Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42Genre et genresCorneille, 1663 : une Sophonisbe ...

Genre et genres

Corneille, 1663 : une Sophonisbe « pour les dames1 »

Corneille, 1663: A Woman-friendly Sophonisbe
Claude Bourqui

Résumés

Dans sa version de la Sophonisbe qu’il donne quelques mois après la création de L’École des femmes de Molière et du Manlius de Mlle Desjardins, Corneille, en suivant l’exemple de ses rivaux dramaturges, reconfigure complètement le sujet de Tite-Live, en sorte de satisfaire les aspirations du public féminin. Ces diverses modifications, qui tiennent à la structure de l’intrigue, à la caractérisation des personnages, à l’insertion de discours de psychologie amoureuse, à l’imitation de situations de la vie courante, constituent une audace dramaturgique qui révèle à quel point le Corneille des années 1660 est en prise sur l’évolution de la vie théâtrale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article reprend, complète et reformule les éléments principaux d’une communication présentée en (...)
  • 2 Selon l’expression popularisée par le titre de la thèse de G. Couton (1949).

1Le Corneille des années 1660, le Corneille de la « vieillesse de Corneille2 », doit-il être compté parmi les auteurs qui accordent une attention particulière au point de vue des « spectatrices », voire qui construisent leur succès sur la séduction opérée auprès de ce public ? La question mérite d’être soulevée, ne serait-ce qu’en vertu de l’environnement dans lequel sont créées les pièces qui s’enchaînent à la suite de l’Œdipe de 1659. Les tragédies et tragi-comédies qui marquent la scène parisienne au début de la décennie (la Camma de Thomas Corneille, la Policrite de Boyer, le Manlius de Mlle Desjardins) révèlent un infléchissement net, dans la configuration de leurs intrigues ainsi que dans le contenu de leurs « scènes à faire », vers la mise en valeur d’une vision du monde plus spécifiquement féminine. Mais surtout cette question trouve sa pleine légitimité à l’examen des créations de Pierre Corneille lui-même, et tout particulièrement la Sophonisbe de 1663.

2Certes, la thèse d’un Corneille délibérément « gynophile » ne s’impose pas naturellement, d’abord parce qu’elle s’accorde mal avec les idées courantes sur le « Sophocle français » – et en particulier sur l’évolution de sa production au cours des années 1660. Le concept de « vieillesse de Corneille », qui a longtemps servi à caractériser cette période, est encore largement dominant dans la représentation commune, ce qui n’invite guère à reconnaître un dramaturge parfaitement en phase avec l’évolution de la vie théâtrale, innovant, et capable de se renouveler de pièce en pièce. Pourtant, sans entrer dans ce débat oiseux, il suffit de constater que Corneille est le seul avec Molière à prendre l’initiative de transposer au théâtre le vers irrégulier qui fait fureur dans les recueils mondains de poésie, pour battre en brèche cette idée d’un dramaturge se survivant tant bien que mal à lui-même et dépassé par les nouvelles orientations que prend la création théâtrale.

  • 3 Les considérations de Saint-Évremond (qui, exilé depuis 1661, ne connaissait la pièce que dans sa v (...)

3À cela s’ajoute le fait que la Sophonisbe de Corneille est une pièce particulièrement mal comprise, finalement très peu étudiée, qu’on a trop vite repliée sur la rivalité avec Mairet, lequel avait laissé une version célèbre du même sujet, encore jouée à l’époque de Corneille3. On n’a pas fait crédit à celui qui en 1660 n’est plus seulement l’auteur du Cid, du potentiel qu’il pouvait reconnaître et exploiter dans ce sujet, par-delà son ancien antagonisme avec son congénère.

  • 4 Les Nouvelles Nouvelles (éd. Cl. Bourqui et Ch. Schuwey, http://nouvellesnouvelles.yale.edu/), t. I (...)

4Sur la base de ces éléments, il semble tout à fait pertinent d’envisager Sophonisbe sous l’angle qui définit ce volume, d’autant que la pièce est créée à un moment où les considérations de « genre » connaissent une faveur spectaculaire au sein du microcosme des élites parisiennes. La fin des années 1650 et le début des années 1660 sont en effet marqués par d’intenses débats sur les rapports entre les sexes (contestation de la sujétion féminine, remise en cause de l’institution du mariage, aspiration à l’égalité dans la relation sexuelle), dont la manifestation la plus frappante est la vogue du sujet humoristique de la préciosité. Molière et sa troupe construisent leur succès en exploitant le filon des questions de genre. Il n’est pas invraisemblable dès lors que Corneille lui aussi ait jugé pertinent de proposer, dans sa nouvelle tragédie, un traitement à sa manière des questions qui agitaient la société mondaine et de miser ainsi sur la réception favorable que cela allait entraîner auprès de la frange féminine de son public. L’année même de la création de Sophonisbe, Donneau de Visé, observateur attentif de la vie culturelle du royaume, mettait en évidence, au tome III de ses Nouvelles Nouvelles, la puissance du levier que constituent les spectatrices au théâtre : « Si l’on n’a leur approbation, on a beau travailler et se donner de la peine, on ne réussira jamais4 ».

  • 5 Voir la liste de ces versions dans C. Thouret, « Les épreuves de la fidélité. La trahison dans les (...)
  • 6 Pensons, pour ce qui concerne les créations récentes, à Héraclius (1647), Nicomède (1651), Perthari (...)

