fragilise sa déclaration initiale. Ainsi que le remarque René Girard, « la puissance politique de l’empereur et le caractère sacré de sa fonction sont toujours au premier plan dans l’expression poétique du désir […]. La toute-puissance impériale fournit à chacun, et à Bérénice en particulier, des raisons personnelles d’adorer l’empereur51 ». Si la reine se plaît à contempler son amant en « maître » du monde (I, 5, v. 316), c’est que les honneurs, le pouvoir, en un mot la « grandeur » de l’empereur, viennent flatter la nature idolâtre de son amour52. Bérénice elle-même le confesse : Titus est « tout ce que j’adore » (II, 4, v. 612). La contrariété ainsi introduite accuse dans l’amour de la reine juive une attache « illégitime », selon les mots de Pierre Nicole dans le Traité de la Comédie (1667) : « quelqu’honnêteté qu’on puisse s’imaginer dans l’amour d’une créature mortelle, cet amour est toujours vicieux et illégitime, lorsqu’il ne naît pas de l’amour de Dieu ; et il n’en peut naître lorsque c’est un amour de passion et d’attache, qui nous fait trouver notre joie et notre plaisir dans cette créature53 ». L’amour de la reine est coupable en ce qu’il tient du culte, d’un culte dévoyé, idolâtre – ce que vient encore dénoncer, dans la suite de la même tirade, l’allusion aux prières qu’elle s’apprête à aller former en faveur de Titus.

28Antiochus ne s’y trompe pas qui, à deux reprises, dénonce l’avantage que son rival tire du prestige conféré par Rome ; c’est même là, selon lui, la principale raison pour laquelle Titus jadis lui fut préféré :

Titus, pour mon malheur, vint, vous vit, et vous plut.
Il parut devant vous dans tout l’éclat d’un homme
Qui porte entre ses mains la vengeance de Rome.
La Judée en pâlit. (I, 4, v. 194-197)

29La variation sur le célèbre Venit vidit vicit articule l’amour de Bérénice au prestige du général romain, nouveau César, en même temps que la métaphore filée de la lumière (« éclat » vs « pâlit ») invite à y voir l’effet d’un jour trompeur. Plus loin, Antiochus avouera espérer dans les vertus du dépaysement : « Titus m’accable ici du poids de sa grandeur / Tout disparaît dans Rome auprès de sa splendeur » (III, 2, v. 793-794). L’amant malheureux dénonce dans l’amour de Bérénice un éblouissement, une offuscation que le retour en Orient pourrait dissiper. Ce faisant, ne pose-t-il pas une question essentielle : quelle est, sur Titus, sur lui-même, sur Bérénice, la juste perspective ?

30Celle-ci ne cesse de se dérober. Dans l’amour de la reine, on entend poindre parfois la voix de l’intérêt. Ainsi, lorsqu’elle reproche à Titus son ingratitude : « De combien de malheurs pour vous persécutée / Vous ai-je pour un mot sacrifié mes pleurs ? » (II, 4, v. 608-609), retiendra-t-on de ces vers la persécution répétée dont elle fut victime, ou sa promptitude à faire valoir ses souffrances et ses sacrifices ? Ses larmes mêmes sont soupçonnées par Arsace, lorsqu’à l’annonce du départ de la reine au début de l’acte V, il avance l’explication suivante : « […] Elle s’est offensée / Que Titus à ses pleurs l’ait si longtemps laissée. / Un généreux dépit succède à sa fureur » (IV, 9, v. 1263-1265). Ces pleurs étaient-ils une pure expression de l’amour souffrant ? Bérénice s’impatiente-t-elle pour finir de la trop longue résistance de son amant ? On apprendra bientôt que le départ annoncé de la reine dissimulait le projet de mettre fin à ses jours. Reste que la blessure de la reine, à en croire Arsace, est aussi une blessure d’orgueil. Une nouvelle fois la polyphonie théâtrale paraît exploitée de manière à introduire un soupçon dans l’esprit du lecteur. Dès le début de la pièce, Arsace prête à la reine un orgueil qui interroge : « La reine d’un regard a daigné m’avertir / Qu’à votre empressement elle allait consentir » (I, 1, v. 65-66), dit-il à Antiochus. Les verbes (daigner, consentir) pointent une curieuse condescendance de Bérénice à l’égard du roi de Comagène, qui annonce la superbe avec laquelle elle accueillera l’aveu de son amour :

Seigneur, je n’ai pas cru que, dans une journée
Qui doit avec César unir ma destinée
Il fût quelque mortel qui pût impunément
Se venir à mes yeux déclarer mon amant. (I, 4, v. 259-262)

  • 54 Antiochus : « Et c’est ce que je fuis. J’évite, mais trop tard, / Ces cruels entretiens où je n’ai (...)
  • 55 La Rochefoucauld, Maximes, éd. cit., p. 52. Variante : « L’amitié la plus sainte et la plus sacrée (...)

31De fait, dans son amitié pour Antiochus, Bérénice se montre surtout soucieuse de son propre intérêt. Comme Antiochus, et Villars après lui, on ne peut que juger « cruel », ou « peu honnête54 », le discours de la reine dans lequel elle avoue n’avoir vu en lui qu’un double de Titus. Quand il hésite à lui faire part de l’annonce de son renvoi, elle le soumet à un véritable chantage, d’autant plus cruel qu’elle n’ignore désormais plus rien de ses sentiments (III, 4, v. 885-886) ; on la voit aussi prompte à l’accuser, lui reprochant de chercher à provoquer la rupture entre Titus et elle (III, 4, v. 909-917). Certes elle est alors vaincue par la passion blessée. Reste que l’amitié de la reine pour Antiochus illustre les vérités les plus sombres des Maximes sur les amitiés humaines qui ne sont qu’« un commerce où l’amour-propre se propose toujours quelque chose à gagner55 » (maxime 83).

  • 56 Nicolas Coeffeteau, Histoire romaine, éd. cit., p. 173.
  • 57 « Il n’est point de si sale artifice, point de souvenir si secret qu’elle n’emploie pour le retenir (...)
  • 58 « Bérénice va jusqu’à proposer à Titus un simple concubinage (que Titus repousse) » (R. Barthes, Su (...)

