Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42Varia« Onely Paine crownes Worth » : G...

Varia

« Onely Paine crownes Worth » : George Chapman et la difficile gloire du poète-traducteur

“Onely Paine crownes Worth”: George Chapman’s Anxious Glory in his Homeric Translations
Béatrice Chaix Rouchon

Résumés

La traduction en anglais des textes homériques par George Chapman au début du XVIIe siècle tient une place déterminante dans l’œuvre du poète. En s’attelant à ce travail colossal, Chapman trouve de quoi satisfaire son ambitieux sens de l’exploit poétique et propose une véritable réflexion théorique sur le travail de traduction. Mais il nous faut aussi déterminer les attaches plus profondes qui relient Chapman à Homère. Dans cet article, on s’efforcera donc de montrer en quoi Chapman ne se contente pas de traduire Homère. En effet, dans les paratextes qui introduisent ces traductions, on voit se dessiner un processus d’appropriation de la figure homérique, voire de fusion avec cette dernière, dans la mesure où elle constitue un modèle de persona poétique et de trajectoire littéraire qui répond aux attentes de Chapman et aux enjeux de sa propre carrière. L’exemple homérique est adopté et absorbé par Chapman à travers des stratégies esthétiques, éditoriales et idéologiques. Celles-ci fournissent une grille de lecture de son identité littéraire, tiraillée entre un élitisme poétique délibéré et la peur de ne pas obtenir la gloire qu’il espère.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Pour une vue d’ensemble de la carrière et de l’œuvre de George Chapman, on consultera la thèse de J (...)
  • 2 Sauf mention contraire, les citations seront toujours tirées des éditions originales, consultées su (...)
  • 3 Voir G. Bertheau, « Can a Poet Be ‘Master’ », art. cit., p. 298.

1Dans la carrière littéraire de George Chapman (1559-1634), longue et aux multiples sujets d’intérêt, la vaste traduction qu’il a fournie de l’œuvre homérique semble avoir eu une importance déterminante, notamment parce qu’elle a profondément influencé la définition que le poète a donnée de son œuvre1. En effet, si l’on en croit Chapman, sa dernière traduction d’Homère, The crowne of all Homers workes ([1624 ?]), constituerait l’achèvement d’une mission littéraire de nature presque existentielle, qu’il décrit dans le premier vers du poème de conclusion : « The Worke that I was borne to doe, is done » (sig. Aa1r)2. Deux observations découlent de cette phrase. D’une part, on y sent une forme d’ambition poétique et de satisfaction face au travail accompli, qui renvoie au mythe quasiment herculéen que Chapman crée autour de sa traduction3. D’un autre côté, l’emploi du terme de « worke » est ici frappant, tant il semble assembler dans un même mouvement le texte homérique originel et l’œuvre de traduction. « Worke » renvoie, en effet, au labeur du traducteur, entamé dès les années 1590, mais crée aussi un effet de rappel avec le titre de l’ouvrage, The crowne of all Homers workes. Il s’agit de compléter l’édition de 1616, intitulée The whole works of Homer, qui ne comprenait que l’Iliade et l’Odyssée, en ajoutant les textes mineurs attribués à l’aède. Ainsi pouvait être créée une série d’in-folios, contenant en premier lieu l’œuvre épique, suivie des autres poèmes alors accordés à Homère (la Batrachomyomachie, les Hymnes et diverses épigrammes). La « couronne » dont il est question dans le titre semble donc, à première vue, désigner d’abord la dernière pierre d’une œuvre monumentale et fondatrice, une œuvre constituée non seulement de deux épopées majeures mais aussi d’un versant comique (la Batrachomyomachie), d’un versant religieux (les Hymnes) et de fragments aux origines mystérieuses (les Epigrammes).

  • 4 Cette mise en page rappelle d’autres exemples de pages de titre de traduction qui combinent portrai (...)

2Pourtant, le lecteur est vite frappé par un autre sens à donner à la « couronne » du titre, suggéré par la page de titre de l’ouvrage (Figure 1). Celle-ci est ornée d’une gravure, signée du graveur hollandais Willem van de Passe, qui fournit un point d’entrée visuel dans la relation qui lie Homère et Chapman. Elle est constituée de deux compartiments : la partie supérieure est composée d’une corniche, où repose un livre ouvert sur les premiers mots de la Batrachomyomachie, et est surmontée d’un groupe, constitué d’Homère et d’une triade de dieux. L’aède, dont la tête est déjà laurée, s’apprête à recevoir une couronne plus grande encore des mains d’Apollon, Hermès et Athéna, et désigne du doigt le titre du livre. La « couronne » ne désigne donc plus seulement l’ouvrage présent mais son effet, sa participation à la glorification d’Homère. En contrepoint, dans la frise inférieure, où figurent les animaux héros de la Batrachomyomachie, on remarque la présence d’un portrait de Chapman4. Reconnaissable par son vêtement moderne qui tranche avec celui des figures antiques du cadre supérieur, son buste, encadré de nuées, est placé à l’aplomb du titre, qui est lui-même placé sous l’ouvrage tenu par Homère, et donc dans un même alignement avec la couronne que s’apprête à recevoir l’aède.

Figure 1. Page de titre, The crowne of all Homers workes, gravure de Willem van de Passe, [1624 ?].

Figure 1. Page de titre, The crowne of all Homers workes, gravure de Willem van de Passe, [1624 ?].

© Collection particulière.

3Si, donc, Chapman ne reçoit pas lui-même les lauriers de la gloire poétique, il en est le bénéficiaire partiel, par transmission via sa traduction, dont l’intitulé fait le lien entre la sphère supérieure, peuplée de divinités et de poètes antiques, et la sphère du monde contemporain, à l’étage inférieur. Autrement dit, « the crowne of all Homers workes » prend une valeur métaphorique, dans le sens où la traduction de Chapman vient elle-même couronner l’œuvre homérique, la parachever, et permettra peut-être aussi de faire rejaillir sur le traducteur une partie de la gloire de l’auteur initial.

4On le voit dans cet exemple introductif, le dernier ouvrage de traduction de Chapman joue explicitement sur la filiation entre Chapman et la figure homérique. Cette filiation ne se manifeste pas seulement dans les textes, elle passe aussi par les dispositifs visuels tels que des pages de titre ornées ou des gravures insérées dans les pages liminaires, ce qui suggère un probable intérêt éditorial à exploiter le parallélisme entre Chapman et Homère. Comment comprendre ce lien particulier qui unit Chapman à Homère, depuis ses premières traductions jusqu’à The crowne ? Il nous faudra expliquer ce choix d’Homère comme modèle tutélaire et déterminer en quoi il a permis à Chapman de se façonner sa propre identité d’auteur. Pour cela, cette étude s’appuiera prioritairement sur le paratexte qui introduit ses traductions homériques, mais aussi occasionnellement sur certaines de ses œuvres poétiques de début de carrière, où apparaissent déjà en partie les éléments propres à la conception auctoriale de Chapman. Enfin, il s’agira de mesurer l’efficacité de ce choix de la caution homérique, principalement en termes de reconnaissance par ses pairs.

Le défi homérique

  • 5 Les dates d’édition estimées sont celles indiquées par l’English Short Title Catalogue.
  • 6 D’après le Stationers’ Register, les droits sur l’Iliade détenus par Samuel Macham sont réassignés (...)
  • 7 George Chapman, Chapman’s Homer; The Illiad, the Odyssey and the lesser Homerica, éd. Allardyce Nic (...)

5Tout d’abord, il convient de rappeler les différentes étapes de la traduction d’Homère par Chapman. Ses premières traductions paraissent en 1598, avec Seaven Bookes of the Iliades of Homere, Prince of Poets et Achilles Shield, en in-quartos, chez John Windet. Mis bout à bout, ces deux ouvrages regroupent huit chants de l’Iliade. Suit une édition in-folio des douze premiers chants de l’Iliade, avec Homer, Prince of Poets, imprimée par Humphrey Lownes pour Samuel Macham et estimée dater de 16095. Cette édition est constituée d’une version révisée de Seaven Books, à laquelle sont ajoutés cinq autres chants. Vient ensuite l’édition complète de l’Iliade (The Iliads of Homer Prince of Poets, [1611 ?]), qui reprend des éléments révisés de l’édition de 1609 et ajoute les douze derniers chants6. La traduction de l’Odyssée est plus ramassée dans le temps. Elle s’ouvre avec deux éditions complémentaires du texte, probablement vers 1614-1615, toutes les deux intitulées Homer’s Odysses. La première comprend les douze premiers chants de l’épopée tandis que la seconde la complète par l’ajout des douze chants suivants. L’Iliade et l’Odyssée sont finalement rassemblées en 1616 grâce à la publication de The whole works of Homer, qui reprend les exemplaires non vendus de The Iliads de 1611 et y ajoute les feuillets de Homer’s Odysses7. Enfin, The crowne of all Homers workes paraît probablement en 1624.

