Navigation – Plan du site

AccueilNuméros40Bérénice après Bérénice: réceptio...Trois cent cinquante ans de concu...

Bérénice après Bérénice: réception et mise en scène

Trois cent cinquante ans de concurrence. Les Bérénice, du duel officiel au verdict implicite

A 350-year-old Rivalry. From Official Duel to Implicit Verdict
Caroline Labrune

Résumés

Cet article s’attache à faire l’histoire de la concurrence des Bérénice depuis leur création. Les trois étapes de cette histoire sont éminemment paradoxales. En effet, cette concurrence est bientôt qualifiée de « duel » par Fontenelle alors qu’elle n’a rien d’une querelle, à l’origine. Au XVIIIe et au XIXe siècle, les critiques qui déclarent Racine vainqueur indiscutable de ce duel, ne manquent pourtant pas de critiquer âprement Bérénice. Enfin, à partir du XXe siècle, il semble que l’effacement de la concurrence des deux pièces en dissimule un autre : celui du Tite et Bérénice de Corneille. Aussi peut-on se demander, en fin de compte, si l’effacement de la concurrence des Bérénice n’est pas, ironiquement, l’ultime avatar d’un duel qui, à l’origine, ne fut qu’inventé.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Alain Viala, « La querelle des Bérénice n’a pas eu lieu », Le Temps des querelles, dir. J.‑M. Hosti (...)
  • 2 La tragédie de Racine est créée le 21 novembre par la troupe de l’Hôtel de Bourgogne, et la coméd (...)
  • 3 Sur les rivalités théâtrales au XVIIe siècle, voir Sandrine Blondet, Les Pièces rivales des réper (...)

1Faire l’histoire de la concurrence des Bérénice, c’est vérifier la puissance de la diachronie face à l’événement historique. Comme Alain Viala, notamment, l’a bien montré, « la querelle des Bérénice n’a pas eu lieu »1 : quand Corneille donne Tite et Bérénice, et Racine Bérénice à la fin du mois de novembre 1670, ils ne se déchirent pas publiquement autour de leurs pièces. Certes, celles-ci sont en concurrence, puisqu’elles sont créées à une semaine d’intervalle2. Cependant, cela ne signifie pas qu’il y ait antagonisme entre leurs auteurs : la concurrence théâtrale est un phénomène commun au XVIIe siècle, qui n’implique pas nécessairement une confrontation violente entre les parties en présence3.

  • 4 Voir Bernard Le Bouyer de Fontenelle, Œuvres de Monsieur de Fontenelle..., Nouvelle édition augme (...)
  • 5 Voir « La majoration de Racine ; une minoration de Corneille ? » dans Marine Souchier, Le Statut (...)
  • 6 « Qu’importe au contraire pour Corneille les œuvres de toutes sortes de la deuxième moitié de sa (...)

2Cependant, la concurrence de Bérénice va faire l’objet d’un traitement particulier, puisqu’elle très vite qualifiée de « duel » par Fontenelle4. Cette idée, accompagnée d’un double processus de « majoration » de Racine et de « minoration » de Corneille5, devient la source d’un « procès » (d’après la formule de Charles Péguy6) dont la Bérénice de Racine sort indiscutablement victorieuse dès le XVIIIe siècle. Cet état de fait, qui perdure et se renforce au XIXe siècle, connaît un infléchissement notoire au siècle suivant puisque la concurrence des Bérénice s’estompe soudainement : critiques et historiens du théâtre s’appliquent alors non pas à comparer les mérites des deux pièces, mais à en étudier les caractéristiques propres de façon non agonistique.

3Or les trois étapes que nous venons de dégager sont éminemment paradoxales : au XVIIe siècle, c’est sans aucun fondement objectif que cette concurrence est qualifiée de « duel ». Au XVIIIe et au XIXe siècle, les critiques s’engouffrent dans la brèche ouverte par Fontenelle pour déclarer Racine vainqueur du duel en question – tout en ne manquant pas d’égratigner l’auteur de Bérénice. Enfin, à partir du XXe siècle, il semble que l’effacement de la concurrence des deux pièces en dissimule un autre : celui du Tite et Bérénice de Corneille.

  • 7 « Ni dans la dédicace, ni dans la Préface, on ne trouve la moindre allusion à Henriette d’Anglete (...)

4C’est sur ce triple paradoxe que nous allons nous pencher. Il ne s’agit pas ici de revenir sur le déroulement de la concurrence des Bérénice et notamment sur la « tradition fort peu sûre » qui attribue la genèse de la pièce à l’intervention d’Henriette d’Angleterre7 : notre but est d’étudier les réceptions successives de cette rivalité – autrement dit, d’examiner comment la rivalité des Bérénice a été construite, considérée et réglée pendant trois cent cinquante ans aussi bien par leurs éditeurs savants, universitaires et scolaires que par le monde du théâtre et par le public au sens large du terme.

Parallèle, querelle ou duel ? La concurrence des Bérénice au XVIIe siècle

  • 8 Sur ces parallèles, voir notamment Emmanuelle Mortgat-Longuet, « Aux origines du parallèle Cornei (...)
  • 9 « Bérénice fut un duel dont tout le monde sçait l’histoire. » Fontenelle, Œuvres de Monsieur de F (...)
  • 10 A. Viala, « La querelle des Bérénice n’a pas eu lieu », art. cit.

5Trois termes reviennent quand il est question de la concurrence des Bérénice et, plus largement, de celle de Corneille et de Racine. Après la création des deux pièces ont fleuri toutes sortes de « parallèles » entre les deux auteurs8 ; avec son idée de « duel »9, Fontenelle a, quant à lui, fait école ; au point qu’Alain Viala a consacré un article spécifique à la prétendue « querelle » que fut la concurrence des deux pièces10. Ces trois formules supposent une confrontation. Or il semble que l’événement historique que fut la concurrence des Bérénice ne puisse être qualifié par aucun de ces termes à proprement parler.

Le combat ne fut pas, faute de combattants

6Quand les deux Bérénice sont créées à une semaine d’intervalle, force est de constater qu’il n’est nullement question de « querelle » au sens agonistique du terme, ni de « duel ». Pour cela, il faudrait qu’elles soient mises sur le même plan. Or c’est précisément ce que leur public ne fait pas :

[O]n est tenté de voir dans l’apparition simultanée de ces deux pièces un nouvel épisode d’une rivalité qui était désormais éclatante et publique. Les contemporains n’ont pu s’y tromper, et leurs témoignages devraient être unanimes.

  • 11 Raymond Picard, La Carrière de Jean Racine, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des idées », 1 (...)

Il n’en est rien. Certains ne songent même pas à comparer les deux œuvres : dans la petite correspondance qui s’établit entre Bussy-Rabutin et Mme Bossuet au sujet de la Bérénice, quelques mois après qu’elle a été imprimée, il n’y a pas la moindre allusion – ne serait-ce que pour opposer les deux pièces – au Tite et Bérénice de Corneille. Le gazetier Robinet, qui n’avait pas manqué, en 1665, de rendre compte du succès divers des deux Mères coquettes et des deux Alexandres, parle séparément des deux Bérénices sans essayer de les rapprocher.11

7L’abbé de Saint-Ussans insiste même sur le fait que les deux pièces n’ont rien en commun, dans sa réponse à la Critique de Bérénice de l’abbé de Villars :

  • 12 Abbé de Saint-Ussans, « Réponse à la Critique de Bérénice », dans J. Racine, Œuvres complètes, éd (...)

[D]e dire que M. Racine a traité le même sujet que [Corneille], c’est parler fort à la manière du Peuple, qui s’imagine que, parce que Bérénice est un nom commun à deux Tragédies, ces deux Tragédies doivent être la même chose. Vous savez bien que tout en est différent : l’action différente : le temps différent : peut-être même la Scène différente, et que si un seul Auteur avait fait ces deux pièces, elles se compteraient fort bien pour deux Poèmes, aussi distingués que deux actions d’une même personne, dont l’une suppose l’autre ; comme les deux Iphigénies d’Euripide, et les deux Œdipes de Sophocle.12

  • 13 A. Viala, « La querelle des Bérénice n’a pas eu lieu », art. cit.
  • 14 Voir G. Forestier, « Les deux “Bérénice” : deux sujets différents » dans J. Racine, Œuvres complè (...)
  • 15 Voir « Xiphilinus ex Dione » dans P. Corneille, Œuvres complètes, éd. G. Couton, t. 3, p. 991-992
  • 16 Voir J. Racine, « Préface », dans Œuvres complètes, éd. G. Forestier, t. 1, p. 452-453.
  • 17 Voir Nicolas de Montfaucon de Villars, « La Critique de Bérénice » dans ibid., p. 511-519.
  • 18 Voir E. Mortgat-Longuet, « Aux origines du parallèle Corneille-Racine », art. cit. ; et « La mode (...)
  • 19 « Les dernières pièces de Sophocle soûtinrent dignement la réputation qu’il s’estoit acquise par (...)
  • 20 « Monsieur Racine a été plus heureux en ce point. Il a cessé de travailler lorsqu’il estoit dans (...)
  • 21 Voir Milorad R. Margitic, « La Bruyère entre Corneille et Racine », Cahiers de l’AIEF, 44, 1992, (...)
  • 22 Voir Jean de La Bruyère, Les Caractères ou Les Mœurs de ce siècle [1687], éd. Antoine Adam, Paris (...)

