Navigation – Plan du site

AccueilNuméros40Trois siècles et demi de lectures...Le consentement tragique : Béréni...

Trois siècles et demi de lectures critiques

Le consentement tragique : Bérénice au miroir de Marie Mancini

Tragic Consent: Bérénice as a Mirror of Marie Mancini
Jennifer Tamas

Résumés

« Vous êtes empereur, Seigneur, et vous pleurez ? » Cet article montre comment Racine tire de la séparation forcée entre Louis XIV et Marie Mancini une tragédie à la gloire du monarque qui en est le premier spectateur. Ce n’est pas la mort, mais le renoncement à l’amour qui est source de larmes. Derrière le vernis de la fable théâtrale, le parallèle entre Marie et Bérénice est porteur d’une réflexion nouvelle. Non seulement, les deux femmes paraissent incarner un pouvoir de résistance rarement décelé, mais leur combat appelle une reconnaissance aussi bien symbolique que tragique. Fondée sur une dramaturgie du silence, la pièce montre l’évolution du consentement qui unit Titus et Bérénice. Au lieu de se concentrer sur Titus et la question du double corps du roi, cet article vise à rétablir la place qu’occupe Bérénice dans la pièce aussi bien sur les plans rhétorique que dramaturgique. Le dénouement est porté par un consentement tragique, particulièrement inédit au théâtre : la reconnaissance d’un renoncement librement consenti – une agnition qui témoigne chez Racine d’une appréciation nouvelle d’Aristote. Non seulement Bérénice ne cède pas à l’empereur mais elle lui résiste, elle l’éprouve et elle achève son parcours par un acte de renonciation sublime. Racine puise dans les amours royales un sujet qui nourrit une réflexion profonde sur la mésalliance et le mariage, mais il magnifie aussi la puissance et le sublime d’un devoir féminin fondé sur la résistance.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le traité de paix ne sera signé que le 7 novembre 1659.
  • 2 Sur la politique matrimoniale de Mazarin et ses nièces, voir Simone Bertière, Les Femmes du Roi-Sol (...)
  • 3 Le témoignage de Madame de Lafayette va en ce sens : « mais comme il [Mazarin] vit dans la suite qu (...)
  • 4 On la fait partir avec ses sœurs le 22 juin 1659 : « Le Roi l’accompagna jusqu’à son carrosse, mont (...)
  • 5 « Cette affaire est peut-être la plus délicate que j’aie eue de ma vie, et qui m’a donné le plus d’ (...)
  • 6 « Qu’ai-je fait pour l’honneur ? J’ai tout fait pour l’amour » (IV, 4, v. 1030). (Toutes les citati (...)

1Durant l’été 1659, alors que Mazarin s’épuise dans les Pyrénées pour négocier le mariage de Louis XIV avec l’infante d’Espagne et sceller enfin la paix entre les deux royaumes1, notre jeune monarque qui n’a que vingt ans ne cède ni aux injonctions de sa mère, Anne d’Autriche, ni à celles de son ministre : il continue d’entretenir avec Marie Mancini une passion amoureuse insensée. Mazarin est d’autant plus ulcéré que la jeune femme en question n’est autre que sa nièce qu’il avait fait venir à Paris pour l’établir2. Marie Mancini n’est guère docile et entend mener sa vie amoureuse libre de toute emprise3. La correspondance entre Mazarin et Anne d’Autriche retrace la façon dont ils arrachent Marie au roi et l’exilent sur les terres de Brouage4, « malgré lui, malgré elle ». Cette affaire fut, selon les mots même du ministre, la plus délicate qu’il eut à traiter ; elle faillit lui coûter la paix des Pyrénées5. Il déploya tous les artifices de la rhétorique pour raisonner, presser, enjoindre le roi de devenir raisonnable. Mais Louis se consume : il fait « tout pour l’amour et rien pour l’honneur »6.

2Rien n’y fait. Non seulement Louis continue de correspondre avec Marie exilée, mais en plus il lui promet de l’épouser contre l’avis de tous (et surtout pendant que Mazarin peine à rédiger le contrat de mariage qui l’unira à Marie-Thérèse). La promesse donnée renforce l’amour et l’espoir. Le roi peut tout, il a parlé, et pourtant Marie et Louis vont se séparer.

  • 7 « Ce ne serait pas la première fois qu’une œuvre littéraire aurait placé en pleine lumière un fait (...)
  • 8 Sur cette hypothèse, voir Elizabeth C. Goldsmith et Abby Zanger, « The Politics and Poetics of the (...)
  • 9 Pour plaire à Louis XIV, Jean de Loret célèbre Marie Mancini dans sa Muse historique (voir 7 févrie (...)
  • 10 Voir l’article de Francis Matthieu qui dresse un rapide état des lieux : « Panégyrique, sacré et ex (...)
  • 11 On dit que Racine aurait demandé au roi l’autorisation d’utiliser cette anecdote personnelle. Une a (...)
  • 12 « L’Amante apprendra de Bérénice […] à dire adieu et se séparer de bonne grâce. Cette pratique est (...)
  • 13 Selon Bussy-Rabutin, l’amour de Titus est loin d’être certain : « Cependant il me paraît que Titus (...)
  • 14 Gilles Declercq, « "Alchimie de la douleur" : L’élégiaque dans Bérénice, ou la tragédie éthique », (...)

3Contrairement à Georges Forestier, nous ne pensons pas qu’il s’agisse là d’une simple anecdote, que seule la pièce de Racine rende digne d’intérêt7. Il s’agit au contraire d’un événement crucial (menaçant aussi bien l’équilibre du royaume que celui de sa politique étrangère), dont Louis XIV tire une leçon digne d’être partagée avec le dauphin8. Loin d’être insignifiant, l’événement est partout relaté dans les lettres, les journaux, les Mémoires9. Dix ans plus tard, Racine, à travers la représentation de Bérénice, tend à la cour un miroir des amours passées dont le souvenir est encore bien vivant dans les esprits. C’est cette valeur d’exemplum qu’il interroge à travers la loi de Rome et la question de la mésalliance. La correspondance parfaite entre Rome et Versailles n’est plus à démontrer10. Bien que les conditions d’écriture de la pièce soient encore débattues, il est probable qu’elles reposent sur l’anecdote d’une triste séparation royale11. Quelle que soit la porosité entre fiction et Histoire (qu’il s’agisse de l’histoire de Rome ou de celle de Versailles), la pièce offre une magistrale leçon de séparation qui n’a rien de risible, n’en déplaise à l’abbé Villars12. La critique a longtemps débattu pour savoir si Bérénice est une « vieille maîtresse » qu’il est temps d’éconduire (de Bussy-Rabutin à Nathalie Azoulai en passant par Roland Barthes13) ou si Titus est habité par une passion toujours vivace dont il lui faut faire le deuil (Gilles Declercq montre magnifiquement comment Titus use d’une rhétorique des passions pour faire accepter la séparation à la femme qu’il aime éperdument14).