  • 8 Arthur Hall, Ten books of Homers Iliades, translated out of French by Arthur Hall, Esquire, Londres (...)
  • 9 Philip Ford, De Troie à Ithaque : réception des épopées homériques à la Renaissance, Genève, Librai (...)
  • 10 Sur la situation de l’hellénisme en Angleterre, voir Franck Louis Schoell, Etudes sur l’humanisme c (...)
  • 11 Franck Louis Schoell, Etudes sur l’humanisme continental, op. cit., p. 137-149.
  • 12 Chapman’s Homer, éd. cit., vol. 2, p. 501.
  • 13 Par exemple dans le paragraphe de conclusion de The Iliads : « Thus with labour enough (…) I have b (...)
  • 14 John Channing Briggs, « Chapman’s Seaven Bookes of the Iliades: Mirror for Essex », Studies in Engl (...)
  • 15 Christine Sukic a montré combien l’héroïsme vu par Chapman était teinté de nostalgie envers le modè (...)

6On le voit bien, traduire Homère constitue une entreprise au long cours, que Chapman laisse de côté à certains moments de sa carrière pour mieux y revenir à d’autres. Chapman défend son travail obstiné comme un devoir qu’il se doit d’accomplir, un défi à relever, mais surtout comme un exploit. Cet exploit se situe d’abord au niveau purement linguistique. Toutes les pages de titre de ces traductions comportent ainsi la mention « translated according to the Greeke », ce qui les distingue, par exemple de la traduction partielle de l’Iliade réalisée par Arthur Hall en 15818, qui s’appuyait explicitement sur la traduction française d’Hugues Salel9. Cette mention permet aussi de classer Chapman du côté d’un humanisme accompli, dans la mesure où la maîtrise du grec à l’époque élisabéthaine reste un savoir relativement rare10. Que Chapman ait à plusieurs reprises soutenu sa lecture du texte grec par d’autres traductions11 et qu’il commette parfois des erreurs12 ne change rien au fait qu’il se présente au public comme un helléniste aguerri ne craignant pas de se défendre âprement contre ceux qui critiqueraient son absence de formation universitaire : « our learn’d Men  [...] Roring […] / That one not taught like them, should learne to know / Their Greeke rootes » (The crowne, sig. Aa1v). À l’exploit de la maîtrise de la langue s’ajoute la performance d’une traduction réalisée en un temps record. L’édition de 1611 de l’Iliade se conclut ainsi par la précision non dénuée de fierté que le traducteur n’a mis que quinze semaines pour traduire douze chants (« lesse then fifteene weekes being the whole time, that the last twelve bookes translation stood me in », sig. Gg3r). Parvenir jusqu’à « the end of all the endlesse works of Homer » (The crowne, sig. Z3r) constitue donc une performance héroïque, herculéenne même, si c’est dans ce sens que l’on comprend le terme de « labour » employé parfois par Chapman pour définir son entreprise13. On peut d’ailleurs observer de manière plus générale une forme de correspondance qui se crée entre la prouesse chapmanienne et sa fascination pour les figures héroïques des épopées d’Homère, en particulier Achille. Rappelons notamment que les deux premières traductions de Chapman (Seaven Books et Achilles Shield) sont ainsi centrées autour de cette figure et que Chapman choisit clairement de se faire le chantre du guerrier grec, au point de le présenter comme un miroir du dédicataire14, le comte d’Essex, dont il chante les « vertus achilléennes » (« Achillean vertues »), une expression qui se retrouve dans Seaven Books (sig. A3r) comme dans Achilles Shield (sig. B1r)15. Autrement dit, la production d’une traduction du texte homérique constitue en elle-même une sorte d’épopée de l’écriture, ce qui crée une forme de connexion entre le sujet traité, le traducteur et les possibles dédicataires.

7Le défi homérique tel que le comprend Chapman se perçoit aussi dans le choix délibéré de placer Homère en compétition avec Virgile, pour mieux donner l’avantage à Homère. C’est particulièrement le cas dans la dédicace au comte d’Essex dans Achilles Shield (sig. A2v) :

Nor do I deny (saith Spondanus) Eneas arms to be forged, with an exceeding height of wit by Virgil, but comparde with these of Homer, they are nothing. And this is it (most honorde) that maketh me thus sodainely translate this Shield of Achilles, for since my publication of the other seven bookes, comparison hath beene made betweene Virgill and Homer: who can be comparde in nothing with more decysall & cutting of all argument, then in these two Shieldes; and whosoeuer shall reade Homer throughly and worthily, will know the question comes from a superficiall and too unripe a reader: for Homers Poems were writ from a free furie, an absolute & full soule: Virgils out of a courtly, laborious, and altogether imitatorie spirit.

  • 16 Christiane Deloince-Louette, « Modèle ou faire-valoir ? La référence à Homère dans les commentaires (...)
  • 17 Ibid. §10-12.
  • 18 Voir notamment l’attaque en règle contre Scaliger dans Achilles Shield, sig. A3v.
  • 19 L’influence de Sponde sur Chapman joue sur plusieurs niveaux. Elle est non seulement linguistique m (...)

8Chapman laisse donc entendre que c’est sa traduction dans Seaven Books qui a fait renaître une vieille querelle littéraire, où s’affrontent les défenseurs du Bouclier d’Énée et ceux du Bouclier d’Achille, autrement dit, qu’il contribue à relire d’un œil neuf l’opposition entre Homère et Virgile. Ce thème des deux boucliers, qui naît avec les premiers commentateurs de Virgile aux IVe et Ve siècles et réapparaît à la Renaissance16, permet de comparer deux esthétiques, deux langues, deux éloquences. Initialement vu comme un modèle indépassable, Homère est pourtant détrôné dans plusieurs commentaires du XVIe siècle, et notamment chez Jules-César Scaliger (La Poétique, livre V, 1560), qui loue l’art plus abouti et raffiné de Virgile face à la poétique un peu rustre d’Homère17. Sur ce sujet comme sur d’autres18, Chapman s’inscrit en faux contre Scaliger et s’accorde avec Jean de Sponde, dont la traduction latine d’Homère et les commentaires l’ont très largement inspiré19. Chapman semble en effet reprendre ici les arguments développés dans les « Prolégomènes à Homère » de Sponde pour rendre à Homère sa place légitime de modèle, annexée abusivement par une autre figure poétique. Cette opération de réhabilitation entamée par Sponde et poursuivie par Chapman passe par le rappel du caractère fondateur et presque sacré de la poésie homérique (« a free furie »), là où Virgile est un élégant imitateur (« a courtly, laborious and altogether imitatorie spirit »). Cela implique aussi d’accepter une exigence qui serait propre à Homère selon Chapman : « [Homer] must not bee read for a few lynes with leaves turned over caprichiously in dismembred fractions, but throughout » (sig. A2v). Autrement dit, il ne peut être connu de manière fragmentaire, par sentences isolées, comme pourrait l’être Virgile, cité par extraits dans un commonplace book. Il doit être lu dans son ensemble et ce protocole de lecture permet de justifier la vaste entreprise de traduction menée par Chapman pour rendre Homère accessible dans son intégralité à un public qui ne lit pas le grec.

  • 20 Voir par exemple dans Achilles Shield (sig. A3v) : « O what peevish ingratitude and most unreasonab (...)
  • 21 Voir, par exemple, dans le poème au lecteur de The Iliads (sig. A1v) : « Our Monosyllables, so kind (...)

9Ceci nous amène à un autre aspect du défi homérique que se fixe Chapman. S’il se lance dans cet immense projet et qu’il le mène jusqu’à son terme, c’est que traduire Homère en anglais favorise un approfondissement de la langue vernaculaire et devient alors une opération de glorification nationale. Il le répète à de multiples reprises : l’anglais est une langue digne d’exprimer une épopée, aussi bien que le grec, malgré ce qu’en disent ses détracteurs, dont Chapman fustige le manque de fierté nationale20. Mieux encore, la langue anglaise a des qualités qui la placent au-dessus de l’italien, du français ou de l’espagnol, puisqu’elle est, d’après Chapman, « more conformable, fluent, and expressive » (Achilles Shield, sig. A3v) et que ses nombreux monosyllabes lui permettent une efficacité rythmique que n’atteignent pas les autres langues21. Puisque ces langues n’ont cependant pas craint de traduire Homère, alors il est du devoir d’un poète anglais d’offrir l’œuvre homérique à son pays, dans sa propre langue. Le défi de traduction devient une obligation civique, visant à l’élévation morale de tout un peuple autant qu’à l’enrichissement de sa langue. La dédicace au prince Henry, qui ouvre Homer prince of poets et qui est reprise dans The Iliads of Homer prince of Poets, souligne ainsi combien l’absence d’une traduction complète d’Homère fait défaut à l’Angleterre (sig. v) :

All Realmes but yours,
Are honor’d with him; and hold blest that State
That have his workes to reade and contemplate.
In which, Humanitie to her height is raisde

10Il semblerait donc que la traduction proposée par Chapman soit d’abord là pour compenser un manque, par comparaison avec les autres nations européennes, ce dont il se réjouit à la fin de The Iliads : « Thus farre the Ilian Ruines I have laid / Open to English eyes » (sig. Gg3r). La métaphore visuelle est ici saisissante, puisque c’est par l’accès au texte en langue vernaculaire que le lecteur anglais se trouve transplanté au milieu des décombres de Troie.

