Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41Introduction

Texte intégral

  • 1 Paul Alpers, What is Pastoral? Chicago, The University of Chicago Press, 1997, p. 46.
  • 2 Jean-Pierre van Elslande, L’Imaginaire pastoral du dix-septième siècle, 1600-1650, Paris, Presses U (...)

1Ce numéro anniversaire propose, pour célébrer les vingt ans de la revue Études Épistémè, de revisiter la pastorale en s’intéressant à ses diverses inscriptions matérielles qui, du théâtre à la poésie, du roman à la musique et à la peinture, irrigue les productions culturelles européennes de la Renaissance au dix-huitième siècle et au-delà. C’est en effet au seizième siècle que la pastorale revient en force, tout d’abord en Italie, avec des œuvres telles que le prosimètre de Giacopo Sannazaro, L’Arcadie (1504), à l’origine de ce genre nouveau qu’est le roman pastoral. Il sera imité partout en Europe, que ce soit en Espagne (Cervantès, La Galatée, 1585), en Angleterre (Philip Sidney, L’Arcadie, 1590) ou en France (Honoré d’Urfé, L’Astrée, 1607-1627), pour n’en citer que quelques-uns. Née également en Italie, la pastorale dramatique, proche de la tragicomédie, aura, elle aussi, une influence considérable, sous l’égide du Tasse (L’Aminta, 1573) et de Guarini (Il Pastor Fido, 1580-1583). La pastorale investit tous les arts, et se nourrit de cette hybridité, repoussant les bornes génériques et rhétoriques qui les définissaient alors. C’est aussi ce qui lui vaut l’appellation critique de « mode » plutôt que de « genre », afin de rendre justice à son inépuisable variété1. C’est bien tout un imaginaire que convoque la pastorale, source de créativité et de renouvellement pour les nombreux artistes qui s’y essaient2.

  • 3 Voir par exemple Roger Chartier, Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Paris, Seuil, (...)
  • 4 Erwin Panofsky, « Poussin et la tradition élégiaque », L’Œuvre d’art et ses significations, trad. M (...)

2 La multiplicité des formes que revêt la pastorale la rend toujours fuyante, impossible à cerner, en perpétuel mouvement. Pourtant, celle-ci ne cesse de trouver des incarnations matérielles : textes manuscrits ou imprimés, corps humains ou espèces animales, éléments naturels ou objets d’artisanat, mélodies qui s’envolent ou paroles qui restent… autant de « matières pastorales » qui, dans leur diversité et leur malléabilité, illustrent bien la nature protéiforme du mode, et méritent qu’on leur accorde une attention toute particulière. La réflexion engagée dans ce numéro est influencée par l’essor des études matérielles, qui, depuis les travaux de Roger Chartier et le « tournant matériel » de la critique anglo-saxonne, a montré combien les propriétés physiques des œuvres, l’histoire de leur composition et de leur réception, les conditions matérielles de leur production et de leur publication, doivent pleinement être considérées comme porteuses de sens3. En réenvisageant la pastorale au prisme de ces matières et/ ou matérialités, ce numéro a pour but non seulement de mettre en valeur la variété des productions pastorales en Europe du seizième au dix-huitième siècle, mais aussi et surtout d’interroger leurs spécificités. Derrière ses apparences idylliques, la pastorale est en effet toujours expérience de la perte : nostalgie d’un passé idéalisé, échecs amoureux, sentiments d’insuffisance qui affligent le berger, sont autant de preuves matérielles qui révèlent un monde déchu, aux charmes d’autant plus trompeurs qu’ils dissimulent tant bien que mal la mort présente en son sein : Et in Arcadia ego4. Comment donc saisir l’ineffable, si ce n’est en touchant la matière ? Comment la pastorale use-t-elle de sa matérialité, et quelle influence a cette dernière sur le contenu et la conception des œuvres ?

  • 5 Il s’agit des numéros 3, « Pastorale et mélancolie, XVIe-XVIIe siècles » et 4, « Pastorales II : Pa (...)