  • 15 « À cela près, le dernier Adieu qu’elle dit à Titus, et l’effort qu’elle se fait pour s’en séparer, (...)

4Aussi justes et belles que soient ces analyses, il me semble que la tristesse majestueuse de la pièce est portée par un consentement tragique assez inédit au théâtre, qui magnifie l’anecdote royale. N’oublions pas que Louis XIV en est le premier spectateur et qu’au drame qui se joue devant lui se superpose le souvenir de sa propre expérience. En concentrant l’effort d’analyse sur Titus, la critique fait souvent passer au second plan la reine de Palestine. Or la pièce porte son nom et c’est bien elle qui a le dernier mot. Son combat est héroïque, comme le salue Racine lui-même dans sa préface15. Le refus ultime de Bérénice invite à reconsidérer toute la pièce et à prendre sa parole au sérieux ainsi que la négociation qu’elle mène auprès de Titus. Est-ce un consentement libre ou forcé ?

  • 16 Vanessa Springora, Le Consentement, Paris, Grasset, 2020.
  • 17 Geneviève Fraisse, Du consentement, Seuil, 2007 (et octobre 2017 pour l’épilogue), p. 21.

5On sait pertinemment la part de silence qu’il y a dans le consentement. Furetière le définit de manière passive (ne pas s’opposer) et de manière active (donner son assentiment). La difficulté demeure aujourd’hui, comme le notent les tentatives récentes d’autofiction16. Pour la philosophe Geneviève Fraisse, l’acte de consentir serait en lui-même opaque : « Le consentement semble un mot simple, une notion transparente, une belle abstraction de la volonté humaine ; il est pourtant obscur et épais comme l’ombre et la chair de tout individu singulier »17.

6C’est donc cette zone grise que la tragédie racinienne exploite ici entre dire et ne pas dire. Comment Titus peut-il se prononcer ? Soit il se passe du consentement de ses sujets pour épouser celle qu’il aime, soit il devient parjure afin de sauvegarder la raison d’État. Que peut répondre la reine de Palestine sans perdre sa dignité ni sa contenance ?

7Racine sublime le matériau historique pour offrir au Roi et aux spectateurs éblouis une leçon de séparation où la dramaturgie du silence débouche sur un consentement tragique. Arme des princes mais aussi des femmes, le silence joue sur la connivence non seulement parce qu’il charrie des secrets, des indicibles, de la peur d’énoncer, mais aussi de la soumission, de l’approbation et de l’éblouissement, bref autant de raisons de ne pas parler.

1. Le silence de consentement

8La connivence amoureuse entre Titus et Bérénice est sur le point d’être rompue. Bérénice ne le sait pas encore. L’art de Racine consiste à multiplier les signes de cette entente secrète grâce à une dramaturgie du silence qui fait sentir au spectateur combien la puissance du passé sature la scène.

L’ancrage temporel de l’union amoureuse

  • 18 L’abbé Villars fustige la dramaturgie racinienne et remet en question aussi bien son traitement du (...)

9Lieu, temps et action décuplent l’impression d’être figé dans un souvenir amoureux. De minutieux indices sont mis en place pour expliquer aux spectateurs comment le statu quo sur lequel repose l’action résulte d’un accord tacite qui unit les trois personnages dans le silence. Antiochus a consenti à se taire depuis cinq ans. Il vit dans l’ombre des amants à Rome depuis trois ans. Quant à Titus, il aime Bérénice depuis cinq ans, mais endeuillé, il a cessé de lui parler depuis huit jours. Si l’action semble figée18, elle progresse par ce contrepoint entre temporalité passée et temporalité présente dont le silence représente l’unité de mesure. Racine donne à sentir la temporalité antérieure des personnages (une gageure au théâtre), il nous fait pénétrer dans la mémoire sensible de leur relation amoureuse et le bruissement des voix anciennes : « Plus je veux du passé rappeler la mémoire, […] / Plus je vois qu’on me peut reprocher trop d’amour » (II, 5, v. 632-634).

10Ce travail très fin sur le système temporel et les marques d’énonciation donne de l’épaisseur à la fable théâtrale et fait comprendre comment l’amour s’est construit, comment il s’est négocié. Les personnages sont travaillés par un passé qu’ils ne cessent de convoquer. Pourtant, quelque chose est sur le point de changer : « Quoi qu’il en soit, parlons, c’est assez nous contraindre » (II, 1, v. 48) dit Antiochus qui se convainc de rompre le silence. Quant à l’empereur, il va se déclarer « avant la nuit ». Aussi figé que paraisse le temps, il évolue, change de couleur : « Le temps n’est plus, Phénice, où je pouvais trembler. / Titus m’aime, il peut tout, il n’a plus qu’à parler » (I. 5, v. 297-298).

  • 19 « Ses adieux à Bérénice sont de l’invention du Poète pour gagner du temps, pour tricher, pour fourn (...)
  • 20 « Hélas ! pour me tromper je fais ce que je puis. » (III, 3, v. 918)

11Revenir sur les silences et sur le passé permet d’orchestrer, crescendo, la rupture à venir. Elle en sera d’autant plus éclatante. Technique dilatoire, certes, mais non destinée à « tricher », ni même à « gagner du temps »19, mais au contraire à contempler un temps suspendu qui bientôt ne sera plus, ce temps plein d’espoirs et de possibilités permettant de s’aveugler devant la catastrophe trop durement pressentie20

Unité de lieu et union amoureuse

  • 21 Pour une étude plus approfondie des lieux dans Bérénice, voir Jennifer Tamas : « ‘‘Je demeurai long (...)
  • 22 « Le Cabinet des Empereurs Romains était-il si peu respecté qu’on se servît de sa porte secrète pou (...)
  • 23 Voir Maxime Martignon, « Le courtisan nouvelliste et l’érudit à Versailles : les frères Dangeau et (...)