5Comment cette orientation se traduit-elle dans la pièce de Corneille ? En premier lieu, il convient d’examiner le choix du sujet lui-même. Pourquoi Corneille a-t-il jeté son dévolu sur l’histoire de la reine carthaginoise, qui avait déjà été adaptée à la scène à de nombreuses reprises en Europe et en France5, alors que lui-même a pour habitude de se singulariser par la recherche d’épisodes délaissés de l’histoire6 ? Qu’est-ce qui pouvait intéresser l’auteur du récent Sertorius dans les malheurs de Sophonisbe, tels que les relatait Tite-Live (XXIX-XXX), si on laisse de côté l’hypothèse un peu courte de la rivalité avec Mairet ?

6Bien évidemment, le sujet se rendait remarquable par la nature de son héroïne : cette reine de Carthage qui s’empoisonnait pour ne pas subir l’opprobre de la défaite face aux Romains, avides de l’exhiber en triomphe – autrement dit, un de ces personnages de femme forte, conforme à la tradition qui avait marqué la scène européenne depuis la fin de la Renaissance. Mais, à y regarder de plus près, cette femme forte révélait, à l’aune des intérêts de Corneille en ce début des années 1660, un potentiel bien plus prometteur que les Sémiramis, Lucrèce et autres Cléopâtre. Son destin, après tout, était emblématique des vicissitudes qu’avaient vécues ou auxquelles étaient exposées plus d’une spectatrice dans la salle : comme ses congénères de 1662, Sophonisbe n’était au fond rien d’autre qu’une femme qui avait subi un mariage contraint, en étouffant un amour que sa situation n’avait pas permis de concrétiser, et qui s’en était accommodée au nom d’une raison plus forte que son épanouissement amoureux personnel.

7Cela dit, Corneille ne pouvait pas ne pas s’apercevoir de certaines faiblesses du sujet : cette histoire de reine carthaginoise, ennemie viscérale des Romains qui, à la suite d’une défaite militaire, tombe aux mains de Massinisse, allié de Rome, lequel, après l’avoir épousée dans l’urgence, finit toutefois par la livrer, n’offrait rien a priori qui pouvait répondre aux exigences de la dramaturgie telle qu’on la pratiquait en 1660. A fortiori si l’on prenait en compte l’issue rapportée par Tite-Livre, selon laquelle Massinisse fournissait lui-même à Sophonisbe le poison qui lui permettait de mettre fin à ses jours et d’échapper à l’ignominie.

8La première des faiblesses de ce sujet résidait dans l’enchaînement des causes qui amènent l’héroïne à l’issue fatale. Celle-ci, en effet, ne résulte pas directement des décisions et des actions de Sophonisbe. La reine n’a pas commis de faute qui a entraîné la catastrophe. Elle a accepté le mariage avec Massinisse comme une solution convenable à tous points de vue : elle-même aimait le vainqueur et, par cette union, elle adoptait une solution lui permettant de conserver son honneur. De ce point de vue, Sophonisbe est une piètre héroïne aristotélicienne : elle ne correspond pas au cas de figure du héros médiocre, qui commet une faute, laquelle entraîne un renversement du bonheur au malheur, conformément à ce que prescrit le chapitre XIII de la Poétique. Quel sentiment peut inspirer le destin d’une femme précipitée dans une issue fatale, alors qu’on ne peut lui imputer aucune faute qui ait occasionné cette catastrophe ? Un tel personnage n’inspire ni la terreur ni la pitié, dit Aristote. Pour Corneille, qui fait siens certains des préceptes de La Poétique, non par vénération de l’autorité antique, mais parce qu’ils décrivent selon lui le fonctionnement réel de la relation théâtrale, ce défaut est rédhibitoire.

9Mais surtout, c’était la représentation du sexe féminin qui posait problème. Sophonisbe apparaît comme privée de la maîtrise de son destin : ce sont les autorités romaines et Massinisse qui déterminent son sort. Même la décision de son suicide, acte de liberté suprême, est prise à l’incitation d’autrui. Femme victime, à la merci d’un pouvoir supérieur, tantôt persécutée, tantôt sacrifiée : c’est bien le modèle de l’héroïne de tragédie conventionnelle tel qu’il s’est mis en place à la Renaissance. La femme n’y brille que par sa fermeté d’âme, sa « constance » pour reprendre le terme prisé des contemporains, autrement dit par sa capacité de supporter patiemment l’adversité.

10On comprend dès lors que Sophonisbe, aux yeux des spectateurs de Corneille, apparaisse véritablement comme une héroïne d’un autre temps et que le sujet qu’avait exploité Mairet représente une sorte de repoussoir absolu. Et c’est sans doute à ce titre qu’il intéresse Corneille. Proposer une Sophonisbe moderne, une Sophonisbe répondant aux exigences d’un public acquis aux valeurs féminines, une Sophonisbe pour les dames, une femme forte pour les temps nouveaux, constituerait un véritable exploit, mâtiné d’ironie suprême. Et Corneille est coutumier et friand de ce genre d’exploits.

  • 7 Rappelons que par ce terme on entend le type de pièces en vogue dans les années 1650-1670, qui mett (...)
  • 8 Voir, par exemple, v. 63-66, 125-126, 131-134, 507-510, ainsi que les v. 751-754 (sur la jalousie).

