Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41Suites arcadiennes : le roman sid...

Suites arcadiennes : le roman sidnéien au-delà de sa fin

Arcadian Sequels : The Sidneian Romance beyond its Ending
Aurélie Griffin

Résumés

Le roman pastoral de Sir Philip Sidney, The Countess of Pembrokes Arcadia (publié pour la première fois en 1590, mais qui avait déjà circulé sous forme manuscrite quelques années auparavant) a donné lieu à de nombreuses imitations et suites en Grande-Bretagne au dix-septième siècle, en raison à la fois de sa popularité et de la mort précoce de l’auteur, qui laisse le récit inachevé, se terminant sur une phrase tronquée. Trois de ces suites ont été publiées dans des rééditions de l’Arcadie, par Sir William Alexander (1616), Richard Bellings (1621) et James Jouhnstoun (1638). Ces trois textes montrent à quel point les spécificités matérielles du roman de Sidney, à savoir sa structure épisodique, sa composition par fragments, et son double mode de diffusion, manuscrite et imprimée, ont généré ces imitations et en ont déterminé la forme. Ils illustrent aussi la genèse complexe de la figure auctoriale dans l’Angleterre de la première modernité, tous pris qu’ils sont entre modestie et affirmation de soi.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Laurence Plazenet, « Inopportunité de la mélancolie pastorale : inachèvement, édition et réception (...)

1Si, comme l’a montré Laurence Plazenet, l’inachèvement est une caractéristique inhérente au roman pastoral, l’Arcadie de Sir Philip Sidney est peut-être la plus inachevée de ces œuvres, puisqu’elle se termine de manière abrupte dans ses deux versions1. La première, rédigée par Sidney au début des années 1580, s’arrête juste avant les mariages annoncés entre les princes et princesses, Pyrocles et Philoclea d’une part, Musidorus et Pamela d’autre part. Dans une dernière phrase restée célèbre, Sidney invite avec humour ses lecteurs à offrir à son récit le dénouement qui lui manque :

  • 2 Philip Sidney, The Old Arcadia, éd. Katherine Duncan-Jones, Oxford, Oxford University Press, 1985, (...)

But the solemnities of these marriages, with the Arcadian pastorals full of many comical adventures happening to those rural lovers [… may awake some other spirit to exercise his pen in that wherewith mine is already dulled.2

  • 3 Comme ce sera plus tard le cas pour l’Astrée, dont paraissent deux conclusions apocryphes, l’une pa (...)

2Cette invitation, loin d’être restée lettre morte, a été favorablement reçue par plusieurs lecteurs et lectrices du roman qui ont rédigé et publié leurs propres suites3. Ces auteurs, alors inconnus à défaut d’être anonymes, puisqu’ils signent tous leurs œuvres, se voient légitimés dans leur entreprise par ce qui semble être un vœu de transmission de la part de Sidney lui-même.

  • 4 Philip Sidney, The Countess of Pembroke’s Arcadia, éd. Maurice Evans, Londres, Penguin Classics, 19 (...)
  • 5 Katherine Duncan-Jones, dans sa biographie de l’auteur, affirme que Sidney souhaitait terminer le r (...)
  • 6 Mary Wroth, The Second Part of the Countess of Montgomery’s Urania, éds. Josephine Roberts, Janel M (...)

3Ce souhait paraît renforcé par la publication de la deuxième version du roman, que Sidney rédige alors même qu’il n’en termine pas le premier état. Cette version, nommée par les critiques The New Arcadia, s’interrompt en plein milieu d’une scène de combat, et même, au milieu d’une phrase : « Whereat ashamed, as having never done such a thing in his life »4. Selon le mythe du poète-courtisan qui accompagne la figure sidnéienne, la mort prématurée de l’auteur au combat, à Zutphen, en 1586, l’aurait empêché de poursuivre voire de terminer son œuvre5. Prendre la suite de Sidney constitue donc un hommage tant à l’œuvre qu’à l’homme, mais aussi un acte d’affirmation personnelle pour ces auteurs qui – comme Sidney imitant Sannazar – se mesurent à l’objet de leur admiration afin d’éprouver leurs qualités d’écriture. Ainsi, à la fin de la deuxième partie de son roman The Countess of Montgomery’s Urania, dont la première partie est publiée en 1621, et dont la deuxième circule ensuite uniquement sous forme manuscrite, la nièce de Philip Sidney, Lady Mary Wroth, reproduit le même schéma : c’est sur les mots « Amphilanthus wa[s] extreamly » que se « termine » le roman6. Que ce fût un choix de la part de Sidney ou simplement le hasard d’une mort précoce, on voit donc que cette caractéristique a fait date et a permis à au moins l’une de ses continuatrices de se revendiquer de la veine de Sidney. Par contraste, les autres continuateurs s’emploient, comme nous allons le voir, à rassembler les fils de l’intrigue et à lui apporter un dénouement.

  • 7 La suite de William Alexander paraît pour la première fois insérée sous forme de feuillets intercal (...)
  • 8 Gervase Markham, The English Arcadia, Alluding his Beginning from Sir Philip Sidney’s Ending, Londr (...)
  • 9 Lady Mary Wroth, The Countess of Montgomeries Urania, Londres, John Marriott et John Grismand, 1621
  • 10 Anna Weamys, A Continuation of Sir Philip Sidney’s Arcadia, Londres, William Bentley, 1651.
  • 11 n.d. Beinecke Rare Books and Manuscripts Library, Yale University, New Haven, CT. Osborn MS b. 107.
  • 12 Voir Alban Déléris, « Les vies françaises de l’Arcadia : du roman de Sir Philip Sidney à ses adapta (...)

4On peut distinguer trois types de suites arcadiennes, c’est-à-dire de textes en prose reprenant l’intrigue sidnéienne à l’un de ses points d’inachèvement pour la mener dans de nouvelles directions et vers un dénouement global. 1. Des récits publiés au sein même des éditions « tardives » de l’Arcadie, qui, à partir de 1598, incluent d’autres œuvres de Sidney en plus du roman. Sir William Alexander, en 1616, Richard Bellings en 1624 et James Johnstoun en 1638 publient leurs suites, qui paraissent un peu plus tard dans des rééditions de l’Arcadie dont le volume croît au fil des rééditions7. Chacune de ces suites sont relativement brèves, n’excédant pas une trentaine de pages. 2. D’autres romans, plus longs, sont publiés individuellement et se présentent explicitement comme des suites de l’Arcadie. Le plus célèbre est The English Arcadia de Gervase Markham, publié en deux volumes, en 1607 et 1613: The English Arcadia, Alluding his Beginning from Sir Philip Sidney’s Ending et The Second and Last Part of the First Book of the English Arcadia8. Ces romans se concentrent sur une deuxième génération de héros, enfants des protagonistes de Sidney : ils constituent donc un nouveau départ plus qu’une véritable suite, toute comme The Countess of Montgomery’s Urania de Lady Mary Wroth (1621)9, qui, à partir d’un personnage portant le nom de la bergère disparue au début de The New Arcadia, invente une nouvelle galerie de personnages et un nouvel univers, certes similaire mais aussi différent de celui de Sidney. Si The English Arcadia et Urania sont toutes deux des œuvres monumentales, un autre roman, plus bref (une centaine de pages), publié individuellement, se revendique explicitement de Sidney : A Continuation of Sir Philip Sidney’s Arcadia d’Anna Weamys, publié contre toute attente pendant la guerre civile, en 1651, à une époque où la pastorale, associée à la cour et à l’aristocratie, n’était plus en vogue10. 3. Enfin, il existe au moins un exemple de suite de l’Arcadie restée manuscrite : ce texte anonyme, intitulé The Historie of Arcadia, or an Addition to and a Continuance Of Sir Phillip Sydney’s ARCADIA, est conservé à la Beinecke Library à Yale11. Le manuscrit n’est pas daté mais ses résonances politiques suggèrent qu’il a été écrit pendant ou à la suite de la guerre civile. Outre les suites à strictement parler, il existe de nombreuses imitations, en prose comme au théâtre et en poésie, qui réinventent leur propre univers à partir d’une inspiration sidnéienne, ainsi que des traductions, notamment en français12.

5La popularité de l’Arcadie peut s’expliquer de plusieurs manières, qui tiennent à la fois au foisonnement de son intrigue à la fois amoureuse, pastorale et chevaleresque, au mélange de prose et de poésie, et aux réflexions morales, philosophiques et politiques qui jalonnent le récit. James A. Williams présente ainsi l’attrait de l’Arcadie, soulignant sans doute avec excès le plaisir de lecture au détriment des considérations plus sérieuses qu’elle renferme :

  • 13 James A. Williams, « Erected Wit and Effeminate Repose: Philip Sidney’s Postures of Reader-Response (...)