12La temporalité amoureuse est renforcée par l’intimité du lieu. Racine fait habilement entrer le spectateur dans le cabinet de l’empereur autant que dans le cœur des personnages. Lieu du secret et de l’amour partagé, le cabinet renvoie matériellement aux spectateurs la preuve de l’amour vécu : on voit sur les murs les initiales des amants enlacées (vers 1336)21. Villars a reproché à Antiochus d’y faire figure d’intrus22, mais n’est-il pas à la fois le confident de Bérénice et celui de Titus, légitimant en cela son appartenance au lieu du secret ? Les amants se parlent à travers lui, tout comme Louis XIV et La Vallière s’écrivaient des billets de la main même du marquis de Dangeau23. Le choix de ce lieu est d’autant moins incohérent qu’il symbolise l’accord tacite entre raison d’État et raison du cœur : Titus n’y parle pas moins de sa passion que de sa conduite politique : « C’est ici quelquefois qu’il se cache à sa Cour, / Lorsqu’il vient à la Reine expliquer son amour » (I, 1, v. 5-6). Présent d’habitude, présent qui est loin d’être factuel, cette temporalité fait entrer le spectateur dans le secret des personnages mais aussi dans leurs habitudes et leur mémoire amoureuses. En promettant à Bérénice le mariage, Titus l’a laissé caresser l’espoir de devenir impératrice. Le premier acte s’achève sur cette rêverie digne d’elle : « De cette nuit, Phénice, as-tu vu la splendeur ? […] / Je prétends quelque part à des souhaits si doux » (I, 5, v. 301 et 321).

13Pourtant, les lieux, tout comme le silence, changent de nature. Ils deviennent hostiles, trahissent la duplicité de l’empereur et manifestent un écart saisissant entre la promesse donnée et l’arrêt qui vient d’être prononcé :

  • 24 V, 5, v. 1332-1338. Nous soulignons.

Je ne vois rien ici dont je ne sois blessée.
Tout cet Appartement préparé par vos soins,
Ces lieux, de mon amour si longtemps les témoins,
Qui semblaient pour jamais me répondre du vôtre,
Ces chiffres, où nos noms enlacés l’un dans l’autre,
À mes tristes regards viennent partout s’offrir,
Sont autant d’imposteurs que je ne puis souffrir.24

14Les déictiques épinglent douloureusement et précisément les instruments de la trahison. C’est l’édifice royal lui-même qui se fait mensonge : Bérénice ne deviendra pas impératrice. La prise de conscience que les mots, les signes et les serments peuvent être doubles la plonge dans un doute qui remet tout en question. En brisant ces longues fiançailles, Titus rompt la confiance. Comment parler à celui qu’on ne croit plus ?

2. Le consentement forcé du monarque

L’épreuve de la loi

  • 25 « Ah lâche ! Fais l’amour, et renonce à l’Empire. / Au bout de l’Univers va, cours te confiner, / E (...)
  • 26 « Car enfin, ma Princesse, il faut nous séparer. » (IV, 5, v. 1061).
  • 27 « Hélas ! vous pouvez tout, Madame. Demeurez » (IV, 5, v. 1130).
  • 28 Voir Gérard Defaux, « Titus ou le héros tremblant », in French Forum, vol. 10, n° 3, Sept. 1985, p. (...)
  • 29 Lucien Bély, Louis XIV, Le Plus grand roi du monde, Paris, éd. Gisserot, 2005 ; Philip Mansel, King (...)
  • 30 « Avant que de partir de Paris, M. le cardinal avait fait partir ses trois nièces [Marie, Hortense (...)

15Si Titus est contraint de revenir sur sa parole, c’est moins par lâcheté, par duplicité, que par aveuglement : « Je voulais qu’à mes vœux rien ne fût invincible » (IV, 5, v. 1091). Il s’est passé du consentement de son peuple et des lois et il fait l’expérience intime de sa finitude et des limites mêmes de son pouvoir. Ses nombreuses irrésolutions témoignent à la fois de son humanité et de son désir d’être au-dessus des humains. Les deuxième et quatrième scènes du second acte sont construites selon le même modèle que les quatrième et cinquième scènes du quatrième : l’introspection de Titus précède la scène de confrontation à Bérénice. Au moment même où l’empereur semble plus résolu que jamais, sa volonté se dérobe, ce que marquent les figures de répétition : « N’y songeons plus. Allons, cher Paulin, plus j’y pense / Plus je sens chanceler ma cruelle constance » (II, 2, v. 547-548). De la même façon, le monologue de la troisième scène du quatrième acte montre sa profonde hésitation25, avant que Bérénice ne l’entende parler en maître26 puis céder au cœur27. C’est en cela qu’il est touchant et non pusillanime, versatile, ou inconstant : « Je n’examinais rien, j’espérais l’impossible. / Que sais-je ? » (IV, 5, v. 1092-93). Les failles de Titus28ont précisément de quoi émouvoir le « plus grand roi du monde »29 qui joint ses larmes à celles de l’empereur. Mademoiselle de Montpensier, qui suppliera elle-même le roi de la laisser épouser le comte de Lauzun, retrace la façon dont Louis supplie son ministre et sa mère de le laisser épouser Marie30. L’abaissement du jeune monarque est d’autant plus touchant que Marie a été congédiée, qu’elle est loin et qu’il continue d’espérer. Devant le refus de ses « sujets », le monarque comprend qu’il n’a pas tous les pouvoirs.

L’impuissance du puissant : la palinodie comme procédé dramaturgique

  • 31 Bien que Titus affirme avoir pris sa décision de quitter Bérénice depuis huit jours, le spectateur (...)
  • 32 La palinodie désigne « un discours qui se rétracte, un discours qui dit le contraire d’un discours (...)
  • 33 Euripide, Iphigénie à Aulis, dans Œuvres complètes, coll. « Pléiade », éd. Marie Delcourt-Curvers, (...)

16Le génie de Racine est de transformer, par son élaboration esthétique, l’indécision en acte. L’indécision n’est pas nécessairement inaction : le spectateur assiste, ébloui, à l’action qui se fait et qui se défait, à la volonté combattante, à la souffrance de se gouverner soi-même31. Autrement dit, Racine utilise la palinodie32 comme procédé dramatique. C’est une technique qui n’est pas propre à cette pièce, mais se trouve explorée dans toutes ses tragédies qui interrogent l’impuissance du puissant. Pyrrhus, Néron, Roxane, Mithridate, Thésée ou encore Agamemnon nous touchent par le péril de leur indécision. Qu’il s’agisse de mettre à mort, d’épouser, de sacrifier, Racine montre qu’en dépit de leur pouvoir et de la performativité de leur parole, tous s’interrogent sur leur légitimité à faire loi, à négocier le cœur et la raison d’État. Racine pousse à l’extrême le procédé d’Euripide qui transparaissait surtout dans son Iphigénie. Comme se l’avouait alors Agamemnon : « C’est que tu ne sais pas ce que tu veux : aujourd’hui, hier, demain, toujours autre chose33 ».