  • 22 Christine Sukic, « “Ample transmigration” : George Chapman, traducteur d’Homère en anglais », Étude (...)
  • 23 Ibid., p. 8.

11Pour autant, si les traductions en d’autres langues sont d’abord une incitation à la traduction en anglais, elles ne sont pas uniquement des références et deviennent bien vite des rivales. The Iliads of Homer est ainsi sous-titrée : « Never before in any languag (sic) truely translated ». Dans la mesure où Chapman ne peut légitimement se prétendre le premier traducteur d’Homère, c’est l’adverbe « truely » qui est déterminant, puisque ce qui est reproché aux autres traducteurs, ce n’est pas de ne pas avoir traduit, mais de ne pas avoir assez bien traduit. On retrouve ici un thème traditionnel des éditions de traductions : il s’agit toujours de vanter les mérites du traducteur en critiquant les versions précédentes, nécessairement imparfaites. Mais, chez Chapman, l’idée d’un poème « truely translated » a une valeur toute particulière, car elle a à voir avec sa définition même de la traduction et de la poésie. Comme l’a montré Christine Sukic, pour Chapman, la traduction tient avant tout de l’interprétation, voire de la glose22. Ainsi, dans le poème « To the Reader », présent dans Homer prince of Poets comme dans The Iliades, le poète développe son refus du mot-à-mot et défend une théorie de la traduction qui s’accorde avec une part de réécriture parfaitement assumée. Ce qui compte, c’est moins d’être parfait linguiste que parfait poète car « great Clerkes can write no English verse ». Il s’ensuit un processus de double appropriation : une appropriation du texte homérique et une appropriation d’Homère lui-même. L’appropriation du texte découle de la logique de la glose. En effet, si le traducteur est avant tout un interprète du texte, il ne le restitue qu’après l’avoir personnalisé, ce qui se manifeste chez Chapman par l’emploi de la formule « my Poem » pour désigner son texte qui n’est donc plus seulement œuvre de traduction mais œuvre poétique à part entière23.

  • 24 Sur la rhétorique de la naturalisation pour décrire le procédé de traduction, voir Neil Rhodes, « I (...)

12Or cette prise de possession du texte s’accompagne d’une assimilation de la personne même d’Homère, qui, sous la plume d’un poète anglais, devient lui-même anglais. C’est la vision que Chapman invite le lecteur à partager : « love him (thus reviv’d) / As borne in England » (Homer, prince of poets, sig. [A5]v). On remarquera que cette idée n’est pas exprimée aussi ouvertement au moment de la publication de Seaven Books ou de Achilles Shield. Il semble plutôt qu’elle corresponde à une maturation de la pensée de Chapman à mesure que sa traduction s’élabore. Or, si Chapman n’est pas le seul traducteur à se réjouir d’avoir anglicisé les textes d’un auteur antique24, il est remarquable chez lui que ce processus d’assimilation se fasse à double sens : Homère est chapmanisé autant que Chapman est homérisé.

« Homer No Patrone founde, Nor Chapman, friend » : Homère et son double

13Le phénomène d’identification entre Homère et Chapman dépasse en effet la question de la qualité de la traduction produite par Chapman. Il s’agit plutôt d’une sorte de fusion entre les deux figures. Celle-ci se construit d’abord sur la fascination de Chapman à l’égard d’Homère, envisagé comme personnage historique, dont la vie présente des aspects dans lesquels Chapman se reconnaît. Par exemple, la mythologie qui entoure la vie d’Homère, et que rapporte Chapman, le décrit comme un poète de génie qui, toutefois, n’a pas toujours été reconnu et apprécié par ses contemporains. Chapman le rappelle ainsi dans The crowne : « he lived unhonored and needie till his death » (sig. [¶4]r). Homère, le poète d’inspiration divine, n’a donc pas été béni des dieux en son temps et a dû se contenter d’une vie de misère. En cela, son opposition avec Virgile est d’autant plus patente, puisque Virgile représente un des meilleurs exemples de poète qui sut être reconnu et protégé par d’éminentes figures de son époque – tout le contraire d’Homère donc, selon Chapman.

  • 25 Pour une transcription de la lettre, voir John A. Buchtel, « Book Dedications and the Death of a Pa (...)
  • 26 Dès Homer prince of poets (1609), l’appareil paratextuel comportait déjà un sonnet d’éloge à la rei (...)
  • 27 F. Schoell, Etudes sur l’humanisme continental, op. cit., p. 172.

14Or, ce point devient central dans la réflexion de Chapman quand celui-ci perd la protection de l’héritier du royaume, le prince Henry, lorsque ce dernier meurt à l’âge de dix-huit ans, en 1612. L’événement fut pleuré par de nombreux poètes et artistes qui espéraient beaucoup du jeune prince, protecteur des arts. Mais il a dû être particulièrement bouleversant pour Chapman, qui avait, selon ses propres dires, relancé sa traduction d’Homère sur le conseil du prince et contre la promesse d’une gratification financière. C’est ce que montre une pétition de Chapman adressée au Privy Council, datant de 1613/161525. D’après Chapman, le prince Henry lui aurait promis la somme de 300 livres et une pension s’il terminait de traduire les œuvres d’Homère. La promesse fut évidemment rompue par la mort d’Henry, raison pour laquelle Chapman s’adressa directement au Privy Council pour obtenir justice, vraisemblablement sans succès. Les paratextes de Chapman laissent paraître cette rupture qu’a été la mort du prince. Ainsi, quand, en 1611, peu avant la mort d’Henry, Chapman dédiait son Iliade au prince, il se représentait lui-même en poète de cour. En effet, à la dédicace au prince s’ajoutait une série de sonnets adressés à différentes figures de la cour26, ce qui donnait à Chapman l’image d’un poète courtisan. La dédicace principale au prince Henry est d’ailleurs adressée à « [his] most Gracious and sacred Moecaenas » (sig. A4v). Si le prince Henry est identifié à Mécène, alors Chapman est plutôt l’héritier d’un Virgile ou d’un Horace que d’un Homère, c’est-à-dire qu’il se place du côté de poètes qui furent appréciés et reconnus socialement. On remarquera d’ailleurs, dans cette édition du texte, que le matériel liminaire ne met pas encore l’accent sur le manque de reconnaissance d’Homère en son temps, mais bien plutôt sur sa gloire immortelle. En effet, alors que Chapman commence à dresser un parallèle entre les critiques d’Homère et les siens (« Homer himselfe hath met with my fortune, in many maligners; and therefore may my poore-selfe, put up with motion », sig. A4v), il corrige vite cette observation amère avec la section qui suit, intitulée « Of Homer » et d’inspiration spondanienne27, qui revient sur la vie de l’aède et sur sa réputation glorieuse. Pour parachever sa démonstration, Chapman convoque même Platon, qui, bien que refusant aux poètes une place dans la République idéale, reconnaît la valeur d’Homère : « Homer he thinks fit to send out crowned and annointed » (sig. [A5]r). Preuve est alors faite pour Chapman qu’Homère peut incarner un absolu de reconnaissance poétique.

  • 28 J. Buchtel, « Book Dedications », art. cit., p. 2-3.
  • 29 Dans le corpus inventorié, on constate ce dispositif dans les exemplaires conservés au sein de la b (...)

15Le ton est tout autre en 1616, lors de la publication de The whole works. À cette période, Chapman a perdu la protection d’Henry, mort depuis plusieurs années. Tout le matériel préfaciel qui concerne le prince est cependant conservé, un choix qui peut paraître surprenant dans la mesure où la logique du patronage incite plutôt les écrivains à rechercher de nouveaux dédicataires qu’à conserver une dédicace à un défunt28. Pourtant, de nouveaux éléments paratextuels de cette édition complexifient l’image des rapports entre Chapman, son protecteur mort et le poète qu’il traduit. En effet, dans plusieurs des exemplaires conservés29, on trouve au verso de la page de titre (Figure 2) un portrait de Chapman (Figure 3), entouré de vers latins en italique et de vers anglais en écriture secrétaire. En face de ce portrait se trouve un mémorial à la gloire du prince Henry (Figure 3), constitué de deux colonnes corinthiennes reliées par une inscription, et qui forment donc les hastes d’un H monumentalisé au centre duquel trône le blason d’Henry. Il convient de se pencher précisément sur la signification de ces deux éléments ajoutés pour l’édition de 1616.