8On comprend dès lors pourquoi « la querelle des Bérénice n’a pas eu lieu »13 : si Corneille et Racine ne se déchirent pas autour de leurs pièces, c’est qu’ils ne traitent pas le même sujet14. C’est ainsi, comme le rappelle Alain Viala, que Corneille ne précède sa comédie héroïque que de l’extrait de Xiphilin qui lui a fourni la matière de sa pièce15. Quant à Racine, il concentre ses foudres non pas sur son rival vieillissant, dans la préface de sa tragédie16, mais sur l’abbé de Villars, qui a composé une Critique de Bérénice assassine17. Certes, les parallèles de Corneille et de Racine fleurissent dès la fin du XVIIe siècle18, mais ils n’évaluent pas les mérites comparés des deux Bérénice. Quand Longepierre critique les « dernières pièces » de Corneille qui, selon lui, montrent « que le génie vieillit, et s’use avec le corps », il ne cite pas spécifiquement Tite et Bérénice19. En guise de parallèle avec Racine, Longepierre note simplement que ce dernier a fini sa carrière de dramaturge de façon bien plus heureuse que son rival20. Quant à La Bruyère, « vrai fondateur de [la] tradition critique » que constituent les parallèles entre Corneille et Racine21, et auteur du plus connu d’entre eux, il n’y cite pas non plus Bérénice et Tite et Bérénice22.

  • 23 « Il fallut attendre 1670 et la confrontation des deux Bérénice pour que la renommée de Cornei (...)
  • 24 Voir A. Viala, « La querelle des Bérénice n’a pas eu lieu », art. cit., p. 97-100, en particulier (...)
  • 25 Ibid., p. 106.
  • 26 Voir Marc Escola, « Une réconciliation : Tite et Titus », dans Jean Racine, Bérénice, éd. Marc Es (...)

9Certes, la « majoration » de Racine se fait au prix de la « minoration » de Corneille, et ce à partir de 167023. Mais ce double processus, tout spectaculaire qu’il ait été, n’implique pas qu’il y eut combat : il ne fut qu’une conséquence de cette concurrence. La comédie intitulée Tite et Titus, ou Critique sur les Bérénices qui paraît en 1673, dont l’auteur reste anonyme, et qui compare bel et bien les deux pièces, ne relève en rien de l’affrontement : elle met en place une « agréable dispute » qui « s’inscrit dans la dynamique de l’émulation ». « Tite et Titus donne à penser que les artistes – ici, les deux dramaturges, doivent rivaliser de zèle pour plaire au roi »24. De façon caractéristique, Alain Viala parle même d’« irénisme » de la pièce25. Dans son édition de la tragédie de Racine, Marc Escola reproduit quant à lui des extraits de la comédie en question sous un titre significatif : « Une réconciliation : Tite et Titus »26. Ainsi peut-on bel et bien dire, au sujet de la concurrence des Bérénice, que, contrairement à ce qu’on pourrait croire, le combat ne fut pas, faute de combattants.

Et la concurrence devint duel

10Quel contraste avec 1685, où la concurrence des Bérénice devient un « duel » prétendument connu de tous sous la plume du neveu de Corneille, Fontenelle :

  • 27 Rappelons que Fontenelle parle ici d’Henriette d’Angleterre, duchesse d’Orléans.

Bérénice fut un duel dont tout le monde sçait l’histoire. Feuë Madame, Princesse27 fort touchée des choses d’esprit, & qui eût pû les mettre à la mode dans un Pays barbare, eut besoin de beaucoup d’adresse, pour faire trouver les deux Combattants sur le champ de bataille, sans qu’ils sçussent où on les menoit ; mais à qui demeura la victoire ? Au plus jeune.

  • 28 Fontenelle, Œuvres de Monsieur de Fontenelle, op. cit., p. 116-117.

Il ne reste plus que Pulcherie & Surena, tous deux sans comparaison meilleurs que Bérénice, tous deux dignes de la vieillesse d’un grand Homme.28

11On note ici le surgissement de l’isotopie guerrière, aussi spectaculaire que tardif. On sait, par ailleurs, à quel point il faut se méfier du pseudo-argument d’autorité que constitue le fama fert – quoique « tout le monde sache l’histoire de Bérénice », on serait bien en peine de trouver une personne capable de l’étayer par des preuves tangibles. Enfin, on ne peut que constater le caractère évasif du propos de Fontenelle : en dernière analyse, on ne sait pas exactement ce qu’il faut entendre par le terme de « duel ».

12Ni parallèle, ni querelle, ni duel à l’origine, la concurrence des Bérénice devint donc duel en raison d’un témoignage rétrospectif qui, par son caractère évasif, par sa notoriété prétendue, et parce que son auteur était le neveu de Corneille lui-même, autorisa les critiques ultérieurs à prendre parti. Car dans un véritable duel, il y a nécessairement un gagnant : ce gagnant fut Racine.

Un jugement qui se veut dernier : les Bérénice aux XVIIIe et XIXe siècles

13Le XVIIIe siècle infléchit nettement la perception de la concurrence des Bérénice, mais cet infléchissement ne laisse pas d’être paradoxal. Car quoique les critiques prennent ouvertement et fermement parti pour Bérénice, cela ne les empêche pas de déprécier vivement la pièce de Racine.

Une victoire indiscutable

14Une anecdote significative circule au XVIIIe siècle. En effet, voici ce qu’écrit François-Louis Cizeron-Rival, en 1765, au sujet de Nicolas Boileau :

CVI. M. Despréaux distinguoit ordinairement deux sortes de galimathias : le Galimathias simple, & le Galimathias double. Il appelloit Galimathias simple, celui où l’Auteur entendoit ce qu’il vouloit dire, mais où les autres n’entendoient rien ; & le Galimathias double, celui où l’Auteur, ni les Lecteurs ne pouvoient rien comprendre : c’est-à-dire, celui où l’Auteur ne s’entendoit pas lui-même, & ne savoit pas ce qu’il vouloit dire. Et quand ce même Despréaux lisoit quelqu’endroit qui étoit de ce caractère-là, il disoit plaisamment : Voilà du Galimathias fin et double. […]

Il citait pour exemple ces quatre vers de la Tragédie de Tite & Bérénice, du grand Corneille. Acte I, Scene 2.

Faut-il mourir, Madame, & si proche du terme ?
Votre illustre inconstance est-elle encor si ferme,
Que les restes d’un feu que j’avois cru si fort,
Puisse dans quatre jours se promettre ma mort.

  • 29 François-Louis Cizeron-Rival, Récréations littéraires, ou anecdotes et remarques dramatiques sur (...)

CVII. Baron, ce célebre Acteur, devoit faire le rôle de Domitian dans cette même Tragédie, & comme il étudioit son rôle, l’obscurité des vers rapportés ci-dessus lui fit quelque peine, & il en alla demander l’explication à Moliere chez qui il demeuroit. Moliere, après les avoir lus, lui dit qu’il ne les entendoit pas non plus ; mais attendez, dit-il à Baron, M. Corneille doit venir souper avec nous aujourd’hui, & vous lui direz qu’il vous les explique. Dès que Corneille arriva, le jeune Baron alla lui sauter au cou, comme il faisoit ordinairement, parce qu’il l’aimoit ; & ensuite il le pria de lui expliquer ces quatre vers, disant à Corneille qu’il ne les entendoit pas. Corneille, après les avoir examinés quelque temps, dit ; Je ne les entends pas trop bien non plus ; mais récitez-les toujours, tel qui ne les entendra pas les admirera.29

15Taxée d’incohérence suprême, et réduite à ce seul trait, la comédie héroïque de Corneille n’a plus guère de chance de rivaliser avec la tragédie de Racine.

  • 30 Voir Histoire de la vie et des ouvrages de P. Corneille par M. Jules Taschereau, Paris, Alexandre (...)
  • 31 Œuvres de P. Corneille, nouvelle édition revue sur les plus anciennes impressions et les autograp (...)
  • 32 Le Grand siècle, Corneille, par Mgr Ricard, Lyon, Vitte et Perrussel, 1889, p. 282-284.
  • 33 Voir Jean de La Bruyère, Des ouvrages de l’esprit, éd. G. Servois, Paris, L. Hachette et Cie, 186 (...)
  • 34 Voir Œuvres complètes de Boileau Despréaux..., tome premier, Paris, Dabo, Tremblay, Feret et Gaye (...)
  • 35 Annales dramatiques, ou Dictionnaire général des théâtres..., tome neuvième, Paris, L’Auteur / Ca (...)
  • 36 Voir Mémoires de la Société d’émulation du Doubs, cinquième série, troisième volume, 1878, Besanç (...)
  • 37 Ch. Marty-Laveaux, « Notice » de Tite et Bérénice, dans Œuvres de P. Corneille, op. cit., p. 191.

