Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44L’optimum comme paradigme savant ...

L’optimum comme paradigme savant dans l’Encyclopédie

Optimum as a Scholarly Paradigm in the Encyclopédie
Claire Fauvergue

Résumés

Le système de la connaissance humaine tel que le conçoivent Diderot et d’Alembert, éditeurs de l’Encyclopédie, est supposé n’être qu’un système parmi d’autres. Une telle conception relève d’un paradigme savant sous-tendu par l’idée d’optimum. Ce paradigme invite notamment à réfléchir au degré de perfection auquel l’humanité peut prétendre en matière de connaissance. À la dimension proprement scientifique du projet encyclopédique s’ajoute dès lors une dimension morale et politique. Ainsi, l’utilité de l’Encyclopédie sera considérée en fonction de sa réception auprès de public : la règle de l’optimum exige des auteurs d’écrire pour l’avenir, jamais pour le présent, ou de rapporter toutes les connaissances au point de vue du lecteur. Le concept d’optimum conduit par conséquent les éditeurs à estimer l’horizon des connaissances humaines, horizon par rapport auquel l’Encyclopédie pourra atteindre sa plus grande efficience.

Haut de page

Texte intégral

1Nous envisagerons dans cet article l’optimum dans une perspective épistémologique, et plus précisément comme un paradigme savant. La dimension pratique du meilleur retiendra plus particulièrement notre attention. En effet, l’hypothèse orientant nos recherches est que la conception du système des connaissances humaines des éditeurs de l’Encyclopédie, Diderot et d’Alembert, comprend une telle dimension.

  • 1 P. Rateau, « Perfection, harmonie et choix divin chez Leibniz : en quel sens le monde est-il le mei (...)
  • 2 Ibid., p. 191.

2Bien que cette dimension pratique soit présente chez Leibniz et que l’optimum s’avère avoir pour lui une portée épistémologique évidente, force est de constater que la notion leibnizienne d’optimum s’accompagne de l’introduction de la finalité et s’avère, par là même, étroitement liée à l’idée d’un choix divin. En effet, l’optimum « suppose un entendement qui conçoit différents possibles et une volonté qui le choisit […] »1, comme l’explique P. Rateau dans l’article « Perfection, harmonie et choix divin chez Leibniz : en quel sens le monde est-il le meilleur ? ». De l’optimum, P. Rateau propose la définition suivante : « Le meilleur désigne le plus déterminé (et donc le plus « déterminant » pour la volonté divine), lequel est le plus intelligible, le plus rationnel et unique »2. Or une telle définition a la particularité d’avoir du sens pour les Lumières, à condition, bien entendu, d’occulter la précision indiquée entre parenthèses par P. Rateau.

  • 3 Diderot, Prospectus de l’Encyclopédie, Œuvres complètes, éd. H. Dieckmann, J. Proust, J. Varloo, Pa (...)
  • 4 J’emploie le terme d’horizon de façon anachronique, car le terme n’apparaît pas au sens figuré dans (...)

3En effet, le système de la connaissance, tel que les éditeurs de l’Encyclopédie le conçoivent, découle rigoureusement des conditions d’exercice de l’entendement humain. « C’est de nos facultés que nous avons déduit nos connaissances »3, écrit Diderot dans le Prospectus. Ce choix en faveur de l’empirisme les amène à renoncer à la perfection absolue d’un système qui existerait dans l’entendement divin. Il les invite aussi à réfléchir au degré de perfection auquel l’humanité peut prétendre en matière de représentation des connaissances. L’optimum, ainsi entendu, sous-tend non seulement la conception de l’Encyclopédie mais aussi la réflexion des éditeurs sur la réception de l’ouvrage. Autrement dit, la notion d’optimum leur servira à apprécier l’ouvrage encyclopédique et à en juger l’utilité. Elle leur permettra également de corriger les erreurs d’appréciation du degré de perfection auquel peut raisonnablement prétendre un tel ouvrage. Enfin, plus généralement, la notion d’optimum les invitera à se représenter un horizon des connaissances4, horizon par rapport auquel l’ouvrage encyclopédique pourra atteindre sa plus grande efficience.

4Parmi les représentations récurrentes de l’optimum se distingue chez Leibniz la courbe ou courbure. Ainsi s’explique que cette notion soit appréhendée dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert comme relevant de la géométrie. Nous lisons à l’article COURBE :

  • 5 D’Alembert, article COURBE (Ordre encycl. Entend. Raison, Science, Science de la Nat. […] Géométrie (...)

Plusieurs auteurs, après Descartes, n’admettent que les courbes géométriques dans la construction des problèmes, et par conséquent dans la Géométrie ; mais M. Newton, et après lui, MM. Leibnitz et Wolf sont d’un autre sentiment, et prétendent avec raison que dans la construction d’un problème, ce n’est point la simplicité de l’équation d’une courbe qui doit la faire préférer à une autre, mais la simplicité et la facilité de la construction de cette courbe.5

  • 6 Blondel, article COURBURE, en bâtiment, Enc., IV, 390b.

5Dans l’Encyclopédie, la courbure est également définie en architecture comme « l’inclinaison […] d’un dôme, etc. ou le revers d’une feuille de chapiteau »6. Dans les Essais sur la peinture, Diderot remarque, pour sa part, que la courbe du dôme de Saint-Pierre de Rome révèle l’existence d’un accord secret entre la connaissance empirique et la géométrie :

  • 7 Diderot, Essais sur la peinture, Gita May éd., Paris, Hermann, 1984, p. 78.

Michel Ange donne au dôme de Saint Pierre de Rome la plus belle forme possible. Le géomètre de la Hire, frappé de cette forme, en trace l’épure, et trouve que cette épure est la courbe de la plus grande résistance. Qui est-ce qui inspira cette courbe à Michel Ange, entre une infinité d’autres qu’il pouvait choisir ? L’expérience journalière de la vie.7

6Il n’existe donc pas, selon Diderot, d’antinomie entre l’empirisme et l’optimum, à condition toutefois que celui-ci soit considéré dans sa dimension pratique.

7Si la notion de courbe ne fait pas particulièrement l’objet d’une réflexion philosophique dans l’Encyclopédie, le passage de l’article COURBE cité ci-dessus n’est pas sans présenter une dimension philosophique en évoquant la question du choix de la meilleure courbe pour la construction d’un problème. Sur cette question, la référence de d’Alembert à Leibniz ainsi qu’à Wolff reste néanmoins très allusive. Fontenelle se montre pour sa part plus explicite en rapportant la notion de courbe aux principes de la philosophie de Leibniz, révélant de la sorte la dimension métaphysique des lois géométriques énoncées par Leibniz. Ainsi écrit-il dans l’Éloge de Leibniz :

  • 8 Fontenelle, Éloge de M. Leibniz, Histoire de l’Académie royale des sciences de Paris, année 1716, P (...)