3C’est ce paradoxe que tentent de cerner, chacun à leur manière, les articles de ce numéro. La plupart des contributions sont issues d’une journée d’étude qui s’est tenue à la Sorbonne Nouvelle le 6 mars 2020, tout juste une semaine avant un premier confinement qui a poussé les chercheuses et chercheurs dans une retraite bien moins idyllique que celle des bergers de la pastorale. Cette journée s’est inscrite dans la lignée des premiers travaux du séminaire Épistémè puis de la revue Études Épistémè consacrés à la pastorale5, auxquels certains des auteurs de ce numéro avaient déjà participé. Enfin, un article publié en varia propose d’étendre la question de la matérialité des écrits à la période moderne en s’intéressant au sonnet, genre intrinsèquement lié à la pastorale.

4Le numéro donne un aperçu de la diversité des productions pastorales et de leur étendue temporelle et géographique à la période moderne, de l’Italie à la France et à l’Angleterre. La première partie du numéro est consacrée au théâtre. Dans son article, intitulé « Legàmi ou lègami ? La matérialisation et la dématérialisation des liens de convention dans le Flori de Maddalena Campiglia », Beatrice Fuga s’intéresse aux motifs des liens noués et dénoués dans une pastorale dramatique italienne de 1588, dans laquelle une autrice de la période utilise les conventions du genre pour s’affranchir de l’institution sociale du mariage. L’article illustre à quel point la pastorale, loin d’être hors des lieux, hors du temps, permet au contraire à des femmes et des hommes de prendre des positions parfois à contre-courant de leur société, ici en critiquant le mariage. Faisant écho au titre de la pièce de Campiglia, Pascale Drouet, dans « La couronne agreste dans le théâtre de Shakespeare : ornement pastoral ou emblème de folie ? », se tourne elle aussi vers les fleurs, proposant une analyse des couronnes de fleurs et d’herbes folles présentes dans plusieurs pièces du corpus shakespearien qui font toutes allusion, de manière plus ou moins appuyée, à l’imaginaire pastoral : The Winter’s Tale (1611), Hamlet (1601) et King Lear (1606). Ces modestes plantes s’avèrent être riches de sens et créent une symbolique naturelle qui s’enrichit des réminiscences qu’elle convoque, qu’il s’agisse de résonances shakespeariennes ou d’une connaissance de l’environnement et de textes qui lui sont consacrés.

5Dans « Samuel Daniel’s authorial strategies in The Queenes Arcadia (1606) », Christine Sukic, revient ensuite sur une pièce d’un contemporain de Shakespeare, The Queenes Arcadia (1606), qu’elle avait déjà étudiée dans le numéro 4 d’Etudes Epistémè, pour s’intéresser cette fois aux stratégies auctoriales qui y sont mises en œuvre. Dans cette pastorale dramatique, l’une des premières du genre en Angleterre, Daniel multiplie les mises en abyme pour revendiquer pleinement son statut d’auteur, à une époque où celui-ci commence tout juste à émerger.

6Si la musique était souvent bien présente dans les pastorales dramatiques, Chantal Schütz révèle la présence plus inattendue de motifs d’inspiration pastorale dans les broadside ballads anglaises, ces feuilles volantes extrêmement populaires qui circulaient dans le pays notamment pour colporter des nouvelles. Dans « Visages de la bergère dans les broadside ballads », elle met au jour ce qu’elle appelle la « multimodalité » de la feuille volante dans ses dimensions poétique, musicale et visuelle, qui contribue à faire évoluer la figure de la bergère pour mieux l’ancrer dans une réalité quotidienne.

7Dans son article « Territoires inexplorés de la pastorale dans les recueils de lieux communs manuscrits : le cas de Northwestern MS 67 », Guillaume Coatalen met en lumière une autre forme de matérialité, le manuscrit, à travers la découverte d’un recueil de lieux communs à la McCormick Library contenant la traduction anglaise des Bergeries de Juliette de Nicholas de Montreux (1585) par Robert Tofte. Ce manuscrit rassemble également une grande variété de sources, certaines issues de la pastorale comme des extraits de l’Arcadie de Sidney. Guillaume Coatalen s’interroge sur les raisons de ces choix, et révèle un usage moraliste de la pastorale, tout en soulignant les interactions entre publication imprimée et manuscrits dont il témoigne.