11Comment Corneille procède-t-il ? comment transforme-t-il la donnée de Tite-Live pour atteindre cet objectif ? Passons rapidement sur les caractéristiques propres à la tragédie galante7, lesquelles, en tant qu’elles traduisent l’orientation générale de la production dramatique, sont observables dans la plupart des pièces contemporaines de Sophonisbe, y compris dans celles qui appartiennent au genre comique. On ne sera pas surpris dès lors de retrouver, dans la Sophonisbe de 1663, d’amples considérations de psychologie amoureuse glissées au sein des échanges entre les personnages et qui aboutissent souvent à des maximes d’amour8, passage obligé du déroulement d’une représentation scénique au début des années 1660 : on se rend au théâtre pour partager collectivement, par-delà les différences de genre, un savoir sur les comportements amoureux et sur ce qu’ils disent de l’être humain.

  • 9 V. 431-452. Le public revit cette situation au travers des yeux d’Eryxe, qui prend conscience qu’el (...)

12Notons au passage qu’en matière de partage du savoir amoureux, Corneille s’aventure sur des terrains guère explorés par ses concurrents. Il n’hésite pas à représenter, dans certaines scènes de sa tragédie, des situations de vie amoureuse analogues à celles que révèle l’expérience commune, au risque parfois de la trivialité : on assiste à d’authentiques scènes de dispute (la scène III, 2, par exemple, mettant en présence Eryxe et Massinisse, où s’entremêlent tentatives de manipulation, déclarations de mauvaise foi, et surtout reproches – au point qu’on pourrait s’amuser à la traduire dans le langage des séries télévisées : « tu aurais pu au moins me le dire franchement … » « de toute façon tu ne m’as jamais aimée, c’était le trône qui t’intéressait… » « tu oublies tout ce que j’ai fait pour toi… »). Autre situation de vie courante exploitée par Corneille : l’entrevue amoureuse débouchant sur un constat de déception, développée à la scène II, 1 au travers du récit de la femme désabusée9.

  • 10 Œdipe, « Au lecteur », Œuvres complètes, éd. cit., t. III, p. 18-19.

13Tout cela répond aux attentes du public de 1660 à l’égard d’une pièce de théâtre, genre pour lequel le premier critère de réussite est d’accorder une place centrale et valorisante au sentiment amoureux. Dans le cas de la Sophonisbe de Corneille, toutefois, les choses se jouent plus profondément au niveau de la construction du sujet, dans la reconfiguration du matériau que livre le récit historique. Un constat qui finalement n’est pas vraiment surprenant de la part du dramaturge qui, quatre ans plus tôt, dans la version qu’il avait proposée d’Œdipe, n’avait pas hésité à transformer profondément le récit mythologique en sorte de le rendre compatible avec le goût de « nos dames, qui composent la plus belle partie de notre auditoire10 ».

  • 11 V, 1, v. 1526.

14La première des modifications essentielles concerne le dénouement. La Sophonisbe de Corneille s’empoisonne, comme le veut la donnée historique, mais – différence capitale –, elle ne le fait pas à l’invitation ou avec l’aide de Massinisse. Pourtant ce dernier lui en fait bel et bien la proposition en lui envoyant un messager porteur du poison, conformément à ce que relate Tite-Live. Mais Sophonisbe renvoie l’émissaire en l’accompagnant d’un message de refus. Elle ne renonce pas pour autant à mettre fin à ses jours, mais elle le fait au moyen de son propre poison. Corneille a ainsi subtilement exploité les interstices de l’histoire : la démarche de Massinisse est bel et bien effectuée et elle aboutit à la mort de l’héroïne, conformément à ce qu’exige la donnée de la source livienne. Seules les circonstances précises de l’empoisonnement sont modifiées. Pour l’essentiel, la vérité historique est respectée. La signification du dénouement et, par conséquent, de l’ensemble de la destinée de la reine carthaginoise est néanmoins profondément modifiée : ce n’est plus l’histoire d’une femme sacrifiée, victime de son impuissance ; c’est l’histoire d’une femme qui choisit, selon son bon vouloir, de se suicider plutôt que de subir l’opprobre – en quelque sorte, une variante de Lucrèce. Et par conséquent, c’est l’histoire d’une femme libre, qui a disposé de sa vie et de son corps sans intervention masculine. « Sur moi, quoi qu’il en soit, je me rends absolue11 », affirme-t-elle le plus clairement du monde avant de prendre la décision fatale.

  • 12 Sophonisbe dénonce cette faiblesse dès la fin de la première scène « : « je le conjure, en cet illu (...)

15Mais le problème principal que pose le sujet n’était pas résolu pour autant. Sophonisbe n’avait toujours aucune responsabilité dans la succession des causes qui l’amènent au suicide. Et en premier lieu dans la défaite militaire qui entraîne la captivité de Syphax, ainsi que la sienne, autrement dit dans l’événement qui se trouve à l’origine de l’enchaînement fatal. Corneille apporte dès lors une seconde modification. Il ajoute un épisode qu’autorise l’indétermination des données historiques. Sa pièce débute par une trêve sur le champ de bataille qui oppose Romains et alliés des Carthaginois. Une proposition de paix est formulée. Syphax vient la soumettre à Sophonisbe. Celle-ci refuse, considérant qu’il s’agit d’une solution honteuse, et renvoie son mari au combat. La reine non seulement se révèle à cette occasion comme une « femme forte », intransigeante et fidèle à Carthage (alors que son époux s’avère beaucoup plus conciliant, prêt à hypothéquer sa « gloire » pour une solution accommodante12), mais surtout cette décision, en relançant la bataille qui aboutit à une défaite, entraîne la captivité et ses conséquences : la perspective d’être traînée en triomphe à Rome et le suicide qui en résulte. Sophonisbe, en invitant son mari à poursuivre les hostilités, a ainsi commis la faute qui fait d’elle un personnage aristotélicien.