Ses grands principes étaient que rien n’existe ou ne se fait sans une raison suffisante, que les changements ne se font point brusquement et par sauts, mais par degrés et par nuances, comme dans des suites de Nombres, ou dans des Courbes, que dans tout l’Univers, comme nous l’avons déjà dit, un meilleur est mêlé partout avec un plus grand, ou, ce qui revient au même, les Lois de convenance avec les lois nécessaires ou géométriques.8

  • 9 Ibid., p. 116.
  • 10 Mémoires pour l’histoire des sciences et des beaux-arts, Trévoux, février 1737, « Essais de Théodic (...)
  • 11 D’Alembert, « Discours préliminaire », Enc., I, p. XVIII.
  • 12 D’Alembert, article OPTIMISME (Philosophie), Enc., XI, 517a.

8Si Fontenelle souligne le rapport de réciprocité existant chez Leibniz entre la métaphysique et la géométrie, il est pourtant loin d’y souscrire et s’exclame : « Ces principes si nobles et si spécieux ne sont pas aisés à appliquer, car dès qu’on est hors du nécessaire rigoureux et absolu, qui n’est pas bien commun en Métaphysique, le suffisant, le convenable, un degré ou un saut, tout cela pourrait bien être un peu arbitraire ». Fontenelle rappelle ainsi à ses lecteurs que les principes de la métaphysique n’ont rien de commun avec les lois géométriques, à moins, comme il l’écrit, « que ce ne soit le besoin de système qui décide »9. Cette dernière remarque n’est pas restée sans écho, comme en témoignent l’expression « système de l’Optimum » et le terme « Optimisme »10 que l’on rencontre dans les Mémoires de Trévoux, puis la formule « système de l’Optimisme »11 figurant dans le « Discours préliminaire » de l’Encyclopédie. D’Alembert se montrera particulièrement critique à cet égard, allant même jusqu’à déclarer dans l’article OPTIMISME que « toute cette métaphysique de l’optimisme est bien creuse »12.

  • 13 D’Alembert, article APPLICATION de la Méthode géométrique à la Métaphysique, Enc., I, 553a.

9Les encyclopédistes se situent donc résolument dans le prolongement de la critique formulée par Fontenelle, raison pour laquelle ils réduisent les systèmes à des points de vue et se proposent de délimiter le champ d’application de chaque science à part. Dans l’article APPLICATION de la Méthode géométrique à la Métaphysique, par exemple, d’Alembert explique comment les ouvrages de métaphysique ne font qu’abuser des mots en prétendant suivre la méthode des géomètres : « un livre de Métaphysique ou de Morale peut souvent être mauvais en suivant la méthode des Géomètres. Il faut même se défier de ces sortes d’ouvrages ; car la plupart des prétendues démonstrations n’y sont fondées que sur l’abus des mots »13.

10Au contraire de l’Encyclopédie, la recension des Essais de Théodicée publiée en 1737 dans les Mémoires de Trévoux met l’accent sur la dimension métaphysique de la notion de courbure. Celle-ci est présentée comme une « idée géométrique » renvoyant à l’optimum et à un système, celui de l’harmonie préétablie :

  • 14 Mémoires pour l’histoire des sciences et des beaux-arts, Trévoux, février 1737, « Essais de Théodic (...)

La régularité et l’unité systématique de courbure, par laquelle l’auteur [Leibniz] exprimait la marche et toute la conduite de chaque homme, et sans doute de tous les hommes et de tous les êtres, sans en excepter peut-être Dieu même, était une idée géométrique des plus brillantes, mais une branche de l’harmonie préétablie, et un Spinosisme tout pur.14

  • 15 Leibniz, Essais de Théodicée, III, § 282, Die philosophischen Schriften von G. W. Leibniz, C. I. Ge (...)

11Le fait que Dieu obéisse à la même courbure que les hommes, selon les principes de la philosophe de Leibniz, motive le parallèle avec le spinozisme, voire avec le matérialisme. Le paragraphe 282 de la troisième partie des Essais de Théodicée a pu motiver la critique ainsi formulée par l’auteur de la recension des Mémoires de Trévoux. Nous y lisons la remarque suivante : « L’on peut dire dans un certain sens, qu’il est nécessaire que les bienheureux ne pèchent pas ; que les diables et les damnés pèchent ; que Dieu même choisisse le meilleur ; que l’homme suive le parti qui après tout le frappe le plus ». Leibniz précise néanmoins que la nécessité à laquelle il fait allusion « n’est point opposée à la contingence ; ce n’est pas celle qu’on appelle logique, géométrique, ou métaphysique, dont l’opposé implique contradiction »15.

12Ces diverses définitions ne doivent pas faire oublier la dimension proprement épistémologique des notions de courbe et d’optimum, car il existe indéniablement chez Leibniz un rapport entre optimum et connaissance. C’est un aspect que relève Jaucourt dans l’Histoire de la vie et des ouvrages de Mr. Leibnitz :

  • 16 Jaucourt (M. L. de Neufville), Histoire de la vie et des ouvrages de Mr. Leibnitz, Amsterdam, 1734, (...)

il résulte de la suprême perfection de Dieu, qu’en produisant l’Univers, il a choisi le meilleur plan possible, où il y ait le plus de variété avec le plus grand ordre ; le terrain, le lieu, le temps les mieux ménagés ; le plus d’effets produits par les lois les plus simples ; le plus de puissance, le plus de connaissance, le plus de bonheur et de bonté dans les créatures, que l’Univers en pouvait admettre […].16

  • 17 Diderot, article ENCYCLOPÉDIE, (Philosophie), Enc., V, 640vb ; Diderot, Prospectus, DPV, V, p. 117.
  • 18 Ibid., Enc., V, 641ra. Sur le livre du monde, voir Beyer de Ryke Benoît, « Le miroir du monde : un (...)

13Il n’est pas dénué de signification que Diderot aborde ce sujet dans l’article ENCYCLOPÉDIE en précisant que le choix du meilleur plan pour un ouvrage encyclopédique diffère absolument du choix du meilleur plan de l’univers, point sur lequel il diverge de Leibniz. Si Diderot ne remet pas explicitement en cause l’hypothèse qu’il avait énoncée dans le Prospectus selon laquelle le seul système de la connaissance « d’où l’arbitraire serait exclu » serait « le système qui existait de toute éternité dans la volonté de Dieu » 17, il propose à présent un autre paradigme en déclarant, d’une part, que nous n’aurons jamais un tel système et, d’autre part, qu’il ne nous serait peut-être « pas fort avantageux de l’avoir ». Autrement dit, s’il existait un système de la connaissance humaine dans l’entendement ou la volonté de Dieu, ce système ne serait certainement pas le meilleur pour nous. En effet, le livre du monde, cet « ouvrage où tous les ressorts de l’univers seraient développés », comme l’écrit Diderot, redoublerait inutilement l’univers et ne serait pas « plus parfait à nos yeux que l’univers »18 lui-même. Enfin, après avoir insisté sur l’inutilité d’un système de la connaissance existant dans l’entendement divin, il est remarquable que Diderot introduise la notion de point de vue et redéfinisse cette notion dans une perspective encyclopédique. De toute évidence, l’enjeu de ce développement est d’esquisser un paradigme qui tienne compte des conditions d’exercice de l’entendement humain et soit adapté au degré de perfection auquel l’humanité peut prétendre en matière de connaissance.