16Or on retrouve l’anecdote de façon récurrente, et ce dans toutes sortes de publications, au XVIIIe siècle : on la lit aussi bien dans des histoires de la vie de Corneille (telles que L’Histoire de la vie et des ouvrages de P. Corneille de Jules Taschereau30, les Œuvres de P. Corneille publiées par Charles Marty-Laveaux31 et Le Grand Siècle, Corneille d’Antoine Ricard32) que dans des éditions des œuvres de La Bruyère33 et de Boileau34. Elle est relayée dans le neuvième tome des Annales dramatiques35 ainsi que dans des ouvrages de curiosité plus généraux36. Autant dire qu’il est quasi impossible d’y échapper. Charles Marty-Laveaux le constate d’ailleurs en toute franchise : c’est « une anecdote dont [il n’oserait] pas garantir l’exactitude, mais qui est tout à la fois trop piquante et trop connue pour qu’il soit permis de la passer sous silence »37.

  • 38 Voltaire (François-Marie Arouet, dit), Théâtre de P. Corneille, avec les commentaires de Voltaire (...)
  • 39 Voir « Bérénice, de Racine, tragédie en cinq actes, 1670 » et « Bérénice, de Corneille, tragédie (...)
  • 40 Voir Voltaire, « Préface du commentateur », dans ibid., p. 95-98.

17À cela vient s’ajouter le jugement péremptoire que Voltaire porte sur les deux pièces. Dans son édition du théâtre de Corneille, il déprécie ouvertement Tite et Bérénice. Selon lui, « Corneille n’était pas fait pour combattre Racine dans la carrière de l’élégance et du sentiment » : que l’auteur de Tite et Bérénice ait « voulu jouter contre Racine dans un ouvrage où tout dépend du style »38 lui paraît aberrant. Dès lors, il ne faut pas s’étonner si Voltaire retranscrit Bérénice avant Tite et Bérénice39, si seule la première est précédée d’une « préface du commentateur »40, et si Voltaire ne commente que le premier acte de la comédie héroïque de Corneille, alors qu’il annote toute la tragédie de Racine. On ne peut que relever l’ironie de ce triple procédé, puisque les deux pièces sont publiées dans le cadre de l’édition des œuvres complètes de Corneille : le verdict n’en est que plus tranchant. Enfin, Voltaire ne se prive pas d’achever Tite et Bérénice de façon d’autant plus assassine qu’il feint de rendre au grand Corneille ce qui lui appartient :

  • 41 Ibid., p. 213.

Finissons. Il a bien fallu faire quelques remarques sur [le] premier acte [de Tite et Bérénice], pour montrer que c’est une peine perdue d’en faire sur les autres. Un commentaire peut être utile quand on a des beautés et des défauts à examiner ; mais ce serait vouloir outrager la mémoire de Corneille, de s’appesantir sur toutes les fautes d’un ouvrage où il n’y a guère que des fautes. Finissons nos remarques par respect pour lui : rendons-lui justice ; convenons que c’est un grand homme qui fut trop souvent différent de lui-même, sans que ses pièces malheureuses fissent tort aux beaux morceaux qui sont dans les autres.41

  • 42 Ibid., p. 177.
  • 43 « Il semble que dans cette pièce Corneille ait voulu en quelque sorte imiter ce double amour qui (...)

18Ainsi, pour Voltaire, la concurrence des Bérénice se joue entre un Racine virtuose de l’élégance et du style, capable de « trouver dans l’incident le plus simple, le développement du cœur humain »42 ; et un Corneille, « raide »43, incapable de jouer dans la même cour que son rival.

  • 44 « […] mais quelle pureté, quelle élégance, que de charmes inexprimables dans la diction ! » Dicti (...)

19Or avec ce jugement, Voltaire fait école. Dans sa droite lignée, le Dictionnaire des portraits historiques, anecdotes et traits remarquables des hommes illustres, publié en 1769, admire la « pureté », l’« élégance » et les « charmes inexprimables dans la diction » de la pièce44. En 1899, on remarque chez Ferdinand Brunetière une stratégie rhétorique quasi identique à celle de Voltaire quand ce dernier concluait ses commentaires sur Tite et Bérénice :

  • 45 Ferdinand Brunetière, « Corneille », dans Études critiques sur l’histoire de la littérature franç (...)

[N]ous devons à la mémoire de Corneille de ne pas davantage insister sur ses dernières œuvres. Agésilas (1666) ; Attila (1667) ; Tite et Bérénice (1670) ; Pulchérie (1672) ; Suréna (1674), n’ont rien qui puisse fixer l’attention de la critique, et on pensera que c’est assez de les avoir nommés. Quelques beaux vers épars dans Attila ne sauraient rien ajouter à la gloire du poète ; et comparer Tite et Bérénice à la Bérénice de Racine, serait manquer au respect que nous devons à tant de chefs-d’œuvre. Ce qu’il importe donc uniquement de faire observer, c’est la conjonction du déclin de Corneille avec l’astre naissant de Racine.45

20Même souci de « respecter la mémoire » de l’auteur de Tite et Bérénice ; même volonté prétendue de « ne pas insister sur » ses œuvres inférieures. La prétérition est plus condescendante encore que s’il s’était contenté de critiquer ouvertement le grand Corneille.

  • 46 Œuvres complètes de P. Corneille, suivies des œuvres choisies de Thomas Corneille avec les notes (...)

21Ainsi Tite et Bérénice devient-elle un des symboles de la prétendue décadence de Corneille qui, du pinacle où il se trouvait dans les années 1630-1640, aurait soi-disant fini par chuter dans les tréfonds de l’art dramatique. Dans de nombreux ouvrages, on peut lire que si « [la victoire de Racine] ne fut pas même disputée », c’est que « la partie n’était pas égale. Corneille n’était plus le Corneille du Cid et des Horaces ; il était devenu l’auteur d’Agésilas »46. Émile de Labédollière, quant à lui, fait de Tite et Bérénice le parachèvement de la supposée déchéance de son auteur :

  • 47 Émile de Labédollière, Le Panthéon populaire, quatrième série, Paris, Gustave Barba, 1861, p. 6.

Corneille était âgé de soixante-quatre ans, et plusieurs pièces d’un ordre inférieur, telles que Agésilas et Attila, avaient déjà donné tristement la mesure de sa décadence. Le résultat de la lutte fut conforme à la position respective des deux auteurs. Bérénice, tragédie de Racine, fut jouée avec un succès éclatant, le 21 novembre 1670 sur le théâtre de l’hôtel de Bourgogne, et elle eut trente représentations consécutives, ce qui était alors considérable. Au contraire, Tite et Bérénice, comédie héroïque de Corneille, tomba le 28 novembre de la même année, sur le théâtre du Palais-Royal, malgré les efforts de la troupe de Molière.47

22Ici, Tite et Bérénice subit un sort bien pire que celui qu’on lui réservait jusque-là : car tant qu’elle était érigée en symbole de la ruine cornélienne, elle existait encore aux yeux des critiques. Avec Émile de Labédollière, elle sombre tout simplement dans le néant. De quelque chose, elle est devenue rien.

Une victoire à la Pyrrhus pour l’auteur d’Andromaque

  • 48 Voltaire, dans Théâtre de P. Corneille, éd. cit., p. 191.
  • 49 Ibid., p. 107.
  • 50 Ibid., p. 118.
  • 51 Ibid., p. 109-110.
  • 52 Ibid., p. 126.
  • 53 Ibid., p. 131.

23Tout cela n’empêche pas les critiques d’égratigner Racine – laissant l’impression diffuse que, n’eût été la concurrence des deux pièces, Bérénice n’eût peut-être pas fait l’objet de tant de louanges. En effet, selon Voltaire, Bérénice est « sans contredit la plus faible des tragédies de Racine qui sont restées au théâtre : ce n’est même pas une tragédie »48. Les reproches qu’il lui fait sont nombreux et variés : Antiochus emploie des « expressions peu convenables »49 ; c’est « un fade personnage, qui exprime en vers faibles et lâches un amour un peu ridicule », autrement dit un rôle qui « ne peut avoir rien de tragique »50. Les personnages, « amants fidèles, sans succès et sans espoir, n’intéressent jamais »51. « Le second acte commence plus mal que le premier ne finit »52. On y trouve, « comme dans presque toutes les pièces de Racine », des « naïvetés puériles »53... Le moins que l’on puisse dire est que l’admiration que Voltaire éprouve pour Bérénice est loin d’être inconditionnelle.

  • 54 Cf. ibid., p. 191 (« Voilà sans contredit la plus faible des tragédies de Racine qui sont restées (...)

24Or là encore, Voltaire fait école. Pour l’auteur du Dictionnaire des portraits historiques, anecdotes et traits remarquables des hommes illustres comme pour lui, Bérénice « est la plus faible des tragédies de Racine »54. Par ailleurs, voici ce qu’on peut lire dans Les Siècles littéraires de la France de Nicolas-Toussaint Des Essarts, publiés en 1801 :

  • 55 Quoique le terme ne soit pas mis en italique dans le texte, il désigne bel et bien la pièce de Ra (...)
  • 56 Nicolas-Toussaint Des Essarts, Les Siècles littéraires de la France ou Nouveau dictionnaire histo (...)