32Racine a-t-il cherché à conserver au personnage de sa tragédie les caractéristiques morales que les historiens prêtaient au personnage historique, tout en les déguisant sous les apparences de la vertu ? Dans l’ouvrage de Coeffeteau, on lit, au sujet de la véritable Bérénice, que « le peuple romain ne pouvait supporter l’orgueil et l’impudence de cette Juive56 ». Les interprétations divergentes que propose à son sujet la pièce – celle que Bérénice a d’elle-même, celle de ses amants, celle d’Arsace – constituent autant de facettes différentes, changeantes, contradictoires. Et que penser de l’impatience amoureuse que trahit sa proposition de rester à Rome sans plus prétendre aux liens du mariage (IV, 5, v. 1126-1129) ? Une telle proposition, en compromettant la pureté du personnage tragique, a surpris les lecteurs, du XVIIe57 au XXe siècle58 : elle trahit, dans la souffrance de l’héroïne, un irrépressible désir de possession, et, sous le désintéressement proclamé, la loi de la cupiditas.

  • 59 « Chez Racine, rien n’est jamais certain des valeurs positives et surtout de leur application au mo (...)
  • 60 « Dans l’admiration qu’on a pour sa vertu, je trouve une manière de purger les passions, dont n’a p (...)
  • 61 « Sa dignité demande quelque grand intérêt d’État, ou quelque passion plus noble et plus mâle que l (...)

33En refusant à son lecteur la perspective à partir de laquelle se démêlerait la vérité des êtres, Bérénice engage une réflexion sur la vertu, sur ses apparences trompeuses et sur les mobiles impurs des comportements vertueux, qui participe de la « tristesse majestueuse » que le dramaturge revendique comme l’émotion produite par sa tragédie : les plus grandes actions et les plus beaux sentiments sont susceptibles de s’inverser, sous l’effet corrupteur de l’amour-propre, en autant de défaites ou de calculs intéressés59. Si cette dénonciation de l’illusion héroïque – et son corollaire, le refus d’un théâtre de l’admiration60 – sont, au même titre que le choix du sujet (« la perte d’une maîtresse61 »), des coups portés au système de son rival, Racine choisit toutefois de ne pas laisser le dernier mot à l’amor sui : au désespoir des amants tentés par le suicide, succède au dénouement le renoncement sublime de Bérénice, dont Racine écrit qu’il « renouvelle assez bien dans le cœur des spectateurs l’émotion que le reste y avait pu exciter » (« Préface »). Le choix du verbe renouveler retient l’attention : indique-t-il une émotion ravivée, redoublée, ou bien transformée, régénérée, comme lorsqu’on dit – l’exemple est de Furetière – que « la grâce de Jésus-Christ renouvelle les âmes » ?

La grâce à l’œuvre ?

  • 62 À Sainte-Beuve, pour qui « Bérénice, qui est si peu juive, est déjà chrétienne, c’est-à-dire résign (...)
  • 63 « Il est vrai qu’elle est soutenue par la fierté de servir “d’exemple à l’univers”. Est-ce à dire q (...)
  • 64 Villars, La Critique de Bérénice, op. cit., p. 518.
  • 65 Tony Gheeraert, « Sublime Bérénice », Études Epistémè [en ligne], 34, 2018, https://doi.org/10.4000 (...)
  • 66 Ibid.
  • 67 Jean Racine, « Quelques annotations des Moralia de Plutarque », dans Œuvres complètes. Prose, éd. c (...)
  • 68 « L’humilité est, aux yeux de l’évêque d’Hippone, la seule vertu proprement chrétienne […]. Cette v (...)

34Dès l’origine, la critique a hésité au sujet de la conversion de Bérénice : l’héroïsme dont elle fait preuve est-il « tout humain62 », étant provoqué dans une sorte de contagion héroïque par l’exemple d’Antiochus, l’abnégation de la reine restant même entachée d’amour-propre comme le suggère son empressement à donner cette « histoire douloureuse » en « exemple à l’univers63 » (V, 7, v. 1514-1516) ? Ou bien faut-il voir dans son soudain « changement de volonté » l’inspiration de la grâce ? Villars, pour moquer l’absence de préparation du dénouement, parle des personnages comme de « désespérés convertis64 ». Si cette proposition de lecture se voulait ironique, Tony Gheeraert, dans un article récent qui renouvelle lui-même notre lecture de la pièce65, propose de voir dans le « sublime » qui émane de la figure de la reine la modalité originale par laquelle Racine rend « acceptable aux yeux du public une métamorphose que seule peut expliquer l’intervention d’une force invisible66 ». Cette double lecture du dénouement n’est pas sans rappeler un exercice que le jeune Racine avait eu l’habitude de pratiquer à Port-Royal : lisant à travers un prisme chrétien les Vies parallèles, ou encore les Moralia, de Plutarque, il y décelait par endroits l’illustration de vérités théologiques, comme la Providence ou la Grâce. Ainsi, ce vers d’Homère – « Tel est le cœur des humains : il change comme les jours que nous envoie Jupiter, le père des hommes et des dieux » – suscitait le commentaire suivant : « Grâce. Les hommes n’ont point d’autres bons sentiments que ceux que Dieu leur donne67 ». C’est à un exercice comparable que le dramaturge paraît convier son public, à travers le mystère entourant la décision de son héroïne et la radicalité d’une métamorphose qui lui fait soudainement choisir l’humilité (« Bérénice, Seigneur, ne vaut point tant d’alarmes68 », V, 7, v. 1484) et le renoncement à sa volonté propre (« je suivrai vos ordres absolus », V, 7, v. 1494).

  • 69 Voir T. Gheeraert, « Sublime Bérénice », art. cit.
  • 70 Texte de 1697. Le texte original portait : « Je prétends quelque part à des souhaits si doux / Phén (...)
  • 71 La formule est d’Antiochus (dans la scène du quatrième acte supprimée par Racine dès la deuxième éd (...)
  • 72 Remarquons que les premiers mots de la reine dans cette scène – « Arrêtez, arrêtez, princes trop gé (...)
  • 73 Sur le personnage d’Antiochus, modèle de Bérénice, nous renvoyons à l’article de Laurence Plazenet, (...)
  • 74 Voir G. Declercq, art. cit. p. 139-165.

