Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41Les Études Épistémè ont vingt ans

Les Études Épistémè ont vingt ans

Etudes Epistémè is twenty years old
Gisèle Venet

Texte intégral

1Pouvait-il y avoir locus amoenus plus amène pour accueillir la création du séminaire Epistémè, en 1990, que « la salle 33 », pour des réunions informelles, le lundi soir, en plein ciel : les fenêtres en verrière donnaient sur le haut des arbres de l’Ecole de Médecine voisine, encadrant la coupole sans défaut du « Grand Amphi » – merveille d’architecture galbée d’ardoises, coiffée de sa lanterne aux volutes noires, contemplée en surplomb, caressée des yeux entre deux idées, entre deux phrases… Tout en bas, au plus étroit de la rue de l’Ecole de Médecine, au numéro 5, deux grands anges de pierre sur le fronton nous accueillaient, leurs ailes glacées de rose dans le soleil déclinant de nos horaires tardifs, tandis qu’une étroite porte entrebâillée dans le portail sombre nous donnait accès à cet idéal « paysage de l’esprit ». Ce lieu de la pastorale idyllique de nos commencements allait accueillir les chercheurs Epistémè pendant plus de trente ans. Dès les pavés ronds, inégaux, de la cour, nous savions que nous étions « ailleurs » et pourtant « chez nous ». Dans cet Institut du Monde Anglophone, 5 rue de l’Ecole de Médecine, nous nous trouvions dans le saint des saints du siècle d’or anglais ou du beau siècle à la française, par le cadre et par nos sujets de recherches et de séminaires, en même temps qu’accueillis au sein de notre université, à peine passés sous le tympan où figurait en lettres d’or sur fond noir son nom -- Université Paris III / Sorbonne Nouvelle. Et sans doute aurions-nous fait écho à Shakespeare si la question d’un temps compté en ces lieux paradisiaques s’était posée – « Eternity was in our lips and eyes, / Bliss in our brows bent… » Dans ce lieu idyllique, qui vit d’ailleurs d’adorables idylles enrichir le nombre des chercheurs inscrits, la jeune équipe Epistémè s’était agrandie au fil des sujets de séminaires. Bientôt, des chercheurs spécialisés en lettres classiques, philosophie, histoire, nous avaient rejoints, ou venaient parfois de loin, en province, voire de la lointaine Amérique, pour suivre les routes sinueuses des lettres et de la culture anglaises dans l’Europe baroque. Innocents encore de toute nostalgie à venir, nous avions consacré l’un de nos premiers colloques denses à la pastorale européenne, ce genre par excellence des XVIe, XVIIe, XVIIIe siècles, concentrant spécialistes et jeunes chercheurs de tous courants et spécialités autour de ce thème si cher à l’Europe de la Renaissance et de l’âge baroque. Intuition du futur, ou parce que cette thématique fait partie intégrante du genre, le sujet en fut immanquablement « Pastorale et mélancolie en France et en Angleterre (XVIe – XVIIIe siècles) ». L’absence de tout crédit de fonctionnement, faute d’existence plus officielle, nous avaient rendus ingénieux et le bienvenu spécialiste de la « grâce » racinienne, et responsable du n° 40 des Etudes Epistémè dédié à « Bérénice », Tony Gheeraert, parmi nous depuis la fondation, inégalable dans le maniement des ordinateurs, assuma toutes les tâches de mise en mémoire et de mise en réseau pour préserver tous les textes des communications et les relations avec chercheurs et visiteurs, jusqu’à créer tout exprès pour nous en 2002 une revue électronique – Etudes Epistémè – et cela, avant même que la chose fût vraiment identifiée comme moyen futur de transmettre les travaux des centres de recherches. Cette revue, d’emblée à comité de lecture, et d’emblée consacrée à l'étude de la littérature et de l'histoire intellectuelle dans l’Europe des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, a été longtemps étroitement associée aux activités du séminaire. Elle en est désormais dissociée, bien que toujours domiciliée à la Sorbonne Nouvelle. Il s’y publie des travaux de recherche internationaux, principalement en français et en anglais, mais aussi occasionnellement en d’autres langues, à raison de deux numéros par an. Ces numéros, thématiques, privilégient les études pluridisciplinaires mais accueillent également des éditions de textes français rares ou des éditions / traductions. Des chercheuses éminentes du séminaire en devinrent les rédactrices et co-rédactrices, Line Cottegnies, Christine Sukic, Anne Page, Claire Graffeuille-Gheeraert, Anne-Marie Miller-Blaise... L’un des tout premiers numéros, le n° 3, en 2003, s’intitulait Pastorale et Mélancolie. Était-ce prémonitoire de cette mélancolie, de cette nostalgie de nos commencements qui devait nous saisir, en 2022, malgré le bonheur de voir déjà quarante numéros parus, tous d’une égale densité, d’un égal intérêt, et alors même que notre prochain numéro des Etudes Epistémè, le numéro 41, va paraître, comme en écho, sous le titre Matières Pastorales ? Il s’y ajoute en effet l’ironie cruelle de perdre à la même date le lieu qui vit naître le séminaire Epistémè, le lieu matériel et immatériel de ses commencements, l’Institut du Monde Anglophone, ses anges roses et sa coupole admirable, désormais destinés à d’autres fonctions. Mais ironie créatrice qui confie à Anne-Marie Miller-Blaise et à Aurélie Griffin le beau souci d’assurer la suite du séminaire en un nouveau lieu qui sera, à n’en pas douter, et pour emprunter à nouveau à Shakespeare, « un nouveau ciel, une nouvelle terre » – même si la revue Etudes Epistémè, pour paraître à un rythme régulier, s’est dissociée des travaux du séminaire, son titre même à chaque parution se fait l’écho de nos commencements.