14L’introduction du point de vue de l’homme dans l’Encyclopédie marque ainsi le passage à un nouveau paradigme. La notion de point de vue contribue à produire une représentation de l’univers parlant à notre sensibilité, ce qui revient à ouvrir l’accès à de nouvelles connaissances. Le principe du meilleur n’est pas absent de ce nouveau paradigme, dans la mesure où le point de vue redéfini par Diderot dans une perspective encyclopédique fera toujours l’objet d’un choix. Ce paradigme se distingue en ajoutant une dimension anthropologique à la conception leibnizienne de l’optimum, comme nous pouvons l’observer dans le Neveu de Rameau lorsque « Moi » s’exclame :

  • 19 Diderot, Neveu de Rameau, DPV, XV, p. 83.

Oublions pour un moment le point que nous occupons dans l’espace et dans la durée ; et étendons notre vue sur les siècles à venir, les régions les plus éloignées, et les peuples à naître. Songeons au bien de notre espèce. Si nous ne sommes pas assez généreux ; pardonnons au moins à la nature d’avoir été plus sage que nous.19

  • 20 Diderot, article ENCYCLOPÉDIE, Enc., V, 640b.

15Ainsi définie d’un point de vue anthropologique, la notion d’optimum conserve toute son efficacité, son efficience, faudrait-il dire. Le nombre de points de vue suivant lesquels l’univers peut être représenté étant infini, le nombre de « systèmes possibles de la connaissance humaine »20 l’est aussi, et le choix d’un système de la connaissance reste ouvert. C’est un choix auquel tout un chacun, qu’il soit auteur ou lecteur, savant ou artiste, pourrait participer.

  • 21 Leibniz, Essais de Théodicée, I, § 25, GP, t. VI, p. 117.
  • 22 Leibniz, Recommandation pour instituer la science générale, Leibniz, Sämtliche Schriften und Briefe(...)
  • 23 Ibid., A. VI, IV, p. 699.
  • 24 Ibid., A. VI, IV, p. 692-693.

16De plus, le meilleur est une « fin » 21ainsi qu’un principe d’action, comme l’énonce Leibniz dans les Essais de Théodicée. Ses nombreux projets encyclopédiques sont d’ailleurs entièrement sous-tendus par une telle acception du meilleur, l’accent étant mis sur la dimension pratique de l’optimum. Leibniz explique par exemple qu’il devrait y avoir dans un ouvrage encyclopédique « de quoi surmonter quantité de maux, et de quoi se procurer une infinité de commodités de la vie, et surtout on y trouverait assez souvent le moyen de conserver notre santé et d’augmenter nos perfections, qui doit être le principal but de toutes nos études »22. Le dessein de tout savant devrait être de contribuer à l’avancée des connaissances, et « si les hommes n’avancent pas considérablement, c’est le plus souvent faute de volonté et de bonne intelligence entre eux »23, comme l’observe Leibniz. Il remarque en effet, dans la première version de la Recommandation pour instituer la science générale, que les hommes seraient plus heureux « s’ils travaillaient tous de concert au bien commun », c’est-à-dire au « bien de tout le genre humain » 24.

  • 25 Diderot, article ENCYCLOPÉDIE, Enc., V, 645b.
  • 26 Diderot, article SOCRATIQUE, PHILOSOPHIE, ou HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE DE SOCRATE (Histoire de la (...)
  • 27 Diderot, article ENCYCLOPÉDIE, Enc., V, 647b.
  • 28 D’Alembert, « Discours préliminaire », Enc., I, p. XV.

17Les éditeurs de l’Encyclopédie se révèlent relativement proches de la conception leibnizienne de l’optimum dans sa dimension pratique, l’acception métaphysique de la notion étant alors ignorée. Par exemple, Diderot énonce qu’« il est au moins aussi important de rendre les hommes meilleurs, que de les rendre moins ignorants »25. Un tel énoncé n’est pas sans faire écho à la figure de Socrate telle que Diderot se la représente. Nous lisons sous sa plume à l’article SOCRATIQUE, PHILOSOPHIE : « Socrate […] vit qu’il fallait travailler par rendre les hommes bons, avant que de commencer à les rendre savants » 26. La notion d’optimum, ainsi entendue, permet d’articuler la portée politique avec l’ambition scientifique de l’Encyclopédie, l’approche encyclopédique invitant autant à étendre ses vues à l’humanité entière qu’à élargir la sphère de ses connaissances. Ainsi Diderot critique-t-il les savants qui « ne font pas attention qu’ils n’occupent qu’un point sur ce globe, et qu’ils n’y dureront qu’un moment ; que c’est à ce point et à cet instant qu’ils sacrifient le bonheur des siècles à venir et de l’espèce entière »27. Cette remarque n’est pas sans présenter quelque analogie avec la critique du préjugé des savants figurant dans le « Discours préliminaire », d’Alembert déplorant que certains d’entre eux aient tendance à placer « au centre de toutes les Sciences celle dont ils s’occupent »28.

  • 29 D’Alembert, Avertissement, Enc., III, p. VI.
  • 30 Diderot, article ENCYCLOPÉDIE, Enc., V, 648b.

18À la dimension scientifique de l’Encyclopédie vient donc s’ajouter une dimension morale et politique, l’ouvrage étant conçu par ses éditeurs pour le plus grand nombre de lecteurs. C’est « une espèce d’ouvrage cosmopolite »29, comme l’énonce d’Alembert dans l’Avertissement du tome III. La figure de l’éditeur idéal de l’Encyclopédie s’avère sur ce point exemplaire, puisque Diderot attend de lui de n’être « jamais enthousiaste, à moins que ce ne fût de la vérité, de la vertu, et de l’humanité »30. Citons également un passage du « Discours préliminaire » du Dictionnaire de Philosophie ancienne et moderne de l’Encyclopédie méthodique dont Naigeon est l’auteur, passage qui, rétrospectivement, résume bien les réflexions de Diderot dans l’article ENCYCLOPÉDIE :

  • 31 Naigeon, Dictionnaire de Philosophie ancienne et moderne, Encyclopédie méthodique, 1791, t. I, Disc (...)

