Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42« Pour les dames » : quelles adre...« Ce discours n’est pas pour votr...

« Pour les dames » : quelles adresses ?

« Ce discours n’est pas pour votre regard, mes Dames ». Les adresses au féminin dans les prologues de Bruscambille

« Ce discours n’est pas pour votre regard, mes Dames ». Feminine Apostrophes in Bruscambille’s Theatrical Prologues
Flavie Kerautret

Résumés

Cet article s’intéresse aux prologues du farceur français Bruscambille, des discours monologués imprimés en recueils principalement entre 1609 et 1635, et aux usages qu’il y fait des apostrophes aux « dames ». À première vue les adresses féminines étaient souvent mobilisées à contre-emploi, dans le cadre de discours dont les plaisanteries étaient volontiers misogynes. Leur analyse détaillée révèle pourtant toute l’ambivalence du comédien-auteur à l’égard de cette frange du public encore très minoritaire et permet d’étudier la façon dont il mobilise les apostrophes genrées comme des outils aptes à aiguiser le plaisir de l’expérience théâtrale. Ses prologues offrent ainsi un cadre éclairant certaines techniques de la représentation et de l’écriture des pratiques comiques dans les premières décennies du XVIIe siècle, ainsi qu’une porte d’entrée vers la place que pouvaient y occuper les spectatrices.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Véronique Lochert, « Prologhi, préfaces, prólogos : des lieux de théorisation alternatifs dans le t (...)
  • 2 John Lough, Paris Theatre Audiences in the Seventeenth and Eighteenth Centuries, Londres, Oxford Un (...)

1Les discours se présentant comme des prologues théâtraux, nombreux et divers durant les premières décennies du XVIIe siècle en France et en Angleterre, sont des paratextes remplissant des fonctions pratiques qui permettaient, entre autres, de définir un cadre de réception1. Ils sont à ce titre des lieux d’énonciation stratégiques pour esquisser des figures de spectateurs ou d’auditeurs présumés et des textes privilégiés pour évaluer plus précisément les liens qui se tissaient alors entre la scène et les spectatrices. Longtemps niée ou méconnue, la présence des femmes au théâtre à cette époque est aujourd’hui admise par l’histoire et la critique littéraires, notamment depuis les travaux de John Lough qui font le point sur certaines idées reçues (un public qui aurait été essentiellement « populaire », composé de très peu d’aristocrates et d’aucune femme hormis des débauchées)2.

  • 3 Pensons par exemple au recueil rassemblant Les Six premieres comedies facecieuses de Pierre de Lari (...)
  • 4 Pour une bibliographie détaillée des œuvres de Bruscambille, voir l’édition suivante qui me sert de (...)
  • 5 Sur plus d’une centaine de prologues attribués à Bruscambille, un seul dévoile le titre et évoque e (...)

2Pourtant, entre la fin du XVIe siècle et le début du XVIIe siècle, les adresses à un public féminin font partie des codes usuels des propos introductifs dramatiques et, plus spécifiquement, de ce que l’on pourrait nommer une rhétorique des prologues comiques, parfois directement inspirée de modèles italiens3. Parmi ces prologues, ceux du comédien Jean Gracieux, plus connu sous son nom de scène et de plume Bruscambille, constituent une ressource importante et relativement peu explorée pour étudier la configuration d’une réception féminine dans le premier tiers du XVIIe siècle français. L’homme est assez mal connu, mais les quelques informations dont on dispose laissent entrevoir un acteur expérimenté, qui a en partie officié à l’Hôtel de Bourgogne, d’abord en tant que « comédien du roi » sous la direction de Valleran Le Conte en 1611, puis sous celle de Robert Guérin en 1618. Sa réussite est surtout établie en tant qu’auteur, par l’affichage de son surnom, « Bruscambille », en tête de nombreux livres qui font l’objet de rééditions, principalement entre 1609 et 16354. Cette production se distingue parce qu’elle regroupe sous forme de recueils, non des pièces, mais des prologues apparemment destinés à introduire des représentations : ils sont mis en série et paraissent de manière indépendante, sans les pièces auxquelles ils étaient a priori dédiés et dont on ne connaît souvent rien ou presque5. Ils existent comme des discours autonomes et prennent par exemple la forme d’un éloge paradoxal en faveur de l’âne, en faveur de l’hiver ou encore en faveur du mensonge, d’un boniment proposant des recettes et objets miraculeux, d’un plaidoyer satirique entre un pédant et une harengère, de nombreux galimatias ou encore d’apologies de la comédie et des comédiens.

  • 6 J’écarte ainsi les prologues qui peignent des figures de spectatrices, souvent de manière caricatur (...)

3Dans la perspective d’une étude sur les rapports entre les dramaturges et les spectatrices, je propose de focaliser l’enquête sur les discours où Bruscambille s’adresse directement aux femmes, soit un petit échantillon de quatorze prologues sur les cent-quinze parus sous son nom6. L’objectif est de voir dans quelles circonstances se manifestent ces interpellations et quels usages en fait le farceur. Quelles stratégies peut-on déceler derrière ces apostrophes féminines ? Et qu’est-ce que cela peut nous apprendre sur la place des femmes au spectacle à l’aube du XVIIe siècle ? Il ne s’agira pas d’aborder ces écrits comme des mines d’informations factuelles sur la fréquentation des salles, mais plutôt de les concevoir comme une fenêtre ouvrant sur la figuration et l’écriture des pratiques comiques de cette période et sur le rôle que peuvent y remplir les spectatrices. Les apostrophes aux « Dames » paraissent jouer un rôle clé dans la dynamique des prologues de Bruscambille : elles soulignent l’ambivalence d’un comédien qui semblait privilégier un auditoire d’hommes instruits, mais qui n’écartait pas pour autant les femmes dans la mesure où leur présence était utile aux promesses d’un plaisir inhérent à la représentation dramatique. Plus largement, l’idée est d’analyser, à travers le cas de Bruscambille, le fonctionnement de jeux d’adresses dans les prologues comiques en considérant que ces discours peuvent être structurant pour la représentation de l’activité théâtrale et de son public.

Des adresses féminines à contre-emploi ?

  • 7 C’est le terme d’adresse qui revient le plus souvent dans les prologues de Bruscambille. On le retr (...)
  • 8 À l’image de ce que traduit l’ouverture de la seconde partie du « Discours de l’Amour & de sa vérit (...)
  • 9 Claire Sicard, « La Querelle des femmes en paroles et en actes dans Le Livre du Courtisan de Castig (...)
  • 10 Voir Hugh Roberts, Guillaume Peureux et Lise Wajeman (dir.), Obscénités renaissantes, Genève, Droz, (...)