What the Arcadia offers the reader instead of an opportunity to exercise his or her faculty of moral discernment is erotic stimulation in its scenes of amorous activity, frissons of pleasurable terror in its descriptions of the perilous adventures and trials of its protagonists Musidorus and Pyrocles, excitation of the passions in its exquisitely sensitive presentations of the alternately despondent and euphoric states of mind of the various lovers who populate the work. This is not to say that the Arcadia is simply indifferent to moral and ethical questions. As C. S. Lewis noted long ago, nearly every page of the work is crammed with maxims and sententiae. Moreover, the Arcadia as a whole displays a real interest in important questions concerning statecraft, particularly a ruler’s duties to his people and the consequences of his dereliction of those duties.13

  • 14 The Arte of English Poesie, éds. Gladys Doidge Willcock et Alice Walker, Cambridge, Cambridge Unive (...)

6La première phrase de la citation ci-dessus contient en germe ses propres contradictions, puisque ce que l’auteur présente comme « stimulation érotique » et « excitation des passions » sont autant de manière d’inviter le lecteur à s’interroger sur ces mouvements de l’âme et donc, à faire preuve de « discernement moral ». C’est justement une caractéristique de ce roman, et des grandes œuvres pastorales en général, que de joindre à une forme légère des interrogations profondes, ou, comme l’écrit George Puttenham : « under the vayle of homely persons and in rude speeches to insinuate and glaunce at greater matters »14. Cette dualité est sans aucun doute une des clefs du succès du roman de Sidney ; c’est également une des caractéristiques de ces épigones.

  • 15 Gavin Alexander, Writing After Sidney: The Literary Response to Sir Philip Sidney, 1586-1640, Oxfor (...)
  • 16 Marea Mitchell, Ann Lange et Dianne Osland (éds.), Continuations to Sir Philip Sidney’s Arcadia, 16 (...)
  • 17 Comme l’écrit Marea Mitchell à propos du roman de Weamys : « Anna Weamys’s text is important both f (...)

7Les suites de l’Arcadie, longtemps éclipsées par l’aura de Sidney et de son roman, connaissent un regain d’intérêt critique depuis la publication du livre de Gavin Alexander, Writing After Sidney, en 2006, qui leur consacre un chapitre15. Elles ont récemment fait l’objet d’une édition scientifique en quatre volumes, Continuations to Sidney’s Arcadia, 1607-186716. Néanmoins, les études critiques restent assez peu nombreuses, et le champ est amené à se développer, non seulement pour les exemples de réception de l’œuvre de Sidney qu’il présente, mais aussi parce que ces suites, malgré leur relative confidentialité, marquent un point d’étape dans le développement du genre romanesque au cours du dix-septième siècle17.

  • 18 Natasha Simonova, « Fan Fiction and the Author in the Early Seventeenth Century: The Case of Sidney (...)
  • 19 Sur la popularité du genre romanesque et ses interactions avec une culture d’élite dans l’Angleterr (...)

8Ces œuvres sont en effet intéressantes à plus d’un titre : elles sont un cas d’étude particulièrement révélateur sur les pratiques d’imitation qui régissent la création littéraire dans la première modernité ; elles peuvent aussi être lues comme un exemple avant l’heure de ce qu’on appelle aujourd’hui la «  fan fiction »18 ; elles nous renseignent sur la popularité, et la réception de l’œuvre de Sidney, qui a su nouer au-delà de la mort un lien fort avec ses lecteurs et lectrices, lien qui a favorisé en retour sa postérité19. Si les textes présentés ci-dessus sont tous, d’une manière ou d’une autre, des épigones de l’Arcadie, les suites publiées au sein des rééditions du roman nous semblent jouir d’un statut particulier qui les rapproche encore plus de leur modèle jusqu’à tenter de se fondre en lui, dans la matière même du volume – l’insertion de ces textes sous forme de feuillets au sein d’un volume cohérent en est la preuve. Pourtant, ces récits se caractérisent par une relation paradoxale à leur texte-source, dont ils s’emploient à combler les manques, c’est-à-dire à le perfectionner, tout en affirmant leur incapacité à l’égaler et en mettant en scène leur deuil, de lecteur et d’auteur, après la mort de Sidney. C’est en effet à la tension entre imitation et auctorialité que nous souhaitons nous intéresser ici : comment se construire en tant qu’auteur tout en se conformant à un modèle prédéfini, et présenté comme inégalable ? À une époque où la création se définit comme imitation, cette question s’est posée à tous les artistes, mais elle se pose de manière particulièrement prégnante à ceux qui creusent aussi explicitement le sillon de leur maître.

9Cet article se concentrera donc sur les suites de l’Arcadie publiées au sein du roman pour montrer qu’outre leur visée téléologique, elles sont déterminées par la structure enchevêtrée du roman sidnéien, qui est peut-être elle-même déterminée par la méthode de composition et de révision que Sidney aurait mise en œuvre. En effet, l’histoire éditoriale de ce roman, qui connaît douze rééditions de 1590 à 1674, ainsi que les différents stades du ou plutôt des manuscrits, font de l’Arcadie une œuvre en perpétuelle évolution. La matérialité du texte d’origine conditionne ainsi les modalités de sa propre émulation.

  • 20 Voir Elizabeth Scott-Baumann et Ben Burton (éds.), The Work of Form: Poetics and Materiality in Ear (...)

10On s’attachera d’abord à définir l’évolution matérielle du texte sidnéien, du manuscrit au texte imprimé, afin de montrer comment ces spécificités ont influencé la forme20 de ses suites. On s’intéressera ensuite à la construction de la figure auctoriale à travers ces textes qui rendent hommage à Sidney tout en mettant en scène sa mort. Enfin, on analysera les suites de William Alexander, Richard Belllings et James Johnstoun pour montrer comment ces textes, qui se signalent comme des corps étrangers dans le compendium sidnéien, sont partagés entre leur inéluctable hétérogénéité et leur volonté d’unité avec le roman. Leur existence même se justifie par la continuité qu’ils cherchent à établir, mais l’hommage qu’ils cherchent à rendre impose une reconnaissance, voire une revendication de leur altérité qui risque de mettre en danger leur projet même.

In loose sheets of paper : l’Arcadie du manuscrit au texte imprimé

11Dans l’épître dédicatoire à sa sœur, la comtesse de Pembroke, Sidney s’excuse de la prétendue « trivialité » de son œuvre en tirant argument du support utilisé :

  • 21 Philip Sidney, The Old Arcadia, op. cit., p. 3.

For indeed, for severer eies it is not, being but a trifle, and that triflinglie handled. Your deare selfe can be best witnes to the maner, being done in loose sheetes of paper, most of it in your presence, the rest, by sheets, sent unto you, as fast as they were done.21

12Sidney sous-entend une distinction hiérarchique entre une composition continue, sur ce qui serait un manuscrit unique, déjà relié ou assemblé, garant d’une écriture « sérieuse », et cette composition par fragments, sur feuilles volantes, dans l’instant, symbole de la « légèreté » de l’œuvre. Même si la sincérité de cette confidence peut être mise en doute, elle est néanmoins révélatrice de la corrélation entre le fonds et la forme qui s’établit dans la conception qu’a Sidney de l’écriture littéraire. La méthode de composition et le contenu de l’œuvre se répondent mutuellement : c’est parce qu’elle a été créée de cette manière, sur ces feuilles volantes, qu’elle peut être qualifiée de « toy » et de « trifle » ; mais c’est aussi sans doute parce que Sidney considérait l’œuvre entreprise comme légère qu’il l’a créée ainsi.

  • 22 Plusieurs témoignages historiques semblent néanmoins attester une composition fragmentaire, en mouv (...)

13Qu’elle soit historiquement exacte ou non22, la composition par fragments se reflète dans le corps du texte dès la première version, composé de cinq « livres ou actes » séparés par des églogues. Chaque livre comprend des récits enchâssés, qui, même s’ils s’intègrent dans l’intrigue d’ensemble – le retrait du duc Basilius en Arcadie et les histoires d’amour entre ses filles et deux princes – peuvent également fonctionner de manière indépendante, comme si chacun était écrit sur son propre feuillet, avant un assemblage final. Qu’il s’agisse d’un impératif technique ou non, la structure du roman répond à la méthode d’écriture à laquelle Sidney fait référence dans la préface.

  • 23 Victor Skretkowicz, « Introduction », The Countess of Pembroke’s Arcadia (The New Arcadia), Oxford, (...)
  • 24 « On its own this method could lead not to the continuous set of Old Arcadia-New Arcadia working pa (...)