Il y a dans tous les genres un certain degré de perfection dont il est très difficile et très rare d’approcher, et qu’il n'est pas même accordé à tout le monde de sentir et d’admirer dans le petit nombre d’écrivains qui semblent l’avoir atteint. C’est vers ce terme, que chacun éloigne ou qu’il rapproche selon la portée de sa vue, et la mesure ou le modèle idéal et abstrait qu’il s’est fait du beau et du bon, qu’on doit tendre constamment et avec effort, même sans l’espoir d’y arriver ; car ici, comme dans la plupart des circonstances de la vie, ce n’est qu’en voulant faire mieux qu’on ne peut, qu’on parvient à faire à-peu-près aussi bien qu’on le doit.31

19La dimension pratique de l’optimum appliquée à l’Encyclopédie apparaît ici avec évidence.

  • 32 Diderot, article ENCYCLOPÉDIE, Enc., V, 645b.
  • 33 Ibid., Enc., V, 636a.
  • 34 Leibniz, Recommandation pour instituer la science générale, A. VI, IV, p. 694.
  • 35 Ibid., A. VI, IV, p. 692. Voir également, Leibniz, Correspondance Leibniz-L’Electre Sophie de Hanov (...)

20Diderot explique effectivement, dans l’article ENCYCLOPÉDIE, comment les auteurs contribuant à la rédaction des articles n’ont d’autre motif que « la perfection de l’ouvrage et l’utilité du genre humain ». Le sentiment qui les anime relève de l’amitié et s’oppose à l’« intérêt particulier ». Diderot précise encore que ces auteurs, « sans se connaître, semblent tous concourir d’amitié à la production d’un ouvrage commun »32. Enfin, il ajoute que seule « une société de gens de lettres et d’artistes » pourrait exécuter une encyclopédie, gens de lettres et artistes qu’il décrit comme étant « liés seulement par l’intérêt général du genre humain, et par un sentiment de bienveillance réciproque ». Les sentiments qui les animent sont les « motifs les plus honnêtes » qui soient et « les plus durables », ce qui n’est pas sans conséquence lorsqu’il s’agit de contribuer à un ouvrage tel que l’Encyclopédie exigeant du temps. En résumé, Diderot déclare que ce « n’est point un vil intérêt qui en a réuni et hâté les auteurs » 33. D’ailleurs, l’« intérêt » tendrait plutôt à disperser les auteurs, comme Leibniz l’avait très bien remarqué en examinant le comportement du genre humain par rapport aux sciences : « Au lieu de nous tenir par la main pour nous entreguider et pour assurer notre chemin, nous courons au hasard et de travers et nous heurtons même les uns contre les autres, bien loin de nous aider et de nous soutenir. Ce qui fait que nous n’avançons guère, ou que nous ne savons pas où nous en sommes »34. Dans la première version de cet écrit, Leibniz expliquait que les personnes ayant le plus d’autorité étaient « ordinairement plus portées à l’ambition pour se distinguer qu’à la charité pour s’unir avec les autres »35.

21Amitié, bienveillance, charité : nous observons que les principes du droit naturel ne sont pas étrangers au paradigme qui s’esquisse au cours de l’élaboration de projets encyclopédiques. Bien que la « bienveillance réciproque » relève probablement plus de l’amitié que de la charité pour Diderot, ce sont des termes relativement proches. D’ailleurs, l’idée de « charité du sage » renvoie chez Leibniz à la philanthropie. Il s’agit d’une charité rationnelle, conforme aux décrets de la sagesse, qui s’exerce suivant le principe du meilleur. Si la différence de terminologie philosophique est réelle, nous observons chez Diderot et Leibniz une même conception du principe du meilleur lorsqu’il est appliqué au projet encyclopédique.

  • 36 Leibniz, Discours touchant la méthode de la certitude et l’art d’inventer, A., VI, IV, p. 960.
  • 37 Leibniz, Nouvelles ouvertures, A., VI, IV, p. 690-691.
  • 38 Les principes du droit naturel sont définis par Leibniz dans la Préface du Codex juris gentium dipl (...)

22Leibniz suggère aux savants d’« exercer leur esprit dans des objets solides et réels à l’avantage du public » sans négliger les « sciences utiles » et « la pratique »36. Ce qui motive le choix des connaissances à recueillir dans une encyclopédie n’est pas seulement l’utile mais aussi le meilleur. En offrant aux hommes non seulement un inventaire exact de toutes les connaissances qu’ils ont acquises mais aussi la possibilité de s’en servir et même d’aller plus loin en suppléant à ce qui leur manque, l’encyclopédie, telle que la conçoit Leibniz, donne aux hommes les moyens de « profiter de leurs avantages » et de « contribuer à leur propre félicité »37. Précisons que la notion de félicité est étroitement liée chez Leibniz à la définition des principes du droit naturel38.

  • 39 Diderot, Prospectus, DPV, V, p. 89.
  • 40 Leibniz, Communicatio…curvae celerrimi descensus, « Communication de ma solution au problème de la (...)
  • 41 Arthur Dony, « La mesure de la perfection », Revue de métaphysique et de morale, 2017/4, numéro 96, (...)
  • 42 P. Rateau, Leibniz et le meilleur des mondes possibles, Paris, Classiques Garnier, 2015, p. 87.

23Dans le Prospectus de l’Encyclopédie, Diderot, quant à lui, évoque la Cyclopaedia d’Ephraim Chambers et se montre attentif à l’appréciation du degré de perfection de l’ouvrage relativement au genre encyclopédique ainsi qu’au projet de son auteur. Il écrit au sujet de Chambers que « le plan et le dessein de son dictionnaire sont excellents ; et que si l’exécution en était portée à un certain degré de perfection, il contribuerait plus lui seul aux progrès de la vraie science que la moitié des livres connus. Mais nous ne pouvons nous empêcher », ajoute-t-il, « de voir combien il est demeuré loin de ce degré de perfection »39. L’idée d’évaluer le degré de perfection d’un ouvrage relativement au plan que s’est donné l’auteur nous renvoie à l’optimum tel que Leibniz le conçoit. Dans la méthode de Formis optimis, Leibniz expliquait en effet que ce qu’il cherchait était « la courbe elle-même, devant remplir optimalement une condition donnée »40. Ainsi l’optimum est « constitué par la forme la plus remarquable, celle qui réalise de la meilleure façon une fin donnée »41. Retenons en résumé que le meilleur, comme l’écrit P. Rateau, est la « forme la plus déterminée »42.

  • 43 Diderot, Prospectus, DPV, V, p. 117-118.

24Ainsi formulée, la méthode des formes optimales ne nous paraît pas étrangère au projet épistémologique de l’Encyclopédie. Après avoir fait l’hypothèse que « le nombre des systèmes possibles de la connaissance humaine est aussi grand que le nombre des esprits », Diderot se demande dans le Prospectus ce que serait le meilleur système de la connaissance : « Il y a sans doute un système de la connaissance humaine, qui est le plus clair, le mieux lié, et le plus méthodique : l’avons-nous rencontré ? c’est ce que nous n’avons pas la présomption de croire »43. Diderot laisse ainsi entendre, dès l’« Explication détaillée du système des connaissances humaines », que le choix d’un système de la connaissance humaine présuppose une forme d’optimum. Ce présupposé sous-tend sa réflexion sur le système de la connaissance humaine, et l’on peut imaginer qu’il l’a guidé dans ses choix éditoriaux, ne serait-ce que d’un point de vue formel et pratique.