4Un premier constat s’impose : la grande majorité des prologues de Bruscambille sont adressés aux « Messieurs »7, qui constituaient alors la part dominante du public théâtral à la ville. À ce titre, et même si ce terme pouvait être employé avec une valeur de collectif8, les quelques prologues où le farceur s’adresse explicitement aux femmes se distinguent tout particulièrement. Ces interpellations genrées s’inscrivent dans un contexte où, au cours de la première modernité, la place des femmes dans la société fait de plus en plus l’objet de discussions et mêmes de propos contradictoires, à l’image de ceux tenus dans le fameux Courtisan de Castiglione9. En régime comique, la présence (même supposée) de dames au sein du public favorise le recours à des plaisanteries licencieuses ou à des équivoques obscènes10. Chez Bruscambille, il est difficile de déceler une répartition spécifique de ces adresses genrées selon les recueils, mais on peut noter qu’elles sont de deux types : quelques-unes sont « bisexuées » et placent les femmes aux côtés des hommes, tandis que d’autres concernent exclusivement ces dernières.

  • 11 Ibid., p. 261.
  • 12 Ibid., p. 174.

5Les premières sont peu nombreuses et ne semblent pas faire un cas particulier des spectatrices. Ainsi, le comédien interpelle les « Messieurs & Dames »11 de l’assistance dans le « Prologue sur un Habit », ou encore sollicite l’attention des « beaux Garçons & belles filles »12 dans le « Prologue de la laideur & deformitez de visage ». Le second type est constitué d’apostrophes qui circonscrivent explicitement les destinataires en isolant les spectatrices. Dans la grande majorité des cas, ces apostrophes genrées interviennent dans un contexte érotique, lorsque Bruscambille décrit ou discute des situations amoureuses. Il s’agit presque toujours d’apostrophes provocatrices ou paradoxales puisqu’elles interpellent les femmes pour les renvoyer à des clichés misogynes. Ainsi, dans le prologue « De la nuict », le farceur construit sa démonstration paradoxale en imaginant et en formulant les réactions de son public, en l’occurrence celles de ses spectatrices :

  • 13 Ibid., p. 435.

Ouy, mais il me semble que je lis dedans le cœur des femmes, qui disent elles-mesmes, qu’est-ce que ceux-là nous racontent du repos de la nuict ? c’est à l’heure que nous travaillons le mieux, certainement, concedo majorem [je concède la majeure] : Mais ce travail, mes Dames, est si plaisant, & l’endurez d’une si bonne affection, qu’il vous est comme un agreable repos, & partant il ne doit estre cause que la nuict soit aucunement desprisée, veu que la nature mesme l’a instituée.13

  • 14 Voir à ce propos Guillaume Peureux, La Muse satyrique (1600-1622), Genève, Droz, 2015.
  • 15 OC, p. 328.
  • 16 Antoine Furetière, Dictionnaire universel contenant generalement tous les mots françois, tant vieux (...)
  • 17 Sur la vogue de la littérature dite « facétieuse » en France, voir Alain Mercier, Le Tombeau de la (...)

6La stratégie est explicitement celle de la prise à partie de la frange féminine du public. La plaisanterie repose sur le sens grivois sous-entendu du « travail » nocturne mentionné mais surtout sur l’interpellation, « mes Dames ». Par cette apostrophe, le farceur fait mine de puiser du crédit directement dans son audience féminine alors qu’il renvoie celle-ci à l’image conventionnelle de la femme lubrique héritée d’une ancienne tradition comique et qui se déploie dans les recueils de poésie satyrique dans les premières décennies du XVIIe siècle14. Un procédé similaire se retrouve dans le « Prologue des parties naturelles des Hommes & des Femmes » où Bruscambille propose une genèse parodique qui commence ainsi : « Or entendez, vous autres Auditeurs sans conte, que je vous apprenne pourquoy vous avez le ventre cornu, & vous femelles pourquoy vous estes sans queuës »15. L’ouverture de ce récit pose d’emblée les bases d’un point de vue misogyne grâce aux connotations des apostrophes : les hommes sont désignés par leur capacité olfactive et leur statut de récepteurs, tandis que les femmes sont réduites à l’état de « femelles », un terme qui s’employait en raillant lorsqu’il ne répondait pas à celui de mâle selon Furetière16. Cet écart d’appréciation sera ensuite confirmé par la narration proposée qui reprend les accusations d’impatience et de curiosité pesant conventionnellement sur le sexe féminin. Insérées dans des discours qui relaient un schéma de domination patriarcal, les adresses féminines semblent ainsi être le moyen de s’inscrire à la fois dans une tradition comique misogyne ancienne et dans une actualité éditoriale plaisante, matérialisée par la parution de nombreux recueils poétiques satyriques et de diverses plaquettes où s’illustre un ton de raillerie et qui sont parfois désignées sous la catégorie de « littérature facétieuse »17. Loin de construire un lien privilégié entre le comédien-auteur et les spectatrices qui pouvaient l’écouter ou le lire, ces adresses permettent apparemment de mieux rire à leur dépens. Elles feraient ainsi office d’outils énonciatifs maniés par le farceur pour faire de la salle de spectacle, à travers ses discours, un espace de sociabilité masculin.

  • 18 À propos du registre élevé ou bas des plaisanteries de Bruscambille et son public supposé, voir Hug (...)
  • 19 Les Fantaisies de Bruscambille. Contenant plusieurs Discours, Paradoxes, Harangues, & Prologues fac (...)
  • 20 Jean Despautère, Contextus universa grammatices Despauteriana, Prima partis, Syntaxeos, Artis versi (...)
  • 21 Les deux premières parties du « Discours de l’amour & de sa vérité » sont tournées vers les « Messi (...)

7D’autres extraits de prologues où le farceur prend directement à parti les femmes, mais cette fois-ci en usant du latin comme instrument discriminant, tendent à renforcer cette lecture. Il est en effet courant que Bruscambille expose ses qualités oratoires en exploitant cette langue savante. Cet usage, ainsi que les jeux avec les codes des pratiques scolaires ou lettrées de son temps qu’il met en place, impliquent l’installation d’une connivence avec un public instruit dont les femmes, qui ne bénéficiaient alors que très rarement de ce type d’instruction, étaient privées18. Le farceur a d’ailleurs parfois explicitement recours à ces codes ou au latin pour prétendre exclure les femmes de la pleine compréhension de ses paroles. Le « Discours de l’Amour & de sa verité divisé en trois parties ou Prologues », paru pour la première fois dans l’édition de 1612 des Fantaisies de Bruscambille19, illustre cette dynamique en multipliant les références aux auteurs antiques du canon scolaire ou en parodiant la grammaire latine de Jean Despautères, manuel de référence des étudiants d’alors20. Bien que ces prologues amoureux soient en partie adressés aux femmes21 et que le comédien prétende dans le second volet poursuivre son discours sur l’amour « in honorem mulierum », le dernier volet de ce triptyque renverse les précautions affichées à l’égard des spectatrices potentielles. Le farceur exprime alors des réflexions misogynes dont il réserve le contenu à la compréhension des initiés :

  • 22 Ibid., p. 361-362.