17Par son art théâtral, Racine offre à la cour non une vision théorique de l’exercice du pouvoir, mais un exemple de cas pratique tel que l’a vécu Louis XIV dans sa chair, quand il était un jeune monarque de vingt ans. La représentation théâtrale décuple les sensations intimes qu’a éprouvé le roi dans son apprentissage du pouvoir. En ce sens, la tragédie magnifie l’enseignement que le roi lui-même veut transmettre au dauphin :

  • 34 Mémoires de Louis XIV ou le métier de roi, éd. Joël Cornette, Paris, Tallandier, 2007, p. 310.

La première, que le temps que nous donnons à notre amour ne soit jamais pris au préjudice de nos affaires […]. Mais la seconde considération, qui est la plus délicate et la plus difficile à pratiquer, c’est qu’en abandonnant notre cœur, nous demeurions maîtres de notre esprit ; que nous séparions les tendresses d’amant d’avec les résolutions de souverain ; et que la beauté qui fait nos plaisirs n’ait jamais la liberté de nous parler de nos affaires, ni des gens qui nous y servent.34

  • 35 Perrault rappelle ainsi l’une des requêtes du Roi à ses ministres : « Je suis jeune et les femmes o (...)

18Non seulement le monarque comprend qu’il ne faut pas sous-estimer le pouvoir de ses sujets, mais il prend conscience que les femmes peuvent avoir sur lui un trop grand ascendant au point qu’il demande à ses ministres de le tempérer, ce que rapporte Perrault dans ses Mémoires35.

3. Le consentement tragique comme sublimation du refus féminin 

Le vernis de la fable théâtrale

  • 36 Mazarin rappelle au roi qu’en poursuivant Marie de ses feux, il la condamne au sort de favorite : « (...)
  • 37 La première lettre est adressée à Anne d’Autriche le 8 septembre 1659 (Bibliothèque Mazarine. Lettr (...)

19D’après les lettres que nous avons, c’est bien Marie qui semble avoir mis un terme à la folle passion du roi : devant l’inéluctable mariage de Louis, elle ne voulut pas devenir une simple courtisane36. Mazarin s’en félicite dans trois lettres distinctes et présente sa nièce sous les traits d’une femme pleine de sagesse (un Caton), et d’une grande héroïne de tragédie. Contrairement au roi, elle est parvenue à se maîtriser, à témoigner de sa générosité et de sa grandeur37. Cependant, aucun dramaturge ne peut raisonnablement peindre à la cour le portrait d’un monarque qui se fait quitter. Racine imagine dès lors une rhétorique et une dramaturgie différentes pour faire de la séparation royale un objet d’admiration. Il offre à la rupture royale un vernis historique, sa tragédie se faisant discours encomiastique. Avant même d’en avoir officiellement la charge, Racine fait œuvre d’historiographe modèle.

  • 38 Titus (« Connaissez-moi Madame », V, 4, v. 1351) tout comme Antiochus l’emploie (« Mais vous connai (...)
  • 39 Là encore, le parallèle entre Louis XIV et l’empereur qui cherche à retrouver une identité princièr (...)

20Le cinquième acte représente un dénouement original car les trois protagonistes aboutissent à une connaissance fine d’eux-mêmes (exprimée chaque fois à l’impératif du verbe « connaître »)38. On pourrait même dire en suivant Aristote que c’est la façon dont Racine conçoit la péripétie, soit le passage de l’ignorance à la connaissance. Antiochus sort de l’ombre et clame son amour aux yeux de tous, tandis que Titus et Bérénice consentent à une communion à jamais silencieuse. Pour Titus, le suicide offre le seul moyen de tenir sa parole et de respecter la loi. C’est à mon sens la résolution qu’il énonce avec le plus de fermeté à la sixième scène du dernier acte. Il la présente comme le point d’aboutissement de la quête qui s’est faite devant nous : « Je suis venu vers vous, sans savoir mon dessein. / Mon amour m’entraînait, et je venais peut-être / Pour me chercher moi-même, et pour me reconnaître39 » (V, 6, v. 1394-1396). L’héroïsme de Titus se fonde sur la renonciation à l’amour et à l’empire. Il est donc prêt à mourir. Pour parvenir à le sauver, Bérénice suit son propre cheminement dont chaque étape est essentielle.

Refuser la compromission

  • 40 Comme Marie Mancini, quitter l’être aimé, c’est renoncer au pouvoir : « Mais ce que je ne saurais p (...)

21Inquisitrice amoureuse (comme bien des personnages raciniens), Bérénice quête des marques d’attachement tout au long de la pièce : elle se fait l’herméneute de chaque silence, de chaque soupir. Cette quête est aussi une mise en accusation permanente puisqu’elle reproche chaque fois à Titus de ne pas l’aimer assez. Elle le met à l’épreuve en lui proposant un compromis : devenir sa maîtresse. « Ah Seigneur ! s’il est vrai, pourquoi nous séparer ? / Je ne vous parle point d’un heureux hyménée » (IV, 5, v. 1126-27. Nous soulignons). La négation totale et non temporelle (« je ne vous parle point » et non « je ne vous parle plus ») exclut définitivement le mariage du monde des possibles, ce qui montre le tact de Bérénice qui en reconnaît l’indécence. C’est alors que Titus cède : « Hélas ! vous pouvez tout, Madame. Demeurez / Je n’y résiste point » (IV, 5, v. 1130-31). Bérénice semble gagner en pouvoir affectif et en émotion sur l’empereur : « Hélas ! Que vous me déchirez ! » s’exclame Titus (IV, 5, v. 1153). Forte de cette faible victoire, elle finit toutefois par refuser le compromis qu’elle avait elle-même proposé et qui n’était qu’un stratagème : « Je ne vous parle plus de me laisser ici. / Qui moi ? J’aurais voulu honteuse, et méprisée, / D’un Peuple qui me hait soutenir la risée ? / J’ai voulu vous pousser jusques à ce refus ». (IV, 5, v. 1175-1177). Ici, la négation temporelle « je ne vous parle plus » montre qu’aucune alternative au départ n’est possible puisque Titus se montre indigne d’elle par son absence de refus. Non seulement le mariage n’aura pas lieu, mais Bérénice ne saurait rester quoi qu’il advienne. Malgré l’ultime supplique de Titus (« Vous ne sortirez point, je n’y puis consentir », V, 5, v. 1370), elle ne fléchit pas. Pleinement reine, Bérénice refuse une vie de courtisane et aspire à la dignité40. Cette dimension politique est essentielle et Titus le sait pertinemment quand il lui rappelle qu’elle ne saurait trouver les mêmes charmes à un empereur « sans Empire, sans Cour / Vil spectacle aux humains des faiblesses d’amour » (V, 6, v. 1417-18). Le combat de Bérénice n’est pas moins héroïque que celui de Titus. Elle a, selon la légende, combattu auprès des troupes de son frère pour protéger son peuple. Sa judéité la range du côté des Judith et des Esther. Elle n’est pas de celles dont un empereur peut faire sa favorite.