  • 44 Diderot, article ENCYCLOPÉDIE, Enc., V, 643a.
  • 45 Ibid., Enc., V, 645a.
  • 46 Ibid., Enc., V, 635a.

25Il est intéressant de comparer cette conception de l’Encyclopédie avec l’idée formulée par Leibniz selon laquelle toute forme optimale réalise une fin donnée, car cela signifie que le caractère optimal d’une encyclopédie ne résulte pas purement et simplement de la perfection de chacune de ses parties. De fait, d’Alembert et Diderot ne cessent de relever les défauts de l’ouvrage et réfléchissent aux moyens d’y suppléer. Le caractère optimal de l’Encyclopédie devrait par conséquent s’apprécier relativement à la fin que les éditeurs se sont donnée. Or il est évident que ces derniers conçoivent l’ouvrage relativement à une certaine idée de perfection, et qu’ils définissent ensuite les moyens à mettre en œuvre afin d’y parvenir. Dans l’article ENCYCLOPÉDIE par exemple, Diderot suggère que l’ouvrage révèle ses propres imperfections à mesure qu’il se réalise : « la continuité » et « les vides », les « côtés faibles » et les « endroits forts » du système de la connaissance humaine seront mis en lumière. On découvrira « d’un coup d’œil les objets auxquels il importe de travailler pour sa propre gloire, et pour la plus grande utilité du genre humain ». Diderot poursuit en révélant la fin qu’il se donne en qualité d’éditeur : « Si notre dictionnaire est bon, combien il produira d’ouvrages meilleurs ? »44. En résumé, la forme de l’Encyclopédie, celle de la première édition, est optimale par rapport à une fin clairement définie : produire de meilleurs ouvrages. « Un bon livre fournit un ou plusieurs articles excellents ; un mauvais livre aide à faire mieux »45, comme l’écrit Diderot. Ainsi explique-t-il, dès les premières lignes de l’article ENCYCLOPÉDIE, que le « but » de l’Encyclopédie est non seulement d’exposer le système général des connaissances à nos contemporains mais aussi « de le transmettre aux hommes qui viendront après nous », le point étant que « nos neveux, devenant plus instruits, deviennent en même temps plus vertueux et plus heureux »46. Au-delà de l’instruction du genre humain, ce projet engage la vertu et le bonheur de l’humanité. La notion d’optimum s’avère ainsi être liée à l’idée de postérité.

  • 47 Leibniz, Recommandation pour instituer la science générale, A. VI, IV, p. 698-699.

26Dans la Recommandation pour instituer la science générale, Leibniz explique à ce sujet qu’il ne faut pas nécessairement « faire des grands ouvrages : si chacun ne donnait qu’une seule découverte, nous gagnerions beaucoup en peu de temps. Une seule remarque ou démonstration de conséquence suffit pour s’immortaliser, et pour se faire un mérite auprès de la postérité ». Ce qui importe, d’un point de vue pratique, est le nombre de vérités qu’un ouvrage encyclopédique contient au regard de la postérité. Autrement dit, l’utilité d’une encyclopédie devrait être envisagée du point de vue de sa réception. C’est ainsi que Leibniz compare les livres qui servent « à divertir pendant quelques moments un lecteur qui se veut désennuyer, mais qu’on aura fait sans aucun dessein d’avancer nos connaissances ou de mériter le goût de la postérité », aux « fleurs d’un printemps » ou aux « fruits d’un automne, qui ont de la peine à passer l’année »47. De tels livres non seulement sont inutiles mais courent le risque de tomber dans l’oubli.

  • 48 Diderot, article ENCYCLOPÉDIE, Enc., V, 636a.

27La même métaphore est développée par Diderot dans l’article ENCYCLOPÉDIE, lorsqu’il évoque la vanité des « projets littéraires conçus par les Grands », ces derniers faisant peu de cas de leur utilité. De tels projets littéraires, écrit-il, « sont comme les feuilles qui naissent aux printemps, se sèchent tous les automnes, et tombent sans cesse les unes sur les autres au fond des forêts, où la nourriture qu’elles ont fournie à quelques plantes stériles, est tout l’effet qu’on en remarque »48. Cette métaphore trouve un écho dans le Neveu de Rameau où, au contraire, l’arbre révèle peu à peu son efficience en se déployant dans le temps :

  • 49 Diderot, Neveu de Rameau, DPV, XV, p. 82. Voir Yvon Belaval, L’esthétique sans paradoxe de Diderot, (...)

C’est un arbre qui a fait sécher quelques arbres plantés dans son voisinage ; qui a étouffé les plantes qui croissaient à ses pieds ; mais il a porté sa cime jusques dans la nue ; ses branches se sont étendues au loin ; il a prêté son ombre à ceux qui venaient, qui viennent et qui viendront se reposer autour de son tronc majestueux ; il a produit des fruits d’un goût exquis et qui se renouvellent sans cesse.49

  • 50 Diderot, article ENCYCLOPÉDIE, Enc., V, 637a.

28Cette métaphore de la postérité est révélatrice de la conception diderotienne de l’ouvrage encyclopédique. Celui-ci n’est pas un recueil au sens strict du terme : l’accumulation lui nuit. La règle de l’optimum en matière de production littéraire invite les auteurs à ne jamais écrire pour le moment présent mais pour l’avenir. L’encyclopédiste aura donc soin de rapporter les connaissances au moment de la lecture. C’est ainsi qu’il lui sera possible d’« être plus longtemps utile et nouveau »50, comme le suggère Diderot.

  • 51 Diderot, Prospectus, DPV, V, p. 103.
  • 52 Diderot, Avertissement, t. VIII, p. I.
  • 53 Diderot, article ENCYCLOPÉDIE, Enc., V, 637a.

29La notion de postérité amène donc à inscrire la réalisation du projet encyclopédique dans un temps long. Par exemple, Diderot est prêt à accepter toutes les critiques de ses contemporains, étant bien conscient que « la perfection dernière d’une encyclopédie est l’ouvrage des siècles »51. C’est ce qu’il répète dans l’Avertissement du tome VIII en guise de réponse aux critiques : « Si l’on ne veut pas regarder ce Dictionnaire comme un grand et bel ouvrage, on sera d’accord avec nous, pourvu qu’on ne nous envie pas jusqu’à l’avantage d’en avoir préparé les matériaux ; […] Grâce à nos travaux, ceux qui viendront après nous, pourront aller plus loin »52. Ainsi formulée, l’idée de postérité conduit Diderot à l’estimation d’un horizon des connaissances, estimation qui lui permettra d’évaluer l’efficience de l’Encyclopédie. En effet, « les connaissances ne deviennent et ne peuvent devenir communes, que jusqu’à un certain point », observe-t-il. Cette observation conduit Diderot à énoncer qu’il « y a dans les sciences un point au-delà duquel il ne leur est presque pas accordé de passer ». L’humanité entière s’inscrit dans un horizon qu’il serait impossible à Diderot de concevoir sans faire l’hypothèse d’une forme d’optimum, c’est-à-dire sans qu’il ait « quelque notion de ce que l’espèce entière peut produire de plus parfait »53.