14La composition sur feuilles volantes pourrait également avoir une influence sur la révision, ou plutôt les révisions successives, qui ont donné naissance à The New Arcadia. Les éditeurs du roman ne s’accordent pas sur ce processus. Selon Ringler et Robertson, les premiers éditeurs de The Old Arcadia, Sidney aurait entièrement corrigé son manuscrit à quatre reprises avant d’écrire The New Arcadia, qu’il aurait constitué comme un nouveau texte en s’inspirant de l’ancien. Pour Victor Skretkowicz, éditeur de The New Arcadia, les deux versions étaient continues ou contiguës : « The New Arcadia grew out of the foul papers of The Old Arcadia [… the two works originated in the same body of foul papers »23. H. R. Woudhuysen, quant à lui, soulève les difficultés pratiques qu’aurait posée cette méthode. Sidney aurait dû mettre en place un système de renvois d’une complexité considérable, et faire preuve d’une vision d’ensemble et de capacités organisationnelles remarquables pour réorchestrer ses fragments en un tout cohérent. Woudhuysen en vient donc à la conclusion que Sidney aurait élaboré deux documents, deux liasses de papier individuelles, ce qui revient à confirmer l’idée qui s’est imposée au cours du vingtième siècle selon laquelle The Old Arcadia et The New Arcadia constituent deux œuvres différentes24.

  • 25 John Gouws répertorie les neuf manuscrits dans son article « Sidney’s Old Arcadia as Polymorphous T (...)
  • 26 William Ringler, The Poems of Sir Philip Sidney, Oxford, Oxford University Press, 1962, p. 367.
  • 27 P. J. Croft, « Sir John Harington’s Manuscript of Sir Philip Sidney’s Arcadia », dans Literary Auto (...)
  • 28 John Gouws, art. cit., p. 105-106.

15De fait, les manuscrits de l’Arcadie posent un défi aux critiques en raison de leur multiplicité, de leur variété, et de leur nature « seconde ». En effet, il subsiste neuf manuscrits complets de la première version du roman – qui attestent que l’œuvre a bien fait l’objet d’une circulation importante – ainsi qu’un manuscrit holographe de la version révisée conservé à Cambridge25. Aucun des neuf manuscrits n’est de la main de Sidney, et ils contiennent de nombreuses variantes, ce qui a poussé les premiers éditeurs du roman (William Ringler puis Jean Robertson) à supposer l’existence d’une copie de scribe unique à partir de laquelle les autres auraient été dérivées, tandis que Victor Skretowicz suggère quant à lui que les neuf manuscrits ont été copiés d’après les feuillets de Sidney lui-même26. Ayant décelé dans un des manuscrits l’écriture de Sir John Harington (filleul de la reine Elisabeth et traducteur d’Orlando Furioso), Peter Croft affirme que plusieurs scribes ont collaboré sur ce texte27. John Gouws, quant à lui, attribue les variantes à Sidney lui-même, soutenant que l’auteur aurait travaillé simultanément à au moins deux manuscrits. Cette méthode lui aurait permis d’en conserver un à Wilton House, résidence de campagne de sa sœur Mary Herbert, afin de le lui faire lire régulièrement, tandis qu’il gardait l’autre avec lui28. La coexistence de deux manuscrits holographes différents, à laquelle on peut ajouter les erreurs ou velleités de création des scribes, expliquerait les divergences entre les neuf manuscrits.

16Le problème qui s’est posé à Sidney au moment de réviser et de développer son manuscrit revient à générer une nouvelle unité en intercalant de nouveaux passages dans une ancienne unité. Mais l’évolution du manuscrit, et l’évolution générique qui l’accompagne, du roman pastoral vers l’épopée, est elle-même permise par la structure fragmentaire d’origine. Regina Schneider, dans son étude du processus de réécriture de l’Arcadie, cite le manuscrit Lee, qui comprend à la fois des poèmes de The Old Arcadia et des extraits en prose de The New Arcadia comme un témoin de la méthode de réécriture employée par Sidney :

  • 29 Regina Schneider, Sidney’s (Re)writing of the Arcadia, New York, AMS Press, 2008, p. 19-20.

in order to avoid having to work with his old foul papers (which already bore the marks of repeated revision) or to arrange for a complete - and costly – new transcript, Sidney seems to have preferred to get a copy of of only those parts he wanted to work on ; the Lee manuscript would thus represent the descendant of just such a copy.29

17La composition fragmentaire de l’œuvre, loin d’être une faiblesse, serait donc une caractéristique de la pensée de Sidney, qui pourrait en retour expliquer son affinité particulière à la fois pour le roman pastoral et pour l’épopée, dont la structure par enchâssement répétés répondait à sa « tournure d’esprit ». Des feuilles volantes aux livres de lieux communs où sont copiés nombre de poèmes et d’extraits en prose de l’Arcadie, qu’elle qu’en soit la version, la boucle de l’écriture est bouclée.

  • 30 Philip Sidney, The Old Arcadia, op. cit., p. 1.

18Cette méthode de composition a également pu favoriser la circulation manuscrite, à laquelle Sidney fait allusion dès la préface: « if you keep it to your selfe, or to such friends, who will weigh the balance of errors in the ballaunce of good will »30. Il est de toute évidence plus aisé de faire circuler quelques feuillets individuels plutôt qu’un épais volume. C’est aussi ce qui a pu symboliquement faciliter les multiples réécritures du roman par d’autres. Si la méthode de Sidney lui-même revenait à juxtaposer puis à lier des fragments, ou bien à extraire des fragments d’un manuscrit pour les replacer dans un autre, certains de ses lecteurs ont pu se sentir autorisés à appliquer la même méthode pour poursuivre l’œuvre.

  • 31 Comme le montre Stephen Dobranski, « Sidney’s Arcadia […] fully illustrates this tension between th (...)

19Le débat critique sur les manuscrits de l’Arcadie et la méthode de composition sidnéienne montre bien, d’une part, la complexité du processus d’écriture, et d’autre part, l’imbrication entre réception et création dans le cadre d’une circulation manuscrite : en l’absence d’un manuscrit holographe de The Old Arcadia clairement identifiable et antérieur aux textes ayant circulé, l’œuvre qui parvient à ses lecteurs est en réalité celle de multiples auteurs ayant intervenu à des degrés divers, en l’occurrence Philip Sidney, peut-être sa sœur Mary (si elle a apporté des corrections et suggestions au travail de son frère, anticipant leur collaboration future sur les Psaumes), puis des copistes dont l’identité est aujourd’hui pour la plupart perdue. La collaboration est alors bien souvent partie prenante de la création, et le roman de Sidney, notamment dans la complexité de son processus éditorial, met bien en évidence ce phénomène31.

20Ainsi, même si les auteurs des suites imprimées de l’Arcadie n’ont sans doute pas eu accès à la version manuscrite du roman, puisqu’aucun ne faisait partie du cercle Sidney, il est probable qu’ils aient eu connaissance de ce type de pratiques et aient cherché à les reproduire en offrant leur propre réponse au roman. Cette pratique fait aussi écho à celle des recueils de lieux communs, où l’on inscrivait des notes, citations ou autres petits textes de toutes sortes, que l’on en soit l’auteur au sens strict ou non. En intégrant non seulement diverses œuvres de Sidney (Astrophil and Stella, The Defense of Poesie, The Lady of May, et bien d’autres), mais aussi des suites apocryphes de son roman, le volume publié sous le titre de The Countess of Pembroke’s Arcadia devient au fil du temps un monument à la gloire de son auteur, ainsi qu’une sorte de recueil de lieux communs démesuré et tout entier consacré à Sidney. Cette évolution éditoriale a pu contribuer, nous allons le voir, à inciter des lecteurs à prendre la plume pour terminer l’entreprise laissée inachevée par Sidney à sa mort.

Vie, mort et résurrection : d’un auteur à l’autre

  • 32 Greville divise le texte en chapitre pour lesquels il propose de brefs résumés en ouverture ainsi q (...)
  • 33 Comme l’écrit Gavin Alexander : « Not until 1725 did it occur to any of Sidney’s editors or publish (...)

21Les éditions successives de l’Arcadie, à la toute fin du seizième et au dix-septième siècle, voient le volume s’allonger, suivant le modèle induit par le passage de The Old Arcadia à The New Arcadia. Après une première édition des trois livres de cette dernière par Fulke Greville en 159032, puis une édition concurrente dirigée par la comtesse de Pembroke, qui joint à ces trois livres les deux « actes » finaux de The Old Arcadia, vient toute une vague de rééditions qui transforment l’Arcadie en compendium des principales œuvres de Sidney, offrant à son auteur un « monument » après sa mort qui renforce l’image mythique du poète-courtisan. La nature composite de l’édition de la comtesse de Pembroke, et à vrai dire celle du texte sidnéien dans toutes ses versions, semble avoir autorisé les éditeurs à rassembler une variété d’oeuvres sous un même titre, constituant ainsi une Arcadie métatextuelle, un lieu idéal où revivre et faire revivre l’imaginaire sidnéien33.