[…] je me resouviens qu’à l’ouverture du livre de verité, le plus sage homme qui fut jamais m’apprit que quand vous estes faschées brevis est omnis malicia super maliciam mulieris [toute malice est brève en comparaison avec celle des femmes], entre vous autres qui sçavez le latin glosez-leur cela, vous verrez comme elles vous feront l’amour […].22

  • 23 Peut-être s’agit-il du Dialogus Salomonis et Marcolfi qui contient cette sentence, comme le suggère (...)

8Bruscambille accroît la connivence avec les hommes instruits par un aparté en latin les invitant à la traduction, ce qui est une façon de leur laisser la responsabilité d’inclure ou non les femmes dans le numéro spectaculaire qu’il a préparé. Le farceur reste évasif sur l’origine du « livre de verité » dont il tire sa formule latine antiféministe23, mais il glorifie l’auteur de cette source en qualifiant sa sagesse de manière superlative - ou peut-être ironique ? Avec ce type de plaisanterie, Bruscambille exploite à nouveau un humour que l’on voit à l’œuvre dans des écrits contemporains dits « facétieux », comme dans le Discours sur l’Aparition et faits pretendus de l’effroyable Tasteur. Dedié à Mesdames les Poissonnieres, Harengeres, Fruitieres & autres, qui se levent du matin d’aupres de leurs maris, attribué à Angoulevent et paru en 1613 :

Au diable donc soit donné le Tasteur : Encores s’il s’y prenoit de bonne façon, on ne s’en plaindroit pas : & telle auroit esté Tastee, qui seroit si secrette qu’elle n’en ouvriroit point la bouche : Encores que l’on die du sexe, que Id solum potest tacere quod nescit [il sait seulement qu’il ne peut pas se taire].

  • 24 Discours sur l’Aparition et faits pretendus de l’effroyable Tasteur. Dedié à Mesdames les Poissonni (...)

Je parle Latin pource que j’ay peur qu’elles l’entendent, & que jugeant de mon intention selon les Caprices de leurs testes, elles me fissent ressembler la jument à Godart qui ne s’en retournoit jamais sans frotter : car l’on dit qu’il n’y a rien de plus vindicatif que l’esprit d’une femme.24

  • 25 Hélène Merlin-Kajman, Lire dans la gueule du loup. Essai sur une zone à défendre, la littérature, P (...)

9Cet extrait, proche des précédents, illustre que le principe de l’aparté en latin n’est pas caractéristique de l’expression de Bruscambille et rattache au contraire sa parole à une manière d’écrire comique en vogue dans les premières décennies du siècle. Ceci laisse pourtant entendre que l’acteur peut réinvestir des railleries convenues pour définir son public comme il l’entend et en l’occurrence en semblant exclure les femmes de l’assemblée. À partir de ces quelques exemples, on mesure à quel point des prologues comme ceux de Bruscambille, qui reposent sur ce qu’Hélène Merlin-Kajman désigne comme « le pôle agressif du rire »25, expriment une hégémonie masculine tenace en privilégiant une vision conservatrice et patriarcale. L’usage du latin va à l’encontre du mouvement impulsé en direction des femmes grâce aux apostrophes qui, selon une conclusion partielle, s’avèrent trompeuses. Cette langue devient un instrument de pouvoir et de comique en exhibant le dispositif connivent aménagé pour privilégier la partie masculine et instruite de son auditoire.

Exclure les femmes de la représentation ?

10La réflexion mérite toutefois d’être prolongée en se concentrant sur les usages et en insérant ces apostrophes davantage dans les enjeux concrets des pratiques dramatiques pour ne pas en rester au constat d’une exploitation des mécanismes misogynes du rire. Les prologues de Bruscambille présentent en effet des difficultés d’interprétation du fait que l’on ne sache pas dans quelles mesures les prologues imprimés ont été représentés et à quelles pièces ils étaient destinés. Quelques indices invitent néanmoins à une lecture plus nuancée que celle qui se focaliserait seulement sur la dimension misogyne des plaisanteries employées.

Représentations farcesques et présence féminine

  • 26 Le type de pièces introduites est rarement affiché avec clarté dans les prologues de Bruscambille m (...)

11On peut tout d’abord s’interroger sur la portée de ces discours puisqu’à y regarder de plus près, ceux-ci concernent en priorité une partie du spectacle et non la totalité de la séance théâtrale. En effet, la majorité des prologues de Bruscambille, si l’on en croit les effets d’annonce évasifs qu’ils comprennent, semblent destinés à introduire des farces plutôt que des grandes pièces comme les tragédies, comédies, tragi-comédies ou pastorales26. Les prologues de Bruscambille apparaissent alors comme des signaux pour marquer le début de la farce, voire comme des provocations volontaires pour inviter les femmes – du moins les femmes honnêtes – à quitter la salle avant que ne débute cette brève représentation lorsqu’elle constituait le second temps de la séance. C’est du moins une hypothèse qui pourrait se défendre si l’on accrédite les propos de Charles Sorel qui soutient qu’à cette époque les femmes n’assistaient pas à toute la représentation, au sein d’une section consacrée à la comédie dans son traité De la connoissance des bons livres (1671) :

  • 27 Charles Sorel, « De la comédie », De la connaissance des bons livres, Paris, André Pralard, 1671, p (...)

Il est vrai que le Cardinal de Richelieu de son temps avait purifié le Théâtre, et en avait entièrement banni les Farces ; mais elles ont recommencé depuis quelques années avec plus de liberté qu’auparavant. Il y a des Gens si simples, qu’ils croient que la même reforme dure encore, parce qu’on n’entend plus de ces Farces impudiques qui n’avaient que des railleries de crocheteurs, et dont les meilleurs mots n’étaient que des impertinentes Equivoques ; Certainement on a bien fait de les condamner, mais si on ne se sert plus de ces pointes grossières où il n’y avait qu’un jeu de paroles sales proférées sans honte et sans respect ; ne connaît-on pas qu’en ce temps-ci on en dit presque de semblables ; mais plus finement et plus couvertement ? Autrefois toutes les femmes se retiraient lorsqu’on allait commencer la Farce ; aujourd’hui on leur veut donner le plaisir d’y demeurer, ayant caché la malice si agréablement, qu’on croit qu’elles la peuvent entendre sans rougir.27

12Ainsi les prologues volontiers obscènes et misogynes de Bruscambille ne viseraient pas à exclure les femmes du théâtre mais peut-être plutôt à leur signifier l’interprétation d’une farce afin que celles qui le souhaitent s’éloignent de l’espace de jeu.

