Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Méthode des calculs et optimum de...

Méthode des calculs et optimum de la décision politique dans les projets de l’abbé de Saint-Pierre

Calculation Method and Optimum of Political Decision in the Writings of Abbé de Saint-Pierre
Carole Dornier

Résumés

L’abbé Castel de Saint-Pierre (1658-1743) a voulu élaborer une science du gouvernement et en conçoit la constante amélioration en vue du plus grand bonheur du plus grand nombre. Il partage avec Leibniz l’idée d’une préférence de Dieu pour le meilleur et croit en un progrès linéaire et cumulatif. Sa recherche de l’optimum s’inspire de l’arithmétique politique de William Petty, des écrits de Boisguilbert et de Vauban. Dénombrements, calcul coûts / bénéfices, approche quantitative et utilitariste servent à fonder les meilleures décisions au service de la prospérité et du bien commun. Ses projets traduisent une aspiration à la modernisation des sociétés et des États européens, à la maximisation de toutes leurs ressources, aspiration dont le rationalisme fournit les fondements philosophiques, l’État absolu le cadre politique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Philippe Minard, « La ‘réforme’ en France et en Angleterre au XVIIIe siècle : sens et fortunes d’un (...)

1La transformation du sens du mot réforme au cours du XVIIIe siècle, analysée par Philippe Minard, qui reflète une modification de ce qui est considéré comme le Bien et le Mieux en politique, souligne une nouvelle façon de penser la manière de gouverner : désignant initialement un retour salutaire à l’ordre ancien, le mot réforme va s’appliquer au changement en vue du progrès, avec trois conséquences relevées par le même historien : la valorisation de l’innovation, la légitimation par le rationalisme et l’utilitarisme, une conception globale sous forme d’un système1.

  • 2 Voir Christiane Demeulenaere-Douyère et David J. Sturdy, « Les sciences au service de l’économie : (...)
  • 3 Sur le réseau de relations de Saint-Pierre, voir Carole Dornier, La Monarchie éclairée de l’abbé de (...)
  • 4 Projet pour perfectionner le gouvernement des États, Ouvrages de politique, Rotterdam, Jean-Daniel (...)
  • 5 Sur cette expression de Saint-Pierre, voir Nouveau plan de gouvernement [1738], § 32, dans Carole D (...)

2Saint-Pierre s’inscrit dans ce mouvement visant l’amélioration de l’action publique. Il appartient au parti des Modernes et à une génération d’hommes de lettres imprégnée du raisonnement mathématique, de ce qu’on appelle l’esprit géométrique et de la conviction d’un possible perfectionnement dans tous les domaines. Il est très lié au mathématicien Varignon, un ancien condisciple, membre de l’Académie des sciences, et à Fontenelle, qui en est le secrétaire perpétuel, ce qui lui permet de s’informer des travaux et débats de l’institution2. Le même Fontenelle l’introduit dans le cercle de madame de Lambert et il est élu à l’Académie française où il rejoint sans surprise le parti des Modernes. L’abbé s’inscrit dans un cadre de pensée légué par Bacon, Descartes et Malebranche3. Plusieurs réseaux métaphoriques dont il use viennent illustrer cette influence : celui des âges de la raison et de la science qui inverse le jugement sur les Anciens, celui de l’âge d’or qui n’est plus derrière nous, dans le passé, mais devant nous, dans l’avenir4. Ce renversement de perspective, qui valorise les Temps Modernes, initié par Bacon et défendu par Fontenelle, inspire l’idée que les hommes sont encore dans « l’enfance de la raison »5, mais que, par l’accroissement des connaissances, loin qu’ils puissent dégénérer, ils connaîtront un progrès indéfini :

  • 6 « Conséquences du progrès nécessaire et indéfini de la raison humaine, malgré les interruptions des (...)

Je suppose que les lumières de l’entendement, particulièrement sur les meilleurs moyens de diminuer nos maux et d’augmenter nos biens, se succèderont en se perfectionnant toujours dans la suite infinie des siècles, tantôt chez un peuple, tantôt chez un autre, et feront par conséquent, en différents temps, des progrès dont nous ne pourrons jamais assigner aucunes bornes que l’esprit humain ne puisse passer sur la plupart de nos sciences, et surtout sur la morale et sur la politique.6

  • 7 Observations sur les progrès continuels de la Raison universelle, Ouvrages politiques, op. cit, t.  (...)
  • 8 Voir Louis Marin, « Pour une théorie baroque de l’action politique », dans Gabriel Naudé, Considéra (...)
  • 9 Dialogues sur la divinité de l’Alcoran et du Védam [ca 1730], BM Rouen, Ms de l’abbé de Saint-Pierr (...)

3Le progrès est pour Saint-Pierre linéaire, cumulatif et indéfini, mais non continu car il rencontre des obstacles : les guerres, la superstition alimentée par le respect aveugle de la tradition, les résistances de gouvernants jaloux de leur pouvoir qui s’opposent à l’étude de la politique7. D’où l’importance dans sa pensée du Projet de paix perpétuelle (1713) qui souligne que la cessation de la guerre est la première condition à l’amélioration des sociétés ; mais aussi sa critique du jeu des intérêts particuliers dans l’exercice du pouvoir monarchique qui requiert le développement de la science du gouvernement, une plus grande transparence des décisions, la rupture avec la politique dite « baroque » du secret au profit de la prise en compte de l’opinion8 ; et, reléguée dans un manuscrit inédit et des publications éditées hors de France, la conviction, d’inspiration spinoziste, que le noyau de vérité des Écritures et l’essentiel de la religion sont la justice et la charité, chez lui bienfaisance , ce qui suppose une éducation en faveur d’une religion rationnelle9.

  • 10 Lettre à madame de Lambert du 4 janvier 1697, dans les Ouvrages de morale et de politique, op. cit. (...)