8La deuxième partie du numéro est consacrée au roman, avec, tout d’abord, deux articles qui gravitent autour du grand roman pastoral anglais qu’est l’Arcadie (1590) de Sir Philip Sidney. Dans « Suites arcadiennes : le roman sidnéien au-delà de sa fin », Aurélie Griffin se concentre sur trois suites apocryphes de l’Arcadie par Sir William Alexander, Richard Bellings et James Jouhnstoun, qui prouvent, comme dans le cas du manuscrit étudié par Guillaume Coatalen, l’imbrication entre pratiques manuscrites et imprimées à l’époque, et montrent comment celles-ci ont pu être exploitées pour donner naissance à de nouveaux textes présentés comme le développement organique du roman inachevé de Sidney. L’hommage qu’Alexander, Bellings et Jouhnstoun cherchent à rendre à Sidney les pousse à ne se définir « que » comme des imitateurs incapables d’égaler leur modèle, mais s’en départissent également, jusqu’à mettre en scène la mort de celui-ci, illustrant ainsi les paradoxes de l’émergence de la figure auctoriale à l’époque. Dans « Ekphraseis et écriture dans le roman pastoral Urania de Lady Mary Wroth », Laetitia Coussement-Boillot montre que le roman pastoral de Lady Mary Wroth, nièce de Philip Sidney qui s’inspire largement de l’œuvre de son oncle, est lui aussi défini par une mise en scène consciente de l’écriture, en particulier dans des descriptions qui surprennent par leur caractère inabouti, à la différence de celles de Sidney dont l’autrice s’inspire pourtant.

9Les trois articles suivants sont signés de chercheurs ayant participé aux premiers numéros de la revue sur la pastorale. Dans le onzième article du numéro, « Narcisse et les licornes. Magie et amour-propre dans l’Astrée », Tony Gheeraert propose une analyse de la Fontaine de vérité d’amour, dont l’eau magique s’avère aussi trompeuse que dangereuse, car elle oppose la tentation de la philautie à l’amour que les couples viennent y mettre à l’épreuve. Élargissant les bornes du roman pastoral, Line Cottegnies identifie dans son article « Cartes du Tendre : Échos pastoraux et littérature des objets galants en Angleterre au XVIIe siècle : « A Voyage to the Isle of Love’ (1684) et La Montre, or The Lover’s Watch (1686) d’Aphra Behn » des survivances du genre dans des traductions anglaises de textes français à la fin du dix-septième siècle. La célèbre Carte de Tendre, « allégorie pastorale » issue du roman précieux Clélie (1654) de Madeleine de Scudéry, et la montre de Balthazar de Bonnecorse (1666), y apparaissent comme des objets galants cristallisant le passage d’un univers pastoral au monde majoritairement urbain des lecteurs anglais de la fin du siècle. L’article de Christian Leroy, « Entre crise du vers classique et logique(s) de la prose : le genre pastoral en prose français (XVIe-premier XIXe siècles) », repousse les limites temporelles de la pastorale moderne pour démontrer de quelle manière celle-ci n’est qu’un éternel recommencement, qui passe par une transition complexe et progressive du vers à la prose. L’hybridité caractéristique du mode pastoral permet de raviver ce débat poétique dont il s’est nourri en retour pour s’adapter sans cesse aux exigences changeantes du public de la pastorale. Cette capacité d’adaptation est en effet l’une des raisons de la persistance de la pastorale à travers les siècles.

10Les contributions rassemblées ici offrent un aperçu de l’extraordinaire variété des productions pastorales du seizième jusqu’au début du dix-neuvième siècle. Elles illustrent l’emprise quasi tentaculaire de « l’imaginaire pastoral » sur les arts de la période, et plus encore, démontrent à quel point ses multiples incarnations matérielles sont productrices de sens, et participent pleinement d’une économie esthétique globale. Elles illustrent aussi combien les apports de la critique contemporaine – ici les « material studies » – peuvent nous aider à mieux mesurer l’irréductible modernité d’œuvres qui pourraient sinon sembler appartenir qu’au passé.