Le libre consentement au silence : l’acte sublime de Bérénice

  • 41 Même l’abbé Villars, si critique de la pièce, semble le reconnaître : « De même que Bérénice, qui a (...)
  • 42 Rousseau parle d’un devoir de résistance chez la femme pour assurer la bonne entente conjugale mais (...)

22En prenant conscience de son hubris (sa volonté d’avoir l’amour et le pouvoir), Bérénice embrasse celle de l’empereur. La compréhension des limites de son amour (qui n’ira pas jusqu’à la compromission) lui permet de reconnaître pleinement « son erreur » : l’empereur l’aime toujours (V, 7, v. 1494). Bérénice peut renoncer à l’amour une fois qu’elle est vraiment sûre d’être aimée. Sa dernière tirade est absolument magnifique car elle est un renoncement sublime à l’amour et au pouvoir mais elle représente aussi un acte de grâce. Bérénice pardonne à l’empereur d’être parjure et ce faisant, elle lui sauve la vie. Le suicide de Titus n’est plus nécessaire car Bérénice le délivre de sa promesse. La pièce retrace sur le mode mondain une forme de cheminement augustinien : Bérénice se dépasse elle-même pour passer outre la promesse de Titus et formuler un libre consentement au renoncement. La reine de Palestine se lave de sa colère et retrouve une pureté d’intention qui lui permet une nouvelle communion avec l’être aimé dans le silence : « Je l’aime, je le fuis. Titus m’aime, il me quitte » (V, 7, v. 1512). Racine confère à cette séparation le statut de mythe exemplaire41 : il archive, retrace, rend hommage au fantôme d’un refus féminin qui hante encore l’Histoire de France. Marie, tout comme Bérénice, perd son amant mais garde sa dignité. Bérénice a dit « non », comme la Princesse de Clèves ou même Célimène (sur un autre registre) qui figurent elles aussi la renonciation sublime à l’amour. Rarement lue sous cet angle, la pièce magnifie aussi le devoir féminin, soit le « devoir de résistance » sur lequel reviendront, notamment, Rousseau puis Olympe de Gouges42.

  • 43 Erving Goffman, Les Rites d’interaction, Paris, éd. Minuit, 1974.
  • 44 La loi de Rome n’est-elle pas obsolète, figurant déjà une pure abstraction facile à contourner ? Vo (...)
  • 45 Il est surprenant de ne plus lire la pièce ainsi alors que c’était de cette façon que la concevait (...)
  • 46 L’étude américaine « She said : Publishing a 17th century woman’s correspondence on line », menée p (...)
  • 47 On peut en voir un extrait ici : https://www.youtube.com/watch?v=1ijowd9LoHA (consulté le 14 mars 2 (...)

23La beauté de Bérénice repose bien sur ce consentement tragique auquel parviennent les trois personnages. Il me semble que faire de la pièce une tragédie de la lâcheté, du désamour ou de l’inconstance des passions l’appauvrit et va à l’encontre même du tragique. L’impuissance du monarque est sensible justement parce qu’il peut tout et que toute décision brutale peut faire de lui un tyran ou un parjure. Si la résolution se trouve du côté de Bérénice, ce n’est pas un leurre pour « garder la face » comme dirait Goffman43, mais bien par fermeté de cœur. L’hubris de Bérénice fut de croire qu’elle pourrait obtenir et l’amour et le pouvoir (hubris qui fut aussi, dit-on, celui de l’épouse officielle de Louis XIV). Mariage d’alliances ou mariage d’amour ? Le sujet est fort débattu à l’époque, que ce soit au théâtre (notamment dans les comédies de Molière), mais aussi dans les mémoires (les pages de Melle de Montpensier qu’on a tant moquée de vouloir épouser le comte de Lauzun sont en ce sens édifiantes). En aspirant à autre chose, Bérénice-Mancini propose au monarque de sortir du clan princier, de la consanguinité, et des modèles anciens44. Il n’en est pas encore temps. Quand Bérénice comprend, elle renonce héroïquement, surpasse par sa grandeur les princes amoureux : Racine offre au spectateur un dénouement où l’agentivité féminine est particulièrement étonnante45. La pièce demeure jusqu’à aujourd’hui le chef d’œuvre absolu de la séparation amoureuse. Travaillée par cette dramaturgie du silence, elle permet au spectateur d’y projeter aussi bien les secrets de l’histoire que ceux de son expérience propre (combien de Titus et de Bérénice parmi nous ?). J’ai essayé dans cet article de cheminer en compagnie du fantôme de Marie Mancini, non pour dire que la fiction est une exacte transcription de l’Histoire, mais parce que le spectateur ne peut ignorer que la pièce est un écho de l’histoire personnelle de Louis XIV qui en est le premier destinataire. Se juxtaposent ainsi fable théâtrale et récit biographique46. Et pour ceux qui s’insurgent devant la porosité facile, inconvenante et peu scientifique entre fiction et réalité, je terminerai cette lecture par deux coïncidences troublantes. En 1665, un grand compositeur italien dédicace à Marie Mancini et au Duc de Nevers (son frère, auquel elle fut intimement liée) un magnifique opéra qui n’est autre que le Tito de Cesti. Marie l’adaptera au théâtre et jouera le rôle de Bérénice. Puis en 1670, Louis XIV célèbre le mariage du Duc de Nevers avec Mademoiselle de Thianges en lui offrant en spectacle la Bérénice de Racine47. Ces parallèles feront l’objet d’une enquête ultérieure. Saluons pour l’instant cette tragédie qui fédère trois cent cinquante ans plus tard une communauté de cœurs qui ne cesse de vibrer devant le sublime consentement de la reine de Palestine.