  • 13 La Princesse de Montpensier de Mme de La Fayette paraît en 1662.

16Sur quoi se fonde cette décision fatale ? On pourrait imaginer qu’elle résulte d’une forme d’ubris : l’excès de vertu guerrière, l’obsession patriotique, le goût immodéré de la « gloire », entraînent le personnage dans des décisions fatales, sur le modèle de la tragédie d’Horace, créée vingt ans plus tôt, mais encore présente dans toutes les mémoires. Ce n’est pas ainsi que l’entend le Corneille des années 1660. La question de la fidélité aux idéaux, de l’éthique nobiliaire, ne se pose plus dans les mêmes termes que sous Richelieu. Et disons-le clairement, elle ne touche pas les dames. En revanche, l’erreur amoureuse est un sujet qui passionne les contemporains. La nouvelle dite « historique et galante », qui connaît son essor précisément au début des années 166013, regorge d’exemples de femmes qui connaissent des destins funestes parce qu’elles n’ont pas su conserver la maîtrise de leurs sentiments amoureux.

  • 14 I, 2, v. 81.

17C’est bien cette voie que choisit Corneille. Il introduit dans l’histoire de Sophonisbe un nouveau personnage féminin dénommé Eryxe, reine d’un royaume allié aux Romains et captive de Syphax. Cette Eryxe a été promise en mariage à Massinisse, à la place de Sophonisbe. La paix aura donc pour conséquence, en permettant la libération de la captive, de lever l’obstacle au mariage prévu. Eryxe est dès lors une rivale directe de Sophonisbe (qui en éprouve ce qu’elle appelle un « chagrin secret14 ») et c’est dès lors bassement par jalousie que celle-ci fait obstacle à la cessation des combats.

  • 15 V, 1, v. 1546. Voir également II, 5, v. 711-714.
  • 16 Mettre en parallèle, par exemple, les v. 107sq de Sophonisbe et les v. 87-116 (sc. I, 2) des Femmes (...)

18Sophonisbe a donc bien fauté, mais sur le plan amoureux. Prise dans les affres de la rivalité, elle n’a pas su maîtriser sa passion. Elle l’avoue elle-même en admettant avoir succombé à « la folle ardeur de braver ma rivale15 ». Elle reconnaît même s’être comportée exactement comme ces personnages imaginaires que la littérature humoristique stigmatise sous le nom de « précieuses » : ayant refusé Massinisse au nom de la fidélité à sa patrie, elle n’en a pas moins tout mis en œuvre pour conserver le contrôle de la vie sentimentale de son soupirant. C’est exactement la même attitude que celle qu’adoptera Armande dans Les Femmes savantes de Molière quelques années plus tard16.

  • 17 Sc. I, 4.
  • 18 « Mon amour voudrait plus ; mais je règne sur lui », s’exclame-t-elle à la sc. IV, 5 (v. 1455). Cor (...)

19Au total donc Corneille nous présente une héroïne non dépourvue de pouvoir dans le conflit qui oppose Rome à Carthage (elle parvient à convaincre Syphax de retourner au combat17), mais qui, tout en prétendant exercer un puissant contrôle sur ses sentiments18, se révèle, comme toute femme, sujette au péril de l’amour et y succombe, prise au piège de la jalousie. Et comme pour toute femme, les conséquences sont terribles. Mais l’héroïne de Corneille les assume : elle ne recule pas devant le suicide, mais le transforme en un geste parfaitement libre.

  • 19 Ce constat est présenté comme largement partagé dans les Nouvelles Nouvelles : « tout le monde s’ét (...)

20Cette rapide description permet de discerner combien cette Sophonisbe nouvelle s’accordait harmonieusement aux aspirations féminines de 166019. D’autant que le texte de la pièce soulignait à plusieurs reprises que la reine carthaginoise menait un combat sans concession pour conserver le contrôle absolu de sa personne et qu’elle avait dû sacrifier son amour pour Massinisse au profit d’une valeur supérieure, qu’elle appelait « la gloire », mais qui présentait les mêmes caractéristiques que la « réputation », obstacle principal à l’épanouissement amoureux de nombreuses femmes du public.

  • 20 Sc. III, 2.
  • 21 « Et faut-il à genoux vous parler comme aux dieux ? », IV, 3, v. 1332.
  • 22 IV, 3, v. 1361-1362. D’autres scènes de la pièce soulignent également les faiblesses de Massinisse, (...)
  • 23 IV, 5, v. 1419 sqq. Sophonisbe doit le rappeler à l’ordre : « Le trouble de vos sens, dont vous n’ê (...)

21Deux autres éléments accentuaient encore cette affinité avec les goûts et les valeurs des « dames ». Le premier résultait logiquement de l’indépendance que le développement de l’intrigue accordait aux choix de Sophonisbe. Si la reine décide elle-même de se suicider, qu’advient-il de la démarche de Massinisse qui l’invitait à commettre cet acte irréparable ? Force est d’admettre que l’époux est forcément désolidarisé de la décision finale et que la proposition qu’il formule apparaît moins que jamais comme une issue honorable. En quelque sorte, si Sophonisbe est héroïque toute seule, en toute indépendance, c’est forcément que Massinisse ne l’est pas. L’histoire traditionnelle lui accordait déjà un rôle délicat, par le fait qu’il ne se suicidait pas lui aussi à son tour. Mais le voilà instigateur d’une solution qui, lui étant refusée, éclaire son action sous un jour totalement défavorable. Massinisse, mis ainsi en échec, apparaît crûment comme un lâche. D’autres scènes de la pièce chargent le tableau. Confronté à Eryxe après l’avoir abandonnée pour Sophonisbe, il se tire d’affaire par des reproches éhontés et maladroits20. Face au refus romain de valider son mariage avec Sophonisbe, il s’emporte, il supplie21, se prétend victime de l’amour. « Vous parlez tant d’amour, qu’il faut que je confesse / Que j’ai honte pour vous de voir tant de faiblesse », lui rétorque Lelius22. Dès le moment où il prend conscience de la fermeté de l’opposition romaine, il perd ses moyens et se répand en propos confus23. Sophonisbe ne se prive pas d’exprimer sa profonde déception sur la vertu de cet homme à qui elle avait accordé son amour. C’est ainsi qu’elle le dépeint à Eryxe lors de leur dernière entrevue :

  • 24 V, 4, v. 1661-1666.