Figure 2. Page de titre, The whole works of Homer prince of poetts, gravure de William Hole, 1616.

Figure 2. Page de titre, The whole works of Homer prince of poetts, gravure de William Hole, 1616.

© Collection particulière.

Figure 3. Portrait et mémorial, The whole works of Homer prince of poetts, gravures de William Hole, 1616.

Figure 3. Portrait et mémorial, The whole works of Homer prince of poetts, gravures de William Hole, 1616.

© Collection particulière.

16Dans le portrait de Chapman, le visage du poète n’est pas couronné de lauriers, comme on aurait pu s’y attendre, mais il est encadré de nuées, ce qui le rend comparable à l’image d’Homère dans Homer’s Odysses : « So from one Homer, all the holy fire / […] must for him, compose one flaming Crowne » (sig. A3v). Si l’on compare ce portrait à la page de titre gravée qui se trouve au recto (Figure 2), la tête de Chapman semble alors compléter le buste d’Homère. Comme pour ce dernier, seuls apparaissent sa tête et son cou, et non son vêtement, ce qui le place dans un hors-lieu et un hors-temps. Pourtant, alors qu’Homère couronné a les yeux clos, du fait de sa cécité, Chapman nous apparaît en poète sans lauriers mais en gloire parmi les nuées, et qui fixe avec attention son lecteur, comme s’il était lui aussi descendu du ciel pour en ramener son poème.

  • 30 Je remercie vivement Vincent Cinotti pour son aide et ses remarques lors de la traduction de ces in (...)
  • 31 La seule explication trouvée pour cette forme inattestée par ailleurs serait de la lire comme une s (...)
  • 32 Les vers anglais sont signés « Scotiae Nobilis » (« un noble écossais ») et le portrait est présent (...)

17Prêtons maintenant attention aux inscriptions qui accompagnent ce portrait30. L’une précise notamment « Hæc est laurigeri facies divina Georgi », ce que l’on peut comprendre comme « Voici la divine figure de George, couronné de lauriers ». De lauriers, le portrait en est pourtant dépourvu. Ils lui sont restitués par le biais de cette inscription, positionnée sur l’entourage du médaillon en remplacement d’une couronne, ce qui situe le portrait de Chapman à égalité avec celui d’Homère en page de titre. La phrase suivante est plus mystérieuse : « Hic Phœbi decus est; Phœbinumque31 Deus », que l’on peut comprendre comme « Voici la gloire d’Apollon, le dieu des enfants d’Apollon [c’est-à-dire les poètes]». Dans la mesure où il paraît excessif de qualifier Chapman de « dieu des poètes », même dans une perspective publicitaire, il s’agit peut-être plutôt de se référer à Homère, déjà doté du titre de « prince of poets » dans plusieurs traductions précédentes. Seraient donc mis en parallèle entre ces deux inscriptions « hæc facies », qui se rapporte à Chapman, et « hic », nous ramenant indirectement à Homère, bien que seul le visage de Chapman soit présent sur la page. Ce rapprochement entre les deux permet ensuite le glissement vers Chapman du titre honorifique de « prince des poètes », quelques lignes plus loin : « Eruditorum Pœtarum huius Ævi, facile Principi Dno. Georgio Chapman », c’est-à-dire « À Monsieur George Chapman, sans conteste le prince des poètes érudits de ce temps ». Chapman reçoit donc le titre de gloire qu’il attribuait, lui, à Homère, et en devient ainsi l’héritier. Cette transmission se transforme en propriété de l’héritage homérique, comme le soulignent les deux vers anglais qui suivent les inscriptions latines : « Seven kingdoms strove, which theyrs should Homer call, / And now one Chapman, ownes him, from them all ». On est frappé par la formule elliptique « Chapman ownes him », qui accorde à Chapman une autorité qui s’exerce non seulement sur la parole homérique mais aussi, d’une certaine manière, jusqu’à la personne même d’Homère. Homère appartient donc dorénavant au « royaume » de Chapman. Une formule plus radicale encore conclut la série d’inscriptions : « Ille simul Musas, et Homerum scripserit ipsum, / Qui scribit Nomen (Magne Poeta) tuum », « Celui qui écrit ton nom, grand poète, aura écrit en même temps celui des Muses et d’Homère lui-même ». Le nom de Chapman peut se substituer au nom d’Homère, il en devient un équivalent et se couvre indirectement de toute la gloire poétique qui y est associée. On le voit, dans le portrait comme dans ces inscriptions initiales, dont l’auteur est inconnu32, le ton est toujours à la glorification double d’Homère et de Chapman, et à l’espoir de la reconnaissance de leur commune valeur. Chapman bénéficie a posteriori de la renommée d’Homère, mais il réactive aussi la réputation de l’aède, en lui offrant un nouveau public.

18Ce thème des gloires inséparables est lui-même motivé par l’idée chapmanienne d’un lien d’ordre quasiment mystique avec la pensée d’Homère. L’origine de ce lien est décrite dans l’ouvrage intitulé Euthymiae raptus or The Teares of Peace (1609). Il ne s’agit pas là d’une traduction mais d’un dialogue poétique sur la paix, introduit par une scène d’apparition d’Homère à Chapman. Après avoir rassuré le poète sur ses capacités, Homère décrit le moment où il a pénétré l’âme du jeune Chapman et l’a emplie de son propre esprit (sig. A4) :

I am (sayd hee) that Spirit Elysian,
That (in thy native ayre […])
[…] did thy bosome fill,
With such a flood of soule; […]
[…] and thou didst inherit
My true sense (for the time then) in my spirit;
And I, invisiblie, went prompting thee,
To those fayre Greenes, where thou didst english me.

  • 33 C. Sukic, « “Ample transmigration” », art. cit., p. 8-10.

19Comme le remarque Christine Sukic, il n’est pas seulement ici question de traduire l’œuvre d’Homère, mais de traduire Homère lui-même (« thou didst english me »), et donc, d’une certaine façon, de devenir l’Homère de l’Angleterre33. L’assimilation peut alors être totale.

  • 34 Pour une transcription, voir J. Buchtel, « Book Dedications », art. cit., p. 14-15.
  • 35 Ibid., p. 6-7.

20Si nous revenons au paratexte de The whole works de 1616, nous devons remarquer que cette logique de fusion des gloires entre Chapman et Homère est modulée par la présence du mémorial au prince Henry sur la page opposée. Observons en premier lieu que le « H » formé par les colonnes évoque autant Henry qu’Homère, d’autant que l’une et l’autre hastes portent l’inscription « Ilias » et « Odyssaea ». Tout concourt donc à la construction de la mémoire du jeune prince : l’œuvre d’Homère et sa traduction par Chapman, qui forment les deux colonnes constituant l’initiale même du prince. Mais le sonnet en épitaphe34 rappelle que cette participation à la gloire du jeune homme intervient trop tard. En effet, les prétentions sociales du poète sont contrebalancées par la mort du prince, puisque ces aspirations ne peuvent être couronnées de réels lauriers. Henry n’est présent qu’in absentia, ce qui fragilise l’édifice triomphal du prince et de son protégé35.

21On retiendra notamment le traitement original que ce poème fait subir au topos de l’immortalisation, procédé si fréquent dans la poésie amoureuse ou dans la poésie clientéliste. Si ce motif est d’ordinaire l’occasion de louer un protecteur de son vivant en lui promettant une gloire au-delà de la tombe, Chapman se trouve dans une situation de mise à l’épreuve du lieu commun. Il lui faut prendre la promesse poétique au pied de la lettre et tâcher effectivement de glorifier un protecteur déjà disparu. Mais la résolution ne peut se trouver que dans l’effacement même du poète : « Thow, dead then; I / Live deade, for giving thee Eternitie ». Il n’y a pas d’immortalité poétique sans un protecteur, sans lauriers pour véritablement sommer la tête de Chapman, comme le manifeste la présence de « I » en fin de vers, rattaché artificiellement à « thow » alors que le vers suivant expose brutalement le paradoxe d’une existence qui a perdu tout élan vital (« live deade »). Seul Homère constitue un espoir possible, un but à atteindre, celui de la reconnaissance grandiose – mais posthume.

22C’est dans ce contexte qu’il faut lire les quelques vers qui suivent le sonnet à Henry, intitulés « Ad Famam » :

To all Tymes future. This Tymes Marck extend:
Homer, No Patrone founde; Nor Chapman, friend:
     Ignotus nimis omnibus,
     Sat notus moritur sibi.