Haut de page

Notes

1 Le traité de paix ne sera signé que le 7 novembre 1659.

2 Sur la politique matrimoniale de Mazarin et ses nièces, voir Simone Bertière, Les Femmes du Roi-Soleil, Paris, Éditions de Fallois, Paris, 1998 (Les Reines de France au temps des Bourbons, vol. 2).

3 Le témoignage de Madame de Lafayette va en ce sens : « mais comme il [Mazarin] vit dans la suite que sa Nièce ne lui rendait aucun compte de ses conversations avec le Roi, et qu’elle prenait sur son esprit tout le crédit qui lui était possible, il commença à craindre qu’elle n’en prît trop, et voulut apporter quelque diminution à cet attachement », Madame de Lafayette, Histoire de la mort d’Henriette d’Angleterre, in Œuvres complètes, Paris, Gallimard, coll. « Pléiade », 2014, p. 723.

4 On la fait partir avec ses sœurs le 22 juin 1659 : « Le Roi l’accompagna jusqu’à son carrosse, montrant publiquement sa douleur » (Mémoires de Madame de Motteville pour servir à l’histoire d’Anne d’Autriche, tome 5, Amsterdam, éd. François Changuion, 1723, p. 23).

5 « Cette affaire est peut-être la plus délicate que j’aie eue de ma vie, et qui m’a donné le plus d’inquiétude », Lettre à Colbert, Saint-Jean-de-Luz, 22 octobre 1659, citée par Régis de Chantelauze, Louis XIV et Marie Mancini d’après de nouveaux documents, Paris, Didier, 1880, chap. V, p. 125.

6 « Qu’ai-je fait pour l’honneur ? J’ai tout fait pour l’amour » (IV, 4, v. 1030). (Toutes les citations des pièces de Racine sont extraites de l’édition de Georges Forestier dans la « Bibliothèque de la Pléiade »).

7 « Ce ne serait pas la première fois qu’une œuvre littéraire aurait placé en pleine lumière un fait historique qui aurait été sans cela oublié : l’événement créé par la littérature », Georges Forestier, Jean Racine, coll. N. R. F. Biographies, Paris, Gallimard, 2006, p. 389.

8 Sur cette hypothèse, voir Elizabeth C. Goldsmith et Abby Zanger, « The Politics and Poetics of the Mancini Romance : Visions and Revisions of Louis XIV », in T. Mayer & D. Woolf (dir.), The Rhetorics of Life-writing in Early Modern Europe : Forms of Biography from Cassandra Fedele to Louis XIV, Ann Arbor, University of Michigan Press, 1995, p. 341-72, ainsi que Stanis Perez, « Passion, pouvoir et vérité à l’âge de la raison d’état. Note sur la séparation de Louis XIV avec Marie Mancini », XVIIe siècle, 2008/4 n° 241, p. 624.

9 Pour plaire à Louis XIV, Jean de Loret célèbre Marie Mancini dans sa Muse historique (voir 7 février 1660). La séparation de Marie et Louis est commentée dans de nombreux Mémoires et correspondances. Voir notamment les lettres de Bussy-Rabutin, de Madame de Sévigné et de la veuve de Scudéry, soigneusement étudiées par Nathalie Freidel, « L’épistolaire, lieu de l’aventure au féminin : l’« étoile errante » des sœurs Mancini », Littératures classiques, 2019/3 (n°100), p. 215-225.

10 Voir l’article de Francis Matthieu qui dresse un rapide état des lieux : « Panégyrique, sacré et exemplarité dans Bérénice de Racine », French Review, Mars 2009, 82, p. 788-799.

11 On dit que Racine aurait demandé au roi l’autorisation d’utiliser cette anecdote personnelle. Une autre légende voudrait qu’Henriette d’Angleterre, vivant alors avec Louis XIV les derniers feux d’une grande passion, demandât à Racine de tirer une tragédie de cet épisode de l’histoire romaine pour apaiser sa douleur : voir Georges Forestier, Jean Racine, op. cit., p. 388-389.

12 « L’Amante apprendra de Bérénice […] à dire adieu et se séparer de bonne grâce. Cette pratique est de grand usage et je sais des intrigues qui se seraient mieux dénouées qu’elles n’ont fait, si on eût su cette méthode. Telle est l’utilité du théâtre », Critique de Bérénice dans Jean Racine, Oeuvres complètes, éd. Georges Forestier, t. I., p. 518-519.

13 Selon Bussy-Rabutin, l’amour de Titus est loin d’être certain : « Cependant il me paraît que Titus ne l’aime pas tant qu’il dit, puisqu’il ne fait aucun effort à l’égard du Sénat et du peuple romain. Il se laisse aller d’abord aux remontrances de Paulin, qui, le voyant ébranlé, lui amène le peuple et le Sénat pour l’engager, au lieu que, s’il eût parlé ferme à Paulin, il aurait trouvé tout le monde soumis à ses volontés », (Lettre à Madame Bossuet datant du 13 Août 1671). Au siècle dernier, le metteur en scène Roger Planchon suggérait que Titus n’aimait plus Bérénice (voir « Bérénice », Nouvelle Critique, n° 41, 1971, p. 59). Artistes, universitaires et critiques ne sauraient s’accorder comme en témoignent encore de nombreux débats : voir la table ronde entre Jacques Lassalle, Daniel Mesguich, Christian Rist, Watanabé Moriaki, Christian Biet (dans Gilles Declercq et Michèle Rosellini (dir.), Jean Racine (1699-1999), actes du colloque Île-de-France – La Ferté-Milon, 25-30 mai 1999, Paris, PUF, 1999, p. 53-74) et le livre de Nathalie Azoulai (Titus n’aimait pas Bérénice, Paris, POL, 2015), dont le titre reprend la célèbre citation de Barthes.

14 Gilles Declercq, « "Alchimie de la douleur" : L’élégiaque dans Bérénice, ou la tragédie éthique », Littératures classiques, 1996, n°26, p. 139-165.

15 « À cela près, le dernier Adieu qu’elle dit à Titus, et l’effort qu’elle se fait pour s’en séparer, n’est pas le moins tragique de la Pièce, et j’ose dire qu’il renouvelle assez bien dans le cœur des Spectateurs l’émotion que le reste y avait pu exciter », Jean Racine, Oeuvres complètes, t. I, op. cit., p. 450.