13La prudence s’impose toutefois car d’une part, la comparaison avancée par Sorel sert explicitement un propos polémique qui dévalue les comédies de ses contemporains et, d’autre part, ce constat ne peut concerner qu’une partie des discours de Bruscambille puisque certains, beaucoup plus sérieux, ne sont manifestement pas conçus pour introduire des farces et témoignent d’une adaptation des discours et des adresses aux femmes selon les circonstances.

Louer les femmes ou s’en moquer : jeux d’adresses ambigus

  • 28 Tous deux parus en 1613 au sein du recueil suivant : Les Nouvelles et plaisantes imaginations de Br (...)
  • 29 L’Apologie de la constance, ou fleau des inconstans. Contre une Harangue faicte en leur Defense. Av (...)
  • 30 On ne compte pas moins de cinq apostrophes les concernant exclusivement.
  • 31 OC, p. 506 et 507.
  • 32 Ibid., p. 507.

14Une autre nuance doit être apportée à partir de la diversité des discours de Bruscambille adressés aux femmes. Parmi eux, deux prologues font figure d’exception en paraissant louer sérieusement les vertus du sexe féminin : le monologue « De la constance » et celui intitulé « En faveur des Dames »28. Le discours « De la constance », qui défend ce sentiment et les femmes qui en seraient les meilleures représentantes, est très largement inspiré d’une Apologie de la constance, un texte anonyme paru en 159929. Toutefois, Bruscambille adapte son modèle, notamment en transformant les figures de destinatrices en figures de spectatrices qu’il interpelle. Comme toutes les adresses de ce prologue sont uniquement tournées, et de manière répétée30, vers les « Dames », Bruscambille paraît réclamer plus spécifiquement la bienveillance de ce public spécifique lorsqu’il espère recevoir « calme audience » et « bonne assistance »31. Alors comment lire ce prologue ? Sérieusement, comme la transformation d’un texte en un discours scénique introductif qui était peut-être destiné tout particulièrement à une pièce ou à des circonstances de représentation où les femmes jouaient un rôle de premier plan ? Ou bien ironiquement, comme une reprise qui dénote trop fortement avec le reste de la production du farceur pour être reçue au premier degré ? L’étude du co-texte dans le recueil accueillant pour la première fois ce prologue, Les Plaisantes et nouvelles imaginations de Bruscambille éditées en 1613, favorise cette seconde interprétation : ce discours est suivi de celui « En faveur des privileges de Cornoüaille » (c’est-à-dire du cocuage) alors même que le comédien promettait une suite visant à faire « voir & confesser à ces amoureux pleins d’inconstance, que la Constance n’a point d’habitacle plus seur qu’au chaste cœur feminin »32. Si ces prologues ont effectivement fait l’objet de performances, rien n’atteste toutefois que cet enchaînement a été celui de représentations successives.

  • 33 Ibid., p. 399.
  • 34 Le prologue intitulé « Des Dames », qui paraît dans un ouvrage anonyme aux côtés d’autres prologues (...)
  • 35 Je rejoins en cela les éléments de présentation proposés pour ce texte dans les Œuvres complètes du (...)
  • 36 OC, p. 397.
  • 37 Ibid., p. 405.

15L’indécision quant à l’angle de lecture à adopter est également forte pour le prologue « En faveur des Dames ». Il se construit comme une démonstration en deux temps sur la perfection des femmes : le comédien constate que les dames sont souvent victimes de médisances et reproduit les arguments de leurs adversaires, présentés comme des « serpenteaux de l’envie »33, afin de pouvoir mieux s’y opposer ensuite en avançant des contre-exemples. Malgré cette argumentation, ce prologue n’apostrophe pas les femmes et, s’il est bien écrit en leur faveur, on ne peut pas dire qu’il privilégie ou défend des spectatrices qui seraient venues assister à la représentation théâtrale34. Il semble davantage construit comme une sorte de pot-pourri de lieux communs qui circulaient abondamment à cette période et que le farceur s’approprie peu35. Une nouvelle fois, le co-texte de l’édition originale parue en 1613 chez François Huby vient malmener le propos louangeur du prologueur et mettre en doute sa sincérité : le texte est précédé d’un prologue sur « la creation des femmes » qui rapporte une genèse fantasque selon laquelle ce sexe proviendrait de la métamorphose d’une charrette (d’où sa promptitude à ouvrir les jambes pour « recevoir le limonnier de nature »36), et il est suivi du prologue « Des chastrez » dans lequel les dames se réjouissent de la compagnie de ces hommes atrophiés qui « ont l’outil propre à chastoüiller nature sans enfler le bas »37.

  • 38 À ce propos, on pourra utilement se reporter au projet « Revisiter la Querelle des femmes » porté p (...)
  • 39 OC, p. 514.
  • 40 Ibid.

16Même s’ils font figure d’exception, ces deux prologues célébrant les femmes ne doivent pas être négligés. Leur existence traduit la reprise (sur scène peut-être) de débats actuels que la critique réunit parfois sous le nom de « querelle des femmes »38, et leur conservation dans des recueils qui rassemblent principalement des discours farcesques souligne la diversité des prologues de Bruscambille tout en témoignant de l’ambigüité de ce comédien-auteur à l’égard du public féminin. Un prologue comme « Des Estranges effects de l’Amour » synthétise cette position ambivalente. Il se construit sur l’idée que l’infidélité trouve « sa principale demeure » parmi les femmes39 et qu’elles sont à juste titre représentées sous les traits de sirènes trompeuses (dans les aventures d’Ulysse notamment) puisque : « les femmes sont les vrays instrumens de la perfidie, lubricques, faciles au change, propres à decevoir par leurs paroles sucrées les plus deliez & rusez »40. Pourtant, une apostrophe féminine qui marque l’issue du prologue souligne le revirement du comédien :

  • 41 Ibid., p. 515.