Bérénice55 […] soutint la gloire du poète aux yeux du public, et l’affaiblit aux yeux des gens de goût. Ce n’est qu’une pastorale héroïque ; elle manque de ce sublime et de ce terrible, les deux grands ressorts de la tragédie. Elle est conduite avec art et avec une certaine vivacité ; les sentimens [sic] en sont délicats, la versification élégante, noble, harmonieuse ; mais encore une fois, ce n’est point une tragédie, en prenant ce mot dans la rigueur du terme. Titus n’est point un héros romain ; c’est un courtisan moderne.56

25Les XVIIIe et XIXe siècles font donc nettement triompher Bérénice sur Tite et Bérénice. Mais cette victoire est paradoxale. Quoiqu’on proclame largement cette dernière, on n’accuse pas moins la pièce de ne pas être une tragédie. La supériorité de Bérénice n’est donc affirmée que sous condition, et la concurrence des Bérénice, ironiquement, fait de la tragédie de Racine une pièce qui vaut non pas par elle-même, mais par contraste. C’est cela que le XXe siècle va venir remettre en cause non seulement en réévaluant Tite et Bérénice, mais en rendant également à Bérénice son statut de tragédie au sens propre du terme.

Un verdict implicite : les Bérénice à partir du XXe siècle

  • 57 Voir Ch. Péguy, Victor-Marie, Comte Hugo, op. cit., p. 192 ; et supra, note 6.

26Au XXe siècle, Charles Péguy appelle à une « révision » du « procès » de Tite et Bérénice57. Son vœu est entendu, puisque les critiques s’attachent désormais non pas à comparer les deux pièces pour ériger Racine en vainqueur, mais à étudier les mérites propres de chacune. Cette réévaluation a-t-elle réellement permis de rééquilibrer le débat ?

Un effacement de la querelle

27Il est indéniable que les débats s’apaisent et s’objectivent au XXe siècle : les mérites des Bérénice se voient reconnus et appréciés de façon distincte. Ainsi, la concurrence des deux pièces n’est plus l’objet d’un discours agonistique : il ne s’agit plus de distinguer la meilleure des deux, mais simplement de rendre compte de l’événement historique que fut leur rivalité.

  • 58 R. Picard, La Carrière de Jean Racine, op. cit., p. 167.
  • 59 André Stegmann, introduction de Bérénice dans Jean Racine, Théâtre complet I, éd. André Stegmann, (...)
  • 60 André Blanc, Racine, Paris, Fayard, 2003, p. 179.

28Désormais, critiques et historiens du théâtre s’attachent avant tout à faire la lumière sur la vérité de l’intervention d’Henriette d’Angleterre et sur la génétique des deux pièces – et non à étudier leurs mérites comparés pour couronner l’une au détriment de l’autre. Certes, il ne s’agit pas de nier la victoire de Racine sur Corneille ; mais il ne s’agit pas non plus de porter un jugement de valeur sur leurs pièces. Les constats extérieurs et dépassionnés se multiplient. Raymond Picard note simplement que « [p]our la première fois, une fraction importante du public se rend compte que Corneille appartient au passé »58. André Stegmann, de son côté, écrit que « [l]a pièce de Corneille eut un succès d’estime », alors que « celle de Racine fut un nouveau triomphe »59. André Blanc, quant à lui, indique que « [q]uoiqu’il en soit, le triomphe de Racine était assuré »60. En s’en tenant surtout aux chiffres, Jean-Pierre Collinet maintient à distance toute tentation de juger les deux pièces :

On peut seulement déduire de son succès [que Bérénice] se trouvait accordée à la sensibilité générale du moment.

  • 61 Jean-Pierre Collinet, préface de Bérénice, dans Théâtre complet I, Paris, Gallimard, coll. « Foli (...)

Trente représentations n’en épuisèrent pas la vogue. La comédie héroïque de Tite et Bérénice ne s’était soutenue, avec plus de peine, peut-être en partie à cause d’interprètes jugés insuffisants, que jusqu’à la vingt-quatrième.61

29On observe la même tendance dans les Bérénice scolaires, qui restent très factuelles sur le sujet. Dans l’édition qu’elle fait de la pièce, par exemple, Dominique Rabaud-Gouillart est uniquement descriptive :

  • 62 Dominique Rabaud-Gouillart, « Genèse de l’œuvre », dans Jean Racine, Bérénice, Paris, Larousse-Bo (...)

La pièce de Corneille (Tite et Bérénice) connut un succès moyen, puisqu’elle fut jouée une vingtaine de fois, mais le public réserva un accueil plus enthousiaste à la Bérénice de Racine, qui fut un véritable succès de larmes.62

30Comme le faisait Jean-Pierre Collinet, un éditeur de Bérénice chez Librio cite également des chiffres pour éviter toute subjectivité :

  • 63 Notice de Jean Racine, Bérénice, Paris, Librio, 2013, p. 70-71.

Créée le 21 novembre 1670, la Bérénice de Racine comptabilise trente représentations, tandis que Tite et Bérénice de Corneille, le 28 novembre suivant, est joué vingt-et-une fois par la troupe de Molière. Sans que Corneille ait démérité, Racine est consacré nouveau roi de la tragédie.63

31Dans les deux cas, il ne s’agit que de prendre acte de la victoire de Bérénice sur Tite et Bérénice, et non de les opposer.

32Par ailleurs, et surtout, les deux pièces se voient reconnaître leurs mérites propres, sans que ceux-ci soient la base d’une comparaison, de quelque ordre qu’elle soit. Critiques et historiens du théâtre invitent en effet à dissocier nettement les deux pièces, et à étudier Tite et Bérénice en elle-même, et non pas seulement en regard avec sa concurrente. Alain Niderst, notamment, regrette que la comédie héroïque de Corneille ne soit plus évoquée « que pour commenter [la Bérénice] de Racine ». Pour lui,

  • 64 Alain Niderst, notice de Tite et Bérénice, dans Pierre Corneille, Théâtre complet, Tome III, Volu (...)

[C]ela peut paraître injuste, car cette œuvre, sans pompe ni poésie, nerveuse et méchante comme Othon, pourrait par son amertume et son « odeur de néant » parler au public moderne. Henry Bordeaux a su y reconnaître des « analyses captivantes », des « vers magnifiques », de la « mélancolie », de « l’inquiétude ».64

  • 65 G. Couton, notice de Bérénice, dans P. Corneille, Œuvres complètes, éd. G. Couton, t. 3, p. 1616.

33Georges Couton renchérit en écrivant que « [la pièce de Corneille] mériterait d’être mieux connue ; tant pour que soit aussi mieux connue la Bérénice de Racine que pour ses qualités propres »65.

  • 66 Voir Georges Forestier, « Les deux “Bérénice” : deux sujets différents », dans J. Racine, Œuvres (...)
  • 67 Voir « Épilogue. Où finit Bérénice commence Tite et Bérénice », dans Georges Forestier, Corneille (...)
  • 68 Voir Gilles Revaz, « La comédie héroïque et la tragédie : quelle distinction générique ? », Litté (...)

34Dès lors, les différences des deux pièces sont pointées et dûment approfondies. Georges Forestier, notamment, a bien démontré que les deux pièces traitaient « deux sujets différents »66, parce qu’elles se fondaient sur des sources historiques et des partis pris esthétiques différents67. Cet état de fait est confirmé par Gilles Revaz qui, dans un article intitulé « La comédie héroïque et la tragédie : quelle distinction générique ? »68, mène une étude comparée de l’esthétique des deux pièces, sans qu’aucun jugement de valeur ne s’en dégage.

35Certains vont même plus loin, et soutiennent que les deux pièces illustrent la spécificité propre de leur auteur – en d’autres termes, que Corneille et Racine atteignent le sommet de l’adéquation à eux-mêmes dans leurs deux pièces. Selon André Stegmann,

  • 69 A. Stegmann, « Notice sur Bérénice », dans Théâtre complet I, éd. A. Stegmann, p. 369.

Les deux tragédies sont excellentes, conformément au génie propre de chaque auteur : la pièce de Corneille est une remarquable analyse politique, celle de Racine une émouvante histoire de sacrifice amoureux. L’amour chez Corneille est un des facteurs importants de la raison d’État ; il est l’âme du tragique chez Racine.69

36Pour Georges Couton,

  • 70 G. Couton, notice de Tite et Bérénice, dans P. Corneille, Œuvres complètes, éd. G. Couton, t. 3, (...)

[C]hacun [est] dans ces pièces […] remarquablement lui-même. Racine a composé une Bérénice dans laquelle on estime communément, et à juste titre, qu’il est allé jusqu’à la limite même de son système dramatique. Corneille compose un Tite et Bérénice typique de sa dernière manière : comédie princière, qui cherche à concilier les amours et la raison d’État, les galanteries, les âpretés, les férocités des amours-propres, les intrigues.70

  • 71 Sébastien Lapaque, « Corneille-Racine, on refait le match », Le Figaro, publié le 13 avril 2006 e (...)