4C’est à l’élaboration d’une science politique des Modernes que l’abbé de Saint-Pierre s’est donc consacré. Entré à la Cour en 1693 comme aumônier de Madame, il a observé les ressorts du pouvoir et se fait donc un programme de son amélioration10.

5Il promeut la nouveauté et le perfectionnement infini des lois :

  • 11 Observations sur le célibat des prêtres, § 74, dans Les écrits de l’abbé de Saint-Pierre, éd. cit. (...)

Les hommes, qui font les Lois soit civiles soit ecclésiastiques réservent toujours tacitement à leurs successeurs plus expérimentés et plus éclairés le droit de rectifier ces Lois qui, n’étant faites que pour la plus grande utilité publique, selon certaines occasions et certains besoins, doivent se modifier et se changer à mesure que l’Expérience et la Raison perfectionnée de génération en génération démontrent que, pour avancer vers cette grande utilité publique, nos Lois et nos Coutumes ont actuellement besoin de quelque changement.11

  • 12 Lettres persanes, 76 (texte de 1721), 129 (texte de 1758).

6Comme on le voit, la prudence du juriste et du praticien de la loi, qui fait dire à Montesquieu dans les Lettres Persanes qu'il ne faut toucher aux lois que « d’une main tremblante »12, n’est pas de mise dans la conception de l’abbé de Saint-Pierre.

  • 13 Lionel Rothkrug, Opposition to Louis XIV. The Political and Social Origins of the French Enlightenm (...)
  • 14 Pour Saint-Pierre comme pour Montesquieu, la puissance des États européens dépend, non de leur expa (...)

7Au moment où il commence à publier, dans la première décennie du XVIIIe siècle, l’effondrement financier, les effets de la guerre, l’injustice et l’inefficacité fiscale qui marquent la fin du règne du roi Soleil voient monter, selon le titre de l’ouvrage désormais classique de Lionel Rothkrug, une « opposition à Louis XIV »13 qui dénonce le manquement au devoir de protection des sujets par le souverain et promeut l’efficacité économique et fiscale ainsi qu’une politique de soutien au commerce. Avec le déclin de l’Espagne et de son empire, ni la conquête de vastes territoires, ni l’accumulation des métaux précieux ne sont plus perçus comme conditions de la puissance d’un État, mais la prospérité et les succès commerciaux des Provinces-Unies en font un modèle auquel l’abbé fait souvent référence. La situation de concurrence du commerce international conduit à un besoin de comprendre le fonctionnement des marchés afin de favoriser la richesse et le pouvoir des États. Émergent les postulats majeurs de l’économie politique, identifiés par Jean-Claude Perrot, et qui se trouvent chez l’abbé de Saint-Pierre : l’intérêt comme motivation primordiale de l’action humaine, et l’harmonisation des intérêts, ce qui suppose aussi la réhabilitation des plaisirs, de l’amour-propre, des passions qui sont les moteurs de l’action humaine, nécessaires au dynamisme social et au progrès14.

  • 15 Sur l’utilitarisme de Saint-Pierre, voir [Francis Wrigley Hirst], The Arbiter in Council, Londres, (...)

8La convergence harmonieuse, imaginée par Saint-Pierre, canalisant les intérêts privés vers l’intérêt public, correspond au modèle utilitariste qu’on retrouvera plus tard chez Helvétius et chez Bentham : le principe d’utilité, défini comme le fait de procurer du plaisir ou d’éviter de la peine, un conséquentialisme privilégiant les résultats, un principe de maximisation. Cet objectif de la plus grande quantité de bien-être procurée ou de maux épargnés au maximum de personnes permet de dessiner une science du choix rationnel fondée sur le calcul mathématique15.

  • 16 Stefan Luckscheiter, « Leibniz entre les économistes anglais et le Roi de Prusse : ou de l’utilité (...)

9Si l’abbé de Saint-Pierre (1658-1743) a correspondu avec Leibniz, à propos de son Projet de paix perpétuelle, et emprunte aux Principes de la nature et de la grâce et aux Essais de théodicée pour ses écrits sur la religion, c’est d’abord à d’autres influences, en particulier l’arithmétique politique anglaise, qu’il faut probablement recourir pour analyser la conception d’un optimum économique, politique et moral et la recherche d’une efficience du gouvernement chez l’auteur du Discours sur la polysynodie. Comme l’a montré une étude sur les notes de lecture de Leibniz, les deux auteurs, en matière de réflexion économique et politique, puisaient en réalité aux mêmes sources16.

  • 17 [« A seaman is in effect three Husbandmen »] Political Arithmetick [1676], The Economic Writings of (...)
  • 18 Sur la méthode de Vauban et de Petty, voir le Projet de taille tarifée [1723], § 72, dans Les écrit (...)

10Les écrits de William Petty vont fournir à Saint-Pierre l’idée qu’on peut connaître l’État et la politique comme des réalités physiques, aboutir à des vérités empiriques, grâce au calcul, et dégager les lois qui déterminent le développement économique. La volonté de rationalité et d’efficacité, associée à un puissant désir de répondre à la crise de la monarchie, est incarnée au tournant du siècle en France par Vauban, grand serviteur de l’État, que Saint-Pierre a fréquenté à la Cour. C’est à Petty et à Vauban que Saint-Pierre dit avoir emprunté sa méthode des calculs ou supputations. La probabilité de croissance de la population, la quantité de nourriture disponible, le temps de travail, la fertilité des terres, la valeur respective de l’activité des différentes professions (voir la formule de Petty : « un matelot vaut trois laboureurs »17), permettent non seulement de mesurer la force réelle de l’État, mais aussi de dégager les facteurs d’enrichissement ou d’appauvrissement, donc de perfectionnement18. Saint-Pierre va initier un raisonnement applicable à la décision politique dans de nombreux domaines. Il imagine une situation insatisfaisante créant de nombreux dommages à l’échelle collective : le mauvais état des routes qui freine le commerce, une fiscalité qui ruine les paysans et dépeuple les campagnes, un droit français hétérogène qui multiplie les procès. À partir de là, il conviendrait, selon lui, d’évaluer les coûts occasionnés par ces dysfonctionnements et ensuite de faire un calcul du rapport entre les bénéfices attendus des mesures préconisées et les dépenses nécessaires à leur mise en œuvre. À Petty, Saint-Pierre emprunte le recours à une évaluation numérique et même à une équivalence monétaire visant à concevoir tout inconvénient ou dommage comme un coût et tout plaisir ou avantage comme un profit :