23Dans un ouvrage dont toutes les apparences matérielles laissent penser qu’il relève de la logique de patronage (notamment à cause de la dédicace et des initiales du prince en tête d’ouvrage), le parallèle dressé entre Homère et Chapman devient saisissant. Précisément, il n’y a plus de protecteur, et le traducteur s’avance seul face à son public, soutenu uniquement par la mémoire de son défunt mécène et par la réputation de l’ouvrage qu’il traduit. Un nouveau transfert de prestige intervient alors. Cette fois, c’est Chapman qui doit s’appuyer sur les autorités conjointes d’Henry et d’Homère, deux autorités devenues purement symboliques, l’une faisant ressurgir les déceptions du traducteur tandis que l’autre laisse entrevoir un signe d’espoir dans un triomphe futur.

  • 36 Le paratexte chapmanien est souvent émaillé de colère à l’égard des mauvais lecteurs qui ne compren (...)
  • 37 Il ne s’agit pas ici de reprendre la théorie de l’existence d’une ésotérique « School of Night » do (...)
  • 38 Ces deux vers sont un retournement d’une citation du Thyeste de Sénèque, que Chapman emploie aussi (...)

24Une telle coexistence chez Chapman entre le désir d’une gloire semblable à celle des plus grands poètes et la conscience aiguë de la difficulté à obtenir de la reconnaissance l’amène à une définition très personnelle de ses ambitions auctoriales. Puisque la reconnaissance est si difficilement acquise36, où placer son orgueil poétique ? Sa gloire se situera précisément, semble-t-il, dans l’absence de lauriers, dans une forme d’obscurité volontairement recherchée pour se distinguer de ceux qui quêtent trop vulgairement les honneurs. Ce motif de l’obscurité n’est pas lié uniquement à la traduction d’Homère. C’est même une constante de l’écriture de Chapman, depuis The Shadow of Night en 1594, un recueil d’hymnes à la nuit dans lequel l’auteur introduit déjà une forme d’élitisme poétique, qui passe par un éloge de la complexité de l’écriture et par le choix délibéré de ne s’adresser qu’à un petit cercle de happy few qui ont accès à la connaissance. On le voit bien dans la dédicace à Matthew Roydon, dans laquelle Chapman se réjouit de ne pouvoir être compris et apprécié que par quelques élus au-dessus de la foule des profanes : « satisfying myselfe if but a few, if one, of if none like it » (sig. A2v)37. On retrouve cette idée dans « Ad Famam ». En effet, alors que le vers « Homer, No Patrone founde; Nor Chapman, friend » soulignait la frustration du poète qui, privé de soutien, ne se console qu’en mesurant la proximité entre son sort et celui d’Homère, les vers latins qui suivent se lisent comme un sursaut d’orgueil : « Ignotus nimis omnibus, / Sat notus moritur sibi », « inconnu de tous, il meurt en se connaissant assez lui-même »38. Le poète peut bien mourir dans l’oubli et l’ingratitude s’il a atteint, pour lui-même, la connaissance et la sagesse. (Re)connaissance et obscurité peuvent donc s’accorder et Homère constitue le type absolu de cette jonction des contraires. Cette tension est aussi particulièrement exploitée dans Euthymiae raptus or The Teares of Peace (1609), au moment où Homère vient lui-même bénir Chapman et le rassurer sur ses capacités poétiques (sig. A4r) :

Thou must not undervalue what thou hast,
In weighing it with that, which more is grac’t;
The worth that weigheth inward, should not long
For outward prices.

  • 39 Robert Lamberton, Homer the Theologian. Neoplatonist Allegorical Reading and the Growth of the Epic (...)

25C’est donc Homère en personne qui confirme l’intuition chapmanienne que l’érudition et le travail intellectuel acharné ne sont jamais reconnus à leur juste valeur. Cette idée était déjà en germes sur la page de titre de Homer’s Odysses (Figure 4). La gravure non signée qui l’orne représente une apothéose d’Homère, face à Pallas Athéna et Ulysse. Dans la nuée qui entoure Homère apparaît l’inscription « solus sapit hic homo, reliqui vero umbrae moventur » (« cet homme seul a la sagesse, les autres ne sont que des ombres qui se meuvent »), paraphrase de la description que Circé fait du devin aveugle Tirésias, au chant X de l’Odyssée39. L’inscription se lit en contrepoint de l’épigraphe placée sous le titre et tirée de Properce : « At mihi q[uo]d vivo detraxerit Invidia Turba / Post obitum duplici foenore reddet Honos » (Elégies, III, 1), « Mais ce que, de mon vivant, la foule envieuse m’aura refusé / Après ma mort l’honneur me le rendra avec double intérêt ». Le lien entre la citation de l’Odyssée et la citation de Properce n’est pas directement perceptible si l’on ne reconnaît pas la tension chère à Chapman entre obscurité et visibilité, qui devient plus explicite au fur et à mesure de ses publications. Le poète le plus accompli n’est pas celui qui est reconnu par son temps, mais c’est celui qui est le seul à y voir clair, car il a atteint la sagesse. Seule la postérité sera capable de reconnaître sa vraie valeur et de lui donner la renommée qu’il mérite.

Figure 4. Page de titre, Homer’s Odysses, gravure anonyme, 1614/1615.

Figure 4. Page de titre, Homer’s Odysses, gravure anonyme, 1614/1615.

© British Library.

26C’est toujours grâce à cette tension structurelle entre l’obscurité sociale dans laquelle se trouve le poète et sa claire vision des choses que l’on peut comprendre la devise de Chapman : « conscium diem evasi ». Cette phrase, présente sur son portrait dans The whole works comme dans le portrait qui orne The crowne est à nouveau une citation de Sénèque, tirée d’Œdipe (V, 3), et se traduit par « j’ai échappé au jour complice ». En contexte, il s’agit évidemment d’une allusion à la mutilation que s’inflige Œdipe, qui se rend aveugle pour se punir de son crime. Mais, appliquée à Chapman, elle prend une toute autre signification. On peut d’abord y voir une fois de plus la preuve du goût de Chapman pour le retrait dans la nuit, le choix délibéré d’une obscurité poétique qui entraîne une forme de non-reconnaissance sociale. Mais cette image de la cécité, présente en sous-texte, renvoie aussi toujours à la figure d’Homère, avec laquelle Chapman fait tout pour se confondre. C’était déjà le cas dans The Teares of Peace, lors de l’apparition d’Homère à Chapman, où la cécité caractéristique de l’aède est placée en contrepoint de sa clairvoyance, de la même manière que dans le vers décrivant Tirésias : « was upward, blind / But inward ; past, and future things, he sawe » (sig. A3v). L’obscurité est donc à la fois celle du poète aveugle, mais lucide, et celle causée par l’absence de reconnaissance collective.

Deux lecteurs face à Chapman

27Cette appropriation de la figure d’Homère par Chapman nourrit donc un double mouvement autour de l’obscurité, qui est autant désirée (en ce qu’elle favorise l’excellence poétique) que subie, quand elle ne permet pas à l’auteur d’être reconnu à sa juste valeur en son temps. Nous avons vu comment cette tension se manifeste dans les mots mêmes de Chapman ainsi que dans les dispositifs éditoriaux qui renforcent le parallélisme visuel entre les deux auteurs. Dans un dernier temps, nous pouvons nous demander comment ce rapprochement entre Homère et Chapman a pu être reçu par ses lecteurs. Nous nous pencherons donc sur deux témoignages, des poèmes en l’honneur de Chapman écrits par deux de ses contemporains et confrères de la scène londonienne, Michael Drayton et Ben Jonson, et qui se trouvent dans les pages liminaires de The Georgicks of Hesiod (1618). Bien évidemment, ces deux éloges du poète par des pairs obéissent à un certain nombre de conventions du genre, dont on pourrait estimer qu’elles nuisent à l’authenticité du témoignage. Sans nier cet aspect des choses, il nous faut pourtant considérer ces deux jugements littéraires pour ce qu’ils révèlent de la réception des traductions de Chapman par deux lecteurs aux intérêts littéraires et sociaux proches.

  • 40 Ces trois ouvrages sont publiés par trois groupes différents de stationers. D’après l’adresse typog (...)