37Cet effacement de la concurrence touche même jusqu’au grand public puisque, dans un article du Figaro publié en ligne, daté du mois d’avril 2006 et intitulé trompeusement « Corneille-Racine, on refait le match », on peut lire la conclusion suivante : « Le cinquième set n’en finit pas. Balles neuves »71.

  • 72 « Parmi les nombreuses “querelles” qui ont marqué l’histoire du théâtre classique, et dans l’hist (...)

38Enfin, la querelle ne vaut plus en elle-même, mais pour ce qu’elle suppose en termes d’histoire littéraire : pour Marc Escola, ce n’est pas tant la rivalité des Bérénice qui importe, que « l’historiographie de la doctrine classique », dont elle marque une « date importante »72. Bérénice devient alors une pièce marquante de l’histoire du théâtre par elle-même, et non par rapport à Tite et Bérénice – état de fait qui, s’il confirme l’effacement de la concurrence des deux pièces, laisse justement entrevoir un autre effacement, celui de Tite et Bérénice elle-même.

L’effacement de Tite et Bérénice

  • 73 André Lagarde et Laurent Michard, XVIIe siècle, Les Grands auteurs français, Paris, Bordas, coll. (...)
  • 74 « 1670 voit le duel des deux Bérénice, qui tourne à l’avantage de Racine. » Claude Puzin, Littéra (...)
  • 75 « Bérénice fait pleurer Versailles et Paris en 1670 […]. » Ibid., p. 236.
  • 76 Ibid., p. 251-253.
  • 77 Ibid., p. 198.
  • 78 « Lorsque Racine choisit le sujet de Bérénice, il sait probablement que Corneille est en train d’ (...)
  • 79 Ibid., p. 370-372.
  • 80 Ibid., p. 328.

39De façon caractéristique, malgré la reconnaissance des mérites de la pièce de Corneille, celle-ci disparaît des anthologies littéraires au profit de Bérénice. Dans le Lagarde et Michard, seule cette dernière est honorée d’une citation73. Dans la collection Henri Mitterand, la rivalité des Bérénice est évoquée, mais seulement dans la biographie de Pierre Corneille74, et non dans celle de Racine75. Autant dire que Tite et Bérénice semble ne mériter une mention qu’en regard de sa rivale, alors que la tragédie de Racine vaut par elle-même. Par ailleurs, seule cette dernière se voit attribuer une citation ; Claude Puzin donne même un extrait de la préface de Bérénice76. À l’inverse, rien ne vient rendre compte de la pièce de Corneille, dont le titre définitif n’apparaît que noyé dans la chronologie des œuvres de son auteur77. On note un procédé similaire dans l’anthologie du Théâtre français du XVIIe siècle dirigée par Christian Biet : là encore, la rivalité est évoquée78, mais seule la pièce de Racine se voit attribuer une citation79 et – consécration suprême – son frontispice ouvre le chapitre intitulé « La tragédie classique »80. Là encore, rien ne rend compte de la pièce de Corneille.

  • 81 Pierre Corneille, Œuvres de P. Corneille, Théâtre complet, nouvelle édition imprimée d’après cell (...)
  • 82 Don Sanche d’Arragon [sic], Tite et Bérénice, Psyché, Paris, Vialetay, 1969.
  • 83 Jean Racine, Bérénice. Pierre Corneille, Tite et Bérénice, éd. Dominique Moncond’huy, Paris, La T (...)

40Les deux pièces connaissent par ailleurs deux destins éditoriaux rigoureusement opposés. Les éditions, notamment séparées, de la Bérénice de Racine se comptent par dizaines (savantes, grand public ou scolaires), au point qu’il est vain d’en faire un relevé. En revanche, on a bientôt fait le compte des éditions de Tite et Bérénice. On n’en trouve aucune édition séparée : contrairement à la Bérénice de Racine, elle n’existe pas, scolairement parlant. Les quelques éditions qu’elle connaît sont intégrées à ses œuvres complètes81 ou choisies82 de Pierre Corneille. Enfin, il est significatif que Dominique Moncond’huy ait édité la pièce conjointement avec la Bérénice de Racine, et que ce soit la Bérénice de Racine qui ouvre le volume, dans la lignée de Voltaire83. Il est également caractéristique qu’il présente Bérénice comme un « mythe littéraire », par opposition à Tite et Bérénice :

  • 84 D. Moncondhuy, « Préface », dans ibid., 2016, p. 8.

Bien sûr, Bérénice existait avant Corneille et Racine, chez les historiens antiques et modernes, chez d’autres écrivains du XVIIe siècle […]. Mais le mythe littéraire du couple exemplaire, c’est Racine qui l’impose vraiment à la scène et aux mémoires. Pas Corneille. Ce qui ne veut pas dire qu’il y ait échoué ; il avait autre chose à l’esprit, d’autres modèles (et d’abord les siens propres) et surtout un rival.84

  • 85 Ibid., p. 9.

41Ironie suprême, Dominique Moncond’huy écrit également ce qui suit : « sans doute lirait-on autrement la pièce de Corneille si l’on rebaptisait Tite et Bérénice, si l’on pouvait oublier Racine »85. Se dégage donc la nette impression que, pour exister éditorialement, le Tite et Bérénice de Pierre Corneille a besoin d’une justification extérieure ; que la pièce ne se suffit pas à elle-même. Alors que Bérénice se vendra toujours, Tite et Bérénice ne se vendra probablement jamais.

42De même, on constate que les deux pièces connaissent deux destins théâtraux bien distincts. La vivacité de la Bérénice de Racine n’est plus à prouver – et ce en dépit des difficultés de mise en scène que pose la pièce86. Au XXe siècle, Bérénice fait l’objet de cinq mises en scène à la Comédie-Française, jouées dans la prestigieuse salle Richelieu (à l’exception de celle de Faustin Linyekula, en 2009, au Studio-Théâtre87) : celle de Gaston Baty en 1946-1947 ; celle de Paul-Émile Deiber en 1962-1963 ; celle de Klaus-Michael Grüber en 1984, avec Ludmila Mikaël dans le rôle-titre88 ; et celle de Muriel Mayette-Holtz en 200189. Bérénice est également travaillée par les plus grands metteurs en scène contemporains : de Roger Planchon en 1965-1966, au Théâtre de la Cité à Villeurbanne ; à Lambert Wilson en 2008, au Théâtre des Bouffes du Nord ; en passant par Antoine Vitez en 1980, à la Maison de la culture de Nanterre ; et par Jacques Lassalle en 1990, au Théâtre National de Strasbourg. Elle est même enregistrée par des comédiens de la Comédie-Française à la Maison de la Radio, pour France Culture, en 201790.

43Le moins qu’on puisse dire est que Tite et Bérénice est une pièce beaucoup plus confidentielle. Certes, elle est mise en scène par Patrick Guinand en octobre 1966 à la Comédie-Française. Cependant, de façon caractéristique, elle ne connaît pas l’honneur de la salle Richelieu : elle est jouée au Vieux-Colombier91. Et si elle fait effectivement l’objet de plusieurs mises en scène – comme celles de Pierre Arnaudeau au Théâtre du Tertre (aujourd’hui théâtre Lepic), en novembre 1970 ; celle de Jacques Rivette et de Quena Paris-Horvitz en 1989 au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis ; celle d’Ivan Morane en 1981 à l’Espace Duchamp-Villon de Rouen ; celle de Jean-Claude Bastos en 1988 ; et celle de Claude-Henri Rocquet en 2001 au Théâtre du Nord-Ouest à Paris –, cela ne suffit assurément pas à l’ériger au rang de « mythe national », comme Jean-Pierre Vincent le fit pour Bérénice lors d’une interview consacrée à la mise en scène de la pièce de racine par Klaus Michael Grüber92. Là encore, une conclusion s’impose : le public ira toujours voir Bérénice ; mais il n’est pas sûr que Tite et Bérénice « trouv[e] des Acteurs », comme le souhaitait Corneille après l’échec de sa pièce93.

  • 94 Alain Niderst (éd.), Pierre Corneille, Actes du colloque organisé par l’Université de Rouen, la S (...)
  • 95 Myriam Dufour-Maître (dir.), Corneille des Romantiques, Mont-Saint-Aignan, Presses Universitaires (...)
  • 96 G. X. Gulis, Tite et Bérénice de Corneille ou la lutte pour la liberté, Aix-en-Provence, Éditions (...)

44Enfin, il importe de nuancer la revalorisation de Tite et Bérénice dans le cadre universitaire. En effet, dans les dernières grandes publications consacrées à la production de Pierre Corneille, la pièce ne tient qu’un rôle de second plan. Aucun article ne lui est spécifiquement dédié ni dans les actes du colloque Pierre Corneille tenu à Rouen du 2 au 6 octobre 198494, ni dans les ouvrages importants dirigés par Myriam Dufour-Maître95. Certes, un essai consacré à Tite et Bérénice, écrit par G. X. Gulis, paraît en 2016, sous le titre “Tite et Bérénice” de Corneille ou la lutte pour la liberté. Mais l’ouvrage n’a pas de réelle valeur critique : l’auteur précise même qu’il « se propose dans un premier temps, de faire une analyse rapide et classique de [la] pièce, analyse qui sera volontairement superficielle et incomplète », et que « [le livre deuxième] ne fera pas référence à “Tite et Bérénice”, mais essaiera de mettre en valeur les points qui [lui] semblent essentiels, dans une approche très exigeante de la liberté »96. Autant dire que ce n’est pas avec cet ouvrage que Tite et Bérénice a une chance de rétablir l’équilibre vis-à-vis de Bérénice.