  • 34 Sur la vaste question de la présence de la mort en Arcadie, voir le célèbre essai d’Erwin Panofski, (...)

22Rappelant la présence de la mort en Arcadie – Et in Arcadia ego34 – certaines de ces éditions commentent explicitement l’incomplétude du récit. En 1593, une note éditoriale (qu’elle soit de la main de Mary Sidney Herbert ou de son secrétaire, Hugh Sanford) indique que :

  • 35 Philip Sidney, The Countess of Pembrokes Arcadia, Londres, William Ponsonbie, 1593, p. 171.

How this combat ended, how the ladies by the coming of the discovered forces were delivered and restored to Basilius and how Dorus again returned to his old master, Dametas, is altogether unknown. What afterwards chanceth, out of the author’s own writings and conceits hath been supplied as followeth.35

23L’édition de 1613 va plus loin :

Thus far the worthy author has revised or enlarged that first written Arcadia of his, which only passed from hand to hand and was never printed, having a purpose likewise to have new ordered, augmented, and concluded the rest had he not been prevented by untimely death ; so that all which followeth here of this work remained as it was done and sent away in several loose sheets, being never after reviewed, nor so much as seen altogether by himself, without any certain disposition or perfect order ; yet for that it was his, howsoever deprived of the just grace it should have had, was held too good to be lost. And therefore with much more labour were the best coherencies that could be gathered out of those scattered pages made and afterwards printed, as now it is, only by her noble care to whose dear hand thy were first committed, and for whose delight and entertainment only undertaken. What conclusion it should have had, or how far the work have been extended had it had his last hand thereunto, was only known to his own spirit, where only those admirable images were – and nowhere else – to be cast.

  • 36 Philip Sidney, The Countess of Pembrokes Arcadia, Londres, Simon Waterson, 1613, sig. Ee5. La page (...)

And here we are likewise utterly deprived of the relation how this combat ended, and how the ladies by discovery of the approaching forces were delivered and restored to Basilius, how Dorus returned to his old master, Dametas, all which unfortunate maim we must be content to suffer with the rest.36 

  • 37 Katherine Duncan-Jones, op. cit., p. 275.
  • 38 William Alexander, « A Suplement of the Said Defect », in Philip Sidney, The Countess of Pembrokes (...)
  • 39 John Florio, The Essayes or morall, politike and millitarie discourse of Lo: Michaell de Montaigne, (...)

24L’image de la mutilation, qui rappelle la mort de Sidney – « la cuisse rompue », comme il l’aurait dit lui-même37 – est ensuite reprise par certains des continuateurs pour justifier leur entreprise. L’édition de 1621 publie, face à la dernière page du roman, « A Supplement of the said Defect by Sir W. A. », William Alexander, texte rédigé en 1616, que l’auteur conclut par un appel à la bienveillance du lecteur: «  If this little Essay have not that perfection which is required for supplying the want of that place for which it was intended, yet shall it serve for shadow to give a luster to the rest »38. En 1603, Florio avait qualifié le roman de « that perfect-unperfect Arcadia »39, suggérant non sans ironie que la perfection ou la qualité de l’œuvre résidait dans son inachèvement, conséquence matérielle inévitable de la mort de l’auteur : le roman serait donc une image exacte de la vie de Sidney, fusionnant le texte et l’homme, le corps et l’esprit. Implicitement, ce type d’éloge laisse néanmoins entendre que le roman, dans l’état où son auteur l’a laissé, ne rend pas justice à celui-ci. Ainsi, reprendre la plume après Sidney n’est pas un acte d’usurpation, mais un hommage, celui de lecteurs assidus. James Jouhnstoun justifie son projet comme l’aboutissement quasi naturel, spontané de l’acte de lecture :

  • 40 James Jouhnstoun, « To the Most Potent, High and Invicible King James VI, King of Scotland », in Ph (...)

Having […] at some idle houres oft and oft evolved the worke of Sir Philip Sidney […] I was carried with such pleasure in perusing the same, that I could never find an end of reading ; while at last my braine transported with the Idea’s [sic.] of his conceit, forth a little complement, of what was rather desired than wanting in him […] True it is, that whatsoever is wanting in him, can no more be filled up by himselfe, than one man can invest anothers mind ; yet I have assayed to play the Ape, albeit I cannot represent the author.40

  • 41 L’opposition binaire entre le « singe » (Ape) et l’auteur doit toutefois être relativisée puisqu’en (...)

25Outre la modestie de mise dans les préfaces, ce passage illustre bien l’exercice d’équilibriste que constitue la rédaction d’une suite d’un roman très en vogue et, surtout, de l’œuvre d’un auteur alors quasi idolâtré. De son propre aveu, Jouhnstoun n’a pu qu’échouer à égaler la grandeur de Sidney, et reconnaît qu’il ne peut le remplacer ; mais il affirme aussi que quelque chose de l’esprit de son illustre prédécesseur s’est communiqué à lui par la lecture, établissant un lien organique, au-delà de la mort, entre Sidney et ses lecteurs – ou du moins quelques lecteurs éclairés41.

26William Alexander justifie sa démarche en des termes similaires :

  • 42 William Alexander, Anacrisis, dans The Works of William Drummond, Edimbourg, 1711, p. 161.

But I confess, that the Arcadia of S. P. Sidney (either being considered in the whole, or in several Lineaments) is the most excellent Work that, in my Judgment, hath been written in any language that I understand […] Long since, being young, I adventured a Piece with him, beginning at the very half Sentence, where he left with the combat betwixt Zelmane and Anaxius, and continuing till the Ladies were returned to their Father, intending further, if I had not been otherways diverted, merely out of my Love to the Author’s Memory, which I celebrated under the name Philisides ; intending to have altered all that followed after my Addition, having conformed myself only to that which went before ; and though being there but an Imitator, I could not really give the Principal it self, but only as it were the Pourtrait, and that done by too gross a Pencil, non cuivis homini contingit adire Corinthum. It were enough being excellent by being Second to Sidney, since who ever could be that, behoved to be before others.42

27On retrouve dans ce texte les mêmes motivations que dans la préface de Jouhnstoun : tous deux se posent en admirateurs, et suggèrent que l’écriture est l’aboutissement organique de la lecture de l’Arcadie. La phrase laissée incomplète (tout comme le combat entre Zelmane et Anaxius) à la «  fin » du livre III de la version révisée, est une incitation suffisante, qui fonctionne implicitement comme la mise en œuvre pratique de l’appel au lecteur à la fin de la version initiale du roman : face à cette phrase inachevée, le lecteur-admirateur n’a plus d’autre choix que de devenir «  imitateur », rôle subalterne (Jouhnstoun l’affublant même du nom de «  singe ») mais nécessaire pour mener à bien un projet romanesque empêché par la mort. Jouhnstoun et Alexander insistent tous deux sur leur infériorité littéraire, mais tous deux s’enorgueillissent, derrière une façade de modestie, de leur association à Sidney.

  • 43 James Jouhnstoun, op. cit., sig. aa.
  • 44 Roland Barthes, « La Mort de l’auteur », dans Le Bruissement de la langue : Essais critiques IV, Pa (...)
  • 45 Marie Couton, « La voix de l’ombre : pastorale et mélancolie dans l’Arcadie de Sir Philip Sidney », (...)

28Ces suites de l’Arcadie deviennent donc le lieu où ressusciter le poète. Jouhnstoun écrit même dans sa préface que: « There is nothing missing but himself; and yet his person is so well represented in his worke […] »43. Il n’est pas étonnant que deux d’entre elles octroient un rôle central à Philisides, berger mélancolique qui ressemble à s’y méprendre à Philip Sidney. Johnstoun lui ajoute un chevalier de l’étoile (« the Knight of the Star »), dont le nom ne peut que rappeler Astrophil, redoublant la figure de Philisides qui passe de simple berger dans The Old Arcadia à chevalier dans The New Arcadia, incarnant la métamorphose générique du récit. Mais parce qu’une telle résurrection ne peut être que poétique, et pour mieux ramener l’Arcadie dans le monde sublunaire au moment de clore le récit, Alexander et Johnstoun font tous deux mourir Philisides d’une blessure à la cuisse. Ainsi, ces deux suites transfèrent dans le corps du texte la mort de Sidney : ses continuateurs le font revivre dans leurs textes, mais aussi mourir encore une fois, apportant une cohérence poétique au chaos de la vie et de la guerre. L’existence de ces textes se justifie par un désir de résurrection qui trouve son fondement comme son aboutissement dans la mort de l’auteur. Ils doivent pour mener à bien leur projet tuer le père qu’ils s’efforcent de faire revivre. Contrairement à la conception barthésienne de « la mort de l’auteur », selon laquelle le texte devient un objet indépendant par rapport à la personne qui l’a écrit, l’élimination des incarnations symboliques de Sir Philip Sidney dans ces suites apocryphes de l’Arcadie montre bien combien, dans ce cas particulier, l’œuvre est indissociable de son « géniteur », comme Sidney se nomme lui-même dans la préface, et combien sa présence devient encombrante pour qui s’emploie à poursuivre celle-ci44. Ces continuateurs s’accordent donc à la mélancolie dont Marie Couton a montré la centralité dans le roman de Sidney45. Le fait que ces suites aient trouvé place dans les éditions « agrandies » de l’Arcadie, contenant divers textes de l’auteur, contribuent à la panthéonisation de Sidney, mais tend aussi à effacer l’identité des continuateurs bien que leurs noms apparaissent dans le volume, ce qui les place en porte-à faux, car, comme l’écrit Stephen Dobranski :

  • 46 Stephen Dobranski, Readers and Authorship, op. cit., p. 71-72.