16 Vanessa Springora, Le Consentement, Paris, Grasset, 2020.

17 Geneviève Fraisse, Du consentement, Seuil, 2007 (et octobre 2017 pour l’épilogue), p. 21.

18 L’abbé Villars fustige la dramaturgie racinienne et remet en question aussi bien son traitement du lieu, du temps que de l’action : « car à peine y a-t-il une action » ; « Il est certain que toute cette affaire s’expédierait en un quart d’heure, et que jamais action n’a si peu duré », Critique de l’abbé Villars, dans Jean Racine, Oeuvres complètes, t. I, op. cit., p. 517.

19 « Ses adieux à Bérénice sont de l’invention du Poète pour gagner du temps, pour tricher, pour fournir un Acte », Critique de l’abbé Villars dans Jean Racine, Oeuvres complètes, t. I, op. cit., p. 511.

20 « Hélas ! pour me tromper je fais ce que je puis. » (III, 3, v. 918)

21 Pour une étude plus approfondie des lieux dans Bérénice, voir Jennifer Tamas : « ‘‘Je demeurai longtemps errant dans Césarée’’. Méandres du moi et fixité du lieu dans Bérénice de Racine », dans Lucie Desjardins, Marie-Christine Pioffet, Roxanne Roy (dir.), L’Errance au XVIIe siècle, Biblio 17, vol. 216, 2017, p. 209-223.

22 « Le Cabinet des Empereurs Romains était-il si peu respecté qu’on se servît de sa porte secrète pour aller parler d’amour à leurs maîtresses, et qu’on allât et vînt par là, comme par une Salle du commun ? », Critique de l’abbé Villars, dans Jean Racine, Oeuvres complètes, t. I, op. cit., p. 512.

23 Voir Maxime Martignon, « Le courtisan nouvelliste et l’érudit à Versailles : les frères Dangeau et l’archivage de la cour », article consulté en ligne le 14 mars 2021 : https://journals.openedition.org/crcv/17579.

24 V, 5, v. 1332-1338. Nous soulignons.

25 « Ah lâche ! Fais l’amour, et renonce à l’Empire. / Au bout de l’Univers va, cours te confiner, / Et fais place à des cœurs plus dignes de régner. » (IV, 4, v. 1024-1026).

26 « Car enfin, ma Princesse, il faut nous séparer. » (IV, 5, v. 1061).

27 « Hélas ! vous pouvez tout, Madame. Demeurez » (IV, 5, v. 1130).

28 Voir Gérard Defaux, « Titus ou le héros tremblant », in French Forum, vol. 10, n° 3, Sept. 1985, p. 271-294.

29 Lucien Bély, Louis XIV, Le Plus grand roi du monde, Paris, éd. Gisserot, 2005 ; Philip Mansel, King of the World : The Life of Louis XIV, London, Penguin eds, 2021).

30 « Avant que de partir de Paris, M. le cardinal avait fait partir ses trois nièces [Marie, Hortense et Marie-Anne] ; qu’il les avait envoyées à Brouage, et que ce départ avait fait grand bruit ; que le roi en avait été fort fâché ; même l’on disait qu’il s’était mis à genoux devant la reine et M. le cardinal, pour leur demander d’épouser mademoiselle de Mancini » (21 juin 1659) dans Mémoires de la Grande Mademoiselle, éd. Bernard Quilliet, Paris, Mercure de France, 2005, p. 438.

31 Bien que Titus affirme avoir pris sa décision de quitter Bérénice depuis huit jours, le spectateur ne cesse de le voir tergiverser, imposant tour à tour la séparation et l’ordre de rester (voir II, 4, v. 547-552 ; II, 5, IV, 4 ; IV, 5, v. 1061  et v. 1130) ; V, 5, v. 1312 et v. 1370) ; V, 6).

32 La palinodie désigne « un discours qui se rétracte, un discours qui dit le contraire d’un discours précédent, prononcé par le même locuteur, sur le même sujet, en principe adressé aux mêmes récepteurs », d’après Georges Molinié, Dictionnaire de rhétorique, Paris, éd. du Livre de Poche, 1992, p. 236.

33 Euripide, Iphigénie à Aulis, dans Œuvres complètes, coll. « Pléiade », éd. Marie Delcourt-Curvers, Paris, Gallimard, 1962, p. 1299.

34 Mémoires de Louis XIV ou le métier de roi, éd. Joël Cornette, Paris, Tallandier, 2007, p. 310.

35 Perrault rappelle ainsi l’une des requêtes du Roi à ses ministres : « Je suis jeune et les femmes ont ordinairement bien du pouvoir sur ceux de mon âge. Je vous ordonne à tous que, si vous remarquez qu’une femme, quelle qu’elle puisse être, prenne empire sur moi et me gouverne, vous ayez à m’en avertir. Je ne veux que vingt-quatre heures pour m’en débarrasser », Charles Perrault, Mémoires de ma vie [1702], Paléo, Paris, 2009, p. 32.

36 Mazarin rappelle au roi qu’en poursuivant Marie de ses feux, il la condamne au sort de favorite : « Et ce qui est incompréhensible, c’est que vous pratiquez tous les expédients imaginables pour échauffer votre passion, tandis que vous êtes à la veille de vous marier. Ainsi, vous travaillez vous-même à vous rendre le plus malheureux de tous les hommes, n’y ayant point de condition plus insupportable qu’un mariage fait à contre-cœur. Mais dites-moi, je vous prie, quel personnage prétend faire cette fille après que vous serez marié ? A-t-elle oublié son devoir à ce point, que de croire, que quand je serais assez malhonnête homme, ou, pour mieux dire, assez infâme pour le trouver bon, elle pourra faire un métier qui la déshonore ? », Lettre écrite au Roi, De Saint-Jean de Luz, le 28 août 1659, Lettres du cardinal Mazarin où l’on voit le secret de la négociation de la paix des Pyrénées, vol. 1, Amsterdam, André Pierrot, 1690, p. 185-186.

37 La première lettre est adressée à Anne d’Autriche le 8 septembre 1659 (Bibliothèque Mazarine. Lettres manuscrites de Mazarin, t. III, p. 291 vo jusqu’à la p. 293 ro) : « Vous allez être surprise, comme je l’ai été au dernier point, mais avec grande satisfaction, c’est que ma nièce m’a écrit une lettre comme aurait pu le faire un Caton, me disant qu’elle avait supplié le Confident de ne lui écrire plus, car elle en ferait de même, ne croyant pas devoir continuer ce commerce après avoir su que son mariage était entièrement arrêté, et qu’elle le suppliait seulement de lui faire toujours l’honneur d’avoir de l’affection et de la bonne volonté pour elle ». L’autre lettre est adressée à la gouvernante de Marie, Mme de Venel, le 21 septembre 1659 : « Il ne se peut rien ajouter à la satisfaction que j’ai de la conduite de ma nièce et de voir sa fermeté dans la généreuse résolution qu’elle a prise, en faisant connaître par là qu’elle a du cœur et les parties qui sont nécessaires pour obliger un chacun à avoir beaucoup d’estime pour elle […] si elle pouvait s’imaginer la réputation qu’elle acquerra, et les éloges qu’elle s’attirera, quand chacun saura le détail de ce qui s’est passé, et avec quelle fermeté et générosité elle s’est conduite ». Lettres du cardinal Mazarin, où l’on voit le secret de la négociation de la paix des Pyrénées [1694], vol. 2, Amsterdam, chez Zacharie Chastelain, 1745, p. 60-61.