45Ainsi, quoique la comédie héroïque de Corneille soit réévaluée à son avantage de façon objective et approfondie, elle restera probablement toujours dans l’ombre de Bérénice. La concurrence des deux pièces n’est plus officielle, mais le verdict, favorable à Racine comme toujours, n’en est pas moins cruel.

Conclusion

46Si l’on parle encore aujourd’hui de la concurrence des Bérénice, c’est parce que son histoire est à la fois complexe et paradoxale à plusieurs niveaux. Paradoxale au niveau diachronique tout d’abord puisque, de simple rivalité factuelle, elle est devenue duel, et que l’infléchissement de ce paradigme a constitué un véritable topos de la littérature critique, jusqu’à ce que les passions s’apaisent à nouveau – sans pour autant que cela permette à Tite et Bérénice de sortir de l’ombre de Bérénice. On observe donc un remarquable – et fort ironique – effet de boucle : à la création des deux Bérénice, comme au XXe siècle, les deux pièces ne font pas l’objet d’une confrontation agonistique. La seule différence entre les deux périodes, c’est qu’au XVIIe siècle, la supériorité de Racine est ouvertement reconnue, alors qu’au XXe siècle, le verdict n’est qu’implicite.

47La concurrence des Bérénice est également paradoxale au niveau synchronique, et ce à chacune des étapes que nous avons dégagées : c’est dès le XVIIe siècle qu’il est question de « duel », alors même qu’à l’origine, personne ne compare les deux pièces. Au XVIIIe siècle, où la supériorité de Bérénice sur Tite et Bérénice est proclamée de la façon la plus claire et la plus vive, la tragédie de Racine est décriée et vivement critiquée. Et au XXe siècle, où l’on s’efforce de réévaluer le procès des Bérénice, où le débat est dépassionné, et où les mérites de la comédie héroïque de Corneille sont mis en valeur, on note une disparition progressive et une mise à distance de cette dernière.

48Aussi peut-on se demander, en fin de compte, si l’effacement de la concurrence des Bérénice n’est pas, ironiquement, l’ultime avatar de ce duel – et si nous ne participons pas nous-mêmes à cet effacement, puisque le présent article n’aborde Tite et Bérénice qu’à l’occasion de l’anniversaire de Bérénice, et qu’elle rend, finalement, à Racine ce qui est à lui depuis déjà trois cent cinquante ans, et qui lui restera probablement toujours : une victoire incontestée à l’occasion d’un duel qui, à l’origine, n’en était pas un.

Haut de page

Notes

1 Alain Viala, « La querelle des Bérénice n’a pas eu lieu », Le Temps des querelles, dir. J.‑M. Hostiou et A. Viala, Littératures classiques, 81, 2013/2, p. 91-106.

2 La tragédie de Racine est créée le 21 novembre par la troupe de l’Hôtel de Bourgogne, et la comédie héroïque de Corneille le 28 novembre par la troupe de Molière, au Palais-Royal. Voir Georges Forestier, « Les deux “Bérénice” : histoire d’une concurrence » et « Les deux “Bérénice” : deux sujets différents » dans Jean Racine, Œuvres complètes, éd. Georges Forestier, t. 1, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1999, p. 1446-1456.

3 Sur les rivalités théâtrales au XVIIe siècle, voir Sandrine Blondet, Les Pièces rivales des répertoires de l’Hôtel de Bourgogne, du Théâtre du Marais et de l’Illustre Théâtre, Deux décennies de concurrence théâtrale parisienne (1629-1647), Paris, Honoré Champion, coll. « Lumière classique », 2017.

4 Voir Bernard Le Bouyer de Fontenelle, Œuvres de Monsieur de Fontenelle..., Nouvelle édition augmentée, tome troisième, Paris, Michel Brunet, 1742, p. 116-117.

5 Voir « La majoration de Racine ; une minoration de Corneille ? » dans Marine Souchier, Le Statut de grand dramaturge au XVIIe siècle : Corneille, Racine et Molière, figures vedettes d’une histoire littéraire en construction (1640-1729), thèse de l’Université Sorbonne Université, 2018, p. 363-376.

6 « Qu’importe au contraire pour Corneille les œuvres de toutes sortes de la deuxième moitié de sa carrière. (Où il y a encore tant et tant de beautés, partout, sans compter Nicomède et cette unique Psyché). (Et cette admirable Tite et Bérénice dont il faudra bien reviser [sic] quelque jour le procès). (Et tant d’autres). » (Charles Péguy, Victor-Marie, Comte Hugo, Paris, Gallimard, coll. « NRF » 1934, p. 192 (§ 83)).

7 « Ni dans la dédicace, ni dans la Préface, on ne trouve la moindre allusion à Henriette d’Angleterre, duchesse d’Orléans, qui, d’après une tradition fort peu sûre, proposa le thème des amours de Titus et de Bérénice à Racine et à Corneille. » Raymond Picard, « Notes, variantes et commentaires » de Bérénice, dans Jean Racine, Œuvres complètes, éd. Raymond Picard, t. 1, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1950, p. 1106. Sur ce point, voir notamment G. Forestier, « Les deux “Bérénice” : histoire d’une concurrence », dans J. Racine, Œuvres complètes, éd. G. Forestier, t. 1, p. 1446-1451 ; ainsi que Georges Couton, « La rivalité des deux “Bérénice” », dans Pierre Corneille, Œuvres complètes, éd. Georges Couton, t. 3, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1987, p. 1607-1616.

8 Sur ces parallèles, voir notamment Emmanuelle Mortgat-Longuet, « Aux origines du parallèle Corneille-Racine : une question de temps », dans Jean Racine, 1699-1999, dir. Gilles Declercq et Michèle Rosellini, Paris, Presses Universitaires de France, 2004, p. 703-717 ; et « La mode des parallèles : des comparaisons incessantes » dans M. Souchier, Le Statut de grand dramaturge au XVIIe siècle, op. cit., p. 597-601.

9 « Bérénice fut un duel dont tout le monde sçait l’histoire. » Fontenelle, Œuvres de Monsieur de Fontenelle, op. cit., p. 116.

10 A. Viala, « La querelle des Bérénice n’a pas eu lieu », art. cit.

11 Raymond Picard, La Carrière de Jean Racine, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des idées », 1961, p. 154.

12 Abbé de Saint-Ussans, « Réponse à la Critique de Bérénice », dans J. Racine, Œuvres complètes, éd. G. Forestier, t. 1, p. 533.

13 A. Viala, « La querelle des Bérénice n’a pas eu lieu », art. cit.

14 Voir G. Forestier, « Les deux “Bérénice” : deux sujets différents » dans J. Racine, Œuvres complètes, éd. G. Forestier, p. 1453-1456.

15 Voir « Xiphilinus ex Dione » dans P. Corneille, Œuvres complètes, éd. G. Couton, t. 3, p. 991-992.

16 Voir J. Racine, « Préface », dans Œuvres complètes, éd. G. Forestier, t. 1, p. 452-453.

17 Voir Nicolas de Montfaucon de Villars, « La Critique de Bérénice » dans ibid., p. 511-519.

18 Voir E. Mortgat-Longuet, « Aux origines du parallèle Corneille-Racine », art. cit. ; et « La mode des parallèles : des comparaisons incessantes » dans M. Souchier, Le Statut de grand dramaturge au XVIIe siècle, op. cit., p. 597-601.

19 « Les dernières pièces de Sophocle soûtinrent dignement la réputation qu’il s’estoit acquise par les premieres. […] Monsieur Corneille n’a pas eu une destinée si heureuse. Ses derniers Ouvrages n’ont pas attiré tant d’applaudissements que les premiers ; et si sa réputation n’avoit pas été au plus haut point, peut-être en auroit-il perdu une bonne partie pour avoir travaillé trop longtemps. On diroit, à voir ses dernières pièces, que le génie vieillit, et s’use avec le corps. Il y regne bien encore un certain air de grandeur et de conduite, acquis par une longue habitude ; mais pour du génie, et du naturel, ou n’y en sent plus du tout ; et ces Tragédies ne sont, si je l’ose dire, que des squelétes secs et décharnez, sans vie, sans ame, sans mouvement, en comparaison du Cid, des Horaces, de Cinna, de Polieucte, etc. » Hilaire-Bernard de Longepierre, Parallèle de Monsieur Corneille et de Monsieur Racine [1686], dans Médée, Tragédie, éd. Emmanuel Minel, Paris, Honoré Champion, coll. « Sources classiques », 2000, p. 180-181 (XXVI).