35Il se trouve en outre – cela a déjà été souligné69 – que Bérénice fait exception au paganisme des personnages : elle est une princesse juive, dont la religion prépare et annonce le christianisme. Racine, sensible aux critiques de Villars, a pris soin de gommer les locutions païennes qui risquaient d’occulter cette singularité de son héroïne au sein du personnel de sa tragédie. Sa piété est même discrètement évoquée à la fin du premier acte lorsqu’elle annonce s’en aller prier pour le nouvel empereur : « Que tardons-nous ? Allons pour son empire heureux / Au Ciel qui le protège offrir aussi nos vœux70 » (I, 5, v. 321-322) ; ce qu’au début de l’acte suivant, Paulin rappellera au spectateur en l’apprenant à Titus : « La reine, en ce moment, sensible à vos bontés, / Charge le Ciel de vœux pour vos prospérités » (II, 2, v. 333-334). L’insistance de Racine mérite de retenir l’attention, d’autant qu’ainsi situées à la charnière entre les deux premiers actes, les prières de la reine prennent un relief particulier. Si elles dénoncent, comme on l’a vu, l’idolâtrie de l’amante, elles nourrissent aussi l’ironie tragique : la reine, ne cessant de « travail[er] à son propre malheur71 », prie pour la prospérité du règne de Titus qui exigera d’elle qu’elle renonce à l’épouser. Convient-il alors d’attribuer à la prière de Bérénice un rôle déterminant dans le déroulement des événements ? Ne sera-t-elle pas finalement exaucée, au prix de son propre sacrifice ? Une causalité surnaturelle se dessine peut-être, qui préparerait dès le premier acte la conversion morale de la reine à la dernière scène de la tragédie72 – sans toutefois exclure, comme causes secondes du renoncement, l’exemple contagieux d’Antiochus73, et encore ce travail d’apprivoisement de la douleur dont Gilles Declercq a montré qu’il était l’une des fonctions de l’élégiaque74.

  • 75 Augustin, La Cité de Dieu, XIX, 25, éd. cit., p. 663 (voir aussi V, 19, p. 159).
  • 76 Les commentateurs hésitent, à propos de cette phrase d’Agrippa, entre une manifestation d’intérêt e (...)
  • 77 Actes, 26, 28-29. Nous soulignons.

36Cette hypothèse, qui rencontre l’idée augustinienne selon laquelle « il n’y a point de vraie vertu, où il n’y a point de vraie religion75 », est d’autant moins invraisemblable que Racine ne pouvait ignorer ce que les Actes des Apôtres rapportent au sujet de la Bérénice historique, à savoir qu’avant de venir à Rome elle avait rencontré l’apôtre Paul alors prisonnier du procurateur romain Festus. Avec son frère Agrippa, Bérénice a entendu Paul faire le récit de sa conversion. Si le récit biblique évoque un Agrippa curieux et peut-être même favorablement impressionné par l’Apôtre, rien n’y est dit de la réaction de la reine. Mais à Agrippa qui le complimentait – « il ne s’en faut guère que vous ne me persuadiez d’être chrétien76 » –, Paul répondit : « Plût à Dieu que non seulement il ne s’en fallût guère, mais qu’il ne s’en fallût rien du tout, que vous et tous ceux qui m’écoutent présentement devinssiez tels que je suis, à la réserve de ces liens77 ». L’Apôtre Paul a souhaité la conversion de la reine au christianisme.

  • 78 Antoine Godeau, dans La vie de l’apostre saint Paul, fait prononcer à l’Apôtre ces paroles qui ne f (...)
  • 79 Pierre Nicole, Traité de la comédie [1675], dans Traité de la comédie et autres pièces d’un procès (...)
  • 80 Louis Aragon, Aurélien [1944], Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1966, p. 28.
  • 81 Blaise Pascal, Pensées [1670], éd. Philippe Sellier, Paris, Classiques Garnier, 2010, fragment 55, (...)

37L’imagination du dramaturge a-t-elle travaillé à partir du récit biblique78 ? Cette rencontre lui inspira-t-elle le dénouement de sa tragédie, comme ayant pu préparer Bérénice au sacrifice de la séparation ? Nul ne saurait l’affirmer, ni l’exclure : « Dieu attache quelquefois le salut de certaines personnes à des paroles de vérité, qu’il a semés dans leur âme vingt ans auparavant, et qu’il réveille quand il lui plaît, pour leur faire produire des fruits de vie79 », lit-on dans le Traité de la Comédie. Racine semble avoir fait en sorte de laisser son lecteur rêver devant cette ultime interrogation. Décèlera-t-il alors dans le célèbre vers prononcé par Antiochus « Je demeurai longtemps errant dans Césarée » (I, 4, v. 235), l’écho lointain de cette rencontre entre la reine et l’apôtre, laquelle eut aussi lieu dans une ville de Palestine nommée Césarée (non pas Césarée de Philippe, mais la Césarée maritime proche de Jérusalem) ? Si la Césarée d’Antiochus est associée à l’errance et devient le symbole d’une humanité déchue et idolâtre, ballotée par ses passions, peut-être ce vers inscrit-il comme en filigrane le souvenir de cette autre Césarée où a résonné aux oreilles de la reine juive l’appel à la conversion. L’extraordinaire fécondité poétique de cet alexandrin, dont le héros d’Aragon disait la beauté « inexplicable80 », autorise-t-elle à y voir le « point81 » à partir duquel Racine inviterait à comprendre l’itinéraire de son héroïne ?

  • 82 Jean Racine, Phèdre [1677], « Préface », dans Œuvres complètes. Théâtre-Poésie, éd. cit., t. 1, p. (...)
  • 83 Voir, au sujet de cette première réconciliation avec Port-Royal, Georges Forestier, Jean Racine, Pa (...)
  • 84 Jean Racine, Phèdre [1677], « Préface », dans Œuvres complètes. Théâtre-Poésie, éd. cit., t. 1, p. (...)