Tout avantage, toute conduite, toute peine, tout plaisir se peut estimer contre de l’argent ; parce qu’avec de l’argent, nous avons déjà une infinité de commodités, de plaisirs et d’exemptions de peines, et que nous savons les estimer en argent.19

  • 20 Mémoire pour diminuer le nombre de procès [1725], § 143-150, dans Les écrits de l’abbé de Saint-Pie (...)
  • 21 Projet pour renfermer les mendiants [1724], § 14, dans Les écrits de l’abbé de Saint-Pierre, éd. ci (...)

11Ainsi la réforme du droit français déjà entamée par Colbert et poursuivie par le chancelier d’Aguesseau, justifiée par le souci de renforcer le pouvoir monarchique, de rationaliser et d’uniformiser le droit et la procédure, est-elle traitée chez Saint-Pierre par une approche économique saisissante : la diminution des procès permettrait aux plaignants d’économiser la somme cumulée de 73 500 000 £ par an, somme réinjectée dans le commerce et produisant, avec de la richesse, des rentrées fiscales mais aussi la baisse du nombre de personnel de justice et les frais afférents. Ce personnel reconverti dans des activités utiles et lucratives produirait 10 millions de profit. L’uniformisation du droit et la suppression de juridictions serait donc une source importante non seulement d’économie mais d’enrichissement, en réorientant favorablement certaines ressources de façon à les faire fructifier20. Dans la lutte contre la pauvreté, l’abbé calcule selon une méthode comparable le coût de l’inactivité des pauvres valides et le profit que leur travail rapporterait à tout le royaume, d’après le nombre de mendiants et la population globale d’un territoire. Comme Josiah Child, comme le quaker John Bellers, comme Leibniz, Saint-Pierre considère que c’est le travail rémunéré et non l’aumône qui peut sortir les hommes de la pauvreté21.

  • 22 Castel de Saint-Pierre, Observation V très importante sur le luxe, Ouvrages politiques, op. cit., t (...)

12Saint-Pierre partage aussi avec Leibniz, lui-même sans doute inspiré par Petty, et contre Melon, l’idée que le luxe est inefficace économiquement. Les dépenses somptuaires qui ne sont pas destinées, comme l’énonce Leibniz, à « maintenir ou à augmenter la perfection » sont des consommations improductives, Saint-Pierre parle de « luxe blâmable », et invite à privilégier les biens qui produisent une utilité22.

  • 23 Observations pour augmenter l’instruction du peuple, § 11, dans Les écrits de l’abbé de Saint-Pierr (...)
  • 24 Voir la lettre que Saint-Pierre adresse en mars 1743, juste avant sa mort, à Philibert Orry, le Con (...)

13Une fiscalité plus juste et plus efficace permettrait d’encourager à cultiver la terre, à faire de l’élevage, évitant ainsi les famines et la montée des prix23. Par des calculs et mesures qu’il n’est pas possible de détailler ici, étudiées par Mireille Touzery, le Projet de taille tarifée définit un optimum du prélèvement fiscal au regard de ses effets économiques24.

  • 25 Voir Michel Antoine, Le Cœur de l’État. Surintendance, Contrôle général et Intendances des finances (...)
  • 26 Préservatifs contre la famine, § 62 et note 29, dans Les écrits de l’abbé de Saint-Pierre, éd. cit. (...)
  • 27 ‘De l’utilité d’un établissement d’archives’, Œuvres de Leibniz, éd. A. Foucher de Careil, Paris, F (...)
  • 28 Voir de Saint-Pierre, Utilité des dénombrements [1733], dans Les écrits de l’abbé de Saint-Pierre, (...)
  • 29 Arnaud Orain, La Politique du merveilleux, Paris, Fayard, 2018, p. 17.

14Outre des méthodes de calcul, l’abbé propose une organisation administrative permettant de collecter et de conserver les informations pour les utiliser en vue d’éviter les crises et de fournir des instruments de perfectionnement25. Dans son projet pour éviter les famines, s’il emprunte des analyses à Boisguilbert concernant les variables qui jouent sur le prix des grains26, son apport original se situe dans l’idée d’un bureau perpétuel chargé de connaître le nombre d’habitants, les rations nécessaires, l’état des stocks disponibles par ville, mais aussi de prévenir les épidémies. Ainsi l’expérience acquise lors des crises permettrait de perfectionner les mesures préventives en assurant la transmission du savoir accumulé. Cette idée propre à l’abbé de Saint-Pierre s’inscrit dans l’esprit des conseils donnés par Leibniz, dans son opuscule De lutilité dun établissement darchives en faveur d’institutions qui permettent de « corriger les erreurs, garder le souvenir de ce qu’on aura fait de bon et ne pas s’achopper à la même pierre »27. D’une façon plus générale, la connaissance étendue et détaillée de la population et de l’économie d’un pays est nécessaire pour imaginer des mesures d’amélioration : d’où l’intérêt pour les dénombrements, à l’origine de la statistique, auxquels Saint-Pierre consacre un mémoire. Comme Petty et Vauban, il défend aussi les capitales et leur force d’attraction contre les détracteurs de la concentration urbaine28. Les villes capitales, par leur densité de population, par les relations commerciales intenses avec les provinces, par la concentration d’institutions favorisant l’innovation technique (collèges, académies…), constituent un moyen de faire progresser, avec les connaissances et les arts utiles, le commerce et la circulation rapide de l’argent qui produisent la richesse. Saint-Pierre participe en outre aux réflexions de la Régence sur le crédit et la monnaie et continue à défendre, même après l’effondrement du Système, des instruments et établissements comme les banques, le papier-monnaie, les annuités, pour lesquelles plaidaient, selon lui, les succès commerciaux de la Hollande et de l’Angleterre. Ses mémoires concernant la technique financière et le commerce s’inscrivent dans un mouvement initié par le Système comme « grand projet de pilotage de toutes les forces productives du royaume », selon la formule d’Arnaud Orain29.