30Diderot apporte une précision importante au sujet de cet horizon des connaissances en expliquant comment l’étendue de chaque sujet devrait progressivement se réduire dans l’Encyclopédie en proportion de l’avancée des connaissances :

  • 54 Ibid., Enc., V, 641a.

Chaque chose étant alors dans l’Encyclopédie ce qu’elle est en soi, elle y aura sa vraie proportion, surtout lorsque le temps aura pressé les connaissances, et réduit chaque sujet à sa juste étendue. S’il arrivait après un grand nombre d’éditions successivement perfectionnées, que quelque matière importante restât dans le même état, comme il pourrait aisément arriver parmi nous à la Minéralogie et à la Métallurgie, ce ne sera plus la faute de l’Ouvrage, mais celle du genre humain en général, ou de la nation en particulier, dont les vues ne se seront pas encore tournées sur ces objets.54

  • 55 Leibniz, De Arte characteristica ad perficiendas scientas ratione nitentes, A. VI, IV, p. 915 ; tra (...)

31Leibniz fait également l’esquisse d’un tel horizon en considérant que l’« art caractéristique », dont dépend l’accroissement et le perfectionnement des sciences, est « voué à croître au rythme de l’expérience même des hommes ». En résumé, c’est « en proportion des progrès de chaque homme ou du genre humain tout entier que l’on sortira, de cet art unique, le plus grand fruit »55.

  • 56 Diderot, article ENCYCLOPÉDIE, Enc., V, 636a-b.
  • 57 Leibniz, Discours touchant la méthode de la certitude et l’art d’inventer pour finir les disputes, (...)
  • 58 Leibniz, Essais sur un nouveau plan d’une science certaine, sur lequel on demande les avis des plus (...)

32En conséquence de l’idée d’horizon, la durée de l’entreprise que représente l’édition d’une encyclopédie devrait être proportionnée au progrès des sciences, des arts et de la langue. Écrire pour l’avenir, dans une perspective encyclopédique, exige en fait d’écrire vite, raison pour laquelle Diderot se montre très critique à l’égard des travaux académiques. Il considère qu’« une Encyclopédie, ainsi qu’un vocabulaire, doit être commencée, continuée, et finie dans un certain intervalle de temps, et qu’un intérêt sordide s’occupe toujours à prolonger les ouvrages ordonnés par les rois »56. Les encyclopédistes développent ainsi des méthodes afin d’abréger le temps, l’enjeu étant, comme l’affirmait déjà Leibniz, de « faire en peu de temps de grands progrès »57. Nous sommes à nouveau renvoyés à la notion d’efficience, car il s’agit bien, grâce à l’encyclopédie, de « goûter nous-même le fruit de nos travaux, qui de la manière dont nous nous y prenons à présent, froide et languissante, sera réservé à la postérité »58.

  • 59 Diderot, Prospectus, DPV, V, p. 95.
  • 60 D’Alembert, Avertissement, t. III, Enc., III, p. VI.
  • 61 Leibniz, Réduction des sciences en figures et en formules, A., VI, IV, p. 439.

33Appliqué au projet encyclopédique, l’optimum revient, d’un point de vue purement pratique, à représenter les connaissances avec le minimum de moyens. Il en résulte l’idée que l’ouvrage encyclopédique atteindra son plus haut niveau de scientificité en évitant la répétition et en ayant recours à l’abréviation. « On a beaucoup écrit sur les sciences », observe Diderot dans le Prospectus, observation qui l’amène à la remarque suivante : « On eût mieux fait sans doute d’écrire moins et d’écrire mieux »59. La scientificité de l’Encyclopédie n’en reste pas moins soumise à la règle morale de l’optimum. Car l’exigence de s’adresser au plus grand nombre de lecteurs devrait primer sur celle d’abréger le discours au point de « borner les articles de ce Dictionnaire », comme l’écrit d’Alembert, « à de simples tables, et à des notices des différents ouvrages où les matières sont le mieux traitées ». Ce dernier considère que l’« avantage d’un tel travail eût été grand sans doute, mais pour trop peu de personnes »60. L’Encyclopédie des Lumières se démarque sur ce point des différents projets encyclopédiques leibniziens, ceux-ci visant à la plus grande scientificité en prévoyant à terme d’user presque exclusivement de figures et de formules. « Il faut réduire toutes les sciences en Figures et en Formules »61, écrit Leibniz.

  • 62 D’Alembert, article EXPÉRIMENTAL, (Philosophie naturelle), Enc., VI, 299a.
  • 63 D’Alembert, article APPLICATION de la Géométrie et de l’Analyse à la Physique, Enc., I, 552b.
  • 64 Leibniz, Recommandation pour instituer la science générale, A. VI, IV, p. 696.
  • 65 D’Alembert, « Discours préliminaire », Enc., I, p. 9.

34L’abréviation prendra d’autres formes dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert. Ce dernier envisage, à l’encontre des « systèmes de science »62 qu’il critique par ailleurs, la possibilité de réduire une science à une seule observation ou à une seule expérience. « Une seule observation ou expérience donne souvent toute une science »63, énonce-t-il. Parmi les différents procédés retenus par les encyclopédistes afin de représenter les connaissances avec le minimum de moyens se distingue notamment le recours à des points de vue. Leibniz déjà expliquait que la possibilité qu’offrait une encyclopédie de découvrir « tout d’une vue » nos connaissances nécessitait au préalable d’en faire un inventaire général, ce qui revenait à extraire un petit nombre de vérités d’« une infinité de personnes et de livres » 64. Le rapport entre l’optimum et la représentation des connaissances apparaît ici avec évidence, l’encyclopédie présentant la particularité formelle de rassembler le plus grand nombre de vérités sous un même point de vue. Ce projet est reformulé par d’Alembert dès le « Discours préliminaire » de l’Encyclopédie : « L’Univers, pour qui sauroit l’embrasser d’un seul point de vûe, ne seroit, s’il est permis de le dire, qu’un fait unique et une grande vérité »65.