38Dans la réflexion qu’elle propose sur la fausseté des vertus, dans sa critique de l’amour et de la vertu romaine comme idolâtrie de l’autre et de soi, Bérénice interprète ce thème central de l’apologétique augustinienne qu’est la critique des vertus païennes, et illustre certaines analyses du Traité de la Comédie. Ce faisant, le dramaturge se montre fidèle, quoi qu’en dise Villars, à la « véritable intention de la tragédie » qui est d’enseigner la vertu82, mais renouvelle la manière de la mettre en œuvre : il enseigne à déjouer les simulacres de vertu, et ayant ainsi découvert au spectateur la corruption de la nature humaine sous la grandeur apparente, lui offre d’apercevoir dans le sublime du dénouement l’œuvre de la grâce. Composée alors que le dramaturge se rapproche de ses anciens maîtres jusqu’à collaborer avec eux au Recueil de Poésies chrétiennes et diverses83, Bérénice n’œuvrerait-elle pas déjà à « réconcilier la Tragédie avec quantité de Personnes célèbres par leur piété et leur doctrine qui l’ont condamnée dans ces derniers temps84 » ?

Haut de page

Notes

1 Annotation de Jean Racine sur Les Vies parallèles de Plutarque (1655) dans Jean Racine, « Quelques annotations de Plutarque (Vies parallèles) », Œuvres complètes. Prose, éd. Raymond Picard, t. 2, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1952, p. 934.

2 Lettre à M. de Lionne (mars-avril 1670), citée par Georges Forestier, dans Jean Racine, Œuvres complètes. Théâtre-Poésie, éd. Georges Forestier, t. 1, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1999, p. 1405.

3 Notons toutefois que ces choix auront pour conséquence de retourner le grief de Saint-Évremond – celui de « détruire » la tragédie – contre Bérénice dont l’appartenance au genre tragique a parfois été jugée problématique.

4 J. Racine, Bérénice [1670], dans Œuvres complètes. Théâtre-Poésie, éd. cit., « Préface », p. 450.

5 Constant Venesoen, Thématique de la mère dans la tragédie racinienne, Saint-Denis, Connaissances et Savoirs, 2016, p. 103.

6 Raymond Picard, dans Jean Racine, Œuvres complètes. Théâtre-Poésie, éd. Raymond Picard, t. 1, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1950, p. 459.

7 Georges Forestier, dans Jean Racine, Bérénice [1670], « Préface », Paris, Le Livre de Poche, 2001, p. 13.

8 À cette date, seules les Maximes ont été publiées ; mais Jacques Esprit et le duc de La Rochefoucauld ayant largement collaboré dès 1659 autour du projet initial des Maximes, leurs œuvres respectives procèdent d’une matière commune : la dénonciation des vertus humaines, et des vertus des païens en particulier (voir Susan Read Baker, « La Rochefoucauld et Jacques Esprit », Revue d’Histoire littéraire de la France, 2, 1978, p. 179-189). Rappelons en outre que Racine et La Rochefoucauld se connaissaient depuis plusieurs années : à partir de 1656, La Rochefoucauld réside à l’hôtel de Liancourt, rue de Seine, où se réunissent nombre de proches de Port-Royal, dont Jacques Esprit, et que fréquente également Racine ; celui-ci écrit en 1663 qu’il « est obligé d’y aller presque tous les jours » (voir sa lettre à Monsieur l’abbé Le Vasseur, de novembre 1663 dans Racine, Œuvres complètes. Prose, éd. cit., p. 457). En 1665, La Rochefoucauld écoute Racine réciter sa tragédie Alexandre à l’hôtel de Nevers (voir Simon Arnauld de Pomponne, « Lettre à Robert Arnauld d’Andilly du 10 février 1665 », dans Rémi Mathis, Le Solitaire et le Ministre. Autour de la correspondance entre Arnauld d’Andilly et Arnauld de Pomponne (1646-1674), Paris, Nolin, 2012, p. 109).

9 Ce terme d’« imperfection » est celui qu’utilise Racine dans la préface de Britannicus à propos du héros tragique selon Aristote (La Poétique, chap. 13) : « bien loin d’être parfait, il faut toujours qu’il ait quelque imperfection » (Jean Racine, Britannicus [1669], « Préface », Œuvres complètes, op. cit., p. 373). Voir, sur cette imperfection du héros tragique, Tony Gheeraert, « Naissance des monstres. Le mal et ses doubles dans Britannicus », https://hal-genes.archives-ouvertes.fr/CEREDI/hal-02379296v1 [consulté le 1er mars 2021] ; et Michel Bouvier, « Une dramaturgie de l’amour-propre : le théâtre de Racine », dans Gilles Declercq et Michèle Rosellini (dir.), Jean Racine 1699-1999, Actes du colloque du tricentenaire, Paris, Presses Universitaires de France, 2003, p. 189-210.

10 Georges Forestier, dans Jean Racine, Œuvres complètes. Théâtre-Poésie, éd. cit., p. 1458.

11 Jean Rohou, « Structure et signification dans Britannicus, Bérénice, et Mithridate », Littératures classiques, 26, 1996, p. 51-72, en particulier p. 72.

12 « Elle possède en outre ce privilège […] d’avoir immédiatement suscité deux types d’interprétation parfaitement contradictoires » (Gérard Defaux, « Titus ou le héros tremblant », French Forum, 10, 1985, p. 271-294, en particulier p. 271).

13 Augustin, La Cité de Dieu, V, 19, trad. de Ceriziers, Paris, Pierre Le Petit, 1655, p.159.

14 Suétone, Vies des douze Césars, « Titus », trad. Henri Ailloud, Paris, Gallimard, coll. « Folio classique », 1975, p. 411.