Ce discours n’est pas pour vostre regard, mes Dames, qui estes autant accomplies, que celle pour qui je parle, speciallement estoit encline au vice, & à la meschanceté : sçachant que nature & la main de ce souverain moteur s’est d’autant delectée à perfectionner vostre ame comme à embellir vostre corps, lequel parfaittement accomply me fait imaginer par l’exterieur que ce qui est caché soubs ceste escorce & simple apparence est quelque chose de plus relevé par-dessus la perfection qui s’y remarque. Je vous en diroy davantage, mais je craindroy de vous ennuyer : c’est pourquoy je finiray avec une humble priere que je fais à la compagnie, d’avoir le recit de nostre Tragedie pour agreable, escoutez les Acteurs & vostre patience ne sera point trompée.41

17Ce discours se révèle à double tranchant : il fustige le sexe féminin en exploitant des clichés misogynes, puis prétend limiter cette condamnation, soi-disant réservée à l’héroïne de la « Tragedie » annoncée. Surtout, l’apostrophe permet de préserver les spectatrices présentes – ou peut-être seulement certaines spectatrices – de toute infamie, sans doute pour ménager leurs suffrages en faveur de la pièce à venir.

18L’hypothèse selon laquelle les prologues de Bruscambille étaient majoritairement destinés à introduire des farces invite peut-être à nuancer l’exclusion des femmes qui s’y dessine à une partie et non à toute la séance. En outre, l’ambivalence du farceur à l’égard du public féminin dans certains prologues me paraît importante à préserver, en particulier parce qu’elle soulève la difficulté à dégager ce qui serait une stratégie globale de Bruscambille. Elle met en lumière le fait que ces prologues, malgré l’effet système que produisent les recueils, étaient sans doute conçus pour des pièces et des occasions de représentation diversifiées. Il ne s’agit pourtant pas de tordre les opinions exprimées : l’ensemble de ses discours tend plutôt à privilégier un public masculin et les adresses aux femmes demeurent minoritaires, dans les versions imprimées du moins. Elles n’en jouent pas moins un rôle stratégique dans la dynamique de ces prologues, des discours qui se donnent à lire comme des amorces destinées à capter l’attention du public hétéroclite et à favoriser le plaisir de la représentation.

Adresses au féminin et plaisir de la comédie

  • 42 Ibid., p. 549.

19Au-delà de la question de la configuration du public, les adresses aux femmes paraissent surtout utiles au farceur pour installer un jeu de provocation et mettre en avant le plaisir consubstantiel à l’expérience comique dans laquelle ses monologues jouaient un rôle clé. La présence féminine sous-entendue par certaines apostrophes permettait ainsi à la fois de valoriser la question amoureuse, soit l’un des sujets principaux des spectacles, et de représenter la question du désir en corrélant activité érotique et activité dramatique. La présence récurrente d’un principe érotique dans les moments clés que constituent l’exorde et la péroraison des prologues du farceur souligne l’importance de cette thématique. Celle-ci apparaît d’ailleurs parfois aussi lorsque les adresses concernent les deux sexes, comme en introduction du discours « En faveur de la Comedie du Monde » : « Salut & joye, troupe entrelardée Masculini, & Femini[ni] generis, le feu de Cupidon puisse bien eschauffer les lardons Masculins, & les faire fondre & distiller dans les leschefrites Foeminines »42.

  • 43 Discours facetieux et tres-rescreatifs, pour oster des esprits d’un chacun, tout ennuy & inquietude (...)

20À plusieurs reprises, l’ambivalence de Bruscambille à l’égard de son auditoire féminin est augmentée par l’indécision de ses paroles quant à la nature de son action. Les premiers mots du « Prologue de Rien », édité dès 1609 au sein des Discours facecieux et tres rescreatifs43, illustrent le caractère équivoque de sa position :

  • 44 OC, p. 177.

Rien, rien, je ne le feray pas, je n’y suis pas tenu, bien que pour ce faire je sois fourny de fil & d’aiguille. Voulez-vous sçavoir, mes Dames, le subject de ma juste cholere ? c’est que mes confreres soustiennent par une infinité de beaux argumens, que je suis tenu de vous le faire, que ma qualité m’y oblige : bref qu’il faut que je vous le face : Et bien il n’y a remede, puisque vostre merite & mon devoir me solicitent de vous le faire pour la descharge de ma conscience je vous le feray donc. Que la sueur ne vous monte point sur le front, mes Dames, j’entends le prologue […].44

  • 45 Acte II, scène 5 dans L’École des femmes : Molière, Œuvres complètes, éd. dir. par Claude Bourqui e (...)

21Bruscambille réitère l’usage du pronom anaphorique « le » et exploite l’incertitude de son référent en ce début de discours afin d’accentuer l’effet de sous-entendu, comme ce sera le cas plus tard chez Molière avec la fameuse scène du « le » dans L’École des femmes45. L’adresse aux dames est dans ce cadre un artifice jugé efficace pour relever le potentiel grivois de l’allusion ainsi que pour attribuer et reprocher à ces dernières le fait d’avoir eu une pensée inconvenante. Plus largement, c’est à partir de cette apostrophe genrée, ou plutôt sexualisée, que peut être exprimée une analogie entre les plaisirs du jeu de l’amour et ceux du jeu théâtral, en l’occurrence plus particulièrement du prologue.

  • 46 Bruscambille, op. cit.

22Cette association entre création artistique et jouissance est plus clairement exprimée, même si cela se fait toujours sous couvert d’équivoques, dans le prologue « Des Allumettes » paru en 1613 au sein des Nouvelles et plaisantes imaginations46. Dans l’éloge paradoxal de ce petit accessoire, Bruscambille n’hésite pas mobiliser les capacités inflammables de son objet pour multiplier les insinuations licencieuses au cours de son développement. Il les accentue au moment de son salut qui constitue la pointe de son discours :

  • 47 OC, p. 412-413.

Aprenez mes dames, que toutes vos bonnes graces, beautez, & perfections, ne representent que des allumettes pour espandre la chandelle de l’homme, principal organe de vos contentemens, & laquelle vous sçavez esteindre avec une merveileuse dexterité de fesses qui vous obligent de conclure en faveur des Allumettes, & si d’avanture ma chandelle s’offroit bien ardante, la loger en la lenterne amoureuse de vos courtoisies, afin que la douceur de telle recompence m’aiguillonne à vous fabriquer quelques nouveautez extraordinaires, qui vous facent plus rire qu’un tas de pierres. Bon soir & bonne santé.47

  • 48 De nombreux textes plaisants développaient des accents grivois à partir de la forme de ce combustib (...)
  • 49 Hugh Roberts, « Catharsis comique et réception érotique chez Bruscambille », Corps et interprétatio (...)
  • 50 C’est notamment le cas lorsque des voix féminines font ponctuellement l’objet de paroles rapportées (...)
  • 51 Clotilde Thouret, Le Théâtre réinventé. Défenses de la scène dans l’Europe de la première modernité(...)
  • 52 Odet de Turnèbe, Les Contens. Comédie nouvelle en prose française, éd. Charles Mazouer, Paris, Cham (...)
  • 53 Voir respectivement OC, p. 426, p. 303 et p. 409.