35Si le Système figuré des connaissances humaines inséré à la suite du « Discours préliminaire » en offre l’exemple le plus achevé, l’idée de représenter l’ensemble des connaissances sous un seul point de vue sera progressivement remise en question au cours de la réalisation de l’ouvrage. En effet, on assiste dans le corps de l’ouvrage encyclopédique à une véritable multiplication des points de vue. L’idée d’optimum ne sera pas abandonnée pour autant. Elle conduira les encyclopédistes à privilégier la représentation méta-discursive des connaissances, l’insertion de renvois et de figures leur permettant de réduire considérablement le volume de discours.

36Diderot, qui déplore comme Leibniz l’accumulation excessive et la dispersion de nos connaissances, considère qu’un simple « coup d’œil » sur l’objet que l’on cherche à définir, ou sur sa représentation figurée, pourrait suppléer au discours :

  • 66 Diderot, Prospectus, DPV, V, p. 101.

On pourrait démontrer par mille exemples qu’un dictionnaire pur et simple de langue, quelque bien qu’il soit fait, ne peut se passer de figures, sans tomber dans des définitions obscures ou vagues ; combien donc à plus forte raison ce secours ne nous était-il pas nécessaire ? Un coup d’œil sur l’objet ou sur sa représentation en dit plus qu’une page de discours.66

  • 67 Ibid., p. 102.

37Ceci ne signifie pas qu’il faille multiplier les figures à l’infini ou essayer de tout représenter sous forme de figures. L’économie de moyens recherchée par les encyclopédistes s’applique aussi au choix des figures. Comme le précise Diderot : « Nous n’avons pas voulu ressembler à un homme qui ferait planter des guides à chaque pas dans une route, de crainte que les voyageurs ne s’en écartassent : il suffit qu’il y en ait partout où ils seraient exposés à s’égarer »67. Il semble finalement que Diderot conçoive les figures comme s’il s’agissait de points de vue, l’important étant de choisir le point de vue selon lequel nous nous représentons les choses avec la plus grande justesse.

  • 68 Diderot, article MÉTAPHYSIQUE, Enc., X, 440b.

38L’optimum permettrait ainsi de juger de l’utilité d’une figure, de même qu’il conduirait à reconnaître le meilleur point de vue afin de définir une science. Diderot désigne par l’expression « vrai point de vue », le point de vue permettant de connaître la chose qu’un auteur se propose de définir dans un article de l’Encyclopédie. Nous en trouvons un exemple dans l’article MÉTAPHYSIQUE dont il est l’auteur : « Quand on borne l’objet de la métaphysique à des considérations vides et abstraites sur le temps, l’espace, la matière, l’esprit, c’est une science méprisable ; mais quand on la considère sous son vrai point de vue, c’est autre chose »68. Un tel exemple révèle que l’idée d’optimum n’est pas étrangère au choix d’un point de vue. Or ce choix est essentiel afin de définir une science ou un mot dans l’Encyclopédie. La matière de nos connaissances s’en trouvera profondément renouvelée.

  • 69 Fontenelle, « Sur les tuyaux capillaires », Histoire de l’académie royale des sciences, année 1705, (...)

39Qu’est-ce en effet qu’un vrai point de vue sinon le meilleur point de vue relativement à la matière de nos connaissances ? Cette conception du point de vue optimal n’est certainement pas sans conséquence pour la rationalité encyclopédique. La représentation des connaissances s’en trouve modifiée, tandis que les possibilités d’ouverture à de nouveaux savoirs se multiplient. Fontenelle résume ceci très brillamment : « Il ne suffit pas d’être dans le vrai, il faut y être arrivé par le vrai chemin »69. L’optimum comme paradigme savant n’est autre que ce « vrai chemin ».

Haut de page

Notes

1 P. Rateau, « Perfection, harmonie et choix divin chez Leibniz : en quel sens le monde est-il le meilleur ? », Revue de métaphysique et de morale, 2011/2, n° 70, p. 194.

2 Ibid., p. 191.

3 Diderot, Prospectus de l’Encyclopédie, Œuvres complètes, éd. H. Dieckmann, J. Proust, J. Varloo, Paris, Hermann, 1975- et suiv. (désormais cité DPV).

4 J’emploie le terme d’horizon de façon anachronique, car le terme n’apparaît pas au sens figuré dans les textes que je cite.

5 D’Alembert, article COURBE (Ordre encycl. Entend. Raison, Science, Science de la Nat. […] Géométrie des lignes courbes), Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des Sciences, des Arts et des métiers..., 17 vol. fol., Paris, Briasson, 1751-1765 (désormais Enc.), t. IV, 378b. Voir également, d’Alembert, article COURBURE (Géométrie), Enc., IV, 390a-b. Toutes nos références à l’Encyclopédie renvoient à l’Édition Numérique Collaborative et Critique de l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers (1751-1772) (http://enccre.academie-sciences.fr/encyclopedie/).

6 Blondel, article COURBURE, en bâtiment, Enc., IV, 390b.

7 Diderot, Essais sur la peinture, Gita May éd., Paris, Hermann, 1984, p. 78.

8 Fontenelle, Éloge de M. Leibniz, Histoire de l’Académie royale des sciences de Paris, année 1716, Paris, 1718, p. 116

9 Ibid., p. 116.

10 Mémoires pour l’histoire des sciences et des beaux-arts, Trévoux, février 1737, « Essais de Théodicée, par M. Leibnitz, nouvelle édition, 2 t., Amsterdam, Changuyon », p. 207.

11 D’Alembert, « Discours préliminaire », Enc., I, p. XVIII.

12 D’Alembert, article OPTIMISME (Philosophie), Enc., XI, 517a.

13 D’Alembert, article APPLICATION de la Méthode géométrique à la Métaphysique, Enc., I, 553a.

14 Mémoires pour l’histoire des sciences et des beaux-arts, Trévoux, février 1737, « Essais de Théodicée, par M. Leibnitz, nouvelle édition, 2 t., Amsterdam, Changuyon », p. 209.

15 Leibniz, Essais de Théodicée, III, § 282, Die philosophischen Schriften von G. W. Leibniz, C. I. Gerhardt, 7 t., Berlin, Weidmann, 1875-1890, Hildesheim, 1960-1961, Olms, 1978 (désormais cité GP), t. VI, p. 284. Voir le commentaire d’A. Charrak, Contingence et nécessité des lois de la nature au XVIIIe siècle, La philosophie seconde des Lumières, Paris, Vrin, 2006, pp. 91-92.

16 Jaucourt (M. L. de Neufville), Histoire de la vie et des ouvrages de Mr. Leibnitz, Amsterdam, 1734, p. 137.

17 Diderot, article ENCYCLOPÉDIE, (Philosophie), Enc., V, 640vb ; Diderot, Prospectus, DPV, V, p. 117.

18 Ibid., Enc., V, 641ra. Sur le livre du monde, voir Beyer de Ryke Benoît, « Le miroir du monde : un parcours dans l’encyclopédisme médiéval », Revue belge de philologie et d’histoire, t. 81, fasc. 4, 2003, p. 1243-1275.