28The Georgicks of Hesiod, qui est une traduction des Travaux et des Jours d’Hésiode, est publié en 1618, soit à mi-chemin entre The whole works of Homer (1616) et The crowne of all Homers workes (1624) et peu de temps après une autre traduction grecque de Chapman, The divine poem of Musaeus (1616). On voit donc l’intérêt de Chapman se tourner vers d’autres auteurs de langue grecque pendant la dernière partie de sa carrière, comme si son exploit homérique le rendait légitime dans sa fonction de passeur de la poésie grecque. En effet, vu le rapprochement temporel entre la publication de The whole works, The divine poem et The Georgicks, on peut supposer que Chapman ou ses imprimeurs40 ont estimé qu’il y avait là un moment favorable pour la publication de la traduction de ces textes grecs à peu d’intervalle. Chapman n’est donc plus seulement traducteur d’Homère, il devient le maillon essentiel qui permet d’accéder à la poésie de langue grecque. C’est cette dignité de poète-traducteur que l’éloge rédigé par Michael Drayton exprime tout particulièrement. Dans ce poème d’une trentaine de vers, Drayton reprend un certain nombre des arguments pro domo exploités par Chapman dans les textes liminaires de ses précédentes traductions pour défendre son entreprise. C’est le cas par exemple de l’idée que, par son labeur, le poète amène jusqu’aux côtes anglaises tout un pan de la poésie qui était ignoré et permet ainsi à la langue anglaise de se déployer – autrement dit, qu’il participe d’un mouvement d’enrichissement poétique et de glorification nationale (sig. [A4]r) :

Th’olde Gracian Prophets hither that hast brought
Of their full words the true Interpreter:
And by thy travell, strongly hast exprest
The large dimensions of the English tongue

  • 41 C. Sukic, « “Ample transmigration” », art. cit., p. 7.
  • 42 Pour une étude des sources platoniciennes qui ont pu inspirer Chapman, voir F. Schoell, Etudes sur (...)

29Il est frappant que Drayton ait adopté l’idée chère à Chapman du poète « Interpreter »41. On y retrouve la vision d’une poésie inspirée, aux accents platoniciens42, et surtout d’un poète dont la traduction est légitime car elle s’appuie non pas uniquement sur une connaissance linguistique mais sur une intelligence poétique.

30Cette représentation est aussitôt intensifiée par l’image des trois poètes, Homère, Hésiode et Musée, souriant du haut des cieux de voir leurs œuvres ainsi revivifiées loin de leur terre natale (sig. [A4]r) :

Smoothing their rugged forehads, and do smile,
After so many hundred yeares to see
Their Poems read in this farre western Ile,
Translated from their ancient Greeke by thee

31Cette bénédiction accordée par trois figures tutélaires n’est d’ailleurs pas sans rappeler l’apparition d’Homère à Chapman dans The Teares of Peace (1609), qui, de la même façon, consacrait la traduction chapmanienne (« thou didst english me ») et sa logique poétique. La reconnaissance du travail de Chapman passe alors par la valorisation du caractère novateur et ambitieux de sa démarche, qui lui permet d’être identifié comme le poète qui a su véritablement transposer en langue anglaise les richesses de la poésie grecque.

32L’image auctoriale d’un Chapman seul héritier et dépositaire d’Homère, dont on a précédemment étudié les différents avatars, semble donc confirmée par le jugement de Drayton, et surtout celui de Jonson. Ce dernier, en effet, exploite dès les premiers vers le thème d’une spécificité chapmanienne qui lie intimement le poète et l’œuvre homérique (sig. [A4]v) :

Whose worke could this be, Chapman, to refine
Old Hesiods Ore, and give it us; but thine,
Who hadst before wrought in rich Homers Mine?

  • 43 Pour le lecteur contemporain familier du poème de John Keats, « On First Looking into Chapman’s Hom (...)

33Comme chez Drayton, Chapman est loué pour l’apport inestimable43 qu’il fait à la poésie anglaise et on voit resurgir aussi l’idée d’une assimilation profonde entre l’œuvre de Chapman et l’œuvre grecque originelle. Car, si le poète fait un don à son peuple grâce à sa traduction, il transforme aussi l’œuvre initiale en sa chasse gardée poétique. Ainsi, en reprenant la thématique de la possession, de la propriété, que l’on a déjà vue exploitée dans les paratextes de The whole workes, Jonson introduit l’image d’une transaction, d’un négoce : « As now, of all men, it is call’d thy Trade: / And who make thither else, rob, or invade » (sig. [A4]v). Il n’est plus question d’une communion mystique unissant Homère et son successeur, comme les paratextes chapmaniens le laissaient entendre. Jonson semble préférer voir l’investissement de Chapman dans la poésie grecque comme le choix habile d’un marché (« thy Trade »), dont il détient une exclusivité qui est à la fois poétique et commerciale. Un tel glissement n’est guère surprenant chez un poète aussi attentif que Jonson à la question de la maîtrise littéraire et économique des textes. Par conséquent, ce bref poème nous en dit peut-être finalement plus sur Jonson lui-même et sur sa conception très matérielle de la propriété poétique que sur le succès de l’image de la filiation homérique patiemment construite par Chapman.

34Ces deux poèmes amicaux constituent en fin de compte une forme de réponse à l’angoisse latente exprimée par Chapman au sujet de sa propre gloire poétique : quels lauriers recevra le poète qui tente de se fondre sur le modèle homérique, tout en ayant conscience de manquer de protecteurs influents ? Contre l’ignorance du profane, Jonson propose, on l’a vu, une solution de conquête (sig. [A4]v) :

If all the vulgar Tongues that speake this day,
Were askt thy Discoveries; They must say,
To the Greeke coast thine onely knew the way.

35Le poète trouvera donc sa gloire dans une forme de domination exclusive d’un champ poétique auquel il est le seul à avoir accès, ce qui s’appuie, dans le cas de Chapman, sur la maîtrise du grec et sur le caractère novateur de sa traduction d’Homère. Parallèlement, Drayton se place aussi en phase avec l’élitisme poétique de Chapman, et propose une couronne fabriquée dans le génie propre au poète : « Knowledge can crowne herself with her own baies » (sig. [A4]v). Se retrouve alors en jeu une forme d’autonomisation de la figure du poète et de ceux qui ont la capacité de reconnaître son talent, dégagés de la contrainte de plaire au vulgaire ou à l’ignorant. De manière symptomatique, ces deux poèmes proviennent d’auteurs dont les propres écrits manifestent, pour eux aussi, une grande sensibilité à la question de la reconnaissance publique et de l’ambition des écrivains.

  • 44 G. Bertheau, « Jacques I au miroir de la tragédie chapmanienne », XVII-XVIII. Revue de la Société d (...)

36En fin de compte, Chapman entreprend lui aussi de répondre à cette question quelques années plus tard, dans sa dernière pierre à l’édifice homérique, The Crowne of all Homers workes, ouvrage dont nous avons vu en introduction combien il jouait sur l’ambivalence du motif du couronnement : couronnement de l’œuvre homérique, d’Homère lui-même, mais aussi, indirectement, de Chapman. Or, dans la dédicace, ce thème revient, sur un mode désenchanté. Cette ultime adresse est destinée à Robert Carr, comte de Somerset, son dernier protecteur, dont la disgrâce à la cour autour de 1613 devait aussi décevoir les attentes du poète mais à qui Chapman reste fidèle en continuant de lui dédier ses traductions homériques44. Le poète parvient à une conclusion sans illusion, qui s’applique vraisemblablement autant à Carr qu’à lui-même : « Onely Paine crownes Worth » (sig. ¶1v). Celui qui devait être « le prince des poètes érudits » (« Eruditorum Poetarum [princeps] »), d’après la gravure de The whole workes, pourrait donc ne recevoir qu’une couronne immatérielle de labeur et d’obscurité.

Conclusion

37Au terme de cette étude, nous avons donc pu mesurer à quel point la carrière de Chapman est traversée par une réelle fascination pour la figure d’Homère. Celle-ci nourrit chez le poète son attrait pour la difficulté et pour l’excellence poétique. Elle lui permet aussi de se définir comme poète : poète de l’héroïsme mythologique, éclairé par la sagesse homérique, mais aussi poète confronté à une obscurité non pas physique mais sociale, qui menace sans cesse les espérances de l’auteur. À celui-ci, il ne reste alors plus qu’à se draper dans l’exaltation du caractère impénétrable de sa poésie, à laquelle seule peut véritablement accéder un lectorat d’exception, à la mesure de son œuvre. La « couronne » qui liait visuellement et textuellement Chapman à Homère dans The crowne of all Homers works n’était donc pas une vaine image. Elle représente un objet autant redouté que désiré, que les méritants comme Homère – ou Chapman – ne reçoivent que trop tard.

  • 45 Richard Helgerson, Self-Crowned Laureates. Spenser, Jonson, Milton, and the Literary System, Berkel (...)
  • 46 Ibid., p. 101-117.
  • 47 Sur la présence d’une conscience de classe chez Chapman, voir John Huntington, Ambition, Rank, and (...)
  • 48 Ibid., p. 3.
  • 49 Gregory Machacek, Milton and Homer: “Written to Aftertimes”, Pittsburgh, Duquesne University Press, (...)