15 Roger de Bussy-Rabutin, lettre à Mme Bossuet, datée du 13 août 1671. Il ajoute : « Il se laisse aller d’abord aux remontrances de Paulin, qui, le voyant ébranlé, lui amène le peuple et le sénat pour l’engager, au lieu que s’il eût parlé ferme à Paulin, il aurait trouvé tout le monde soumis à ses volontés. Voilà comme j’en en aurais usé, Madame, et ainsi j’aurais accordé la gloire avec l’amour » (Roger de Bussy-Rabutin, « Lettre à Mme Bossuet du 13 août 1671 », Correspondance avec sa famille et ses amis, t. 2, Paris, Charpentier, 1858, p. 6).

16 Tite et Titus ou Critique sur les Bérénices, dans Racine, Œuvres complètes. Théâtre-Poésie, éd. cit., p. 539.

17 Voir Roland Barthes, Sur Racine, Paris, Seuil, 1960, et Roger Planchon, dans Émile Copfermann, Théâtres de Roger Planchon, Paris, 10/18, 1962, p. 367-368.

18 Voir, dans ce même numéro d’Études Épistémè, l’article de Tony Gheeraert, « Bérénice, l’amour en fuite ». Non seulement Racine fait plusieurs allusions à la mort prochaine de Titus (l’empereur mourut prématurément en 81, soit deux ans environ après le renvoi de Bérénice), mais il invite à voir dans la séparation d’avec Bérénice la véritable cause de sa mort : évoquant « des combats dont [s]on cœur saignera plus d’un jour » (v. 454), Titus ajoute : « je n’examine point si j’y pourrai survivre » (v. 552). À Bérénice, il déclare : « je sens bien que sans vous je ne saurais plus vivre, que mon cœur de moi-même est prêt à s’éloigner » (v. 1100-1101) ; et « j’espère que bientôt la triste Renommée / Vous fera confesser que vous étiez aimée. / Vous verrez que Titus n’a pu sans expirer… » (v. 1123-1125). Nulle hyperbole précieuse, mais une certitude tragique confirmée par les faits.

19 Nicolas Coeffeteau, Histoire romaine, Paris, Cramoisy, 1621, p. 175.

20 François de La Rochefoucauld, Maximes et réflexions diverses [1665], éd. Jacques Truchet, Paris, Garnier-Flammarion, 1977, maxime 10, p. 46.

21 Ibid., maxime 490, p. 86.

22 En témoigneraient encore ces mots par lesquels Mme Bossuet, la destinataire de Bussy, annonçait à son correspondant l’envoi de la tragédie : « Tenez, Monsieur, voilà la Bérénice que je vous ai promise. Je vous défie, tout révolté que vous puissiez être contre l’amour, de la lire sans émotion, et quelque entêté que vous soyez de la gloire, de ne vouloir pas un mal enragé à Titus de la préférer à une si aimable maîtresse. » (Mme Bossuet, « Lettre du 28 juillet 1671 », dans Roger de Bussy-Rabutin, Correspondance avec sa famille et ses amis, op. cit., p. 5). Pour Gérard Defaux, la « rhétorique du questionnement » que déploie la pièce s’adresse, au-delà des personnages, au spectateur lui-même : « transformée en vaste point d’interrogation, la tragédie devient par excellence le lieu d’une quête et d’une enquête, d’une remise en question qui interdit d’entrée toute simplification et toute certitude » (G. Defaux, art. cit., p. 280).

23 « Car tout ce qui est dans le monde est ou concupiscence de la chair, ou concupiscence des yeux, ou orgueil de la vie » (1 Jean, 2, 16, dans La Bible, trad. Lemaître de Sacy, éd. Philippe Sellier, Paris, Robert Laffont, 1990). On interrogera de même, dans la bouche de Paulin, la formule « cet amour de gloire » (II, 2, v. 491).

24 Nous rejoignons ici l’analyse de Bernard Croquette (dans « Racine et l’éblouissement cornélien », Littératures classiques, 26, 1996, p. 115-121) : « Titus quête éperdument dans le regard d’autrui la reconnaissance éblouie de l’image glorieuse qu’il veut garder de lui-même ». Le critique propose en outre un parallèle éclairant entre la disgrâce d’Agrippine par un Néron « ébloui de sa gloire » et celle de Bérénice au lendemain de l’apothéose de Vespasien.

25 Sur ce texte, voir Jean Lafond, « L’amitié selon Arnauld d’Andilly », dans Brigitte Maillard (dir.), Foi, fidélité, amitié en Europe à la période moderne. Mélanges offerts à Robert Sauzet, t. 2, Tours, Presses universitaires François Rabelais, 1995, p. 487-498.

26 Robert Arnauld d’Andilly, cité par J. Lafond, art. cit.

27 Ibid.

28 Voir Philippe Sellier, « La Rochefoucauld, Pascal, saint Augustin », Port-Royal et la littérature, t. 2, Paris, Honoré Champion, 2012, p. 273-309.

29 Augustin, La Cité de Dieu, V, 12 (cité par Ph. Sellier, dans « La Rochefoucauld, Pascal, saint Augustin », Port-Royal et la littérature, t. 2, op. cit., p. 273-309). De même Nicole dans le Traité de la comédie dénonce « cette vertu romaine, qui n’est qu’un furieux amour de soi-même » (Pierre Nicole, « Traité de la comédie », 1667, dans Traité de la comédie et autres pièces d’un procès du théâtre, éd. Laurent Thirouin, Paris, Honoré Champion, 1998, p. 62).

30 Les vers de Virgile – « Père infortuné qui pour conserver à ses citoyens le trésor précieux de leur liberté éteindra dans le sang de ses propres enfants les troubles qu’ils voulaient exciter pour la détruire : et quoique puisse dire la postérité d’une action si extraordinaire, sa passion pour son pays et son ardent amour pour la gloire, lui feront surmonter dans son esprit les mouvements si vifs et si tendres de l’affection paternelle. » (Virgile, L’Énéide, trad. Louis Isaac Lemaître de Sacy et Pierre Nicole, 1666, VI, v. 821-822, p. 167) – que Racine paraphrase dans le dernier distique sont aussi ceux qu’à deux reprises Augustin cite à l’appui de sa critique (voir La Cité de Dieu, III, 16 et V, 18) ; la surimpression est probable, sous la plume de celui qui écrivait en 1665 dans la « Première lettre à l’auteur des Hérésies imaginaires » : « Saint Augustin cite Virgile aussi souvent que vous citez saint Augustin » (Racine, « Lettre à l’auteur des Hérésies imaginaires et des deux Visionnaires », dans Œuvres complètes. Prose, éd. cit., p. 20). Jacques Esprit citera ce même passage de Virgile au chapitre IV (« L’amitié ») de La Fausseté des vertus humaines.