  • 30 Carole Dornier, La Monarchie éclairée, op. cit., p. 154-186.

15Dans les affaires intérieures de l’État, Saint-Pierre analyse les dysfonctionnements de la monarchie pour justifier un projet de gouvernement fondé sur l’information du roi, le débat dans les conseils et la visibilité de l’action publique. La vénalité des charges, l’influence personnelle, le clientélisme, le souci de privilégier ses créatures plutôt que de s’appuyer sur les talents constituent une forme d’arbitraire qui s’oppose à la monarchie rationnelle qu’il imagine, récompensant les compétences et le service de l’État. L’abbé prône un recrutement et un avancement aux emplois publics par scrutin des pairs, sur le modèle des élections aux académies30.

  • 31 Voir Nouveau Plan de gouvernement, § 188 sqq., dans Les écrits de l’abbé de Saint-Pierre, éd. cit. (...)
  • 32 Voir Leibniz, Le Droit et la raison, éd. René Sève, Paris, Vrin, 1994, p. 221-222 ; sur les académi (...)

16Si la politique est objet d’une science et, comme telle, peut produire des progrès au même titre que les sciences de la nature, encore faut-il que les découvertes des savants et gens d’expérience puissent donc être examinées, évaluées, publiées et soumises au débat parmi des pairs, que les acquis ainsi obtenus puissent être conservés pour servir de points d’appui à des améliorations, dans la perspective d’une augmentation constante des connaissances. Pour assurer les progrès d’une science, il faut une société savante permanente. L’académie est, comme chez Leibniz, un modèle pour élaborer des savoirs utiles destinés à procurer le bien commun31. Pour Saint-Pierre, comme pour l’auteur de la Monadologie, le rôle des savants, réunis dans les académies, est de conseiller le prince et celui des académies est de favoriser le bien général, de faire naître la pratique de la théorie32.

  • 33 Sur l’impression de la Dîme royale, voir Michèle Virol, Vauban, p. 351 sqq.

17Le mémoire écrit joue un rôle de premier plan dans l’art de gouverner que Saint-Pierre promeut : plus approfondi, plus susceptible d’une démonstration rigoureuse qu’un discours oral, pouvant être examiné attentivement, relu, comparé et facilement soumis au jugement, laissant une trace, sans nécessité d’une audition, il peut être confronté sur un même sujet à des mémoires concurrents. Et, ce dont Vauban avait montré l’exemple avec la Dîme royale et que Saint-Pierre met lui-même en pratique en publiant avec et sans permission, l’impression d’un projet ignoré ou combattu par le pouvoir est un moyen d’ouvrir un débat dans l’opinion33.

  • 34 Observations pour avoir plus de traductions des ouvrages de politique et de règlements des Anglais (...)

18La sélection des meilleurs mémoires par une académie politique est donc un instrument de perfectionnement de la police du royaume. Saint-Pierre préconise même la traduction des ouvrages et des règlements qui, d’Angleterre et de Hollande, peuvent aider à améliorer la politique française, en particulier dans l’organisation du commerce34.

  • 35 Projet pour perfectionner le gouvernement des États , éd. cit., p. 90-91 ; p. 147-148.
  • 36 Ouvrages politiques, op. cit., t. 4, 1734, p. 82-83 ; Nouveau Plan de gouvernement, éd. cit., § 216 (...)

19Il faut aussi encourager ceux qui peuvent mettre en œuvre les meilleurs projets. Or l’abbé voit dans la tentation de mettre ceux-ci sous le boisseau un des grands obstacles au perfectionnement de la politique. Les ministres souvent surchargés de travail n’ont pas le temps de prendre connaissance des projets, de les évaluer et de les améliorer. Ils peuvent aussi refuser de promouvoir une initiative qui n’est pas la leur, de peur de se voir remplacés. Ils craindront d’être évincés par des rivaux, de ne plus faire bénéficier leur famille de la survivance, de ne plus pouvoir placer des créatures et faire des obligés, bref de perdre tous les avantages d’une domination patrimoniale35. Il convient donc de récompenser, avec les auteurs de bons projets, leurs promoteurs. Convaincu du rôle de l’intérêt dans les conduites humaines, Saint-Pierre énonce comme maxime qu’il faut toujours, pour parvenir à perfectionner la politique, « dédommager ceux qui perdent au changement »36.

  • 37 Voir Barbara Carnevali, «’Glory’. La lutte pour la réputation dans le modèle hobbesien », Communica (...)
  • 38 Voir La Bruyère, Caractères, De la mode, 23; Des biens de fortune, 62.
  • 39 Voir Carole Dornier, « Plaisir du sensible et direction des conduites : La politique de la fiction (...)
  • 40 Annales politiques, éd. Joseph Drouet, Paris, Champion, 1912, p. 96-97.
  • 41 Voir l’introduction au Projet pour rendre les établissements des religieux plus parfaits, c’est-à-d (...)