38En cela, Chapman trouve toute sa place dans le débat autour du statut du poète dans l’Angleterre de la première modernité. Peut-il être caractérisé comme un « self-crowned laureate », selon la formule de Richard Helgerson45, sur le modèle d’un Ben Jonson par exemple ? Indubitablement, Chapman partage avec Jonson un goût réel pour la distinction poétique, qui lui permet de s’individualiser au sein d’un système littéraire complexe46. Du lauréat, Chapman tient aussi son attachement farouche aux qualités de la langue anglaise, qui mérite une grande littérature en langue vernaculaire, et son idéal d’une poésie capable de faire progresser en vertu celui qui la lit comme celui qui l’écrit, afin de voir émerger une sorte d’aristocratie culturelle47. C’est ce que souligne sa défense obstinée de son travail contre la moindre attaque qui viendrait en diminuer la valeur. Par ailleurs, comme d’autres figures de lauréats, son rapport au patronage n’est pas dénué d’ambiguïté. Ainsi, ses premières dédicaces, pour The Shadow of Night (1594) ou Ovids Banquet of Sence (1595), ne sont pas adressées à un potentiel protecteur mais à Matthew Roydon, un camarade poète dont il ne pouvait espérer un soutien économique réel et à qui il s’adresse comme à un pair et un ami48. Par ce biais, ses écrits de jeunesse manifestent une certaine indépendance d’esprit vis-à-vis des rapports hiérarchiques convenus du système de patronage. Pour autant, il a aussi tenté de s’intégrer à ce système, et ses efforts n’ont pas toujours été couronnés de succès. On l’a vu dans le cas de la perte du prince Henry ou de la chute de Robert Carr, qui ont mis en péril les espoirs de gloire et de reconnaissance publique du poète. À côté de ses tentatives d’exaltation esthétique, morale et même civique du rôle poétique, Chapman est donc aussi un poète du retrait, de l’obscurité et de l’isolement. Voilà qui tendrait presque à l’éloigner de Jonson pour en faire une figure annonciatrice de John Milton, l’autre poète anglais à n’avoir pas craint une totale confrontation avec le modèle homérique pour en tirer une stature de lauréat49.

Haut de page

Notes

1 Pour une vue d’ensemble de la carrière et de l’œuvre de George Chapman, on consultera la thèse de Jean Jacquot, qui fait référence en la matière : Jean Jacquot, George Chapman (1559-1634) sa vie, sa poésie, son théâtre, sa pensée, Paris, Les Belles Lettres, 1951. En ce qui concerne plus spécifiquement la question de l’auctorialité chez Chapman, on se reportera à l’article de Gilles Bertheau qui en trace avec précision les contours poétiques, idéologiques et sociaux : Gilles Bertheau, « Can a Poet Be ‘Master of [His] Owne Meaning’? George Chapman and the Paradoxes of Authorship », dans Francesco Venturini (dir.), Self-Commentary in Early Modern European Literature, 1400–1700, Leiden, Brill, 2019, p. 284-315.

2 Sauf mention contraire, les citations seront toujours tirées des éditions originales, consultées sur la base de données Early English Books Online. Les i/j et u/v sont modernisés.

3 Voir G. Bertheau, « Can a Poet Be ‘Master’ », art. cit., p. 298.

4 Cette mise en page rappelle d’autres exemples de pages de titre de traduction qui combinent portrait de l’auteur original et portrait du traducteur. On pense, par exemple, à la page de titre de l’Orlando Furioso in English Heroical Verse by Sir John Harington (Londres, 1591), qui représente aussi l’Arioste couronné de lauriers en haut de page et Harington, en tenue moderne, dans un médaillon au bas de la page. Cette visibilité du traducteur sur certaines pages de titre, croisée avec la représentation de l’auteur, est vue par Anne Coldiron comme la manifestation d’une « translauthorship » qui brouille la distinction entre auteur et traducteur. Voir Anne Coldiron, « The Translator’s Visibility in Early Printed Portrait-Images and the Ambiguous Example of Margaret More Roper » dans Marie-Alice Belle et Brenda Hosington (dirs.), Thresholds of Translation. Paratexts, Print, and Cultural Exchange in Early Modern Britain, Cham Palgrave Macmillan, 2018, p. 51-74, en particulier p. 62.

5 Les dates d’édition estimées sont celles indiquées par l’English Short Title Catalogue.

6 D’après le Stationers’ Register, les droits sur l’Iliade détenus par Samuel Macham sont réassignés à Nathaniel Butter le 8 avril 1611. Celui-ci fait imprimer les autres traductions de Chapman, à l’exception de The crowne. Cette continuité permet sans doute d’expliquer la cohérence dans le traitement de l’image de Chapman par rapport à Homère dans les dispositifs éditoriaux étudiés. Voir Giles Bergel et Ian Gadd, Stationers’ Register Online [en ligne], entrée SRO5852, https://stationersregister.online/entry/SRO5852 [consulté le 10 février 2022].

7 George Chapman, Chapman’s Homer; The Illiad, the Odyssey and the lesser Homerica, éd. Allardyce Nicoll, Princeton, Princeton University Press, 1967, vol. 2, p. XV. Dans la mesure où les dates de publication de The Iliads et d’Homer’s Odysses sont conjecturelles, il est aussi probable que les deux ouvrages aient été d’emblée conçus pour être reliés en un seul in-folio. Voir Francis X. Connor, Literary Folios and Ideas of the Book in Early Modern England, New York, Palgrave Macmillan, 2014, p. 180.

8 Arthur Hall, Ten books of Homers Iliades, translated out of French by Arthur Hall, Esquire, Londres, 1581.

9 Philip Ford, De Troie à Ithaque : réception des épopées homériques à la Renaissance, Genève, Librairie Droz, 2007, p. 316.

10 Sur la situation de l’hellénisme en Angleterre, voir Franck Louis Schoell, Etudes sur l’humanisme continental en Angleterre à la fin de la Renaissance, Paris, Librairie ancienne H. Champion, 1926, p.132-137. Voir également Kirsty Milne, « The Forgotten Greek Books of Elizabethan England », Literature Compass, 4, no 3, 2007, p. 677-87, en particulier p. 679. On ne connaît d’ailleurs pas exactement la formation suivie par Chapman qui lui aurait permis d’apprendre le grec et son nom n’est mentionné sur aucun registre universitaire.

11 Franck Louis Schoell, Etudes sur l’humanisme continental, op. cit., p. 137-149.

12 Chapman’s Homer, éd. cit., vol. 2, p. 501.

13 Par exemple dans le paragraphe de conclusion de The Iliads : « Thus with labour enough (…) I have brought my translation of his Iliads to an end » (sig. GG3r). L’allusion est encore plus flagrante dans la dédicace de Homer’s Odysses au comte de Somerset, où Chapman se désigne explicitement comme une figure herculéenne : « Twelve Labours of your Thespian Hercules, / I now present your Lordship » (sig. [A5]v).

14 John Channing Briggs, « Chapman’s Seaven Bookes of the Iliades: Mirror for Essex », Studies in English Literature, 1500-1900, 21, no 1, 1981, p. 59-73.

15 Christine Sukic a montré combien l’héroïsme vu par Chapman était teinté de nostalgie envers le modèle de la révolte d’Achille, que ses héros modernes (tels Bussy d’Ambois ou Byron dans ses tragédies) tentent d’imiter par l’affirmation de leur libre arbitre. Voir Christine Sukic, Le héros inachevé : éthique et esthétique dans les tragédies de George Chapman (1559?-1634), Berne, Peter Lang, 2005, p. 23-26.

16 Christiane Deloince-Louette, « Modèle ou faire-valoir ? La référence à Homère dans les commentaires de Virgile de Servius à La Cerda », Exercices de rhétorique [en ligne], 13, 2019, http://journals.openedition.org/rhetorique/882 [consulté le 20 mars 2022], §1-2.

17 Ibid. §10-12.

18 Voir notamment l’attaque en règle contre Scaliger dans Achilles Shield, sig. A3v.

19 L’influence de Sponde sur Chapman joue sur plusieurs niveaux. Elle est non seulement linguistique mais aussi plus largement esthétique et théorique, puisque Chapman semble avoir directement puisé dans les commentaires de Sponde pour rédiger les siens. Voir en particulier F. Schoell, Etudes sur l’humanisme continental, op. cit., p. 162-177, où Schoell traque « le cachet spondanien » (p. 169) dans les commentaires et les pages liminaires de Chapman. Voir aussi H. C. Fay, « George Chapman’s Translation of Homer’s “Iliad” », Greece & Rome, 21, no 63, 1952, p. 104-111, en particulier p. 106 ; Raymond G. Schoen, « Chapman and Spondanus », Notes and Queries, 22, no 12, 1975, p. 535-36. Sponde joue clairement un rôle d’intermédiaire entre Homère et Chapman qui complexifie la filiation directe entre Chapman et son modèle (voir G. Bertheau, « Can a Poet Be ‘Master’ », art. cit., p. 311-312).

20 Voir par exemple dans Achilles Shield (sig. A3v) : « O what peevish ingratitude and most unreasonable scorne of our selves we commit, to bee so extravagant and forreignely witted, to honour and imitate that in a strange tongue, which wee condemne and contemne in our native? ».