31 Il est question dans la correspondance de La Rochefoucauld d’une « condamnation de Brutus » dont Jacques Esprit serait l’auteur : « je vous conjure de m’envoyer la condamnation de Brutus ; je vous déclare que jusqu’ici je suis pour lui contre vous », écrit La Rochefoucauld à Esprit, en 1659 (voir Antoine Adam, Histoire de la littérature française au XVIIe siècle [1954 et 1956], t. 3, Paris, Albin Michel, 1997, p. 93).

32 Villars (abbé de), La Critique de Bérénice, dans Racine, Œuvres complètes. Théâtre-Poésie, éd. cit., p. 513 (il commente le texte de 1670).

33 Tite et Titus, dans Racine, Œuvres complètes. Théâtre-Poésie, éd. cit., p. 546-547.

34 Voltaire, « Remarques sur Bérénice » [1764], Œuvres complètes, t. 3, Paris, Baudoin frères, 1826, p. 323-324.

35 Marie-Madeleine Pioche de La Vergne, comtesse de La Fayette, La Princesse de Clèves [1678], éd. Jean Mesnard, Paris, GF-Flammarion, 1996, p. 239.

36 Jacques Esprit, La Fausseté des vertus humaines [1678], Paris, Aubier, 1996, p. 532-533.

37 G. Forestier dans Racine, Œuvres complètes. Théâtre-Poésie, éd. cit., p. 1463.

38 « […] l’homme corrompu est fait comme ces médailles qui représentent la figure d’un saint et celle d’un démon dans une seule face et par les mêmes traits. Il n’y a que la diverse situation de ceux qui la regardent qui change l’objet ; l’un voit le saint, et l’autre voit le démon » (cité dans La Rochefoucauld, Maximes et réflexions diverses, Paris, GF-Flammarion, 1977, p. 160-161).

39 Villars, La Critique de Bérénice, dans Racine, Œuvres complètes. Théâtre-Poésie, éd. cit., p. 512.

40 « On ne le [Antiochus] fait venir là que pour lui faire écouter la description du siège de Jérusalem dont il est apparemment mieux informé que celui [Arsace] qui la fait, et à laquelle sa douleur l'empêche sans doute d'être attentif, d'autant plus que ce siège n'est de nulle importance à l'affaire dont il s'agit, ni d’aucun éclaircissement au spectateur. » (Villars, La Critique de Bérénice, éd. cit., p. 511-512).

41 Voir G. Forestier dans Racine, Œuvres complètes. Théâtre-Poésie, éd. cit., p. 1471.

42 La Rochefoucauld, Maximes, éd. cit., maxime 160, p. 58.

43 J. Esprit, La Fausseté des vertus humaines, éd. cit., p. 78.

44 La référence est ici évidemment l’ouvrage de Paul Bénichou, Morales du grand Siècle, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des idées », 1948.

45 Nous remercions ici Tony Gheeraert d’avoir attiré notre attention sur l’ambiguïté de cette évocation de Titus.

46 Ph. Sellier, « L’anamorphose des grands hommes », Port-Royal et la littérature, t. 2, op.cit., p. 312-326.

47 La Chapelle-Bessé, « Discours sur les Réflexions ou sentences et maximes morales », dans La Rochefoucauld, Maximes et Réflexions diverses, éd. cit., p. 157.

48 Voir Sylvie Requemora-Gros, « L’amitié dans les Maximes de La Rochefoucauld », Dix-septième siècle, 51, 4, 1999, p. 687-728. Parmi les rencontres entre la tragédie et le texte des Maximes, citons encore cet aveu d’Antiochus à Arsace : « Tous mes moments ne sont qu’un éternel passage/De la crainte à l’espoir, de l’espoir à la rage » (v. 1299-1300), qui fait écho à la maxime 75 : « L’amour aussi bien que le feu ne peut subsister sans un mouvement continuel ; et il cesse de vivre dès qu’il cesse d’espérer ou de craindre. » (La Rochefoucauld, Maximes, éd. cit., p. 51)

49 François de La Rochefoucauld, « Lettre au Père Thomas Esprit du 6 février [1665 ?] », dans Œuvres complètes, éd. Louis Martin-Chauffier, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1964, p. 630.

50 Bérénice rappelle ainsi au sujet de Titus, outre ses « serments mille fois redoublés » (v. 174), qu’« il a cent fois rassuré [son] amour contre leurs dures lois. Cent fois… » (v. 641-643). On sait que ces assurances pour finir n’engageront pas l’empereur. Autre erreur que l’hyperbole vient accuser, cette union entre Antiochus et Titus dont se leurre la reine : « Cent fois je me suis fait une douceur extrême / D’entretenir Titus dans un autre lui-même » (v. 271-272) confie-t-elle à Antiochus.

51 René Girard, « Racine poète de la gloire », Géométries du désir [2011], Paris, L’Herne, 2020, p. 136-138.

52 Sur cette question essentielle de l’idolâtrie des amants, nous renvoyons dans ce même numéro des Études Épistémè à l’article de Victoire Malenfer « “Cet amour est ardent, il le faut confesser” : la tragédie de l’amour excessif et de l’attachement dans Bérénice ».

53 Pierre Nicole, Traité de la comédie [1675], dans Traité de la comédie et autres pièces d’un procès du théâtre, éd. Laurent Thirouin, Paris, Honoré Champion, 1998, p. 57. Rappelons qu’à la même date Robert Arnauld d’Andilly adresse à Mme de Sévigné, dont la fille vient de partir pour la Provence, une accusation de même nature : « Il me gronda très sérieusement ; et, transporté de zèle et d’amitié pour moi, il me dit que j’étais folle de ne point songer à me convertir ; que j’étais une jolie païenne ; que je faisais de vous une idole dans mon cœur ; que cette sorte d’idolâtrie était aussi dangereuse qu’une autre, quoiqu’elle me parut moins criminelle ; qu’enfin je songeasse à moi : il me dit tout cela si fortement, que je n’avais pas le mot à dire. » (Marie de Rabutin-Chantal, marquise de Sévigné, « Lettre à Livry du 29 avril 1671 », Correspondance, éd. Roger Duchêne, vol. 1, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1972-1978, p. 238).