38 Titus (« Connaissez-moi Madame », V, 4, v. 1351) tout comme Antiochus l’emploie (« Mais vous connaissez-moi, Seigneur, à votre tour », V, 7, v. 1442). Pour l’usage de verbe « connaître » à l’impératif et la notion de reconnaissance aristotélicienne, voir le dernier chapitre de Jennifer Tamas, Le Silence trahi. Racine ou la déclaration tragique, Genève, Droz, 2018.

39 Là encore, le parallèle entre Louis XIV et l’empereur qui cherche à retrouver une identité princière alors qu’il est arrivé aux derniers engagements avec Bérénice est frappant. Mazarin parle bien dans cette lettre de la façon dont les sujets sont incapables de reconnaître leur roi qui s’obstine à aimer au lieu de gouverner : « Les lettres de Paris, de Flandre, et d’autres endroits, disent, que vous n’êtes plus reconnaissable depuis mon départ, et non pas à cause de moi, mais au sujet de quelqu’un qui m’appartient, que vous êtes en des engagements qui vous empêcheront de donner la paix à toute la Chrétienté, et de rendre votre État heureux par le mariage […]. On dit donc que vous êtes toujours enfermé à écrire à la personne que vous aimez, et que vous y perdez plus de temps, que vous ne faisiez à lui parler, pendant qu’elle était à la Cour. », (Mazarin au roi, de Cadillac, le 16 juillet 1659, dans Lettres du cardinal Mazarin, où l’on voit le secret de la négociation de la paix des Pyrénées, vol. 1, op. cit., p. 16-17).

40 Comme Marie Mancini, quitter l’être aimé, c’est renoncer au pouvoir : « Mais ce que je ne saurais passer sous silence, nous dit-elle, c’est la douleur que je ressentis moi-même de cette séparation ; jamais rien en ma vie n’a tant touché mon âme. Tous les tourments qu’on pouvait souffrir me paraissaient doux et légers auprès d’une si cruelle absence, qui allait faire évanouir de si tendres et de si hautes idées. Je demandais la mort à tous moments, comme l’unique remède à mes maux. Enfin, l’état où je me trouvais alors était tel, que ni ce que je dis, ni tout ce que je pourrais dire ne le sauraient pas [sic] exprimer », Marie Mancini, Mémoires, éd. Pierre Waleffe, Italie, 1968, p. 24-25.

41 Même l’abbé Villars, si critique de la pièce, semble le reconnaître : « De même que Bérénice, qui au contraire est si emportée dans le commencement et dans tous les cinq Actes, devienne tout à coup de sens rassis pour dénouer et finir la pièce, quand elle a assez duré ; et donne le bonsoir à Titus et à la compagnie par un simple changement de volonté : je ne m’y attendais pas, je l’avoue ; j’ai trouvé cela nouveau, et de plus de fort bon exemple » Critique de l’abbé Villars, dans Jean Racine, Oeuvres complètes, t. I, op. cit., p. 518.

42 Rousseau parle d’un devoir de résistance chez la femme pour assurer la bonne entente conjugale mais aussi réguler l’appétit sexuel de l’homme, tandis qu’Olympe de Gouges incite les femmes à résister à leur penchant naturel qui consiste à régner par leurs charmes dans l’empire souterrain de la chambre. Voir à ce sujet Jennifer Tamas, « De l’alcôve à la tribune : Olympe de Gouges ou le désir d’agir », Lumières, n°23, 2014, p. 151-166.

43 Erving Goffman, Les Rites d’interaction, Paris, éd. Minuit, 1974.

44 La loi de Rome n’est-elle pas obsolète, figurant déjà une pure abstraction facile à contourner ? Voir l’article de Tony Gheeraert « L’amour en fuite » dans ce volume.

45 Il est surprenant de ne plus lire la pièce ainsi alors que c’était de cette façon que la concevait le fils même de Racine : « ‘Adieu, Seigneur, régnez ; je ne vous verrai plus’. On ne s’attendait point à ce Dénouement, qui achève de rendre Berenice aimable et estimable. Mais n'est-il pas humiliant pour deux Princes, qu’ils soient vaincus en grandeur d’âme par elle ? », dans Louis Racine, Remarques sur les tragédies de Jean Racine, suivies d’un traité sur la poétique dramatique ancienne et moderne, t. 1, Amsterdam, chez Marc-Michel Rey, 1752, p. 392. Orthographe modernisée.

46 L’étude américaine « She said : Publishing a 17th century woman’s correspondence on line », menée par la professeur Sarah Nelson de l’université de l’Idaho (avec Alessandro Martino de l’université du Wisconsin, Olivia Wikle et Liam Marchant de l’université de l’Idaho) a le projet de digitaliser les lettres de Marie Mancini pour souligner l’importance de cette femme dans le règne de Louis XIV. On peut en voir la présentation ici à 3’45 : https://youtu.be/L6Vf05_qSY4 (consulté le 14 mars 2021).

47 On peut en voir un extrait ici : https://www.youtube.com/watch?v=1ijowd9LoHA (consulté le 14 mars 2021).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jennifer Tamas, « Le consentement tragique : Bérénice au miroir de Marie Mancini »Études Épistémè [En ligne], 40 | 2021, mis en ligne le 20 octobre 2021, consulté le 05 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/episteme/13610 ; DOI : https://doi.org/10.4000/episteme.13610

Haut de page

Auteur

Jennifer Tamas

Rutgers University

Agrégée de Lettres Modernes, Jennifer Tamas est Associate Professor à l’Université de Rutgers (USA). Spécialiste du théâtre de l’Ancien Régime, elle a travaillé sur l’éloquence du silence au théâtre (Garnier, 2012) et elle a publié de nombreux articles sur Racine ainsi qu’une monographie sur le grand dramaturge (Droz, 2018).

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search