23De façon séditieuse et par l’intermédiaire de la métaphore conventionnelle de la chandelle48, Bruscambille conditionne la promesse de son service et d’une nouvelle production à la condition d’un partage charnel avec la part féminine de l’assemblée. Dans cet extrait, ce n’est pas tant le désir du sexe opposé qu’il cherche à satisfaire que le sien propre. La présence des femmes est instrumentalisée pour servir la publication d’un plaisir qui relie étroitement acte sexuel et inventivité, la seconde se présentant comme la conséquence de la première. Bien que le contentement des femmes soit esquissé, les apostrophes induisant leur présence ne semblent pas tant envisagées dans la perspective d’une « réception érotique […] universelle »49 défendue par Hugh Roberts, que comme des artifices rhétoriques provocateurs, certes utiles à la promotion du spectacle, mais ramenant les femmes à leur infériorité ou à leur dépendance vis-à-vis des hommes, quand bien même le propos peut sembler ironique50. De nouveau, la question de la misogynie peut être réévaluée à la lumière de l’enjeu d’une « érotisation du rapport entre la salle et la scène »51 que la forme du prologue permet d’installer comme le démontre Clotilde Thouret à propos des Contens d’Odet de Turnèbe. L’invitation sexuelle que formule Bruscambille entre ainsi en écho avec la posture affichée bien plus tôt par un autre locuteur de prologue pour une comédie composée, sans doute vers 1580, par un juriste à destination d’un public lettré. À l’orée des Contens, l’acteur anonyme interpelle effectivement les spectatrices et présente, à l’issue de son prologue, l’acte charnel comme un aboutissement du plaisir suscité par le spectacle dramatique en les conviant à venir prolonger l’expérience en coulisse52. Ce type d’invitation entre également en écho avec d’autres formules de salutation contenues dans les prologues de Bruscambille. Celui-ci prie par exemple malicieusement son auditoire (et pas uniquement les femmes) de le rejoindre après la représentation pour bénéficier des produits miraculeux vantés dans le boniment « De la Mexique », il leur donne rendez-vous en son logis situé « ruë du monde, à l’enseigne de partout » à la fin du « Prologue de receptes » ou convie sous forme de bravade les spectateurs critiques à « venir [lui] visiter les parties de derriere »53 dans le discours « Des Galleux ». En rapprochant les conclusions de certains discours de Bruscambille avec le prologue des Contens, il ne s’agit pas de soutenir que le farceur s’est inspiré de l’invitation faite aux femmes de passer derrière la tapisserie à l’issue de la représentation contenue dans cette pièce, parue en 1584 de manière posthume. Ce parallèle permet néanmoins de souligner que l’expression d’une corrélation entre plaisirs corporels et plaisirs de la comédie était un motif servant de pointe possiblement repris au fil du temps pour constituer des trames de prologues comiques. Insérées dans ces dispositifs introductifs, les apostrophes aux spectatrices servaient visiblement à définir la comédie, à la caractériser comme une pratique agréable et comme une expérience physique.

24Si l’on tient compte de l’ensemble des prologues, une minorité seulement est adressée aux dames et il paraît difficile de soutenir que Bruscambille ait écrit, sinon joué, « pour elles ». Il ne faut pas pour autant lisser les propos tenus et gommer l’ambivalence du farceur qui tantôt loue, tantôt raille, son auditoire féminin. On serait bien en peine de déterminer clairement les rapports que le comédien Jean Gracieux entretenait avec ses spectatrices présumées puisque, d’une part, l’on possède peu d’information sur les lieux ou les conditions dans lesquels il a officié et que, d’autre part, les recueils parus sous le nom comique « Bruscambille » mettent en présence une grande variété de prologues, des monologues qui répondaient visiblement à des circonstances de création ou de représentation diverses, y compris en terme de public. Les discours liminaires de Bruscambille, qui participaient activement à programmer le déroulement du spectacle, soutiennent l’existence de spectatrices dans la France du début du XVIIe siècle, mais l’ambivalence de sa posture leur confère une place encore mal assurée et déterminée par un registre plaisant qui leur accordait rarement le beau rôle. Si les prologues du farceur semblent souvent aller à l’encontre des évolutions qui se profilent concernant l’importance des femmes au théâtre, toujours croissante au cours du siècle, ils travaillent du moins avec des composantes théâtrales, comiques et féminines qui ne cessent d’interférer et de s’associer, jusqu’à opérer une véritable alchimie que Molière saura pleinement exploiter.

Haut de page

Notes

1 Véronique Lochert, « Prologhi, préfaces, prólogos : des lieux de théorisation alternatifs dans le théâtre européen des XVIe et XVIIe siècles », Littératures classiques, 83, 2014, p. 17-34.

2 John Lough, Paris Theatre Audiences in the Seventeenth and Eighteenth Centuries, Londres, Oxford University Press, 1957, et plus spécifiquement le premier chapitre, « The Age of Alexandre Hardy », p. 7-44.

3 Pensons par exemple au recueil rassemblant Les Six premieres comedies facecieuses de Pierre de Larivey paru en 1579 dont chaque pièce comporte un prologue, inspiré d’une ou plusieurs sources italiennes, adressé aux dames à l’exception de celui des Jaloux qui interpelle les « Messieurs » (Pierre de Larivey, Théâtre complet, éd. Luigia Zilli, Paris, Classiques Garnier, t. I et II, 2011-2018).

4 Pour une bibliographie détaillée des œuvres de Bruscambille, voir l’édition suivante qui me sert de référence et à laquelle je renverrai à présent par l’abréviation OC : Bruscambille, Œuvres complètes, éd. Hugh Roberts et Annette Tomarken, Paris, Champion, 2012. Sur le phénomène éditorial que son œuvre a constitué, je renvoie à Flavie Kerautret : Le Phénomène « Bruscambille ». Édition, théâtre, actualité, thèse de doctorat réalisée sous la direction de Guillaume Peureux et soutenue à l’Université Paris Nanterre le 14 novembre 2020 (à paraître chez Classiques Garnier).

5 Sur plus d’une centaine de prologues attribués à Bruscambille, un seul dévoile le titre et évoque explicitement le contenu de la pièce qu’il aurait précédée. Il s’agit du prologue « Pour la tragédie de Phalante », publié pour la première fois dans Les Nouvelles et plaisantes imaginations de Bruscambille (Paris, François Huby, 1613). Il est sans doute destiné à la pièce de Jean Galaut parue en 1611 (Phalante, éd. Alan Howe, Exeter, University of Exeter Press, 1995).