Je vous l’ai pris vaillant, généreux, plein d’honneur,
Et je vous le rends lâche, ingrat, empoisonneur ;
Je l’ai pris magnanime, et vous le rends perfide ;
Je vous le rends sans cœur, et l’ai pris intrépide ;
Je l’ai pris le plus grand des princes africains,
Et le rends, pour tout dire, esclave des Romains.24

  • 25 Il en vient même à faire amende honorable auprès de ses vainqueurs en s’accusant d’infidélité (sc. (...)
  • 26 Sophonisbe tente en vain de lui ouvrir les yeux à la sc. I, 4. Sous cet angle, il est l’exact oppos (...)
  • 27 Sophonisbe le convainc aisément de retourner au combat alors qu’il était venu lui proposer la paix, (...)
  • 28 Il se laisse aller à des pleurnicheries, qui suscitent le dédain de Lelius (III, 5-6), ou énonce de (...)

22Cette déficience masculine se révèle également à l’observation du comportement de Syphax : dépourvu d’une ligne de conduite à l’égard de la puissance romaine25, naïf au point d’être dupe de la paix que lui proposent les ennemis26, versatile et manipulable27, il n’exerce en outre aucun contrôle sur ses sentiments amoureux28. Sa « mollesse » l’amène à se soumettre sans conditions à la femme aimée :

  • 29 IV, 2, v. 1189-1192.

Mais dès que Sophonisbe avec son hyménée
S’empara de mon âme et de ma destinée,
Je suivis de ses yeux le pouvoir absolu,
Et n’ai voulu depuis que ce qu’elle a voulu.29

23Au point de se laisser dicter son comportement :

  • 30 IV, 2, v. 1201-1204.

Sophonisbe par là devint ma souveraine,
Régla mes amitiés, disposa de ma haine,
M’anima de sa rage, et versa dans mon sein
De toutes ses fureurs l’implacable dessein.30

  • 31 « Il dit […] quantité d’autres choses qui seraient meilleures dans une pièce comique que dans une t (...)

24Sa défaite militaire le met dans la position d’un mari qui doit céder sa femme à un autre, autrement dit d’un cocu (rappelons la faveur que connaît ce motif à la même époque, en particulier dans le théâtre de Molière). Et c’est bien en vulgaire cornard qu’il se comporte : il proteste en invoquant la sainteté du mariage, ainsi que les valeurs conjugales (exactement comme cet autre illustre cocu qu’est l’Arnolphe de L’École des femmes), il se livre à un esclandre devant Lelius et quitte la scène en déclarant vouloir se venger de Sophonisbe31.

  • 32 III, 6, v. 1052.
  • 33 Ibid., v. 1050.
  • 34 Seconde partie, Livre III [1655], éd. Ch. Morlet-Chantalat, Paris, Champion, 2002, p. 469-470. Cett (...)
  • 35 II, 6, v. 1062.
  • 36 III, 6, v. 1093.
  • 37 III, 6, v. 1112.

25Celle-ci dès lors n’hésite pas à se débarrasser de son mari déficient. Elle signifie brutalement à Syphax, dégradé au rang d’un prisonnier, la terrible vérité (« […] étant dans les fers, vous ne m’êtes plus rien32 ») et lui assène que, n’ayant pas été capable de se suicider à la suite de la défaite, il n’est plus digne d’être son époux. Étant donné que « l’hymen se rompt par l’esclavage33 », elle est libre de sa personne et peut épouser Massinisse. Soyons clair : c’est un authentique divorce qu’elle réclame ici, à la face d’un public qui considère avec sympathie, ainsi qu’en témoigne la récente Clélie des Scudéry, l’idée « moderne » selon laquelle, lorsque son mari n’est pas à la hauteur, une femme a droit à la séparation34. À Syphax qui invoque « la foi conjugale35 », elle répond avec une ironie cinglante qu’elle le suit en bonne épouse : il a choisi de rester en vie, par conséquent elle aussi – mais cela implique de vivre sa vie : « si je vis encor, ce n’est pas pour vous suivre36 ». Elle termine en l’éconduisant : « Réglez-vous là-dessus, sans vous plaindre de rien37 ».

  • 38 Ed. cit., p. 385.
  • 39 Elle révèle sa doctrine à ce sujet aux v. 502 sqq. Herminie, suivante de Sophonisbe, le constate mê (...)
  • 40 Elle invite Massinisse à tenir sa promesse de s’opposer à ce que Sophonisbe soit traînée en triomph (...)
  • 41 « Je tiens tout fort douteux tant qu’il dépend des hommes », II, 2, v. 548.