These texts, in advancing the identity of their individual authors, chipped away at any claim Sidney might have had to exclusive control over Arcadia’s pastoral world. But at the same time, especially when surveyed collectively, the Arcadia’s sequels bolstered Sidney’s reputation by keeping alive his name and looking back at his book as their starting point.46

Fragments et unité

  • 47 Anna Weamys, quant à elle, termine son roman par ces mariages, supplantant les quatre mariages à la (...)
  • 48 « But the solemnities of these marriages… may awake some other spirit to exercise his pen in that w (...)
  • 49 Voir Thomas Pavel, La Pensée du roman, Paris, Gallimard, 2003, p. 62-68.

29Cette tension entre création et destruction se retrouve dans la structure même de ces textes dont l’ambition déclarée est d’apporter la fin manquant au récit sidnéien, c’est-à-dire non seulement de mettre un point final aux événements (le combat laissé en suspens à la fin de The New Arcadia étant un cas extrême), mais aussi de lier les différents fils de l’intrigue pour aboutir à un dénouement. Il faut donc marier Pyrocles et Philoclea, Musidorus et Pamela dont les mariages ont été annoncés, mais n’ont été célébrés dans aucune des versions du roman47. Ce double mariage a lieu au tout début du sixième livre de Richard Bellings, publié pour la première fois dans une édition piratée de l’Arcadie à Dublin en 1624. Bellings reprend le récit de Sidney à la fin de The Old Arcadia, c’est-à-dire à la fin du roman tel qu’il a été publié à partir de 1593 ; ce sixième livre est publié en toute logique à la suite du cinquième de l’Arcadie, et se trouve en quelque sorte plongé dans les écrits sidnéiens, entre l’Arcadie et Certaine Sonnets. Jouhnstoun, quant à lui, débute son récit (comme on l’a vu) à la suite du troisième livre inachevé de The New Arcadia, poursuivant et terminant le combat par la victoire attendue de Zelmane, en d’autres termes du prince Pyrocles déguisé en Amazone. Ce n’est qu’à la toute fin de son récit qu’il fait brièvement allusion au mariage de Pamela et Musidorus, sans le décrire. Le mariage des héros, qui n’est que très brièvement évoqué à la fin de The Old Arcadia, et que Sidney invite même plaisamment ses émules à étoffer48, est un passage obligé pour les continuateurs puisqu’il constitue le telos qui fournit son unité à un récit pour le moins disparate, tout en en étant la clef de voûte49.

30Mais si le but est à la fois de poursuivre l’histoire laissée en suspens par Sidney et de lui apporter une résolution, les auteurs ne se contentent pas de rédiger la brève conclusion d’un ou de plusieurs épisodes de l’Arcadie. Ils ajoutent chacun leurs propres développements, soit avec des personnages déjà présents chez Sidney, soit avec de nouveaux personnages dont l’arrivée déclenche l’ouverture de récits enchâssés qui repoussent la résolution attendue. Les auteurs ne font pas tous les mêmes choix, mais reproduisent tous la structure épisodique du roman en séquençant et / ou en entremêlant les histoires de quelques personnages secondaires qui n’avaient pas été traitées par Sidney.

Fig. 1: Richard Bellings, A Sixth Booke to the Countess of Pembrokes Arcadia, Londres, imprimé par H. I. et R. Y, 1628, in Philip Sidney, The Countess of Pembrokes Arcadia, Londres, imprimé par W. S. pour Simon Waterson, 1627, non paginé (p. 483).

  • 50 Richard Bellings, A Sixth Booke to the Countesse of Pembrokes Arcadia, op. cit., p. 486-487.

31Le récit de Bellings se distingue ainsi des deux autres par son titre, « A Sixth Booke » (Fig. 1), qui le met implicitement au même niveau que les « livres » qui composent l’Arcadie, et par sa situation chronologique : il reprend le fil des événements après la conclusion expéditive de The Old Arcadia. Il consacre deux pages au mariage conjoint des deux couples formés par Pamela et Musidorus d’une part, Philoclea et Pyrocles d’autre part, en se conformant à la nature pastorale de la première version du roman avec des références à la nature et une ekphrasis du temple où a lieu la cérémonie50. Ceci aurait pu suffire, puisque Bellings fournit la description manquante des mariages à la fin de The Old Arcadia. Mais son projet ne s’arrête pas là. Contrairement à ce que son titre pouvait laisser supposer, le récit de Bellings ne se contente pas de développer ce qui avait été esquissé à la fin du livre V de la version initiale du roman, mais il donne un nouveau rôle à des personnages surtout présents dans The New Arcadia. Après le récit des mariages, Bellings s’intéresse aux amours d’Hélène et d’Amphialus, puis (dans une moindre mesure) de Plangus et d’Erona, qui sont rythmées par leurs discours individuels, par la disparition de l’un, puis de l’autre, et sont interrompus à plusieurs reprises par l’arrivée de chevaliers qui ne figuraient pas dans le récit sidnéien et qui narrent leurs propres aventures. Cette partie, bien plus longue que la précédente, du récit de Bellings prend, comme The New Arcadia, une coloration plus épique, avec de nombreux combats, joutes, disparitions et autres péripéties. Si le combat entre Zelmane et Anaxius n’est pas repris, il semble bien que Bellings cherche à poursuivre l’Arcadie dans ses deux versions, ou du moins, à répondre à ses deux inscriptions génériques, la pastorale et l’épopée.

32Bellings se montre ainsi sensible à l’évolution générique du roman, mais semble aussi vouloir respecter un équilibre, si ce n’est quantitatif, du moins formel, entre les deux genres : les cinq dernières pages de ce « sixième livre » contiennent des églogues – désignées comme telles, tout comme dans le roman de Sidney, alors qu’on aurait pu croire avoir quitté l’univers pastoral depuis les mariages des héros. Ainsi, le récit de Bellings répond à la double dimension générique de l’Arcadie et en reprend la structure épisodique, mais les histoires ne sont pas entremêlées aussi finement que chez Sidney : les histoires individuelles se suivent, même si elles sont en elles-mêmes entrecoupées. En outre, Bellings crée un effet cadre en commençant et en terminant son récit dans les prairies arcadiennes ; ce choix fait écho à l’effet de clôture procuré par la « fin » hâtive de The Old Arcadia, qui annonce des mariages sans les montrer, mais cet effet est bien plus prononcé chez Bellings, comme s’il avait voulu mettre un point final au récit. Pourtant, l’apparente opposition binaire entre pastorale et épopée (qui simplifierait fortement l’évolution organique de l’Arcadie de Sidney) n’est pas si tranchée qu’elle en a l’air de prime abord, car Bellings redonne la parole dans ses églogues aux bergers Klaius et Strephon qui pleuraient le départ d’Urania – dans une églogue de The Old Arcadia, mais surtout, dans les premières pages de The New Arcadia, via un déplacement riche de sens qui suggérait allégoriquement que tous les bergers et chevaliers peuplant le roman vivaient dans un monde déchu. La boucle est ainsi bouclée : la fin du récit de Bellings renvoie à la fois au début du roman de Sidney (dans sa deuxième version) et à son milieu (dans sa première version), ce qui montre bien l’imbrication profonde entre les différents états du texte sidnéien et ses émules. L’imitateur s’emploie dans son hommage à restituer les différentes composantes de son modèle.

  • 51 James Jouhnstoun, op. cit., sig. aa1-sig. aa2v.
  • 52 Ibid., sig. aa4v.
  • 53 Ibid., sig. aa 5v – sig bb.
  • 54 William Alexander, op. cit., p. 340.
  • 55 Ibid., p. 341-344.
  • 56 Ibid., p. 341; James Jouhnstoun, op. cit., sig. aa4v-sig. aa5.