6 J’écarte ainsi les prologues qui peignent des figures de spectatrices, souvent de manière caricaturale et dépréciative, mais qui ne sont pas directement interpellées par Bruscambille. Les femmes apparaissent en effet dans ces discours davantage comme des personnages, voire des silhouettes, plutôt que comme des destinatrices des propos tenus.

7 C’est le terme d’adresse qui revient le plus souvent dans les prologues de Bruscambille. On le retrouve dans pas moins d’une quarantaine de prologues différents. Il est concurrencé par des adresses globalisantes (« Fresche et deliberée assistance », OC, p. 139 ; « nobles esprits » p. 140, « bonnes gens » p. 562) ou d’autres qui qualifient plus spécifiquement l’assistance (« honorables faquins » p. 160 ; « Messieurs les studieux » p. 184 ; « Messieurs les Poltrons » p. 460).

8 À l’image de ce que traduit l’ouverture de la seconde partie du « Discours de l’Amour & de sa vérité » : « Messieurs les Poullailliers, Coquetiers, herbieres, harangeres, tripieres, vendeuzes de serises, & d’huitre à l’escaille, d’allumettes, d’œufs frais, marqueux, merciers, camelotiers, joueurs de passe-passe, & couppeurs de bources » (OC, p. 356).

9 Claire Sicard, « La Querelle des femmes en paroles et en actes dans Le Livre du Courtisan de Castiglione », Acta Iassyensia Comparationis, Alexandru Ioan Cuza University Press, 2006, p. 25-32. URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01567372/document (consulté le 13/07/22).

10 Voir Hugh Roberts, Guillaume Peureux et Lise Wajeman (dir.), Obscénités renaissantes, Genève, Droz, « Travaux d’Humanisme et Renaissance », 2011 (en particulier la partie III, « L’obscène comique »).

11 Ibid., p. 261.

12 Ibid., p. 174.

13 Ibid., p. 435.

14 Voir à ce propos Guillaume Peureux, La Muse satyrique (1600-1622), Genève, Droz, 2015.

15 OC, p. 328.

16 Antoine Furetière, Dictionnaire universel contenant generalement tous les mots françois, tant vieux que modernes […], La Haye, Arnout et Reinier Leers, 1690 : « FEMELLE. subst. fem. Le sexe qui conçoit & qui porte son fruit. L’animal qui engendre en soy s’appelle femelle, & celuy qui engendre en autry s’appelle le masle. Quand Dieu créa l’homme, il le crea masle & femelle. […] On dit en raillerie, qu’une femme rusée est une fine femelle, une fausse femelle. Hors de là on le dit peu des femmes ».

17 Sur la vogue de la littérature dite « facétieuse » en France, voir Alain Mercier, Le Tombeau de la mélancolie. Littérature et facétie sous Louis XIII. Avec une bibliographie critique des éditions facétieuses parues de 1610 à 1643, Paris, Champion, t. I et II, 2005.

18 À propos du registre élevé ou bas des plaisanteries de Bruscambille et son public supposé, voir Hugh Roberts et Annette Tomarken, « “Tant serieux que facecieux” : les prologues de Bruscambille et la littérature sério-comique », Études Épistémè, 37, 2020. URL : http://journals.openedition.org/episteme/6551 (consulté le 13/07/22).

19 Les Fantaisies de Bruscambille. Contenant plusieurs Discours, Paradoxes, Harangues, & Prologues facecieux. Faits par le Sieur des Lauriers, Comedien, Paris, Jean de Bordeaux/Jean Millot, 1612.

20 Jean Despautère, Contextus universa grammatices Despauteriana, Prima partis, Syntaxeos, Artis versificatoria, & Figurarum : cum suorum commentariorum Epitome quam fieri potuit brevissime concinnata per Iohannem Pellissonem Condriensem. Tertia editio, Paris, Robert Estienne, 1535. Françoise Waquet souligne l’importance de cette grammaire dans l’enseignement du latin sous l’Ancien Régime à l’échelle européenne : Le Latin ou l’Empire d’un signe, XVIe-XXe siècle, Paris, Albin Michel, 1998, p. 49.

21 Les deux premières parties du « Discours de l’amour & de sa vérité » sont tournées vers les « Messieurs » et paraissent supposer un public composé, au moins en partie, d’écoliers (adresse aux « scolares » dans la première section et aux « postes d’escole » dans la seconde). La troisième et dernière partie du discours interpelle à la fois les hommes et les dames (OC, p. 361-368).

22 Ibid., p. 361-362.

23 Peut-être s’agit-il du Dialogus Salomonis et Marcolfi qui contient cette sentence, comme le suggèrent les éditeurs des Œuvres complètes de Bruscambille (OC, note 7 p. 361) : Dialogus Salomoni et Marcolfi, éd. Jan M. Ziolkowski, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 2008, p. 94.

24 Discours sur l’Aparition et faits pretendus de l’effroyable Tasteur. Dedié à Mesdames les Poissonnieres, Harengeres, Fruitieres & autres, qui se levent du matin d’aupres de leurs maris. Par Angoulevent, Paris, Nicolas Martinant, 1613, p. 6-7.

25 Hélène Merlin-Kajman, Lire dans la gueule du loup. Essai sur une zone à défendre, la littérature, Paris, Gallimard, 2016, p. 100. Voir en particulier le chapitre « Gaietés traumatiques » (p. 87-112) pour un développement de cette conception « agressive » du rire où il est d’abord envisagé comme l’action de se moquer de en se plaçant du côté du rieur.

26 Le type de pièces introduites est rarement affiché avec clarté dans les prologues de Bruscambille mais lorsqu’ils comportent des indications, elles renvoient la plupart du temps à des représentations farcesques (dans dix cas, contre six cas pour des tragédies, un cas pour une comédie et un cas pour une pastorale).

27 Charles Sorel, « De la comédie », De la connaissance des bons livres, Paris, André Pralard, 1671, p. 239-240, à partir de l’édition en ligne réalisée par François Lecercle et Clotilde Thouret pour le projet Obvil (2018) : http://obvil.sorbonne-universite.site/corpus/haine-theatre/sorel_connaissance-bons-livres_1671 (consulté le 09/03/2020).

28 Tous deux parus en 1613 au sein du recueil suivant : Les Nouvelles et plaisantes imaginations de Bruscambille, en suitte de ses Fantaisies. A Monseigneur le Prince. Par le S. D. L. Champ., Paris, François Huby, 1613.

29 L’Apologie de la constance, ou fleau des inconstans. Contre une Harangue faicte en leur Defense. Avec les Reproches de quelques Amantes a leurs serviteurs infideles, Paris, Jean Gesselin, 1599. Comme l’indique les éditeurs des Œuvres complètes de Bruscambille, cet ouvrage anonyme est lui-même une réponse à un texte sur l’inconstance : Harangue faicte en la defense de l’Inconstance, Paris, Abel L’Angelier,1598.