26Aux héros masculins, incapables de satisfaire aux exigences de la « gloire », s’oppose donc crûment le courage de Sophonisbe, mais aussi celui d’Eryxe. Car, dans le système des personnages de la pièce, la rivale de la reine n’a pas seulement pour fonction d’amener celle-ci à certaines décisions erronées (« un aiguillon à Sophonisbe pour précipiter son mariage », ainsi que la qualifie Corneille dans sa préface38). Elle joue aussi le rôle d’une homologue confrontée à des problèmes en grande partie similaires. Eryxe en effet doit faire face également à l’adversité sur le plan politique (elle aussi est captive), ainsi que sur le plan amoureux (elle aussi a une rivale auprès de Massinisse). L’attitude qu’elle adopte en ces circonstances se pose en alternative à celle de Sophonisbe. Elle éprouve certes de la jalousie, mais elle parvient à la conserver sous contrôle et à la dissimuler39. Ce sentiment, du reste, ne l’empêche pas d’adopter un comportement magnanime à l’égard de sa rivale40. Face aux coups du sort, elle adopte une attitude mesurée, assimilable à une position sceptique41, fort prisée à cette époque-là auprès des élites du royaume : ne pas se précipiter dans des conclusions et des décisions hâtives, ne pas révéler ses intentions secrètes et attendre de voir comment les choses évoluent.

27Surtout elle représente un modèle de comportement féminin idéal, en établissant une distinction ferme entre la fonction politique et sa vie personnelle de femme. Elle affirme à Lelius l’autonomie des deux domaines :

  • 42 IV, 6, v. 1741-1746.

Disposez de mon sceptre, il est entre vos mains :
Je veux bien le porter au gré de vos Romains.
Je suis femme ; et mon sexe accablé d’impuissance
Ne reçoit point d’affront par cette dépendance ;
Mais je n’aurai jamais à rougir d’un époux
Qu’on voie ainsi que moi ne régner que sous vous.42

  • 43 Sc. II, 2, v. 553-559. Son comportement déconcerte de Visé, qui le juge insatisfaisant du point de (...)

28Autrement dit, elle veut bien accepter les limitations du pouvoir qu’on accorde à son sexe sur le plan politique, ce n’est pas une humiliation pour elle. En revanche, elle ne peut donner sa main à un homme qui s’est vu retirer son gouvernement. En ce cas, son honneur de femme est engagé. Enfin, dans la rivalité qui l’oppose à Sophonisbe, elle ne se départ pas d’une dignité et d’une loyauté dont se révèlent incapables Massinisse et Siphax. Elle invite, par exemple, son époux à faire en sorte que sa rivale ne tombe pas entre les mains des Romains43.

29Eryxe offre ainsi un authentique modèle de comportement féminin. Confrontée à des problèmes analogues à ceux que vit la femme mondaine de 1660 (gestion périlleuse de la vie amoureuse, au risque de la réputation ; limitation du pouvoir dans les affaires du monde – en l’occurrence, les affaires de propriété et de succession au sein des familles), elle adopte une attitude de maîtrise et de modération, qui s’avère à la fois pragmatique et efficace. « Voilà la meilleure parade aux aléas de la vie féminine » sont induits à penser spectatrices et spectateurs.

  • 44 Dans la dernière réplique de la sc. III, 2, elle s’inquiète des atteintes que le projet de mariage (...)
  • 45 « Première Dissertation concernant le poème dramatique », in Dissertations contre Corneille, éd. N. (...)

30À cela s’ajoute le fait qu’Eryxe est le seul personnage, mis à part les Romains, qu’on puisse gratifier de lucidité politique – au point même de se risquer à penser en termes machiavéliens44. La nouvelle tragédie de Corneille rappelle ainsi, au passage, que le sexe féminin possède toutes les qualités qui permettent de faire face aux exigences des « affaires publiques ». En témoigne également l’échange de la scène I, 3, entre Sophonisbe et Eryxe, au cours duquel les deux femmes rivalisent de clairvoyance dans l’analyse de la situation militaire, ainsi que dans l’évaluation de ses conséquences politiques. Deux femmes qui font « les Catons », déplorera d’Aubignac, selon qui « il fallait garder toute cette politique pour Lelius45 ».

  • 46 Ed. Cit., t. III, p. 257-258.
  • 47 Ces textes sont disponibles dans des éditions modernes : D’Aubignac, Dissertations contre Corneille (...)

31Mais d’Aubignac n’est pas le seul commentateur de la vie théâtrale que la nouvelle création du Sophocle français ait dérouté. Dans leur ensemble, les infléchissements cavaliers imposés à la matière livienne, les innovations apportées à la caractérisation des personnages tant masculins que féminins, les entorses aux conventions de la tragédie « cornélienne » semblent avoir brouillé les repères qui définissaient l’horizon d’attente d’une grande partie du monde des lettres. « Ce n'est pas imiter l'ancien Corneille que de travailler de la sorte : il regardait ce qui était bon, non ce qui était nouveau ; il travaillait pour la postérité, et non pour le temps présent46 », déplore Donneau de Visé. De fait, ces diverses audaces expliquent probablement la réception mouvementée qu’a connue la pièce. Si Donneau de Visé, puis d’Aubignac ont pris le parti de faire imprimer plusieurs appréciations critiques de la dernière tragédie de Corneille47, c’est sans doute qu’ils avaient perçu que la nouvelle Sophonisbe, par ses audaces, suscitait une réaction contrastée dans le public et que, par conséquent, l’occasion était bonne pour entretenir une polémique, voire déclencher une « querelle ». L’un et l’autre avaient saisi à quel point Corneille était désireux de réussir le come back qu’il avait entamé avec Œdipe, en épousant au plus près les nouvelles tendances qui se manifestaient dans le crédit accordé aux goûts et aux aspirations des spectatrices.