20On n’en finirait pas d’énumérer les domaines dans lesquels la volonté de perfectionnement de l’abbé s’exerce. Disons un mot du désir de se distinguer et du rôle de l’émulation. Chez lui comme chez Hobbes, la distinction ne peut plus être une valeur flottante laissant aux sujets la liberté de s’estimer, mais elle devient reconnaissance publique, définie par la loi instaurant un système de récompenses destinées à ceux qui servent le mieux l’intérêt commun37. La bonne politique invite à conjuguer, à l’échelle collective, l’intention bienfaisante, les talents ou le pouvoir d’agir, et à encourager, par souci d’efficacité, le travail, l’exercice et l’application, pour augmenter les capacités dont la nature a doté certains hommes. L’ambition bien dirigée est donc un instrument de progrès dans une société conçue comme perfectible, où la concurrence favorise le désir du meilleur. Loin du discours des moralistes classiques et des prédicateurs fustigeant l’ambition38, Saint-Pierre voit dans l’orientation des désirs un moyen d’améliorer la société et de ménager un facteur dynamique dans la hiérarchie sociale. Pour favoriser l’harmonie, la bienfaisance et l’esprit de justice, Saint-Pierre ajoute à des projets d’éducation fondés sur l’acquisition d’habitudes, le projet de faire servir les productions culturelles – théâtre, romans, contes et ouvrages d’histoire – à l’instruction morale. Il n’hésite pas à proposer l’expurgation et la réécriture des succès de Molière, de Corneille et de Racine en vue de leur perfectionnement39. Mais si l’on peut tenter de soumettre la fiction narrative, l’histoire et le théâtre au calcul utilitariste par une réinterprétation moralisante de lutile dulci, que faire des arts visuels, plastiques, de la musique ? Saint-Pierre n’hésite pas à reprocher à Colbert d’avoir fondé des académies consacrées à ces niaiseries quand il fallait, selon lui, favoriser des compagnies de commerce40. Dans sa critique du luxe, comme on l’a vu plus haut, il dénie toute légitimité au faste aristocratique. Les valeurs spirituelles comme la vie contemplative, l’ascétisme, le sacrifice, sont également destitués au profit d’un usage des biens et du travail du clergé en faveur de l’éducation, de la prise en charge des indigents et des malades. La prouesse, la virtuosité et le talent sont considérés comme de peu de valeur, s’ils ne sont pas utiles au plus grand nombre. La difficulté à penser le Beau dans son autonomie et autrement que comme un agrément attaché aux œuvres, mobilisable pour l’action politique et l’instruction morale, relève d’un même réductionnisme économique et utilitaire41.

  • 42 Voir Georges Bataille, La Part maudite, Paris, Éditions de Minuit, 1949 ; Hartmut Rosa, Rendre le m (...)
  • 43 Voir Max Weber, La Domination [Wirtschaft und Gesellschaft], éd. Y. Sintomer, Paris, La Découverte, (...)

21Sa réflexion, enfermée dans les limites de l’utile, se trouve cruellement démunie face à tout ce qui relève de ce que Georges Bataille a défini comme la « part maudite » et ce que plus récemment Hartmut Rosa a désigné comme la manifestation de l’indisponible42. La confiance dans le calcul rationnel du meilleur, l’approche quantitative et le conditionnement moral ignorent l’imprévisible, l’incalculable, le non-reproductible, l’improductif. Dans le cadre d’une analyse wébérienne des formes de dominations et de légitimités, Saint-Pierre illustre un mouvement de critique des valeurs charismatiques, anti-économiques, la recherche d’une administration bureaucratique, rationnelle, un pouvoir impersonnel conçu comme une machine43.

Conclusion

  • 44 Voir Mémoire pour perfectionner la police sur les chemins, § 250, dans Les écrits de l’abbé de Sain (...)

22Le programme de Castel de Saint-Pierre est fondé sur la conviction qu’il est possible d’améliorer la condition des hommes en société par une approche scientifique et quantitative de la décision politique. Cette volonté de perfectionnement, application aux affaires de l’État de la croyance des Modernes dans le progrès, rencontrait de nombreuses résistances, comme l’éprouva le Régent à partir de septembre 1715 et l’abbé lui-même, exclu de l’Académie française en 1718, condamné progressivement à publier en Hollande, conscient du long chemin à parcourir pour faire accepter l’invention et la nouveauté en matière d’action publique. Saint-Pierre essuyait non seulement la censure mais aussi les sarcasmes et procès en utopie, déplorant les « bons mots contre tout ce qui est nouveau ; comme si l’on ne pouvait plus rien inventer de bon, comme si le nouveau et le mauvais était toujours la même chose »44.

  • 45 Sur la défense par Rousseau et Kant du postulat rationnel qui sous-tendait les projets de l’abbé, e (...)
  • 46 Céline Spector, « Esprit général », dans Dictionnaire Montesquieu [en ligne], sous la direction de (...)
  • 47 Carole Dornier, « Façonner les mœurs par l’action politique : les projets de l’abbé de Saint-Pierre (...)

23En dessinant un âge d’or appartenant non au passé mais au futur, l’abbé ouvrait la perspective d’un avenir meilleur, définissait le gouvernement de la raison, non comme la soumission aux dysfonctionnements du présent mais comme la recherche d’un ordre juste45. Toutefois son approche inspirée des travaux de William Petty, s’appuyant sur le calcul, omettait les déterminations particulières qui pèsent sur les sociétés, ce que Montesquieu dans L’Esprit des lois définissait comme l’esprit général et les mœurs46, obstacles ou auxiliaires que l’action politique devait prendre en compte. Saint-Pierre, convaincu qu’on pouvait façonner les mœurs par le conditionnement du citoyen, grâce à l’orientation des désirs et à la manipulation de l’opinion par le législateur47, avait choisi, dans son volontarisme politique, d’ignorer une objection autrement plus sérieuse que les moqueries des courtisans ou de Voltaire concernant les conditions de réalisation d’un optimum : la nécessité de composer avec les usages, les mœurs et les manières.