30 On ne compte pas moins de cinq apostrophes les concernant exclusivement.

31 OC, p. 506 et 507.

32 Ibid., p. 507.

33 Ibid., p. 399.

34 Le prologue intitulé « Des Dames », qui paraît dans un ouvrage anonyme aux côtés d’autres prologues et à la suite d’un récit plaisant intitulé L’Asne ruant en 1621, suit également un schéma dialectique mais paraît plus clair dans son interprétation. Il présente d’abord des figures féminines condamnables avant de défendre ce sexe en arguant ses vertus et qualités ou en évoquant certaines personnalités modèles. À la différence du prologue de Bruscambille, ce discours se clôt sur une adresse aux dames concernées : « Ce sont vos perfections, Mesdames, qui animent nos courages, qui nous rendent invincibles, & qui gravent les plus rares vertus dedans nos ames, qui ne se plaignent jamais de vous, sinon quand trop restives vous exercez sur leur fidelité les loix de vos rigueurs » (L’Asne ruant. Composé par le disciple de Philostrat. Ensemble six prologues comiques du mesme autheur, Paris, Fleury Bourriquant, 1620, p. 54).

35 Je rejoins en cela les éléments de présentation proposés pour ce texte dans les Œuvres complètes du farceur par Hugh Roberts et Annette Tomarken qui soulignent que les références aux histoires de Clytemnestre, Ariane, Lucrèce ou encore aux Amazones ou aux Sabines appartenaient à un fonds commun, véhiculé par des auteurs canoniques tels qu’Ovide, Hésiode, Tacite, Plutarque (OC, p. 399-402). À propos de la circulation et des usages de ces lieux communs, voir Ann Moss, Les Recueils de lieux communs. Apprendre à penser à la Renaissance, trad. Patricia Eichel-Lojkine, éd. Monique Lojkine-Morelec et Louis-Georges Tin, Genève, Droz, 2002.

36 OC, p. 397.

37 Ibid., p. 405.

38 À ce propos, on pourra utilement se reporter au projet « Revisiter la Querelle des femmes » porté par la SIEFAR (Société Internationale pour l’Étude des Femmes de l’Ancien Régime) qui rend accessible une bibliographie critique ainsi qu’un corpus de textes : http://siefar.org/revisiter-la-querelle-des-femmes/ (consulté le 15/06/2021).

39 OC, p. 514.

40 Ibid.

41 Ibid., p. 515.

42 Ibid., p. 549.

43 Discours facetieux et tres-rescreatifs, pour oster des esprits d’un chacun, tout ennuy & inquietude. Augmenté de plusieurs prologues drolatiques non encore veuz, Paris, Jean Millot, 1609.

44 OC, p. 177.

45 Acte II, scène 5 dans L’École des femmes : Molière, Œuvres complètes, éd. dir. par Claude Bourqui et Georges Forestier, Paris, Gallimard, 2010, t. I, p. 422-432.

46 Bruscambille, op. cit.

47 OC, p. 412-413.

48 De nombreux textes plaisants développaient des accents grivois à partir de la forme de ce combustible, notamment dans le corpus farcesque. Voir par exemple dans le Recueil de Florence une farce comme celle des Queues troussées (n° VI) qui met en scène un mari lanternier aux côtés d’un savetier, ou les allusions érotiques développées autour des chandelles dans la farce des Femmes qui font accroire à leurs maris de vessies que sont lanternes (n° XV) ou dans celle du Pasté (n° XIX) : Le Recueil de Florence. 53 farces imprimées à Paris vers 1515, éd. Jelle Koopmans, Orléans, Paradigme, 2011.

49 Hugh Roberts, « Catharsis comique et réception érotique chez Bruscambille », Corps et interprétation (XVIᵉ-XVIIIᵉ siècles), dir. Clotilde Thouret et Lise Wajeman, Amsterdam/New-York, Rodopi, 2012, p. 253-267, p. 260.

50 C’est notamment le cas lorsque des voix féminines font ponctuellement l’objet de paroles rapportées. Le farceur cite par exemple les injures d’une « harangère » (OC, p. 210), le dicton d’une « bonne vieille femme » (p. 323) ou encore les équivoques sexuelles soi-disant tenues par « Margot l’Esveillée, en son livre de la Basse dance » (p. 405).

51 Clotilde Thouret, Le Théâtre réinventé. Défenses de la scène dans l’Europe de la première modernité, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, p. 211.

52 Odet de Turnèbe, Les Contens. Comédie nouvelle en prose française, éd. Charles Mazouer, Paris, Champion, 2020, p. 70-71 : « Asseurez-vous, Mesdames, qu’il n’y a pas un de nostre bande qui ne se sentist trop heureux d’avoir le moyen de vous faire entendre clairement l’argument de la comedie et, par maniere de dire, vous le mettre dans la main. […] Que si après les avoir ouïs, il vous reste encores quelque scrupule, et que vous ayez desir qu’on vous le fasse plus privement entendre, s’il vous plaist, aussitost que la comedie sera parachevée, venir derriere cette tapisserie en communiquer avec eux, je m’asseure tant de leur gentillesse et courtoisie, qu’ilz en prendront bien la peine, et besongneront en sorte que tou[s] les doutes et difficultez que vous leur pourrez faire vous seront sur le champ resolues, se sentans bienheureux d’employer tous les nerfs et les forces de leur engin et esprit à celle fin que vous demeuriez satisfaites et contentes ».

53 Voir respectivement OC, p. 426, p. 303 et p. 409.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Flavie Kerautret, « « Ce discours n’est pas pour votre regard, mes Dames ». Les adresses au féminin dans les prologues de Bruscambille »Études Épistémè [En ligne], 42 | 2022, mis en ligne le 15 décembre 2022, consulté le 28 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/episteme/15568 ; DOI : https://doi.org/10.4000/episteme.15568

Haut de page

Auteur

Flavie Kerautret

Flavie Kerautret est docteure en littérature française, professeure agrégée de lettres modernes au lycée Gustave Eiffel (93) et chercheuse associée au CSLF (Centre des Sciences des Littératures en langue française) de l’Université Paris Nanterre. Elle a soutenu en novembre 2020 à l’Université Paris Nanterre une thèse intitulée Le Phénomène «Bruscambille». Édition, théâtre, actualité, qui est à paraître chez Classiques Garnier. À partir de ce travail, ses recherches concernent principalement les prologues, les comédiens-auteurs du XVIIe siècle français et les pratiques d’écriture plaisante (dramatiques ou non) à cette période. Dans cette perspective, son travail s’intéresse notamment aux diverses productions liées au Pont-Neuf.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search