  • 48 D’Aubignac par ailleurs était réputé y avoir contribué. Le lien entre la Sophonisbe et le Manlius a (...)

32Sa Sophonisbe, après tout, constituait une réplique au Manlius de Mlle Desjardins48 qui avait été donné sur la scène de l’Hôtel de Bourgogne quelques mois auparavant, en mai 1662, et qui, à côté de L’École des femmes de Molière, avait laissé entrevoir de nouveaux horizons dans les possibilités de séduction du public féminin. L’autrice à la mode avait commis un geste extrêmement fort en modifiant profondément la donnée historique en fonction des critères d’humanité et de pacifisme qui agréaient aux « dames ». Elle avait créé un moment fort sur le plan émotionnel en mettant en scène la rencontre de deux figures féminines, à la fois antagonistes et solidaires, dont l’une, Omphale, possédait le statut victimaire d’une captive.

33L’histoire de cette autre captive illustre qu’était Sophonisbe faisait donc parfaitement écho à celle de la pauvre Omphale. Corneille, en jetant son dévolu sur ce sujet, en multipliant les scènes où la captive était confrontée à sa rivale, en jouant même à faire alterner ce statut de captive d’Eryxe à Sophonisbe, montrait que lui aussi était capable de répondre à l’évolution de son public et qu’il demeurait par conséquent le plus grand dramaturge de son époque.

Haut de page

Notes

1 Cet article reprend, complète et reformule les éléments principaux d’une communication présentée en automne 2018 dans un colloque d’italianistes et publiée sous le titre « Una Sofonisba per le donne » (Eroine tragiche del Rinascimento, a cura di S. Clerc e U. Motta, Bologna, I libri di Emil, 2019, p. 107-118).

2 Selon l’expression popularisée par le titre de la thèse de G. Couton (1949).

3 Les considérations de Saint-Évremond (qui, exilé depuis 1661, ne connaissait la pièce que dans sa version imprimée), joueront un rôle majeur dans l’établissement d’une malheureuse doxa sur Sophonisbe : pièce inférieure à celle de Mairet et qui « a eu le malheur de ne plaire pas à notre siècle » (« Dissertation sur la tragédie de Racine intitulée Alexandre le Grand », 1668, in Racine. Œuvres complètes, éd. G. Forestier, Paris, Gallimard, 1999, « Bibliothèque de la Pléiade », p. 185).

4 Les Nouvelles Nouvelles (éd. Cl. Bourqui et Ch. Schuwey, http://nouvellesnouvelles.yale.edu/), t. III, p. 166.

5 Voir la liste de ces versions dans C. Thouret, « Les épreuves de la fidélité. La trahison dans les Sophonisbe sur les scènes italienne, française et anglaise aux XVIe et XVIIe siècles », Seizième siècle 5, 2009, p. 93, n. 4.

6 Pensons, pour ce qui concerne les créations récentes, à Héraclius (1647), Nicomède (1651), Pertharite (1652), Sertorius (1661).

7 Rappelons que par ce terme on entend le type de pièces en vogue dans les années 1650-1670, qui mettent l’accent sur les relations amoureuses entre les personnages, et qui tiennent un discours élaboré sur le sentiment amoureux.

8 Voir, par exemple, v. 63-66, 125-126, 131-134, 507-510, ainsi que les v. 751-754 (sur la jalousie).

9 V. 431-452. Le public revit cette situation au travers des yeux d’Eryxe, qui prend conscience qu’elle est délaissée par Massinisse.

10 Œdipe, « Au lecteur », Œuvres complètes, éd. cit., t. III, p. 18-19.

11 V, 1, v. 1526.

12 Sophonisbe dénonce cette faiblesse dès la fin de la première scène « : « je le conjure, en cet illustre jour / De penser à sa gloire encor plus qu’à l’amour » (v. 34).

13 La Princesse de Montpensier de Mme de La Fayette paraît en 1662.

14 I, 2, v. 81.

15 V, 1, v. 1546. Voir également II, 5, v. 711-714.

16 Mettre en parallèle, par exemple, les v. 107sq de Sophonisbe et les v. 87-116 (sc. I, 2) des Femmes savantes.

17 Sc. I, 4.

18 « Mon amour voudrait plus ; mais je règne sur lui », s’exclame-t-elle à la sc. IV, 5 (v. 1455). Corneille lui-même, dans sa préface, prétend qu’il « lui prête un peu d’amour, mais elle règne sur lui » (éd. cit. p. 382).

19 Ce constat est présenté comme largement partagé dans les Nouvelles Nouvelles : « tout le monde s’était persuadé que Monsieur de Corneille ne refaisait Sophonisbe que pour en faire une honnête femme [autrement dit, une femme du monde] » (éd. cit., t. III, p. 277).

20 Sc. III, 2.

21 « Et faut-il à genoux vous parler comme aux dieux ? », IV, 3, v. 1332.

22 IV, 3, v. 1361-1362. D’autres scènes de la pièce soulignent également les faiblesses de Massinisse, qui n’hésite pas à supplier les Romains, alors que Sophonisbe refuse (IV, 5) ; qui ne trouve pas le courage de se suicider, mais invite Sophonisbe à le faire (V, 2) ; qui se soumet pleinement à Rome, alors que les deux femmes résistent jusqu’au bout. Au reste, Sophonisbe, face à la lâcheté de Massinisse, se fait fort « De montrer qu’une femme a plus de cœur que lui » (V, 2, v. 1613). Corneille lui-même concède ironiquement dans sa préface « qu’au lieu d’envoyer du poison à Sophonisbe, Massinise devait soulever les troupes qu’il commandait dans l’armée, s’attaquer à la personne de Scipion, se faire blesser par ses gardes, et tout percé de leurs coups venir rendre les derniers soupirs aux pieds de cette princesse » (éd. cit., p. 384).