Haut de page

Notes

1 Philippe Minard, « La ‘réforme’ en France et en Angleterre au XVIIIe siècle : sens et fortunes d’un mot d’ordre », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 56 (4bis), 2009, p. 5-13.

2 Voir Christiane Demeulenaere-Douyère et David J. Sturdy, « Les sciences au service de l’économie : stratégies gouvernementales en Grande-Bretagne et en France au début du XVIIIe siècle », Documents pour l’histoire des techniques, n°19, 2010, http://journals.openedition.org/dht/1467 (date de la dernière consultation le 7 avril 2020).

3 Sur le réseau de relations de Saint-Pierre, voir Carole Dornier, La Monarchie éclairée de l’abbé de Saint-Pierre, une science politique des Modernes, Oxford University Studies in the Enlightenment, Liverpool University Press, 2020, p. 18-26 ; sur l’idée de progrès chez les Modernes, voir Jean-René Armogathe, Postface à La Querelle des Anciens et des Modernes, Paris, Gallimard, « Folio, », 2001, p. 818-847 ; Pierre-André Taguieff, Du Progrès, E.J.L., 2001, p. 25-60 ; Frédéric Rouvillois, L’Invention du progrès, Aux origines de la pensée totalitaire (1680-1730), Paris, Kimé, 1996.

4 Projet pour perfectionner le gouvernement des États, Ouvrages de politique, Rotterdam, Jean-Daniel Beman, 1733, t. 3, p. 228-229.

5 Sur cette expression de Saint-Pierre, voir Nouveau plan de gouvernement [1738], § 32, dans Carole Dornier (dir.), Les écrits de l’abbé Castel de Saint-Pierre, Caen, Presses universitaires, 2018-2020 [https://www.unicaen.fr/puc/sources/castel/doc/Gouvernement/gouvernement.xml] ; sur sa déclinaison en politique, voir Simona Gregori, L’Enfance de la science du gouvernement, filosofia, politica e istitutioni nel pensiero dell’abbé de Saint-Pierre, Macerata, EUM (Edizioni Università di Macerata), 2010, p. 29-48.

6 « Conséquences du progrès nécessaire et indéfini de la raison humaine, malgré les interruptions des guerres », dans Ouvrages de politique et de morale, Rotterdam, Jean-Daniel Beman, t. 15, 1741, p. 100-101.

7 Observations sur les progrès continuels de la Raison universelle, Ouvrages politiques, op. cit, t. 11, 1737, p. 278-279.

8 Voir Louis Marin, « Pour une théorie baroque de l’action politique », dans Gabriel Naudé, Considérations politiques sur les coups d’État, 1639, Paris, Éditions de Paris, 1989, « Le temps et l’histoire », p. 7-65. [Repris dans Politiques de la représentation, op. cit., p. 191-232].

9 Dialogues sur la divinité de l’Alcoran et du Védam [ca 1730], BM Rouen, Ms de l’abbé de Saint-Pierre, t. 1, 948 (I, 12), p. 511-680 ; Dialogues entre deux Persans, Ouvrages de morale et de politique, Rotterdam, Jean Daniel Beman, t. 12, p. 135-136 ; voir Pierre Bayle, Commentaire philosophique sur ces paroles de Jésus-Christ ‘Contrains-les d’entrer’ [1686], éd. Jean-Michel Gros, Paris, Presses Pocket, 1992, p. 85-97 ; Spinoza, Traité théologico-politique, VII, § 4, [99], éd. P.-F. Moreau, Paris, PUF, 2016, p. 279-283.

10 Lettre à madame de Lambert du 4 janvier 1697, dans les Ouvrages de morale et de politique, op. cit., 1741, t. 16, p. 172-173.

11 Observations sur le célibat des prêtres, § 74, dans Les écrits de l’abbé de Saint-Pierre, éd. cit. [https://www.unicaen.fr/puc/sources/castel/Religion/Celibat_des_pretres.xml/focus/celibat_4_6_p2]

12 Lettres persanes, 76 (texte de 1721), 129 (texte de 1758).

13 Lionel Rothkrug, Opposition to Louis XIV. The Political and Social Origins of the French Enlightenment, Princeton University Press, 1965.

14 Pour Saint-Pierre comme pour Montesquieu, la puissance des États européens dépend, non de leur expansion territoriale, mais de leur commerce ; sur cette question et sur les modèles anglais et hollandais, voir mon introduction au Projet pour perfectionner le commerce de France, § 4-6, dans Les écrits de l’abbé de Saint-Pierre, éd. cit. [https://www.unicaen.fr/puc/sources/castel/doc/Economie/projet_commerce_intro.xml] ; Réflexions sur la monarchie universelle en Europe [1734], dans Œuvres complètes de Montesquieu, t. II, éd. Françoise Weil et Cecil Patrick Courtney, Oxford / Naples, Voltaire Foundation / Istituto italiano per gli studi filosofici, 2000, p. 339-364 et l’introduction de Catherine Larrère, ibid., p. 326-333 ; sur Saint-Pierre et l’émergence de l’économie politique, voir Jean-Claude Perrot, Une Histoire intellectuelle de l’économie politique, Paris, 1992, p. 38-59 ; Arnaud Skornicki, L’Économiste, la cour et la patrie. L’économie politique dans la France des Lumières, CNRS Éditions, coll. « Culture & société », 2011, p. 35-41.

15 Sur l’utilitarisme de Saint-Pierre, voir [Francis Wrigley Hirst], The Arbiter in Council, Londres, 1906, p. 308 ; Peter Van Den Dungen, « The Abbé de Saint-Pierre and the English ‘Irenists’ of the 18th century (Penn, Bellers, and Bentham) », International Journal on World Peace, n°17/2, 2000, p. 19-27.