54 Antiochus : « Et c’est ce que je fuis. J’évite, mais trop tard, / Ces cruels entretiens où je n’ai point de part. / Je fuis Titus. Je fuis ce nom qui m’inquiète, / Ce nom qu’à tout moment votre bouche répète. / Que vous dirais-je enfin ? Je fuis des yeux distraits / Qui me voyant toujours ne me voyaient jamais. » (I, 4, v. 273-278). Villars commente : « L’amour qu’elle a pour Titus est si extraordinaire, qu’elle a voulu durant cinq années donner à l’amoureux Antiochus, le déplaisir de lui en faire confidence sous ombre d’amitié ; elle est si insensée qu’elle ne voit pas combien ce procédé est bizarre, peu honnête, et peu nécessaire : le jour qu’elle doit épouser Titus, elle cherche ce roi pour lui ouvrir son cœur, et l’amour lui ôtant la mémoire elle s’étonne qu’il l’aime, s’irrite qu’il le lui dise avant que de partir et le laisse aller sans lui faire aucune honnêteté » (La Critique de Bérénice, éd. cit., p. 514).

55 La Rochefoucauld, Maximes, éd. cit., p. 52. Variante : « L’amitié la plus sainte et la plus sacrée n’est qu’un trafic où nous croyons toujours gagner quelque chose ».

56 Nicolas Coeffeteau, Histoire romaine, éd. cit., p. 173.

57 « Il n’est point de si sale artifice, point de souvenir si secret qu’elle n’emploie pour le retenir. Tantôt elle lui demande si son amour ne peut agir qu’au sénat ; elle le prie qu’il la voie plus souvent, et qu’il ne lui donne plutôt rien, qu’il la garde toujours près de lui, encore qu’il ne l’épousera pas. J’ai honte, Seigneur, de rapporter des choses de cette nature. Jugez si l’on peut donner un sens honnête à ces paroles, et quelles idées elles font dans les esprits » (Tite et Titus, dans Racine, op. cit., p. 550).

58 « Bérénice va jusqu’à proposer à Titus un simple concubinage (que Titus repousse) » (R. Barthes, Sur Racine, [1960], Seuil, 1963, p. 9). Pour Gilles Declercq, « cette demande de Bérénice la conduirait à sortir de sa pureté éthique et tragique, puisqu’en demandant à partager l’air respiré par Titus elle envisage implicitement de devenir sa maîtresse et non son épouse » (G. Declercq, « ‘Alchimie de la douleur’ : l’élégiaque dans Bérénice, ou la tragédie éthique », Littératures classiques, 26, 1996 p. 158, n. 52).

59 « Chez Racine, rien n’est jamais certain des valeurs positives et surtout de leur application au monde. C’est bien de cette incertitude, de ce déficit de vérité absolue, de cette non-coïncidence ou de cette coïncidence seulement partielle des vertus à la réalité que l’on pleure. Face à cette inadéquation, les spectateurs se reconnaissent et, en même temps qu’ils plaignent les héros qui gémissent, gémissent eux-mêmes de ce statut partagé » (Christian Biet, « La passion des larmes », Littératures classiques, 26, 1996, p. 175-176). De même, pour Gérard Defaux, « Là où, dans son premier discours, Corneille affirmait que l’une des utilités du poème dramatique consiste à permettre au spectateur de distinguer clairement, à l’aide d’une peinture aussi « naïve » que possible, le visage du vice d’avec celui de la vertu, Racine crée, avec Bérénice, un univers tragique insaisissable et incertain, où la vertu prend les traits de Néron et où la vérité jamais ne se possède » (G. Defaux, « Titus, ou le héros tremblant », art. cit., p. 281).

60 « Dans l’admiration qu’on a pour sa vertu, je trouve une manière de purger les passions, dont n’a point parlé Aristote, et qui est peut-être plus sûre que celle qu’il prescrit à la tragédie par le moyen de la pitié et de la crainte. » Pierre Corneille, « Examen de Nicomède » [1660-1662], dans Œuvres complètes, éd. Georges Couton, t. 2, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1984, p. 643.

61 « Sa dignité demande quelque grand intérêt d’État, ou quelque passion plus noble et plus mâle que l’amour, telles que sont l’ambition ou la vengeance, et veut donner à craindre des malheurs plus grands que la perte d’une maîtresse ». Pierre Corneille, Premier Discours sur l’utilité et les parties du Poème dramatique [1660], dans Œuvres complètes, éd. Georges Couton, t. 3, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1984, p. 124.

62 À Sainte-Beuve, pour qui « Bérénice, qui est si peu juive, est déjà chrétienne, c’est-à-dire résignée : elle retournera en sa Palestine, et y rencontrera peut-être quelque disciple des apôtres qui lui indiquera le chemin de la Croix » (Sainte-Beuve, « Reprise de Bérénice », Revue des deux mondes, 5, 1844, p. 359), Félix Hémon répond : « La conversion de Bérénice au christianisme ne semble pas si prochaine, et l'héroïsme de son sacrifice est tout humain […]. Cet héroïsme est très différent sans doute de l’héroïsme cornélien ; mais s’il est chrétien, tout ce qui est mesuré, délicat, chastement contenu, le sera » (« Bérénice », dans Cours de littérature à l’usage des divers examens [1890], vol. 7 à 8, Paris, Librairie Charles Delagrave, 1893, p. 28).

63 « Il est vrai qu’elle est soutenue par la fierté de servir “d’exemple à l’univers”. Est-ce à dire que ce qui se veut et se croit dévouement poussé jusqu’au sacrifice reste grevé par l’amour de soi ? », s’interroge J. Rohou (J. Rohou, art. cit., p. 72). Quant à Bussy, il se représente la reine partant « de Rome la rage dans le cœur contre Titus » (Bussy-Rabutin, « Lettre à Mme Bossuet du 13 août 1671 », op. cit., p. 6).