Haut de page

Notes

1 Paul Alpers, What is Pastoral? Chicago, The University of Chicago Press, 1997, p. 46.

2 Jean-Pierre van Elslande, L’Imaginaire pastoral du dix-septième siècle, 1600-1650, Paris, Presses Universitaires de France, 1999.

3 Voir par exemple Roger Chartier, Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Paris, Seuil, 1987, et L’Ordre des livres. Lecteurs, auteurs, bibliothèques en Europe entre XIVe et XVIIIe siècles, Aix-en-Provence, Alinea, 1992 ; Michel de Certeau, L’Invention du quotidien, t. 1 : Arts de faire, Paris, Gallimard, Folio Essais, 1990, et, avec Lucie Girard et Pierre Mayol, t. 2 : Habiter, cuisiner, Paris, Gallimard, Folio Essais, 1994 ; Arjun Appadurai, The Social Life of Things, Cambridge, Cambridge University Press, 1986. Voir aussi Margreta de Grazia, Maureen Quillligan et Peter Stallybrass (dir.), Subject and Object in Renaissance Culture, Cambridge, Cambridge University Press, 1996 Patricia Fumerton et Simon Hunt, Renaissance Culture and the Everyday, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1998 ; Heidi Brayman Hackel, Reading Material in Early Modern England: Print, Gender, and Literacy, Cambridge, Cambridge University Press, 2005; ou encore Helen Smith, Grossly Material Things: Women and Book Production in Early Modern England, Oxford, Oxford University Press, 2012.

4 Erwin Panofsky, « Poussin et la tradition élégiaque », L’Œuvre d’art et ses significations, trad. M. et B. Teyssèdre, Paris, Gallimard, 1969, p. 278-302 ; Louis Marin, « Panofsky et Poussin en Arcadie », Cahiers Pour un temps, Paris, Centre Pompidou Editions / Aix-enProvence, Pandora Éditions, 1983, p. 152-166 ; Jacques Ehrmann, Un Paradis désespéré : l’amour et l’illusion dans l’Astrée, Paris, Presses Universitaires de France, 1963.

5 Il s’agit des numéros 3, « Pastorale et mélancolie, XVIe-XVIIe siècles » et 4, « Pastorales II : Passages », tous deux publiés en 2003. DOI : https://doi.org/10.4000/episteme.7046 et https://doi.org/10.4000/episteme.4022

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélie Griffin, « Introduction »Études Épistémè [En ligne], 41 | 2022, mis en ligne le 10 juin 2022, consulté le 10 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/episteme/15104 ; DOI : https://doi.org/10.4000/episteme.15104

Haut de page

Auteur

Aurélie Griffin

Aurélie Griffin est maîtresse de conférences en littérature anglaise des seizième et dix-septième siècles et en traduction à la Sorbonne nouvelle. Elle est l’auteure de La Muse de l’humeur noire. Urania de Lady Mary Wroth, une poétique de la mélancolie (Paris, Classiques Garnier, 2018), version remaniée de sa thèse, soutenue en 2013 à la Sorbonne nouvelle, dirigée par Line Cottegnies, qui avait reçu le premier prix de thèse du GIS-Institut du Genre du CNRS en 2014. Elle a également publié divers articles sur Lady Mary Wroth, Sir Philip Sidney et Shakespeare. Ses recherches portent sur la pastorale, la matérialité et les premiers écrits féminins dans l’Angleterre de la première modernité. Elle coordonne deux projets de recherche collaboratifs soutenus par la Sorbonne Nouvelle, l’un consacré à une traduction et édition en français de The Tragedy of Mariam d’Elizabeth Cary (1613), l’autre à une étude interdisciplinaire de la matérialité des écritures féminines dans l’Europe moderne, intitulé Corpus Feminae.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search