16 Stefan Luckscheiter, « Leibniz entre les économistes anglais et le Roi de Prusse : ou de l’utilité d’éditer ses notes de lecture avec ses écrits politiques », Les Études philosophiques, 164.4, 2016, p. 597-616. Concernant l’influence de Leibniz et celle de Petty sur Saint-Pierre, voir Carole Dornier, La Monarchie éclairée, op. cit, p. 26 ; 47-54 ; 216-217.

17 [« A seaman is in effect three Husbandmen »] Political Arithmetick [1676], The Economic Writings of Sir William Petty, éd. C. H. Hull, Cambridge, Cambridge University, Press, 1899, t. 1, p.  259.

18 Sur la méthode de Vauban et de Petty, voir le Projet de taille tarifée [1723], § 72, dans Les écrits de l’abbé de Saint-Pierre, éd. cit. [https://www.unicaen.fr/puc/sources/castel/Economie/projet_de_taille.xml/focus/Taille_5_8_p3]. La supputation désigne un calcul hypothétique permettant d’évaluer le bénéfice d’une mesure et la validité d’un choix politique : voir son Mémoire pour perfectionner la police sur les chemins [1708] § 36 et note 18, ibid., [https://www.unicaen.fr/puc/sources/castel/Economie/chemins.xml/focus/chemins_3_5_p1]. 

19 Nouveau Plan de gouvernement des États souverains, § 260, ibid. [https://www.unicaen.fr/puc/sources/castel/Gouvernement/gouvernement.xml/focus/Gouvernement_3_21_p1]. La première ébauche de cet écrit paru en 1738 date de 1722 : voir l’« Histoire du texte » dans l’édition citée. Sur la méthode de Petty, argumentant en termes de nombres, poids ou mesures, voir la Préface de Political Arithmetick, éd. cit., p. 244.

20 Mémoire pour diminuer le nombre de procès [1725], § 143-150, dans Les écrits de l’abbé de Saint-Pierre, éd. cit. [https://www.unicaen.fr/puc/sources/castel/Droit/proces.xml/focus/Proces_3_6_p12]

21 Projet pour renfermer les mendiants [1724], § 14, dans Les écrits de l’abbé de Saint-Pierre, éd. cit. [https://www.unicaen.fr/puc/sources/castel/doc/Economie/mendiants.xml] ; Josiah Child, “It is our Duty to GOD and Nature so to Provide for, and Employ the Poor”, in A Method Concerning the Relief and Employment of the Poor (London, Printed by the advice of some in authority, 1699), p. 4 ; John Bellers, Proposals for raising a colledge of industry of all useful trades an husbandry, with profit for the rich, a plentiful living for the poor, and a good education for youth : Which will be advantage to the government, by the increase of the people, and their riches, London, T. Sowle, 1696 ; Stefan Luckscheiter, « Leibniz entre les économistes anglais et le Roi de Prusse», art. cité, p. 611-612.

22 Castel de Saint-Pierre, Observation V très importante sur le luxe, Ouvrages politiques, op. cit., t. 7, 1734, p. 32-41 ; Carole Dornier, « Luxe, économie politique et utilitarisme chez l’abbé de Saint-Pierre », Contre le luxe (XVIIe-XVIIIe siècle), Paris, Classiques Garnier, 2020, p. 339-350 ; sur Leibniz et le luxe, voir Stefan Luckscheiter, art. cit., p. 606-607.

23 Observations pour augmenter l’instruction du peuple, § 11, dans Les écrits de l’abbé de Saint-Pierre, éd. cit. [https://www.unicaen.fr/puc/sources/castel/doc/Religion/Instruction_du_peuple.xml] ; Sur les analyses de Vauban et de Boisguilbert, voir Michèle Virol, Vauban, De la gloire du roi au service de l’État, Seyssel, Champ Vallon, 2003, p. 244-245.

24 Voir la lettre que Saint-Pierre adresse en mars 1743, juste avant sa mort, à Philibert Orry, le Contrôleur général, qu’il félicite de la mise en œuvre de son projet de taille, « établissement qui servira à [le] guider à observer la justice et la proportion entre province et province » : Archives départementales du Calvados, 38 F 45 (anc. liasse 7), n.p.

25 Voir Michel Antoine, Le Cœur de l’État. Surintendance, Contrôle général et Intendances des finances, 1552-1791, Paris, Fayard, 2003, p. 377.

26 Préservatifs contre la famine, § 62 et note 29, dans Les écrits de l’abbé de Saint-Pierre, éd. cit. [https://www.unicaen.fr/puc/sources/castel/doc/Economie/famine.xml].

27 ‘De l’utilité d’un établissement d’archives’, Œuvres de Leibniz, éd. A. Foucher de Careil, Paris, Firmin-Didot Fres, 1859-1875, t. 7, p. 133-134.

28 Voir de Saint-Pierre, Utilité des dénombrements [1733], dans Les écrits de l’abbé de Saint-Pierre, éd. cit. [https://www.unicaen.fr/puc/sources/castel/doc/Economie/denombrements.xml] et Avantages que doit produire l’agrandissement continuel de la ville capitale d’un État [1733], ibid. [https://www.unicaen.fr/puc/sources/castel/doc/Economie/avantages_capitale.xml] ; voir aussi les « Observations » de Saint-Pierre dans les Considérations sur le gouvernement de D’Argenson (Liverpool, Liverpool University Press, 2019, p. 265) et l’introduction d’Andrew Jainchill à cette édition, p. 44-46. Sur la critique de la croissance urbaine par Fleury, Fénelon et La Bruyère, voir François-Xavier Cuche, Une Pensée sociale catholique, Paris, Cerf, 1991, p. 112-114 ; 303-306.