21 Voir, par exemple, dans le poème au lecteur de The Iliads (sig. A1v) : « Our Monosyllables, so kindly fall / And meete, opposde in rime, as they did kisse: / French and Italian, most immetricall; / Their many syllables, in harsh Collision, / Fall as they brake their necks ».

22 Christine Sukic, « “Ample transmigration” : George Chapman, traducteur d’Homère en anglais », Études anglaises, 60, no 1, 2007, p. 3-14, en particulier p. 7-8.

23 Ibid., p. 8.

24 Sur la rhétorique de la naturalisation pour décrire le procédé de traduction, voir Neil Rhodes, « Introduction », dans Neil Rhodes, Gordon Kendal et Louis Wilson (dirs), English Renaissance Translation Theory, Londres, Modern Humanities Research Association, 2013, p. 1-70, en particulier p. 53-59.

25 Pour une transcription de la lettre, voir John A. Buchtel, « Book Dedications and the Death of a Patron: The Memorial Engraving in Chapman’s “Homer” », Book History, 7, 2004, p. 1-29, en particulier p. 16.

26 Dès Homer prince of poets (1609), l’appareil paratextuel comportait déjà un sonnet d’éloge à la reine Anne ainsi qu’une série de sonnets en fin d’ouvrage adressés à des personnalités de la cour. Certains de ces sonnets sont remaniés pour The Iliads (1611) et d’autres poèmes sont ajoutés. Pour la liste complète des sonnets, voir Chapman’s Homer, éd. cit., vol. 1, p. XV.

27 F. Schoell, Etudes sur l’humanisme continental, op. cit., p. 172.

28 J. Buchtel, « Book Dedications », art. cit., p. 2-3.

29 Dans le corpus inventorié, on constate ce dispositif dans les exemplaires conservés au sein de la bibliothèque de l’université d’Harvard, du Queen’s College (Oxford), de l’université de Cardiff, de Chicago, de l’Illinois, du Texas, de Yale et par la New York Public Library.

30 Je remercie vivement Vincent Cinotti pour son aide et ses remarques lors de la traduction de ces inscriptions.

31 La seule explication trouvée pour cette forme inattestée par ailleurs serait de la lire comme une série de deux contractions sur « Phœbi(ge)n(or)um » (de « phœbigena » : « les enfants de Phœbus »).

32 Les vers anglais sont signés « Scotiae Nobilis » (« un noble écossais ») et le portrait est présenté comme un cadeau d’un certain I. M. à Chapman : « Dno Georgio Chapman / […] / I. M. Tesselam hanc / Χαριστήριον. D. D. », « À Monsieur George Chapman, / I. M. offrit cette gravure / en témoignage de sa reconnaissance ».

33 C. Sukic, « “Ample transmigration” », art. cit., p. 8-10.

34 Pour une transcription, voir J. Buchtel, « Book Dedications », art. cit., p. 14-15.

35 Ibid., p. 6-7.

36 Le paratexte chapmanien est souvent émaillé de colère à l’égard des mauvais lecteurs qui ne comprennent rien à son travail et en troublent l’interprétation. Voir à ce sujet Gilles Bertheau, « Can a Poet Be ‘Master’ », art. cit., p. 296-305. Sur la figure du mauvais lecteur, fréquemment évoquée dans les paratextes littéraires sous le nom de Zoilus, voir Heidi Brayman Hackel, Reading Material in Early Modern England. Print, Gender, and Literacy, Cambridge, Cambridge University Press, 2005, p. 122-24.

37 Il ne s’agit pas ici de reprendre la théorie de l’existence d’une ésotérique « School of Night » dont Chapman serait membre. La dédicace à Roydon semble certes faire allusion à un cercle d’hommes savants aux travaux desquels Chapman s’intéresse, mais cette coterie pourrait bien elle-même n’être que fictionnelle, au sens où Chapman pourrait bien mimer l’appartenance à un groupe, sans en faire véritablement partie, afin de bénéficier de l’aura d’une camaraderie littéraire et savante. Ce qui est primordial donc, c’est l’apparence d’un élitisme poétique, que celui-ci s’appuie ou non sur un cercle de proches. Voir à ce sujet Richard McCabe, « Ungainefull arte ». Poetry, Patronage, and Print in the Early Modern Era, Oxford, Oxford University Press, 2016, p. 200.

38 Ces deux vers sont un retournement d’une citation du Thyeste de Sénèque, que Chapman emploie aussi dans l’épître au lecteur de A Justification of a strange action of Nero (1629). La citation d’origine est la suivante : « illi mors gravis incubat / qui, notus nimis omnibus / ignotus moritur sibi » : « la mort est terrible pour celui qui, bien connu de tous, meurt en ne se connaissant pas lui-même ».

39 Robert Lamberton, Homer the Theologian. Neoplatonist Allegorical Reading and the Growth of the Epic Tradition. Berkeley, University of California Press, 1989, p. 8.

40 Ces trois ouvrages sont publiés par trois groupes différents de stationers. D’après l’adresse typographique sur la page de titre de chacun de ces livres, The whole works provient des presses de Richard Field et William Jaggard, qui impriment pour Nathaniel Butter, The divine poem de celles d’Isaac Jaggard et The Georgicks de celles d’Humphrey Lownes, pour Miles Partridge. En dehors du lien évident entre les deux Jaggard, père et fils, il est difficile de dire si cette publication très rapprochée dans le temps de traductions de Chapman a fait l’objet d’un choix concerté entre ces différents protagonistes ou si elle est simplement symptomatique d’un moment du marché du livre anglais, tourné vers davantage de littérature grecque.

41 C. Sukic, « “Ample transmigration” », art. cit., p. 7.

42 Pour une étude des sources platoniciennes qui ont pu inspirer Chapman, voir F. Schoell, Etudes sur l’humanisme continental, op. cit., p. 1-22.

43 Pour le lecteur contemporain familier du poème de John Keats, « On First Looking into Chapman’s Homer », il est frappant de constater que l’image de la découverte d’une terre inconnue, pour signifier l’ébahissement du lecteur anglais qui accède pour la première fois au texte d’Homère dans sa langue, se trouve déjà dans ces premiers poèmes de lecteurs de Chapman. C’est le cas chez Jonson (« To the Greeke coast thine onely knew the way / Such Passage hast thou found, such Returnes made », sig. [A4]v), mais l’image est aussi présente en germe chez Drayton à travers la métaphore du trésor caché enfin révélé (« what wealth thou dost upon this Land conferre » ; « thou hast unlock’d the treasury, wherein / All Art, and knowledge have so long been hidden », sig. [A4]r).

44 G. Bertheau, « Jacques I au miroir de la tragédie chapmanienne », XVII-XVIII. Revue de la Société d’études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles, 62, no 1, 2006, p. 205-206. Sur les déboires de Chapman plus spécifiquement en lien avec le mariage scandaleux du comte de Somerset, voir G. Bertheau, « Can a Poet Be ‘Master’ », art. cit., p. 288-290.

45 Richard Helgerson, Self-Crowned Laureates. Spenser, Jonson, Milton, and the Literary System, Berkeley, University of California Press, 1983, en particulier p. 3-16.

46 Ibid., p. 101-117.

47 Sur la présence d’une conscience de classe chez Chapman, voir John Huntington, Ambition, Rank, and Poetry in 1590s England, Urbana, University of Illinois Press, 2001, en particulier p. 4-9.

48 Ibid., p. 3.

49 Gregory Machacek, Milton and Homer: “Written to Aftertimes”, Pittsburgh, Duquesne University Press, 2011, p. 98-102.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Page de titre, The crowne of all Homers workes, gravure de Willem van de Passe, [1624 ?].
Crédits © Collection particulière.
URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/16080/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 908k
Titre Figure 2. Page de titre, The whole works of Homer prince of poetts, gravure de William Hole, 1616.
Crédits © Collection particulière.
URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/16080/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Figure 3. Portrait et mémorial, The whole works of Homer prince of poetts, gravures de William Hole, 1616.
Crédits © Collection particulière.
URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/16080/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Figure 4. Page de titre, Homer’s Odysses, gravure anonyme, 1614/1615.
Crédits © British Library.
URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/16080/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrice Chaix Rouchon, « « Onely Paine crownes Worth » : George Chapman et la difficile gloire du poète-traducteur  »Études Épistémè [En ligne], 42 | 2022, mis en ligne le 15 décembre 2022, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/episteme/16080 ; DOI : https://doi.org/10.4000/episteme.16080

Haut de page

Auteur

Béatrice Chaix Rouchon

Béatrice Chaix Rouchon est doctorante à Sorbonne Université, sous la direction de Line Cottegnies. Ses recherches portent sur l’articulation entre auctorialité et paratextes dans la littérature anglaise de la première modernité.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search