20 « Monsieur Racine a été plus heureux en ce point. Il a cessé de travailler lorsqu’il estoit dans sa plus grande force, et dans sa plus haute réputation ; dans un temps où sa gloire pouvoit s’étendre sans s’augmenter ; et où il pouvoit soutenir tant de réputation, sans y pouvoir adjoûter ; et au lieu qu’il eût esté à souhaiter que Monsieur Corneille eût abandonné plûtost sa carriere, M. Racine a eu le plaisir de voir que la France, quelque amour qu’elle ait pour son Roy, et quelque intérêt qu’elle prenne à sa gloire, n’a pu voir sans regrets qu’on lui enlevast ses délices, pour faire passer à la postérité les merveilles de ce regne. Heureux de pouvoir jouir luy même des regrets du Public, (bonheur qui n’est pas fait pour les vivans) et de devoir à l’employ glorieux qui l’a tiré du Théâtre ce premier gage d’immortalité. » Ibid., p. 182 (XXVI).

21 Voir Milorad R. Margitic, « La Bruyère entre Corneille et Racine », Cahiers de l’AIEF, 44, 1992, p. 307-321, en particulier p. 308-309 ; https://www.persee.fr/doc/caief_0571-5865_1992_num_44_1_1794 [consulté le 18 janvier 2021].

22 Voir Jean de La Bruyère, Les Caractères ou Les Mœurs de ce siècle [1687], éd. Antoine Adam, Paris, Gallimard, coll. « Folio classique », 1975, p. 37-39 (« Des ouvrages de l’esprit », fragment 54).

23 « Il fallut attendre 1670 et la confrontation des deux Bérénice pour que la renommée de Corneille commençât à se trouver concurrencée et la faveur du public à décliner. » M. Souchier, Le Statut de grand dramaturge au XVIIe siècle, op. cit., p. 235.

24 Voir A. Viala, « La querelle des Bérénice n’a pas eu lieu », art. cit., p. 97-100, en particulier p. 101-102.

25 Ibid., p. 106.

26 Voir Marc Escola, « Une réconciliation : Tite et Titus », dans Jean Racine, Bérénice, éd. Marc Escola, Paris, Flammarion, coll. « GF », 2013 [1997], p. 139-148.

27 Rappelons que Fontenelle parle ici d’Henriette d’Angleterre, duchesse d’Orléans.

28 Fontenelle, Œuvres de Monsieur de Fontenelle, op. cit., p. 116-117.

29 François-Louis Cizeron-Rival, Récréations littéraires, ou anecdotes et remarques dramatiques sur différents sujets, recueillies par M. C. R., Paris, Dessaint / Lyon, Jacques-Marie Bessiat, 1765, p. 67-69.

30 Voir Histoire de la vie et des ouvrages de P. Corneille par M. Jules Taschereau, Paris, Alexandre Mesnier, 1829, p. 230-231.

31 Œuvres de P. Corneille, nouvelle édition revue sur les plus anciennes impressions et les autographes... par M. Ch. Marty-Laveaux, tome septième, Paris, L. Hachette et Cie, 1862, p. 191-192.

32 Le Grand siècle, Corneille, par Mgr Ricard, Lyon, Vitte et Perrussel, 1889, p. 282-284.

33 Voir Jean de La Bruyère, Des ouvrages de l’esprit, éd. G. Servois, Paris, L. Hachette et Cie, 1865, p. 11 ; Œuvres de La Bruyère..., par M. G. Servois, tome premier, Paris, L. Hachette et Cie, 1865, p. 406-407 ; Les Caractères ou Les Mœurs de ce siècle, suivis des caractères de Théophraste, nouvelle édition... par M. J. Labbé, Paris, Librairie classique Eugène Belin, Vve Eugène Belin et fils, 1888, p. 8, note 1.

34 Voir Œuvres complètes de Boileau Despréaux..., tome premier, Paris, Dabo, Tremblay, Feret et Gayet, 1819, p. LXXI-LXXII ; et Œuvres complètes de Boileau Despréaux..., par M. Daunou..., tome premier, Paris, Pourrat et Cie, 1837, p. xxxv.

35 Annales dramatiques, ou Dictionnaire général des théâtres..., tome neuvième, Paris, L’Auteur / Capelle et Renand / Treuttel et Wurtz / Le Normant, 1812, p. 131-132.

36 Voir Mémoires de la Société d’émulation du Doubs, cinquième série, troisième volume, 1878, Besançon, Dodivers et Cie, 1879, p. 469-470.

37 Ch. Marty-Laveaux, « Notice » de Tite et Bérénice, dans Œuvres de P. Corneille, op. cit., p. 191.

38 Voltaire (François-Marie Arouet, dit), Théâtre de P. Corneille, avec les commentaires de Voltaire, nouvelle édition ornée de trente-cinq figures, tome onzième, Paris, Bossange, Masson et Besson, 1797, p. 198 et 201.

39 Voir « Bérénice, de Racine, tragédie en cinq actes, 1670 » et « Bérénice, de Corneille, tragédie en cinq actes, 1670 », dans ibid., p. 93-192 et 193-284.

40 Voir Voltaire, « Préface du commentateur », dans ibid., p. 95-98.

41 Ibid., p. 213.

42 Ibid., p. 177.

43 « Il semble que dans cette pièce Corneille ait voulu en quelque sorte imiter ce double amour qui règne dans l’Andromaque, et qu’il ait tenté de plier la roideur de son caractère à ce genre de tragédie si délicat et si difficile » (ibid., p. 207).

44 « […] mais quelle pureté, quelle élégance, que de charmes inexprimables dans la diction ! » Dictionnaire des portraits historiques, anecdotes et traits remarquables des hommes illustres, tome troisième, Paris, Lacombe, 1769, p. 236. Cf. « Mais que de beautés de détail, et quel charme inexprimable règne presque toujours dans la diction ! » (Voltaire, Théâtre de P. Corneille, éd. cit., p. 191).

45 Ferdinand Brunetière, « Corneille », dans Études critiques sur l’histoire de la littérature française..., sixième série, Paris, Hachette, 1899, p. 145.

46 Œuvres complètes de P. Corneille, suivies des œuvres choisies de Thomas Corneille avec les notes de tous les commentateurs, tome second, Paris, Firmin Didot frères, 1843, p. 212, note 1 ; Œuvres complètes de P. Corneille, Œuvres choisies de Thomas Corneille, tome quatrième, Paris, L. Hachette et Cie, 1869, p. 331-332, note 1 ; Œuvres poétiques de J. Racine augmentées des variantes du texte, tome premier, Paris, Firmin Didot frères, 1853, p. 51 ; Œuvres de Jean Racine précédées des mémoires sur sa vie par Louis Racine, Paris, Firmin Didot frères, 1865, p. 12.

47 Émile de Labédollière, Le Panthéon populaire, quatrième série, Paris, Gustave Barba, 1861, p. 6.

48 Voltaire, dans Théâtre de P. Corneille, éd. cit., p. 191.

49 Ibid., p. 107.

50 Ibid., p. 118.

51 Ibid., p. 109-110.

52 Ibid., p. 126.

53 Ibid., p. 131.

54 Cf. ibid., p. 191 (« Voilà sans contredit la plus faible des tragédies de Racine qui sont restées au théâtre : ce n’est même pas une tragédie. ») et Dictionnaire des portraits historiques, op. cit., p. 236 (« Bérénice est sans contredit la plus faible des tragédies de Racine […]. »).

55 Quoique le terme ne soit pas mis en italique dans le texte, il désigne bel et bien la pièce de Racine.

56 Nicolas-Toussaint Des Essarts, Les Siècles littéraires de la France ou Nouveau dictionnaire historique, critique et bibliographique de tous les Écrivains français, morts et vivants, jusqu’au XVIIIe siècle..., tome cinquième, Paris, L’Auteur, 1801, p. 306.

57 Voir Ch. Péguy, Victor-Marie, Comte Hugo, op. cit., p. 192 ; et supra, note 6.

58 R. Picard, La Carrière de Jean Racine, op. cit., p. 167.

59 André Stegmann, introduction de Bérénice dans Jean Racine, Théâtre complet I, éd. André Stegmann, Paris, Garnier-Flammarion, 1964, p. 369.

60 André Blanc, Racine, Paris, Fayard, 2003, p. 179.

61 Jean-Pierre Collinet, préface de Bérénice, dans Théâtre complet I, Paris, Gallimard, coll. « Folio classique », 1982, p. 46.

62 Dominique Rabaud-Gouillart, « Genèse de l’œuvre », dans Jean Racine, Bérénice, Paris, Larousse-Bordas, 1999, p. 31-32.

63 Notice de Jean Racine, Bérénice, Paris, Librio, 2013, p. 70-71.

64 Alain Niderst, notice de Tite et Bérénice, dans Pierre Corneille, Théâtre complet, Tome III, Volume II, Rouen, Publications de l’Université de Rouen, 1986, p. 75.