Gisèle Venet, créatrice du séminaire Épistémè, avec toute sa gratitude à toutes et tous pour la belle aventure pastorale en plein ciel et les précieux numéros qui témoignent de l’esprit d’expérimentation qui nous animait et le perpétuent…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gisèle Venet, « Les Études Épistémè ont vingt ans »Études Épistémè [En ligne], 41 | 2022, mis en ligne le 10 juin 2022, consulté le 09 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/episteme/15100 ; DOI : https://doi.org/10.4000/episteme.15100

Haut de page

Auteur

Gisèle Venet

Gisèle Venet a enseigné depuis 1967 à la Sorbonne, puis Sorbonne nouvelle, où elle est encore professeur émérite. Après une thèse -- dir. Robert Elldodt -- sur Temps et vision tragique. Shakespeare et ses contemporains (1981, éd.1985 ; rééd. 2002, Presses de la Sorbonne Nouvelle) qui dégageait déjà les composantes baroques de ces auteurs, elle a enseigné et dirigé des travaux sur Shakespeare et ses contemporains des XVIe et XVIIe s, publiant, outre des articles sur la période maniériste et baroque, des éditions critiques – la première étant, en 1991, l’édition et traduction de The Duchess of Malfi  de Webster pour Les Belles Lettres (1991), puis nouvelle traduction et présentation dans Théâtre Elisabéthain (Gallimard, Pléiade, II, 2009) --, mais aussi John Ford, Burton, et surtout Shakespeare chez Gallimard, en Folio Théâtre ou dans la Bibliothèque de la Pléiade. Elle a également codirigé avec Jean-Michel Déprats l’édition bilingue des Œuvres complètes de Shakespeare en huit volumes (2002-2021), édition dont elle a établi le texte anglais en collaboration avec Line Cottegnies. Elle a également préfacé les romans de Virginia Woolf (Gallimard, Pléiade, 2013) et édité L’amant de Lady Windernmere d’Oscar Wilde, trad. J-M. Déprats) en Folio Théâtre (Gallimard, 2001). Elle travaille actuellement sur l’irrévérence en lien avec l’Epistémè baroque (1530-1687) pour tenter de plaider à nouveau la nécessité pour l’Europe d’utiliser une périodisation précise en parlant d’âge baroque ou d’Europe baroque. Le séminaire de recherche pluridisciplinaire qu’elle a créé, puis refondé en 1990 avec ses chercheurs, sous le nom Epistémè, se prolonge par une revue électronique avec comité de lecture, www.etudes-episteme.com dont elle est, depuis sa fondation, directrice de publication.  

    

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search