64 Villars, La Critique de Bérénice, op. cit., p. 518.

65 Tony Gheeraert, « Sublime Bérénice », Études Epistémè [en ligne], 34, 2018, https://doi.org/10.4000/episteme.3507, [consulté le 9 septembre 2020].

66 Ibid.

67 Jean Racine, « Quelques annotations des Moralia de Plutarque », dans Œuvres complètes. Prose, éd. cit., p. 947.

68 « L’humilité est, aux yeux de l’évêque d’Hippone, la seule vertu proprement chrétienne […]. Cette vertu était particulièrement en honneur à Port-Royal », écrit Philippe Sellier, qui cite en outre la maxime 358 : « L’humilité est la véritable preuve des vertus chrétiennes : sans elle nous conservons tous nos défauts, et ils sont seulement couverts par l’orgueil qui les cache aux autres, et souvent à nous-mêmes » (Ph. Sellier, « La Rochefoucauld, Pascal, Saint Augustin », dans Port-Royal et la littérature, t. 2, op. cit., p. 286 ; voir aussi du même auteur, Pascal et saint Augustin [1970], Paris, Albin Michel, coll. « Bibliothèque de l’évolution de l’humanité », 1995, p. 188-190). De même, pour Nicole, « l’humilité est la seule mesure véritable de la vertu » (Lettres de feu M. Nicole, t. 2, Lille, Jean-Baptiste Brovellio, 1718, p. 90).

69 Voir T. Gheeraert, « Sublime Bérénice », art. cit.

70 Texte de 1697. Le texte original portait : « Je prétends quelque part à des souhaits si doux / Phénice, allons nous joindre aux vœux qu’on fait pour nous » (voir « Notes et variantes » sur Bérénice, dans Racine, Œuvres complètes. Théâtre-Poésie, t. 1, éd. cit., p. 1473).

71 La formule est d’Antiochus (dans la scène du quatrième acte supprimée par Racine dès la deuxième édition).

72 Remarquons que les premiers mots de la reine dans cette scène – « Arrêtez, arrêtez, princes trop généreux » (V, 7, v. 1469) –, devaient sans doute rappeler au spectateur le dénouement de Polyeucte et l’intervention de Félix soudainement touché par la grâce : « Arrêtez-vous, Seigneur » (Corneille, Polyeucte, dans Œuvres complètes, op. cit., t. 1, V, 6, v. 1763, p. 1048.)

73 Sur le personnage d’Antiochus, modèle de Bérénice, nous renvoyons à l’article de Laurence Plazenet, dans le présent numéro, « ‘De mes pleurs vous ne vous rirez plus’ : le Cas Antiochus ».

74 Voir G. Declercq, art. cit. p. 139-165.

75 Augustin, La Cité de Dieu, XIX, 25, éd. cit., p. 663 (voir aussi V, 19, p. 159).

76 Les commentateurs hésitent, à propos de cette phrase d’Agrippa, entre une manifestation d’intérêt et une raillerie ironique.

77 Actes, 26, 28-29. Nous soulignons.

78 Antoine Godeau, dans La vie de l’apostre saint Paul, fait prononcer à l’Apôtre ces paroles qui ne figurent pas dans le récit biblique : « je donnerais volontiers pour vous, non seulement ma liberté, mais encore ma vie » (Antoine Godeau, La Vie de l’apostre saint Paul, Paris, Jean Camusat et Pierre Le Petit, 1651, p. 250). Pour le P. Nicolas Caussin, l’effet de cette rencontre fut « d’imprimer en l’âme du Prince et de la Princesse une bonne opinion de la religion chrétienne » (La Cour sainte, t. 2, Bruxelles, François Foppens, 1664, p. 663).

79 Pierre Nicole, Traité de la comédie [1675], dans Traité de la comédie et autres pièces d’un procès du théâtre, éd. Laurent Thirouin, Paris, Honoré Champion, 1998, chap. IV, ix, p. 51.

80 Louis Aragon, Aurélien [1944], Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1966, p. 28.

81 Blaise Pascal, Pensées [1670], éd. Philippe Sellier, Paris, Classiques Garnier, 2010, fragment 55, p. 174-175. Ou encore La Rochefoucauld, maxime 104 : « Les hommes et les affaires ont leur point de perspective. », dans Maximes, éd. cit., p. 54.

82 Jean Racine, Phèdre [1677], « Préface », dans Œuvres complètes. Théâtre-Poésie, éd. cit., t. 1, p. 819.

83 Voir, au sujet de cette première réconciliation avec Port-Royal, Georges Forestier, Jean Racine, Paris, Gallimard, 2006, p. 346-348. Pour Antoine Adam, la réconciliation avait probablement été « immédiate » (voir A. Adam, Histoire de la littérature française au XVIIe siècle. L’apogée du siècle, t. 3, p. 20) ; pour Philippe Sellier, « la brouille avec Port-Royal ne fut, brièvement, que jeux de surface » (voir Philippe Sellier, « Les tragédies de Racine et Port-Royal », dans Port-Royal et la littérature, t. 2, p. 469).

84 Jean Racine, Phèdre [1677], « Préface », dans Œuvres complètes. Théâtre-Poésie, éd. cit., t. 1, p. 819.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Constance Cagnat-Deboeuf, « La fausseté des vertus dans Bérénice »Études Épistémè [En ligne], 40 | 2021, mis en ligne le 20 octobre 2021, consulté le 05 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/episteme/13497 ; DOI : https://doi.org/10.4000/episteme.13497

Haut de page

Auteur

Constance Cagnat-Deboeuf

Sorbonne Université

Constance Cagnat-Deboeuf est maître de conférences en littérature française à Sorbonne Université. Ses recherches portent sur le groupe de Port-Royal, Bossuet (Bossuet, Sermons. Le Carême du Louvre, Folio classique, 2001) et le conte de fées littéraire (Mme d’Aulnoy, Contes de fées, Folio classique, 2008).

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search