65 G. Couton, notice de Bérénice, dans P. Corneille, Œuvres complètes, éd. G. Couton, t. 3, p. 1616.

66 Voir Georges Forestier, « Les deux “Bérénice” : deux sujets différents », dans J. Racine, Œuvres complètes, éd. G. Forestier, t. 1, p. 1453-1456.

67 Voir « Épilogue. Où finit Bérénice commence Tite et Bérénice », dans Georges Forestier, Corneille, Le Sens d’une dramaturgie, Paris, SEDES, 1998, p. 103-117, et plus particulièrement p. 109.

68 Voir Gilles Revaz, « La comédie héroïque et la tragédie : quelle distinction générique ? », Littératures classiques, 51, 2004, p. 305-315, et plus particulièrement p. 309-311.

69 A. Stegmann, « Notice sur Bérénice », dans Théâtre complet I, éd. A. Stegmann, p. 369.

70 G. Couton, notice de Tite et Bérénice, dans P. Corneille, Œuvres complètes, éd. G. Couton, t. 3, p. 1615.

71 Sébastien Lapaque, « Corneille-Racine, on refait le match », Le Figaro, publié le 13 avril 2006 et mis à jour le 10 octobre 2007 (https://www.lefigaro.fr/livres/2006/04/13/03005-20060413ARTWWW90302-freres_ennemis_pour_l_eternite_.php ; consulté le 18 janvier 2021).

72 « Parmi les nombreuses “querelles” qui ont marqué l’histoire du théâtre classique, et dans l’historiographie de la “doctrine classique”, la confrontation des deux Bérénice marque sans nul doute une date importante. » M. Escola, « Les Bérénice », dans J. Racine, Bérénice, éd. M. Escola, p. 113.

73 André Lagarde et Laurent Michard, XVIIe siècle, Les Grands auteurs français, Paris, Bordas, coll. « Textes et littérature », 1956, p. 312-314.

74 « 1670 voit le duel des deux Bérénice, qui tourne à l’avantage de Racine. » Claude Puzin, Littérature XVIIe siècle, Paris, Nathan, coll. « Henri Mitterand », 1987, p. 198.

75 « Bérénice fait pleurer Versailles et Paris en 1670 […]. » Ibid., p. 236.

76 Ibid., p. 251-253.

77 Ibid., p. 198.

78 « Lorsque Racine choisit le sujet de Bérénice, il sait probablement que Corneille est en train d’écrire une pièce sur le même sujet – une semaine après que la tragédie de Racine eut été jouée à l’Hôtel de Bourgogne, Tite et Bérénice fut représenté sur la scène du Théâtre du Palais-Royal. Les deux dramaturges puisent leur source chez Suétone, qui raconte comment l’empereur de Rome dut se séparer de la reine de Palestine “invitus invitam”, “malgré lui et malgré elle”. La pièce de Racine, qui connut un plus grand succès que celle de Corneille, s’ouvre au moment où, Vespasien mort, Titus va accéder au trône de Rome » (dans Christian Biet (dir.), Le Théâtre français du XVIIe siècle, Paris, L’avant-scène théâtre, 2009, p. 370).

79 Ibid., p. 370-372.

80 Ibid., p. 328.

81 Pierre Corneille, Œuvres de P. Corneille, Théâtre complet, nouvelle édition imprimée d’après celle de 1682, ornée de portraits en pied coloriés, dessins de M. Geffroy, sociétaire de la Comédie Française, tome troisième, Paris, Garnier frères, [1924] ; Théâtre complet, tome II, éd. Pierre Lièvre, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1934 (édition complétée par Roger Caillois dans la même collection en 1950) ; Théâtre complet, tome 9, Paris, Albin Michel, 1945 ; Théâtre, Paris, P. Bricage, 1955-1961 ; Théâtre, éd. Jacques Lemarchand, Paris, Club français du livre, coll. « Théâtre classique français », n° 5, 1958 ; Œuvres complètes, éd. André Stegmann, Paris, Seuil, 1963 ; Œuvres complètes, préf. Jean Dutourd, ann. José Lupin, Paris, Le Livre de poche, 1966 ; Théâtre complet, Tome III, Volume II, éd. Alain Niderst, Mont-Saint-Aignan, Publications de l’Université de Rouen, 1986 ; Œuvres complètes, éd. G. Couton, t. 3, 1987 ; Théâtre III, éd. Christine Noille-Clauzade, Paris, Flammarion, coll. « GF », 2006.

82 Don Sanche d’Arragon [sic], Tite et Bérénice, Psyché, Paris, Vialetay, 1969.

83 Jean Racine, Bérénice. Pierre Corneille, Tite et Bérénice, éd. Dominique Moncond’huy, Paris, La Table ronde, 1998 ; rééd. Paris, La Table ronde, coll. « La petite vermillon », 2016.

84 D. Moncondhuy, « Préface », dans ibid., 2016, p. 8.

85 Ibid., p. 9.

86 Voir notamment la contribution de Servane L’Hopital dans le présent volume, intitulée « Mettre en scène Bérénice : pour en finir avec le palais à volonté ».

87 Voir https://www.comedie-francaise.fr/fr/evenements/berenice08-09, consulté le 19 janvier 2021.

88 Voir https://www.comedie-francaise.fr/fr/evenements/berenice85-86, consulté le 19 janvier 2021.

89 Voir https://www.comedie-francaise.fr/fr/evenements/berenice11-12, consulté le 19 janvier 2021.

90 Voir https://www.comedie-francaise.fr/fr/evenements/berenice-de-racine-sur-france-culture17-18, consulté le 19 janvier 2021.

91 Voir https://www.comedie-francaise.fr/fr/evenements/tite-et-berenice96-97#, consulté le 19 janvier 2021.

92 Après que le journaliste a décrit Bérénice comme « l’un des textes les plus classiques de la littérature française », Jean-Pierre Vincent déclare : « Vous savez, Klaus Michael Grüber est un immense artiste, et depuis quelques années, après avoir fait un certain nombre de spectacles qu’on a dits extravagants, comme un spectacle sur le poète Hölderlin dans le stade olympique de Berlin en plein hiver par moins quinze, ou des choses comme ça, il est revenu sur le plateau du théâtre à l’italienne pour monter des textes essentiels, des mythes nationaux. Il a monté Faust en allemand, il a monté aussi en allemand Hamlet, et quand nous lui avons proposé de venir à la Comédie-Française, il y avait tout à parier pour qu’il veuille s’affronter au cœur du cœur de notre culture, pour essayer de nous dire, modestement, de nous renvoyer une image, de nous dire un peu qui nous étions ». Voir https://fresques.ina.fr/en-scenes/fiche-media/Scenes00264/berenice-de-racine-mis-en-scene-par-klaus-michael-gruber-a-la-comedie-francaise.html, consulté le 19 janvier 2021.

93 « Et Bérénice enfin trouverait des Acteurs. » Pierre Corneille, « Au roi » [1676], dans Œuvres complètes, éd. G. Couton, t. 3, p. 1313 (v. 18).

94 Alain Niderst (éd.), Pierre Corneille, Actes du colloque organisé par l’Université de Rouen, la Société d’Étude du XVIIe siècle et la Société d’Histoire littéraire de la France tenu à Rouen du 2 au 6 octobre 1984, Paris, Presses Universitaires de France, 1985.

95 Myriam Dufour-Maître (dir.), Corneille des Romantiques, Mont-Saint-Aignan, Presses Universitaires de Rouen et du Havre, coll. « Normandie », 2006 [accessible en ligne : https://books.openedition.org/purh/1360, consulté le 19 janvier 2021] ; Héros ou personnages ? Le Personnel du théâtre de Pierre Corneille, Mont-Saint-Aignan, Presses Universitaires de Rouen et du Havre, coll. « Normandie », 2013 [accessible en ligne : https://books.openedition.org/purh/10077, consulté le 19 janvier 2021] ; Pratiques de Corneille, Mont-Saint-Aignan, Presses Universitaires de Rouen et du Havre, coll. « Normandie », 2012 [accessible en ligne : https://books.openedition.org/purh/10236 ; consulté le 19 janvier 2021].

96 G. X. Gulis, Tite et Bérénice de Corneille ou la lutte pour la liberté, Aix-en-Provence, Éditions Persée, 2016, p. 11 et 12.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Labrune, « Trois cent cinquante ans de concurrence. Les Bérénice, du duel officiel au verdict implicite »Études Épistémè [En ligne], 40 | 2021, mis en ligne le 26 novembre 2021, consulté le 05 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/episteme/13685 ; DOI : https://doi.org/10.4000/episteme.13685

Haut de page

Auteur

Caroline Labrune

Ancienne élève de l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm, agrégée de Lettres Modernes et Docteure ès Lettres, Caroline Labrune est spécialiste du théâtre français du XVIIe siècle. Elle a coordonné l’édition d’un numéro thématique de la revue Littératures classiques (n° 101 : Médiations et construction de l’Antiquité dans l’Europe moderne), participe à l’édition critique intégrale du théâtre de Pierre Du Ryer (Scévole, Dynamis, reine de Carie), et a publié sa thèse, intitulée Fictions dramatiques et succession monarchique (1637-1691), aux éditions Honoré Champion.

Articles du même auteur

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search