33Alexander et Jouhnstoun (Fig. 2 à 4) reprennent eux aussi la structure épisodique de l’Arcadie. Tous deux poursuivent le récit là où il s’est interrompu à la fin du livre III de The New Arcadia, c’est-à-dire pendant le duel entre Zelmane et Anaxius. Chez Jouhnstoun, le combat entre Zelmane et Anaxius, qui se poursuit pendant plusieurs pages, est supplanté par le récit d’un siège établi par Dorus dans lequel est le chevalier de l’étoile est blessé mortellement51 ; on revient ensuite aux interrogations de Gynecia, la mère des princesses, qui renvoient explicitement à un passage similaire de The Old Arcadia reproduit à l’identique dans The New Arcadia 52 ; puis Philanax, reprend son rôle de conseiller de Basilius, lui que le duc avait nommé régent en son absence, et se voit supplanté par Zelmane elle-même qui recommande la clémence envers les vaincus53. Chez Alexander, le combat entre Zelmane et Anaxius, qui dure là aussi plusieurs pages, cède la place aux amours contrariées de Pyrocles/Zelmane et Philoclea ainsi que de Musidorus et Pamela, auxquelles il ajoute des complications (notamment la rumeur d’un amour de Zelmane pour le chevalier noir, qui suscite la jalousie de Philoclea54). On y retrouve, comme chez Jouhnstoun, Basilius et Gynecia, ainsi que Philanax, renvoyant le lecteur au début des deux versions de l’Arcadie55. Les deux textes font enfin une place, quoi que réduite, à la poésie, sous la forme d’un sonnet chez Alexander (qui rappelle aussi Astrophil and Stella) et d’églogues chez Jouhnstoun56. Ainsi, Alexander et Jouhnstoun reprennent des épisodes et des personnages du texte sidnéien et les recomposent à leur manière – tout comme Sidney l’avait fait dans le processus de révision et de réécriture menant à The New Arcadia. Cette méthode apparaît de manière particulièrement claire dans leur « jointure », ou transition, avec le texte de Sidney.

34En effet, si leurs épigones débutent par une majuscule, il est à noter qu’Alexander et Jouhstoun poursuivent tous deux en réalité la phrase laissée inachevée par Sidney :

  • 57 William Alexander, op. cit., p. 327.
  • 58 James Jouhnstoun, op. cit., sig. aa1.

[Sidney] Whereat ashamed, (as having never done so much in his life)
[Alexander] The fire of rage then burning contempt out of his breast, did burst forth in flames through his eyes, and in smoake from his mouth ; […]
57
[Jouhnstoun] Hee meant to have redoubled his blowes with more force and violence, when he might know by the sounding alarme, and hideous clamours of the besieged citizens, that his presence was more needful in some other place ;
58

35Les phrases d’Alexander et de Jouhnstoun pourraient fonctionner seules, puisqu’elles apportent à la proposition subordonnée de Sidney la principale qui lui manquait, mais elles éclairent aussi celle-ci, en expliquant comment se traduit le sentiment de honte du personnage. Toutefois, l’effet visuel pour le lecteur est très différent, puisque le récit d’Alexander est intercalé entre la fin du livre III de The New Arcadia et les troisièmes églogues (Fig. 2), tandis que celui de Jouhnstoun est, comme nous l’avons vu, renvoyé tout à la fin du volume (Fig. 3). Dans le premier cas, le passage d’un texte à l’autre se fait rapidement, naturellement, comme celui d’un chapitre au suivant. Bien que le texte d’Alexander soit signé et précédé d’un titre, ce choix de composition tend à effacer son individualité tout en plaçant au cœur du volume un objet étranger qui fonctionne à la fois comme un nouveau fragment et comme la conclusion du récit inachevé. Cette structure est renforcée par l’insertion de la note éditoriale au bas de la p. 326 qui sort momentanément le lecteur de l’intrigue et de l’univers romanesque (Fig. 2).

Fig. 2 : William Alexander, ‘A Supplement of the said defect by Sir W. A.’, in Philip Sidney, The Countess of Pembrokes Arcadia, 1621, p. 327, précédé d’une note éditoriale au bas de la page 326.

Fig. 3 : James Jouhnstoun, ‘A Supplement to the third booke of Arcadia’, in Philip Sidney, The Countess of Pembrokes Arcadia, 1638, sig.aav-aa2

Fig. 4 : James Jouhnstoun, ‘To the Most Potent, High and Invincible Prince, King James the Sixth’, in Philip Sidney, The Countess of Pembrokes Arcadia, Londres, Robert Younge et Thomas Harper pour J. Waterson et R. Younge, 1638, sig. aa.

  • 59 Katherine Duncan-Jones, op. cit., p. 100.
  • 60 Dans Philip Sidney, The Countess of Pembrokes Arcadia, Londres, 1638, p. 327 (sig Ee2)-346.

36Le récit de Jouhnstoun ne saurait être plus éloigné de l’Arcadie dans le volume, puisqu’il s’en situe à la toute fin (Fig. 3). Il est précédé de sa propre épître dédicatoire, qui fait face à The Lady of May, divertissement pastoral présenté lors d’une visite de la reine Elisabeth dans la résidence de campagne du comte de Leicester, l’oncle de Sidney, en 1575, c’est-à-dire une dizaine d’années avant le début de la rédaction de The Old Arcadia (Fig. 4)59. Une note éditoriale en exergue du récit de Jounhstoun reproduit donc la phrase inachevée, afin d’éviter au lecteur de revenir en arrière dans le volume pour trouver le passage correspondant (Fig. 3). L’effet produit revient à aggraver le morcellement du roman de Sidney en réduisant à la portion congrue cette suite, qui se retrouve placée après un texte bien antérieur ; toutefois, cette relégation peut avoir l’avantage de rendre ce récit facile à identifier dans le foisonnement du volume, notamment pour des collectionneurs qui posséderaient déjà des éditions antérieures et dont l’achat serait motivé par l’ajout de ce nouveau texte. Ce choix éditorial peut aussi s’expliquer par le fait que l’édition de 1638 comprend également le « supplément » de William Alexander : faire se suivre deux épigones différentes pourrait susciter une certaine confusion dans l’esprit du lecteur60. En étoffant ainsi le volume, les continuateurs et les éditeurs interviennent dans la réception matérielle de l’œuvre en faisant ressortir sa dimension déjà fragmentaire, outre les nouvelles directions qu’ils font prendre à l’intrigue.

Conclusion

37Ainsi, que ce soit de manière consciente ou non, Alexander, Bellings et Johnstoun rendent hommage à Sidney non seulement en « suppléant » le contenu manquant au roman, mais aussi en lui empruntant la structure fragmentaire de son récit, si ce n’est sa méthode de composition. Etant donné leur brièveté, ces suites ont plus facilement pu être conçues « d’une traite », de manière linéaire, que le roman protéiforme de Sidney, mais celui-ci a néanmoins laissé son empreinte sur leur forme. Ces continuateurs montrent comment l’inachèvement du texte-source, qu’il soit choisi ou fortuit, devient partie intégrante de l’œuvre et moteur de sa réception, motivant des lecteurs pour prendre la plume à leur tour, se voyant autorisés à s’arroger le texte d’un autre parce que celui-ci n’avait pu (ou voulu) le mener à bien. Pour cette raison, ils offrent un témoignage précieux sur la complexe naissance de la figure auctoriale dans la période, car leur tentative les place inéluctablement face à leurs propres contradictions : en se présentant comme imitateurs, et en revendiquant leur infériorité vis-à-vis de Sidney, ils doivent aussi assumer leur propre individualité. Leurs suites les font nécessairement prendre des libertés par rapport au matériau sidnéien, sortant progressivement de l’ombre du maître pour mieux lui rendre hommage. Ainsi, ils se constituent en tant qu’auteurs à part entière.