23 IV, 5, v. 1419 sqq. Sophonisbe doit le rappeler à l’ordre : « Le trouble de vos sens, dont vous n’êtes plus maître, / Vous a fait oublier, seigneur, à me connaître » (v. 1433-1434).

24 V, 4, v. 1661-1666.

25 Il en vient même à faire amende honorable auprès de ses vainqueurs en s’accusant d’infidélité (sc. IV, 2).

26 Sophonisbe tente en vain de lui ouvrir les yeux à la sc. I, 4. Sous cet angle, il est l’exact opposé du « prudent » célébré par la littérature morale de l’époque.

27 Sophonisbe le convainc aisément de retourner au combat alors qu’il était venu lui proposer la paix, cf. I, 4. Il est par la suite forcé d’admettre que cette mauvaise décision est à l’origine de sa défaite militaire (III, 6, v. 1003-1006). Voir également IV, 2, v. 1189-1192. Donneau de Visé le qualifie d’« homme qui ne voit que par les yeux de sa femme et qui ne prend point d’autres conseils que les siens » (Nouvelles Nouvelles, éd. cit., p. 255).

28 Il se laisse aller à des pleurnicheries, qui suscitent le dédain de Lelius (III, 5-6), ou énonce des propos bassement vindicatifs (IV, 2, v. 1201sq, 1255sq). À l’inverse, il n’hésite pas à renier son choix amoureux devant ses vainqueurs qu’il admire (ibid.).

29 IV, 2, v. 1189-1192.

30 IV, 2, v. 1201-1204.

31 « Il dit […] quantité d’autres choses qui seraient meilleures dans une pièce comique que dans une tragédie de cette importance », Les Nouvelles Nouvelles (éd. cit., p. 255-256). D’Aubignac fait le même constat : « Ce prince se contente de s’en plaindre aux Romains et s’érige lui-même en ridicule, il ne s’emporte à rien de violent » (éd. cit., p. 15).

32 III, 6, v. 1052.

33 Ibid., v. 1050.

34 Seconde partie, Livre III [1655], éd. Ch. Morlet-Chantalat, Paris, Champion, 2002, p. 469-470. Cette évocation du divorce est un coup de force qui suscite l’incompréhension de d’Aubignac, « il ne faut pas mettre sur la scène des choses si contraires au sentiment des spectateurs » (« Première dissertation », éd. cit., p. 14).

35 II, 6, v. 1062.

36 III, 6, v. 1093.

37 III, 6, v. 1112.

38 Ed. cit., p. 385.

39 Elle révèle sa doctrine à ce sujet aux v. 502 sqq. Herminie, suivante de Sophonisbe, le constate même avec dépit : « Elle est indifférente, ou plutôt insensible : / À vous servir contre elle elle fait son possible. / Quand vous prenez plaisir à troubler son discours, / Elle en prend à laisser au vôtre un libre cours » (II, 5, v. 739-742). Voir également III, 1, v. 779-785.

40 Elle invite Massinisse à tenir sa promesse de s’opposer à ce que Sophonisbe soit traînée en triomphe à Rome (I, 2).

41 « Je tiens tout fort douteux tant qu’il dépend des hommes », II, 2, v. 548.

42 IV, 6, v. 1741-1746.

43 Sc. II, 2, v. 553-559. Son comportement déconcerte de Visé, qui le juge insatisfaisant du point de vue de la vraisemblance (Nouvelles Nouvelles, éd. cit., t. III, p. 258-260).

44 Dans la dernière réplique de la sc. III, 2, elle s’inquiète des atteintes que le projet de mariage de Massinisse risque de porter à la dignité de la fonction royale, et des conséquences que cela pourrait avoir sur le crédit que le peuple y accorde (v. 897 sqq.).

45 « Première Dissertation concernant le poème dramatique », in Dissertations contre Corneille, éd. N. Hammond et M. Hawcroft, University of Exeter Press, 1995, p. 10.

46 Ed. Cit., t. III, p. 257-258.

47 Ces textes sont disponibles dans des éditions modernes : D’Aubignac, Dissertations contre Corneille (éd. cit.), Donneau de Visé, Nouvelles Nouvelles (éd. cit.) et Écrits contre l’abbé d’Aubignac (éd. cit.).

48 D’Aubignac par ailleurs était réputé y avoir contribué. Le lien entre la Sophonisbe et le Manlius avait, du reste, été souligné dans la Défense de la Sophonisbe (1663) de Donneau (éd. Bourque, éd. cit., p. 42-45).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Bourqui, « Corneille, 1663 : une Sophonisbe « pour les dames » »Études Épistémè [En ligne], 42 | 2022, mis en ligne le 15 décembre 2022, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/episteme/15888 ; DOI : https://doi.org/10.4000/episteme.15888

Haut de page

Auteur

Claude Bourqui

Claude Bourqui est professeur de littérature française à l’Université de Fribourg. Ses travaux portent sur la littérature et le théâtre du XVIIe siècle. Il est l’auteur de plusieurs monographies, éditions de textes et sites Internet sur le théâtre hagiographique, le roman héroïco-galant, la commedia dell’arte, Corneille et Molière.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search