29 Arnaud Orain, La Politique du merveilleux, Paris, Fayard, 2018, p. 17.

30 Carole Dornier, La Monarchie éclairée, op. cit., p. 154-186.

31 Voir Nouveau Plan de gouvernement, § 188 sqq., dans Les écrits de l’abbé de Saint-Pierre, éd. cit. [https://www.unicaen.fr/puc/sources/castel/doc/Gouvernement/gouvernement.xml]. Sur la supériorité des Modernes et l’importance des académies pour le progrès des sciences, voir de Fontenelle, la Digression sur les Anciens et les Modernes et l’Histoire du renouvellement de l’Académie royale des Sciences, dans Œuvres, Paris, Brunet, 1742, t. 4, p. 170-200; t. 10, p. 1-28.

32 Voir Leibniz, Le Droit et la raison, éd. René Sève, Paris, Vrin, 1994, p. 221-222 ; sur les académies, voir en particulier les écrits mentionnés, p. 122, note 1 ; id., « Plan de la création d’une société des arts et des sciences en Allemagne, Œuvres de Leibniz, t. 7, p. 47-48.

33 Sur l’impression de la Dîme royale, voir Michèle Virol, Vauban, p. 351 sqq.

34 Observations pour avoir plus de traductions des ouvrages de politique et de règlements des Anglais et des Hollandais, Archives départementales du Calvados, 38 F 41 ‘anc ; liasse 1.

35 Projet pour perfectionner le gouvernement des États , éd. cit., p. 90-91 ; p. 147-148.

36 Ouvrages politiques, op. cit., t. 4, 1734, p. 82-83 ; Nouveau Plan de gouvernement, éd. cit., § 216-220. [https://www.unicaen.fr/puc/sources/castel/Gouvernement/gouvernement.xml/focus/Gouvernement_3_14_p9].

37 Voir Barbara Carnevali, «’Glory’. La lutte pour la réputation dans le modèle hobbesien », Communications, vol. 93, no 2, 2013, p. 49-51 ; Carole Dornier, « Désir de distinction et dynamique sociale chez l’abbé de Saint-Pierre », Lumen, volume 40, 2021, p. 55–73.

38 Voir La Bruyère, Caractères, De la mode, 23; Des biens de fortune, 62.

39 Voir Carole Dornier, « Plaisir du sensible et direction des conduites : La politique de la fiction dans les projets de l’abbé de Saint-Pierre », dans C. Deharbe et N. Dion (dir.), Fiction et morale au XVIIIe siècle, publication de la SCEDHS, Paris, Hermann, à paraître.

40 Annales politiques, éd. Joseph Drouet, Paris, Champion, 1912, p. 96-97.

41 Voir l’introduction au Projet pour rendre les établissements des religieux plus parfaits, c’est-à-dire plus utiles au prochain, dans Les écrits de l’abbé de Saint-Pierre, éd. cit. [https://www.unicaen.fr/puc/sources/castel/doc/Religion/Etablissements_religieux_intro.xml] ; le Projet pour mieux mettre en œuvre le désir de la distinction, Œuvres diverses de monsieur l’abbé de Saint-Pierre, Paris, Briasson, 1730, t. 2, p. 242-245.

42 Voir Georges Bataille, La Part maudite, Paris, Éditions de Minuit, 1949 ; Hartmut Rosa, Rendre le monde indisponible [Unverfügbarkeit, 2018], Paris, La Découverte, 2020.

43 Voir Max Weber, La Domination [Wirtschaft und Gesellschaft], éd. Y. Sintomer, Paris, La Découverte, 2015, p. 100-118 ; 269-274 ; sur la conception bureaucratique du pouvoir chez Saint-Pierre, voir La Monarchie éclairée, op. cit., p. 155-191.

44 Voir Mémoire pour perfectionner la police sur les chemins, § 250, dans Les écrits de l’abbé de Saint-Pierre, éd. cit. ; https://www.unicaen.fr/puc/sources/castel/doc/Economie/chemins.xml.

45 Sur la défense par Rousseau et Kant du postulat rationnel qui sous-tendait les projets de l’abbé, en particulier le Projet de paix perpétuelle, voir Jean Ferrari, « L’abbé de Saint-Pierre, Rousseau et Kant », L’Année 1795 : Kant, Essai sur la paix, Paris, Vrin, 1997, p. 25-40 ; sur la disqualification ironique de ses projets par la Cour et par Voltaire, voir La Monarchie éclairée, op. cit., p. 337-340.

46 Céline Spector, « Esprit général », dans Dictionnaire Montesquieu [en ligne], sous la direction de Catherine Volpilhac-Auger, ENS de Lyon, septembre 2013. URL : http://dictionnaire-montesquieu.ens-lyon.fr/fr/article/1376474276/fr ; id., « Coutumes, mœurs, manières », dans ibid. URL : http://dictionnaire-montesquieu.ens-lyon.fr/fr/article/1376474087/fr.

47 Carole Dornier, « Façonner les mœurs par l’action politique : les projets de l’abbé de Saint-Pierre », dans J. Dagen, M. Escola et M. Rueff (dir.), Morales et politique, Paris, Champion, 2005, p. 283-294.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carole Dornier, « Méthode des calculs et optimum de la décision politique dans les projets de l’abbé de Saint-Pierre »Études Épistémè [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 14 février 2024, consulté le 25 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/episteme/17170 ; DOI : https://doi.org/10.4000/episteme.17170

Haut de page

Auteur

Carole Dornier

Professeur émérite de littérature et culture françaises du XVIIIe siècle à l’Université de Caen, Carole Dornier a publié des travaux et des éditions scientifiques de textes concernant les idées morales et politiques des Lumières (Crébillon, Duclos, Montesquieu, Le Maître de Claville, Vauvenargues, Rousseau). Elle dirige actuellement une édition électronique des écrits de l’abbé de Saint-Pierre et a fait paraître en 2020 La Monarchie éclairée de l’abbé de Saint-Pierre, une science politique des Modernes (Oxford University Studies in the Enlightenment, Liverpool University Press).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search