Haut de page

Notes

1 Laurence Plazenet, « Inopportunité de la mélancolie pastorale : inachèvement, édition et réception des œuvres contre logique romanesque », Études Épistémè, n°3, 2003, DOI : https://doi.org/10.4000/episteme.7056

2 Philip Sidney, The Old Arcadia, éd. Katherine Duncan-Jones, Oxford, Oxford University Press, 1985, p. 361. Cette première version, laissée inachevée à la mort de Sidney, a circulé sous forme manuscrite dans l’Angleterre élisabéthaine. C’est au début du vingtième siècle qu’est apparu le surnom « The Old Arcadia » (soulignant avec humour « l’ancienneté » de ce texte par rapport à la version suivante par opposition à « The New Arcadia », désignant la version étoffée du roman, qui connaît douze éditions imprimées aux contenus divers entre 1590 et la fin du dix-septième siècle. Voir Laurence Plazenet, art. cit., et Griffin « Mary Wroth’s Urania and the Editorial Debate over Philip Sidney’s Arcadia », Études Épistémè, n°22, 2012, DOI : https://doi.org/10.4000/episteme.355

3 Comme ce sera plus tard le cas pour l’Astrée, dont paraissent deux conclusions apocryphes, l’une par Gomberville, l’autre par le secrétaire de d’Urfé, Baro. Voir par exemple Camille Esmein-Sarrrazin, « 'Fille d’Astrée' ou 'Vraye Astrée'? Les épigones d’Honoré d’Urfé à l’époque Louis XIII », Le Roman au temps de Louis XIII, éd. Frank Greiner, Paris, Classiques Garnier, 2019, p. 63-75.

4 Philip Sidney, The Countess of Pembroke’s Arcadia, éd. Maurice Evans, Londres, Penguin Classics, 1987, p. 595.

5 Katherine Duncan-Jones, dans sa biographie de l’auteur, affirme que Sidney souhaitait terminer le roman, mais sans apporter de preuves à cet égard : Sir Philip Sidney : Courtier Poet, New Haven, Londres, Yale University Press, 1991, p. 266.

6 Mary Wroth, The Second Part of the Countess of Montgomery’s Urania, éds. Josephine Roberts, Janel Mueller et Susan Gossett, Tempe, Medieval and Renaissance Texts and Studies, 1999, p. 418.

7 La suite de William Alexander paraît pour la première fois insérée sous forme de feuillets intercalés à la fin du livre III dans certains exemplaires dès 1613, puis à partir des éditions de 1621 (The Countess of Pembrokes Arcadia, Dublin, imprimé pour la société des libraires, 1621, p. 347-403); celle de Richard Bellings est publiée pour la première fois séparément à Dublin en 1624, mais paraît pour la première fois en Angleterre dans l’édition de l’Arcadie de 1627, mais avec un frontispice différent, daté de 1628 (A Sixth Booke to the Countesse of Pembrokes Arcadia, Written by R. B of Lincolnes Inne Esq., Londres, imprimé par R. H et L. I, 1628, in The Countesse of Pembrokes Arcadia, Londres, imprimé pour H.I. et R. Y., 1629) ; celle de James Jouhnstoun pour la première fois tout à la fin de l’édition de 1638, et se distingue du reste du volume par le fait qu’elle n’est pas paginée (sig. aa-bb4).

8 Gervase Markham, The English Arcadia, Alluding his Beginning from Sir Philip Sidney’s Ending, Londres, Edward Alde, 1607 et The Second and Last Part of the First Book of the English Arcadia, Londres, Nicholas Okes, 1613.

9 Lady Mary Wroth, The Countess of Montgomeries Urania, Londres, John Marriott et John Grismand, 1621.

10 Anna Weamys, A Continuation of Sir Philip Sidney’s Arcadia, Londres, William Bentley, 1651.

11 n.d. Beinecke Rare Books and Manuscripts Library, Yale University, New Haven, CT. Osborn MS b. 107.

12 Voir Alban Déléris, « Les vies françaises de l’Arcadia : du roman de Sir Philip Sidney à ses adaptations dramatiques en France », Renaissance et Réforme, vol. 40, n°3, été 2017, p. 133-155.

13 James A. Williams, « Erected Wit and Effeminate Repose: Philip Sidney’s Postures of Reader-Response », The Modern Language Review, vol. 104, n°3 (juillet 2009), p. 640-658, p. 653. La référence à Lewis renvoie à son English Literature in the Sixteenth Century Excluding Drama, Oxford, Oxford University Press, 1954, p. 335.

14 The Arte of English Poesie, éds. Gladys Doidge Willcock et Alice Walker, Cambridge, Cambridge University Press, 1936, p 38-39.

15 Gavin Alexander, Writing After Sidney: The Literary Response to Sir Philip Sidney, 1586-1640, Oxford, Oxford University Press, 2006, chapitre 8, «Versions of Arcadia », p. 262-282. Alexander fait de l’inachèvement une caractéristique de Sidney – de sa vie et de son œuvre : voir le chapitre 1, « Dialogue and Incompletion: Philip Sidney », p.1-55. Voir aussi Paul Salzman, English Prose Fiction, 1550-1700, Oxford, Clarendon Press, 1986, p. 123-144, et Natasha Simonova, Early Modern Authorship and Prose Continuations: Adaptation and Ownership from Sidney to Richardson, Basingstoke, New York, Palgrave Macmillan, 2015.

16 Marea Mitchell, Ann Lange et Dianne Osland (éds.), Continuations to Sir Philip Sidney’s Arcadia, 1607-1867, Londres, New York, Routledge, 2014.

17 Comme l’écrit Marea Mitchell à propos du roman de Weamys : « Anna Weamys’s text is important both for understanding the reception of Sidney by women readers and for tracing the development of prose fiction as it evovled towards the novel. », Marea Mitchell, Anna Weamys : Early Modern English Woman. Printed Writings 1641-1700 : Series II, Part Three, volume 7, London and New York, Routledge, 2005, introductory note, p. 1. La question de savoir si la réponse de Weamys peut être considérée comme emblématique d’une réception féminine à l’œuvre de Sidney reste à débattre, mais pour le reste, cette remarque pourrait être étendue aux autres suites de l’Arcadie.

18 Natasha Simonova, « Fan Fiction and the Author in the Early Seventeenth Century: The Case of Sidney’s Arcadia », Transformative Works and Cultures, vol. 11, 2012, DOI: https://doi.org/10.3983/twc.2012.0399

19 Sur la popularité du genre romanesque et ses interactions avec une culture d’élite dans l’Angleterre élisabéthaine, voir notamment Lori Humphrey Newcomb, Reading Popular Romance in Early Modern England, New York, Columbia University Press, 2011 (ouvrage qui se concentre sur les transformations d’un roman contemporain à celui de Sidney, Pandosto de Robert Greene, publié pour la première fois en 1588, et qui inspira à Shakespeare son Conte d’Hiver).

20 Voir Elizabeth Scott-Baumann et Ben Burton (éds.), The Work of Form: Poetics and Materiality in Early Modern Culture, Oxford, Oxford University Press, 2014.

21 Philip Sidney, The Old Arcadia, op. cit., p. 3.

22 Plusieurs témoignages historiques semblent néanmoins attester une composition fragmentaire, en mouvement – au fil des déplacements de Sidney – même si elle ne s’est pas forcément effectuée sur des feuilles volantes. Voir H. R. Woudhuysen, Sir Philip Sidney and the Circulation of Manuscripts, 1558-1640, Oxford, Clarendon, 1996, p. 304-5.

23 Victor Skretkowicz, « Introduction », The Countess of Pembroke’s Arcadia (The New Arcadia), Oxford, Clarendon Press, 1987, p. lxiv.

24 « On its own this method could lead not to the continuous set of Old Arcadia-New Arcadia working papers for which Skretowicz argued, but to two separate sets. Even if the two methods were mixed – cutting and pasting as well as recopying, and all the time revising – the copy would not, strictly speaking, be continuous between the Old and the New Arcadias. », H. R. Woudhuysen, op. cit., p. 310.

25 John Gouws répertorie les neuf manuscrits dans son article « Sidney’s Old Arcadia as Polymorphous Text : A Case Study of the Philipps Manuscript », Text, vol. 17, 2005, p. 93-116, p. 93-94. Le manuscrit holographe de The New Arcadia est conservé à Cambridge : Cambridge University Library Kk 1. 5.

26 William Ringler, The Poems of Sir Philip Sidney, Oxford, Oxford University Press, 1962, p. 367.

27 P. J. Croft, « Sir John Harington’s Manuscript of Sir Philip Sidney’s Arcadia », dans Literary Autographs, Stephen Parks et P. J. Croft (éds.), Los Angeles, William Andrews Clark Memorial Library, 1983, p. 39-75.

28 John Gouws, art. cit., p. 105-106.

29 Regina Schneider, Sidney’s (Re)writing of the Arcadia, New York, AMS Press, 2008, p. 19-20.

30 Philip Sidney, The Old Arcadia, op. cit., p. 1.

31 Comme le montre Stephen Dobranski, « Sidney’s Arcadia […] fully illustrates this tension between the author’s emerging status and the collaborative practices of editing and publishing », « The Birth of the Author: The Origins of Early Modern Printed Authority », dans Stephen Donovan, Danuta Fjellestad et Rolf Lundèn (éds.), Authority Matters: Rethinking the Theory and Practice of Authorship, Amsterdam, New York, Rodopi, 2015, p. 42. Voir aussi son Readers and Authorship in Early Modern England, Cambridge, Cambridge University Press, 2005, p. 66-74.