19 Diderot, Neveu de Rameau, DPV, XV, p. 83.

20 Diderot, article ENCYCLOPÉDIE, Enc., V, 640b.

21 Leibniz, Essais de Théodicée, I, § 25, GP, t. VI, p. 117.

22 Leibniz, Recommandation pour instituer la science générale, Leibniz, Sämtliche Schriften und Briefe, Berlin, Akademie-Verlag, 1923-… (désormais cité A), t. VI, IV, p. 696-697.

23 Ibid., A. VI, IV, p. 699.

24 Ibid., A. VI, IV, p. 692-693.

25 Diderot, article ENCYCLOPÉDIE, Enc., V, 645b.

26 Diderot, article SOCRATIQUE, PHILOSOPHIE, ou HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE DE SOCRATE (Histoire de la philosophie), Enc., XV, 261a.

27 Diderot, article ENCYCLOPÉDIE, Enc., V, 647b.

28 D’Alembert, « Discours préliminaire », Enc., I, p. XV.

29 D’Alembert, Avertissement, Enc., III, p. VI.

30 Diderot, article ENCYCLOPÉDIE, Enc., V, 648b.

31 Naigeon, Dictionnaire de Philosophie ancienne et moderne, Encyclopédie méthodique, 1791, t. I, Discours préliminaire, p. XI.

32 Diderot, article ENCYCLOPÉDIE, Enc., V, 645b.

33 Ibid., Enc., V, 636a.

34 Leibniz, Recommandation pour instituer la science générale, A. VI, IV, p. 694.

35 Ibid., A. VI, IV, p. 692. Voir également, Leibniz, Correspondance Leibniz-L’Electre Sophie de Hanovre, GP VII, p. 549.

36 Leibniz, Discours touchant la méthode de la certitude et l’art d’inventer, A., VI, IV, p. 960.

37 Leibniz, Nouvelles ouvertures, A., VI, IV, p. 690-691.

38 Les principes du droit naturel sont définis par Leibniz dans la Préface du Codex juris gentium diplomaticus, Hanovre, 1693 ; O. Klopp, Die Werke von Leibniz, I. Reihe : Historisch-politische und Staatswissenschaftliche Schriften, 11 t., Hanovre, 1864-1884, t. VI, p. 457-492. Diderot en présente une traduction dans l’article LEIBNITZIANISME ou PHILOSOPHIE DE LEIBNITZ, (Histoire de la philosophie), de l’Encyclopédie, Enc., IX, 378b-379a.

39 Diderot, Prospectus, DPV, V, p. 89.

40 Leibniz, Communicatio…curvae celerrimi descensus, « Communication de ma solution au problème de la courbe de plus brève descente […] », Leibnizens mathematische Schriften, C. I. Gerhardt, t. I-II, Londres-Berlin, 1850, t. II-VII, Halle, 1855-1863, t. V., p. 331-336 ; trad. M. Parmentier, Naissance du calcul différentiel, Paris, Vrin, 1995, p. 355.

41 Arthur Dony, « La mesure de la perfection », Revue de métaphysique et de morale, 2017/4, numéro 96, Paris, PUF, p. 557.

42 P. Rateau, Leibniz et le meilleur des mondes possibles, Paris, Classiques Garnier, 2015, p. 87.

43 Diderot, Prospectus, DPV, V, p. 117-118.

44 Diderot, article ENCYCLOPÉDIE, Enc., V, 643a.

45 Ibid., Enc., V, 645a.

46 Ibid., Enc., V, 635a.

47 Leibniz, Recommandation pour instituer la science générale, A. VI, IV, p. 698-699.

48 Diderot, article ENCYCLOPÉDIE, Enc., V, 636a.

49 Diderot, Neveu de Rameau, DPV, XV, p. 82. Voir Yvon Belaval, L’esthétique sans paradoxe de Diderot, Paris, Gallimard, 1950, p. 279-280.

50 Diderot, article ENCYCLOPÉDIE, Enc., V, 637a.

51 Diderot, Prospectus, DPV, V, p. 103.

52 Diderot, Avertissement, t. VIII, p. I.

53 Diderot, article ENCYCLOPÉDIE, Enc., V, 637a.

54 Ibid., Enc., V, 641a.

55 Leibniz, De Arte characteristica ad perficiendas scientas ratione nitentes, A. VI, IV, p. 915 ; traduction française, J.-B. Rauzy, G. W. Leibniz, Recherches générales sur l’analyse des notions et des vérités, 24 thèses métaphysiques et autres textes logiques et métaphysiques, Paris, PUF, 1998, p. 165. Voir également le fragment Ma Charactéristique demande une Encyclopédie nouvelle, A., VI, IV, p. 161.

56 Diderot, article ENCYCLOPÉDIE, Enc., V, 636a-b.

57 Leibniz, Discours touchant la méthode de la certitude et l’art d’inventer pour finir les disputes, et pour faire en peu de temps des grands progrès, A., VI, IV, p. 952.

58 Leibniz, Essais sur un nouveau plan d’une science certaine, sur lequel on demande les avis des plus intelligents, A., VI, IV, p. 951.

59 Diderot, Prospectus, DPV, V, p. 95.

60 D’Alembert, Avertissement, t. III, Enc., III, p. VI.

61 Leibniz, Réduction des sciences en figures et en formules, A., VI, IV, p. 439.

62 D’Alembert, article EXPÉRIMENTAL, (Philosophie naturelle), Enc., VI, 299a.

63 D’Alembert, article APPLICATION de la Géométrie et de l’Analyse à la Physique, Enc., I, 552b.

64 Leibniz, Recommandation pour instituer la science générale, A. VI, IV, p. 696.

65 D’Alembert, « Discours préliminaire », Enc., I, p. 9.

66 Diderot, Prospectus, DPV, V, p. 101.

67 Ibid., p. 102.

68 Diderot, article MÉTAPHYSIQUE, Enc., X, 440b.

69 Fontenelle, « Sur les tuyaux capillaires », Histoire de l’académie royale des sciences, année 1705, p. 23.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Fauvergue, « L’optimum comme paradigme savant dans l’Encyclopédie »Études Épistémè [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 14 février 2024, consulté le 24 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/episteme/17383 ; DOI : https://doi.org/10.4000/episteme.17383

Haut de page

Auteur

Claire Fauvergue

Claire Fauvergue est philosophe, Directrice de programme au Collège International de Philosophie et chercheuse associée au Centre de Recherches Interdisciplinaires en Sciences Humaines et Sociales, CRISES-EA 4424, Université de Montpellier III. Elle a publié Les Lumières et Leibniz avant la publication des Nouveaux essais sur l’entendement humain (2015) et Diderot, lecteur et interprète de Leibniz (2006), a édité le Dictionnaire de Philosophie ancienne et moderne de l’Encyclopédie méthodique (2021) et a codirigé plusieurs ouvrages dont La critique du préjugé au prisme de l’herméneutique (2020).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search