32 Greville divise le texte en chapitre pour lesquels il propose de brefs résumés en ouverture ainsi qu’un système de renvois dans les marges, dans le but proclamé de guider le lecteur, ce qui souligne et peut-être même renforce la nature fragmentaire de l’œuvre.

33 Comme l’écrit Gavin Alexander : « Not until 1725 did it occur to any of Sidney’s editors or publishers to call his works his Works. Until then, they had been included under the title The Countess of Pembroke’s Arcadia. Already in Hugh Sanford’s preface to the 1593 Arcadia a conceit is apparent whereby ‘Arcadia’ is not just the setting of a story but also a site for the editing and reading of Sidney’s works. By this conceit Arcadia comes to be a place that contains Sidney’s writings and personae – so that in the 1598 edition Certain Sonnets, the Defence, Astrophil and Stella, and The Lady of May, are all found in Arcadia », op. cit., p. xli.

34 Sur la vaste question de la présence de la mort en Arcadie, voir le célèbre essai d’Erwin Panofski, « Et in Arcadia Ego : On the Conception of Transience in Poussin and Watteau » (dans Raymond Kiblansky et H. J. Paton, Philosophy and History. Essays Presented to Ernst Cassirer, Oxford, Clarendon Press, 1936), révisé en 1955 sous le titre de « Et in Arcadia Ego : Poussin and the Elegiac Tradition » (dans Meaning in the Visual Arts, Chicago, The University Press of Chicago, 1955, p. 295-320), dont Louis Marin a proposé une relecture tout aussi célèbre, « Panofski et Poussin en Arcadie », dans Erwin Panofski, Cahiers pour un temps, Paris, Centre Pompidou / Aix-en-Provence, Pandora Éditions, 1983, p. 151-166.

35 Philip Sidney, The Countess of Pembrokes Arcadia, Londres, William Ponsonbie, 1593, p. 171.

36 Philip Sidney, The Countess of Pembrokes Arcadia, Londres, Simon Waterson, 1613, sig. Ee5. La page (non paginée et précédée d’une page blanche sur le verso lui faisant face) est intercalée entre la fin du livre III The New Arcadia et la suite des événements dans le même livre de The Old Arcadia, matérialisée par une nouvelle page et la citation donnée ci-dessus (note 26) en italiques.

37 Katherine Duncan-Jones, op. cit., p. 275.

38 William Alexander, « A Suplement of the Said Defect », in Philip Sidney, The Countess of Pembrokes Arcadia Dublin, 1621, p. 346.

39 John Florio, The Essayes or morall, politike and millitarie discourse of Lo: Michaell de Montaigne, Londres, 1603, Val. Sims pour Edward Blount, sig. R3.

40 James Jouhnstoun, « To the Most Potent, High and Invicible King James VI, King of Scotland », in Philip Sidney, The Countess of Pembrokes Arcadia, Londres, Robert Younge et Thomas Harper pour J. Waterson et R. Younge, 1638, sig. aa1.

41 L’opposition binaire entre le « singe » (Ape) et l’auteur doit toutefois être relativisée puisqu’en qualifiant son texte de « complément » à l’original, Jouhnstoun se conforme à l’idée classique de l’auctor. Par ailleurs, un autre continuateur, Richard Bellings, avait pourtant réfuté cette hypothèse d’une transmission du génie dans sa propre préface : « I am well aware Sir Philip Sidneys spirit is not infused in me », op. cit., sig. SS3. Cette notion de transmission d’un auteur à l’autre était assez convenue à l’époque, en particulier dans le cas de Sir Philip Sidney, en raison de sa mort précoce et du nombre de ses admirateurs et/ou parents. On la trouve invoquée notamment pour sa sœur Mary Herbert et sa nièce Mary Wroth. Voir par exemple la dédicace de Joshua Sylvester à cette dernière : « None but your Owne AL-WORTH » Sidneïdes / In whom her Uncle’s noble Vein renewes », Lachrimae Lachrimarum, Londres, Humfrey Lownes, 1612, sig. H2. « Al-Worth » est un jeu de mots sur le nom d’épouse de Mary Wroth, qu’elle avait elle-même employé sous des variantes dans ses poèmes.

42 William Alexander, Anacrisis, dans The Works of William Drummond, Edimbourg, 1711, p. 161.

43 James Jouhnstoun, op. cit., sig. aa.

44 Roland Barthes, « La Mort de l’auteur », dans Le Bruissement de la langue : Essais critiques IV, Paris, Éditions du Seuil, 1984, p. 61-67.

45 Marie Couton, « La voix de l’ombre : pastorale et mélancolie dans l’Arcadie de Sir Philip Sidney », Etudes Epistémè, n°3, 2003, DOI : https://doi.org/10.4000/episteme.7942

46 Stephen Dobranski, Readers and Authorship, op. cit., p. 71-72.

47 Anna Weamys, quant à elle, termine son roman par ces mariages, supplantant les quatre mariages à la fin de As You Like It puisqu’elle fait en fait célébrer cinq.

48 « But the solemnities of these marriages… may awake some other spirit to exercise his pen in that wherewith mine is already dulled », Philip Sidney, The Old Arcadia, op. cit., p. 361.

49 Voir Thomas Pavel, La Pensée du roman, Paris, Gallimard, 2003, p. 62-68.

50 Richard Bellings, A Sixth Booke to the Countesse of Pembrokes Arcadia, op. cit., p. 486-487.

51 James Jouhnstoun, op. cit., sig. aa1-sig. aa2v.

52 Ibid., sig. aa4v.

53 Ibid., sig. aa 5v – sig bb.

54 William Alexander, op. cit., p. 340.

55 Ibid., p. 341-344.

56 Ibid., p. 341; James Jouhnstoun, op. cit., sig. aa4v-sig. aa5.

57 William Alexander, op. cit., p. 327.

58 James Jouhnstoun, op. cit., sig. aa1.

59 Katherine Duncan-Jones, op. cit., p. 100.

60 Dans Philip Sidney, The Countess of Pembrokes Arcadia, Londres, 1638, p. 327 (sig Ee2)-346.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1: Richard Bellings, A Sixth Booke to the Countess of Pembrokes Arcadia, Londres, imprimé par H. I. et R. Y, 1628, in Philip Sidney, The Countess of Pembrokes Arcadia, Londres, imprimé par W. S. pour Simon Waterson, 1627, non paginé (p. 483).
URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/13830/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 695k
Légende Fig. 2 : William Alexander, ‘A Supplement of the said defect by Sir W. A.’, in Philip Sidney, The Countess of Pembrokes Arcadia, 1621, p. 327, précédé d’une note éditoriale au bas de la page 326.
URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/13830/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 918k
Légende Fig. 3 : James Jouhnstoun, ‘A Supplement to the third booke of Arcadia’, in Philip Sidney, The Countess of Pembrokes Arcadia, 1638, sig.aav-aa2
URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/13830/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Légende Fig. 4 : James Jouhnstoun, ‘To the Most Potent, High and Invincible Prince, King James the Sixth’, in Philip Sidney, The Countess of Pembrokes Arcadia, Londres, Robert Younge et Thomas Harper pour J. Waterson et R. Younge, 1638, sig. aa.
URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/13830/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 583k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélie Griffin, « Suites arcadiennes : le roman sidnéien au-delà de sa fin »Études Épistémè [En ligne], 41 | 2022, mis en ligne le 10 juin 2022, consulté le 10 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/episteme/13830 ; DOI : https://doi.org/10.4000/episteme.13830

Haut de page

Auteur

Aurélie Griffin

Aurélie Griffin est maîtresse de conférences en littérature anglaise des seizième et dix-septième siècles et en traduction à la Sorbonne nouvelle. Elle est l’auteure de La Muse de l’humeur noire. Urania de Lady Mary Wroth, une poétique de la mélancolie (Paris, Classiques Garnier, 2018), version remaniée de sa thèse, soutenue en 2013 à la Sorbonne nouvelle, dirigée par Line Cottegnies, qui avait reçu le premier prix de thèse du GIS-Institut du Genre du CNRS en 2014. Elle a également publié divers articles sur Lady Mary Wroth, Sir Philip Sidney et Shakespeare. Ses recherches portent sur la pastorale, la matérialité et les premiers écrits féminins dans l’Angleterre de la première modernité. Elle coordonne deux projets de recherche collaboratifs, l’un consacré à une traduction et édition en français de The Tragedy of Mariam d’Elizabeth Cary (1613), l’autre à une étude interdisciplinaire de la matérialité des écritures féminines dans l’Europe moderne, intitulé Corpus Feminae.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search